Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4 5

Expérimentés. 151
nouvelle rosette, & le brûlez avec soufre susdit,
& ainsi par trois fois: l'or sera rouge comme
sang, & cette teinture souffrira la congélation.
Quand il est brûlé, il faut battre l'or avec
un marteau, pour faire étailler tout l'aes ustum,
& si cela ne se fait pas bien, il le faut brûler
derechef avec davantage de mercure, jusqu'à-ce
que tout le soufre en soit bien séparé, ce qui
se doit faire à chaque fois devant que d'y ajouter
de nouveau soufre.

Pour faire l'esprit d'urine, excellent pour la Pierre,
Gravelle, pour toutes obstructions, & toutes maladies, auxquelles est bon l'esprit de sel, beaucoup meilleur qu'icelui.
P Renez une livre de sel & six livres de bonne terre bien tamisée, mêlez les bien ensemble, & distillez par la retorte comme eau forte, vous n'aurez qu'un esprit faible. Mettez
le caput mortuum à résoudre à l'air; & prenez
une autre livre de ce sel, que ferez dissoudre
aussi à l'air, en liqueur; puis prenez une
livre de cette liqueur, que mettrez sur vôtre
caput mortuum liquéfié, & distillez-la à feu de
degré, & vous aurez une livre de fort excellent
esprit, lequel n'a pas besoin d'être déflegmé. Si
vous distillez cet esprit sur oculi cancrorum, il
sera encore bien meilleur pour la Pierre. Il sublimera
un sel dans le col de la retorte, & une
partie dans le récipient, lequel vous ôterez soigneusement,
ferez résoudre à l'air, & deviendra
huile rouge, duquel si vous écrivez sur une
lame de cuivre,il y fera des traces blanches comme
du mercure.
K 4 Pour
@

152 Secrets & Remèdes
Pour faire l'esprit de vert de gris, excellent pour
l'Epilepsie, la Rate & Colique, de Monsieur Boile.
D Istillez un esprit de vert de gris, puis rectifiez le une fois, il laissera quelques fèces & terrestréités métalliques derrière.
Prenez une part de cet esprit, & trois parts d'eau de fontaine: mettez cela sur de la litharge
bien tamisée, autant qu'il en pourra dissoudre.
Déflegmez cela au bain marie, & distillez au
sable, & aurez un très-excellent esprit & fort,
sans acrimonie & aura un peu le goût douceâtre,
comme en faisant le sel de nature: il
est excellent pour les convulsions des petits enfants.
La dose est une goutte ou deux dans quelque véhicule convenable: mais à une grande personne,
vous en pourrez donner dix ou douze,
ou vingt gouttes.

Pour Corporifier le sel d'esprit de vin, pour dissoudre
l'or & en tirer la teinture de Monsieur du Clos Médecin.
P Renez de bon vin vieux, distillez en l'esprit puis tout le phlegme, jusqu'à ce qu'il y demeure une substance noire & visqueuse. Prenez cette substance noire, & mettez de l'esprit
de vin dessus autant qu'il en faut pour tout
dissoudre, digérez pendant sept jours, puis distillez
premièrement au bain marie, jusqu'à-ce que
tout l'esprit soit passé, ensuite au sable, jusques
à sécheresse, & il y passera une huile ou esprit
blanc comme lait, lequel Lulle nomme aqua
secunda
@

Expérimentés. 153
secunda: vous le recevrez à part & garderez
soigneusement. Mettez sur le caput mortuum
une bonne quantité d'esprit de vin pour le dissoudre
tout, & digérez le sept ou huit jours: puis
distillez comme devant, & mettez la liqueur blanche
ou aqua secunda avec la précédente: réitérez
cette digestion & distillation avec le même
esprit de vin, tant de fois qu'il ne devienne plus
de cette aqua secunda ou esprit blanc, &
que le caput mortuum demeure fort sec: vous
la mettrez entre deux pots à calciner deux ou
trois jours, puis imbiber avec une deuxième partie
de vôtre aqua secunda & digérez deux ou trois
jours: ensuite distillez au bain marie, la liqueur
passera insipide, laissant toute sa vertu dans la
terre; ajoutez y nouvelle aqua secunda, & procédez
comme devant, jusqu'à-ce que vous ayez
imbibé tout vôtre aqua secunda: puis mettez
sept parts de bon esprit de vin sur une de vôtre
terre, & l'imbibez, digérez la deux ou trois jours,
puis distillez au bain marie, la liqueur passera
comme flegme: imbibez la terre avec six parts
de l'esprit de vin, & faites comme ci-dessus:
après avec une cinquième part, & puis avec une
quatrième, laquelle proportion vous continuerez,
répétant l'imbibition avec une quatrième
part, jusques à ce que la terre n'en veuille plus
rendre, & que l'esprit de vin en sorte aussi fort
comme vous l'aurez mis. Mettez cette terre
ainsi imprégnée à sublimer pour vingt-quatre
heures ou plus, faisant rougir le vaisseau sur la
fin, & il sublimera un sel pur & blanc, lequel
est le sel d'esprit de vin; tout ne sera pas encore
sorti de cette terre; c'est pourquoi il faut
derechef l'imbiber avec de nouvel esprit de vin,
jusqu'à-ce qu'elle n'en veuille plus prendre, puis
sublimez
@

154 Secrets & Remèdes
sublimer comme devant: continuez cela tant
que ladite terre ne veuille plus corporiser de
l'esprit de vin, & alors c'est une terre inutile.
Prenez tous ces sels sublimés, & y mettez dessus
trois fois autant de l'esprit de vin, & distillez
les ensemble: c'est là le grand menstrue de
Lulle, qui dissout radicalement tous les métaux,
& l'or quand il est bien ouvert & calciné, & en
tirer la teinture essentielle de tout.
Quand vous aurez extrait la teinture de l'or par le menstrue faites bouillir quelque temps le
corps restant dans l'esprit d'urine, & se résoudra
en mercure coulant.

Esprit sulfureux ou de sel Armoniac, excellent pour
les Ulcères intérieurs de Monsieur Boile.
P Renez soufre & sel Armoniac de chacun cinq onces, chaux vive six onces: pulvérisez les chacun à part, & les mêlez ensemble dans
une cornue, & distillez au feu de sable, donnant
grand feu sur la fin. Vous aurez un esprit
très-fort, lequel est admirable pour toutes les
plaies & maux intérieurs.

Pour volatiliser le sel de Tartre.
F Aut prendre du sel de tartre bien blanc & le faites dissoudre dans du vinaigre distillé: puis filtrez & évaporez jusques à une pellicule;
mettez y deux fois autant de sable blanc, &
les réverbérez ensemble l'espace de douze heures
dans un vaisseau de terre non vernissé: prenez
ce sel réverbéré, que ferez dissoudre derechef
dans du vinaigre distillé: filtrez & évaporez, réverbérez
& dissolvez tant que le sel de Tartre
soit
@

Expérimentés. 155
soit aussi banc que neige. Prenez ce sel & le
faites dissoudre derechef dans du vinaigre
distillé, & le faites évaporer au bain, dissolvez
encore jusqu'à-ce que le vinaigre distillé
devienne acre & piquant: puis faites doucement
sécher ce sel & y ajoutez son poids d'esprit
de vin, les digérant ensemble & distillez à
lente chaleur: puis remettez du nouveau esprit
de vin & digérez. Continuez cela tant de fois
que l'esprit de vin en sorte aussi fort comme
quand vous l'y avez mis: ensuite faites les
évaporer doucement: puis sublimez le sel par
degré du feu, & le gardez soigneusement:
il dissoudra l'or & tous les autres métaux.

Les belles vertus du set d'esprit d'urine.
P Remièrement: il guérit tous cancers & noli me tangere, une dragme ou demi dragme étant dissoute dans le jus d'une herbe nommée
jusquiame: il faut tremper du charpie dans cette
liqueur & l'appliquer sur le mal étant auparavant
lavé de vin tiède.
Secondement: il guérit les loups des jambes, vieux ulcères pourris, caverneux ou fistuleux,
ayant une petite seringue d'argent ou d'étain pour
jeter l'injection dans le trou caverneux, & appliquant
sur la plaie avec un peu de charpie
baigné dans cette liqueur.
Pour guérir les fièvres continues, il faut dissoudre dans de l'eau de reine des prés bien lavée:
puis faites boire à jeun, tant aux continues
qu'intermittentes.
Pour tous les maux d'yeux, tout nuage, tachez, cataractes qui couvrent la partie cristalline de
l'oeil
@

156 Secrets & Remèdes
l'oeil, il faut dissoudre un peu de ce noble sel
dans de l'eau distillée de fraise, & en mettre
dans les yeux soir & matin.
Contre la peste, c'est un souverain, assuré & prompt remède, étant dissout dans de l'eau de
scabieuse ou de mélisse, & pris intérieurement,
il est aussi bon contre les poisons.
Pour les dartres, gales, & toutes maladies de la peau. Je crois que ce remède est bon avec
eau de plantain.
A une dent creuse, mettre un peu de ce sel: il guérit & chasse la pourriture qui s'y engendre;
il ôte & préserve des douleurs de la pierre dans
les reins, pris au déclin des Lunes, trois jours
avant la nouvelle.

Grand Corroborant & Sudorifique.
F Aites amalgame de l'or & mercure à la façon ordinaire, broyez la bien avec des fleurs de soufre, puis mettez la sur les charbons,
& en faites chaux d'or selon les règles de l'art.
Réitérez cette calcination deux ou trois fois, puis prenez cette chaux d'or pour la broyer avec
deux fois autant de sel pur décrépité. Après
mettez le dans un creuset, & couvrez bien, &
l'exposez au feu de réverbère durant six heures,
ou vous puissiez augmenter le feu par six degrés;
mais prenez garde que le sel ne fonde. Quand
il sera refroidi, prenez la matière & la broyez
bien, puis y mettez dessus de l'eau chaude pour
dissoudre tout le sel. Après le filtrez & en remettez
d'autre, faisant ainsi jusqu'à-ce que vous
aurez séparé tout ce sel d'avec l'or, que sécherez
& rebroierez avec son double pesant de sel
préparé: crimentez le & procédez comme dessus,
sus,
@

Expérimentés. 157
répétez cela sept ou huit fois pour le mieux,
jusqu'à ce que l'or devienne tout en poudre grasse:
puis la crimentez avec double quantité de
sel de Tartre, comme vous aurez fait avec le sel
commun, & faites comme devant, réitérez cela
trois ou quatre fois, le dulcifiant bien à chaque
fois, puis étant bien sec, vous y mettrez le
menstrue d'esprit de vin & d'esprit d'urine ci-
après décrite, & il sera teint rouge comme sang
en vingt-quatre heures: versez cela, & en mettez
d'autre, jusques à ce que vous en ayez extrait
toute la teinture, que distillerez dans une
cucurbite à feu lent, tant qu'elle devienne en
gomme, dont vous mettrez une dragme dans une
chopine de vin d'Espagne, & en donnerez une
cuillerée pour dose. Cela fait quelquefois suer
vingt quatre heures, tant la vertu de ce remède
est grande & puissante.
La manière de faire le menstrue, est de mettre l'esprit de vin & d'urine dans une longue
cucurbite qui ait l'embouchure étroite, y ajoutant
sa chape dans l'orifice, mais bien large
par le corps, & ainsi distillez l'esprit de vin,
lequel faut recohober sur le même esprit d'urine,
jusqu'à ce que le sel volatil en soit extrait.

Grande Médecine, par laquelle on a fait des cures admirables,
& qui m'a été communiqué par un intime Ami.
V Ous prendrez six dragmes d'argent, que ferez dissoudre dans la meilleure eau forte que vous pourrez trouver, justement la quantité qu'il
faut pour la dissoudre, qui sera environ une once
& demie. Quand vous verrez que tout sera parfaitement
dissout sans feu, mettez y une amalgame
game
@

158 Secrets & Remèdes
faite à la façon ordinaire des Orfèvres,
d'une once d'or pur & deux onces de mercure,
vous verrez d'abord faire un pelagus conturbationis:
laissez vôtre matras sur une table, ou en
quelqu'autre endroit, l'espace de quarante jours:
vous verrez paraître plusieurs belles couleurs.
Après les quarante jours passés, il y aura quelque
chose de rude sur la superficie de mercure,
qui croîtra de jour en jour. Après soixante
jours en tout, vous verrez ce rude sortir comme
des aiguilles & petites branches: quand cela
ne s'augmentera plus, vous en verserez toute la
liqueur: puis avec un morceau de verre, rompez
& ôtez ces excroissances de la masse, & les
broyez pour les réduire en poudre subtile, laquelle
sera fort blanche: vous en donnerez vingt-
quatre grains ou plus, selon la force & tempérament
de la personne dans une cerise ou autres
confitures, de grand matin ou le soir en se couchant;
si vous les prenez la matin il faut tâcher
de dormir après.
L'Auteur m'a dit, que cette médecine n'opère que sept ou huit heures après être prise:
quelquefois la première dose n'opérera pas du
tout, autrement qu'en fortifiant, & alors il en
faut donner une seconde deux ou trois jours après,
qui opérera par selles, vomissements ou sueurs,
selon qu'elle trouvera la nature disposée. Elle
guérit toutes les fièvres quartes ou autres, &
fait des effets merveilleux dans les maladies même
désespérées. De la masse vous pouvez tirer
tout vôtre or & argent, sans en perdre plus que
la huitième partie.
Sel
@

Expérimentés. 159
Sel Physique & admirable pour toutes sortes de fièvres
chaude, pourpreuse, pestilente, &c. Pour la petite vérole, rougeole, dans tous leurs progrès, depuis le commencement jusques à la fin: préserve le coeur des vapeurs chaudes & putrides, & purifie le sang.
P Renez nitre & soufre, de chacun une livre, camphre deux onces: mêlez les bien ensemble, & les jetez peu à peu dans une cucurbite
de terre étant toute rouge de feu, laquelle
boucherez d'abord d'une brique bien ajustée, il
faut qu'elle ait deux bras, auxquels vous mettrez
deux ballons de verre pour récipients, contenant
chacun environ deux pintes d'esprit d'urine, qui
attire les esprits & les ingrédients montants épais
par les deux bras. Quand tout sera refroidi, ôtez
la matière fixée qui est demeurée dans la cucurbite,
& la broyez bien; puis la faites dissoudre dans
de l'esprit d'urine commun. Etant filtré & congelé,
vous le ferez dissoudre dans de l'esprit d'urine
acide qui était dans les deux ballons, &
qui est imprégné de l'esprit des ingrédients. Distillez
& recohobez cela jusqu'à ce que le sel ait
retenu tous les esprits qui étaient dans l'urine,
qui sera fort agréable, & n'aura point du tout le
goût de camphre. Faites dissoudre de ce sel à
discrétion dans de l'eau de roses & de plantain
de chacune deux onces, & une pinte d'eau de
fontaine, en un mot, autant qu'il en faut pour
rendre l'eau acide & agréable. Donnez à boire
de cela au malade trois ou quatre fois le jour.
quand il aura soif.
Ce remède a guéri la fièvre à des personnes qui étaient près d'en mourir.
La
@

160 Secrets & Remèdes
La manière de faire l'esprit d'urine est telle: Gardez les urines dans un vaisseau huit ou dix
jours, pendant lequel temps elles seront fermentées
& putréfiées, puis distillez fort doucement,
& ce qui vient le premier est l'esprit.
Quand il commencera à devenir insipide, ce que vous saurez en y goûtant, vous cesserez,
car toute la bonté sera passée: ainsi vous aurez
près de la moitié de votre urine en bon esprit.

Teinture d'or excellente.
C Alcinez l'or avec les trois sels bouillis dans de l'eau, de la manière qu'enseigne Zuelfer. Quand l'eau en sera évaporée & que vous
aurez un sel d'or, broyez le avec une fois autant
de fleur de soufre, puis mettez le dans
un creuset au feu de réverbère: prenez la chaux
d'or & la broyez derechef avec fleur de soufre,
& réverbérez comme devant: continuez cette
réverbération jusques à douze fois, & le réverbérez
beaucoup la dernière: après mettez sur la
chaux un bon esprit de vin bien rectifié, & les
digérez ensemble; l'esprit de vin sera teint fort
jaune, dont peu de gouttes pour dose ont fait de
grands effets.

Huile de Perles, admirable pour la santé & pour le
Teint, du Docteur Farrar.
V Ous prendrez des perles en poudre, que mettrez en vinaigre distillé: digérez au bain jusques à ce que toutes les perles soient dissoutes,
puis faites évaporer tout le vinaigre: distillez &
adoucissez en lavant la substance de perles plusieurs
fois en eau chaude, tant que l'eau en sorte
te
@

Expérimentés. 161
insipide; lavez la matière encore deux ou trois
fois avec eau d roses: Versez dessus de la rosée de
Mai, distillée ou seulement filtrée; ensuite distillerez
le tout faisant bouillir fortement: vous
trouverez dans le récipient l'huile & l'eau que
séparerez. Vous pouvez aussi mettre la matière
de perles, étant lavées dans le fumier du cheval,
avec esprit de vin, l'espace de dix ou douze
jours, changeant deux fois de fumier pendant
ce temps: puis ôtez en l'esprit & distillez avec
la rosée de Mai.

Mercure sublimé doux, avec un Mercure Lunaire, &c.

F Aites une amalgame avec argent & mercure, faisant prendre audit mercure tant d'argent que vous pourrez pour avoir vôtre amalgame douce
& butyrasieuse. Broyez bien cette dite
amalgame seule ensuite avec le mercure sublimé
corrosif, tant qu'il y ait huit parts de mercure
sublimé sur six de mercure coulant, qui est
l'amalgame, & le sublimez comme on a fait le
mercure doux, il montera d'une manière tout à
fait différente de l'ordinaire; car il y aura beaucoup
de mercure monté paraissant comme en
gouttes, & plus des trois quarts de l'argent seront
sublimés & l'autre quart sera demeuré
au fond du sublimatoire, lequel vous pourrez
réduire en argent, avec du régule d'Antimoine
que ferez brûler avec nitre, & vôtre argent
sera très-pur. Ce qui est sublimé sera
tendre & mol: il le faut laver plusieurs fois en
eau chaude, ou il sera revivifié en mercure coulant,
hormis fort peu de terrestréité, de
sorte que vous aurez plus de mercure coulant,
en convertissant d'argent en icelui, que vous
Tome I. I n'y

@

162 Secrets & Remèdes
n'y en aurez mis, prenant le mercure coulant
& celui qui était dans le sublimé. Il faut amalgamer
ce mercure lunaire avec or, & broyer
cette amalgame solaire, avec son pesant de mercure
sublimé corrosif, & le resublimer en mercure
doux, lequel deviendra plus dur & plus ferme
que le premier, & sera sans admixtion de mercure
coulant.
Cela s'est trouvé un admirable mercure sublimé doux, puis qu'il n'a point causé de salivation,
mais est toujours diaphorétique. L'or
ne diminue pas de pesanteur, & par conséquent,
il n'en monte point avec le mercure, mais il lui
communique ses vertus.

Teinture de Corail.
P Renez du miel & le déflegmez dans un bassin sur le feu, jusqu'à-ce qu'il soit épais comme de la poix: puis mettez en une part avec deux de
sable, & le distillez dans une cucurbite, tant
qu'il vienne clair au feu de sable. Quand l'huile
sera prête à venir, vous cesserez & mettrez
de cette eau distillée sur du corail en poudre,
& en vingt-quatre heures vôtre esprit de miel
sera teint d'un jaune foncé. Versez cet esprit
teint, & en mettez d'autre, que digérerez comme
devant: continuez cela jusqu'à-ce qu'il ne
teigne plus, puis mêlez vos extraits ensemble
& filtrez; distillez en la liqueur tant que la teinture
demeure sèche, sur laquelle versez de bon
esprit de vin, & digérez: il sera teint d'une couleur
rouge foncée. Versez cela & en remettez
d'autre, continuez tant que vous ayez extrait
toute la teinture: puis filtrez l'extrait & distillez
l'esprit
@

Expérimentés. 163
l'esprit de vin; remettez en d'autre sur la matière
restante, & continuez jusqu'à-ce que vous ayez la
parfaite teinture, & qu'il n'y demeure plus de
fèces dans la solution. Vous aurez une teinture
très rouge & transparente, dont la dose est
vingt ou trente gouttes.
C'est un grand cordial, faisant tous les effets qu'une bonne teinture de corail peut faire, &
particulièrement a été expérimenté en presque
toutes les maladies de matrice.

Pour faire naître des Ecrevisses.
V Ous prendrez des Ecrevisses bien lavées, faites les bouillir pour le moins deux heures dans une quantité d'eau suffisante de rivière: puis
gardez cette décoction, & mettez les Ecrevisses
bouillir dans un alambic, & en distillez toute
la liqueur qu'en pourrez tirer & la conservez
à part. Ensuite calcinez les Ecrevisses dans un fourneau
de réverbère, & en tirez leur sel avec la
première décoction: filtrez cela, & faites en
évaporer l'humidité sur le sel restant. Vous verserez
l'eau distillée, que mettrez en lieu humide
pour putréfier, & dans peu de jours vous
trouverez des petits animaux qui de remueront,
lesquels faut nourrir avec sang de boeuf, jusqu'à-ce
qu'ils soient de la grosseur d'un bouton: puis les
mettre dans un sceau ou cuvette remplie d'eau
de rivière & du sang de boeuf, changeant l'eau
& le sang tous les trois jours: & ainsi vous les
pourrez faire croître & augmenter, jusqu'à-ce
qu'ils aient la même grosseur qu'auparavant.
L 2 Casso-
@

164 Secrets & Remèdes
Cassolette de l'Ambassadrice de Venise.
V Ous prendrez quatre onces de benjoin, deux onces de storax, une once & demie de bois d'aloès, deux dragmes d'ambre gris, vingt quatre
grains de musc, une dragme de civette,
vingt clous de girofle, deux dragmes de cannelle
en poudre, les pelures de deux citrons de nature
de cèdres taillés mince, & sans le toucher:
mêlez le tout ensemble avec de l'eau rose,
& en faites une pâte avec la main, & ne vous
en servez jamais sans eau rose, ou autre de senteur,
ou en faites pâte avec de la gomme tragagante
dans de l'eau rose, jusqu'à-ce qu'elle soit
en mucilage, & formez en de petites tablettes.

Pastilles de bouche.
P Renez sucre fin tamisé une livre, ambre gris deux dragmes, musc une dragme & demie: pilez & broyez le musc & l'ambre avec un peu
de sucre, y en ajoutant peu à peu jusques à ce
que le tout soit bien incorporé, faites pâte de
cela avec eau de pépins de coins, qui se fait de
la sorte.
Mettez tremper une once & demie de pépins de coins dans de l'eau claire, durant douze ou
quinze heures, puis passez l'eau par un linge,
laquelle sera gluante: formez-en des pastilles
le laissez sécher à l'ombre, mettant un étamine
par dessus de peur des mouches.
Pastilles
@

Expérimentés. 165
Pastilles de roses.
P Renez trois onces de Benjoin, demie once de storax, une once de roses Alexandrines avant qu'elles soient ouvertes, leur ôtant le
blanc: broyez les roses à part, & le benjoin
aussi avec le storax étant broyez: après vous
prendrez bois d'Aloès, de l'ambre, sucre fin,
civette, & petite poudre de Chypre qui soit
bonne, de chacune demi quart d'once: broyez
le tout ensemble & le mêlez. Vous tiendrez
prête de la gomme tragagante mouillée en eau
de senteur qui ne soit pas fort épaisse, mais
comme l'empois, & la mêlez.

Pour faire la meilleure eau d'Ange.
P Renez un pot & demi d'eau rose, demie pinte ou un peu plus d'eau de fleurs d'oranges, vingt-cinq grains de musc, autant d'ambre, & autant de bois d'aloès, quinze grains
de civette, quatre onces de benjoin, une once
de storax, le tout bien pulvérisé sera mis dans
un pot de cuivre bien bouché avec un couvercle
de même, & force linges à l'entour, & le
mettez bouillir dans un chaudron d'eau l'espace
de trois heures: si vous y remettez la même
quantité d'eau rose, & la moitié d'eau de fleurs
d'oranges avec cinq ou six grains de civette,
vous pourrez après de ce reste former pastilles,
ou en faire cassolettes.
L 3 Pour
@

166 Secrets & Remèdes
Pour faire un pomos, comme ceux qui se font en Espagne.

V Ous prendrez demie livre de pâte préparée, qui est le benjoin abreuvé d'eau de roses odoriférantes, & exposez au Soleil durant six semaines,
remuez deux fois le jour avec une
spatule de bois, & nouvelle eau de roses ajoutée
à mesure qu'elle se sèche. Broyez-la bien
y mettant quatre grands clous de girofle entiers,
un peu de cannelle bien pulvérisée, une once de
storax aussi concassé avec le reste, demie once
de la peau jaune des citrons coupées bien menu,
demie once d'ambre gris, un quart d'once de
civette, une once de poudre de parfum d'Italie,
une once de poudre de roses, un gros de
musc: mêlez bien le tout ensemble, & faites
bouillir cela dans de la simple eau de roses; ni
en mettant que pour couvrir la matière, jusqu'à-ce
que le tout soit bien incorporé.
Cette proportion servira pour huit pomos; en s'en servant, il faut toujours tenir le pomos
couvert d'eau de roses.

Pour faire promptement, & à peu de frais. un excellent
Pomos qui sent fort bon.
G Raissez votre pot de cassolette, avec un peu de civette, autant que vous en pouvez prendre sur la pointe d'un couteau, & versez la-
dessus une bonne quantité d'eau de fleurs d'oranges,
on y met ordinairement de l'eau de senteur
de cardona, qui est distillée de toute sorte
de fleurs odoriférantes. Mettez par dessus
cela un peu de poudre de baccaros, alors allumez
la lampe, ne manquer pas de l'entretenir
toû-
@

Expérimentés. 167
toujours d'eau fraîche de senteur, avant que ce
que vous y mettez soit consumé.

Pour faire une balle odoriférante.
V Ous prendrez deux dragmes de benjoin, du storax très-pur, ladanum, de chacun une dragme, écorce de cèdres, des limons d'oranges
le jaune seulement, fleurs de violettes, de
roses odoriférantes, de Romarin, santal rouge,
calamus aromaticus de chacun une dragme &
demie: clous de girofle, cubèbes, iridos de
Florence, de chacun deux scrupules: réduisez
tout cela en poudre, & faites pâte de la gomme
tragagante trempée dans de l'eau de fleurs
d'orange ou de roses; cependant chauffez un
peu un mortier, exposant le devant au feu:
versez-y une cuillerée ou deux d'eau de fleurs
d'oranges ou de roses, & sur cela mettez un
scrupule de civette, une dragme & demie d'ambre
gris, & broyez bien le tout ensemble avec
un pilon un peu chauffé. Quand cela sera bien
incorporé, mettez-y un scrupule & demi de
musc très-pur & le mêlez aussi, faisant tomber
dans la composition trente grains d'esprit ardent
de lilium convalium: quand elle est toute refroidie,
alors mêlez toute ladite composition
avec la pâte précédente, les malaxant & pétrissant
bien ensemble, & sur la fin y ajoutez
dix gouttes de parfaite huile ou quintessence de
cannelle, faite par distillation, & autant de quintessence
de romarin. Formez cette matière en
balles de la grosseur qu'il vous plaira, & les laissez
sécher à l'ombre.
L'odeur en sera plus suave & délicieuse si vous n'y mettez point d'huile de romarin.
L 4 Par-
@

168 Secrets & Remèdes
Parfum de Tabac.
V Ous prendrez huile de muscade par expression une dragme & demie, six grains de musc, dix grains de civette, huile de lavande, de cannelle
& de marjolaine, de chacune une goutte,
huile de girofle demie goutte, un grain de baume
noir du Pérou; ambre gris demie once. Il
faut broyer le musc & l'ambre gris dans un mortier
de marbre, avec la moitié d'une amande
douce pelée, puis y mêler la civette & le reste,
& l'huile de muscade la dernière.
Ceci est fort bon contre le mauvais air, s'en frottant sous le nez & aux tempes. Si on en
met gros comme une lentille dans une boëte
moitié pleine de tabac, & d'autre tabac par
dessus, il fera perdre le goût de Tabac.

A U T R E.
F Aut prendre musc, civette, de chacun six grains, ambre gris, eau d'ange, de chacun huit grains, sucre fin une dragme: broyez le
tout dans un mortier un peu chaud, on s'en sert
comme du précédent.

Parfum pour brûler.
F Aut prendre demie livre de boutons de roses de Damas, dont vous aurez ôté les blancs, du benjoin en poudre trois onces, musc demi quart
d'once, autant d'ambre gris, & autant de civettes.
Mettez le tout en poudre dans un mortier
& étant bien mêlé, mettez une once de sucre:
puis en formez des tablettes, que ferez sécher au
Soleil ou à petit feu. Secret
@

Expérimentés. 169
Secret pour réparer l'Ecriture effacée de vieillesse.

P Renez des noix de galle, que mettrez tremper dans de l'eau pure l'espace d'un jour ou deux: après vous vous servirez de cette eau pour repasser
sur les lettres & les laver par où elles ne paraissent
plus, ayant mouillé, un linge dans ladite eau,
dont vous en frotterez tout le papier, & aussi-tôt
qu'il sera sec, les lettres sembleront aussi nouvelles
& aussi fraîches, comme si on venait de les faire
à l'heure même.

Autre secret pour faire des lettres dorées sans Or.

P Renez orpiment une once, cristal fin une once: mettez les séparément en poudre, puis les mêlez bien avec du blanc d'oeufs, & écrivez
avec.

Autre pour faire des lettres argentées sans Argent.


P Renez une once d'étain; vif argent ou mercure deux onces: fondez l'étain le premier & y versez le mercure, puis ôtez le du feu, & remuez
jusques à ce qu'il soit froid & en poudre,
laquelle faut laver plusieurs fois dans de l'eau
chaude, tant que l'eau en sorte aussi claire comme
quand vous l'avez mise: puis mêlez bien ladite
poudre avec de l'eau de gomme, laquelle
vous aurez mise auparavant tremper, & écrivez
de cette eau.
Pour
@

170 Secrets & Remèdes
Pour faire une couleur d'Or sans Or.
P Renez du safran en poudre & de l'orpiment jaune & luisant, le fiel d'un lièvre, celui d'un brochet est encore meilleur: mêlez les bien ensemble,
& mettez dessus une fiole que cacherez dans
le fumier de cheval pendant quelques jours: puis
ôtez la & vous en servez.

Pour conserver du fruit toute l'année.
M Ettez le fruit dans un vaisseau d'étain, le soudez bien afin que l'air & l'eau n'y puissent entrer: mettez le dans une fontaine
toujours trempant dans l'eau.

Pour convertir en Eté l'eau en glace.
M Ettez de l'eau bouillante dans une cruche toute pleine, & la bouchez bien, puis descendez la dans un puis, & qu'elle trempe dans
l'eau quelques heures, retirez la, & vous verrez
qu'il faudra casser ladite cruche pour en avoir la
glace.

Pour convertir l'eau en glace en un moment, avec
d'autre glace ou neige.
P Renez un ballon, & y mettez de la neige ou glace, puis prenez une bouteille nue d'osier & remplie d'eau; ou une fiole si grande qu'il vous
plaira, & la mettez dans le bassin qu'il faut mettre
sur la flamme du feu, & vous verrez par antipéristase,
que le froid de la glace ou neige se retirera
dans la bouteille & en congèlera l'eau.
Si
@

Expérimentés. 171
Si vous mettez de la neige dans quelque vaisseau
que ce soit, contenant une pinte, ajoutant du
salpêtre à la neige, & que vous mettrez sur une
table où il y aura de l'eau répandue, remuant bien
la neige & le salpêtre avec un bâton, le pot se
gèlera & s'attachera d'abord sur la table.

Pour empêcher que le fer ne se rouille.
P Renez du plomb en limaille fort menue, & mettez dessus de l'huile d'olives assez pour le couvrir, & laissez ainsi neuf ou dix jours durant. Nettoyez bien vôtre fer en grattant & ratissant,
puis le graissez avec ladite huile, & il ne
se rouillera jamais.

Pour faire croître les cheveux.
P Renez trois cuillerées de miel, & trois poignées de petits filets de vignes, par lesquels les seps de vignes s'attachent & se tiennent aux échalas. Pilez les bien, & en tirez le jus,
que mêlerez avec le miel: puis en lavez les endroits
où vous voudrez avoir les cheveux longs &
épais.

Pour ôter les cheveux & poils de quelque partie que
ce soit.
F Aut prendre les coques de cinquante ou soixante oeufs, pilez les bien, & en distillez une eau, dont vous laverez souvent les endroits, où
vous ne voudrez point avoir de poil.
A U
@

172 Secrets & Remèdes
A U T R E,
P Renez de la fiente de chat séchée & mise en poudre subtile, que mêlerez avec du vinaigre bien fort, & en oindrez les places que voudrez
avoir rases.

Pour un cheval fourbu.
D Emi verre de jus d'oignons pilez, & demi verre d'eau de vie, donnez à boire à un cheval fourbu, l'ayant bien couvert, le fait suer &
le guérit.

Pour le Pleurésie.
Q Uatre ou cinq fientes de cheval tout frais & les faites infuser dans du vin blanc l'espace de vingt-quatre heures ou douze seulement
si le malade était pressé; & lui en faites boire un
grand verre, cela le fait fort suer & le guérit, ainsi
infailliblement quand il serait à l'extrémité; &
pour avoir de ladite fiente fraîche, il ne faut qu'en
frotter de la sèche entre vos doigts & la présenter
à sentir à un cheval & il fientera incontinent.

A U T R E.
L E blanc qui est au bout de la fiente des poules en quantité d'une bonne pincée ou le poids d'un écu, & le buvez dans du bouillon.
Pour
@

Expérimentés. 173
Pour le mal de tête & la migraine.
P Ortez une Bague d'acier au doigt annulaire gauche.
A U T R E.
P Renez une ou deux feuilles de Sureau, autrement dit souyé; & vous le mettrez sur le front, puis en frottez vôtre bonnet par
dessus, & vous tenez le front appuyé sur le
chevet l'espace d'une demie heure, & vous serez
guérit.

Pour toutes coliques.
R Acines de consolida, & de sigillum Salomonis, faites le sécher au Soleil puis les pulvérisez, & prenez de chacune de ces poudres,
la pesanteur de demie dragme dans du vin rouge,
& vous guérirez.

A U T R E.
D E l'ardoise nette & qui soit pourrie, faites la rougir au feu, puis la retirez & la pilez en un mortier très-subtilement, & donnez une
dragme de cette poudre au malade dans un demi
verre de vin clairet, il guérira sur l'heure,

Pour mortifier la volaille.
F Aites avaler une cuillerée de vinaigre au poulet que vous voulez tuer, & lui ayant tenu un peu de temps le bec fermé tuez le, &
il sera très tendre. Pour
@

174 Secrets & Remèdes
Pour la Pierre.
P Renez bonne quantité de cosses de fèves fraîches & les faites sécher au four lors que le pain en est tiré & le pulvérisez: mettez pendant une nuit infuser dans un demi setier
de vin blanc deux dragmes de cette poudre, &
le lendemain filtrez ce vin & le buvez à jeun,
& faites la même chose trois ou quatre jours à
tous les défauts de Lune: cela est si souverain
contre la pierre qu'il la dissout peu à peu & garantit
d'être taillé, comme M. le Camus l'a
éprouvé en sa personne depuis neuf ans qu'il fut
fondé & tout prêt d'être taillé.

Pour la migraine.
C Oupez le bras d'un crapaud & laissez le aller, après cela faites bien calciner ce bras sur une tuile, & qu'une personne sujette à la
migraine porte toujours cette poudre sur le coeur,
elle en guérira pour toujours en moins de trois
mois.

Pour la suppression d'urine.
L E fiel d'une Carpe avalé tout entier dans une cuillerée de vin ou bouillon, guérit les suppressions d'urine, comme M. Builliou l'a
éprouvé à ce que m'a rapporté M. Tornier.

pict In-
@

Expérimentés. 175
Invention nouvelle du blanc Tabac Propre pour diverses
maladies, & que l'on peut prendre selon que je dépeindrai ci-après: il fortifie la tête, & la mémoire, emporte les défluxions, ainsi que l'on apprendra en la manière suivante.
I L faut savoir avant toutes choses, que le Tabac commun que l'on prend aujourd'hui en fumée, est une chose fort dangereuse & nuisible, & qui est
la cause de plusieurs maladies: car encore que le
Tabac de soi-même, est une herbe fort souveraine
étant appelée des anciens, herbe royale, si est-ce
pourtant qu'étant prise selon l'usage commun avec
une pipe de terre tirée en fumée par la bouche,
c'est un poison fort dommageable: car un chacun
peut aisément juger que l'huile Baume qui y entre
est entièrement dissipé par le feu de la pipe,
& que l'humeur n'attire rien à soi que ce qui
ne vaut rien; & qui trouble les sens & esprit
naturel de l'homme; en sorte que celui qui l'a
plis en vient comme fol & insensé le plus souvent,
principalement ceux qui n'y sont pas
accoutumés comme l'expérience le témoigne. J'estime
donc pour certain, que cette nouvelle invention
ne vaut pas seulement mieux que la fumée
du commun Tabac, mais qu'il est fort
sain: & voici comme il faut prendre ce Tabac
blanc.
Prenez un pot de terre de quelle forme qu'il vous plaira, & aussi gros que vous voudrez,
pourvu qu'il soit bien verni dedans & dehors
& bien couvert: il faudra que le pot soit troué
au milieu du ventre de trois ou quatre trous, où
vous ficherez des petits tuyaux de la longueur
d'un quart d'aulne: puis vous verserez dans ce
pot
@

176 Secrets & Remèdes
pot environ la quantité de demi pot de vin, &
mettrez des feuilles de Tabac meures & séchées
une demie poignée, Bétoine, Euphraise,
feuilles de roses rouges la moitié autant que du
Tabac, Cannelle un quart d'once, faut couper
les herbes menu; & la Cannelle & graine les piler
ensemble: puis mettrez le tout dans le pot
sur un réchaud, où vous le ferez bouillir toujours
bien couvert: il en procédera une excellente
& odoriférante vapeur par les dits tuyaux,
laquelle en lieu de cette méchante fumée de Tabac
commun, vous tirerez par la bouche & l'y
laisserez quelque temps, puis la jetterez dehors.
Il nettoie & purifie le cerveau, dessèche les humeurs,
fortifie la tête, guérit du mal de dents,
& toutes défluxions des yeux, des oreilles,
de la bouche: il a encore d'autres vertus innombrables.

Emplâtre excellent pour toutes Ruptures de bras & jambes.
P Renez racine de Consolide qui sera séchée à l'ombre une poignée, graine de Lin, coquille d'Ecrevisse, Fenu grec, Bol rouge de chacun une once, le tout réduit en
avec un blanc d'oeuf, dont ferez un emplâtre,
& après que les os seront bien remis en leur
être, faut y appliquer cet emplâtre, & donner
au malade à boire ordinairement de la potion
vulnéraire.
NB. S'il arrivait qu'il s'y fît de l'enflure, il faut prendre dans ce ces de la Bétoine brune que
ferez bouillir dans de l'eau fraîche, que vous
appliquerez sur le mal. Il est aussi bon pour
toute enflure.
Autre
@

Expérimentés. 177
Autre Remède pour guérir toutes plaies fraîches
en peu de temps.
P Renez feuilles de Mauve & feuilles de Saule, de chacun une poignée, que pilerez, & presserez le jus que vous appliquerez sur la plaie avec du linge. Cela guérit mieux que
plusieurs Onguents, Emplâtres ou Huiles qui
coûtent bien cher.

Remède pour faire sortir toutes choses, comme Bales,
Echardes, Flèches, Epines, pièces de fer, & autres telles choses.
P Renez graisse de Lièvre quatre onces, pierre d'Aimant demie once, poudre d'Ecrevisse demie once, Consolide trois quarts d'once:
tout ce que dessus broierez ensemble dans un
mortier jusques à ce qu'il devienne comme un
onguent, puis finalement vous étendrez sur une
peau de lièvre, que vous appliquerez en forme
d'emplâtre. Cela tire tout dehors.

Remède fort éprouvé contre la Gangrène.
P Renez demi pot de vin & autant de vinaigre, une once de Sabine, une demi once de Rue, demie once de gales, demie once de Vitriol, une cuillerée de miel, que
ferez le tout bouillir ensemble jusques à ce qu'il
soit diminué des trois parts: puis l'appliquerez
tout chaud.
Tome I. M A U

@

178 Secrets & Remèdes
A U T R E.
P Renez Raves gelées que râperez & en appliquerez sur le mal.
A U T R E.
P Renez deux onces de Salpêtre, que ferez bouillir dans l'urine du malade, que vous appliquerez tout chaud.

Un autre Remède très assuré pour ceux qui ne peuvent
retenir leur urine.
P Renez un poisson que trouverez dans le brochet, que vous sécherez & rendrez en poudre, & en prendrez par deux fois à jeun.
Cela vous guérira.

Excellent Remède pour toutes Rompures ou descentes
de boyaux, & pour petits enfants.
P **************************** qui ont été prises au mois de Mai, que vous laverez bien avec eau-de-vie & les sécherez, puis les réduirez en poudre, dont vous en donnerez
tous les matins à un enfant, & à un vieillard
deux avec de l'eau de cannelle, puis faudra
jeûner une heure après.

pict Re-
@

Expérimentés. 179
Remède contre le décroît du corps, c'est à dire, lors
qu'à vue d'oeil on voit l'homme décroître ses membres s'affaiblir.
P Renez un pot de terre neuf sans être verni, lequel vous oindrez par dedans de miel frais, puis vous l'enterrerez dans un nid de fourmis. Il faut mettre sur ledit pot une couverte
qui soit trouée de petit trous, afin que les fourmis
y puissent entrer & se prendre au miel: il
faudra après ôter & mettre les fourmis & le
miel en un autre vaisseau, où vous verserez de
bonne eau-de-vie qu'elle passe par dessus le miel
& les fourmis, que vous laisserez quelques jours
au chaud, puis le distillerez du commencement
assez lentement jusques à ce que l'eau-de-vie se
consume, puis après le presserez mieux, il faut
garder la dernière eau pour s'en servir comme
s'ensuit: que celui qui déchoit de la sorte &
qui décline à vue d'oeil, qu'il prenne toutes
les semaines trois ou quatre fois à jeun une
*******************************************
pain rôti, puis jeûner une heure, il verra qu'il
reprendra avec l'aide de Dieu, de jour en jour
accroissement.

Pour toutes sortes de fièvres soit quotidienne, tierce
ou quarte. Remède assuré, inconnu & secret.
P Renez Sauge une bonne poignée, une Muscade qui soit grosse & pesante, fleurs de muscade autant que la muscade pèsera, un Ecrevisse en vie, vous mettrez le tout dans
du vin blanc, jusques à ce qu'il passe un travers
de doigt par dessus; le bien boucher & le laisser
M 2 ainsi
@

180 Secrets & Remèdes
ainsi toute la nuit, & le matin le passer, &
puis le boire ainsi à jeun, & suer après, & puis
en refaire trois ou quatre matins, comme il a
été dit. Cela guérit la fièvre certainement, seulement
si le malade se garde de dormir lors que
la sueur le prendra. Il y a une personne fort
considérable de mes amis qui en a fait l'expérience,
& en est guéri.

Un autre Remède pour le même mal.
P Renez des vers de pluie ou de terre, les plus gros sont les meilleurs, principalement ceux du mois de Juin: il les faut mettre dans une
fiole, & les laisser neuf jours au Soleil, & en
un lieu que la nuit la lune puisse donner sa lueur
dessus, & le neuvième jour on trouvera une
huile dans la fiole, duquel vous oindrez les
paumes des mains de celui qui a la fièvre, lors
que le froid le veut saisir: vous verrez que dans
un peu de temps la fièvre le quittera. On peut
aussi comme j'ai déjà dit ci-devant, prendre
une ou deux cuillerées à jeun du jus de racine
de Sambuque, ou de l'écorce seule, ou avec un peu
de vin, & se comporter comme en d'autres purgations;
par ce moyen le phlegme ne sortira pas
seulement, mais le fiel, comme un chacun qui
en usera le pourra savoir par expérience.

Remède pour ceux qui ont perdu l'ouïe, & pour
guérir la douleur des oreilles.
P Renez de l'huile de Soufre qui vient de Shmakolden, duquel en mettrez deux ou trois gouttes sur du coton, & après le mettrez
dans l'oreille, & ce pendant quelques jours & toujours
jours
@

Expérimentés. 181
à jeun, cela ôte la douleur & redonne
l'ouïe. Ce remède parait chétif & abject, mais
il est pourtant de grande vertu & effet: car plusieurs
hommes, femmes & enfants que je pourrais
bien nommer, en ont été guéris qui étaient
sourds dès l'age de dix ans.

Pour faire passer la noirceur des dents.
P Renez du Tartre & du sel, autant d'un que d'autre, que rendrez en poudre, & après s'être bien lavé les dents, les faut frotter avec de ladite poudre le matin à jeun & le
soir s'allant coucher, & se faut garder de vinaigre
& viandes chaudes.

Pour faire sortir les dents aux petits Enfants
sans douleur.
P Renez un coq duquel vous couperez avec des ciseaux un peu de la crête & du sang qui en sortira, vous en frotterez les gencives de l'enfant une fois ou deux au plus. C'est
un remède éprouvé.

Pour promptement guérir le mal des dents.
P Renez une cuillère de bois dont on se sert à la cuisine pour le pot, la plus vieille est la meilleure, vous la tiendrez devant le feu, jusques à ce qu'elle soit bien chaude, il en sortira
une graisse dont vous oindrez les lèvres, &
infailliblement il guérira.
M 3 Re-
@

182 Secrets & Remèdes
Remède expérimenté pour faire passer les rougeurs du visage.
P Renez demie chopine d'eau-de-vie, où vous mettrez des fraises autant qu'il y en pourra entrer, & que la fiole soit bien bouchée avec une peau de vessie, laquelle vous mettrez
huit jours au soleil, puis la passerez par un
linge, puis de nouveau y mettrez derechef des
fraises comme la première fois, finalement y
ajouterez demie once de Camphre, il est très-
constant qu'en se lavant tous les matins à jeun
la face de cette liqueur, elle guérit infailliblement.

Pour les chutes des lieux fort hauts.
I L faut prendre un coq & lui couper avec des ciseaux une pièce de la crête, & recevoir le sang qui en sortira, & le faire boire tout chaud
au malade qui reprendra un peu de sentiment,
s'il n'est tout à fait mort, après quoi recoupez
une autre pièce de ladite crête, & lui refaites
boire ce qui viendra encore de sang, & réitérez
tant qu'il n'y ait plus de crête; laquelle
étant d'un gros coq fournira bien trois ou quatre
cuillerées de sang, qui donnera tant de vigueur
& de force au malade qu'il sera en état de
s'aller faire penser.

Pour l'Epilepsie.
C Reusez une avelaigne, la remplissez de mercure, & la portez pendue au col, l'ayant bien bouchée avec de la poix résine ou cire d'Espagne.
Pour
@

Expérimentés. 183
Pour rompre le fer.
P Renez eau forte, esprit de salpêtre & de vitriol, partie égale, & après avoir bien frotté le barreau que vous voulez rompre avec du jus de l'herbe dite éclaire ou chelidonium
majus, & l'avoir entouré de cire pour retenir
votre eau forte; jetez les dedans avec une once
de mercure, & après que le mercure sera dissout
donnant un coup contre le barreau il se
rompra.

Remède pour les pieds gelés.
P Renez seulement quelques Raves qui soient bien gelées, que cuirez dans de l'eau, puis baignerez vos pieds dedans ce que réitérerez diverses fois & guérira.

Autre Remède pour toute sorte de membres gelés.

P Renez suif de Cerf, moelle, de la Cire vierge, de chacun demie once, huile d'olive demie once, dont vous ferez de tous ensemble un onguent, & vous oindrez les membres
gelés.

La véritable composition de l'Orviétan, ou composition
Antidotaire, plus excellente que la Thériaque.
M Iel une livre. Tout étant fondu en
Sirop de limon semble, ajoutez ce quatre drag. qui suit. Sucre fin demie livre. R A C I N E S. Eau Thériacale une liv. Angélique une once. M 4 Co-

@

184 Secrets & Remèdes Expérimentés.
Coralline une once. Aristoloche longue une Tormentille demie on- once. ce. Calamus aromat une Scorcionaire une once. once. Raphane une once. Osmonde royale demie Dictame blanc une once once. Pirette deux dragmes. Enula campana une Toutes ces racines doi- once. vent être mises en Macis une once. poudre & tamisées, Esquine demie once. & celles qui suivent Nénuphar une once. doivent aussi être re- Zedoire demie once. duites en poudre & Poivre long demie non tamisées. once. Gentiane une once. Clous de Girofle ou Bistorte demie once. son huile une once. Aristoloche ronde de- Cannelle deux onces. mie once. Muscade demie once.
pict S E-
@

185
pict

S E C R E T S POUR CONSERVER L A B E A U T E
D E S D A M E S.
Eau pour ôter les tâches du visage.
A Yez fleur de seheu, fenouil & rue, autant d'un comme d'autre, faites en eau distillée, lavez vous en, & vous verrez l'effet merveilleux.

Eau rare à faire les mains & la face très-belles.

P Renez feuilles de lis blanc, & les distillez en vaisseau de verre ou de plomb à petit feu, puis prenez sandal blanc, & le laverez très-bien, mettez-le tremper en ladite
eau, l'y laissez tant qu'il soit bien enflé, après
pour chacune once de l'eau susdite, mettez demie
once ou trois quarts de mastic bien lavé &
séché; puis toutes choses mêlées ensemble, la
mettez distiller par le bain, en appliquant à la
bouche de l'alambic un peu de musc si la voulez
avoir de bonne senteur, puis vous aurez
une eau très-noble, connue de peu de personnes
jusques à présent.
Pour
@

186 Secrets pour la
Pour faire les dents blanches.
P Renez des limons, & faites eau distillée, d'icelle lavez vos dents, car elle est très-parfaite, ou si vous n'en voulez faire eau, prenez
le jus, car il est bon, mais l'eau meilleure,
d'autant qu'elle est plus agréable, pourvu qu'elle
ne perde sa force en la distillant.

Pour le même.
A Yez tartre & la mettez dedans un vaisseau de marbre, & l'étoupez diligemment, puis l'enterrez, & le laissez demeurer là jusqu'à tant
qu'il soit venu en eau, puis le tirez dehors, &
en frottez les dents, & elles deviendront belles,
prenez aussi l'eau qui tombe au commencement
de la distillation du sel nitre & alun, & en frottez
les dents, si vous prenez aussi une racine de
mauves, & qu'avec icelle vous les frottiez tous
les jours, elles deviendront luisantes & belles,
sans gâter la gencive, si vous prenez aussi une
croûte de pain de froment & la faites brûler
tant qu'elle soit comme un charbon, puis l'ayant
mise en poudre, en écurez vos dents, & les
lavez après d'eau fraîche, soit de puits ou de
fontaine , elles deviendront blanches, car c'est
chose expérimentée.

Pour ôter les taches du visage.
P Renez deux onces de suc de limon, & deux onces d'eau rose, deux dragmes d'argent sublimé & aussi autant de céruse, & mettez tout
ensemble, faites en manière d'onguent, & en
oignez
@

Beauté des Dames. 187
oignez le visage au soir quand vous irez dormir,
& au matin quand vous vous lèverez oignez-le
de beurre, cela est éprouvé.

Pour le même.
A Yez la glaire d'un oeuf, & la battez tant qu'elle devienne en eau, puis prenez deux onces de cette eau, & demie once de céruse,
deux dragmes de vif argent, & une dragme
de camphre, mêlez tout ensemble, puis en oignez
le visage.

Pour le même.
P Renez quatre onces de vitriol, & trois onces de sel nitre, & une once d'écailles d'acier, & distillez le tout ensemble en y ajoutant demie once de camphre, & vous lavez le
visage tous les jours.

Pour faire une eau qui ôte les tâches du visage, &
le fait beau & luisant.
P Renez un pigeon blanc, & le plumez, puis lui ôtez les entrailles: c'est à savoir les boyaux, & lui coupez la tête & les pieds, puis
prenez trois bonnes poignées de fraxinelle,
deux livres de lait, & trois onces de crème de
lait, six onces d'huile d'amandes douces, qui
soit frais, puis mettez tout ensemble, & le distillez
en un vaisseau de verre, lavez de cette
eau tous les jours le visage & les mains, il seront
toujours blancs, mols, & sans aucune taches,
tout ainsi qu'en plein Eté.
Pour
@

188 Secrets pour la
Pour faire savon qui embellit les mains.
A Yez une livre de savon Vénitien, deux onces de sucre rouge, demie once de gomme draganti, mettez-les en infusion en eau, puis
les y laissez un jour ou plus, comme il vous
plaira, puis prenez du savon gratté, mettez toutes
ces choses en un petit chaudron, & les mêlez
très-bien d'un bâton tant qu'il devienne comme
colle, lavez vous en après les mains,
vous en verrez un bel effet.

Pour faire une autre eau qui embellit le visage.
P Renez glaire d'oeufs, & en faites eau distillée par l'alambic, d'icelle lavez-en la face tant que vous voudrez.
Pour faire une eau qui fait la face blanche & luisante.
S I vous prenez lait d'Anesse, coquilles d'oeufs, faites eau distillée, & vous en lavez le visage, il sera blanc, beau & luisant.
Eau pour faire la face vermeille. F Aut prendre la jambe d'un boeuf ou veau, c'est à savoir du genou en bas, lui ôter la peau & les ongles, puis rompre tout le reste
en pièces, c'est à savoir les os, les nerfs, &
la moelle, puis le distillez, & vous lavez de
cette eau au matin.

Eau très-bonne pour faire ressembler le visage comme à
l'âge de vingt ou vingt-cinq ans. A Yez deux pieds de veau & les mettez cuire en dix-huit livres d'eau de rivière, tant qu'elle soit moitié consommée, puis y ajoutez une
livre de riz, & le laissez cuire avec de la mie
de pain blanc de chapitre détrempée avec du lait,
deux
@

Beauté des Dames. 189
deux livres de beurre frais, & la glaire de dix
oeufs frais, avec leurs écailles & peaux, mettez
toutes ces choses à distiller, & en l'eau que
vous en distillerez mettez-y un peu de camphre,
& d'alun sucarin, & vous aurez un secret noble
par excellence.

Eau pour embellir la face, & autres parties. P Renez borax blanc deux onces, alun de roche une once, camphre deux dragmes, alun de plume, alun écaillé de chacun une once pulvérisé,
chacun à part soi, puis l'incorporez
tous ensemble, & puis les mettez en quelque
grand vaisseau plein d'eau de fontaine, lequel
vous couvrirez, & serrerez très-bien d'un linge
& le mettrez-au feu l'espace de deux heures,
puis après l'en avoir retiré, & qu'il sera refroidi,
mettez-le en un autre vaisseau, prenez la
glaire de deux oeufs pondus du jour même, &
la battez bien avec un peu de verjus: puis la
mettez au vaisseau avec l'eau, & laissez le l'espace
de vingt jours au Soleil, & aurez une
chose parfaite.

Pour faire un très-beau lustre pour les Dames. A Yez un grand limon & faites un pertuis par dessus, par lequel vous ôterez du dedans la grosseur d'une noix, puis le remplissez de sucre candi
avec quatre ou six feuilles d'or, & le recouvrez
de la pièce que vous en aurez ôtée, la recousant
avec une aiguille, de sorte qu'elle soit bien attachée,
puis mettez ledit limon cuire sur la braise la couture
dessus, & à mesure qu'il commencera à bouillir,
tournez-le souvente-fois, tant que vous le verrez
suer quelque temps, puis l'en retirez quand vous
voudrez en user, mettez un doigt au trou qui
était recousu, & vous en frottez la face avec
quelque linge bien délié, ce sera chose exquise.
Pour
@

190 Secrets pour la
Pour ôter les taches du visage. P Renez farine de Lupins, fiel de chèvre frais, jus de Limon, Alun Succarin, incorporez bien tout ensemble en forme d'onguent, puis en oignez au soir le lieu où sont les
dites taches & guérirez incontinent, c'est chose
bien expérimentée.

Pour faire Eau de Melons blancs, laquelle fera une belle chair. P Renez Melons blancs bien nettoyez de leur écorce, & les taillez par pièces épaisses d'un doigt, y laissant tout le milieu: puis prenez les
choses suivantes, Alun succarin quatre onces,
Argent vif, rompu amorti une once, Alun de
roche brûlé une once, porceletes deux onces,
Térébenthine lavée une livre, douze oeufs frais
étampez avec leurs écailles, Limons blancs taillez
par pièces, autant que vous voudrez, Sucre
quarante onces, avec une fiole de lait de Chèvre,
& une de vin blanc, puis emplir l'alambic
des dites choses, mettant rangée sur rangée,
comme avons dit de l'eau susdite, donnez lui
après un petit feu, puis en gardez l'eau en une
fiole, laquelle sera excellente pour laver la face,
ainsi se fait aussi l'eau d'Anguaria, & des sommets
de fleurs de fèves & de mauve, & des
fleurs de lambruche ou vigne sauvage, & autres
telles choses.

Pour faire une eau qui rende la face blanche. P Renez litharge d'argent, broyez-en pour deux fois, & le mettez dans un vaisseau avec du fort vinaigre blanc, puis le faites tant bouillir qu'il se diminue de la hauteur de
trois doigts, laissez-le reposer, puis le coulez
& le gardez: encore est bon du lait & du jus
d'orange mêlé avec huile de tartre.
Eau
@

Beauté des Dames. 191
Eau admirable & très-facile à faire pour embellir le
visage, mais il faut se servir de la saison.
I L faut cueillir de l'orge quand il est encore en lait, que le grain n'est pas formé dedans ni épaissi, & de ces grains avec du lait d'ânesse,
après être broyez dans un mortier, faites
le tout distiller au bain marie, & lavez de cette
eau le visage, c'est un secret éprouvé & fort innocent,
mais cette eau ne se peut faire qu'une
fois l'année.

Eau pour blanchir le visage. P Renez litharge, mastic, olibanum, colophane autant de l'une que de l'autre, broyez tout ensemble sur le marbre, & les détrempez avec
de très-bon vin blanc bien odorant, tellement
que le jus soit bien clair, & le mettez à distiller
en un alambic de verre, & que tout se distille
jusques aux ordures sèches, & recevez l'eau et
une fiole de verre, & oignez vous en la face
quand vous vous irez coucher, elle la blanchira,
tellement que par nul autre lavement elle ne s'en
pourra aller.

Vin pour la face. V In pour la face, qui est l'ornement des femmes, se fait ainsi: Prenez brésil & alun sucarin, broyez les & les mettez en vin rouge
& faites bouillir jusques & ce que les six parties
du vin revienne à une, & quand il sera froid,
que la femme mouille dans une pièce de coton
& s'en lave là où il lui plaira.

Autre secret fort excellent & fort aisé. L Eau du jus de limons distillée à l'alambic de verre au bain marie, est singulière pour embellir
le visage.
Autre
@

Manque la page 192.


@


Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.