Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3

@

Page

Réfer. : AL1100
Auteur : Iean XXII.
Titre : L'Elixir des Philosophes.
S/titre : suivi de l'Art Transmutatoire.

Editeur : Macé Bonhomme. Lyon.
Date éd. : 1557 .


@



E L I X I R D E S P H I L O- S O P H E S,
Autrement,
L'Art transmutatoire, moult utile, attribué
au Pape IEAN XXII. de ce nom: non
encore veu ny imprimé par cy deuant.

pict
A L Y O N,
Par Macé Bonhomme;

----------------- 1 5 5 7
AVEC PRIVILEGE DV ROY.
@



Extrait du priuilége.
P A R Priuilege expres du Roy notre Sire, daté du huitiesme iour d'Aoust l'an mil cinq cens cinquante sept, qui
a esté publié & enregistré en la court de la Seneschaussée
de Lyon, il a esté permis à Macé Bonhomme imprimeur
de Lyon, d'imprimer, & faire imprimer de telz characteres
que bon luy semblera, mettre en vente, & d*** le
present livre intitulé, l'Elixir des philosophes, autrement l'art
transmutatoire de Pape Iean XXII. de ce nom: non encore veu
ny imprimé. Parquoy sont faites defenses à tous libraires
& imprimeurs, & autres, d'imprimer, ou faire imprimer ledit
livre en forme & maniere que ce soit, ou de ceux qui
auroyent esté contrefaitz, ou imprimez allieurs, n'en ***ter,
ny exposer en vente es païs, & terres de ce Roy ***
durant le temps & terme de dix ans, commençant du iour de
l'impression du present livre sera paracheuée, auec grosses
peines contre ceux, qui contreuiendront directement
ou indirectement au dit priuilege. Par lequel est p***
d'inferer, pour toutes defenses & significations, l***
maire du dit priuilege, au commencement, ou sur la fin du present
livre: ainsi que plus amplement est contenu au priuilege
susdit.

La premiere impression du present livre a esté acheuée le 15. Nouembre, 1 5 5 7.
@

3
pict

M A C E' B O N H O M- ME, IMPRIMEUR DE LYON AU LE- CTEUR Salut.
§
pict I VRAIE
est la sentence d'Aristote, disant, que le bien vaut d'autant plus, qu'il est à plusieurs élargi
& communiqué. Lecteur, il m'a
semblé que le bien & profit, que
reçus par le moyen & bénéfice
d'un gentilhomme de bonne lettres
a 2
@

4
serait plus excellent & prisable, si je t'en faisais participant. Par quoi étant parvenu en mes mains certaine bonne & ancienne copie, contenant le vrai Elixir des philosophes, avec la nature des métaux, & opération d'iceux, autrefois dictée par Pape Jean XXII. de ce nom, qui (comme même Platine récite en la vie d'icelui) a été en son temps grand philosophe: aussi après avoir admiré l'ordre & sujet de la dite copie; & que certains doctes personnages, experts au noble art Voalchademique & archicanopique (qui ne laissa oncques homme sage & discret cret
@

5
en mendicité) m'en ont fait
bon rapport, affirmant qu'elle contenait
choses excellentes & admirables,
je l'ai mise en caractères
d'impression, le plus fidèlement &
correctement qu'il m'a été possible:
à fin, que par tel moyen tous
gentils esprits soient abreuvés
de la source & ruisseau d'un si
grand bien, & qui ne fut caché à
aucuns des vrais & sincères amateurs
de philosophie: auxquels
je désire de tout mon pouvoir satisfaire
& profiter: même si je
sens que ceci leur soit agréable,
leur en ferai voir en bref encore
autres copies singulières, que j'ai
a 3
@

6
entre mains. Priant D I E U tout puissant, & vrai soleil, m'en donner la grâce & faculté, après que sommairement, ami Lecteur, je t'aurai averti (de peur que tu ne penses du présent oeuvre, par le commencement & lecture d'icelui, que ce soit chose manqué & imparfaite) que le premier feuillet de ladite copie, contenant seulement la préface, autrement épître liminaire, a été perdu & égaré avant que venir en mes mains. A D I E V, Lecteur. De Lyon, le XV. Novembre, l'an M. D. LVII.
@

7
pict

L'E L I X I R D E S P H I L O S O - PHES PAR PA- PE JEAN XXII. DU NOM.

pict ' I N T E N T I O N
de ceux, qui oeuvrent de cet art & science, n'est pas tant seulement en une quantité de soleil, c'est qu'il soit fait soleil
ou lune, mais c'est à faire une
chose, quelle soit accomplie peut
a 4
@

8 L'élixir
convertir une chose en trente ou quarante, en cinquante, ou en soixante en lune ou soleil: car elle en peut convertir de plus au moins, selon qu'elle sera bien appareillée: & cette chose est appelée Elixir, ce vaut autant à dire, comme médecine bonne, qui peut rendre, & est appelée âme, & vie: car tout ainsi comme, que ce que n'a âme & vie en soi, ne peut vivre sans âme: tout ainsi par cette science ne peut l'on les métaux ramener à perfection sans cette chose qui est appelée Elixir: car quand elle est à droit faite, elle donne à tous métaux couleur, poids, odeur, & saveur, mollesse & dureté, & autres choses que tempérament selon ce qu'elles sont rouges ou blanches comme pour faire soleil ou lune. Les
@

des philosophes. 9
Les choses dont l'on peut faire Elixir sont trois, les sept métaux,
les sept esprits, & les autres choses
que les philosophes appellent ci après,
& c'est à dire que en toutes
choses du monde si à aucuns racine
de teinture, & es unes plus que
aux autres: & pour ce que leurs natures
soient mieux accomplies. Les sept
métaux sont soleil, lune, cuivre, étain,
plomb, fer, & vif-argent. Les sept
esprits sont, argent-vif, soufre, sel-
armoniac, orpiment, tutie, magnes,
marcassite, & des autres sont plusieurs
ainsi, que des choses du monde
ont été expérimentées; Car les
sages ont élu par épreuve, comme
te mettrai aucune, & ce sont
vif-argent, sang d'homme, sang de
cheveux, & d'urine, & l'urine est de
l'homme, ils ont plus à faire des choses,
a 5
@

10 L'élixir
qui *issent de l'homme, pour ce qu'ils ont éprouvée, que l'homme en sa nature est une des plus accomplies & *attemperées créature du monde. Dont il est appelé homme, qui bien le connaît en sa nature, pourrait l'on trouver toutes les choses du monde. Or laissons toutes autres choses, & dirons des choses, que nous avons à maintenir en ce chapitre: & pour ce qu'elles ne valent rien, l'on peut en autre intention si elles étaient prises communément sans nettoyer, & appareiller, nous convient il dire des appareillements, & comme l'on les appareille, & les fais honnêtes & mondés, & les choses qu'il convient mettre, & toute leur nature & appareillement, en la manière de la division de cette scien
@

des philosophes. 11
science. Et cette science a huit parties
nécessaires. Premièrement la
chose que l'on appelle Elixir (& voyez
les ci toutes) purger, sublimer,
calciner, distiller, résoudre, congeler,
incérer ou empâter, &
jeter son Elixir sur métaux, quand
ils sont appareillés.
Nous appelons épurer, quand Epurer nous ôtons d'aucune chose d'on
nous voulons oeuvrer la nature, que
est contraire à notre ouvrage.
Nous appelons sublimer, quand Sublimer une chose est mêlée avec autres, &
*triblée *menuement, si mise en un vaisseau
propre sur le feu, & elle monte en
haut, & si choit au convertoir du
vaisseau en manière de poudre, & toute
sublimation doit être blanche, si
elle est à droit faite: & nulle chose
ne peut sublimer proprement, fors
que
@

12 L'élixir
que les sept esprits. Nous les appelons, esprits pour ce qu'ils ne se tiennent point sur le feu, mais s'en vont en feu, & pour ce pensèrent les sages vaisseau propre à ce où ils puissent détenir ces esprits, que ainsi montent en fumée, & est appelé altéreur ou sublimateur. Calciner Nous appelons calciner quand une chose est venue en poudre si menue, que à peine peut l'on sentir les parties, & toutes choses qui a en lui terrestre, peut être calcinée: car par feu & autres choses qui sont sèches & ardentes: comme sel commun, soufre, & orpiment, & toute chose chaude à sa nature en peut l'on dessécher, & *traire toute moiteur, & si n'y demeurera fors que la terre, que nous appelons Chaux. chaux. Nous
@

des philosophes. 13
Nous appelons distiller, quand Distiller une chose mise en un vaisseau, & la
moiteur monte en haut en fumée
toute seule, en manière d'eau rose,
& puis descend par le *tuel d'un
vaisseau, & c'est la droite manière
de distiller: mais l'on distille bien
par feutre, comme nous dirons &
enseignerons ci après.
Nous appelons résoudre, quand Résoudre une chose sèche & dure, quelle
quelle soit; est convertie en eau, ce
que ne peut trouver nulle partie,
que ne se convertisse en eau toute
chose que a sécheresse *arse & calcinée
de feu, se convertit légèrement
en eau, & elle vient aller
sans soleil, & même fiens, & toute
manière de sel aussi.
Nous appelons congeler, quand Congeler une chose est convertie en eau,
& nous
@

14 L'élixir
& nous la voulons faire dure comme poudre ou sel, & se met en fioles de verre mises en pots blancs de cendres sur petit feu, tant qu'elle soit convertie en dureté. Incérer. Nous appelons incérer ou emplâtrer, quand une chose ou plusieurs sont dures & sèches d'elles mêmes, & n'ont pouvoir d'entrer aux métaux ne de mêler ne dissoudre, & nous les *triblons sur une pierre de marbre bien égaux avec aucunes eaux ou huiles par plusieurs fois, tant que toutes les parties soient bien molles comme cire, & ce doit l'on faire plusieurs fois, lors est la chose bonne à mettre résoudre: car elle se refroidirait tantôt pour les parties qui sont amenuisées & abreuvées d'eau tout au tour. jeter. La huitième chose est la fin, que
@

des philosophes. 15
que nous voulons avoir c'est jeter
notre Elixir sur les métaux, que
nous voulons convertir en soleil &
lune, & l'on le doit convertir premièrement
sur bon poids de métal,
pour éprouver comme il se prendra:
& puis après sur plusieurs parties,
jusques à tant que l'on voit que les
métaux aient droit poids & côtes
& en telles conditions qu'ils affinent.
Or nous convient à dire des choses que nous ont de métier à épurer,
& autres espèces de cette science
c'est de gravelle & de vin, écailles
d'oeufs chaux, alun, vitriol, arsenic,
vert de gris, vermillon, litharge,
nitre *bourras, *peillassosse, sain de
verre, urine d'enfants, *traisse & toute
manière de sel, & d'eaux aigues, qui
sont faites de ces choses que nous
avons dites, & moult d'autres qui
en
@

16 L'élixir
en sont faites. Or voulons nous dire de la manière des choses épurées: car qui à droit veut ouvrer de cette art, il convient épurer premièrement toutes choses dont il oeuvre: & nous enseignerons la manière de faire les huit parties devant dites, qui sont nécessaires à faire notre Elixir. Epur- Ainsi épureras tu gravelle de er. vin. Prenez la gravelle de vin & la cuis par deux heures en urine d'enfant, qui soit appareillée ainsi: & puis la sèche bien au soleil, & puis la mets en un pot, & mets celui pot au four d'un potier quand il cuit ces pots deux fois ou trois, tant que tu trouveras chaux blanche: & si tu veux tu la calcineras en la manière, que nous dirons ci après au four à calciner: & puis
@

des philosophes. 17
& puis la garde, & tu trouveras ci
après comme on fera eau au chapitre
des eaux nécessaires à cette
chose.
Appareille ainsi les écailles de oeuf: lave les bien entre tes mains
en eau mêlée avec sel, tant que tu Oeuf. en voies la tâche: & puis les sèches,
& puis les mets en un pot au
four d'un potier ainsi comme gravelle
de vin si en auras chaux bonne,
qui est moult nécessaire: tu feras
ainsi de la chaux, *trible la en un
mortier de fer, & puis prends de ces
pierres dures, qui sont en ces rivages
comme gelée, & les mets en
un sac, & la chaux avec, & pendras
le sac sur la fumée au dessus
d'un pot ou fiole bouillant sur le
feu, tant le *lerras, que tu voie que
le sac en fume, & puis l'ôte & *détrames
b
@

18 L'élixir
en tes mains, si en *faudra la chaux en tous côtés: ainsi fais que tu l'aie toute, & la garde & la sèche. Il y a plusieurs manières d'aluns: mais nous prendrons plus d'alun de plume, que des autres car il est *mondifiant, & perçant merveilleusement: & tu appareilleras ainsi toute manière d'aluns: taille le moyennement, & puis le cuis en urine épurée & lui mettras tant d'urine qu'elle y soit par dessus deux doigts l'alun, & le cuiras tant que tout l'alun soit *dégâté en l'eau: puis le distille en feutre, comme nous dirons ci après: & puis si le congèle & sèche entre deux poêles de terre sur petit feu; & les garde & ainsi peux tu faire sécher les choses que tu ne peux faire
@

des philosophes. 19
faire sécher au soleil, fors que les Sécher. esprits: car ceux ne peut l'on pas ainsi
faire sécher, pour ce qu'ils fuient
le feu: & si tu veux bien sécher les
esprits & toute autre chose, mets
les en un vaisseau dessus tout autour,
& auras dessus un petit pertuis
aussi grand comme un pois, &
celui vaisseau à toute la chose que
tu veux sécher mets en un four
quand le pain sera *trait, au lieu ou
le four sera plus chaud: & le laisse
la toute nuit, & le trouveras au
matin tout sec.
Vitriol & arsenic sont épurés Vitriol. tous en une guise: prenez les, & les
cuisez deux fois ou trois en eau claire
& nette: & puis les sèche comme
nous avons dit: & les garde: &
si tu veux faire rouge mets les en
un pot & les mets au four d'un potier
b a
@

20 L'élixir
deux fois ou trois, tant qu'elles soient rouges. Vermillon & vert de gris est ainsi appareillé: cuis les en urine, & épure par deux heures: & mets avec du sel commun appareillé ainsi comme nous dirons: & puis coule l'eau convenant, & mets dessus d'eau chaude, tant qu'elle en vienne claire & douce, & puis les sèche & les garde. Prends litharge & le *trible, & lave bien en eau claire tant qu'elle en *ysse toute claire, & puis la sèche & la garde. Tout ainsi épureras tu cuivre par safran de fer, & limaille de tous métaux, & la chaux des métaux, si tu veux: & pour mieux épurer, tu pourras mettre avec l'eau d'où tu les laves assez de sel: & frot
@

des philosophes. 21
& frotte bien, & lave par plusieurs
fois, si que l'eau en *ysse toute
claire: & puis ôteras le sel, en jetant
souvent eau chaude dessus tant
qu'elle en *ysse toute douce: & puis
le sèche, & le garde. Il n'est pas
grand métier d'épurer verre:
mais si tu veux, tu l'épureras ainsi:
tu le fondras avec un pot de cuivre
& de sel: & puis le *tribleras, &
laveras ainsi comme j'ai dit du litharge.
Soufre & nitre cuis en eau nette & claire tant que toute la vertu
s'en *ysse en l'eau, & convient de
mettre assez de l'eau tant qu'elle
soit trois doigts ou quatre par dessus
& puis le distille par feutre, &
puis le congèle au four, comme
il est dit devant.
Sain de verre lave bien en eau, b 3
@

22 L'élixir
& frotte tes mains, & puis les seiche, & garde. Epur- Tu épureras ainsi urine d'enfant: ement prends la, & la mets en un pot d'urine. & la laisse reposer trois jours ou quatre: puis la coule légèrement, & celle, que tu auras coulé, laisse encore reposer, tant que toute l'ordure *voyse au fond: puis la coule & en jette l'ordure & la cuis bien & écume, tant qu'elle devienne de la tierce partie: puis la distille par feutre, & la garde en un pot bien étoupé pour la corruption de l'air: & si tu veux tu épureras urine, après que tu auras coulée ainsi comme je dirai au chapitre du vin aigre. Vin ai- Fais ainsi du vin aigre: garde gre. qu'il soit fort & aigre, & le distille par un distillatoire, tant qu'il
@

des philosophes. 23
qu'il vienne clair & net: & si
tu veux faire plus brièvement
fais le distiller par feutre, & le
garde.
Toute manière de sain & suif fais fondre en un pot sur le
feu: & puis le coule parmi un drapeau
de linge.
Toute manière d'huile épureras ainsi, fais le bouillir avec Huile. grand force d'eau, si descendra
l'ordure à val: & puis si coule l'huile
qui nage par dessus: & le mets
avec chaux vive en un vaisseau
à distiller: & le distille une fois
& puis le garde en un vaisseau bien
fermé.
Nous usons en cet art de moult de manières de sel: mais je vous nommerai Sels. ceux dont nous avons métier:
c'est sel commun, sel gommé, sel alcali,
b 4
@

24 L'élixir
sel armoniac: & d'autres manières trouve l'on assez largement, on peut toute manière de sel cuire en urine bien épurée, tant qu'elle soit toute résolue dedans: & puis tant cuire, que les deux parties de l'urine en vienne en la tierce partie; & puis le doit on distiller par feutre ou filtre, & puis sécher & congeler, comme dit est: autrement peut l'on appareiller sel commun: prenez les, & les mettez dans un vaisseau, qui puisse souffrir feu, & le mettez en fort feu, tant qu'il soit blanc comme neige, & puis le garde. Miel. Miel cuiras légèrement; & feras bouillir à petit feu, & en ôte bien l'écume, tant qu'il soit bien purgé, & qu'il n'aie point d'écume. Les eaux aigues dont on a métier à cette science doivent être purgées gées
@

des philosophes. 25
selon ce qu'elles sont épaisses:
car si elles sont épaisses, il les faut
distiller, par distillatoire & par feutre,
pour ce qu'elles se purgent
mieux, & deviennent plus claires,
& plus spirituelles: mais si elles
sont claires, les peux bien distiller
par feutre: car elles se épurent assez:
& saches que eau rose ne
doit point être distillée par distillatoire,
si ainsi est que la couleur
soit fixe sur le fer: car autrement
elle deviendrait blanche.
Or avons parlé des épurements aux choses, qui ont métier à épurement,
dont est fait notre Elixir: or
parlons des épurements, dont le
dit Elixir est fait, & très bien & ordonnancement.
Premièrement des métaux,
& après des eaux, & puis après
de toutes autres choses: & puis
b 5
@

26 L'élixir
mettrons un chapitre des vaisseaux, qui servent à cette science. Le soleil pour ce que sa complexion est *attrempée de chaud, & de froid, & si moyennement entre les autres matières est de si bonne complexion qu'il ne veut corrompre ni en terre, ni en eau, ni en air, ni en feu, & si est si net & si épuré, qu'il n'a métier de purger, mais pourtant il fait bon épurer l'ordure d'iceux, comme nous dirons. L'on prend fin plomb, & le mets on fondre en une cuiller de fer, & puis l'on lui jette dessus autant de vif-argent comme il pèse: & puis le laisse refroidir: & puis le broie Plomb. tout ensemble en poudre & le met on descendre à long feu en instrument, que l'on appelle bouton ton
@

des philosophes. 27
*bourbouton, c'est un descensoire,
où il y a une tuile percée
par où le plomb dévale à
un vaisseau, qui est mis au bout
de devant adressé au dessous
de la tuile percée: donc doit il
partir le vif-argent du plomb à
fort feu: & alors vous trouverez
le plomb nettoyé de ses ordures à
ce plomb ainsi nettoyé doit l'on
ajouter la trente troisième partie
de levain, c'est à dire de fin soleil
& la moitié d'eau, tant de fine lune,
que ne sont pas étranges choses
c'est au marc du soleil cinq *estelins
de soleil & deux deniers &
*maille de lune: en telle manière l'on
les doit mener avec vif-argent
si subtilement qu'il passe parmi
deux doubles de drap, & puis
les doit on donner au plomb
petit
@

28 L'élixir
petit à petit sur le feu; si que le vif- argent s'en parte, & le levain demeure, après l'on doit prendre ce plomb, & mettre dedans un test en un four de réverbération, & donner bon feu & fort, & mouvoir d'une verge de fer tant que le plomb demeure tout ainsi vermeil comme écarlate: puis doit l'on laisser refroidir, lors trouveras le plomb appareillé vermeil comme rouge, & fort à fondre, comme soleil, & qui le fait encore retourner demeurant cette couleur ferait soleil fin: car donc est au plomb, reverse ce dehors dedans: & le doit l'on présenter à l'air en quel ventre il sera porté par l'engendrement du soleil qui est son père le doit on faire allaiter de la liqueur qui est de terre, qui est sa nourrisse: & cette chose témoigné gné
@

des philosophes. 29
avons la pierre au philosophe, disant
vraiment, sans mentir, ce
qui est à mont semble ce qui est à
val, & ce qui est à val semble ce
qui est à mont. Qui veut interpréter
le miracle d'une seule chose dont
le soleil si est son père, & la lune si
est sa mère, le vent en son ventre
déporte, sa nourrisse si est la terre,
& encore dit il, lors montera de
terre es cieux, & descendra arrière
à terre, & prendra la force d'amont
& d'aval, & il doit varier:
car il bourgeonne contre mont, &
puis descend à val, & demeure
en substance de sel, quand il est du
sel salant, lors doit il être mis en
digestion en fiens quarante jours
au moins, & après le doit on présenter
deux nuits à la lune, qui
est sa mère, tant qu'il soit eau claire
re
@

30 L'élixir
& puis, doit être représenté au soleil, tant qu'il soit parfait au soleil par science, comme fin soleil de marc. *Apertement & soudainement parlent les saints sages en leurs livres quand ils firent une consonance de plus vils métaux, & des plus bas aux deux plus hauts, à les deux autres planètes du ciel, & spécialement du vil métal au plus haut c'est à savoir plomb qui est le plus vil métal à Saturne, qui est la plus haute planète, & l'étain à Jupiter qui conduit Saturne par cette consonance discernèrent ils la science à ceux, à qui D I E U en a donné le don: car la vérité est telle: car plomb est soleil de sa profonde nature *repete, & si est blanc à sa nature ouverte & *reperte: & à se s'accordent tous
@

des philosophes. 31
tous les philosophes, dont ne lui
faut autre chose que renverser ce
dehors dedans, & mettre en son *appert
ce qui est en son couvert & retourner
encore en celle semblance
si est fin soleil: tout en cette manière
est il de l'étain en lune: & de ce avons
tous vu la vérité de ces
choses en soleil, & en argent peut
être faite en deux manières
sans grand dépens, l'une des manières
si est faite par projection
d'une médecine merveilleuse: l'autre
manière si est faite deux mêmes
ce à l'aide du soleil sans autre
médecine du monde, si ce n'est
un peu de levain du soleil ou de
lune: & ces deux manières sont
faites par deux miracles de
D I E U: car il n'y a à la droite eau
nulle
@

32 L'élixir
nulle décoction que du soleil. La médecine, qui a vertu de convertir plomb en soleil fin si est faite d'eau de fin soleil, & de vif-argent mêlés ensemble & laisser, épaissit reposer en vaisseau de verre hors du soleil, & de pluie onze jours & onze nuits: & lors fera au soleil l'argent-vif une résidence comme petites pierrettes de rubis, lesquelles pierrettes, l'on doit mettre en fiens tant qu'elles soient eau derechef: puis le doit on faire demeurer par soi sans feu, & sans chaleur: lors est la médecine prête, & soit Jésus Christ loué, qui nous a donné science & connaissance de muer plomb en soleil, non pas tant seulement par médecine, mais par lui même sans rien étrange ajouter; & de ceci comme parle le philosophe, losop
@

des philosophes. 33
& dit: Par la pierre si est
une médecine, à laquelle nulle chose
étrange est ajoutée, fors que
les ordures en soient ôtées: & je
te déclarerai cette oeuvre à la louange
de D I E U, & de la bénédiction
de D I E U puisse il être bénit,
qui la cèlera, car elle doit être
celée, car elle est faite par miracle
de D I E U, & en telle manière
l'on peut faire plomb.
Pour épurer soleil prenez platines de soleil rondes, comme un
denier, fort plein, en un vaisseau, qui
soit étoupé par dessus, & aie un
pertuis dessus aussi large comme
un denier, & mets les plates de soleil
par dessus ce pertuis, tant qu'ils
reçoivent la fumée du plomb d'une
part & d'autre, & tout au tour,
puis le pourras *tribler, & faire
c
@

34 L'élixir
poudre. En autre manière pourras tu faire chaux de soleil: Prends plates de soleil bien tendres, & limaille de soleil si tu veux, & incorpore la limaille avec soin, avec eau de sel commun, & avec chaux de soleil, & avec un peu d'orpiment: & puis le mets en un creuset, & l'étoupe bien de bon lut, & puis le mets par toute nuit dessus moyen feu, où il ne se *arde mie, & au matin le pourras *tribler *menuement comme tu voudras, & si tu oeuvres des plates, si fais un creuset un lit de plates, un lit de la médecine, & puis le mets au feu comme j'ai dit: & en cette manière pourras tu faire poudre de touts les métaux que tu voudras: & quand tu auras *triblé ton sol
@

des philosophes. 35
soleil, tu laveras ainsi la poudre
bien sur une pierre de marbre avec
sel commun, ou avec eau commune,
ou tu aie mis aussi du
sel commun, & la lave tant que
tu vois que l'eau en sorte claire:
& puis le lave bien d'eau
chaude souvent, pour tirer le
sel hors: & puis le sèche sans
feu: & garde nettement, car
c'est chaux de soleil, & des complexions
*attemperées de chaud
& de froid, & si moyennement
entends les quatre natures est, si
bonne complexion qu'il ne peut
être corrompu ne en terre, ne
en air, ne en feu, ne en eau:
& si est net & épuré, qu'il n'a
métier d'épurer, mais il fait
c 2
@

36 L'élixir
bien épurer l'ordure de lui, que se faire ainsi que devant il est écrit. La lune est froide, & moite *attempérament, elle est de bonne complexion, & tu la peux ainsi purger: Prends plates tendres de lune, & les chauffe tant qu'elles soient près de fondre, & puis les mets en une eau deux fois ou trois, que je te dirai, or en droit, & il en est plus mol, & plus net, prends urine bien épurée, & jette dedans une once de sel commun, & autant de sel alcali, & deux onces de chaux de gravelle & il y doit tant avoir d'urine, qu'elle soit par dessus ces choses deux doigts ou trois: & après le fais bouillir dessus le feu par deux heures: & puis le distille par feutre, & cette eau dont je t'ai parlé, si tu veux
@

des philosophes. 37
veux faire chaux de lune, prends
limaille de lune bien lavée & épurée,
& la mêle avec chaux, & sel
& orpiment, ainsi de chacun deux
onces sur demi livre de limaille;
puis les broies tous sur une pierre
de marbre, & mets avec eau de sel
commun, & sel armoniac, & le *trible
bien, & en fais comme pâte:
& puis le mets sécher en un creuset
étoupé en feu *attemperé. Et le
laisses là toute la nuit, & le matin
la *trible bien, & le lave d'eau chaude
bien: & la limaille descendra au
fond, & si la limaille est bien menue,
si la garde: & si elle n'est assez
menue, si qu'elle ne puisse plus, si la
remues encore deux ou trois fois
avec la médecine devant dite. Et
fais comme j'ai dit, tant que tu
la trouveras si délié, qu'elle ne
c 3
@

38 L'élixir
puisse plus, & blanche comme neige: & si tu veux tu peux faire chaux en la manière que nous avons dit du soleil. Cuivre est chaud, & mêlé avec un peu de sécheresse il se fait dur, & il est quasi des conditions de la lune en fondre, & en poids, mais il est un peu plus dur, & si est rouge: & lui convient ôter la dureté & la rougeur quand l'on en veut oeuvrer: pour lune, & si l'on en veut oeuvrer premièrement l'on lui ôte la dureté, & le purge l'on premièrement, prends plates de fin cuivre, de quoi l'on fait les *frains qui se souffre bien à forger chaux ainsi comme lune: & les fais tendre ainsi comme l'épaisseur de deux doigts ou de trois, &
@

des philosophes. 39
& puis le chauffes bien si quelles
soient rouges, & puis les éteint
en cette eau sept fois ou huit, &
broies, prenez urine bien épurée,
& mettez dedans également
alun de plume, sel alcali, sel commun,
& sel armoniac, & gravelle
de vin, & une gomme,
qui est appelée euphorbe, de chacun
une once, & tous soient
épurés: & les fais bouillir en
urine, tant qu'ils soient *dégâtés
tous, & puis les distille par
feutre huit fois, & garde à ton
ouvrage, & en celle eau éteint
ton cuivre sept fois, & il sera
pur & net, & sans obscurité,
& puis en pourras faire ce que
tu voudras, & si tu veux, tu épureras
ainsi: prends limaille
c 4
@

40 L'élixir
de cuivre bien lavé; en eau de sel une livre & un quarteron d'orpiment épuré, & autant de chaux d'oeuf, & autant de chaux de gravelle, & mettez tout ensemble, & mets avec d'huile du vin ou de gravelle, & en fais ainsi comme pâte, & la mets en un vaisseau, que l'on appelle descendant: & fais fort feu dessous, & fais descendre par fort feu; & puis le lave arrière, & fais encore une fois descendre avec la médecine devant dite, par fort feu, & il sera blanc comme argent, & le pourra l'on mêler avec lune par moitié, si tu veux faire chaux en la manière que nous avons dit au chapitre du soleil & de la lune: & puis les lave & purge ainsi comme il est dit. Et
@

des philosophes. 41
Et si tu en veux faire chaux du dit cuivre en autre manière,
prends plates de cuivre, & les mouille
bien en eau de sel commun, &
puis vide par dessus orpiment
& soufre, qui ne soient pas épurés,
puis fais en un creuset un lit
de sel commun, qui ne soit pas épuré
& d'orpiment également,
& puis un lit de plates, & puis
un lit de sel & d'orpiment: &
fais ainsi tant, que le creuset soit
plein, & puis étoupe bien de forte
terre, & puis le mets en fort feu
ce qu'il fonde, ou qui ne fonde
mieux si tu veux, si les plates sont
bien tendres, & les fais demeurer
en feu deux jours, ou trois au
moins, puis les tire, & les pourras
bien broyer & faire poudre,
mêles la avec sel également, &
c 5
@

42 L'élixir
avec chaux de gravelle de vin, & puis la lave bien & souvent, & *trible sur une pierre de marbre, & fais que la poudre soit belle & blanche, ainsi que nous avons dit ci dessus de chaux de soleil, de lune, & puis le garde. Fer est un moult dur métal & sec, & est chaud & sec & plein de noire écorce, & qui en veut ouvrer, il lui convient donner médecine qu'il le fasse doux & mol: car il est assez blanc par dedans, mais il se teint trop volontiers à l'air, & tu l'épureras ainsi, prends limaille de fer, & la lave très fort. Quaere tali signo, Etain est moite & chaud, mais il n'est pas assez chaud, & pour ce est il terre corpus, & plein de
@

des philosophes. 43
de porosités, & fond légèrement
pour la grand mollesse de soi: &
tu épureras ainsi: Prends une
herbe que a nom en Latin Iusquiamus,
& en Français chimie,
& en Poète *uin colée, & en faites
jus, & puis fonds étain, & le
jette dedans ce jus dix fois ou
douze tout fondu, & mets avec
le jus du sel commun, &
il sera bien net, & assez dur
par raison: & si tu le veux mieux
épurer, prends chaux de
oeuf & sel commun, & sel armoniac,
& en fait ainsi comme
pâte de vin-aigre, &
fait un lit de celle pâte en
un creuset, & un lit de plates.
d'étain bien tendres, tant qu'il soit
plein, puis l'étoupe bien, & le
mets
@

44 L'élixir
mets une nuit sur petit feu, si qu'il ne fonde mie: & le matin le fonds deux fois, & le jette en vin aigre on il aie du sel, & il sera tout blanc & dur, & aucuns le fondent sans plus, & le jettent en vin aigre avec sel sept fois, & tu en feras ainsi chaux: Prends une livre d'étain, & le fonds, & puis le mets juste du feu, & jette dedans un quarteron de vif argent, & mêle tout ensemble bien, & laisses refroidir, & puis le *trible bien en un mortier de cuivre tant; qu'il soit bien remué, & puis le mêle avec une livre de sel commun, & mets tout en un sublimatoire, & l'étoupe, & le sublime ainsi comme nous dirons ci après au chapitre de vif-argent, & tu n'en tireras ton vif-argent, que tu trouveras au convertoire du sub
@

des philosophes. 45
du sublimatoire: & puis prends la
poudre de l'étain, & du sel, qui
est demeuré au fonds, & jette
dessus eau bien chaude, tant que
le sel en soit tout hors, & que le
sel en soit bien jeté, tant que
l'eau en soit douce & claire, &
que la chaux soit belle & blanche,
& menue: & puis la lave de
vin aigre assez de fois, tant qu'elle
soit bien blanche, & menue:
& puis la lave de vin aigre encore
assez de fois, tant qu'elle soit
bien blanche: & si tu veux, fais
ainsi chaux d'étain: Fonds l'étain,
& mets dessus sel commun,
& le mêle d'une verge de cuivre,
& jette du sel *adoz, & mets
toujours tant de plates, tout
en cendre par la vertu du sel, &
puis
@

46 L'élixir
puis prends celle cendre, & la lave bien ainsi qu'il est dit dessus d'eau chaude, & de vin-aigre, tant qu'elle soit belle & blanche: & si tu veux, tu feras chaux d'étain pour jeter dessus d'orpiment, ainsi comme du sel: car orpiment *ard merveilleusement, & le lave comme il est dit par dessus d'eau & de vin aigre, & le garde. Plomb est froid & moite, & pour ce est il mol & *ord, car il n'est pas en la création de chaleur naturelle suffisante à lui endurcir, & à ôter les ordures, mais il est plus pesant que nul autre métal, fors or, & qui le veut bien épurer, il faut que ce soit par choses sèches *ardantes & *dégâtantes mauvaise humidité, & *mondifiantes sa substance, stan
@

des philosophes. 47
& tu le purgeras ainsi:
fonds le plomb; & puis le jette
dessus chaux vive & poudre de
verre & sel, *trible ensemble, & si
le mène bien avec un bâton ensemble,
& puis jette tout en eau
de sel commun, & de sel armoniac,
& ainsi fais deux fois ou
trois, & puis bats le plomb en
plates tendres, ou fait en un creuset
un lit de sel & de chaux vive &
de verre ci dernièrement dites, &
un lit de plates de plomb, puis un
lit de choses dites, puis un lit de
plates, & fais ainsi, tant que le creuset
soit plein, & le mets en petit feu
par demi jour si qu'il ne fonde mie,
si l'ôte tantôt après, et le jette en eau
de sel commun, & de sel armoniac, &
puis garde s'il est assez dur & blanc,
& s'il n'est assez, si recommence cet
épur
@

48 L'élixir
épurement une fois ou deux; & il sera assez: & si tu veux chaux de plomb, tu la feras en telle manière, comme nous avons dit dessus de l'étain: car étain & plomb sont légers à calciner. Or avons nous parlé des métaux, si parlerons nous des esprits; & tout premièrement du vif-argent, pour ce que ainsi, comme nous avons dit ci devant, il est métal & esprit, argent-vif est froid, & moite merveilleusement, il est appelé Mercure, pour ce que tout ainsi que l'étoile, que a nom Mercure, se trouve à la nature de toutes les étoiles, tout ainsi se trouve argent-vif à la nature de tous les métaux, avec il est, & pour ce le peut l'on congeler ensemble de tous les métaux. Et
@

des philosophes. 49
Et je te dirai ce, que c'est de
congeler argent-vif, c'est faire par
art argent-vif, qui se tienne tout
coi en une pierre ainsi, comme un
métal: & pour ce disons nous congeler
à la semblance de l'eau qui
court, & ne se tient pas coi, &
quand la gelée vient, elle la congèle,
& prend tout ensemble, & est
ainsi comme une pierre, & ainsi il
est dit du vif-argent, & nous dirons
comme l'on le peut congeler.
Tu cuiras vif-argent en eau de sang humain, ou de cheveux, si distille
sept fois ainsi comme nous dirons
ci après: & en jus de fèves
vertes, ou en une herbe, qui a nom
hache, autrement dite hapy par demi
jour, & puis l'en tireras, & le lieras
en un drap linge non pas trop
étroit, & puis tu prendras étain
d
@

50 L'élixir
épuré en grand quantité, & le mettras jus du feu ou vaisseau d'un même où il est, & à un autre bien profond: & si auras appareillé le bout d'un bâton gros & droit, & le bouteras dedans l'étain qui sera fondu, & l'y tiendras tant que l'étain commencera à se prendre, & ne boute pas le bâton jusques au fond du vaisseau, si que il y aie d'étain entre le vaisseau, & le bâton de toutes pars, et quand l'étain sera pris et assemblé, ôte le bâton, et le mets en la fosse, qui sera d'étain un lit de chaux d'oeuf bien tendre tout entour la fosse par dedans: si mets ton vif-argent, qui est lié en un *drappel par dedans icelle fosse: & puis couvre tout de chaux d'oeuf; & de cendres: & puis aura tant d'étain fondu en un autre vaisseau: celui étain fondu si le jette dessus le vif-argent, puis ôte l'étain de dessus: car il ne se *ardra
@

des philosophes. 51
pas à l'autre pour la cendre qui sera
entre deux: & puis le fonds & le
jette chaud sur le vif-argent, & le
laisse refroidir &: puis l'ôte, & le
fonds & le jette encore sur le vif-argent,
& ainsi fais cinq ou six fois: &
puis ôte ton vif-argent, si le trouveras
tout ensemble, & ne courra pas
& puis le fondras en un creuset sur le
feu, & le jetteras en eau de sel commun,
& en urine, & en vin-aigre: &
il est assez plus bel que l'étain: & si pourra
bien souffrir le métal, & si tu veux
quand tu auras
extrait le vif-argent
de l'étain avant
que tu le fondes tu
le mettras en un pict vaisseau de pur
fer que l'on appelle canne,
& vois le ci, &
d a
@

52 L'élixir
soit bien fait & entier, & fort, & mets avec chaux d'oeuf & gravelle de vin, & sel commun, & puis étoupe bien la canne de son *couvertil de fer, & le lutte bien de bon lut tout en tour, & puis le mets en bon feu: & puis le jette tout en eau de sel commun, & urine, & vin-aigre, & il est beau & bon, & en pourra on faire vaisseaux: & si tu veux en autre manière congeler argent-vif si qu'il soit rouge: prends une canne, dont l'on fait quenouilles, & mets dedans tout ton argent-vif, quand il aura été cuit en eau de sang & fèves ou hache, comme j'ai dit devant: puis prends soufre vif, & le bas en un mortier, & le détrempe en jus d'oignons & en fais ainsi comme pâte, & celle pâte mets tout en tour de la canne, si qu'elle en soit toute couverte ver
@

des philosophes. 53
tout en tour, de l'épaisseur de
un doigt ou plus & en soit bien étoupée:
& puis prends un pot de terre
fort & dur, & puis l'empliras tout
de poudre de vitriol, ou arsenic
rouge, & puis mettras la canne à
tout le vif-argent dedans, & la couvriras
toute de celle poudre, & puis
mettras le pot au feu, si qu'il ait feu
tout au tour, & si le *lerras au feu
tout un jour & une nuit, & soit le
feu moyen, & puis le laissez refroidir
& briseras la canne, si trouveras
ton argent-vif congelé en rouge:
& si tu veux congeler ton argent-vif
en autre manière, cuis le
en eau de sang & en jus de fèves
comme j'ai dit, & puis le lave bien
de sel & de bon vin-aigre, & puis
d'eau froide, & puis le mets en canne
de fer devant dite, & l'étoupe
d 3
@

54 L'élixir
bien & fort, & puis fonds le métal auquel tu le voudras congeler, ou convertir, si comme or ou argent ou plomb, ou étain, ou cuivre, & mets la canne dessus, si qu'elle soit toute couverte, & le fais *illec être un jour, & puis l'ôte, & tu le trouveras congelé, & y a d'autres manières: mais j'ai dit les plus nécessaires & celles que j'ai approuvé. Nous avons parlé comme on peut congeler vif-argent, & faire corps, et métal. Or nous convient il dire l'épurement du vif argent, puis parlerons de la manière de sublimer les esprits. Epur- Tu épureras ainsi vif-argent er ar- tu le couleras parmi un drap linge gent vif et puis le cuiras en urine épurée par trois heures, et en vin-aigre: puis le coule hors: & si tu le veux épurer en autre manière, tu le mettras en
@

des philosophes. 55
en un distillatoire, et le distilleras
sur petit feu, ainsi comme l'on fait eau
rose, et il est bien épuré pour sublimer:
mais l'autre manière de devant
est moins périlleuse.
Tu sublimeras ainsi vif-argent; Sublimer prends une livre de vif argent épuré
et une livre d'arsenic ou de vitriol
épuré, et une livre de sel commun
épuré, et mêle le sel et l'arsenic
tout ensemble, puis mets le vif-argent
en un drap linge, et le pends un petit, si
que le vif-argent puisse choir par petites
gouttes avec le sel, et l'arsenic: et si
les mêle bien ensemble en tes doigts si que
à peu l'on puisse voir du vif argent: et
puis jette dessus un peu de vin-aigre,
et le mêle bien entre tes doigts le
mieux que tu pourras, si que tu départes
le vif-argent en si petites parties que tu
pourras et mets moult peu de vinaigre
d 4
@

56 L'élixir
si que tu en fasses pâte bien dure car si tu le fais trop mol, tu ne pourras bien *départir le vif-argent & quand tu auras fait la pâte, tu la mettras en un sublimatoire, & *lerras le convertoir dessus, mais que le pertuis soit couvert du dit couvertoir par dessus, & si le mettras une nuit en un four quand le pain en sera *trait & au matin l'en tireras & le *tribleras bien menus, pour mieux le mener en vin-aigre, & puis le mettras avec un peu de vin aigre & en feras pâte dure ainsi comme devant & puis le mettras au sublimatoire, & le mettras au four comme devant: & au matin l'en tireras & *tribleras bien menu, & y mettras du vin-aigre, & le mettras au sublimatoire cinq ou six fois tant que tu voies que le vif-argent soit si bien
@

des philosophes. 57
si bien mêlé & *triblé, que l'on ne le
connaisse des autres poudres. Saches
que nous ne mettrons ces choses
avec vif-argent en celle manière
fors pour mieux mêler les choses,
qui sont avec lui, & pour
mieux *tribler: car nulle chose ne
peut sublimer à droit, si elle n'est
*triblée bien menu, & si n'a avec lui
mêlée aucune chose, *ardant, & *dégâtant
la moiteur & ordure des
esprits: mais quand un esprit a été
sublime deux fois, ou trois, ou
quatre, & il est bien net, l'on ne peut
bien sublimer sans fèces tout seul
& nous appelons fèces ou médecine
les choses qui sont mêlées avec
l'esprit quand l'on les sublime, & si
tu veux sublimer vif-argent, prends
le quand il aura été séché au four
tant qu'il soit bien mêlé, & quand
d 5
@

58 L'élixir
plus de fois qu'il sera mêlé, tant vaudra mieux, et puis le *trible sur une pierre le plus menu que tu pourras avec sel commun: et purge, et le sèche bien en une poêle de terre sur le feu: puis le *trible menu au fonds du sublimatoire: et aie un doigt d'épais et soit ci, et puis sur une pierre de marbre, et puis jette du vin-aigre, et que le vin-aigre en sorte tout clair: et puis sèche bien icelle poudre au soleil, et puis mêle tout avec une livre de sel commun: et épure, et *trible si menu comme tu pourras, et le mettras au sublimatoire sur un lit de sel commun, et le sublimeras (comme il a été dit ici devant) et le sublime trois fois, et puis le garde, et sèche, que l'autre manière de sublimer limer
@

des philosophes. 59
vif-argent vaut mieux
que cette ne fait, et mêle mieux
vif-argent: mais il y a plus de
peine.
Orpiment est chaud et sec, *ardant de nature de feu, et il en est de
deux manières, rouge et jaune:
mais l'on trouve plus de rouge, et
l'une manière et l'autre a en soi
une manière d'huile, qui est jointe
à lui, qui ne peut être ôtée
fors par longues décoctions: et
nous dirons comment la pourras
ôter et épurer, et après comme
tu le pourras sublimer: prends orpiment,
tant que tu veux, et le cuis en
huile, ou d'amandes amères, ou en
sein de porc sur petit feu demi jour
et en aie tant d'huile, ou de graisse,
qu'elle nage par dessus l'orpiment
un doigt, et l'orpiment doit être
si me
@

60 L'élixir
si menu comme tu pourras & quand tu l'auras cuit, ôte le du dit feu, & laisse refroidir une heure, & puis coule hors la graisse le mieux que tu pourras, & le mets sur le feu, & mets assez d'urine & fais bon feu & remue souvent d'un bâton, & le fait bien bouillir deux heures, puis coule hors l'urine, & puis le mets sur le feu & si mets vin-aigre dessus, épurée en grande quantité & fait bon feu, & le fait bouillir par deux heures ou trois, & puis ôte du feu & en coule hors le vinaigre, & puis encore le cuiras en urine épurée, & puis en vin-aigre une fois pour mieux en ôter la graisse, puis jette dessus de l'eau bouillante souvent après le prends & le lie en un doux linge, non pas étroit mais largement & le cuiras avec ce drap
@

des philosophes. 61
drap en cette lessive, si prends urine
d'enfant bien épurée & chaux
vive & sel commun & purge en cendre
de fèves ou de ferment de vigne
ou urine, & en fais lessive en la
manière, comme l'on fait lessive: mais
tu le feras couler quatre fois ou
cinq, & en cette lessive mets assez
de sel commun, ou de sel alcali, &
puis fais bouillir dedans ton orpiment
lié en un drapeau & ôteras
en une cuillère les ordures, qui
sont dessus, tant qu'il n'en vienne
plus & puis l'ôteras & le feras bouillir
en eau pour ôter le sel: & quand
il aura bouilli assez lui jetteras assez
d'eau dessus pour ôter la graisse &
le sel, & donc sera bien épurée
pour sublimer, ou pour descendre
si tu veux.
Tu sublimeras ainsi, prends une livre
@

62 L'élixir
livre de celui orpiment, et une livre de batture de cuivre, ou d'étain c'est écaille de cuivre, laquelle choit quand l'on le bat, et d'étain pour les coins des marteaux, et prends une livre de sel gemme, ou de sel commun, et ces trois choses broie bien sur une pierre de marbre: puis les *menuise bien et *trible si *menuement que tu pourras: puis fait un lit de sel commun au sublimatoire et dessus ce lit mets orpiment en toute sa médecine, et le sublime tout ainsi comme nous avons dit du vif-argent fors qu'il faut faire au vif-argent plus grand feu: car il ne se peut *ardoir, et si soit tôt le feu: mais orpiment et soufre ne veulent pas avoir grand feu: car ils ardent tôt, et quand tu l'auras sublimé: si garde bien, s'ils ont point demeure es fèces si le sublimes tant
@

des philosophes. 63
qu'il n'y demeure rien: et puis les
mets avec l'autre orpiment sublimé,
et si le sublime trois fois, ainsi
comme le vif-argent: et puis le garde
nettement: et si tu veux autrement
sublimer: prends une livre
d'orpiment épuré, et une livre de
sel commun, et deux livres de chaux
d'étain, et demie livre de cuivre
ars, ou de limaille de cuivre, ou
de fer, et *trible bien ces choses chacune
à part soi, et puis les mets ensemble
à sublimer ainsi comme il est dit ci
devant, et le sublime trois fois et puis
le garde, et tu dissoudras ainsi orpiment:
prends orpiment épuré demie livre
de chaux de gravelle de vin, et autant
de chaux vive, et un quarteron de sel
commun épuré et *trible bien tout ensemble,
et mets, avec eau d'aubin d'oeuf
bien épuré ainsi que nous dirons ci
après, et tu mettras avec un peu de

@

64 L'élixir
sein de porc rectifié, & en fais pâte que ne soit pas trop épaisse, mais moyenne & puis le mets en un descensoire & puis mets vergettes de fer qu'ils le fassent tenir au fond que elle ne charrie quand le vaisseau serait renversé sans dessus dessous, & puis y mets son *couvertil, & l'étoupe bien d'argile que soit mêlée avec de fiens de cheval & puis fais une fosse de terre & vireras le vaisseau ci dessus dessous & le mets en la fosse ainsi & mets de la terre tout en tour & puis fais petit feu en premier, & puis un peu en agrandissant & fais le feu demi jour & au dernier soit le feu fort un petit, & un petit pertuis, qui est au *couvertil par dessus doit être ouvert, & après six heures laissez le feu mourir & laisse refroidir le vaisseau & au côté
@

des philosophes. 65
au côté du couvercle l'orpiment
descendra en sorte de métal fondu
blanc comme argent, cueille le &
le garde, & si rien demeure es fèces
*tribles les arrière bien menu: & puis
mets de l'eau d'aubin d'oeuf, & en
fais comme pâte, & puis le fais descendre
ainsi comme il est dit devant,
& à ce, que tu en auras
mis avec l'autre, & si tu veux le
avoir plus bel descendre, prends orpiment:
quand il est une fois sublime
demie livre, ou un quarteron, &
autant de chaux vive, de gravelle
de vin, & la moitié d'autant de sel:
& *trible bien tout ensemble, & mets
un peu de sein de porc & d'eau d'aubin
d'oeuf, & en fais pâte, & la fais
descendre comme devant est dit:
saches que si tel orpiment descend
blanc, il est trop bien cuivre, quand
c
@

66 L'élixir
le cuivre est bien épuré, & descendu comme il est devant dit, et une partie d'orpiment sur 10. ou 12. de cuivre. Soufre est chaud & moite, tendant à sécheresse, & en lui moult d'humidité, si à ce de nature d'huile, qui le fait allumer & embraser & il est avec de la nature de la manière de l'orpiment: mais sa moiteur est plus vicieuse, & plus enraciné en lui, & s'il est meilleur à or qu'à argent & tu l'épureras ainsi, *trible le soufre bien menu, & puis le mets en un linge, & le lie largement: & puis le pend en un pot sur le feu, & mets dedans assez lessive de la lessive que je t'ai enseignée au chapitre de l'orpiment, & le fais bouillir assez & longuement & puis l'ôte du sac, & le mets en une poêle de terre, & le cuis demi jour en urine épurée, & puis coule le
@

des philosophes. 67
l'eau, & le mets au sac arrière:
& le cuis encore demi jour en la
lessive, puis le mets hors, jette
dessus assez d'eau chaude pour
ôter le sel, & puis le sèche au soleil,
& il sera bien épuré: & quand
tu le voudras sublimer, prends une
livre de soufre épuré, & une livre
de limaille de fer, ou de cuivre,
& demie livre de chaux vive, & autant
de sel commun épuré, & *trible
toutes ces choses ensemble, & les mêle
bien toutes, & puis mets dessus du
vin-aigre, & en fais pâte, & puis le
mets au sublimatoire, & l'étoupe
d'argile tout au tour, & le mets une
nuit au four ainsi que tu fais le vif-
argent, & de matin le tire, & en fais
poudre bien menue, & puis la sublime
ainsi comme il est dit devant des autres,
& le sublime trois fois, & le garde.
c 2
@

68 L'élixir
Sel armoniac est chaud & sec se déclinant à humidité, & il est fait des choses qui sont prises en l'homme, comme sang, urine, & telles choses, & il nous fait métier à notre ouvrage: car il fait résoudre les choses, qui sont mêlées avec lui, & augmenter en eau, & nous avons dit au commencement du livre, comme l'on purge toute manière de sel, & cette sel ci nous *lerrons son épurement, & dirons. de sa sublimation: prends une livre de sel armoniac épuré, & autant de sel gemme, & demi livre de ponce, & *trible tout, & en fais poudre bien menue, & puis le sublime ainsi qu'il est dit des autres trois fois, & puis le garde. Tutie est chaude & sèche, & ils en sont de quatre manières: mais nous
@

des philosophes. 69
nous ouvrons communément de tutie
alexandrine, & est un peu verte
& tu l'épureras ainsi: tu la sublimeras
bien menu, & si la mettras
en une cuillère de fer, & la mettras
au feu dedans la cuillère, & la fais
bien chaude, & puis la jette en vinaigre
& puis la prends, & la cuis, &
la mets en la cuillère, & la réchauffe
bien elle est bien épurée, & saches,
que quand elle est bien épurée
ainsi, qu'elle rougit bien cuivre
& lui donne couleur d'or avec autres
choses ainsi comme tu verras,
quand nous parlerons des expériences:
& aucun font, qui la subliment,
& je t'en dirai la manière:
prends une livre de tutie bien épurée,
& demie livre de sel commun épuré,
& demie livre de batture,
& broie tout ensemble bien menu
c 3
@

70 L'élixir
& les mets en un sublimatoire sans lit de sel, & le clos d'argile fort, & fais petit feu, tant que la moiteur en soit hors, & puis fais bon feu & fort par un jour, & puis l'ôte & lève le sublimatoire & trouveras la tutie à val sur les fèces: car elle ne fait pas sur le feu comme un autre esprit, si ne peut monter au *couvertil, sublime la une fois, & si la garde, & vraiment n'est pas métier de sublimer tutie, ne magnes, ni marcassite, si elles sont bien épurées, tu épureras ainsi marcassites & magnes: *tribles les bien menu, & puis les fait bouillir en vinaigre, & en eau de gravelle par demi jour en chacun, derechef en vinaigre, un petit, & puis coule le vinaigre, & les lave d'eau commune, et sèche la poudre, et les garde: car nulles ne furent oncques sublimées ne mises en ouvrage. Or
@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.