Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4

@

Page

Réfer. : AL0004
Auteur : Anonyme.
Titre : Dictionaire Hermetique.
S/titre : contenant l'explication des termes.

Editeur : Laurent d'Houry.
Date éd. : 1695 .


@

D I C T I O N N A I R E H E R M E T I Q U E,
C O N T E N A N T
L'EXPLICATION DES TERMES, Fables, Enigmes, Emblèmes & manières
de parler des vrais Philosophes.

Accompagné de deux Traités singuliers
& utiles aux Curieux de l'Art.
Par un Amateur de la Science.
pict
A PARIS,
Chez LAURENT D'HOURY, rue Saint Jacques, devant la Fontaine Saint
Séverin, au Saint Esprit.
-------------------------- M. D C. X C V.
Avec Privilège du Roi.
@
@

pict

P R E F A C E
en manière
D'AVERTISSEMENT.
pict E t'avertis, Curieux Lecteur,
que tu ne dois rien attendre de médiocre ni de partagé de la Science Hermétique. Pour sa devise, TOUT
ou RIEN, & compte là-dessus.
Ce Tout est pour si peu de personnes,
qu'il vaut un miracle à
l'égard de celui qui le possède;
parce que ce Tout fait un trésor
si achevé, que le Maître en cet
Art voit la terre & toutes ses richesses sous ses pieds: au-dessus
de sa tête, il n'y a que le seul Empyrée
a ij
@

P R E F A C E
qui soit capable d'entretenir
les désirs d'un homme de cette
élévation. Au contraire, le Rien
est le partage d'un nombre infini
de gueux & de charlatans, qui
après avoir désolé la plus grande
partie des familles, sont forcés de
souffrir le violent chagrin de se
voir traités avec mépris, & souvent
d'être exposés aux rebuts & aux
railleries les plus piquantes.
Fais encore réflexion sur le second avis que je ne dois pas te
refuser. Qu'il ne t'arrive jamais de
faire connaissance ni de contracter
habitude avec un demi-savant.
A la première occasion qu'il ouvrira
la bouche, plus peut-être
pour te surprendre qu'autrement;
réponds-lui fièrement, que s'il veut
contenter tes yeux & tes mains,
pour voir à loisir, & pour manier de
tous côtés les productions de son
Art, il a trouvé son homme; sans
quoi tu n'es pas d'humeur à l'écouter.

@

P R E F A C E.
En effet, le seul esprit humain
n'est pas juge compétent sur
une matière si contestée: L'on sait
aussi qu'un Chimiatre ne peut alléguer
qu'une tirade de faibles raisonnements,
pour soutenir un amas
de termes de l'Art mal entendus,
& qu'il explique souvent à sa mode.
Mais si le gaillard s'aperçoit qu'il
ne réussit pas avec de si méchantes
drogues, il fera en sorte par
son caquet affilé, d'obtenir quelques
secrètes conversations, où il
ne manquera pas d'y abuser les
crédules, d'y escroquer les curieux,
& d'entretenir dans la suite
avec les uns & les autres un commerce
qui ne vaudra guères mieux
que celui d'un fourbe & d'un
trompeur.
Le troisième avis qui te touche encore de plus près que les deux
précédents; c'est que lorsqu'il te
prendra fantaisie de lire les Auteurs,
tu n'oublies pas de te servir
a iij
@

P R E F A C E.
d'un truchement fidèle: car
comme ces Philosophes ont acquis
ta créance, les idées que tu prendrais
chez eux, deviendraient à
ton égard ineffaçables. Or quelle
idée peut-on espérer d'un prétendu
Savant lorsqu'on est assuré qu'il
ne nous donnera jamais ni sens littéral,
ni enseignement bien démêlé.
N'est-on pas persuadé que
ces sortes de gens ne parlent tous
que par Emblèmes, par Fables
& par Enigmes ? Comment donc
aspirer par leurs secours au grand
Oeuvre, si l'on fait réflexion que
tous les habiles en ce métier tiennent
par tradition, de ne s'expliquer
jamais que de la manière la
plus embarrassée? Il est vrai que
lorsqu'on les entend discourir sur
la matière prochaine, sur la préparation
& sur les degrés du feu;
ce ne sont que des demi- mots, que
des termes tronçonnés: & comme
s'ils craignaient d'en dire trop, ou

@

P R E F A C E.
de s'expliquer trop clairement, ces
rusés Docteurs se mordent la langue
à toutes les syllabes, pour nous
faire comprendre qu'un Sage n'irait
pas plus loin.
Pourquoi ces détours & pourquoi ce manège ? Sans se fatiguer
à chercher des raisons, écoutons
un homme entendu, auquel on ne
put faire prendre le change. Ces
Messieurs, disait-il, extrêmement
jaloux de leur secret, veulent jouir
seuls de leur gloire; & dans la
crainte d'avoir des rivaux, ils tiennent
pour vérité constante, qu'on
ne peut goûter rien de plus tendre
ni de plus délicat dans leur fortune,
que de ne souffrir point de
compagnon.
Que cette conduite pourtant, Lecteur, ne te donne point de dégoût
sur ton entreprise. Une infinité de
gens mettent à la loterie, quoique
le gros lot ne soit que pour
un seul. Jason pendant l'épouvante

@

P R E F A C E.
de toute la Grèce, ne laissa pas
d'entreprendre le voyage de la
Colchide. En effet, par un je ne
sais quoi que lui fournit Médée,
ce hardi Cavalier revint à Athènes
avec la Toison d'Or. Ne désespère
donc pas du succès qui
peut t'arriver; car dans un siècle
aussi éclairé que celui où nous vivons,
tu pourras trouver quelqu'un,
qui avec moins de Poudre
qu'il n'en faut pour remplir une
tabatière, fera éclore plus de millions
de fin Or en trois ou quatre
instants, que le Soleil ne produira
de parfaits métaux pendant la durée
de l'Univers.
Mais je te vois dans l'étonnement, ami Lecteur: Je n'ai donc
garde d'étaler à tes yeux deux
autres avantages infiniment de plus
grand prix que l'Or dont tu
es ébloui. Je me contenterai de
te faire revenir à toi, pour te
faire recevoir dans un esprit calme

@

P R E F A C E.
le petit Dictionnaire que je te
donne. Le triple secret y est répandu.
Lis & relis, & fais un bon
usage de ce Livre; puisqu'il t'apprendra
sans peine si tu es véritablement
dans le chemin de parvenir
à la perfection du plus précieux
effort de l'Art & de la Nature:
c'est-à-dire, si tu dois t'attendre
de trouver le bonheur que tu souhaites
de posséder; ou bien si tu
ne feras pas mieux d'éviter le malheur
que tout homme sage doit
redouter, en cherchant inutilement
& avec de grands frais la
vérité & le secret d'une Science
qui paraît vaine aux yeux du vulgaire,
& qui ne peut être développée
de ses difficultés que par
de vrais philosophes, qui ne se rencontrent
que rarement.


@

pict

N O M S D E S A U T E U R S
& des Livres dont on s'est servi pour cet Ouvrage.
Alanus,
Albert le Grand,
Alphidius,
Apulée,
Aristeus,
Aristote,
Arnaud de Villeneuve,
Artéphius,
Avicenne,
Basile Valentin,
Calid,
Clangor Buccinae,
Dastin,
Dorneus,
Garlandius,
Geber,
Guillaume de Paris,
Haly,
Hermès,
Hogelande,
Isaac Hollandais,
L'Abbé Sinésius,
La Fontaine des Amoureux,

@

L'Hortulain,
La nouvelle lumière Chimique,
La Toison d'Or,
La Turbe des Philosophes,
Laurent Ventura,
Le Comte Trévisan,
Le Cosmopolite,
Le Grand Rosaire,
L'Inconnu,
Loüis des Comtes,
Margarita Novella,
Morien,
Nicolas Flamel,
Paganus,
Paracelse,
Philalèthe,
Pic de la Mirandole,
Poliphile,
Pontanus,
Rhasis,
Richard Langlois,
Ripleus,
Roger Bacon,
Saint Thomas,
Scala Philosoph.
Sendivogius,
Thomas Norton,
Zachaire,

@

------------------------------ Extrait du Privilege du Roi.
PAR Grace & Privilege du Roy,
donné à Saint Germain en Laye le 2.
Decembre 1672. Signé, DALENCE: Il est
permis au Sieur CHARLES ANGOT Libraire,
d'imprimer plusieurs Traitez curieux de
Chymie, composez par les plus fameux
Auteurs anciens & modernes; sçavoir
les Livres d'Hermés, de Geber, d'Artephius,
de R. Lulle, d'Arnaud de Villeneuve,
Trevisan, Basile Valentin, &
autres sur la même matiere, en Prose
& en Vers, pendant le tems de neuf
années; avec défenses à tous Libraires
& autres d'imprimer lesdits Livres, sous
les peines portées par l'original du present
Extrait.

Ledit Sieur A N G O T a cedé son droit de Privilege à L A U R E N T D'H o u r y aussi Libraire à Paris.

Registré sur le Livre de la Communauté des imprimeurs & Marchands Libraires
de Paris. Signé, D. THIERRY, Syndic.

Achevé d'imprimer pour la premiere fois
le 26. May 1695.
DICTIONNAIRE
@

pict

D I C T I O N N A I R E
H E R M E T I Q U E
A.
pict Bréviation. Ce terme vient du mot Abbrévier ou Abréger, ou bien gagner temps, qui est le sens littéral. Les Philosophes s'en sont servis lorsqu'ils
ont dit: La Pierre ne veut point d'abréviation.
C'est-à-dire, qu'il ne faut
point s'ennuyer du long travail, & qu'il
ne faut point prétendre l'avancer par
augmentation de feu, autrement on gâterait
l'ouvrage.
Abreuver le compôt; c'est imbiber la matière demeurée au fond de l'Oeuf Philosophal,
par celle qui est la plus subtile,
laquelle est montée au sommet du
vaisseau, & qui retombe d'elle-même ne
A.
@

2 A B. A C.
pouvant monter plus haut. Les Sages
appellent autrement cette Opération,
Laver, ou Lavements.
Ablution. Les Philosophes ont ainsi nommé l'opération ou circulation de la
matière, lorsque de noire elle passe à
la blancheur. Autrement, Lavements du
Laton ou Leton qu'il faut blanchir. Voyez
Laton, ou Leton.
Acheloüs. C'est un fleuve humide: c'est-à-dire, que la matière Philosophale
qui était un corps dur, est devenue liquide.
Acier des Philosophes. C'est un des termes mystérieux de l'Art. C'est cette matière
dont on extrait le Mercure Philosophal,
laquelle ils appellent autrement Cahos.
V. Cahos. Ils l'appellent encore L'eau
de rosée de l'Equinoxe, quelquefois Le
menstrue du monde, ou leur menstrue.
Le Cosmopolite dit dans son Enigme,
Qu'il se trouve dans le ventre d'Ariès;
Et dans son Epilogue, Que l'eau Pontique
qui se congèle dans le Soleil & la
Lune, se tire du Soleil & de la Lune
par le moyen de l'Acier des Philosophes.
Toutes lesquelles manières de parler ne
sont qu'une même chose.
Accointer. Vieux mot qui signifie hanter
@

A C. A D. 3
& se familiariser avec.... d'où vient
Accointance, familiarité.
Accordance, conformité, accord. Actif, agissant. Adapter, accommoder; dérivé du Latin Adaptare.
Adaptation. L'Adaptation des Philosophes est, lorsque la projection de l'élixir
au blanc ou au rouge est faite sur un
métal fondu ou réduit en forme mercurielle,
d'autant qu'il est de la même nature;
& pour cette raison il convient ou
a convenance avec l'élixir: ainsi Adaptation
veut dire, convenance ou similitude
de nature. En effet, quiconque voudrait
faire projection du blanc ou du rouge sur
une autre matière que sur une métallique,
il ne ferait ni or ni argent, d'autant qu'il
n'y a pas convenance de nature.
Addition de l'or Philosophal ou soufre citrin. C'est la rubification ou teinture
du Mercure, laquelle ne s'ajoute
point dans l'oeuvre, parce qu'elle
est contenue dans le Mercure; Et nous
entendons quelquefois par cette Addition
de l'or Philosophal, la projection de
l'élixir sur la matière convenable liquéfiée
ou échauffée.
Adduire, produire, alléguer; du Latin A ij
@

4. A D. A F. A G. A I
Adducere.
Adulphur: c'est-à-dire, cendre ou sable.
Administrer, donner, fournir; du Latin Administrare.
Affermer, pour affirmer, affirmations. Afflamber & Emflamber; Inciter, enflammer. Il vient de Flambe pour Flamme:
on dit encore Flamber; du Latin
Flamma.
Affliction de l'Artiste par les esprits; infirmités, tristesses, & colères. C'est-à-
dire, que quand l'Artiste a laissé fuir ou
évaporer les esprits, l'opération ne peut
réussir. Autr. lorsque ses vaisseaux sont
rompus par une excessive chaleur &
que par conséquent les esprits sont brûlés.
Agazoph. C'est une opération divisée en deux parties, savoir en Periminel &
Adulphur. Voyez à leurs lettres.
Agent extérieur & intérieur. C'est le feu qui est l'Agent extérieur & qui excite
l'intérieur, lequel est le soufre de la
matière, Quelquefois c'est le Mercure
des Philosophes, à cause qu'il dissout les
corps sans corrosion & détérioration, &
les spiritualise.
Aigles des Philosophes. Par les Aigles,
@

A I. 5
les Philosophes entendent l'eau qui aura
été autant de fois rendue aiguë ou rectifiée;
de sorte que chaque sublimation du
Mercure Philosophal est prise pour une
Aigle, & la septième suffit pour le Bain
du Roi. Une Aigle, ou deux, ou trois
commandent à Saturne, à Jupiter & à Venus:
ils commandent à la Lune depuis
trois jusqu'à sept; & quand il y a dix
Aigles, ils commandent au Soleil.
L'Aigle devenant le Lion. C'est lors que le Mercure Philosophal dissout le Soleil
& la Lune & les met en son ventre.
Autr. Quand le volatil dévore ou emporte
le fixe, ce qui se fait au commencement
du travail.
L'Aigle étendue: c'est le sel armoniac sublimé.
L'Aigle rouge fixe, ou Aigle volante: c'est le sel armoniac seulement.
L'Airain des Philosophes. Terme de l'Art qui signifie la même chose que
l'Or Philosophal, qu'ils appellent autrement
Laton, & quelquefois l'ouvrage
de la Pierre: Et quand ils disent que leur
Airain est fondu, c'est-à-dire qu'il est
parvenu au noir. Les choses ainsi entendues,
il faut dire que l'Airain est le
corps terrestre; Autr. l'ouvrage au blanc
A iij
@

6 A L.
autr. le Mercure Philosophal qu'ils disent
qu'il faut cuire; autr. l'Elixir parfait au
blanc ou au rouge.
Albar aeric: c'est le noir très noir, autrement le Leton qu'il faut blanchir; ou
bien c'est la matière de la Pierre qui contient
le Soleil, la Lune & le Mercure.
Albification, blanchissement ou blanchissage: action de blanchir.
Alchimie: mot composé de l'article Arabe Al, & de Chimie.
Aliment de la Pierre: c'est le feu continué: autr. l'eau la plus subtile laquelle
était montée au haut du vaisseau, & qui
retombe d'elle-même.
Alun des Philosophes: c'est la matière des Sages, lorsqu'elle est parvenue au
noir.
Alun sublimé: c'est lorsque la Pierre est arrivée au blanc parfait.
Alkasor des Philosophes: c'est la Pierre parfaite au rouge.
Alcooliser, ou réduire en Alcool: c'est- à-dire subtiliser; comme lorsqu'on pulvérise
quelque Mixte jusqu'à ce que la
poudre soit impalpable. On emploie
aussi ce mot pour exprimer un esprit
très pur: ainsi on appelle l'esprit de vin
rectifié, Alcool de vin.

@

A L. A M. 7
Allégorie: terme Grec qui signifie que les paroles doivent être expliquées autrement
que dans leur sens naturel &
littéral; c'est-à-dire, lorsque l'on dit
une chose & que l'on en entend une
autre.
Allutel: c'est un vaisseau propre à sublimer une matière liquide.
Almagra: c'est le Leton. Amalgamer. Amalgamation: c'est corroder un métal par le moyen du mélange
du vif-argent ou Mercure qu'on met avec
lui. Autr. c'est mêler du Mercure avec
du métal fondu. Cette opération sert
pour rendre le métal propre à être étendu
sur quelques ouvrages, ou pour le
réduire en poudre bien subtile; ce qui
se fait en mettant l'Amalgame dans un
Creuset sur le feu: car le Mercure s'en
allant en l'air, laisse le métal en poudre
impalpable. Sur quoi il faut savoir que
le fer & le cuivre ne s'amalgament
point, mais bien les autres métaux
Amalgame d'or et d'argent: c'est l'union du Mercure avec le corps métallique
fondu de l'or & de l'argent.
Ame de la Pierre. Les Philosophes appellent ainsi ce qui est volatil sur le feu.
V. Corps & Esprit. Autr. L'Ame est appelée
A iiij
@

8 A M. A N.
la vertu du corps & de l'esprit,
entrant, pénétrant, teignant & fixant
toutes, choses volatiles. Autr. L'air,
cause qu'elle est spirituelle.
Ame admirable: c'est la dissolution du parfait par le Mercure Philosophal.
Tirer l'Ame & l'esprit du corps: c'est dissoudre, calciner, teindre, blanchir,
baigner, laver, coaguler, &c. Et tout
cela ne signifie que la même chose, ou
l'opération de Venus.
Amender: ce que signifient ces mots, La nature s'amende en nature; nature
amende nature: c'est-à-dire, qu'il ne
faut point mêler les corps étrangers ou
d'une autre nature, parce qu'ils ne se
peuvent unir parfaitement & jusqu'à leur
intime, & qu'ils ne perfectionnent pas;
mais bien ceux qui sont de même nature,
comme un métal parfait perfectionne l'autre:
Et ce qui n'aura pas la nature métallique,
ne pourra pas le perfectionner,
mais plutôt le corrompre, ou du moins
le gâter & détériorer.
Amener, produire: raisons amenées, produites ou alléguées; il vient de mener,
du verbe Latin mino.
Androgyne, ou Hermaphrodite: c'est- à-dire, qui a les deux sexes, masculin &

@

A N. 9
féminin, unis ensemble.
Androgyne des Philosophes: c'est le mâle & la femelle unis dans le Mercure
Philosophal; c'est-à-dire, lorsque les
deux sexes de mâle & de femelle sont
joints en la couleur noire très noire,
qui est la putréfaction parfaite: alors
l'eau est convertie en terre, & les anciens
ennemis sont faits amis: car quand
la terre sera en air, elle sera blanche; &
lorsqu'elle sera devenue rouge, elle sera
feu; & alors la paix sera faite entre tous
les éléments, ou bien, entre les quatre
qualités, savoir froid, chaud, sec &
humide.
Animation. Animer, c'est verser une âme dans un corps: autr. c'est incorporer
le Mercure avec son esprit métallique,
afin de le rendre propre à recevoir
l'âme du Soleil & de la Lune, selon qu'il
a été préparé.
Animer manuellement le Mercure. Cette façon de parler ne signifie autre
chose, qu'incorporer le Mercure avec
son esprit métallique; laquelle Animation,
selon tous les Philosophes, n'est
que verser une âme dans un corps.
Anges. Quand les Philosophes parlent des Anges, ils entendent les natures

@

10 A N.
transmuées en Anges; c'est-à-dire, lors
qu'elles sont faites spirituelles & subtiles:
aussi sont-elles alors de vraies teintures.
Angles. La chose qui a trois Angles en sa substance, & en a quatre en sa
vertu, & en a deux en sa matière, & en
a un en sa racine; c'est le Mercure Philosophal
qui contient les trois principes
de la nature, Sel, Soufre & Mercure;
& de plus la vertu des quatre Eléments
lesquels y sont contenus; & dans sa
matière lie le fixe & le volatil: Et un
dans sa racine, lequel est la matière éloignée
de la Pierre; & possède en outre toutes
les qualités dont nous venons de
parler.
Anneau du souverain lien. C'est le Mercure Philosophal dans lequel le Soleil
& la Lune des Sages sont compris &
unis & mariés,
Anneau d'or couvert d'argent. C'est la Pierre des Philosophes qui en son profond
est mâle & or, & en son manifeste
ou extérieur est argent ou femelle: ce
qui s'entend en son commencement, &
non pas quand elle est parfaite au rouge;
car quand elle est parfaite au rouge, la
blancheur de l'argent est alors cachée
sous la couleur de l'or.

@

A P. A R. 11
Apposition. Les Philosophes disent qu'il faut commencer par l'apposition du
Mercure citrin rouge, pour passer de la
couleur blanche à la rouge. C'est une façon
de parler des Sages; & la vérité est
qu'on n'y met aucune chose, d'autant
que la matière contient en soi tout ce
qui lui est nécessaire: mais on cuit seulement
la matière en augmentant le feu
lorsqu'il est nécessaire. Par cette façon
de parler, ceux la se trompent qui
croient qu'il faut mettre réellement un
Mercure de couleur citrine rouge.
Appareiller, Apprêter; Appareillés Apprêtés: il vient d'Appareil.
Arbre des Philosophes. Le grand Arbre des Philosophes est leur Mercure, qui
est leur teinture, leur principe & leur
racine; & quelquefois c'est l'ouvrage de
la Pierre. V. Pluie d'or.
Archée: c'est le Vulcain, ou la chaleur de la terre.
Arena: c'est la terre noire du noir très noir qu'il faut blanchir, autrement
dite le leton. C'est encore, le corps pur
& net.
Argent des Philosophes: c'est la matrice propre à recevoir le sperme & la teinture
du Soleil. Philalèthe l'appelle l'Or

@

12 A R.
blanc qui est plus cru, & qui est la semence
féminine dans laquelle l'or meurt,
autrement appelé le laton rouge, qui y
jette la sienne pour produire l'hermaphrodite
des Sages. En un mot, c'est le
Mercure des Philosophes; & quelquefois
ils entendent par leur argent, l'ouvrage
de la Pierre Philosophale.
Argent vif des Philosophes. Nous avons dit ci-dessus que c'est le Mercure des
Philosophes qu'ils voulaient cacher:
Quelques-uns l'ont appelé simplement
leur argent; mais d'autres plus hardis &
plus ouverts parmi les modernes, le nomment
leur argent vif, parce qu'il est vivant:
car le vif argent est bien différent
de lui, puisque c'est le commun. Or quand
on dit argent vif, c'est comme si on disait
argent vivant ou vivifié, lequel argent
vif est la racine des métaux: & la
raison pour laquelle les Sages l'appellent
quelquefois ainsi, c'est à cause que par
sa couleur, par sa vertu & par ses propriétés
il est semblable au Mercure minéral;
car il est blanc, transparent ou
clair, froid, humide, volatil & coagulable.
Autr. esprit volatil, qui est la
Lune au regard du Soleil. Autr. l'humidité
radicale de la Pierre.

@

A R. 13
Cuire l'Argent ou l'Argent vif des Philosophes: c'est-à-dire, cuire le Mercure
Philosophal: ou, cuire l'ouvrage au
blanc pour aller au rouge.
L'Argent vif des Philosophes exhalé: c'est ainsi que les Sages appellent l'ouvrage
de la Pierre, lorsqu'il n'y a plus
de noirceur.
Arguer, argumenter, raisonner; du mot latin Arguere.
Argus. V. Yeux d'Argus. Ariès, est l'un des douze Signes du Zodiaque, que nous appelons le Bélier
ou Mouton. Le Soleil entrant dans ce
Signe vers le 20. du mois de Mars fait
l'Equinoxe du Printemps, Ventre ou Maison
d'Ariès est un des termes mystérieux
de l'Art.
Arop: c'est la matière dont on fait la Pierre: ou bien, c'est la matière dont on
fait le magistère laquelle ne contient
qu'une seule chose.
Arse, brûlé: il vient du latin Arsus. Arsenic des Philosophes: c'est le Mercure des Sages: autr. la matière de laquelle
on tire le Mercure Philosophal:
autr. la matière des Hermétiques lors
qu'elle est venue au noir: autr. le soufre
ou semence masculine & agente.

@

14 A R. A S. A T.
Quelques uns entendent par ce nom le
sel qui est le lien du Soufre & du Mercure,
& qui sont tous trois les principes
de la nature & de tous les mixtes.
Arsenic des Philosophes non urent ou incombustible: c'est la Pierre des Hermétiques
parfaite au blanc.
Aruncula major: c'est la matière de la Pierre des Sages.
Assation. Les Philosophes appellent Assation, la couleur noire ou putréfaction
de la matière de la pierre: ils lui
donnent encore divers noms. V. Sublimation.
A tant: Ancien terme qui veut dire, de sorte que.
Atalante. Sous la Fable d'Atalante les Anciens ont caché notre Eau mercuriale,
isnelle & fugitive, de laquelle le
cours est arrêté par les pommes d'or jetées
par Hypomène, qui ont les soufres
fixants & coagulants.
Athanor: c'est le fourneau des Philosophes, plus propre pour leur ouvrage
que tout autre; c'est pourquoi par excellence
on l'appelle le fourneau des Philosophes,
ou le fourneau philosophique. Ce
mot d'Athanor est tiré de l'Arabe, &
signifie une tour dans laquelle l'on met

@

A T. A U. A Y. A Z. 15
du charbon pour entretenir le feu continuel
dans un fourneau qui y est joint:
il vient aussi du mot grec ἀθάνατος
immortel.
Atrop: c'est un terme Arabe qui signifie plomb. V. le Plomb des Philosophes.
Attrempance d'Alphidius: c'est le Mercure Philosophal, parce qu'il contient
en soi les quatre éléments tempérés
ou prêts de le devenir.
Atténuer, mette en poudre. Matière ou substance atténuée: c'est-à-dire, dégagée
de toute terrestréité, ou autrement
subtilisée. Ce qui se dit encore d'une matière
réduite en poudre subtile.
Aubins, blancs d'oeufs : du latin Album. Augment, augmentation: du latin Augmentum.
L'Automne des Philosophes, ou le temps des moissons: c'est lorsque leur ouvrage
est entièrement accompli.
Aimant, est un terme mystérieux de l'Art, Le Cosmopolite & Philalèthe s'en
sont servis.
Aimant des Philosophes: c'est la matière de laquelle on tire ou on extrait
le Mercure Philosophal.
Azinaban: c'est-à-dire, les fèces qui
@

16 A Z. B A.
sont rejetées comme un vomissement
qui est l'impur séparé du pur de la matière.
Azot: c'est le commencement & la fin: autr. les quatre éléments. Le Mercure
Philosophal est ainsi appelé, parce
qu'il suffit seul; & ainsi est le commencement
& la fin de l'ouvrage, d'autant
qu'il contient tout ce qui lui est nécessaire.
Azot blanchissant le leton: c'est le Mercure Philosophal, ou l'argent vif
des Sages: autr. le compôt quand il est
arrivé à la noirceur.
Azot & le feu te suffisent: c'est-à-dire, que le feu & l'azot, qui est la matière
préparée, ou le Mercure Philosophal bien
purgé, suffisent à l'Artiste, n'ayant besoin
que de cela pour conduire l'ouvrage
ou l'oeuvre des Philosophes à sa dernière
perfection.

B.
B Ailler, vieux mot qui signifie donner: il est en usage au Palais.
Bain marin. Il se fait dans un chaudron ou un autre vaisseau, lequel est
d'ordinaire une cucurbite ou courge de
verre,
@

B A. 17
verre, de terre ou de cuivre, où l'on met
quelque chose pour distiller ou pour digérer.
On l'appelle Bain Marin, parce
que le vaisseau que l'on met dedans, y
baigne comme dans une mer. Quelques-
uns l'appellent Bain Marie, voulant dire
qu'il a été inventé par Marie la Prophétesse;
mais vrai semblablement le mot
Marie a été corrompu & pris pour
Marin.
Bain Marie des Philosophes: c'est le fourneau Philosophal, & non celui des
Chimistes & Distillateurs: autr. le Mercure
Philosophal dans lequel le Roi &
la Reine se baignent.
Ce que les Philosophes appellent Bain c'est une matière réduite en forme liquide
ou d'eau; comme quand on veut
faire projection sur un métal, il faut
qu'il soit fondu: & c'est ce qui s'appelle
Bain, ou réduction en forme mercurielle,
où le Roi & la Reine se baignent,
(qui sont le Soleil & la Lune)
parce qu'il est une eau liquide.
Le Baigner des Philosophes, c'est quelquefois cuire la nature jusqu'à ce qu'elle
soit parfaite: autr. c'est lorsque les circulations
se font dans l'oeuf; les Philosophes
disent que le Roi & la Reine se
B
@

18 B A. B E.
baignent dans la fontaine, d'autant qu'ils
y sont naturellement contenus: Autr. Ce
dire est pour le temps auquel se fait la
distillation du Mercure Philosophal.
Basilic des Philosophes: c'est la Pierre au blanc ou au rouge parfait, qui de sa
vue tue le Mercure; c'est-à-dire projette
sur le Mercure, le tue, l'arrête & le
fixe, & agit de la même manière que le
basilic qui tue de sa vue l'objet auquel
il s'attache: & c'est parler par similitude,
comparaison ou convenance.
Quand les esprits sont battus ils s'épanouissent facilement: c'est-à-dire, élevés
& fortement poussés par le feu.
Baume universel de la nature: c'est l'élixir parfait au blanc ou au rouge, qui
font des merveilles ou choses surprenantes
dans les trois règnes de la nature,
végétal, minéral & animal: je veux dire
qui les perfectionnent & en font une
médecine rare & peu connue.
Bembel: c'est le Mercure Philosophal, & quelquefois l'ouvrage de la Pierre des
Sages; & ils prennent souvent l'un pour
l'autre.
Benibel: c'est le Mercure hermétique qu'il faut cuire.
La Bête venimeuse des Sages, & leur
@

B L. 19
serpent; c'est la Pierre Philosophale lors
qu'elle est sublimée: & ce, par similitude;
d'autant que comme le serpent se glisse
insensiblement & par son venin tue, de
même la Pierre étant parfaite entre &
pénètre le métal imparfait & le tue:
c'est-à-dire, lui ôte son premier être
imparfait & sa volatilité, & le teint &
fixe au blanc ou au rouge parfait. V.
Serpent.
Blanche fumée, blanc esprit, & âme admirable: c'est la dissolution du parfait
par le Mercure Philosophal. Autr. c'est le
Mercure des Sages lui-même, parce qu'il
monte comme une fumée & ressemble à
du lait.
Blancheur des Philosophes. La Blancheur est dite par les Philosophes, vie &
résurrection; & la noirceur, mort. La
blancheur témoigne que les éléments précédents,
savoir l'eau & la terre, sont
faits éléments de l'air représentés par ladite
blancheur; & lorsqu'elle paraît,
c'est en ce moment que se fait l'union
du soufre & du Mercure, du mâle &
de la femelle, du fixe & du Volatil &
quand la Pierre est au blanc parfait, alors
le fixe a surmonté la nature du volatil, &
il n'y a plus d'humide superflu.
B ij
@

20 B L. B O. B R.
La Blancheur Capillaire de N. Flamel: c'est lorsque le régime de Jupiter est
achevé, & qu'il paraît de petits filaments
blancs comme les cheveux.
Le Blanchir des Philosophes: c'est cuire la nature jusqu'à ce qu'elle soit parfaite.
Le Bois de vie: c'est le Mercure Philosophal, que j'ai dit ci-devant être le grand
arbre des Sages, & lequel étant vivant
donne la vie aux substances ou corps
morts.
Le Boiteux: le Vulcain, autrement la chaleur de la terre, que Paracelse appelle
l'Archée.
Boritis. Les Philosophes appellent de ce nom leur Mercure, lorsqu'il est parvenu
au noir très noir & qu'il est épaissi.
Autr. le leton qu'il faut blanchir.
Boue ou Limon: c'est lorsque la matière est devenue comme de la poix fondue,
& ensuite devient très noire.
Brasser: c'est-à-dire, agiter. Bref, Brièveté. L'Oeuvre ne veut point de Brièveté: c'est-à-dire, qu'on ne doit point s'ennuyer
de la longueur du temps, ni précipiter
ou prétendre avancer l'Oeuvre par
l'augmentation du feu, (si ce n'est lors
qu'elle sera nécessaire) autrement on gâterait

@

B R. C A. 21
tout; d'autant que c'est plutôt la
nature qui agit en l'Oeuvre que le feu
externe, qu'on ne doit employer que pour
mettre celui de la nature en mouvement,
& doit au contraire être très doux &
léger.
Broyer, c'est quelquefois cuire la nature jusqu'à ce qu'elle soit parfaite.
Brûler, en Latin Assare: c'est cuire la matière, la calciner, sublimer, & un
nombre infini de noms que vous trouverez
en ce Livre.

C.
C Admie: c'est la matière étrangère. Cahos & tombeau dont l'esprit doit sortir: c'est lorsque la matière est devenue
comme de la poix fondue & très
noire; parce qu'alors les éléments &
les principes de la nature y sont contenus
confusément. Le Cahos est encore la
matière de laquelle on extrait le Mercure
Philosophal: & quelquefois les Sages
l'appellent leur Lune.
Calcination. CALCINER: c'est rendre une chose solide, comme est une pierre
ou un métal, en poudre & en menues
parties, qui se désunissent par la privation

@

22 C A.
de l'humidité qui unit ces parties, &
n'en fait qu'un corps: & cette privation
se fait par l'action du feu, ou des
eaux fortes.
Calcination ou solution des Philosophes: c'est lorsque la noirceur paraît
& que la matière se calcine: Autr. C'est
lorsque la putréfaction & corruption de
la matière se fait; ce qui arrive par circulation
& ablution, que l'on pousse par
la continuation du feu.
La Calcination est la purgation de la Pierre. Le signe de la parfaite Calcination
est la congélation du Mercure, &
la congélation est une fixation des esprits,
Autr. c'est cuire la matière ou
la nature jusqu'à ce qu'elle soit en sa
perfection, ce qui se fait par la continuation
du feu. V. Lavements, Sublimation.
Le Vaisseau Calcinatoire, ou bien dans lequel se fait la Calcination de la Pierre;
c'est l'Oeuf Philosophal, ou le Fourneau
des philosophes car les Sages pour cacher
leur intention, disent quelquefois
l'un pour l'autre.
Calciner le Tartre par le vin: c'est-à- dire par l'eau-de-vie extraite du vin.
Calidité, chaleur; du latin Caliditas.
@

C A. C E. 23
Cambar. Les Philosophes appellent ainsi leur matière, lorsqu'elle est parvenue
au noir très noir & qu'elle est
épaissie.
Capillaire, ressemblant à des cheveux; du latin Capillaris.
Carsufle. Voyez, Corsufle. Cémenter: c'est une manière de purifier l'or; elle se fait en stratifiant ce métal
avec une pâte dure composée d'une
partie de sel armoniac, deux parties de
sel commun & quatre parties de bol ou
de briques en poudre, le tout ayant été
malaxé avec une quantité suffisante d'urine.
Cendres. Ne méprisez pas la Cendre: car en icelle est le diadème de nôtre Roi
& l'argent vif. C'est la noirceur, le
leton, le plomb des Philosophes; dans
laquelle cendre est le Roi, qui avec le
temps sortira de ce sépulcre & de ces ténèbres,
& régnera avec puissance sur
tous les ordres de la nature. Autr. C'est
lorsque la matière est réduite en poudre
& qu'elle est calcinée: alors il n'y a
plus de noirceur, d'autant qu'il n'y a
plus d'humide superflu.
Cération. Les Philosophes appellent ainsi le passage de la couleur noire à la

@

24 C E. C H.
blanche, qu'ils nomment autrement
ablution ou lavements: Autr. c'est l'imbibition
qui se fait par la circulation.
Cercle. On lit Cercle capillaire dans Flamel.
Le premier Cercle des Philosophes, c'est le premier ouvrage ou la première opération
pour faire la Pierre: Autr. l'animation
du Mercure. V. Animation.
La Chaleur du Soleil des Philosophes: c'est celle du feu de lampe qui est égale.
Chameaux: c'est l'ouvrage Philosophique. Changer les natures. V. Nature. Changer les espèces des métaux en autre nature. Les vrais Philosophes n'ont jamais
entendu changer les métaux en autre
nature; ce qu'Aristote a dit être impossible
s'ils n'étaient premièrement réduits
en leur première matière: mais ils
ont entendu par ce mot de changer, les
perfectionner par art; c'est-à-dire, améliorer
par le secours que vous donnez à
la nature par l'argent vif, & non pas
par le vif-argent. C'est pourquoi ceux
qui parlent de ce changement entendent
mal les Philosophes, parce qu'ils ne prétendent
pas les faire passer de la nature
métallique à une autre espèce & nature.
Le Cha-
@

C H. 25
Le Chapelet végétable: c'est un raisin dont les grains ressemblent à ceux des
Chapelets.
Le Chariot de Phaëton: c'est l'eau mercuriale antimoniale: ou bien, c'est le
Mercure Philosophal ainsi nommé.
La Chartre des Philosophes: c'est-à- dire, la prison des Sages, qui est le fourneau
Philosophal: autr. l'oeuf Philosophal
qui contient la matière, qu'on pourrait
à bon droit nommer le cachot.
Chaudelet un peu chaud, diminutif de Chaud.
La Chaux vive des Philosophes: c'est du Mercure Philosophal & du soufre
de métal amalgamés ensemble.
Le Chef d'oeuvre de la nature & de l'art: c'est l'or Philosophal; c'est-à-
dire, l'élixir parfait au rouge.
La chose qui a le chef rouge, les pieds blancs & les yeux noirs, est tout le magistère.
C'est l'ouvrage parfait de la Pierre,
où ces trois couleurs sont les principales
& celles qui durent plus longtemps;
la noire est la première, la blanche
la seconde, & la rouge est la dernière.
Vêtir la Chemise azurée: c'est-à-dire, faire projection sur une matière métallique
C
@

26 C H. C I.
fondue ou en fusion.
Le Chêne creux contre lequel Cadmus perça le serpent avec sa lance. C'est lors
que l'opération de la Pierre se fait; le
feu est la lance, l'oeuf est dans de la cendre
de Chêne: C'est pourquoi ils l'appellent
Chêne creux; le serpent est le
Mercure, & l'Artiste est Cadmus.
Chibric des Arabes: c'est l'huile radicale & philosophique du soufre,
Chien d'Arménie: c'est le soufre, appelé autrement lion, dragon sans ailes,
sperme masculin ou mâle.
Chienne de Corascène: c'est le Mercure, dragon ailé ou sperme féminin, femelle.
Cibations, ou Lotions: c'est la même chose. V. Lotions.
Ciboule: c'est un vaisseau de verre ainsi nommé.
Le Ciel des Philosophes: c'est l'or, & quelquefois le tartre des Philosophes:
ou bien encore, c'est le Mercure préparé
qui réduit les métaux en sa nature
en vivifiant leur Mercure mortifié, & en
séparant d'avec lui l'agent extérieur qui
est son soufre vitriolé: autr. c'est le
soufre qu'ils appellent ciel en terre,
mâle & femelle, même terre & eau:
autr. le Mercure philosophal.

@

C I. C L. 27
Circulant, environnant; du latin circueo ou circumeo.
Circulation. CIRCULER, tourner en cercle ou en rond; du latin circulo.
Circulation: c'est une opération par laquelle on fait circuler une liqueur ou
essence dans un vaisseau bien bouché,
ou dans deux vaisseaux qui se tiennent
ou qui entrent l'un dans l'autre; ce qui
se fait par le moyen de la chaleur, ou
dans le fumier de cheval échauffé de lui-
même, ou dans le Bain Marin: autr.
c'est un mouvement qu'on donne aux
liqueurs dans un vaisseau de rencontre,
ou bien qui est scellé hermétiquement
en excitant par le moyen du feu les vapeurs
à monter & à descendre. Cette
opération se fait pour subtiliser les liqueurs,
& pour ouvrir quelque corps
dur qu'on y a mêlé.
La Circulation de la roue philosophique: c'est recommencer les opérations
qui ont déjà été faites, après avoir fait
les imbibitions qui dissolvent la matière;
& c'est le droit chemin des multiplications
de la Pierre.
Clarté. Après ténèbres vous aurez clarté. On entend par ce mot ténèbres,
la noirceur qui paraît après quarante-
C ij
@

28 C L. C O.
deux jours de travail au plus tard, &
après cette couleur vient la blancheur,
que les Philosophes appellent clarté.
Clef. La putréfaction qui se fait quand la couleur noire paraît, est une des clefs
de l'oeuvre: car si elle ne paraît au plus
tard après quarante-deux jours de travail,
il est certain que votre ouvrage ne
vaut rien. En effet, c'est le vrai principe
& comme l'assurance certaine que
la chaleur due & proportionnée à la
corruption lui a été administrée; & c'est
la première partie de l'ouvrage philosophal.
Clerc, Savant. Clibaniquement: c'est-à-dire, selon la proportion du fourneau; du mot grec
κλίβανος, qui signifie un four.
Clouer: c'est-à-dire, fermer ou clore; afin que je leur cloue la bouche, Trévisan:
pour que je leur ferme; Il vient
de clore.
Coagulation: c'est la réduction que l'on fait d'une chose coulante & fluide dans
une substance solide, par la privation
de son eau, ainsi que l'a défini Geber
dans sa Somme. Telle est la coagulation
du lait.
Coagule, présure; c'est ce qui fait
@

C O. 29
cailler le lait: du latin coagulum.
Coaguler, cailler; du latin coagulare. Le coaguler des Chimistes, c'est donner une consistance aux choses liquides,
en faisant consumer une partie de leur
humidité sur le feu, ou bien en mêlant
ensemble des liqueurs de différente nature.
Le coaguler des Philosophes, c'est cuire la nature jusqu'à ce qu'elle ait acquis
sa dernière perfection.
Le vaisseau coagulatoire ou de coagulation des Philosophes: c'est l'oeuf Philosophal
ou la coagulation de la Pierre se
fait par la coction.
Cohober: c'est réitérer la distillation d'une même liqueur, l'ayant reversée sur
la matière restée dans le vaisseau. Cette
opération se fait pour ouvrir les corps
& volatiliser les esprits; & le cohober
des Philosophes se fait de lui-même, par
la nature, sans ouvrage de mains.
Colère. Par ce mot les Philosophes entendent le trop de feu qui brûle & gâte
tout l'ouvrage, & qui fait rompre les
vaisseaux par la violence qui est faite aux
esprits.
Colliger, recueillir, ramasser; du latin Coligere.
C iij
@

30 C O.
Combustion, brûlement, action du feu qui brûle; du latin Combustio.
Commandement des Philosophes: c'est- à-dire, ordonnance, injonction, ou conseil.
Commixtion: Quelques Philosophes appellent commixtion lorsque la couleur
noire paraît, ou que la putréfaction
ou corruption de la matière se fait;
c'est-à-dire, du Mercure Philosophal qui
contient le fixe & le volatil, le mâle
& la femelle qu'ils disent alors se joindre:
autr. ils l'appellent le mariage Philosophique.
Compar ou Compagnon. Cette façon de parler des Sages, est une distinction
secrète par laquelle nous apprenons que
le Mercure Philosophal travaille seul
dans l'opération, jusqu'à ce que le noir
très noir & resplendissant apparaisse; le
Soleil qui est ce compar ne paraît point,
mais il commence d'agir. Ils appellent
encore compar le fixe qui a été volatilisée
par la partie volatile, & tous deux
se fixent en la couleur blanche. Ils appellent
encore quelquefois de ce nom,
le soufre qui est le compagnon du Mercure.
Compiler, ramasser, amasser dans un
@

C O. 31
tas, entasser, piler; du latin compilare.
Complexion: c'est lorsque la matière est devenue très noire, & que les natures
se mêlent parfaitement & retiennent
les qualités les unes des autres.
La Composition naturelle & la Décomposition: c'est un ouvrage de la nature,
qui est un assemblage des parties ou union
des unes avec les autres; & la décomposition,
qui est le contraire, est un ouvrage
de l'Art, c'est une division des
parties.
La Composition des Philosophes n'est pas de plusieurs choses; elle n'est point
ouvrage manuel, mais seulement un changement
se nature, parce que la nature
se dissout, se sublime, se blanchit, &c.
d'elle-même, par sa seule vertu.
Compôt des Philosophes. Les Philosophes appellent leur matière nôtre compôt,
lorsqu'elle est devenue noire,
d'autant qu'elle contient leur Soleil &
leur Lune & les quatre Eléments.
Concaves, concavités. Concéder, accorder; du latin Concedere. Confection, composition; du latin Confectio. C iiij
@

32 C O.
La Congélation & la solution du corps & de l'esprit se font en même temps.
Le Congeler des Chimistes: c'est laisser figer ou prendre consistance par le froid
à quelque matière qu'on avait auparavant
mise en fusion; comme lorsqu'après
avoir fait fondre par le feu un métal
dans un creuset, on le laisse refroidir;
ou bien lorsqu'on laisse refroidir
de la cire, de la graisse ou du beurre:
Cette congélation est chimique, mais
non pas philosophique.
Le Congeler des Sages. La Congélation des Sages est proprement un endurcissement
des choses molles & une fixation
des esprits volatils: & c'est ce que veut
dire Hermès, que sa force est entière si
elle est encore réduite en terre, d'autant
que tout le magistère ne consiste qu'à
faire une vraie solution & une parfaite
congélation.
Congeler, teindre & fixer, sont trois choses qui se font par une même opération,
& non par diverses, ni en divers
temps, ni en divers vaisseaux, non plus
qu'avec plusieurs drogues, comme croient
les ignorants: autr. c'est réduire ou convertir
en terre. V. l'article ci-après.
Congrégation, assemblée, société; du
@

C O. 33
latin Congregatio.
Convertir les éléments: c'est dissoudre & congeler, faire le fixe volatil & le
volatil fixe, l'eau terre, la terre air, &
l'air feu; ce qui se fait successivement
dans l'opération ou travail de la Pierre:
d'où il est évident que la séparation ou
la conversion des éléments n'est pas vulgaire,
mais philosophique, V. Changer
la nature.
Conjonction ou Conception. Cela se fait lorsque la noirceur paraît, & que dans
la putréfaction les natures se mêlent parfaitement,
en sorte qu'elles tiennent les
unes des autres; c'est en ce temps que
ce fait la conception du jeune Roi.
Contrition Philosophale: c'est-à-dire, rupture ou rompre; ce qui se fait non
pas avec les mains, mais avec le feu.
Coopérer, travailler conjointement avec quelqu'un; du latin Cooperari.
Coopération, l'action ou travail qui se fait conjointement avec un autre; du
latin Cooperatio.
Copulation: c'est l'action par laquelle le mâle s'accouple avec la femelle.
Corail rouge: c'est l'ouvrage de la Pierre au rouge, ou la Pierre parfaite au
rouge.

@

34 C O.
Corbins: c'est l'ouvrage philosophique. Corbeau. Que veut dire la tête du Corbeau qui est lépreuse, laquelle il faut
descendre sept fois comme Naaman,
dans le Fleuve du Jourdain, pour la
guérir? Ce sont les imbibitions ou lavements
de la Pierre, qui se font par
la continuation du feu; les distillations
& cohobations de la matière la plus subtile
qui retombe sur la plus noire, la
plus terrestre & la plus épaisse restée au
fond du vaisseau, c'est-à-dire de l'oeuf
philosophique.
La Corne d'Amalthée: c'est la richesse & abondance des biens, lorsqu'on est
parvenu au blanc parfait.
Corps. Les Philosophes appellent Corps, non-seulement ce qui a les trois
dimensions, largeur, longueur & profondeur,
mais encore tout ce qui peut
soutenir le feu, ce qu'ils nomment autrement
fixe; comme ils appellent Ame
tout ce qui de soi est volatil sur le feu;
& Esprit, ce qui retient le corps &
l'âme, & les conjoint & unit ensemble,
en sorte qu'ils ne peuvent plus être
séparés.
Autrement, ils appellent Corps la terre noire, obscure & ténébreuse que

@

C O. 35
l'on blanchit ; Ame, l'autre moitié divisée
du corps qui donne l'âme végétative
capable de multiplication. Ils nomment
Esprit la teinture & la siccité, qui
comme un esprit a la vertu de pénétrer
toutes choses métalliques.
Ils appellent aussi Corps la substance fixe, ignée, résistante au feu; l'Esprit est
en lui la subtiliation de la parfaite purgation
qui a été une fois toute spirituelle:
Ainsi l'on dit que l'Ame est la
vertu de l'un & de l'autre, parce qu'elle
est de force à entrer, à teindre & à fixer
toutes choses volatiles.
Le Corps imparfait: c'est la terre, que les Sages disent être la mère de
tous les éléments.
Le Corps immonde: c'est le plomb ou Saturne, que les Philosophes nomment
autrement affrop ou attrop.
Le Corps pur et net: c'est le Jupiter ou étain, que les Sages appellent autrement
Arena.
Corps mort: c'est lorsque la matière est devenue noire; car la noirceur s'appelle
mort & ténèbres.
Corsufle ou Carsufle c'est le Mercure Philosophal, & quelquefois l'ouvrage de
la Pierre des Sages.

@

36 C O.
Couleur Thyrienne: c'est-à-dire, de la véritable pourpre, qui est le sang
d'un poisson qu'on pêchait dans la Mer
du Levant aux environs de la Mer de
Thyr.
Couleur noire. Elle signifie la dissolution de la matière Philosophale, ou la putréfaction
& corruption.
Couleur verte. Elle veut dire que la Pierre est animée & qu'elle végète.
Couleur blanche. Cette couleur témoigne que la fixation des esprits s'approche,
& qu'il n'y a plus d'humide superflu.
Couleur rouge. Elle signifie que la Pierre approche de sa dernière perfection: ainsi
ce qui cause la diversité des couleurs,
c'est la diversité des digestions.
Couleur citrine. Les Philosophes appellent cette couleur leur or; & celle
qui suit après, la fleur de leur or.
Couper la tête au Corbeau: c'est-à- dire, blanchir; le glaive nu ou l'épée signifient
le feu; Ainsi c'est par la continuation
du feu que se fait cette opération,
& que le Corbeau se blanchit: c'est-
à-dire, la matière des Sages lorsqu'elle
est parvenue à la noirceur.
Couronne Royale: c'est la pierre complète,
@

C O. C R. C U. 37
ou parfaite au rouge.
Coutumiers, qui ont accoutumé. Crachat de la Lune: c'est la matière de la Pierre Philosophale: autr. le Mercure
des Hermétiques.
Crible: c'est le fourneau philosophique dit Athanor: autr. c'est l'oeuf philosophique,
dans lequel la matière de la
Pierre des Sages étant élevée par la
chaleur du feu & ne pouvant monter
plus haut, descend goutte à goutte, comme
si elle passait par un crible.
Crisol: c'est-à-dire, un creuset; du latin Crucibulum.
Crocus: c'est la Pierre parfaite au rouge.
Croix. Les Philosophes, aussi bien que les Chimistes, entendent par une
Croix le creuset.
La Cucurbite des Sages: c'est le fourneau Philosophal, & non pas la Cucurbite
ordinaire des Chimistes & des
Distillateurs: autr. c'est l'oeuf Philosophal.
Cuider, penser, estimer, avoir opinion que quelque chose soit.
Cuire. Qui ne sait cuire l'air, ne sait rien en cet Art: c'est-à-dire, changer
l'eau en air, & l'air en feu.

@

38 D E.
D.
D Ealbation: c'est toujours cuire ou continuer le feu; & après que la
noirceur est passée, la couleur blanche
paraît: ce qui s'appelle aussi lotion ou
lavement.
Débouter: c'est-à-dire, chasser, mettre dehors, exclure, renvoyer rudement;
terme du Palais.
Déceptes, tromperies; en latin Deceptio: Il vient de Décevoir, tromper,
abuser.
Déceveurs, trompeurs, affronteurs. Décorer, orner, embellir; du latin Decorare.
Décoction, cuisson; du latin Decoctio. Décuire, signifie proprement perdre sa cuisson; ainsi l'on dit qu'un Sirop
s'est décuit lorsqu'il a perdu une partie
de sa cuisson & qu'il est devenu plus
liquide. Mais Zachaire prend ce mot
pour cuire; du latin Decoquere, comme
on dit décoction pour cuisson.
Décomposition: c'est la dissolution & séparation des parties les unes d'avec
les autres; c'est proprement le métier

@

D E. 39
de l'Artiste, pour purifier la matière de
ses hétérogénéités. V. Dissoudre.
Déluge. Sous le Déluge & la génération des animaux, les Anciens ont entendu
la génération & distillation des
soufres.
Dents; ce que signifie, les dents du Dragon que Jason sema, dont il naquit
des soldats qui s'entre-tuèrent. Ce sont les
deux Dragons de Flamel, le fixe & le
volatil, qui se tuent l'un l'autre, & qui
sont la matière de la Pierre des Hermétiques.
Dénudation philosophique: c'est lors que la noirceur paraît, & que la Matière
de la Pierre se putréfie. Les Sages
lui donnent divers noms.
Désespérations, désespoir. Délier le corps: c'est de dur qu'il est, le faire mol, fluide & coulant: autr.
c'est la putréfaction & dissolution de la
matière ou Mercure Philosophal V. Sublimation.
Dépouiller: c'est réduire le féminin en Mercure, & avec lui les matières
assemblées; la première action consiste
en cette opération.
Dérompre: c'est-à-dire, dissoudre. Dessécher: c'est cuire la nature jusqu'à,
@

40 D E.
ce qu'elle soit parfaite.
Dessous: Que veut dire, ce qui est dessous est semblable à ce qui est dessus,
& ce qui est dessus à ce qui est dessous ?
C'est le Mercure Philosophal qui contient
le fixe & le volatil; le fixe est
dessous, & le volatil dessus: & après le
travail, le fixe & le volatil ne sont plus
qu'un; & comme au commencement un
seul a été, ainsi en cette matière tout
viendra d'un seul & retournera à un
seul: ce qui s'appelle convertir les éléments.
V. Convertir les éléments.
Mettre le dessus dessous & le dessous dessus: c'est changer les natures, c'est-
à-dire les éléments, ou faire sec ce qui
est humide, & ce qui est corps le faire
esprit. V. Changer ou convertir les natures,
ou les éléments.
Destruction des Philosophes: c'est la noirceur qui arrive après quarante ou
quarante-deux jours: autr. c'est la putréfaction
& dissolution de la matière,
ou du Mercure Philosophal. V. Sublimations.
Détonation: c'est un bruit qui se fait quand les parties volatiles de quelque
mélange sortent avec impétuosité. Ce
bruit s'appelle aussi fulmination.
Due,
@

D E. D I. 41
Due, matière due, requise, nécessaire. Dévoyer, ôter du chemin, détourner: du mot de voie, chemin, faire fourvoyer.
Digestion. La Digestion se fait quand on laisse tremper quelque corps dans un
dissolvant convenable sur une très lente
chaleur pour le ramollir.
Dissolvants: ce que c'est. Le soufre & le Mercure sont les Vrais Dissolvants
des métaux. Tous les esprits sont Dissolvants:
c'est pourquoi la matière de la
pierre étant réduite en esprit, dissout
tous les corps, quelques durs qu'ils
soient.
La Dissolution de l'or. Elle se fait par le Mercure cru, & la seule crudité du
dit Mercure est cause de la dissolution
& pour faciliter cette dissolution, on
met un peu de Lune avec lui; car l'humidité
de la Lune y en nécessaire, à
cause de la trop grande siccité & compaction
de l'or, qu'elle tempère par la froideur
& humidité: & la sécheresse du Soleil
aide à la congélation de la Lune.
La Dissolution des Philosophes: c'est cuire la nature jusqu'à ce qu'elle soit en
sa perfection: autr. c'est réduire un corps
D
@

42 D I.
en sa première matière, qui est eau.
Dissoudre: c'est rendre quelque matière dure en forme liquide par le moyen
d'une liqueur: Cette opération s'appelle
aussi décomposition; & lorsqu'on remet
la matière en corps, recomposition. V.
Solution.
Dissoudre le soufre & le soufre du soufre, par le vin naturel & l'eau commune:
c'est-à-dire, le vitriol lavé par
l'eau commune.
Dissoudre le soufre fixe de Jupiter: c'est-à-dire, le dissoudre avec l'esprit de
nitre.
Distillation. On appelle quelquefois Distillation la filtration, qui se fait en
diverses manières; c'est pourquoi voyez
Filtration.
Distillation des Sages. Les Philosophes appellent quelquefois de ce nom la couleur
noire & la putréfaction de leur matière,
qui étant ramollie & liquéfiée, se
circule dans le vaisseau. Autr. c'est quelquefois
cuire la nature jusqu'à sa perfection.
Distiller en montant: c'est distiller à la manière ordinaire, lorsque l'on met le
feu sous le vaisseau qui contient la matière
que l'on désirait échauffer.

@

D I. D O. D R. 43
Distiller en descendant. Cela se fait lorsqu'on met le feu sur la matière que
l'on veut échauffer: l'humidité étant alors
raréfiée, la vapeur qui en sort ne pouvant
suivre la pente qu'elle a de s'élever,
elle se précipite & descend au fond
du vaisseau; ce qui est violent & contre
nature.
Division. Voyez Séparation. Don céleste: c'est la matière de la Pierre.
Double, copie: Doubler, copier. Doulens, affligés; du latin Dolens. Dragon dit simplement: c'est le feu qui dévore toute corruption élémentaire:
Autr. le Mercure.
Le Dragon ailé: C'est le Mercure ou sperme féminin, & le volatil qui est froid
& humide, & est eau.
Le Dragon sans ailes: c'est le soufre; autrement appelé le sperme masculin, &
le fixe qui est chaud & sec.
Les deux Dragons dits simplement: c'est le Mercure sublimé corrosif, & l'antimoine.
Le grand Dragon est des quatre éléments. C'est le Mercure Philosophal, qui
est composé des quatre éléments.
Le Dragon dévorant sa queue: c'est la D ij
@

44 D R.
terre coagulée, humectée & desséchée,
qui est son eau mercurielle qu'elle boit
par les circulations, humectations & dessiccations.
Le Dragon igné, le sang duquel s'incorpore avec la saturnie végétable: c'est
le Mercure Hermétique.
Le Dragon qui veillait toujours à la garde de la Toison d'or: c'est le Mercure,
qu'il est mal aisé d'endormir; c'est-à-dire,
qu'il est difficile de l'arrêter & le fixer.
Le Dragon fut endormi par Jason, par l'invention que lui en donna Médée.
C'est-à-dire, que le Mercure, par les
soins de l'Artiste, de volatil qu'il est naturellement,
devient fixe & une médecine
admirable, par le moyen de laquelle
Médée (qui veut dire médecine) fit rajeunir
Aeson; parce que l'un des effets
de la Pierre Philosophale est de conserver
la santé & prolonger la vie.
Dragon dévorant: C'est le Mercure des Philosophes, qui dévore; c'est-à-dire,
qui dissout tous les corps.
Dragon volant: c'est le même. Le Dragon qui a trois gueules; c'est encore la même chose: & ces gueules sont
le Sel, le Soufre & le Mercure, que

@

D R. D U. E A. 45
les Philosophes estiment être les trois
principes de la nature qu'il contient.
Le Dragon est mort: c'est-à-dire, que le Mercure Philosophal, ou la matière
de la Pierre Philosophale est parvenue à
la couleur noire, qui signifie mort & ténèbres.
Le sang du Dragon: c'est la teinture de l'antimoine.
Duenech: c'est le noir très noir épaissi; autrement appelé, le laton ou leton
qu'il faut blanchir par la continuation
du feu.
Duzama: c'est l'Ouvrage de la Pierre ses Sages.

E.
E Au-forte ou de séparation. Les anciens Philosophes ne connaissaient
pas les Eaux fortes, parce qu'elles n'ont
été inventées qu'environ l'année 1300.
d'où il est aisé de conclure qu'ils n'en
ont jamais fait aucun usage, quoi qu'en
disent les Sophistes, qui se servent de
diverses drogues dans la plupart de leurs
entreprises Chimiques. Ils n'ont garde
d'en tirer ce qu'ils prétendent, parce
que ces Eaux ne peuvent être de vrais

@

46 E A.
dissolvants; d'autant que ce sont des corrosifs,
qui gâtent & altèrent les substances
métalliques: ce qui fait que les habiles
du temps ne s'en sont point servis.
Mais bien du dissolvant, qui se glissant dans la matière par un écoulement
d'amour, fait que de l'union de ce dissolvant
avec les plus parfaits métaux, l'on
en voit éclore ce qu'ils en peuvent souhaiter
conformément à toutes les règles
de l'Art. De là vient aussi, que la corruption
qu'il cause dans l'Ouvrage est le
principe de la prochaine génération; ce
que les Eaux-fortes, par la raison des
contraires, ne peuvent faire espérer:
d'où l'on doit juger certainement, que
ceux qui travaillent avec le secours des
Eaux fortes, ne méritent pas le nom de
Sectateurs d'Hermès.
Eau de départ: c'est l'Eau forte commune. Eau des Sages ou des Philosophes: C'est le Mercure Philosophal; Autr. la
matière de la Pierre lorsqu'elle est dissoute:
en ce sens elle se trouve partout.
Eau de mer ou Eau salée des sages: c'est le Mercure Hermétique; ainsi appelé
parce qu'il y a plus d'eau que de

@

E A. 47
terre, qu'il participe de la nature du feu,
& qu'il acquiert la subtilité, l'amertume
& la saleté ou puanteur.
Quelques demi Savants ont cru que c'était vraiment l'eau de la mer, à cause
de ce que nous avons remarqué ci-dessus:
mais qu'ils se souviennent que les Philosophes
ne parlent pas vulgairement dans
leurs Livres, où ils s'expliquent toujours
par énigmes ou par similitudes; & qu'ils
se sont plus étudiés à cacher la matière
& sa préparation, que beaucoup d'autres
choses nécessaires à savoir, sans lesquelles
pourtant on ne peut réussir. On
l'appelle autrement Eau de Mercure.
Eau de nuée: C'est le même; parce qu'il s'élève en haut en vapeur, & fait
une espèce de nuée, laquelle après descend
sur la terre.
Eau de vie des Philosophes: c'est le Mercure Hermétique, qui tue le corps,
puis le fait revivre lui inspirant la jeunesse;
& non l'eau-de-vie faite de vin,
que les anciens Philosophes ne connaissaient
pas. Autrement, l'élixir au blanc
projeté sur un métal imparfait, qui le
rend blanc & de sa nature, quelque solide
qu'il fût auparavant.
Eau Pontique: c'est la même qu'on
@

48 E A.
qu'on nomme ainsi, parce qu'elle est
plus âcre que le Mercure de l'or minéral,
d'autant qu'il n'est pas digéré. Les Philosophes
donnent encore ce nom à leur
Mercure, qu'ils appellent autrement
Vinaigre très aigre.
Eau céleste & élémentaire: c'est le Mercure des Sages, qui est une eau qui dissout
le Soleil & la Lune sans corrosion &
sans bruit.
Eau de feu ou ignée: c'est le même; parce qu'il contient la chaleur terrestre
de la nature, laquelle dissout sans violence;
ce que le feu commun ne peut
faire.
Eau douce des Sages: c'est le Mercure Philosophal, & quelquefois l'Ouvrage
de la Pierre.
Eau sèche des Philosophes: c'est la Pierre parfaite au blanc. Autr. le Mercure
des Sages.
Eau seconde: c'est le Mercure Hermétique, qui est appelé Azoth, blanchissant
le leton.
Eau Antimoniale Mercuriale, dite par les Anciens Minotaure.
Eau Mercuriale, ou le Chariot de Phaëton.
Eau distillée, qui a en soi les plus subtiles
@

E A. 49
subtiles parties du soufre.
Eau permanente de l'argent vif des Philosophes.
Eau sèche, qui ne mouille point les mains.
Eau de blanchissement. Eau bénite. Eau venimeuse. Eau vicieuse. Eau puante. Eau minérale. Eau de céleste grâce. Eau précieuse. Eau des Eaux. Eau des Philosophes Indiens, Babyloniens & Egyptiens.
Enfin tous ces noms & autres sont donnés au Mercure Philosophal.
Eau mondifiée de la terre ou de l'élixir: c'est lorsque la couleur noire a disparu,
& que la blancheur règne.
Eau dorée: c'est lorsque le corps est fait spirituel; c'est-à-dire, que le Mercure
Philosophal est fait.
Eau radicale des métaux: c'est l'âme des métaux, ou l'huile essentielle des
métaux, laquelle est le Mercure Hermétique.
Eau des équinoxes: c'est l'eau de la E
@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.