Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.

@

Page

Réfer. : DC0200
Auteur : Amadou Robert.
Titre : Le Feu du Soleil.
S/titre : Entretien sur l'alchimie avec Eugene Canseliet.

Editeur : Jean-Jacques Pauvert. Paris.
Date éd. : 1978 .


**** A T T E N T I O N ****

Ce document étant sujet à droits d'auteur, n'est composé que du début, et des tables éven-
tuelles. Reportez-vous aux références ci-dessus
pour vous le procurer.

**** A T T E N T I O N ****
@




LE FEU DU SOLEIL
@
@

ROBERT AMADOU

L E F E U D U S O L E I L
Entretien sur l'alchimie avec Eugène Canseliet



Jean-Jacques Pauvert
@










Société Nouvelle des Editions Jean-Jacques Pauvert, 1978

@



Il s'agit ici d'un entretien réel avec un alchimiste praticien sur une alchimie véritable. La ligne du dialogue, assez ondulée, parfois rebroussée, et l'enchaînement, souvent libre, des questions, des réponses et des répliques n'ont pas été modifiés. C'était le seul moyen d'insinuer le visage de l'artiste ainsi que celui de son maître Fulcanelli, et la nature d'un Art, énigmatiques celui-ci par définition et ceux- là par construction, dont il semble que tant ne fut jamais dit si simplement. R. A.
@
@




I
R. A.
Avant même l'ouverture, et pour donner le ton, voici, à vous soumettre, une phrase de Michel
Butor. Butor s'est intéressé pour l'alchimie et non
pas seulement d'une manière spéculative (quoiqu'il
opère sans fourneau). Une exégète britannique
de Butor, Jennifer Waelti-Walters, a montré
que le Portrait de l'artiste en jeune singe (où nous
retrouvâmes, cher Eugène Canseliet, nos compagnons
d'antan, Henri Hunwald, le médecin, et
Alexander von Bernus, le châtelain-droguiste,
disciple de Rudolf Steiner) est un livre initiatique
au sens -- précisément -- alchimique du terme.
Elle décrit, sur le motif, les étapes qu'a franchies
le jeune Butor, guidé par la méthode des alchimistes,
jusqu'à la descente aux enfers qui mène à
l'illumination. A propos de quoi, d'ailleurs, Jennifer
Waelti-Walters s'aide de Mircea Eliade...

9
@

LE FEU DU SOLEIL
E. C.
Avec raison.
R. A.
Oui, mais aussi de Bachelard et de Jung, ce qui est moins heureux.

E. C.
O combien!
R. A.
Nous y reviendrons. Mais revenons d'abord à Michel Butor afin de prendre le ton. Butor a
donc écrit, au cours d'un article dans Critique sur
« le langage de l'alchimie », ceci : « Le lecteur, qui
veut comprendre l'emploi d'un seul mot dans un
passage précis, ne peut y parvenir qu'en reconstituant
peu à peu une architecture mentale ancienne.
Il oblige ainsi au réveil des régions de conscience
obscurcies. » N'est-ce pas un appel à méditer sur
les symboles, qui habilite le symbolisme, et la
méditation corrélative, pour saisir l'alchimie : discours
anti-discours sur une science anti-science?
En ouverture, maintenant, voici donc un symbole (voir fig. 1)

10
@

LE FEU DU SOLEIL
E. C.
C'est très visiblement le symbole du mercure (il ne s'agit pas ici du métal, mais de cette réalité
différente et spécifique que les alchimistes nomment
« mercure »). C'est la présentation d'un oeuf
aussi, le rappel de l'oeuf philosophal. C'est le
mercure au sein de l'oeuf, et cet oeuf est de sable,
dirait-on, du point de vue de l'héraldique, c'est-à-
dire un oeuf noir...

R. A.
Couleur de la zibeline...
E. C.
Oui. Mais quoique ce dessin, ce frontispice, me parle moins qu'une authentique gravure d'alchimie
se rapportant davantage à la pratique, il est
bon que vous en remémoriez le sens que son auteur
lui donnait et qui aidera à cerner la théorie, selon,
je pense, votre dessein initial.

R.A.
John Dee, au XVIe siècle anglais, a composé ce symbole, l'a expliqué dans un livre en 1564 et
les a nommés : Monade hiéroglyphique; il exprime,
en effet, sous la forme d'un hiéroglyphe, l'unité

11
@

LE FEU DU SOLEIL
sous-jacente à l'univers, et les modalités du rapport
de l'un au multiple. Regardons.
Tout dépend du cercle et de la ligne droite -- lesquels sont issus du point. Tout a donc commencé
par le point, la monade. Le point demeure
au centre de chaque chose. De même, la terre, que
le point symbolise aussi, est le centre du monde:
autour d'elle tournent le soleil (symbolisé par le
cercle), la lune (symbolisée par le croissant) et les
autres planètes. Si les symboles respectifs du soleil
et de la lune interfèrent, c'est que ces deux astres
sont conjoints afin d'engendrer. Ils reposent sur
une croix rectiligne qui figure le ternaire (un point
et deux lignes) et le quaternaire (quatre lignes
droites). Mais la croix signifie aussi l'octonaire en
référence aux huit bords de la croix; et le septénaire,
à cause des deux droites, du point qui leur
est commun et des quatre droites qui divergent de
ce point en symbolisant les quatre éléments. Au
pied de la croix, le signe astrologique du Bélier
indique que le feu est nécessaire pour pratiquer
la Monade. Comme tous les symboles planétaires
peuvent s'analyser en pièces qui correspondent
aux symboles du soleil, de la lune, des éléments
et du Bélier, on peut tenir que toutes les planètes
sont elles aussi présentes dans l'hiéroglyphe. Ainsi
l'oeuf contient tout en vérité, et cet hiéroglyphe dit

12
@

LE FEU DU SOLEIL
en même temps l'univers entier et le moyen de
réaliser l'expérience gnostique de la régénération,
qui est connaissance du centre, remontée vers l'un,
vers Dieu, métamorphose. Pourquoi pas « transmutation »?
La théorie qu'implique la Monade hiéroglyphique de John Dee est universelle. Mais sa forme
particulière, ou plutôt la personnalité de son auteur,
confirme cette valeur, non seulement au plan
de la discipline hermétique, mais au plan général
où il s'avère que cette discipline s'étend. Car
John Dee fut sans doute un mage élisabéthain,
contemporain et collègue des Ficin, des Pic de la
Mirandole, des Corneille Agrippa sur le Continent,
partie aux origines de la Rose-Croix. Mais il est,
si j'ose dire, plus que magicien : savant respecté,
théologien, géographe, archéologue, amateur et
écrivain de beaux-arts. C'est pourquoi il fut grand
connaisseur d'alchimie, et pourquoi sa Monade
surplombe et rayonne. Comme surplombe et
rayonne l'alchimiste. Comme l'alchimie.
L'alchimie, constate René Alleau, est « une synthèse du savoir ésotérique » qui est, n'est-ce
pas, une synthèse du savoir, absolument.

E. C.
C'est vrai. Comment, au reste, ne m'accorderais-je
13
@

LE FEU DU SOLEIL
pas avec René Alleau? Disciple de Fulcanelli,
à travers les deux ouvrages du grand
Adepte...

R.A.
Et votre disciple direct.
E. C.
Oui. René Alleau est un alchimiste d'autant plus véritable, qu'il possède la solide base d'un
universitaire. Son attachement à la pratique positive
du feu est indéniable, qui fait de lui l'artiste
physico-chimique le plus sûr.

R. A.
« Une synthèse du savoir ésotérique » : tous ceux qui écrivent sur l'alchimie sont loin de l'envisager
ainsi. Nombreuses sont les erreurs qu'on colporte
quant à la nature de l'alchimie, et en particulier
aujourd'hui. Voudriez-vous que nous en
liquidions quelques-unes?
D'abord, l'idée que l'alchimie est une pré-u chimie, ce vieux canard boiteux des Marcelin Berthelot
et des Jean-Baptiste Dumas au XIXe siècle.

E. C.
L'oeuvre historique de Berthelot est extrêmement
14
@

LE FEU DU SOLEIL
utile. Mais il s'est fourvoyé parce qu'il n'était
pas alchimiste, mais chimiste avant tout. Cela
l'empêcha d'aller plus loin dans l'interprétation.
En fait, l'alchimie et la chimie se sont toujours
côtoyées.

R.A.
Sans que l'une soit à l'origine de l'autre?
E. C.
Mais non, mais non! Il est très probable que l'alchimie a donné naissance à la chimie. Mais
comment? Ce sont les « souffleurs » qu'on appelait
des alchimistes et que je qualifierai vulgairement
de « ratés », qui sont devenus des chimistes,
des empiriques. Il y en eut beaucoup et on leur
doit beaucoup : l'eau de Javel, par exemple, ou
le chlore. Quant à l'alchimie, elle a été de tous
temps et elle est immuable. De soi-disant alchimistes,
en ce moment, il y en a beaucoup aussi.
Combien sont véritables? N'allez pas croire que je
refuse la qualité d'alchimiste véritable à celui qui
ne lit pas assidûment mes ouvrages et ceux de
Fulcanelli... Non, je considère que Fulcanelli,
avant moi, et moi après Fulcanelli, nous avons
quelque valeur, et nos ouvrages ont quelque valeur,
parce que nous ne sommes jamais sortis de la Tradition.

15
.....................................................



DOCUMENTS PHOTOS





I. - John Dee, Monas hieroglyphica Anvers, 1564. (Bibliothèque Nationale). II. - Frontispice de l'Escalier des Sages de Coender. III. - « Eugène Canseliet se livrant aux manipulations par voie sèche devant son four. » E.C. (Ph. Le Figaro)
@

pict

I

@

pict

II

@

pict

III


**** A T T E N T I O N ****

Fin du texte de ce document, ce document étant sujet à droits d'auteur.
**** A T T E N T I O N ****




INDEX BIBLIOGRAPHIQUE


L'index comprend tous les noms propres de personnes cités dans le cours de l'entretien et la
référence, sous le nom de leurs auteurs respectifs,
de tous les ouvrages qui y sont allégués, même
implicitement. La page des citations est précisée.
En outre, sous le nom de chaque auteur d'alchimie, l'on indique sa contribution majeure à la
littérature, pourvu, d'ordinaire, qu'elle soit accessible
en français et disponible en librairie. (Seules
la première et, le cas échéant, la dernière éditions
ont été retenues; sauf mention contraire, le lieu
d'édition est Paris.)
Ainsi l'index procure à l'amateur une bibliographie élémentaire, c'est-à-dire fondamentale.
R. A.
149
@
@


LE FEU DU SOLEIL
AGRIPPA DE NETTESHEIM (Corneille), p. 13.

ALLEAU (René), pp. 1344, 25, 33-35, 76.
« Alchimie », Encyclopaedia Universalis, t. 1 (1968), pp. 588-598. Aspects de l'alchimie traditionnelle, Ed. de Minuit, 1953; fac-sim., ibid., 1977. Directeur de la collection « Bibliotheca hermetica » (Ed. Retz), à plusieurs vol. de laquelle il a donné des introductions et des notes. Nombreux articles.
ALTUS, pp. 18, 37, 50, 88.
Mutus Liber..., La Rochelle, P. Savouret, 1677; fac- sim. éd. CANSELIET (q.v.); fac-sim. de la 3e éd. (ca 1760), Milan, Arché, 1974.
AMADOU (Robert),
Anthologie littéraire de l'occultisme (en coll. avec Robert Kanters), R. Julliard, 1950; nouv. éd., Seghers, 1975. L'Occultisme, esquisse d'un monde vivant, R. Julliard, 1950; nouv. éd. augm. en deux vol. à paraître aux Editions Pygmalion sous le titre : Initiation à l'occultisme. Raymond Lulle et l'alchimie. Introduction au Codicille, Le Cercle du livre, 1953; nouv. éd. très augmentée ap. Raymond Lulle, Le Codicille, trad. L. Bouyssou, Retz, 1978. Un chapitre de la médecine magnétique. La poudre de sympathie, Paris, G. Nizet, 1953. « Avertissement » (signé « La Tour Saint-Jacques ») au « Dossier Fulcanelli », Les Cahiers de la Tour Saint- Jacques, IX (1962), pp. 178-179. Ce dossier comprend une étude de Robert AMBELAIN (q. v.) et une réplique d'Eugène CANSELIET (q. v.). « Guénon, Fulcanelli. La Gnose », La Tour Saint- Jacques, n° 11-12, juillet-décembre 1957, pp. 223-231. « Le Mystère des cathédrales », Combat, 23 janvier 1958, p. 7.
151
@

LE FEU DU SOLEIL
« L'Occultisme en pratique. II. L'alchimie », Chaman, 1er semestre 1977, pp. 31-41. « Le Philosophe inconnu et les Philosophes inconnus », Les Cahiers de la Tour Saint-Jacques, VII (1961), pp. 65- 138.
AMBELAIN (Robert), p. 66.
L'Alchimie spirituelle. La voie intérieure, La Diffusion scientifique, 1961; fac-sim., ibid., 1974. « Jean-Julien Champagne, alias Fulcanelli », ap. « Dossier Fulcanelli », Les Cahiers de la Tour Saint-Jacques, IX (1962), pp. 181-204. Le tiré à part conservé à la B. N. comprend un rectificatif.
ANDRES, p. 59.

ARNAULD DE VILLENEUVE, p. 33.
Le Chemin du chemin, trad. Poisson, ap. Albert POISSON, Cinq Traités d'alchimie des plus grands philosophes : Paracelse, Albert le Grand, Roger Bacon, Raymond Lulle, Arnaud de Villeneuve, Chacornac, 1890; en 1974, Arché (Milan) a réédité d'une part les traités d'Arnaud de Villeneuve et de Raymond Lulle; d'autre part ceux de Bacon et d.'Albert-le-Grand. Le Rosaire des philosophes, trad., introd. et notes d'Etienne Perrot, Librairie de Médicis, 1972. Sur les autres éditions de ces deux ouvrages, ainsi que sur la très importante mais non traduite Margarita pretiosa, cf. Dr Emmanuel Lalande, La Vie et les oeuvres de Maître Arnaud de Villeneuve..., L. Chamuel, 1896; fac-sim., Genève, Slatkine, 1972.
ARTEPHIUS, pp. 33, 35.
Le Livre secret... traitant de l'art occulte et de la pierre philosophale, ap. Trois Traités de la philosophie naturelle... trad. Arnauld de la Chevalerie, G. Marette, 1612 (les deux autres traités sont de FLAMEL, s. v., et de Synésius); fac-sim., Milan, Sebastiani, sous presse; fac- sim., Editions de l'Echelle, 1977 (cette dernière rééd. procure seulement le Livre secret).
152
@

LE FEU DU SOLEIL
ATWOOD (Mary Ann), p. 28.
A Suggestive Enquiry into the the Hermetic Mystery..., Londres, Trelawny Saunders, 1850; dernière éd. rev. par W. L. Wilmshurst, Belfast, W. Tait, 1920; fac-sim., New York, Arno Press, 1976.
AURIGER (pseudo. de Georges Richer), pp. 36-37.
Trad. : J.-V. ANDREAE, Les Noces chymiques de Christian Rosencreutz, Chacornac, 1928. Articles, notamment dans le Voile d'Isis et Etudes traditionnelles.
AURORA CONSURGENS, p. 32.
Ap. Artis aurifera quam chemiam vocant, Bâle, G. de Marne et J. Aubry, 1593.
BACHELARD (Gaston), pp. 10, 17-19, 28.
La Formation de l'esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective, Paris J. Vrin, 1938; cf. p. 186.
BACON (Roger), p. 33.
Lettre sur les prodiges de la Nature et de l'art, trad. Poisson, L. Chamuel, 1893; fac-sim., Editions de l'Echelle, 1977. Le Miroir d' Alquimie, trad. Nicolas Barnaud, Lyon, Macé Bonhomme, 1557; Le Miroir d' Alchimie, trad. Poisson, ap. POISSON, Cinq Traités... (cf. s. v. « Arnauld de Villeneuve »).
BARBAULT (Armand), pp. 32-33.
L'Or du millième matin, Ed. Publications Premières, 1969; J'ai lu, 1970.
BARCHUSEN (Johannes Conradus), p. 28.
Le Traité symbolique de la pierre philosophale..., ap. Trésor hermétique (comprend : le Mutus liber suivi du Traité de Barchusen), Lyon, P. Derain, 1942 et 1947.
153
@

LE FEU DU SOLEIL
BASILE VALENTIN, pp. 34, 85.
Le Char triomphal de l'Antimoine, éd. S. Matton, d'après la trad. inédite de François Sauvin (1646), Retz, 1977. Les Douze Clefs..., éd. CANSELIET (q. v.). Révélation des mystères des teintures des sept métaux et de leurs vertus médicinales, trad. I. Israël, J. de Senlecque, 1645; trad. et introd. André Savoret, Psyché, 1954, puis Omnium littéraire, 1976.
BEATRICE (Guy), p. 24.
Sainte Anne d'alchimie, G. Trédaniel, 1978. Terre du Dauphin et Grand Oeuvre solaire (en coll. avec Séverin Batfroi), Dervy-Livres, 1976. Le Vaisseau d'or, G. Trédaniel, à paraître. C. r. de Jean-Claude Frère, Raymond Lulle, C.A.L., 1972, in La Tourbe des Philosophes, revue d'études alchimiques, n° 2, 1er trimestre 1978. pp. 62-63; cf. p. 63. Articles, notamment dans Atlantis.
BERGIER (Jacques), p. 62.
Voir : PAUWELS et BERGIER.
BERNARD LE TREVISAN, pp. 34-35.
Oeuvre chymique, G. Trédaniel, 1976 (comprend : Le Livre de la philosophie naturelle des métaux, La Parole délaissée, Le Songe vend, et Traité de la nature de l'Oeuf des philosophes). La Parole délaissée, ap. LABLATINIERE D'YGE, Nouvelle Assemblée... (q, v.). Excellente mise au point historique et bibliographique par M. Préaud et D. Lesourd, « TREVES (Bernard de) XIVe siècle », Archives de l'ésotérisme, 1 (seul paru), Robert Dumas, 1976, pp. 9-10.
BERNUS (Alexander von), pp. 9, 17, 27.
Alchimie et médecine, trad. Anne Forestier (sc. Anne Hunwald), introd. Dr Henri Hunwald, Dangies, 1960;
154
@

LE FEU DU SOLEIL
éd. revue et préfacée par Alexis Maleg, P. Belfond, 1977, sous le titre : Médecine et alchimie.
BERTHELOT (Marcelin), pp. 14, 26, 28, 32, 52, 92.
Histoire des sciences. La Chimie au moyen âge, Imprimerie nationale, 1893, 2 vol. fac-sim., Amsterdam, Philo Press, 1967. Introduction à l'étude de la chimie des Anciens et du moyen âge, G. Steinheil, 1839; fac-sim., Bruxelles, Culture et Civilisation, 1966. Les Origines de l'alchimie, G. Steinheil, 1885; fac- sim., Bruxelles, Culture et Civilisation, 1966.
BIBLE p. 133 («...noire...», cf. Cant., 5; « J'étais avec lui »,
cf. Sap. VIII, 22-31); p. 135 (« Mon fils... », cf. Gen. XLIX, 9; « le feu... », cf. Le. XII, 49-50); p. 136 (« ... le lion qui rode », cf. I Pet., V, 8); p. 141 («...« Petrus » -- « petra ». Cf. Mt., XVI, 18). Voir aussi : EVANGILES APOCRYPHES.
BIEBEL (Bernard), pp. 131-136.
Ed. : AURACH (Georges d'), Le Jardin de richesses, Neuilly- sur-Seine, Arma Artis, 1978. LA GENERATION ET OPERATION DU GRAND OEUVRE, Editions Faloci, sous presse. LINTAUT (Henri de), Oeuvre chymique. L'Aurore, suivie de l'Ami de l'Aurore, G. Trédaniel, 1978. TESSON (Jacques), Dialogue du lion vert, à paraître aux Editions de la Violette, 1978. ZACHAIRE (Denys), Opuscule très-eccellent de la vraye philosophie naturelle des métaulx, Editions de la Violette, 1977.
BOUCHER (Jules), pp. 138-139.
Manuel de magie pratique, préface de Robert Ambelain, Niclaus, 1941; Dervy, 1953 (la préface manque). La Symbolique maçonnique, Dervy, 1948; nombreuses rééd. ibid.
155
@

LE FEU DU SOLEIL
BOURRE DU PLESSIS (Jean), pp. 40-41.

BRENNER p. 59.

BRETON (André), pp. 78, 145.
Fronton Virage, ap. Une Etude sur Raymond Roussel..., Arcanes, 1953. Manifestes du surréalisme, J.-J. Pauvert, 1972. Cf. renseignements et textes complémentaires ap. Michel Carrouges, André Breton et les données fondamentales du surréalisme, Gallimard, 1950; ibid., 1967; Richard Danier, « André Breton et l'hermétisme alchimique », Question de, nov.-déc. 1976, pp. 47-57.
BURCKHARDT (Titus), p. 91.
Alchimie. Sa signification et son image du monde, Milan, Thoth, 1974 (seule éd. française authentique et avouée par l'auteur).
BUTOR (Michel), pp. 9-10.
Portrait de l'artiste en jeune singe, Gallimard, 1967. « L'alchimie et son langage », Critique, octobre 1953, pp. 884-891, cf. pp. 890-891.
CALID, soudan d'Egypte.
Voir GALIP.
CANSELIET (Aline --, née Hubert; mère de E. C.), p. 58.

CANSELIET (Béatrice), p. 112.

CANSELIET (Désirée --; grand'mère paternelle de E. C.),
p. 67.
CANSELIET (Eugène).
Alchimie. Etudes diverses de symbolisme hermétique et de pratique philosophale, J.-J. Pauvert, 1964; nouv. éd. augm., ibid., 1978.
156
@

LE FEU DU SOLEIL
Deux logis alchimiques. En marge de la science et de l'histoire, J. Schemit, 1945; nouv. éd. augm. à paraître chez J.-J. Pauvert. (Sur l'aurore boréale, cf. pp. 131- 132.) L'Alchimie expliquée sur ses textes classiques, J.-J. Pauvert, 1972. (Contre Bachelard, cf. pp. 75-76, 79, 81, 90; sur les incidents de parcours, cf. surtout le dernier chapitre. ) Ed. : L'Alchimie et son « Livre muet » (Mutus Liber)..., J.-J. Pauvert, 1967 (fac-sim. de l'éd. de 1677 du livre d'ALTUS q. v.). BASILE VALENTIN, Les Douze Clefs de la philosophie, Editions de Minuit, 1956; fac-sim., ibid., 1977 (la trad. est de E. C.). LIMOJON, chevalier de SAINT-DIDIER (Alexandre-Toussaint), Le Triomphe hermétique, ou la Pierre philosophale victorieuse, supplément à la revue Atlantis, 1959 (la trad. est de E. C.). Trois Anciens Traités d'alchimie. Calligraphie et prolégomènes..., J.-J. Pauvert, 1975 (comprend La Nature à découvert, par le Chevalier inconnu; Enigmes et figures de Notre-Dame de Paris, par Esprit GOBINEAU DE MONTLUISANT ; Traité du ciel terrestre, par Vinceslas LAVINIUS DE MORAVIE). « Alchimie et magie », La Tour Saint-Jacques, n° 11- 12, juillet-décembre 1957, pp. 173-179. « Eugène Canseliet » Notice biographique, La Tour Saint-Jacques, n° 8, janvier-février 1957, pp. 9-10L « Georges d'Aurach, Le Très précieux don de Dieu, transcrit, présenté et annoté... », La Tour Saint-Jacques, n° 8, janvier-février 1957, pp. 85-90. « Jacques Coeur est mort il y a cinq cents ans », La Tour Saint-Jacques, n° 8, janvier-février 1957, pp. 73-82. « Le Livre des laveures [de Nicolas Flamel]. Texte choisi, présenté et annoté par Eugène Canseliet », La Tour Saint-Jacques, n° 3, mars-avril 1956, pp. 74-77.
157
@

LE FEU DU SOLEIL
« Nicolas Flamel », La Tour Saint-Jacques, n° 2, janvier- février 1956, pp. 13-22; n° 3, mars-avril 1956, pp. 63- 72 (repris en tête des éd. 1970 et 1977 des Figures hiéroglyphiques de FLAMEL (q. v.). « Quelques réflexions alchimiques sur les drogues », Les Cahiers de la Tour Saint-Jacques, I (1960), pp. 46- 56. « Réponse à un réquisitoire », ap. « Dossier Fulcanelli », Les Cahiers de la Tour Saint-Jacques, IX (1962), pp. 205- 211. Nombreux autres articles, notamment in Atlantis et Initiation-Science. Nombreuses préfaces (cf. p. 114!), mais celles à FULCANELLI (q. v.) sont d'un genre et d'un intérêt particuliers.
CANSELIET (Germaine --, née Hubat; épouse de E. C.),
p. 112.
CANSELIET (Henri --; père de E. C.), pp. 53-59.

CANSELIET (Isabelle), p. 112.

CARTON (Dr Paul), p. 48.
La Science occulte et les sciences occultes, Brévannes, l'Auteur, 1935.
CERBERE, chien p. 147.

CHACORNAC (Henri), p. 58.

CHAMPAGNE (Jean-Julien), pp. 36, 61-63, 66-67, 71, 138-139.

CHEVREUL (Eugène), p. 124.
De la Loi du contraste simultané des couleurs et de l'assortiment des objets colorés, considéré d'après cette loi, dans ses rapports avec la peinture, les tapisseries, la mosaïque, les vitraux..., Pitois-Levrault, 1839. Recherches chimiques sur la teinture, Imprimerie de Firmin-Didot, 1863.
158
@

LE FEU DU SOLEIL

Recherches chimiques sur les corps gras d'origine animale, Imprimerie nationale, 1839.
CHRIST, p. 100.
Voir aussi : JESUS-CHRIST.
CHRISTOPHE DE PARIS, p. 39.
Das ist ein edles Büchlein, vom rechten Grund, Mittel und Ende der wahren Philosophiae..., Halle, Imprimerie d'E. Hynitsch, 1608.
CLAUDIEN d'ALEXANDRIE, poète, p. 35.

CLEOPATRE, reine d'Egypte, p. 52.

COENDERS VAN HELPENT (Barent), p. 146.
L'Escalier des sages, ou la philosophie des Anciens..., Groningue, Ch. Pieman, 1686 (aussi rééd. sous le titre : Introduction à la philosophie des Anciens et sous le titre : Thrésor de la philosophie des Anciens); fac-sim. de l'éd. de Cologne, 1693, Milan, Arché, 1971 (les planches seules); fac-sim, de l'éd. de Cologne, 1693, Neuilly- sur-Seine, Arma Artis, 1973 (planches et texte).
COLBERT (Jean-Baptiste), p. 40.

COSMOPOLITE (peudo. de SENDIVOGIUS, q. v.), pp. 35, 110.

CURIE (Marie --, née Sklodowska), p. 113.

CURIE (Pierre), pp. 63, 124.

CYLIANI, pp. 35, 53.
Hermès dévoilé, Imprimerie F. Locquin, 1832; Chacornac, 1915; ibid., 1961; ap. HUSSON (q. v.), Deux Traités...
CYRANO DE BERGERAC (Savinien de), p. 147.
L'Autre Monde, éd. C. Mettra et J. Suyeux, Club des
159
@

LE FEU DU SOLEIL
libraires de France, 1962. (Comprend Les États et Empires de la lune et du soleil.) Renseignements et textes complémentaires ap. Luciano Erba, Magia a Invenzione. Note e ricerche su Cyrano de Bergerac..., Milan, All'Insegna del Pesce d'Oro, 1967.
DALIDA (pseudo. de Yolande-Christina Gigliotti), p. 127.

DALMATIE (Duc de), p. 41.

DEE (JOHN), pp. 11, 13, 30.
Monas hieroglyphicae..., Anvers, G. Silvius, 1564; La Monade hiéroglyphique, trad. Grillot de Givry, Chacornac, 1925; Milan, Sebastiani, 1975.
DEVAUX, secrétaire de Fulcanelli, p. 71.

DROUANT (Restaurant), p. 122.

DUJOLS (Pierre), pp. 35-36, 66.
Nombreuses notices bibliographiques reprises de ses catalogues par Albert L. Caillet, Manuel bibliographique des sciences psychiques ou occultes, L. Dorbon, 1912, 3 vol.; fac-sim., Nieuwkoop, De Graaf, 1964.
DUMAS père (Alexandre), p. 128.
Mémoires d'un médecin. Joseph Balsamo, Fellens et Dufour, 1846, t. I, chap. vi. (Il s'agit de Cagliostro.)
DUMAS (Jean-Baptiste), p. 14.
Leçons sur la philosophie chimique, Ebrard, s. d. (1837); fac-sim. de l'éd. de 1839, Bruxelles, Culture et Civilisation, s. d.
Du PLESSIS.
Voir : BOURRE DU PLESSIS.
EINSTEIN (Albert), p. 94.

160
@

LE FEU DU SOLEIL
ELIADE (Mircea), p. 9.
Forgerons et alchimistes, Flammarion, 1956; éd. rev. augm., ibid., 1977.
ESPAGNET (Jean d'), p. 34.
Le Miroir des alchimistes, s. l., 1609. L'Oeuvre secret de la philosophie d'Hermès, précédé de la Philosophie naturelle restituée, trad. d'après l'éd. de 1623 par J. Lefebvre Desagues, E. P.-Denoël, 1972.
ETTEILLA (pseudo. d'Alliette), p. 84.
Les Sept Nuances de l'Oeuvre philosophique-hermétique, s.l.n.d. (Paris, ca 1785); fac-sim., Neuilly-sur-Seine, Arma Artis, 1977.
EVANGILES APOCRYPHES, p. 136.
Il s'agit ici des classiques du genre (et non pas de l'Evangile de Thomas ou de l'Evangile de vérité, qui sont des monuments gnostiques), dont commode éd. fr. par François Amiot, La Bible apocryphe : Evangiles apocryphes, A. Fayard, 1952.
FABRE (Dr Pierre-Jean), p. 53.
Cf. tout l'essentiel dans René Nelli, « Pierre-Jean Fabre, médecin spagirique et alchimiste, 1588-1658 », La Tour Saint-Jacques, no 16, juillet-août 1958, pp. 36-50 (très bonne bibliographie).
FABRE D'OLIVET (Antoine), p. 58.
Histoire philosophique du genre humain, J.-L.-J. Brière, 1824, 2 vol.; fac-sim., Lausanne, L'Age d'homme, s.d. La Langue hébraïque restituée..., l'Auteur, 1815, 2 vol.; fac-sim., Lausanne, l'Age d'homme, 1975.
FICIN (Marsile), p. 13.

FIGUIER Louis), p. 62.
L'Alchimie et les alchimistes, L. Hachette, 1860; S.G.P.P. Denoël, 1970 (éd. tronquée).
161
@

LE FEU DU SOLEIL
FLAMAND (Elle-Charles), p. 114.
Erotique de l'alchimie, P. Belfond, 1970. Ed. : Nicolas FLAMEL, Oeuvres, P. Belfond, 1973.
FLAMBEAU MYSTERIEUX DE LA PHILOSOPHIE, LE
--, p. 136. --, éd. Ph. Monville, Editions de la Violette, sous presse.
FLAMEL (Nicolas), pp. 35, 113, 131.
Le Grand Eclaircissement de la pierre philosophale, L. Vendosmes, 1628; fac-sim., s.l., Arma Artis, 1976. Le Livre des figures hiéroglyphiques, ap. Trois Traités de la philosophie naturelle..., trad. Arnauld de la Chevalerie, G. Marette, 1612 (les deux autres traités sont d'ARTEPHIUS, q. v., et de Synésius); fac-sim., Milan, Sebastiani, sous presse; l'éd. de Salmon, 1741, a été rééd., avec une introd. d'Alleau, une étude historique de Canseliet et une biblio. de Maxime Préaud (qui fait le point exact), et suivi de Le Sommaire philosophique et le Désir désiré, S.G.P.P. -- Denoël, 1970 puis Retz, 1977. « Le Livre des laveures », éd. partielle CANSELIET (q. v.). Oeuvres, éd. FLAMAND (q. v.).
FLAMEL (Pernelle ou Perenelle), p. 113.

FOUAD Ier, roi d'Egypte, p. 144.

FULCANELLI, p. 15, 22, 25-26, 35-36, 38, 56, 58, 60-78,
96, 104, 120-126, 129, 137, 139, 144-145, 147. Le Mystère des cathédrales et l'interprétation ésotérique des symboles hermétiques du grand-oeuvre. Préface de E. Canseliet, F.C.H. Ouvrage illustré de trente-six planches d'après les dessins de Julien Champagne, Jean Schemit, 1926; -- d° --. Préfaces de Eugène Canseliet, F.C.H. Ouvrage illustré de trente-neuf planches d'après les dessins de Julien Champagne, Edition nouvelle et augmentée, Editions des Champs-Elysées -- Omnium littéraire, 1957 (à partir de 1962, l'ouvrage constitue le premier vol. de la collection « Alchimie et alchimistes
162
@

LE FEU DU SOLEIL
», dirigée par Eugène Canseliet et l'indication figure sur la couverture); -- d° --. Troisième édition augmentée, avec trois préfaces de Eugène Canseliet, F.C.H., quarante-neuf illustrations photographiques nouvelles, la plupart de Pierre Jahan et un frontispice de Julien Champagne, Jean-Jacques Pauvert, 1964 (plusieurs réimpressions). Les Demeures philosophales et le symbolisme hermétique dans ses rapports avec l'art sacré et l'ésotérisme du grand- oeuvre. Préface de Eugène Canseliet. F.C.H. Ouvrage illustré de quarante planches d'après les dessins de Julien Champagne, Jean Schemit, 1930; -- d° --. Préface de Eugène Canseliet, F.C.H. Ouvrage illustré de quarante-trois planches d'après les dessins de Julien Champagne. Edition nouvelle et augmentée. Tome premier (Tome deuxième), Les Editions des Champs-Elysées -- Omnium littéraire, 1960; -- d° --. Troisième édition augmentée, avec trois préfaces de Eugène Canseliet, F.C.H., dessins de Julien Champagne et photographies nouvelles. Tome premier (Tome deuxième), Jean-Jacques Pauvert, 1965 (plusieurs réimpressions).
GALIP, pp. 87, 99.
Entretien du roi Calid et du philosophe Morien sur le magistère d'Hermès, rapporté par Galip, esclave de ce roi, fac-sim, de l'édition Salmon (cf. toutes indications dans la préface de Jean-Claude Bailly), ap. Dialogue de Marie et d' Aros, Editions de l'Echelle, 1977. (Sur l'intériorité du magistère, cf. pp. 31-32; sur la non-violence, cf. p. 9).
GEBER, p. 33.
Oeuvre chymique. La somme de la perfection ou l'Abrégé du magistère parfait, rééd. de l'éd. Salmon, 1741, G. Trédaniel, 1976, 2 vol.
GERARDIN (Lucien), p. 26.
L'Alchimie : tradition et actualité, C.A.L., 1972.
163
@

LE FEU DU SOLEIL
GOBINEAU DE MONTLUISANT (Esprit), p. 38.
Explication très curieuse des énigmes et figures hiéroglyphiques, physiques, qui sont au grand portail de l'Eglise cathédrale et métropolitaine de Notre-Dame de Paris, ap. CANSELIET (q. v.) Trois Anciens Traités (d'après l'éd. de Salmon sur laquelle cf. les prolégomènes); aussi, mais incomplet, ap. Claude LABLATINIERE D'YGE (q. v.), Nouvelle Assemblée... (d'après Salmon également).
GRASSET d'ORCET, pp. 67, 76, 124.
Matériaux crypto-graphiques, B. Allien, 1976. (Réunion d'articles parus dans la Revue britannique; un second recueil est annoncé.)
GRASSET (Louis), p. 82.
La Lumière tirée du cahos (sic), ou Science hermétique du grand-oeuvre philosophique dévoilé, Amsterdam, s.n., 1784; Chacornac, 1930; cf. p. 16.
GROSPARMY (Nicolas), p. 33.
Voir : s. v. VALOIS.
GUAITA (Stanislas de), p. 58.
Essais de sciences maudites. I. Au seuil du mystère, G. Carré, 1886; éd. très augm., ibid., 1890; 6e éd., Niclaus, 1963. -- II. Le Serpent de la Genèse, première septaine : Le Temple de Satan, Chamuel, 1891; fac-sim., Perthuis- Durville, 1974 et R. Dumas, 1975. -- III. Le Serpent de la Genèse, deuxième septaine : La Clef de la magie noire, ibid., 1897. -- IV. Le Serpent de la Genèse, troisième septaine. Livre 3 : Le Problème du mal, éd. O. Wirth et M. Lepage, Levallois-Perret, Editions du Symbolisme, 1949; fac-sim., G. Trédaniel, 1976.
164
@

LE FEU DU SOLEIL
GUENON (René), pp. 21-23, 27-28.
Aperçus sur l'initiation, Editions Traditionnelles, 1946; éd. corrigée, ibid., 1973. (Sur l'alchimie, cf. pp. 259-260, 262, 266). Formes traditionnelles et cycles cosmiques, Gallimard, 1970 et 1978. (Sur l'alchimie, cf. pp. 119, 120, 123, 125. Voir d'autres références sur l'alchimie dans l'oeuvre de R. G., ap. André Désilets, René Guénon. Index. Bibliographie, Québec, Les Presses de l'Université de Laval, 1977, s.v. « Alchimie ».
HERMES TRISMEGISTE, pp. 25, 31, 33, 47, 82, 132-133.
Louis Mènard, Hermès trismégiste. Traduction complète, précédée d'une étude sur l'origine des livres hermétiques, Didier, 1866; fac-sim., G. Trédaniel, 1977. Corpus hermeticum, trad. A.-J. Festugière, Belles- Lettres, t. I : 1945 et 1978; t. II : 1945 et 1973; t. III : 1954 et 1972; t. IV : 1954 et 1972. Voir aussi : TABLE D'EMERAUDE.
HILLEL-ERLANGER (Irène), pp. 97-98.
Voyages en kaléidoscope, G. Crès, 1919 (couverture par Van Dongen); nouv. éd., introd. par d. Laplace, Grenoble, Editions de la Tourbe, 1977.
HORTULAIN (pseudo. de Jean de Garlande), p. 33.
Petit commentaire... sur la Table d'émeraude d'Hermès Trismégiste, Lyon, 1557; fac-sim. sous le titre Explication de la Table d'émeraude..., Jobert, 1976.
HUNWALD (Dr Henri), pp. 9, 27, 42.
« Paracelse et l'astrologie médicale », VIIe Congrès international d'astrologie, P. Roulland, s.d. (1954?) « Paracelse le médecin à la croisée des chemins. Quelques réflexions sur son oeuvre », La Tour Saint-Jacques, no 1, novembre-décembre 1955, pp. 5-18. Introd. à BERNUS (q.v.).
165
@

LE FEU DU SOLEIL
HUSSON (Bernard), pp. 26-27.
Anthologie de l'alchimie, P. Belfond, 1971. Deux Traités alchimiques du XIXe siècle. Cours de philosophie hermétique... par L.-P. François Cambriel et Hermès dévoilé... par Cyliani, présentation et commentaire, Editions des Champs-Elysées, 1964. Le Grand et le Petit Albert, P. Belfond, 1970 et 1978 (éd. et préface). Transmutations alchimiques, J'ai lu, 1974.
HUTIN (Serge), pp. 26-27.
L'Alchimie, P.U.F., 1951; 5e éd. mise à jour, ibid., 1975. Les Alchimistes (en coll. avec Michel Caron), Editions du Seuil, 1959. Histoire de l'alchimie, Verviers (Belgique), Gérard et Cie, 1971. La Vie quotidienne des alchimistes au moyen âge, Hachette 1977.
JACOB (Zouave), p. 60.

JACQUES COEUR, pp. 38, 41-42.
Voir : CANSELIET. (E.).
JESUS-CHRIST, p. 140.
Voir aussi : CHRIST.
JUNG (CarL Gustav), pp. 10, 20-21, 28.
Psychologie et alchimie, trad. et annotée par H. Pernet et Dr R. Cahen, Buchet-Chastel, 1970 (trad. de la:2e éd. allemande; la 1re est de 1944). Sur Jung et l'alchimie, introd. et première biblio. ap. « Un continuateur de Jung alchimiste : Etienne Perrot. Entretien avec Jean Biès », Question de, mars-avril 1978, pp. 35-47.
JUPITER, pp. 146-147.

166
@

LE FEU DU SOLEIL
LABLATINIERE D'YGE (Claude), pp. 25, 27.
Anthologie de la poésie hermétique, Editions Montbrun, 1948; nouv. éd. augm., Dervy-Livres, 1976. Nouvelle Assemblée des philosophes chymiques, Dervy, 1954; ibid., 1972. (Comprend notamment GOBINEAU DE MONTLUISANT (q.v.) et la Parole délaissée de BERNARD LE TREVISAN (q.v.).
LALLEMANT (Jean), p. 38.

LAVINIUS DE MORAVIE (Vinceslas), p. 34.
Traité du ciel terrestre, fac-sim. ap. La Tourbe des philosophes..., Jobert, 1977 (d'après une trad. fr. ancienne non précisée; l'originale latine est de 1612). Traité du ciel terrestre, ap. CANSELIET (q.v.), Trois Anciens Traités...
LEBESGUE (Philéas), p. 20.
L'Au-delà des grammaires, E. Sansot, 1904. Les Lois de la parole. Essai de synthèse phonétique, Beauvais, Imprimerie du Moniteur de l'Oise, 1899.
LESSEPS (Famille de), pp. 63, 67, 124.

LESSEPS (Bertrand de), p. 63.

LESSEPS (Ferdinand de), p. 63.

LESSEPS (Jacques de), p. 63.

LESSEPS (Paul de), p. 63.

LEUCK (Hector), pp. 55-57.

LIMOJON DE SAINT-DIDIER, (Alexandre-Toussaint de), pp. 19,
34. Le Triomphe hermétique, ou la Pierre philosophale victorieuse, Amsterdam, H. Wetstein, 1689; fac-sim., de l'éd. de 1679 (sic), Milan, Arché, 1971; --, précédé du Mutus Liber, E. P. -- Denoël, 1971 (éd. tronquée). éd. CANSELIET (q. v.).
167
@

LE FEU DU SOLEIL
LINTAUT (Henri de), p. 136.
L'Aurore..., éd. BIEBEL (q.v.).
LIVRE MUET
Voir : ALTUS.
Louis XI, p. 40.

Louis XV, pp. 128-129, 142.

LUCIFER, pp. 137, 139.

LULLE (Raymond).
Voir : RAYMOND LULLE.
MAHMOUD MOHTAR pacha, p. 144.

MAIER (Michael), p. 132.
Atalanta fugiens..., Oppenheim, J.-T. de Bry, 1618; fac-sim., Kassel, Bârenreiter, 1964; Atalante fugitive, trad. E. Perrot, Librairie de Médicis, 1969; ibid., 1976.
MARIE, p. 118.

MERCURE, dieu, p. 147.

MEURIN (Mgr Léon), p. 139.
La Franc-Maçonnerie, synagogue de Satan, Retaux et fils, 1893.
MOISE, p. 133.

MORIEN, philosophe.
Voir : GALIP.
MUTUS LIBER.
Voir : ALTUS.
NEEDHAM (Joseph), p. 30.
La Science chinoise et l'Occident..., Editions du Seuil, 1973.
168
@

LE FEU DU SOLEIL
NEPTUNE, dieu, p. 146.

NORTON (Thomas), p. 34.
Tractatus chymicus..., ap. Michael Maier, Tripus aureus..., Francfort, 1618. (Ne pas confondre Thomas Norton avec son arrière petit-fils, Samuel, également écrivain d'alchimie )
PAPUS (pseudo. du Dr Gérard Encausse), pp. 56, 58.
La Science des mages..., Librairie du Merveilleux, 1892; 5e éd. très augm., Dangles, 1974. Traité élémentaire de science occulte, G. Carré, 1888; 17e éd. très augm., Dangles, 1975. Voir autres références biblio. et commentaires ap. Dr Philippe Encausse, Sciences occultes ou 25 années d'occultisme occidental. Papus, sa vie, son oeuvre, Ocia 1949.
PARACELSE (Philipp Aureol Theophrast Bombast von Hohenheim,
dit), pp. 17, 27, 34, 81, 97. Oeuvres complètes... Liber paramirum... I (II), trad. Grillot de Givry, Chacornac, 1913-1914, 2 vol. (Ces deux vol. seuls parus); fac-sim. sous le titre : Oeuvres médico-chimiques ou Paradoxes. Liber paramirum. I-II, Milan, Sebastiani, 1975, 1 vol. Oeuvres médicales, trad. B. Gorceix, P.U.F., 1968. Thrésor des thrésors, ap. Albert POISSON (q.v.), Cinq Traités d'alchimie..., cité S. V. ARNAULD DE VILLENEUVE. La citation est tirée de Philosophia magna, 1. I, 6; sämtliche Werke, vol. VIII, p. 68. Voir autres références biblio. et commentaires ap. Dr René Allendy, Paracelse, le médecin maudit, Gallimard, 1937; Dr Henri HUNWALD (q. v.); Walter Pagel, Paracelse, Grenoble, Arthaud, 1963.
PAUWELS (Louis) et BERGIER (Jacques), p. 62.
Le Matin des magiciens, Gallimard, 1960; ibid., 1972. Cs. pp. 139-148.
169
@

LE FEU DU SOLEIL
PERNETY (Dom Antoine-Joseph), p. 82.
Dictionnaire mytho-hermétique, Bauche, 1758; fac-sim., Milan, Arché, 1971; nouv. éd., E.P.-Denoël, 1972.
PHILALETHE (Eyrénée), pp. 34-35, 84.
L'Entrée ouverte au palais fermé du roi, trad. M. Préaud, Retz, 1976. (Cette excellente trad. tient compte de diverses éd. en latin, la première de 1667, en anglais, la première de 1669, et en français, la première de 1754, excellemment énumérées dans les notes bibliographiques).
PHILIPPE II, roi d'Espagne, p. 129.

PIC DE LA MIRANDOLE (Jean), p. 13.

PIERRE (Saint).
Voir : SIMON-PIERRE.
PLUTON, dieu, p. 147.

PTOLEMEE (Claude), p. 48.
La Tétrabible ou les Quatre Livres des jugements des astres suivi de Le Centiloque, trad. Bourdin revue par Matton, C.A.L., 1974.
RAYMOND LULLE, pp. 25, 33.
La Clavicule, ap. Albert POISSON (q.v.), Cinq Traités d'alchimie..., cité s.v. Arnauld de Villeneuve. Le Codicille, trad. L. Bouyssou, Le Cercle du Livre, 1953. Voir autres références biblio. et commentaires ap. Robert AMADOU (q.v.).
RICHELIEU (Armand de Vignerot Du Plessis, duc de), pp. 40,
128.
RICHER (Georges).
Voir : AURIGER.
170
@

LE FEU DU SOLEIL
RIPLEY (George), p. 34.
Opuscula quaedam chemicae..., Francfort, J. Bringer, 1614. Traité du mercure et de la pierre des philosophes, ap. Artéphius, Philosophie naturelle..., trad. Arnauld de la Chevalerie, éd. augm., L. d'Houry, 1682.
ROUHIER (Dr Alexandre), pp. 137-139.
La Plante qui fait les yeux émerveillés :le peyotl, G. Doin, 1927; fac-sim. augm. de variantes et du fac-sim. d'une étude sur « Les plantes divinatoires » (1927), G. Trédaniel, 1975. Voir aussi : TALEMARIANUS, SABAZIUS.
ROUSSEAU (Jean-Sacques), p. 78.

RULAND (Martin), fils, p. 22.
Lexicon alchemiae, sive Dictionarium alchemisticum..., Francfort, Palthen, 1612; fac-sim., Hildesheim, Olms, 1964.
RUYER (Raymond), p. 24.
La Gnose de Princeton. Des savants à la recherche d'une religion. A. Fayard, 1974; éd. rev. et augm., Le Livre de poche, 1977.
SABAZIUS (R. P. --; pseudo. d'Alexandre Rouhier), p. 138.
Envoûtement et contre-envoûtement, Memphis, 1356 (sc. Paris, Imprimerie des Editions Occulta, ca 1940); fac-sim., Éditions S. B. G., 1977.
SADOUL (Jacques), pp. 26-27.
Le Grand Art de l'alchimie, A. Michel, 1972. Le Trésor des alchimistes, Editions Publications Premières, 1970; éd. rev., J'ai lu, 1971.
SAINT-GERMAIN (Claude-Louis, comte de), pp. 94-95, 125-
129.
171
@

LE FEU DU SOLEIL
La Très Sainte Trinosophie, éd. R. Alleau, E.P.-Denoël, 1971. Voir autres références biblio. et commentaires ap l'introd. d'Alleau et aussi le fondamental Paul Chacornac, Le Comte de Saint-Germain, Chacornac, 1947; nouv. éd., Editions traditionnelles, 1973.
SAINT-GERMAIN (Richard Chanfray, dit le comte de),
pp. 95, 127. Voir : Pascal Sevran, Le Comte de Saint-Germain aujourd'hui, Nouvel Office d'Editions, 1973.
SALOMON, roi d'Israël, p. 80.

SATAN, p. 137.

SAUVAGE (Gaston), pp. 62-63, 139.

SAVORET (André), p. 37.
Qu'est-ce que l'alchimie?, J. Heugel, 1947. Trad. : Karl von Eckartshausen, Essais chimiques, Psyché, 1938; 2e éd. augm., ibid., 1963. La Nuée sur le sanctuaire..., Psyché, 1948; nouv. éd., Les Amitiés spirituelles, 1972.
SCARRON (Paul), p. 36.

SCHEMIT (Jean), p. 74.

SCHEMIT (Albert-Marie), pp. 141-142.
La Poésie scientifique en France au XVIe siècle..., A. Michel, 1938; Lausanne, Rencontre, 1970. « Une religion parallèle : l'hermétisme », Réforme, 30 janvier 1965.
SCHURE (Edouard), pp. 56, 58.
Les Grands Initiés. Esquisse de l'histoire secrète des religions. Rama, Krishna, Hermès, Moïse, Orphée,
172
@

LE FEU DU SOLEIL
Pythagore, Platon, Jésus, Librairie académique Perrin, 1889; Le Livre de poche, 1966.
SENDIVOGIUS (Michael --, dit le Cosmopolite), p. 34.
Lettre philosophique..., trad. A. Du Val (sur l'originale allemande de 1659), J. d'Houry, 1671; fac-sim., Milan, Sebastiani, s.d. Nouvelle Lumière chymique, Retz, 1976. Sur la bibliographie complexe du Cosmopolite, voir : AMADOU (q. v.), « Le Philosophe inconnu et les Philosophes inconnus », pp. 90-103, et particulièrement la note 57.
SETHON (Alexandre), p. 34.

SILBERER (Herbert), p. 20.
Probleme der Mystik und ihrer Symbolik, Vienne (Autr.), H. Heller & Cie, 1914; fac-sim., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1969.
SIMON-PIERRE, p. 141.
Voir : PIERRE (Saint).
SOCRATE, p. 113.

SOULT, duc de Dalmatie (Nicolas Jean de Dieu), p. 41.

STEINER (Rudolf), p. 9.
Le meilleur guide dans cette oeuvre vaste et touffue est Simonne Rihouët-Coroze, Rudolf Steiner, une épopée de l'esprit au XXe siècle, La Science spirituelle, 1950; 2e éd., très augm., Triades, 1973.
TABLE D'EMERAUDE, pp. 45-46, 48.
Bibliographie, texte et commentaires (discutables) ap. Gabriel Monod-Herzen, L'Alchimie méditerranéenne, ses origines et son but, La Table d'émeraude, Paris, Adyar, 1962; mais la meilleure source documentaire, en dépit d'une interprétation dérisoire, est le très peu
173
@

LE FEU DU SOLEIL
connu opuscule de P. Chevallier, « La Table d'émeraude, secret de la préparation de l'acide sulfurique », La Biologie médicale, no hors série, avril 1948.
TALEMARIANUS (Petrus --; pseudo. d'Alexandre Rouhier),
p. 138. De l'Architecture naturelle..., A. Rouhier, 1950.
TESSON (Jacques), p. 136.
Dialogue du lion vert, éd. BIEBEL (q. v.).
THEOPHILE, prêtre et moine, p. 31.
Essai sur divers arts publié par le comte Charles de l'Escalopier, Firmin-Didot, 1843; fac-sim., Nogent- le-Roi, Librairie des Arts et Métiers -- Editions, 1977.
THOMAS (Alexandre), p. 36.

TOURBE DES PHILOSOPHES.
Voir : TURBA PHILOSOPHORUM.
TSCHOUDY (Baron Théodore-Henri de), p. 140.
L'Etoile flamboyante, ou la Société des francs-maçons considérée sous tous ses aspects, A l'Orient, chez le Silence, s.d. (1766), 2 vol.
TURBA PHILOSOPHORUM, p. 32.
Ap. Artis aurifera..., op. cit. s.v. AURORA CONSURGENS. Divers traités de la philosophie naturelle. Savoir, la Tourbe des philosophes, ou le Code de vérité de l'Art..., trad. par « un docteur en médecine », J. d'Houry, 1672. La Tourbe des philosophes..., Jobert, 1977. (Fac-sim. d'une trad. fr. non précisée).
VALOIS (Nicolas), p. 33.
Les Cinq Livres, ou la Clef du secret des secrets, précédé de Nicolas Grosparmy, Le Trésor des trésors, éd. B. Roger, Retz, 1975. (Première éd. intégrale, d'après les manuscrits, d'écrits à la bibliographie complexe,
174
@

LE FEU DU SOLEIL
sur quoi voir : AMADOU (q.v.), Initiation à l'occultisme (index).
VELASQUEZ (Diego Velàzquez de Silva, dit en français), p. 130.

VICOT (Pierre), pp. 33, 132.
Le Grand Olympe (n'existe qu'en manuscrits, notamment à la Bibliothèque de l'Arsenal).
VULCAIN, dieu, p. 65.

WAELTI-WALTERS (Jennifer), p. 9.
Alchimie et littérature..., Denoël, 1975.
WEISS (M. et Mme), p. 41.

XANTHIPPE, p. 113.

YGE (Claude d').
Voir : LABLATINIERE d'YGE.
ZACHAIRE (Denys), p. 35.
Opuscule très-eccellent de la vraye philosophie naturelle des métaulx..., Anvers, 1567, fac-sim., éd. BIEBEL (q. v.).
-- Ms. d'alchimie., anonyme et sans titre, XVIIIe siècle,
p. 133.


175
@




LA COMPOSITION L'IMPRESSION, ET LE BROCHAGE DE CE LIVRE
ONT ETE EFFECTUES PAR FIRMIN-DIDOT S.A. POUR LE COMPTE DE LA SOCIETE NOUVELLE DES EDITIONS JEAN-JACQUES PAUVERT
ACHEVE D'IMPRIMER LE 29 MAI 1978




Imprimé en France Dépôt légal : 2e trimestre 1978 N° d'édition : 6341 -- N° d'impression : 2589 51.22.1224.01 ISBN 2.7202.0088.3

51.1224.8

@

pict

@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.