Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.

@

Page

Réfer. : AL2307
Auteur : Basile Valentin.
Titre : Le char triomphal de l'Antimoine.
S/titre : Introduction et notes bibliographiques de Sylvain Matton.

Editeur : Editions Retz. Paris.
Date éd. : 1977 .


**** A T T E N T I O N ****

Ce document étant sujet à droits d'auteur, n'est composé que du début, et des tables éven-
tuelles. Reportez-vous aux références ci-dessus
pour vous le procurer.

**** A T T E N T I O N ****
@

Document de couverture:
« Image symbolique des travaux miniers
de deux Adeptes pénétrant dans la montagne. »
Splendor Solis (XVIe siècle),
Cabinet des estampes, Berlin.
(Photo Dorka)
----------------------------------------------




Déjà parus dans la collection
Bibliotheca Hermetica:
Nicolas Flamel
Le Livre des Figures hiéroglyphiques Louis Figuier
L'Alchimie et les alchimistes Alfred Maury
La Magie et l'Astrologie Marcus Manilius
Les Astrologiques ou la science sacrée du ciel Eyrénée Philalèthe
L'Entrée ouverte au Palais fermé du Roi Marc Antonio Crassellame
La Lumière sortant par soi-même des Ténèbres Comte de Saint-Germain
La Très Sainte Trinosophie Limojon de Saint-Didier
Le Triomphe hermétique Lambsprinck
Traité de la Pierre philosophale Jean d'Espagnet
L'Oeuvre secrète de la philosophie d'Hermès Dom Pernety
Le Dictionnaire mytho-hermétique Claude Ptolémée
La Tétrabible; le Centiloque.
----------------------------------------------
RETZ
114, Champs Elysées, 75008 Paris
----------------------------------------------

@


BIBLIOTHECA HERMETICA
ALCHIMIE - ASTROLOGIE - MAGIE



Collection dirigée par René Alleau -%
@
@

BIBLIOTHECA HERMETICA

pict UCUN spécialiste ne conteste plus
l'importance de la Magie dans les anciennes civilisations. La Mésopotamie, l'Egypte, l'Inde, le Mexique, le Pérou, la Chine, le Japon et même
le Moyen Age européen ne peuvent révéler les
secrets de leurs arts, ni les principales étapes
de leur histoire culturelle si l'on ignore les coutumes
et les usages magiques sur lesquels furent
fondées leurs principales institutions ou qui
subsistèrent pendant des millénaires dans leurs
moeurs, à peine changées par l'évolution des
religions.
L'Homo divinans, l'homme magique, le « devin » a précédé l'Homo faber, l'« artisan »,
l'homme technique et le savant des temps
modernes. Entre ces deux tendances s'est développée
une opposition fondamentale, si nombreux
qu'eussent été les échelons intermédiaires.
Ainsi, au XIXe siècle, age du positivisme,
la censure rationnelle a-t-elle exclu et rejeté
dans l'ombre des « sciences occultes » ce qui
aurait été plus justement désigné sous le nom
d'« arts magiques traditionnels ». En effet,
la Magie fut la source commune de l'Astrologie,
de l'Alchimie et de toutes les pratiques qui leur
furent plus ou moins directement associées
dans les anciennes sociétés de type traditionnel,
Il n'aura pas fallu moins de cent ans de travaux d'érudition et de recherches historiques,

@

..........................................................

@

BIBLIOTHECA HERMETICA


Alchimie
%
@





(C) 1977 éditions Retz, &4, Champs Elysées, 75008 Paris

@

Basile Valentin

L E C H A R T R I O M P H A L
D E L'A N T I M O I N E

Introduction et notices bibliographiques de Sylvain Matton
@

%
Portrait de Basile Valentin « philosophe occidental »
@






INTRODUCTION
par Sylvain Matton
Au début du XVIIe siècle parut en Allemagne une suite de traités alchimiques qui recueillirent
les suffrages des Adeptes en même
temps qu'ils suscitèrent l'admiration de nombreux
savants.
Ce fut d'abord, en 1599, le Traité de la grande
Pierre des Anciens (1); en 1603, le traité Des choses
naturelles et surnaturelles (2), ainsi que celui De la
philosophie occulte ou des secrètes et miraculeuses
naissances des sept planètes et métaux (3); l'année
suivante, le Char triomphal de l'Antimoine (4); en
1608, le Microcosme (5); en 1624, l'opuscule Révélation
d'artifices secrets (6) et enfin, en 1626, le
Dernier Testament (7). Toutes ces oeuvres étaient
signées par un mystérieux moine bénédictin,
Basile Valentin, « l'artiste le plus considérable
» peut-être que l'art hermétique ait
» jamais produit », selon Fulcanelli (8).


1. Toutes les notes de cette introduction ont été groupées de la
page 41 à la page 56.

@

14 Introduction

L'HERMES OCCIDENTAL
Le jugement de Fulcanelli n'est pas isolé; il
traduit le sentiment général des disciples
d'Hermès qui d'emblée mirent Basile Valentin
au rang des plus grands Maîtres de leur
Tradition. Ainsi Limojon de Saint Didier
fait-il dire, dans son Triomphe hermétique, à
Pyrophile:
« J'ai été chercher la science dans sa source
» J'ai lu la Table d'émeraude, les Sept chapitres
» d'Hermès, et leurs commentaires. J'ai
» lu Geber, la Tourbe, le Rosaire, le Théâtre
» la Bibliothèque et le Cabinet Chimiques,
» et particulièrement Artefius, Arnauld de
» Villeneuve, Raymond Lulle, le Trévisan
» Flamel, Zachaire, et plusieurs autres anciens
» et modernes, que je ne nomme pas; entre
» autres Basile Valentin, le Cosmopolite et
» Philalèthe (9). »
Les Adeptes ne se bornèrent pas à reconnaître
en Basile Valentin l'un des plus savants
alchimistes et, selon l'expression de R. Fludd,
un des chimistes les plus sages (10). Certains
allèrent jusqu'à faire de lui le symétrique
occidental de l'oriental Hermès Trismégiste,
ainsi que le montre une gravure en frontispice
de la traduction française du De occulta philosophia
publiée par Jacques Sanlecque (11). Ce dernier
avait l'intention d'édifier un « Théâtre
chimique », dont le nombre architectonique
eût été sept, et dont le traité de

@

Introduction 15
Valentin devait constituer la première pierre.
Sanlecque explique son choix en mettant en
parallèle « Basile Valentin et Hermès Trismégiste,
dont l'un est d'Occident et l'autre
» d'Orient (12) ». Il voulait qu'ils fussent les
« principaux Tutélaires » de son projet qu'il
symbolisa par son célèbre écusson harmonique
(13), « Les acteurs, écrit-il, de la première
Sept-maine seront les Sept Auteurs marqués
en la dite figure du frontispice de ce livre,
qui sont Hermès, Geber, Raymond Lulle,
Artéfius, Basile Valentin, Flamel et Cosmopolite;
entre lesquels il y en aura deux qui
commenceront l'ouverture de ce Théâtre,
savoir Basile Valentin et Hermès Trismégiste,
prince des philosophes (14). »
On retrouve cette profonde admiration envers
Basile Valentin dans la notice que lui a
consacré Michel Maier (1568-1622), l'alchimiste
musicien, dans ses Symboles de la Table
d'or des douze nations (15).
« Basile Valentin, moine bénédictin, philosophe
» accompli, de nationalité allemande,
» est né, dit-on, en Alsace. C'est là, où bien
» dans la métropole de la Thuringe, selon
» certains, qu'il aurait résidé et écrit ses
» oeuvres, lesquelles viennent enfin d'être
» révélées au public. L'on rapporte aussi qu'il
» vécut au temps de nos bisaïeux. Car il ne
» fait dans ses ouvrages aucune mention de
» lieu, temps ou personne, susceptible de
» nous fournir des indications dignes de foi
» sur sa vie et sur ses faits et gestes. Il a préféré
» rester inconnu de tous plutôt que de

@

16 Introduction
» devenir célèbre: cela lui paraissait plus
» prudent que d'être montré du doigt et
» que l'on dît: " Voilà ce célèbre chimiste
» qui, entre tous, a fabriqué la petite pierre
» blanche et la rouge. " Comme jadis Démosthène,
» les vrais Artistes n'estiment pas
» assez la faveur populaire pour s'exposer à
» l'admiration des uns et à la haine des autres.
» Car si l'originalité provoque l'admiration
» des gens bienveillants, elle suscite la jalousie
» des autres. Mais peut-être Basile s'est-il
» suffisamment raconté dans les écrits que
» nous n'avons pas encore vus, s'ils ne sont
» pas perdus (...).
« Dans toutes ses oeuvres il se révèle être un
» rhéteur, un poète et un artiste chimique de
» premier ordre. Mais je n'ai pas l'intention
» de vanter ses livres, puisqu'ils sont lus quotidiennement
» aussi bien par les savants que
» par ceux qui ne le sont pas. Mais étant
» donné que j'ai consacré bien des heures
» d'étude, de travail, d'exercice et de l'argent
» à cet auteur, comme d'ailleurs à beaucoup
» d'autres, j'ai jugé utile de rassembler ici
» quelques passages difficiles et de les comparer
» entre eux.
« Sa Théorie est claire et aisée. L'essentiel
» consiste à rechercher uniquement des substances
» métalliques pour obtenir la teinture
» métallique. En effet, vu que l'on a l'intention
» d'obtenir en dernier lieu, par le secours
» de l'art, un métal parfait, comment ce dernier
» aurait-il une origine animale ou végétale?
» C'est pourquoi le père est la teinture

...............................................


Introduction 57


ETUDES CONSACREES A BASILE VALENTIN OU TRAITANT DES DIVERS PROBLEMES POSES PAR SA VIE OU SON OEUVRE.
Adelung (J. C.), Geschichte der menschlichen Narrheit, Leipzig, 1789,
VII, p. 327

Barbier (A. A.), Biographie universelle ou Dictionnaire historique, Paris,
1883, p. 193

Baumer (J. W.), Bibliotheca Chemica, Giessae, 1782, p. 4.

Bayon (H. P.), « Paracelsus », in Proceeding of the Royal Society of
Medicine, 1941, XXXV, pp. 69-76, Hist. Sect., pp. 9-16.

Berthelot (M.), Introduction à l'étude de la Chimie des Anciens et du moyen
Age, Paris, 1889 (repr. 1938), p. 279.

Beytrag zur Geschichte der höbern Chemie, 1785, pp. 126, 505, 585, 587,
592, 608-609, 629, 667.

Bibliothèque Universelle et historique, 1689, XIII, p. 206.

Biedermann (H.), Handlexicon der magischen Künste, Graz, 1973,
pp. 86-88.

Boerhaave (H.), Institutiones et Experimenta Chemiae, Paris, 1724, pp. 24-
-- 25. -- Elementa Chemiae, Leyde, 1732. -- A New Method of Chemistry, 2e éd. par P. Shaw, Londres, 1741, pp. 35-36.
Borel (P.), Bibliotheca Chimica, Paris, 1654, pp. 223-225.

Borrichius (O.), Conspectus Scriptorum Chimicorum illustrorum,
Copenhague, 1697, p. 30.

Brown (J. C.), A History of Chemistry from the Earliest Times, 1913 (2e éd.
par H. H. Brown, 1920), p. 194.

Cadet de Vaux (A. A.), in Spielmann (J. R.), Instituts de Chymie, Paris
1770, II, pp. 453-457.

Cadet-Gassicourt, in Biographie Universelle, Paris, 1811, III, p. 483.

@

58 Introduction
Canseliet (E.), in B. Valentin, les Douze Clefs, Paris, 1956, pp. 11-65.

Carrère J.-F.), Bibliothèque littéraire, historique et critique de la médecine
ancienne et moderne, Paris, 1776, I, pp. 355-358.

Charvin (G.), art. B. V., in Dictionnaire d'Histoire et de Géographie ecclésiastique,
Paris, p. 1163.

Dannemann (F.), Die Naturwissenschaften in ihrer Entwicklung und in
ihrem Zusammenhang, 2e éd., Leipzig, 1821, II, p. 219.

Davis, Tenny (L.), « Questions for Students of elementary Chemistry »,
in Journal of Chemical Education, 1930, VII, pp. 1141-1146.

Debus (A. G.), art. Valentine (B.), in Dictionary of Scientific Biography
XIII, pp. 558-560.

Dezeimeris (J.-E.). Dictionnaire historique de la médecine ancienne et
moderne, Paris, 1838, I, pp. 301-303.

Die Edelgeborne Jungfer Alchymia, 1730, pp. 296, 309.

Eloy (N.-F.-J.), Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne,
Mons, 1778. I, p. 278.

Erhard, art. in Ersch-Gruber, Allgemeine Encyclopädie der Naturwissenschaften
und Künste; Leipzig, 1822, Sect. I, Teil, VIII, p. 40.

Ferguson (J.), Bibliotheca Chemica: Catalogue of the Alchemical, Chemical
and Pharmaceutical Books in the Collection of the late James Young., Glasgow,
1906 (repr. Londres, 1954), I, pp. 77-82; II, p. 496.

Fictuld (H.), Probier Stein, 1753, Erster Theil, p. 49.

Figuier (L.), L'Alchimie et les Alchimistes, Paris, 1860 (rééd. Paris, 1970).

Fritz (F.). « Basilius Valentinus », in Angewandte Chemie, 1925,
XXXVIII, pp. 325-329.

Föster (Rem., O.S.B.), Der Chemiker und Mediziner Basilius Valentin,
O.S.B., in Studien und Mittheilungen aus dem Benedictiner -- und dem
Cistercienser -- Orden, XVII, 1896, pp. 680-681.

Fulcanelli, Le mystère des Cathédrales, 1926 (rééd. 1960, 1964).
-- Les demeures philosophales et le symbolisme hermétique dans ses rapports avec l'art sacré et l'ésotérisme du Grand Oeuvre, 1930 (rééd. 1962,
1964).

Gmelin (J. F.), Geschichte der Chemie seit dem Wiederaufleben der Wissenschaften

@

Introduction 59
bis an das Ende der achtzehnten Jahrhunderts, Göttingen,
1797, I, pp. 136-157.

Guden (J. M.), Historia Erfordiensis, Erfurt, 1675, p. 129

Hamy, art. in Comptes rendus des séances de l'Académie des inscriptions et
belles-lettres, 1896, pp. 385-386.

Helmont (J. B. van), Ortus Medicinae, id est, initia physica inaudita,
Amsterdam, 1652, p. 324.

Hildebrand (H.), « Der Alchemist Basilius Valentinus », in Einladungsschrift
des Herzogl. Francisceums in Zerbst, Zerbst, 1876, 18 p.

Hoefer (F.), Histoire de la Chimie depuis les temps les plus reculés jusqu'à
notre époque, comprenant une analyse détaillée des manuscrits alchimiques
de la Bibliothèque Royale de Paris; un exposé des doctrines cabalistiques sur
la pierre philosophale, l'histoire de la pharmacologie, de la métallurgie, et en
général des sciences et des arts qui se rattachent à la chimie, etc., Paris,
1842, I, pp. 453-466, et 2e éd., Paris, 1866, I, pp. 478-491.

Hommel, art. in Angewandte Chemie, 1919, XXXII, p. 73.

Hutin (S.), Histoire de l'Alchimie: de la science archaïque à la philosophie
occulte, 1971, pp. 170-172. -- L'Alchimie, Paris, 4e éd., 1971, p. 49.
Jacob Leupold's Prodromus Bibliotheca metallicae, 1732, p. 145.

Jöcher (C. G.), Allgemeines Gelehrten-Lexicon, Leipzig, 1751, IV, col.
1406.

Jourdan (A. J. L.), art. in Biographie Médicale, Paris, Panckoucke,
1820-1825), II, p. 15.

Kestner, Medicinishes Gelehrten-Lexicon, 1740, p. 875.

Kiesewetter (C.), Geschichte des Occultismus, Leipzig, 1895, Il, pp. 52-
68.

Koop (H.), Geschichte der Chemie, Brunswick, 1843, I, p. 74.
-- Beiträge zur Geschichte der Chemie, Brunswick, 1869, III, pp. 110-128. -- Die Alchemie in älterer und neuer Zeit. Ein Beitrag zur Culturgeschichte, Heidelberg, 1886, I, pp. 29-33 et passim.

Kortum (K. A.), verteidiget die Alchemie gegen die Einwürfe einiger neuer
Schriftsteller, besonders des Herrn Wieglebs, Duisbourg, 1789, p. 111.

@

60 Introduction
Kunckel (J.), Laboratorium Chymicum, Hambourg et Leipzig 1716,
pp. 454 et passim.

Lasswitz (K.), Geschichte der Atomistik vom Mittelalter bis Newton,
Hambourg et Leipzig, 1890 (repr. 1926), I, pp. 295-298.

Leibniz (G. W.), « Oedipus Chymicus aenigmatis Graeci et Germani »
in Miscellanea Berolinensia, Berlin, 1710, I, p. 17.

Lenglet du Fresnoy (N.), Histoire de la Philosophie hermétique. Accompagnée
d'un Catalogue raisonné des Ecrivains de cette Science, 1742 (repr.
1976), I, pp. 228-231,469; III, pp. 316-319.

Libavius (A.), Syntagmatis selectorum undiquaque et perspicue traditorum
Alchymiae arcanorum, Francfort, 1615, p.67.

Lindroth (S.), « Till fragan om Basilius Valentinus », in Lychnos,
1940, V, pp. 325-327.

Lippmann (E. 0. von), Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, Berlin,
1919-1931, I, p. 640, II, pp. 53-54, III, p. 42.

Losswitz, Geschichte der Atomistik, 1890, I, p. 295.

Maier (M.), Symbola aureae mensae duodecim nationum, Francfort, 1617,
pp. 257-259.

Manget (J. J ), Bibliotheca Scriptorum Medicorum, Genève, 173l, II,
II, p. 423.

Mercklin (G. A.), Lindenius renovatus, Nuremberg, 1686, p. 120.

Monatliche Unterredungen einiger guten Freunde von allerhand Büchern und
andern annehmlichen Geschichten..., 1693, pp. 617-618.

Morhof (G. G.), De Metallorum transmutatione ad virum nobilissimum
et amplissimum Joele Langelottum Epistola, Hambourg, -- 1673, p. 133. Polyhistor litterarum, Hambourg, 1708, I, p. 91.
Motschmann (J. Ch.), Erfordia Litterata, Erfurt, 1729-1732, Samml.
III, sect. II, pp. 390-399.

Neumann, art. in Angewandte Chemie, 1919, XXXII, p. 184.

Nouvelles de la République des Lettres (s.l.n.d.), février 1689, p. 176.

Paneth (F. A.); Jones (W. H. S.), « Paracelsus and Basil Valentine »
in Nature, 1942, CL, p. 380.

Partington (J. R.), A History of Chemistry, New-York-Londres, 1961,
II, pp. 190-195.

@

Introduction 61
Petraeus (B. N.); « Neue Vorrede in Basil Valentine », in B. Valentini
Chymische Schriften, Hambourg, 1740, pp. I-XVIII.

Philippe et Ludwig, Geschichte des Apothekes, Iéna, 1855, p.411.

Picton (H. W.), The Story of Chemistry, 1889, p. 55.

Pierce (S.), art. in Science, 1898, pp. 169-176.

Placcius (V.), Theatrum Anonymorum et Pseudonymorum, Hambourg,
1708, p. 111.

Poggendorff (J. C.), Biographisch-Literarisches Handwörterbüch zur
Geschichte der exacten Wissenschaften, Leipzig, 1863, I, col. 112-113.

Read (J.), Prelude to Chemistry, 1936 (repr. 1939), pp. 183-211, 308-
311. -- Through Alchemy to Chemistry, 1957 (trad. Fr. De l'Alchimie à la Chimie, Paris, 1959, pp. 86-90, 149-151).

Reinhart (H. C.), Liecht der Natur, das ist: Der warhafftigen Kunst Alchimiae,
höchstes Geheimniss (...) Sonderlich (...) dess hocherleuchten Mannes,
Fratris Basilii Valentini Schrifften, grünclich zu verstehen, und nirtzlich zu
laboriren in Druch geben..., 1608.

Reyher (S.), Juridico-Philosophica Dissertatio de Nummis quibusdam ex
chymico metallo factis, Kiliae Holsatorum, 1692.

Roth-Scholtz (F.), Deutsches Theatrum Chimicum, Nuremberg, 1727,
I, p. 665.

Schaefer (H. W.), Die Alchemie, Flensburg, 1887, p. 26.

Schelenz (H.), Geschichte der Pharmacie, 1904, p. 479.

Schmieder (K. C.), Geschichte der Alchemie, Halle, 1832 (repr. 1927),
pp. 197-250.

Schorlemmer (K.), Treatise on Chemistry, 1905, I, p. 9; 1923, II, p. 998.

Speter (M.), compte rendu de Fritz Ferchl, Chemisch-Pharmazeutisches
Bio-und Bibliographicon, in Isis, 1939, XXX, pp. 125-127.

Sprengel (K.), Histoire de la Médecine, tr. A. J. L. Jourdain, revue par
E. F. M. Bosquillon, 1815, III, p. 267. -- Versuch einer pragmatischen Geschichte der Arzneykunde, Halle 1821-1840, III, pp. 425-428.
-- art. in Ersch-Gruber, Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften, 1819, II, p. 416.

@

62 Introduction
Stahl (G. E.), Billig Bedencken, Erinnerung und Erklärung uüer J. J. Bechers
Natur Kündigung der Metallen, Francfort et Leipzig, 1723, 13 f., p. 16. -- Von den Saltzen, Halle, 1723, p. 306.
Stillman (J. M.), The Story of Early Chemistry, New York, 1924, pp. 297,
372.

Stolle (G.), Anleitung zur Historie der Medicinischen Gelahrheit, 1731,
p. 590.

Sudhoff (K.), « Die Schriften des sogenannten Basilius Valentinus.
Ein Beitrag zur Bibliographie der Alchemie », in Philobiblon, 1933, VI, pp. 163-170. -- Bibliographia Paracelsica, 1894, p. 71 et passim.
Teichmeyer (H. F.) Medicae Facultatis Decani Hermanni Friderici Teichmeyers
(...) Programma invitatorium de rhytmis Basilii Valentini....
1734-1743.

Teutsches Fegfeuer der Scheide-Kunst, 1702, p. 60.

Thomson (T.), History of Chemistry, 1830 (repr. s. d.). I. p. 44.
Thorndike (L.), A history of magic and experimental science, New-York
1923-1959 (rééd. 1959-1966).

Tollius (J.), Sapientia Insaniens sive Promissa Chemica, Amsterdam,
1689, pp. 8-9. -- Epistola Itinerariae (...) studio H. C. Henninii, 1700, pp. 178, 187, 212 et passim.

Van Lennep (J.), Art et Alchimie: Etude de l'iconographie hermétique et de
ses influences, Bruxelles, 1966.

Waelti Walters Alchimie et Litterature, Paris, 1975.

Waite (A. E.), Lives of the Alchemystical Philosophers, Londres, 1888,
pp. 120-121. -- The Secret Tradition in Alchemy, 1926. p. 261. -- The triumphal Chariot of Antimony by Basilius Valentinus, Londres, 1893, préface.

Wedel (W.), Propemticon inaugurale Basilio Valentino, Iéna, 1704 (repr. in
B. Valentini Chymische Schriften, 1740).

Westrumb (J. F.), Kleine physikalisch-chemische Abhandlungen, Leipzig,
1786, I, ii, p. 11.

@

Introduction 63
Ziegelbauer, Historia rei literariae Ordinis S. Benedicti, III, pp. 188-192.
Wiegleb (J. C.) Historisch-kritische Untersuchung der Alchemie, oder der eingebildeten Goldmacherkunst, von ihrem Ursprunge sowobl als Fortgange, und was nun von ihr zu halten sey, Weimar, 1777. -- Geschichte des Wachsthums und der Erfindungen in der Chemie in der neuern Zeit, Berlin, 1790-1791, I, i, p. 100.

@

%
Frontispice du Char triomphal de l'antimoine
@



L E C H A R T R I O M P H A L
D E L'A N T I M O I N E
de Frère Basile Valentin religieux de l'ordre de saint Benoît
Avec une préface de Joachim Tancky professeur d'anatomie à Leipzig
Traduit de l'allemand par François Sauvin l'an 1646
**** A T T E N T I O N ****

Fin du texte de ce document, ce document étant sujet à droits d'auteur.
**** A T T E N T I O N ****
@


Bibliographie 251

BIBLIOGRAPHIE DU CHAR TRIOMPHAL DE L'ANTIMOINE
I. Editions allemandes

I. Triumph Wagen Antimonii Fratris Basilii Valentini,
Benedictimer Ordens (...) Zu gut publiceret
und an Tag geben, Durch Johann Thölden Hessum,
Mit einer Vorrede Doctoris Joachimi Tanckii, Prof.
in Univ. Leipzig, Leipzig, Apels, 1604, in-8.
Rééd. -- Leipzig, 1611, 1624, 1646, 1676, 1684.
-- Nuremberg, 1676, 1724, 1733, 752. -- Francfort, 1770.
II. Traductions latines.

1) Currus triumphalis Antimonii (...) opus antiquioris
medicinae et philosophiae Hermeticae (...) E
Germanico in latinum versum, opera studio et sumptibus
Petri Johanni Fabri (...) et notis perpetuis in
marginem appositis ab eodem illustratum, Toulouse,
1646, in-8.
Publiée par Pierre-Jean Fabre, cette traduction
fut faite à sa demande par un certain
Spigellius probablement un Juif allemand
converti.

2) Theodori Kerkringii Doctoris Medici Commentarius
In currum Triumphalem Antimonii Basilii Valentini,
a se latinitate donatum, Amsterdam, 1671,
in-12.
Rééd. Amsterdam, 1685.

@

252 Bibliographie
III. Traductions anglaises.

1) The triumphant Chariot of Antimony, being a
Conscientious Discovery of the many Reall Transcendent
Excellencies included in that Minerall,
written by Basil Valentin A Benedictine Monke.
Faithfully Englisched and publisched for the Common
Good by I. H. Oxon. Printed by Thomas Bruster,
Londres, 1660, in-16.

Selon Waite (The Brotherhood of the Rosy Cross,
1924, p. 388), cette traduction, très libre, serait
l'oeuvre de l'astrologue rosicrucien John
Heydon. Le catalogue du British Museum,
quant à lui, l'attribue à John Harding.

2) Basile Valentine His Triumphant Chariot of
Antimony, with Annotations of Thedore Kerkringius.
M. D. (...), Londres, D. Newman, 1678,
in-8.
Traduction de Richard Russell.

3) The triumphal Chariot of Antimony by Basilius
Valentinus with the commentary of Theodore Kerkringius
(...) Being the Latin Version published at
Amsterdam in the year 1685 translated into English
with a Biographical Preface, Londres, James
Elliott and Co., 1893.
Traduction de A. E. Waite.

@



SOURCE DES ILLUSTRATIONS
Le portrait de Basile Valentin (p. 12) est tiré de:
Révélation des Mystères des Teintures Essencieles des Sept Metaux...
Paris, 1645.

Le frontispice du Char triomphal (p. 64) et les instruments de
laboratoire (pp. 76, 100, 116, 183) sont tirés de:
Theodore Kerckring: In currum triomphalem Antimonii Basilii
Valentini, Amsterdam, 1685. (Bibl. Faculté de médecine,
Paris.)

Les travaux miniers (pp. 91, 111, 167, 197, 215, 227) sont tirés
de:
G. Agricola: De re metalica, Bâle, 1556. (Bibl. Faculté de
médecine, Paris.)

Les Douze Clefs (pp. 132-143) sont tirées de:
M. Maier: Tripus aureus Francfort, 1618.

Le traité de Basile Valentin « les douze clefs de la philosophie
», a été présenté, traduit et commenté par Eugène Canseliet
(Paris, Editions de Minuit, 1956).

@
@



ACHEVE D'IMPRIMER -- 15 SEPTEMBRE 1977 -- PAR L'IMPRIMERIE FLOCH A MAYENNE (FRANCE)
(15338)
DEPOT LEGAL : 3e TRIMESTRE 1977. NUMERO D'EDITION: 690 I.S.B.N. 2.7256.0281-5
@
@



Clovis Hesteau de Nuysement Les Visions hermétiques. Nicolas Valois et Nicolas Grosparmy Oeuvres alchimiques inédites. Salomon Trismosin La Toison d'or Jean-Baptiste Morin Les Remarques astrologiques Le Cosmopolite Nouvelle lumière chymique Dom Belin Les aventures du philosophe inconnu Ibn Khaldûn, Al Kindi, Ibn Washîya, Picatrix Quatre traités de magie arabe traditionnelle Ibn Ezra Le livre des fondements astrologiques


--------------------------------------- RETZ 114, Champs Elysées, 75008 Paris ---------------------------------------
@

%
Basile Valentin, l'« artiste le plus considérable peut-être que
l'art hermétique ait jamais produit », selon Fulcanelli, l'« un des
plus illustres philosophes qui ait jamais paru », selon l'historien
Lenglet-Dufresnoy, ne fut pas seulement un prestigieux Adepte,
l'auteur des Douze Clefs de la Philosophie, ce chef-d'oeuvre de la
littérature alchimique. La médecine, la pharmacie et la chimie
lui doivent d'importantes découvertes scientifiques et, principalement,
celle de la série des sels antimoniaux ainsi que la préparation
du colloïde d'or rubis.
Dans ce domaine, l'ouvrage capital de Basile Valentin demeure
le Char Triomphal de l'Antimoine, édité en allemand par Johann
Thölde en 1604, puis, en 1646, traduit en français par François
Sauvin, docteur en médecine. Grâce à l'aimable autorisation et
au concours de la Bibliothèque du muséum d'Histoire naturelle
de Paris, nous publions pour la première fois ce manuscrit unique
qui a été confronté avec les versions allemande et latine de
ce traité.
Dans son introduction, Sylvain Matton rappelle l'influence de
Basile Valentin et de son enseignement, ses contributions aux
sciences de la nature, et précise par des témoignages souvent peu
connus les problèmes posés par l'identité véritable du célèbre
Adepte.

@


Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.