Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.

@

Page

Réfer. : AL0502
Auteur : Philippe Descamps, Jean Pierre Ingrand.
Titre : sur l'échine du dragon.
S/titre : de la Grand Place de Bruxelles
au mont Saint-Michel.
Editeur : Editions Publi-Nord. Lille.
Date éd. : 1991 .




**** A T T E N T I O N ****

Ce document étant sujet à droits d'auteur, n'est composé que du début, et des tables éven-
tuelles. Reportez-vous aux références ci-dessus
pour vous le procurer.

**** A T T E N T I O N ****



@



sur l'échine du dragon de la Grand Place de Bruxelles au Mont-Saint-Michel



3
@
@

Philippe DESCAMPS
Jean-Pierre INGRAND


SUR L'ECHINE DU DRAGON DE LA GRAND PLACE DE BRUXELLES AU MONT-SAINT-MICHEL


Editions PUBLI-NORD 1, rue des Moulins de Garance 59800 LILLE
@
@





Je dédie ces pages
A Annie
A Frédéric, Stéphane et Cyril,
dont l'affection et la patience m'aident sur le chemin initiatique.
7
@
@





Je remercie en priorité
Jean-Pierre Ingrand, géobiologue, diplômé en architecture par le gouvernement français, qui a été le véritable initiateur de ce voyage sur " l'Echine du dragon "
Je tiens à remercier ici tout particulièrement M. Roger Caro pour avoir cru en ma démarche et dont l'opinion avisée m'a incité à publier ce livret.
Je remercie également Jean Planquart, éditeur, dont la compétence m'a permis la mise en pages de ce livret, et dont la disponibilité n'a d'égale que sa grande générosité.
@
@



Préface
Voyageant depuis plusieurs années vers l'inaccessible étoile, de chantier en chantier, mon pas de cheminot s'est
souvent confondu avec celui des compagnons de fortune
rencontrés au détour de la vie.

Ensemble, nous avons partagé le pain, et nous sommes éblouis des mêmes découvertes, nous sommes enfantés
d'une Vierge Noire et souvent nourris du souffle d'un
dragon.

Parmi tous ces Compagnons, certains s'en sont allés, fugitifs et incertains; d'autres sont restés présents et sûrs,
parmi eux, Philippe, fidèle et consciencieux.

Pendant tous nos voyages, je l'ai vu, la plume à la main et le bourdon de l'autre, fixer les repères, relever les
contours et décrire tous les éléments du parcours proposé.

C'est avec un réel plaisir que je sentais sa présence interrogative et chaleureuse. Il nous offre aujourd'hui le
partage de son chemin.

Je l'en remercie; pour lui et tous ceux qui lui ressemblent, je continue mon voyage.

Jean-Pierre Ingrand
11
@
@

POEME
« De l'îlot sacré A l'alchimique Pierre Dans Bruocsella puînée Que blasonne l'archange,
Marchons
Vers la fervente baie Où l'humide tangue Recèle le roc Que maîtrise Michel
Et vivons
Sur la fabuleuse échine, En miroir d'étoiles, Du dragon montais Un rituel-parcours
L'Espace d'un instant, La paix sereine de nos retrouvailles. »
Jean-Pierre INGRAND
13
@
@

" L'ALCHIMIE ": SON HISTORIQUE
En alchimie, l'histoire se confond avec la légende, la réalité avec le symbole. Son nom même qui nous a été
transmis par les Arabes, se confond avec ses origines
mythiques que la tradition rechercha dans l'antique
Egypte. Les textes originels encore conservés, y furent
rédigés dans les premiers siècles de notre ère. Ils comprennent
l'essentiel de ses pratiques et allégorisations
transmises ensuite par les Arabes et les Byzantins qui
contribuèrent à l'enrichir.

L'alchimie ne débuta véritablement en Occident qu'au XIIe siècle, pour connaître sa période classique au siècle
suivant au cours duquel furent conçus les textes latins
qui, par la suite, serviront de références.

L'art chimique, qui ne put se développer qu'après l'assimilation complète de la doctrine, nous est connu dès la
fin du XIVe siècle. Il semble avoir été, à l'origine, déterminé
par l'iconographie religieuse mais s'être rapidement
enrichi de motifs profanes.

A la fin du moyen âge, l'alchimie, même si elle fut contestée, voire condamnée à l'occasion, fut définitivement
inscrite parmi l'ensemble des disciplines scientifiques
officielles.

Au XVIe siècle, elle connut un développement prodigieux soutenu par la propagation de la philosophie hermétique
dans les milieux humanistes, qui eut pour conséquence
d'orienter nombre d'adeptes vers des adaptations
théosophiques. Cela aboutit à la formation d'une secte au
début du siècle suivant, les rose-croix, au moment même,
grâce à la gravure, l'iconographie connaissait une richesse
exceptionnelle.

Le déclin s'amorça dès le XVIIe siècle où les théories des alchimistes furent battues en brèche par des connaissances

15
@

plus positives et l'organisation progressive de
notre chimie.

La croyance en la possibilité de transmuter un métal vil en or, qui constitue l'assise de l'alchimie, fut dès lors
rejetée par le corps scientifique qui considéra souvent
comme une supercherie ce qui n'était que naïveté, ignorance
ou allégorie.

Les opérations auxquelles l'alchimiste devait se livrer pour réussir cette transmutation, étaient qualifiées de
grand-oeuvre. Elles devaient lui livrer la pierre philosophale
qui, " projetée " sur un métal vulgaire, pouvait l'ennoblir.
Conjointement, l'alchimiste cherchait également
à obtenir un " or potable ", ou " élixir de vie ", qui ajouterait
l'éternité à la puissance et à la richesse que lui procurerait
le métal précieux.

Divers catégories d'alchimistes doivent être distinguées en fonction de leurs attitudes à l'égard de cette
théorie. Elles rassemblent des chercheurs qui établirent
les bases de la chimie en découvrant des procédés et des
produits, en perfectionnant la connaissance de la matière,
des charlatans qui exploitèrent la crédulité du public et
enfin des adeptes pour lesquels l'or alchimique n'était
absolument pas le métal gage de richesses matérielles,
mais l'expression de la perfection de l'être.

16
@





" Dans la nuit la plus longue, à la recherche de la lumière, il m'a fallu prendre la route"
17
@
@

Préambule
En guise de préambule, je vais vous confier que ce travail a été réalisé à partir d'un voyage à l'équinoxe
d'automne sur " l'échine du dragon " avec Jean-Pierre
Ingrand, géobiologue (cf. thème du 23 septembre 1990
N° 1); C'est précisément à l'équinoxe d'automne sous le
signe de la Vierge, de la Terre mère nourricière que commencent
les premiers travaux des alchimistes.

" Alchimie, nous dit le dictionnaire, est une science occulte (du latin médiéval Alchemia, Arabe Al Kimia, c'est
à dire avant la chimie). Science du Moyen-Age qui, en se
fondant sur un symbolisme minéral, végétal et planétaire
issu d'une tradition ésotérique, cherche à établir des correspondances
entre le monde matériel et le monde spirituel et à
découvrir la pierre philosophale, capable de transmuter en
or les métaux vils ".

Les principaux éléments récoltés à partir de ce voyage, puis engrangés, mis en réserve avec beaucoup de soin
comme l'aspect parcimonieux et scrupuleux méthodique
de la Vierge (je suis ascendant Vierge) ont été enfouis
dans mon esprit à l'automne.

La Terre, ayant épuisé ses ressources à nourrir les plantes, a besoin d'être mise au repos puis alimentée pour
se régénérer au cours des mois qui vont suivre.

Comme les graines enfouies dans le sol des semailles, la terre-mère grâce aux longues nuits d'hiver se régénère et
le soleil irradie généreusement la partie de sol située sous
nos pieds, là où se fait le travail principal du Soleil nocturne,
qu'il nous est impossible de voir objectivement.

19
@

Au solstice d'hiver, date à laquelle les alchimistes vont rechercher la matière première: " la materia prima " issue
des longs mois de putréfaction, de mortification de l'hiver,
j'ai commencé à séparer lentement sous le signe du
capricorne et sous l'influence lente et durable de Saturne
le pur de l'impur. Et je me rappelle que les premières
lignes de ce travail, en plein solstice, il y avait la pleine
lune, en cancer, donc maîtresse chez elle et l'astre de la
nuit éclairait de ses reflets intenses et envoûtants mes
pages débutantes. (cf. Thème N° 2 Au solstice d'hiver).

Et comme le dit le rituel de la St Jean d'hiver " dans la nuit la plus longue, à la recherche de la lumière il m'a fallu
prendre la route ".

Les principales opérations alchimiques se font toujours lorsque les configurations astrales permettent de les
réussir; l'analogie avec la nature et avec le mouvement
des astres est indispensable: ainsi la conjonction ou
réunion de deux éléments se fait toujours à la nouvelle
lune comme le fait de lancer, de démarrer quelque chose,
un mouvement, une action; la date du Voyage Bruxelles/le
Mont St Michel à l'équinoxe d'automne était tout à
fait indiquée et bien choisie (cf. thème N° 1). La pleine
lune correspond à une séparation, une opposition Soleil/Lune
et le solstice d'hiver, sous un ciel de pleine lune, était
le moment rêvé pour séparer, diviser le pur de l'impur,
quitter nos vils métaux, noircir, mourir et renaître. " Rien
ne saurait renaître s'il ne mourait pas ". Moment propice du
solstice d'hiver où dans le silence, le calme, les forces vives
de la nature lentement se concentraient en Capricorne de
façon durable et profonde.

Lentement durant toute cette année, et mon épouse Annie en est le témoin, il m'a fallu prélever au sein de la terre
noire, ce travail d'Hercule au sens pur de la tradition et ce
travail précisément s'achève aujourd'hui même au grand
jour du solstice d'été; je me fais une joie remplie d'émotion
de partager avec vous ce travail en pleine lune: ce soir

20
............................................................
............................................................

@



Chapitre I
La Place de Bruxelles
" Véritable grimoire de l'Art Royal "



" Compagnons, ayez conscience que vous avez oeuvré pour l'éternité ".
31
@
@



%
Carte des chemins de Compostelle avec le dragon reliant la Grand Place
de Bruxelles au Mont St Michel, en passant par Chartres.

33
@



%
L'Archange indique par sa lance le Nord Ouest, c'est à dire la direction du
Mont St Michel.

(feuillet n° 1)
34
@



%
Schéma en haut: constellation du dragon.
(feuillet n° 2)
35
@
@



GRAND PLACE DE BRUXELLES
Notre voyage commence précisément sur la Grand Place de Bruxelles, puis nous cheminerons en tant que
pèlerins-" Miquelots " vers Compiègne, Notre Dame de
Paris, Chartres, Bayeux, Le Mont St Michel où notre
voyage s'achèvera, ayant dessiné ainsi sur le sol de France
un magnifique dragon à l'image même de la constellation
du dragon dans le ciel comme vous pouvez le constater
sur les feuillets n° 2 et 3. Ce dragon, qui est un chemin de
grande randonnée sur la Vouivre, grand courant tellurique,
se poursuit ensuite vers les alignements des menhirs
de Carnac en passant par la forêt de Brocéliande, plonge
dans l'Océan Atlantique et se termine à St Jacques de
Compostelle.

Il existe ainsi plusieurs projections des constellations sur le sol de France: je veux citer les plus connues, par
exemple les bâtisseurs ont reproduit la constellation de la
Vierge en dessinant l'implantation des cathédrales dédiées
à la Vierge sur le sol de France. La constellation du lion
projetée sur le golfe du lion; la constellation du chien se
retrouve depuis le port de Cerbère jusqu'au Canigou, la
constellation de la baleine projetée sur le golfe de Gascogne
où les Basques chassaient justement le mammifère;
la projection des 2 chemins d'étoiles matérialisée par
deux lignes parallèles qui suivent exactement 2 parallèles
terrestres conduisant à St Jacques de Compostelle etc ...

Hermès Trismégiste dit: " Il est vrai sans mensonge certain et très véritable que ce qui est en bas est comme ce
qui est en haut et que ce qui est en haut est comme ce qui
est en bas pour perpétrer les miracles d'une chose et comme

37
@

toutes ces choses ont été et sont venues d'un, par la méditation
d'un ainsi toutes ces choses sont nées de cette chose
unique par adoption. Le soleil en est son père et la lune sa
mère. Le vent l'a portée en son ventre et la terre est sa
nourrice. Sa force ou puissance est entière si elle est tournée
en terre ".

Eh oui, nos compagnons bâtisseurs, lorsqu'il s'agissait de la pige, orientaient leurs édifices en fonction du lieu,
du croisement des axes cardinaux - rayons sacrés yang
avec ceux des solstices, en fonction du levant et du couchant,
le jour de la fête du St patron auquel l'édifice était
consacré et dédicacé, précisément sur un lieu où les courants
telluriques et cosmiques faisaient de ce lieu un lieu
véritablement sacré (" génius loci ") et porteur de grandes
vibrations. Par le message gravé dans le grimoire des
façades de la place de Bruxelles, par les bas-reliefs entre
autres des cathédrales qui constituent un véritable livre
de pierre, nos compagnons bâtisseurs nous aident à nous
ressourcer dans le passé, à puiser dans notre passé ce que
les Anciens savaient déjà par leur senti, leur vécu et leur
intuition spirituelle. A partir de ce travail, ne nous promenons
plus en simples touristes durant ces vacances
dans leurs édifices sacrés.

Les étoiles de la constellation du dragon dans le ciel se retrouvent sur les différents centres énergétiques, c'est à
dire les chacras du dragon; dans le miroir du ciel se
reflètent les chacras du dragon (cf. Schéma n° 3).
Ainsi le chacra caudal se situe dans la queue du dragon
qui est la grande place de Bruxelles; son hara, c'est à dire
le chacra central, se trouve dans le ventre du dragon à
Chartres; le chacra coronal, supérieur se situe dans la tête
du dragon au Mont St Michel. Le dragon symbolise, en
fait, la Vouivre: " Une Vouivre " nous dit le dictionnaire,
est un serpent légendaire, pour nous occidentaux c'est
aussi la salamandre, petit amphibien terrestre, vivipare
dont la peau est noire marbrée de jaune auquel une
ancienne croyance prêtait la faculté de vivre dans le feu,

38
@

Schéma n° 3
%
Constellation du dragon appliquée sur le sol de France
39
@

dans le feu de la terre précisément; la Vouivre est un
grand courant tellurique du latin " Telluris ": " la terre "

" Tellurique ": qui vient de la terre; un tellure est un corps simple qui présente de nombreuses analogies justement
avec le soufre. La vouivre est symbolisée en
alchimie par le soufre, solide et cassant, qui brûle, dégageant
une odeur suffocante assez volatile.

Le dragon est le souffle, l'esprit de la terre; c'est l'enfant de la terre, mère nourricière. Il représente les
forces vives de la terre mère: Cheminer sur l'échine, la
crête du dragon, c'est se ressourcer à la terre mère, sur
cette grande artère qu'est le voyage Bruxelles Chartres le
Mont St Michel et ce au solstice d'été d'est en ouest, c'est
à dire dans l'un des grands axes de la croix solstice équinoxe
est-ouest - nord-sud qui sont des axes yang, Dar
opposition à ceux de la terre qui sont yin.

La terre mère nourricière est une structure vivante avec ses énergies, ses écoulements énergétiques, ses propres
méridiens; le dragon en est un; de tous temps, l'homme
s'est servi et a puisé dans les énergies telluriques; nos
ancêtres se sont servis de l'implantation des veines, des
vouivres du dragon pour y installer leurs édifices en de
haut-lieux cosmo telluriques: par exemple, les menhirs,
les chemins de grande randonnée, les chemins de St Jacques
où notre route d'aujourd'hui Bruxelles le Mont St
Michel sont en relation avec des rayonnements telluriques
de forte intensité.

Nos compagnons bâtisseurs détenaient ce savoir, ces connaissances du druidisme celtique, des connaissances
que les templiers et avec eux St Bernard ramenèrent
d'orient et plus tardivement Nicolas Flamel, patron des
alchimistes ramenait de St Jacques de Compostelle en
1452.

Nos compagnons se trouvaient donc à la croisée des deux courants celtique et oriental et tiraient leurs connaissances

40

**** A T T E N T I O N ****

Fin du texte de ce document, ce document étant sujet à droits d'auteur.

**** A T T E N T I O N ****



@



BIBLIOGRAPHIE
- L'or du millième matin
Armand Barbault
- La tradition cachée des Cathédrales.
Jean-Pierre Bayard
- Le mystère des Cathédrales
Fulcanelli
- Les mystères de la Cathédrale de Chartres
Louis Charpentier
- Le Chemin initiatique de St Jacques
Jean-Pierre Morin - Jaisse Coheres
- L'alchimie
Jean-Michel Varenne
- St Jacques à Compostelle
Jacques Chocheyras
- Le Pape des escargots
Vincenot
- Le Mont Saint Michel
Claude Quétel
- Le Mont Saint Michel et l'énigme du dragon
Jean Markale
@



TABLE DES MATIERES

Préface........................................... 11
L'Alchimie: son Histoire.......................... 15
Préambule......................................... 19
Interprétation des trois thèmes................... 23
Chapitre I: La Grand Place de Bruxelles........... 31
Les sept phases de la Voie Sèche.................. 49
Chapitre II: De Bruxelles à Chartres.............. 63
Chapitre III: Chartres, Acropole de l'Occident.... 73
Chapitre IV: Le Mont Saint Michel................. 91
Bibliographie..................................... 110
@





Achevé d'imprimer sur les presses de l'Imprimerie F. Planquart à Lille au solstice d'été le 21 juin 1991
@

La constellation du Dragon a son reflet sur le sol de Belgique et de
France.

Le rébus commence sur la Grand Place de Bruxelles; il emprunte le
chemin des " Miquelots ", passant par
Chartres, Acropole de l'Occident. Le
voyage se termine en apothéose au
sommet du Mont Saint Michel.

Les auteurs vous proposent une pérégrination à la fois astrologique,
alchimique et géobiologique sur
l'échine du dragon.

Que Saint Michel Archange vous aide à saisir l'essence initiatique de
ce pèlerinage.

%
ISBN 2. 902970. 11. 0.
@


Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.