Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3

d'une Médecine universelle 87
Il ne faut pas toutefois
beaucoup se mettre en peine des
acidités & oléaginosités qui paraissent
dans la séparation du flegme,
restant avec le sel dans les
rectifications de l'huile éthérée &
du sel. Le flegme abandonne facilement
ces empyreumes dans les
rectifications sur la terre élémentaire.

--------------------------------

C H A P I T R E V.
Du Vinaigre, du Vin ou Principe
mercuriel commun, & du radical.

A Près la séparation de l'esprit éthéré & du flegme, que nous avons conduits à leur perfection,
nous séparons par la distillation
au feu de cendres ou de sable,
tout le vinaigre, jusqu'à ce
qu'il ne reste qu'un limon huileux
& épais.
Nous rectifions ce vinaigre au bain-marie non bouillant; en sorte

@

88 Révélations Cabalistiques
qu'il ne monte que du flegme,
avec lequel il ne laisse pas de s'élever
quelques parties acides &
l'huile éthérée.
Car il faut remarquer que la rectification du vinaigre est toute
opposée à celle de l'esprit éthéré,
qui monte le premier, & l'esprit
du vinaigre demeure au-dessous
du flegme dans la cucurbite; partant,
c'est le flegme que l'on aura
tiré qu'il faudra mettre à part.
Or ce qui reste après que le vinaigre a été dépouillé d'une partie
de son flegme, par la première
rectification, nous l'exposons à l'air
quatre ou cinq jours à l'abri du
soleil & de la pluie, jusqu'à ce que
le goût acide lui survienne.
Ensuite nous rectifions encore sept fois ce vinaigre, en interposant
après chaque distillation quatre
ou cinq jours de circulation
au bain-marie, au fumier, ou bien
in hypocausto, ou sur le four d'un
Boulanger; parce que le flegme

@

d'une Médecine universelle 89
étant plus léger que l'esprit, s'en
sépare par une moindre chaleur.
Mais l'esprit acide, que les Philosophes appellent Aura Physica,
n'obéira qu'au bain de cendres ou
de sable; cependant après avoir
distillé le flegme, que l'on met à
chaque fois à part avec les autres
semblables, il en faut séparer les
fèces qui restent au fond de la
cucurbite.
Quant aux dernières rectifications de notre esprit acide, après
les sept premières, on achève de
faire les autres, en le distillant sur
la terre *exanimée, & tout-à-fait
privée de son sel & de ses soufres
par calcinations, lotions & filtrations
réitérées après chaque distillation.
Remarquez bien que cette terre ainsi préparée, & qui sert à dépurer
notre acide, ne peut servir à
dépurer la matière éthérée, parce
qu'elle n'est point son *rétinacle.
Nous avons déjà dit qu'il faut
##Note :*exanimée: privée de vie, morte.
*rétinacle: recipient, matrice.
#

@

90 Révélations Cabalistiques
mettre toujours à part, & ensemble,
les matières congénères, les
salines avec les salines, les huileuses
avec les huileuses, les flegmatiques,
&c.
Dans le végétable, l'acide & l'huile grossière doivent fermenter
avec le sel fixe, afin que cette
huile devienne atténuée; & convertible
en éthérée.
On peut se servir de l'esprit de tartre pour suppléer à celui qui
s'est dissipé à travers les douves
du tonneau, & fortifier l'esprit
mercuriel de notre oeuvre.
Notez que les deux vinaigres, savoir, le radical & le premier,
sont de même nature, & se joignent
ensemble après qu'ils ont
été bien rectifiés par digestions &
distillations, chacun à part.
Nous avons dit qu'il faut calciner les fèces qui restent après les
rectifications des acides, & remettre
chaque substance avec sa congénère.

@

d'une Médecine universelle 91
Pour juger de l'égalité de l'esprit acide, & de la quantité convenable
qu'il faut mettre sur le sel fixe
spongieux, il y a une certaine latitude,
comme dans tous les tempéraments
des mixtes: en sorte
que dans celui-ci, on peut proportionner
depuis trois d'esprit acide,
contre une de fixe, & monter même
jusqu'à dix parties d'esprit;
mais à proportion qu'il y a plus
grande quantité d'esprit, plus
longtemps dure la coagulation à
se faire: de là vient que les uns
disent avoir achevé leur pierre en
trois, quatre, six ou huit mois.
Cela provient de la différence action,
vertu & poids des éléments
d'où est sorti le passage de Trévisan:
Potentia terrestris secundum
tempus dilatum est pondus in hac
materia. Ce que je viens de dire
regarde la proportion de l'esprit
acide sur le sel, pour la conjonction,
sans doute, à l'athanor.
Quand on pousse par la cornue
@

92 Révélations Cabalistiques
le sel imprégné des esprits acides,
pour en faire sortir tous les esprits,
il faut mettre de l'eau distillée, de
pluie, dans le récipient, afin qu'ils
s'incorporent dans lad. eau, & ne
retournent point à leur masse: ensuite
on sépare ces esprits de lad.
eau, en la rectifiant par la distillation
au bain-marie.
On dira en passant que le gros d'une noisette du sel fixe ci-dessus
achevé & parfait, mit dans un
tonneau ou muid de vin gâté, le
rétablit entièrement.
Les Philosophes ont appelé esprit ce qui a la vertu de retenir le
corps & l'âme, c'est-à-dire, qui les
réunit ensemble; & c'est la fonction
de notre esprit acide, & c'est
de même dans le règne minéral,
ou la partie mercurielle est retenue
par la partie sulfureuse.
Quand le flegme a été séparé de son vinaigre, je n'ai point
trouvé ce vinaigre fort acide, &
la raison m'en a paru tout à l'instant

@

d'une Médecine universelle 93
fort convaincante, en ce que
par tout où le sel alcali & les acides
se trouvent ensemble, ils s'unissent
si étroitement, qu'on ne saurait
les séparer que par le feu de
réverbère; c'est pourquoi dans le
procédé de la rectification de ces
esprits, il faut les rectifier seuls,
en faisant évaporer le flegme à
chaleur de bain, & distillant le
reste à feu de sable; & enfin,
achever la rectification sur la
terre *exanimée.
Après quoi, cet acide est en état d'être rejoint au sel fixe dépouillé
de tous ses esprits par forte distillation;
& ces derniers esprits, qui
sortent du sel cristallin à feu véhément,
sont de même nature que
les autres acides sortis & rectifiés
auparavant, avec lesquels on les
rejoint; & ces esprits acides rectifiés
étant combinés avec ledit sel
fixe, s'unissent très étroitement
ensemble, & forment après une
longue digestion à l'athanor, un

##Note :*exanimée: privée de vie, morte.
#

@

94 Révélations Cabalistiques
sel volatil, qui n'est rien autre
chose qu'une combinaison du fixe
& du volatil; & c'est à l'athanor
où vous aurez l'alcali volatilisé.
Voilà ce grand secret qui sert à
rendre le sel de tartre volatil: Et
remarquez bien que l'union indissoluble
de l'esprit acide avec ledit
sel, est la vraie matière de perfection
de tous corps, même des
métaux les plus parfaits.
Vous jugez bien de là que votre esprit acide n'est point perdu, mais
il est enveloppé, une partie dans le
marc épais & noir, & une autre
partie dans l'eau ou flegme. Pour
celui qui est enveloppé dans l'eau,
la séparation en est facile par le
bain; & à l'égard de celui qui est
enveloppé dans le marc ou résidence
noire, & dans le sel fixe, la séparation
s'en doit faire de la manière
que l'on sépare les éléments
du tartre cru imprégné de vin à
grand feu de réverbère.
Mettez dans une retorte de verre
@

d'une Médecine universelle 95
lutée, ou de terre de Beauvais,
avec un grand récipient de verre,
deux ou trois livres de tartre cru,
le vaisseau à demi plein; étant au
fourneau de réverbère, donnez-
lui l'espace d'une heure un feu
doux, avec le registre clos; après
lequel temps, vous l'ouvrirez d'un
travers de doigt une heure durant,
afin que le vaisseau s'échauffe
doucement & également, & ensuite
vous lui donnerez trois doigts
d'ouverture trois heures durant:
enfin, vous l'ouvrirez entièrement
l'espace de cinq heures, & l'opération
sera finie: alors laissez refroidir
les vaisseaux doucement, après
avoir éteint & supprimé le feu.
Dans cette opération, le flegme sort le premier, si on donne le feu
modéré au commencement; que
si vous le donnez violent, les esprits
sortent conjointement avec le
flegme; ensuite poussant le feu, les
esprits fixes sortent avec partie de
l'huile, ce qui se reconnaît par une

@

96 Révélations Cabalistiques
grande quantité de vapeurs blanches
dans le récipient:
Enfin, l'huile noire & puante, mêlée de jaune, sort & fait la fin
de l'opération, laquelle finie & les
vaisseaux refroidis, on sépare doucement
le récipient de la retorte,
par l'application de l'eau tiède,
pour détremper le lute, qui est
mêlé de sel commun, & l'on conserve
l'huile grossière qui est au
fond du récipient, au-dessus de
laquelle nagent l'esprit & le flegme,
qui ont dessous eux une huile
jaune & noire. Les huiles se séparent
du reste par l'entonnoir & le
filtre; mais le flegme se sépare de
l'esprit acide par une lente distillation
au bain-marie, où le flegme
sort le premier, & ainsi vous aurez
l'esprit de tartre bien séparé, lequel
sera plus doux après les rectifications,
d'autant que par ce
moyen, le sel cru, qui d'abord lui
donnait une acidité spongieuse,
aura été volatilisé.

@

d'une Médecine universelle 97
Si vous n'avez pas une suffisante quantité d'esprit acide ou de vinaigre,
vous trouverez facilement
de ces principes dans les vins gâtés,
que vous pouvez prendre &
distiller.
Après en avoir tiré votre vinaigre, vous transporterez votre vaisseau
au feu de cendres, qui élèvera
l'esprit. Ce qui reste au fond est
appelé extrait de vinaigre; & le
mettant en une retorte, vous en
tirerez à feu fort le vinaigre radical,
qui dissout & tire le vitriol
des métaux. On peut aussi de cet
extrait, séparer un sel essentiel,
après la dissolution, filtration
& médiocre évaporation. Après
quoi, le mettant au froid durant
quelques semaines, on y trouvera
des cristaux salins.
On trouve donc de quoi à avoir quantité d'esprit acide dans la distillation
du vinaigre, & quantité
de sel dans le tartre, & l'on trouve
de ces choses abondamment par
tout.

@

98 Révélations Cabalistiques
Dans la distillation du tartre, on peut recevoir la dernière huile
puante & noire à part, en changeant
de récipient.
Or venons à expliquer la raison pour laquelle on ne sépare point
aisément le flegme du vinaigre
pris chez un vinaigrier; c'est qu'il
se sert de lies de vin gâté, qu'il fait
bouillir sur le feu; & dans cette
ébullition, il s'évapore la plus
grande partie du flegme: l'acide
restant dans le vaisseau qui fait le
vinaigre, joint à quelque levain où
ferment qu'il y ajoute, qui serait
étranger à notre oeuvre.
Mais pour parvenir à une plus ample dépuration de notre mercure
ou esprit acide, vous le mettrez
sur une bonne quantité de terre
élémentaire, sèche & aride,
privée de tout sel; & s'il vous en
manque, vous pouvez prendre de
la poudre de tuile nouvelle, qui
séparera le flegme de l'esprit dans
les distillations & rectifications; ou

@

d'une Médecine universelle 99
bien, vous pouvez vous servir de
limaille de fer, ou d'autre métal,
qui retenant & se joignant facilement
avec lesdits esprits, les retiendront,
& le flegme qui est mêlé
s'élèvera par une médiocre
chaleur, & ensuite l'esprit se détachera
des limailles, & se distillera
à chaleur plus violente, suivant
la composition plus ou
moins forte de ces corps métalliques,
dont vous vous servirez pour
cet artifice, comme on le voit dans
l'esprit de soufre, lequel ayant
dissout les métaux, & iceux vitriolisés,
on l'en sépare à feu violent,
après que le flegme en a été élevé
par une médiocre chaleur.
Remarquez bien ce secret, & la cause de cette sympathie des métaux
avec le mercure acide, qui
même fait une espèce de mélange
avec eux, & ne les quitte qu'à
force de feu.
Par cette même raison, la distillation des esprits acides ne doit

@

100 Révélations Cabalistiques

pas être faite dans des vaisseaux
vernissés ou plombés, attendu
qu'ils s'attachent à tout ce qui est
métallique; & y étant retenus, ce
qui distillerait ne serait que du
flegme, à moins que l'on n'employât
un feu violent, qui n'est pas
nécessaire par tout. Il faut donc
pour ces sortes de séparations, des
vaisseaux de verre ou de grès, qui
ne boivent rien, & ne sont point
*transpirables: Et qu'on ne s'imagine
pas que la vernissure des Potiers
soit une vraie vitrification;
car elle est réductible en métal,
comme je le sais, & ainsi elle a
encore les principes pour servir
d'aimant, & retenir ceux du végétable;
& encore plus, du minéral.
Quand on rectifie la liqueur acide qui a été concentrée dans la
limaille, tout passe, comme nous
avons dit, à feu de chasse, dans une
seule distillation au récipient, &
rien ne s'élève de métallique, qui
n'est point dissout par cet esprit,

##Note :*transpirables: poreux.
#

@

d'une Médecine universelle 101
mais reste toujours métal, sans
altération, où l'erreur vulgaire
des Sophistes se découvre, & fait
voir que ces menstrues ne sont pas
les radicaux de la métallique trop
fixe & trop unie dans ses parties
élémentaires. La proportion de la
limaille est que la liqueur excède
cinq ou six travers de doigt par
dessus.
Il est pourtant plus aisé de faire la rectification de l'esprit acide sur
sa propre terre élémentaire, ou à
son défaut sur la poudre de tuile
neuve, & rougie au feu.
L'esprit acide contient une seizième partie de sel volatil huileux.
Si l'esprit acide n'entre point aisément dans le sel fixe, pour le volatiliser,
c'est qu'il n'est pas bien
dépuré: partant, il le faut encore
rectifier. Il faut conclure de là que
c'est la pureté des éléments qui
leur donne ingrés. On peut encore
tirer un acide de la crème de
tartre faite fidèlement, qui servira
à notre oeuvre.

@

102 Révélations Cabalistiques

Tout ce que dessus est une manipulation de l'esprit acide ou
mercuriel du mixte, autant bien
circonstanciée que j'ai pu le faire.
Je sais les imprécations que l'on
fait contre les Auteurs. Comme
j'en connais qui ont donné au public
la manière de composer certains
remèdes, & qu'en suivant
leur méthode on n'a pas pu réussir,
j'atteste que je ne suis point
de ce caractère.

--------------------------------

C H A P I T R E VI.
Des Huiles grossières, jaunes & noires fétides.
A Près avoir suffisamment détaillé la manière de tirer l'huile, subtile ou éthérée, du vin,
dans le second Chapitre, il me
semble que ce sera un ordre bien
établi de parler ici de l'huile grossière
tirée du mixte que nous traitons.

@

d'une Médecine universelle 103
Cette huile noire & grossière, qui fait l'horreur de tous ceux qui
la sentent, à cause de sa puanteur,
pourrait-t-on croire qu'étant élaborée
par la Chimie, elle devienne
suave, d'une odeur enchantée,
& semblable à la première huile
ou esprit éthéré, avec lequel elle
ne fera plus qu'un corps? comme
je le démontrerai ci-après.
Nous avons dit qu'après avoir tiré le premier esprit de vin, ensuite
son flegme, puis son vinaigre,
il resterait au fond de la cucurbite
une matière épaisse, noire &
puante.
Or prenez cette matière, & la mettez dans une retorte: elle contient
encore quelques esprits acides
mêlés de terrestréités; vous
en séparerez le flegme & l'acide,
puis viendra l'huile noire mélangée
de jaune. On observera les
degrés de feu, & les autres
circonstances telles que je les ai
rapportées dans le Chapitre précédent,

@

104 Révélations Cabalistiques

à la distillation du Tartre.
Quand vous aurez votre huile noire, il faut savoir d'où lui vient
cette noirceur & puanteur, pour
la lui ôter. Je vous dirai que dans
toutes les substances résineuses,
huileuses & inflammables, tirées par
une forte expression de feu, il y
reste toujours une suie ou excrément
fuligineux produit par la *retorridation
des parties grasses &
sulfureuses du mixte, avec quelque
mélange de sel & de terre qui
approche de la suie de cheminée:
c'est pourquoi de même que l'on
fait l'analyse de cette suie, il faut
faire celle de notre huile noire.
Mettez-la donc dans une cornue de verre, y adaptant un récipient
fort ample, donnez le feu de degré
en degré, comme nous avons
dit pour l'huile de tartre, il sortira
d'abord un flegme, ensuite un esprit
acide, puis une huile inflammable
& jaune, qui sera suivie d'une
huile noire; séparez votre flegme

##Note :*retorridation: recuite.
#

@

d'une Médecine universelle 105
d'avec l'esprit acide par le bain-
marie; & les deux huiles, savoir,
la jaune & la noire, par le feu de
sable, & de votre tête morte vous
retirerez un sel, que vous purifierez.
Il vous restera une terre, que
vous *exanimerez, comme vous
avez fait des autres terres restantes
après les distillations qui ont
précédées.
Et en ceci, il faut remarquer que les fleurs bois gommes & plantes
les plus odoriférantes, ne sont
point exemptes de cette suie ou
impureté qu'elles démontrent
sur le feu, laquelle répugne à notre
odorat; & c'est cet excrément
qui est la mort du mixte, comme
il est la cause des maladies qui
nous surviennent quand nos esprits
ne sont point assez exaltés
pour le *subiger & digérer: C'est
ce que le Médecin doit savoir,
pour le séparer du médicament,
afin qu'il soit pur, & ne contienne
rien de contraire à notre nature.

##Note :*exanimée: privée de vie, morte.
*subiger: latin subigo, réduire.
#

@

106 Révélations Cabalistiques

Pour la rectification des huiles grossières, qui sont la jaune & la
noire, & pour leur ôter l'empirême,
il est déjà dit que chaque
élément se purifie par celui qui lui
est le plus intrinsèque; & comme
l'intrinsèque du soufre ou huile,
c'est l'arène ou la terre vierge élémentaire,
& privée de son sel, c'est
celle-là dont il faut se servir, en
mettant ces huiles à la cornue séparément,
avec cette terre bien
purifiée, & faire ainsi distiller ces
huiles.
Mais parce que l'empyreume ne sera point tout à fait effacé, il faudra
encore rectifier ces huiles séparément
sur de l'esprit de sel
commun bien poudreux, dont il
en faut suffisamment, avec lequel
on les mettra en fermentation
chacune à part: on donnera un feu
modéré, ce qui est connu par ceux
qui ont distillé de ces huiles & esprits:
car ceux-ci demandent un
plus fort feu, & ne doivent point


@

d'une Médecine universelle 107
sortir jusqu'à ce que l'huile ait
passé la première entièrement. Il
y en a qui estiment mieux l'esprit
acide du même règne, pour faire
ces rectifications: mais comme
l'huile ne retient rien de l'esprit
de sel, qui au contraire par ses
acides fige les parties grossières de
l'huile, je ne trouve aucune difficulté
à s'en servir, parce qu'il
n'entre dans l'oeuvre qu'auxiliairement.
Cependant pour nettoyer vos esprits de l'ordure qu'ils ont contractée
dans la rectification qu'ils
ont faite de l'huile, dont ils ont
retenu la suie, il les faut distiller
sur *l'arentre déliée de quelques
têtes mortes, des végétaux dépurés
de leur sel, & encore plus
proprement si vous en avez du
même mixte.
Vous aurez soin de vous procurer une bonne quantité de résidences
ou fèces noires, dans lesquelles
réside l'âme de l'esprit

##Note :*arentre: probablement l'arène: le sable.
#

@

108 Révélations Cabalistiques

éthéré: car effectivement, l'huile
noire qu'on en retire devient par
les élaborations subséquentes encore
plus précieuse & plus nécessaire
pour *acuer l'esprit éthéré,
avec lequel on la doit joindre.
Il sera aisé d'avoir pour distiller du vin commun & vulgaire, ou au
bas. On le fera fermenter quelque
temps sur du tartre cru, qui sont
des matières communes.
*Glanbert a tenté d'ôter l'empyreume avec de l'esprit de sel; mais
il ne savait pas tout, & n'a pu
réussir: d'autres l'ont rectifié avec
l'esprit de vinaigre commun; d'autres
avec la corne de cerf. Rien
de tout cela n'a pu emporter la
fétidité.
Aussi y a-t-il bien du travail; mais les fruits qu'on en doit attendre
ne sont pas petits: car la fin
de ces dépurations n'est pas d'avoir
des éléments purement & simplement,
pour démontrer quels
ils sont; mais c'est pour parvenir à

##Note :*acuer: rendre aigu, rendre incisif, purifier.
*Glanbert: Peut-être Glauber Jean Rodolphe, chimiste allemand.
#

@

d'une Médecine universelle 109
avoir le feu de nature essentiel
végétable de la quintessence, qui
ne peut venir en acte qu'après la
circulation & conversion de tous
les éléments unis en une seule substance
incorruptible végétale.
Et comme il est suffisamment expliqué qu'il y a une grande correspondance
entre tous les arcanes
philosophiques & le secret aimant
du feu de nature, dans les
trois règnes, on doit juger ce que
devra opérer le feu essentiel & actuel
végétable sur la nature minérale,
qui lui est inférieure, vu que
le végétable, suivant l'ordre de la
nature, est enté sur le minéral,
& l'animal sur le végétal; &
d'autant que les natures supérieures
sont inclinées à donner secours
aux inférieures, vous devez assez
pressentir ce que pourra la quintessence
quand elle sera rassasiée
& imprégnée de son propre feu
fixe & central mis en acte de végétation.
Les Philosophes appellent

@

110 Révélations Cabalistiques

cette substance le ciel, le
menstrue végétal; parce que
tout ainsi que le Ciel est incorruptible,
& donne le mouvement
aux natures sublunaires & élémentaires,
de même notre quintessence,
qui est supérieure à la
nature minérale, excite & met en
mouvement de végétation le feu
naturel de la nature minérale, son
inférieure. Nam creator altissimus,
creavit tres mineras inter mineralia
est una, silicet solis & lunae inter
vegetabilia est vitis, inter animalia
est apis. Ce sont de ces minières
que nous tirons les vrais
arcanes, qui ont correspondance
entre eux: mais il doit y avoir un
milieu entre le feu végétal & le
minéral. Cela ne regarde point
notre oeuvre.
Tous les esprits se fixent avec la chaux de leurs espèces.

@

d'une Médecine universelle 111 --------------------------------

C H A P I T R E VII.
DES SELS FIXE ET VOLATIL.

Q Uand on a tiré les huiles jaune & noire par la cornue, de la manière que nous l'avons
enseigné dans le Chapitre
précédent, il reste une terre noire
& sèche qu'il faut calciner dans un
creuset, non pas si violemment
qu'il s'en puisse faire une vitrification;
car le sel est le principe de
toute liquation: c'est pourquoi le
creuset sera couvert d'une tuile,
avec un petit trou au milieu seulement,
pour donner de l'air: en
sorte que s'il y a encore quelque
petite portion de sel volatil caché
dans les cendres, il ait lieu de
s'attacher aux côtés du creuset,
d'où on le pourra retirer en le levant
avec du flegme du même
mixte, & qu'il soit ainsi séparé de
sa terre: ensuite on en fera évaporer

@

112 Révélations Cabalistiques

le flegme après l'avoir filtré.
Puis on le joindra avec l'un des deux principes, avec lequel il deviendra
tout volatil: on essayera
de le sublimer seul à part.
A l'égard du sel fixe, vous prendrez votre terre noire; étant mise
en poudre, vous la délayerez avec
du flegme du même mixte, & la
laisserez vingt-quatre heures au
bain-marie presque bouillant: ensuite
filtrerez coagulerez jusqu'à
pellicule, faisant évaporer jusqu'à
cristallisation, & en séparerez les
fèces qui resteront sur le filtre,
que vous mettrez de côté, pour
les calciner & recommencer à dissoudre,
filtrer, coaguler le sel encore
avec le flegme du mixte, tant
que tout le sel sera séparé de la terre,
& qu'il ne restera aucune fèce
sur le filtre; & lorsque votre sel
sera dissout dans son flegme sans
résidence, il sera comme de l'eau
claire & pure transparente: finalement,
on le fera évaporer. Il

@

d'une Médecine universelle 113
sera propre à joindre avec les
éléments supérieurs.
Le flegme après cela qui aura servi à ces dissolutions de sel, doit
être rectifié sur une terre végétable
vierge & *exanimée: ensuite on
distillera ce flegme au bain-marie,
qui redeviendra propre à pareilles
opérations.
Vous remarquerez qu'après avoir mis votre terre sur une chaleur
de bain, & que vous l'aurez filtrée,
il faut prendre ce qui restera
sur le filtre, & le calciner derechef
comme vous avez fait la première
fois, réitérer cela jusqu'à
ce que vous retiriez votre flegme
insipide de dessus votre terre.
On a dit que le sel fixe bien dépuré doit être employé à la distillation
de l'esprit éthéré, pour en
retenir le flegme, lequel sans cela
monte toujours avec l'esprit.
Il faut observer que la terre *exanimée ou dépouillée de son sel,
ne sera point employée pour la

##Note :*exanimée: privée de vie, morte.
#

@

114 Révélations Cabalistiques

matière éthérée, d'autant qu'elle
n'est point son *rétinacle, mais
bien le sel fixe fort dépuré.
Il faut donc regarder cette terre comme un aimant particulier de
son règne: à la différence du général,
qui doit être tiré des trois
règnes.
Le sel fixe chez les Chimistes est appelé or, parce qu'il est d'une
nature sulfureuse.
Ce sel fixe sert à fermenter avec l'acide & l'huile, comme il a été
dit aux Chapitres précédents.
Quand le sel de tartre a contracté quelque oléaginosité après
avoir été avec l'huile éthérée,
pour la lui ôter on met ce sel à la
cornue à feu plus fort au bain de
sable.
Les sels fixes en général deviennent volatils en les dépouillant
de leurs parties terrestres par
exemple, faites une forte lessive de
sel de tartre bien dépuré, versez
dessus, par partie, de l'esprit de

##Note :*rétinacle: recipient, matrice.
#

@

d'une Médecine universelle 115
sel, au point que la liqueur ne
fermente plus, & soit saoulée de
cet esprit; que si vous y prenez garde,
vous verrez la terre se précipiter
du sel de tartre: alors filtrez la
liqueur qui surnagera, faites la
évaporer & cristalliser, broyez-la
dans un mortier de marbre avec
autant de sel de tartre; il montera
un sel volatil huileux. Cela se
peut faire mieux avec notre esprit
de vinaigre.
Schrodere méprise la calcination du tartre jusqu'à la chaleur
azurée, tant parce qu'il se fait, à ce
qu'il prétend, une trop grande dissipation
des esprits, que parce
qu'il reste seulement la partie terrestre
du mixte.
A quoi on peut répondre, qu'il ne reste point de terre au sel bien
dépuré; que s'il y en avait, il s'en
suivrait une vitrification.
D'ailleurs ces corpuscules de feu, qu'il suppose internes dans la matière,
n'y demeurent pas, mais

@

116 Révélations Cabalistiques

donnent un arrangement aux parties
du sel de tartre, qui deviennent
ignées & élémentaires.
Nous avons dit que les acides rectifiés étant joints avec le sel
fixe dépuré, s'unissent très étroitement
ensemble, & forment
après une longue digestion à l'athanor,
un sel volatil, qui n'est
rien autre chose qu'une combinaison
du fixe & du volatil.
Le sel fixe avec l'esprit mercuriel élémentaire, sont deux voisins qui
symbolisent, & de leur union procède
notre sel nitre ou ammoniac,
qui étant un alcali volatilisé par
digestions & sublimations, le poids
du volatil en portant celui du
fixe, donne un milieu de conjonction
qui unit l'âme, c'est-à-dire,
l'huile éthérée ou sulfureuse,
avec le corps, qui est le sel fixe, &
de ces trois, par digestions, se fait
le trin salin sulfureux mercuriel,
qui est la clef de notre oeuvre.
Le sel fixe qui a servi à la dépuration
@

d'une Médecine universelle 117
de l'esprit éthéré, doit être
recalciné & purifié à chaque rectification
de cet esprit.
Le sel principe élémentaire dans le mixte, est fixe de sa nature,
tout sel qui est ou se trouve volatil,
n'est pas simple ni élémentaire,
mais il n'est volatil qu'à cause
qu'il y a du mercure ou esprit acide
mêlé avec lui: de sorte qu'on
en peut faire la séparation si on retient
ce qui est salin par addition
d'un sel fixe homogène en
quantité suffisante avec le sel volatil,
que le vulgaire appelle sel ammoniac,
d'où on remarquera la
grande affinité du mercure acide,
& du sel principe fixe, dont se fait
une mixtion moyenne en forme de
sel volatil ammoniac, après une
due décoction & fermentation.
Et il n'y a que ce mercure seul, bien dépuré & rectifié, capable
d'entrer dans le centre du sel fixe,
de le fermenter, atténuer; & par
ce moyen, le séparer & délivrer

@

118 Révélations Cabalistiques

entièrement de la terre principe
de corruption & *hébétation de
l'action du dit sel, qui se sublime
hors de sa terre après cette décoction
& fermentation, & pour lors
elle est capable de reprendre son
âme, qui est dans l'huile éthérée
purifiée.
Dans la première distillation de la résidence huileuse ou marc du
vinaigre, il montera quelques parties
de sel volatil au col de la cornue,
qu'il faudra séparer, & mettre
avec l'un des deux vinaigres.
Le sel volatil n'est rien autre chose qu'une portion d'esprit mercuriel,
qui enlève une partie du
sel fixe.
Le sel fixe est le dernier feu, appelé fixe parce qu'il dissout la terre,
& la rend fixe en la vitrifiant.
Il ne faut pas oublier les fèces du vin blanc, pour avoir dans la
suite du sel volatil, dont on aura
besoin pour *acuer notre mercure
dans ses premiers *congrès avec le
sel fixe.

##Note :*hébétation: empêchement.
*acuer: rendre aigu, affiner.
*congrès: jonctions, coïts.
#

@

d'une Médecine universelle 119
Basile Valentin dit: Spiritus vini volatilia efficit, quia ipse volatilis
est, spiritus verò aceti figit minerales
& vegetabiles medicinas, ut res fixas
aggredi & fixos morbos sanare possint.
Schrodere dit que quelques-uns mêlent l'esprit de tartre cru avec
son sel fixe; d'où il s'ensuit une
grande effervescence, & par ce
moyen prétendent acquérir un esprit
volatil & pénétrant. Je dis
que c'est un abus d'espérer pouvoir
extraire une chose concentrée,
& l'extravertir des entrailles
de son mixte sans un long travail.
Ce que lui-même Schrodere reconnaît bien n'être pas possible;
car il dit au même endroit: Digestio
& rectificatio spiritus super sal
fixum, modus optimus videtur resuscitandi
sal volatile ejusdem, quoniam
sic sal tartari fixum attrahit
acidum olei quod ante à concentrabat
acidum in olei forma, quo concentrato
prodit sal volatile.
C'est un les meilleurs moyens,
@

120 Révélations Cabalistiques

dit-il, pour obtenir le sel volatil,
de se servir de la digestion & rectification
de l'esprit sur le sel
fixe, &c.
Je remarque que plusieurs Auteurs n'ont que des lambeaux &
des pièces mal rapportées, détachées
de notre oeuvre, & ne laissent
pas de les donner au Public
comme des ouvrages achevés.
Le sel volatil huileux de Sylvius était un sel & une huile rectifiés
des animaux conjoints philosophiquement,
& n'en a rien
laissé au Public.
Poleman a dit que le chemin que l'on tenait pour faire le sel de tartre
volatilisé, était celui qui conduisait
à l'alkaest. Nous n'avons
pas de peine à le reconnaître ici.
Au reste, le sel fixe de tartre doit être cristallin, & se résoudre
entièrement en eau élémentaire,
sans laisser aucune terrestréité:
Il est d'un goût très aigu piquant.
Ce sel en cet état n'est pourtant

@

d'une Médecine universelle 121
point encore rectifié entièrement,
pour en pouvoir faire l'union avec
l'esprit acide & l'huile; car nonobstant
toutes ces préparations, il
faut encore le sublimer: finalement,
ce sel doit être mis à l'athanor
au feu de sable tant qu'il devienne
rouge, & soit fixe; & cette
fixation étant faite, vous avez la
pierre végétal inséparable, que
l'on appelle lune quand elle est fixée
en blancheur dans un de vos
vaisseaux, & soleil quand elle est
fixée en rongeur dans un autre.

--------------------------------

C H A P I T R E VIII.
DE LA TERRE MIXTE & élémentaire.
D Ans le dernier Chapitre, nous avons traité des sels, tant fixes que volatils, de notre
sujet, & démontré comment il les
fallait extraire de la terre: il convient
présentement de parler de

@

122 Révélations Cabalistiques

cette terre, en reconnaître la nature
& l'essence, & distinguer ses
propriétés. Il semble qu'il y ait de
la contradiction, de vouloir faire
l'éloge de la terre, & trouver en
elle de l'utilité, après avoir fait
connaître la peine qu'elle donnait
aux Artistes, pour ainsi dire la
labourer. Oui, notre terre est une
terre précieuse, de telle manière
qu'on la prenne: si on la regarde
comme élémentée, nous la trouverons
pleine de richesse; car elle
renfermera en elle ces sels précieux
dont nous avons parlé; comme
aussi ces huiles qui contiennent
des vertus immenses, & un mercure
qui est le sucre de notre oeuvre,
le médiateur de tous nos éléments.
Si cette terre est considérée comme élément pur & simple, on ne
saurait exprimer combien elle a
de force pour achever de purifier
les principes qui en ont été séparés,
& les dégager entièrement

@

d'une Médecine universelle 123
de leurs crasses & superfluités.
De sorte que si Paracelse l'appelle morte & vive, quoi qu'il paraisse
implication, il n'y en a aucune; car
elle est vive quand elle contient
tous les principes actifs, avec lesquels
l'auteur de la nature lui a
donné l'être. Elle est morte quand
elle est dépouillée de ces mêmes
principes.
Mais elle renaît encore cette terre, toute dépouillée qu'elle est:
non-seulement quand on la ranime
de ses principes actifs, mais
aussi lors qu'on l'expose à l'air, duquel
elle reçoit une nouvelle vie,
en s'imprégnant de l'esprit universel;
Et je n'ai pas de peine à me
persuader que la laissant quelque
temps ainsi exposée à l'air, elle ne
rejette & ne puisse pousser, même
des plantes extraordinaires, étant
indéterminée pour le genre ou
pour l'espèce, en supposant cette
terre Vierge, & non ensemencée.
Revenons au lieu où nous la prenons,
@

124 Révélations Cabalistiques

c'est au fond d'un creuset,
d'où nous la tirons pour en obtenir
le sel, par lotions, filtrations &
évaporations, observant de dissoudre
ce sel dans le flegme propre
de son mixte, du moins aux
dernières extractions; car si on
veut se servir de l'eau de pluie distillée,
ce qui se peut au lieu de
flegme, on sera libre de le faire
pour les premières seulement.
Je dirai encore que toute terre est bonne à notre usage, pourvu
qu'elle provienne d'un végétable,
étant bien dépurée & dépouillée
de ses principes; que néanmoins
celle que l'on tire de notre sujet
sera toujours à préférer.
Or pour la rendre élémentaire, il ne suffit point de la calciner une
fois: il faut réitérer cette opération
avec du flegme, tant de fois
qu'elle ne manifeste au goût aucune
salure ni empyreume à l'odorat.
Quand on y met du flegme pour
l'imprégner, il faut que ce flegme

@

d'une Médecine universelle 125
surmonte la terre de deux
doigts en travers, puis on la met
en digestion au bain-marie vingt-
quatre heures: d'autres retiennent
cette terre en digestion à l'athanor
pendant vingt-quatre heures,
avant de la mettre avec son
flegme. Ut appetat vehementer
suum humidum. C'est ce que je
conseille de faire, puis le mettre
au bain-marie.
Lorsqu'on réanime cette terre de son huile grossière ou de son vinaigre,
pour lui faire retenir leurs
crasses, il ne faut pas trop la surcharger,
mais la rendre seulement
en consistance de bouillie claire.
Après qu'on a fait ce mélange
pour réanimer la terre, vous en
laisserez faire l'imprégnation à
l'athanor pendant vingt-quatre
heures, puis vous distillerez votre
matière; savoir, le vinaigre ou
acide mercuriel, au bain-marie, &
l'huile, au bain de sables ou de
cendres, suivant le nombre de fois

@

126 Révélations Cabalistiques

qu'elle aura été rectifiée & attendrie
auparavant; car dans toutes
les rectifications postérieures, il
faut toujours diminuer la chaleur
du feu.
Et non seulement la terre sert à purifier les principes acides & huileux,
mais elle est fort utile pour
dépurer le flegme; car en le distillant
sur la terre élémentaire acide,
sèche & bien *exanimée, elle
retient l'empyreume & les autres
mauvaises qualités dont ce flegme
est imprégné, & qui restent
dans la terre après la distillation
de ce flegme au bain-marie.
Et chaque fois après que la terre a retenu les parties excrémenteuses
du flegme, ou des autres principes,
il faut la purifier par nouvelle
calcination, lixiviation, lotion
& dessiccation, & la rendre à
nouvel état élémentaire, & même
il faut faire réverbérer cette terre
aux dernières opérations de notre
ouvrage.

##Note :*exanimée: privée de vie, morte.
#

@

d'une Médecine universelle 127
On peut aussi se servir à propos, comme nous avons dit ailleurs,
d'une poudre de tuile neuve rougie
au feu; mais il n'est bon de
l'employer qu'aux premières dépurations.
Il faut donc conclure que ce dernier & cinquième principe du
mixte, étant parvenu à l'état élémentaire,
ou de terre vierge, est
une substance réduite en consistance
friable, discontinue, blanche,
légère, de nulle odeur & saveur,
d'autant que ce principe, que
l'on nomme passif, n'entre point
dans notre oeuvre, non plus que le
flegme, qui n'y servent que d'intermèdes.

pict

Des Conjonctions & Quintessences.

P Our faire notre alkaest particulier, ou conjonction des trois principes, sel soufre & mercure,
comme on entend par sel le sel fixe:
par exemple, du tartre, par

@

128 Révélations Cabalistiques

son soufre, son huile éthérée &
grossière; & par son mercure, son
vinaigre ou esprit aigu, lequel se
tire de toutes choses ainsi acides:
en quoi on ne peut se tromper que
la partie acide est toujours l'esprit
mercuriel: desquels trois principes,
l'union ne se peut faire qu'après,
que chacun à part, ils ont été
très bien purifiés & séparés de
leurs chaînes, qui sont le flegme
& la terre; & lors qu'une fois ils
sont conjoints après avoir été ainsi
parfaitement dépurés de leurs
principes passifs, ils demeurent inséparables,
quacumque arte, ils dissolvent
toutes choses, & ne peuvent
être dissous. Ils ont ingrés
par tout, & ne peuvent être mêlés
ni altérées par aucune substance
étrangère.
Remarquez que quand l'empyreume des huiles grossières est tout
à fait ôtée par la rectification de
l'esprit acide sur icelle, réitérez
trois ou quatre fois, ou bien tant


@

d'une Médecine universelle 129
que l'empyreume se passe: après cela
la matière est prête pour la conjonction
avec l'huile éthérée, qui
peu à peu la sublime, l'enlève, &
n'en fait qu'une: ainsi de cinq substances
on en fait trois, de trois
deux, & de deux une.
Dans la conjonction, il faut prendre garde de ne point mettre trop
de l'un & trop de l'autre, ni trop
peu de l'un & de l'autre.
Il est bon de savoir que les trois principes volatils, qui sont le
flegme, l'esprit acide & les huiles,
en leur parfaite dépuration, doivent
être transparents, diaphanes,
& sans couleur: la couleur ne procédant
que du sel, lequel en sa dernière
dépuration est rouge après
sa réverbération, ne laissant plus
aucune fèce terrestre après plusieurs
différentes solutions, calcinations,
filtrations & coagulations
réitérées, ce qui est ennuyeux, cependant
nécessaire avant de venir
à la conjonction du sel avec le


@

130 Révélations Cabalistiques

mercure acide, d'où viennent ensuite
la décoction, les couleurs
noire, grise & blanche, après quoi
suit la rouge par plus ample digestion,
& conjonction de l'âme ou
esprit éthéré.
On ne peut jamais parvenir à unir le corps avec l'âme sans l'esprit
acide, & par une vraie solution
& sublimation du corps, laquelle
union se fait en la seconde génération,
& ne se forme que des
principes purs.
Le vulgaire des Philosophes, ou les Chimistes de la basse classe, ont
beau cohober l'huile éthérée sur son sel, pour le dissoudre & volatiliser,
tout ce que l'huile peut faire
dans ces cohobations & digestions,
n'est que d'attirer quelque
peu de sulfuréités fixes mêlées
dans le sel, & d'y laisser en sa place
quelque peu de flegme, que le sel
retient par sa siccité, pour se liquéfier,
avec lequel flegme il se fait
aussi un dépôt sur ce sel, de quelques

@

d'une Médecine universelle 131
crasses acides, ou autres atomes
impurs qui étaient contenus
dans l'esprit éthéré, & ensuite le
feu externe est employé pour séparer
le flegme par la calcination,
solution, filtration & coagulation,
qui rétablissent le sel dans sa pureté.
C'est un travail important & bien avancé, que de réduire à
deux toutes les parties supérieures,
qui sont l'oléaginité spirituelle
& la suprême acidité sans flegme;
l'une est à peu près aussi longue &
difficile que l'autre. Cette acidité
*pontique & vitriolique est le plus
pesant de tous les éléments ou principes
du mixte; c'est le vrai mercure
ou vinaigre radical, dont il est
parlé ci-devant comme d'un principe
acide & pesant, que l'esprit
même du vitriol bien rectifié ne
s'acquiert que comme l'esprit de
vinaigre, par la concentration d'icelui
sur le sel de tartre bien dépuré
& séché, lequel attire l'acidité

##Note :*pontique: aiguë, forte ???.
#

@

132 Révélations Cabalistiques

de l'esprit, qu'on digère avec
lui tant qu'il s'en soit entièrement
saoulé, après plusieurs cohobations
& distillations, par lesquelles on
retire le flegme de l'esprit: lequel
esprit se joint avec le sel, & cela se
réitère tant que le sel ne retienne
plus rien de l'acide; & qu'il sorte
en la distillation aussi acide que
quand on l'y a mis.
Cela fait, on met le sel de tartre ainsi imprégné dans la cornue de
terre de Beauvais non vernissée, &
on passe l'esprit dans le récipient
à feu de réverbère; quelques-uns
mêlent ledit sel imprégné d'acidité
avec de l'argile, afin de mieux
séparer l'esprit; mais cette addition
ne me plaît point; car outre
qu'elle peut retenir beaucoup
d'esprits, c'est qu'elle peut les infecter.
Or cette séparation étant faite du vrai esprit acide, on le rectifie
une fois ou deux, & pour lors il
dissout radicalement son corps ou

@

d'une Médecine universelle 133
sel fixe, & se joint inséparablement
avec lui, par digestions physiques, à
l'athanor; c'est le fondement de
la dernière opération avec l'huile,
qui se joint aussi inséparablement
avec ces deux à peu près de même
manière.
Balduinus, dans un petit Traité hermétique, de Auro aurae, qui est
fort curieux, enseigne une manière
de calciner le sel de tartre à un feu
très violent, & le réduire en peu
de temps à l'état élémentaire, lui
faisant prendre la couleur azurée,
puis verte, & finalement rouge,
mais dont la réduction se fait de
deux livres à trois onces, par un
feu violent.
Vanhelmont, Liv. de Duelech, parlant du sel contenu dans l'esprit
de vin, dit qu'étant rectifié
avec le sel de tartre, ce sel n'en
retient qu'à peine une demi-once
d'une livre. Il faut ici entendre
l'esprit acide du vin qui se concentre
dans le sel, qui est le *rétinacle

##Note :*rétinacle: recipient, matrice.
#

@

134 Révélations Cabalistiques

de l'acide, & duquel se forme
l'esprit moyen, ou le sel ammoniac
des Philosophes.
Pour revenir à Balduinus, il se déclare entièrement pour le nitre,
dont il forme son alkaest, duquel
il tire aussi un phosphore lumineux,
un Balsancus mundi, & d'autres
fort bons remèdes; mais ce qui est
assez singulier, il dit qu'il entretient
& fait voir à un chacun, tous
les ans pendant le plus fort de l'hiver,
un jardin dans une chambre
rempli de toutes sortes de plantes
verdoyantes, portant fleurs odorantes
comme les plus belles du
printemps. Il fait voir aussi un thermomètre
qu'il a construit de son
sang, réduit en quintessence, dont
tous les changements combinaient
& s'accordaient avec les divers
degrés de santé, & les différentes
dispositions qu'il ressentait en lui-
même, prédisant aussi que lors
qu'il viendrait à mourir, cette essence
périrait. Je fais cette digression

@

d'une Médecine universelle 135
à l'occasion du sel de tartre,
que Balduinus a réduit, aussi bien
que le sel nitre, à l'état élémentaire.

pict

Théorie touchant notre Oeuvre.

Q Uoique je donne des notions, à ce qui me semble, assez aisées à comprendre, & des manipulations
faciles à exécuter, je ne
laisserai pas de mettre ici tout ce
qui me viendra en pensée pour
éclaircir plus amplement, & fortifier
les idées que l'on doit se former
avant de commencer cet
ouvrage.
Il faut avouer que la pratique dans la Chimie, est une partie absolument
nécessaire; mais il faut
aussi que le raisonnement vienne
au secours de l'Artiste, pour conduire
son entreprise à perfection.
C'est pour cela que les Philosophes disant que Chiron a été le
Maître & Précepteur de Jason &

@

136 Révélations Cabalistiques

que sans les forces d'Hercule, il
ne serait jamais parvenu à Colchos,
& n'aurait point remporté la
toison d'or pour récompense de
ses travaux.
Chiron est la pratique de la résolution des mixtes; les douze travaux
d'Hercule sont la vraie peinture
des opérations que l'Artiste
doit employer dans la dépuration
des principes essentiels; & enfin
Jason, qui est la théorie & la raison,
ayant trouvé les instruments
de la nature, c'est-à-dire, la matière
première, & la forme de ses règnes,
entre encore plus profondément
dans le labyrinthe.
Or après avoir dompté les taureaux, qui jetaient feu & flammes,
endormi le serpent par la fixation
de la substance mercurielle,
tué le minotaure de double nature,
il trouve enfin la toison d'or,
qui est le feu de nature fixe au centre
du labyrinthe, qu'il enlève &
remporte pour le prix de sa victoire.

@

d'une Médecine universelle 137
Et alors il a la science plus relevée que n'avait Médée, qu'il abandonne;
& revenant sur ses pas, conduit
par une lumière supérieure à
la raison, qui n'allait qu'à tâtons
en la voie de l'analyse, marche en
droiture, avec certitude à la composition
avec la toison d'or, qui est
le vrai & unique agent qui redonne
la vie aux morts, & rassemble
toutes les parties du corps mises
en pièces par la solution.
Toutes ces fables mystérieuses font bien voir la profondeur des
connaissances des Cabalistiques,
& en même temps l'erreur des Sophistes,
qui tirent l'eau insipide &
la terre morte, qui ne sont que les
accidents dans la vraie Philosophie,
qui a d'autres liqueurs secrètes,
& des autres terres que celles des
Sophistes. Cette terre, ou nectar,
a été trouvé par les Adeptes, qui
en ont fait leurs principes spirituels
immortels séparés de tous
accidents corruptibles.

@

138 Révélations Cabalistiques

C'est dans ces antres souterrains que les anciens Egyptiens ont
trouvés de quoi à composer leurs
lampes perpétuelles, leur alun
plumeux, lequel sert de mèche
au feu immortel du soufre fixe,
où l'huile incombustible & inévaporable
vient circulairement l'arroser
& entretenir ce feu des Vestales,
ce feu vivant & secret, qui
ne brûle pas les mains de ceux qui
le touchent: C'est le feu de notre
soleil philosophique concentré,
qui ne peut être allumé que par
les rayons de notre soleil volatil,
qui vivifie tout, & répare tous les
défauts & maladies de ses enfants.
Mais laissons là ces allégories. Je suis surpris que Galien ait chancelé
dans son sentiment touchant
la qualité du vinaigre, le disant
tantôt chaud, tantôt froid. Les
Chimistes auraient pu l'instruire
par la résolution qu'ils en font;
c'est-à-dire, que quand le flegme
prédomine dans le vinaigre, &

@

d'une Médecine universelle 139
qu'il n'a point encore été analysé,
il est véritablement froid: mais
lorsqu'il est réduit en sel, en huile
& en esprit, toue cela est chaud,
pour parler le langage de l'ancienne
Médecine. Voilà la solution
de la difficulté de Galien, sans
parcourir le monde, comme il disait
qu'il le ferait volontiers pour
l'apprendre.
Le mercure ou esprit acide qui représente le coulant, mis sur le
feu, monte ordinairement le premier
en la distillation, quelquefois
en petite quantité, & notamment
lorsque l'esprit a peu d'esprit,
& est compact; mais si le mixte
abonde en esprit, alors le mercure
monte abondamment par un feu
médiocre, comme il se voit en la
distillation du vinaigre, qui étant
fort acide, l'esprit sort aisément
avec le flegme.
Il faut observer qu'aux liqueurs fort acides, le flegme sort le premier
avec une partie d'esprit acide;

@

140 Révélations Cabalistiques

mais aux liqueurs auxquelles
l'huile ou la quintessence abonde,
nous voyons le contraire, parce
que la quintessence inflammable
s'élève la première, comme l'huile
éthérée: sur quoi vous pouvez inférer
que le mercure s'élevant
avec le flegme le premier, il est le
plus extrinsèque & moins radical
des éléments, excepté le flegme.
Mais à cela, on vous dira que quelquefois ce qui est le plus radical
dans la composition, sort le
premier dans la résolution: non pas
à cause de sa nature, mais suivant sa
consistance. J'appelle le plus radical
ce qui est employé le premier
par la forme universelle, pour jeter
le premier fondement des éléments,
qui est le premier en ordre,
à cause des autres éléments, comme
étant leur *participé, car sans l'humidité
coulante du mercure, rien
ne germerait ni coulerait, rien ne
se mêlerait en particulier; car tous
les autres éléments coulent par

##Note :*participé: sujet.
#

@

d'une Médecine universelle 141
participation du mercure, qui
est le premier coulant.
Et cette prérogative étant due au mercure, il sort le premier dans
la résolution, afin d'abandonner
le mixte à la corruption, se retirant
voilé d'un corps éthéré, qui
tient le caractère de tous les autres
éléments; & c'est le schamaïn, qui
en une eau ignée, ou feu aqueux;
car sous ce nom, toutes les facultés
des éléments sont comprises;
savoir, le fixe & le volatil: sous
le fixe il y a le feu, la terre & le
sel; & sous le volatil il y a le
soufre & l'eau.
J'ai dit voilé, parce que les premières formes, qui sont le mercure,
le feu & l'air, ne se montrent
jamais à nous (étant incorporées)
qu'à travers des corps, & la nature
des corps, à travers lesquels nous
les voyons, nous découvre suffisamment
s'ils sont les *participés ou
participants d'une première forme.
Si *participés, alors cette forme
##Note :*participés: sujets.
#

@

142 Révélations Cabalistiques

se voile du sel, comme d'un sel fixe
& d'eau, comme d'un volatil participant
de sa première forme, de
telle nature est le vinaigre de tous
les esprits acides.
Mais si quelqu'un me demande, en passant, que je lui montre cette
première forme, ce mercure ou
esprit chimique, je lui demanderai,
par échange, qu'il me montre
le feu & l'air des Philosophes vulgaires.
Si donc des quatre éléments
sensibles & corporels, ils ne me
sauraient montrer que la terre &
l'eau (encore assez malaisément)
pourquoi avec le sel & le soufre
corporels, refusent-ils d'admettre
un troisième incorporel &
chimique, qui est le mercure?
Que si les formes participantes de cette matière première, comme
est le feu & l'air, se voilent d'un
fixe seulement, comme le feu, qui
se voile de sel & d'arène seulement,
& non pas de sel & de l'huile
ensemble; car le sel & le soufre

@

d'une Médecine universelle 143
ensemble sont incompatibles au
feu, puisque le feu étant fixe, il
chasse le soufre volatil & l'air, &
retient le sel, & l'air, qui est un
germe du feu, le reçoit & joint à
l'eau, comme le feu reçoit le sel &
le joint à l'arène.
Il en est ainsi des huiles fermentées; car le feu se voile de cette huile
rectifiée, & la fait sortir la première
lors que les mixtes en abondent.
Que si vous blâmez cette multiplication des éléments, parce qu'elle
vous paraîtra sans nécessité,
je réponds que la nécessité est si
grande, que sans ce nombre septénaire
des éléments, vous ne sauriez
expliquer ni réduire à un ordre
multiforme, la multiplicité de
la nature uniforme, & vous ne
sauriez réduire ni le soufre ni le
sel à aucun des éléments vulgaires;
car ils ne se résolvent qu'en eux-
mêmes, & sont purement corps
simples, aussi bien que leur terre &
leur eau.

@

144 Révélations Cabalistiques

C'est pourquoi, comme ces êtres ne se peuvent expliquer dans la
simplicité, il faut mieux les réduire
à une multitude conforme à
leur nature, plutôt que d'abandonner
leurs essences, comme vides
& inexplicables dans la nature.
L'huile & l'eau élémentaires s'évaporent peu à peu par la chaleur
& activité de l'air, qui enlève leurs
parties humides, & les réduisent à
sécheresse; mais il n'en est pas de
même de notre esprit acide, qui
étant exposé à l'air, au lieu de se volatiliser,
a la vertu d'attirer de
l'air quantité de parties humides,
qui viennent se corporifier avec
lui, & augmenter son volume, en se
joignant à sa propre substance: par
exemple, que l'on emplisse une
fiole de notre esprit acide épuré,
que l'on mette cette fiole dans un
plat de terre, on trouvera au
bout de quelque temps presque autant
de liqueur dedans le plat que
dans la fiole découverte & débouchée,

@

d'une Médecine universelle 145
qui sera néanmoins toute
pleine. Il est vrai que cet acide ne
sera plus si pur, à cause du mélange
de ses parties avec celles qui
sont vaporeuses & humides de
l'air; & pour expliquer ce phénomène,
ne pourrait-on pas dire que
les esprits acides & élémentaires
contenus dans la fiole, ayant été
privés, par l'art, d'une humidité
abondante, qui les accompagnait
naturellement, cherchent à la reprendre?
Et d'autant que ces esprits
acides sont plus pesants que les
parties vaporeuses & humides de
l'air, il me paraît que c'est la raison
pour laquelle celles-ci se condensent,
& sont retenues avec le vinaigre
dépuré, duquel ensuite on
peut les séparer au bain-marie à
petite chaleur: en sorte que ces
vapeurs aqueuses ayant été distillées,
il restera au fond de l'alambic
pareille quantité d'esprits qu'il
y en avait auparavant dans la fiole,
avant qu'elle ait été exposée à

@

146 Révélations Cabalistiques

l'air, ce qui prouve que l'acide,
comme plus pesant, attire l'humidité
de l'air, dont il est avide, &
cette même avidité qui se rencontre
dans l'esprit éthéré, fait que
celui-ci va chercher son humidité
dans l'air en s'évaporant.
L'huile est un principe inflammable, & se brûle entièrement sans
résidence.
L'esprit est tout acide, la plus pénétrante substance de tout le
corps dont elle est extraite: on
l'appelle esprit par excellence; &
les Philosophes, aura, qui est une
substance fort tenue & subtile,
qui meut toute chose.
Sans lui aucune fermentation ne se peut faire, vu que c'est lui qui,
agissant sur le sel du mixte, ou autre
ajouté, fait une ébullition qui
atténue les parties différentes du
mixte: de sorte qu'après cela, elles
se séparent aisément, ce qui ne
pourrait se faire sans fermentation.
Nous voyons de plus, qu'après
@

d'une Médecine universelle 147
l'exacte dépuration des dits éléments,
la séparation des uns d'avec
les autres, étant rendus élémentaires,
cet esprit acide se mêle
avec tous en particulier, ce que ne
peut pas faire l'huile éthérée, laquelle
ne peut se joindre avec le
sel sans l'aide de l'esprit, ni avec
la terre, que grossièrement; mais
ledit esprit la fermente en un moment
avec ébullition.
Pour prouver plus amplement sa pénétration & vivacité, non,
seulement il s'insinue dans les
principes de son règne, mais il pénètre
encore dans les animaux,
fossiles & métaux, même dans l'or,
qui ne se peut ouvrir & corroder
par choses hétérogènes, que par
cet esprit. Les sels élémentaires
ne se peuvent promptement élever
que par son moyen.
Il ne faut pas s'étonner si après la fermentation, les matières
changent de disposition: en sorte
que le sel & la terre, de fixes qu'ils

@

148 Révélations Cabalistiques

sont deviennent volatils, non
point par la violence du feu, qui
serait plus capable de les fixer encore
davantage; mais par l'intervention
& le moyen de l'esprit
acide fermentatif, il les divise
en petites parties, & se joint avec
eux si essentiellement, qu'il y est
comme collé; & d'autant qu'il est
volatil de sa nature, après avoir
enchaîné ces éléments fixes, il les
enlève, & les rend pareillement
volatils, après avoir contracté
avec eux une forte union.
Et lorsque l'Artiste, ou le vrai Physicien, veut entreprendre de
les fixer encore une fois ensemble,
après qu'ils ont été sublimés ensemble,
il emploie les moyens incontestables
de la Philosophie
hermétique, qui nous enseignent
que si le volatil, c'est à savoir
cet esprit acide, surmonte le fixe en
quantité, ce qui ne se peut faire
que par la fermentation, il l'élève
& l'emporte avec soi; mais si ledit

@

d'une Médecine universelle 149
esprit est trop faible, ou en trop
petite quantité, en comparaison
du corps fixe, il est retenu, moyennant
une due fermentation.
A l'occasion de cette maxime philosophique, que le volatil emporte
le fixe, & que le fixe après
cela se rend maître du volatil, &
l'emprisonne, ou le fixe à son tour,
c'est une chose déplorable de voir
des Charlatans qui prennent abusivement
du vif-argent; qu'ils appellent
esprit, & de l'or, qu'ils appellent
corps: Ils s'imaginent de les
pouvoir fermenter ensemble, tan-
dis qu'il n'y survient action ni réaction
de part ni d'autre; & lors qu'ils
ont volatilisé ledit or, par le
moyen de ce vif-argent, ils le fixent
derechef, & ainsi ledit argent vif
se convertit en or, à leur compte,
ou argent, suivant la matière métallique
qu'ils ont mêlée avec lui.
C'est une imposture digne du supplice.
Notre esprit acide a encore la
@

150 Révélations Cabalistiques

vertu de pénétrer les pierres, & de
les délivrer de leurs compactions,
pourvu qu'elles aient été ouvertes
auparavant par la calcination.
Il a aussi la force de les sublimer
en consistance sèche, ou de les
élever en vapeurs.
Il a aussi le pouvoir de sublimer les métaux; que si l'on objecte que
ce sont les sels volatils qui élèvent
les métaux, je réponds que
ces sels sont composés d'esprit
acide & de sel fixe, & que la volatilisation
des métaux procède de
l'esprit, puisque les sels principes
des dits métaux sont fixes de
leur nature, & ne se font volatils
que par la conjonction de l'esprit,
qui fait que la volatilisation, tant
des sels que des métaux, procède
de lui.
Cependant j'avoue qu'il ne dissout point les soufres crus & visqueux
des métaux, si par due fermentation
ils ne sont dépurés ou
atténués par légitime calcination,

@

d'une Médecine universelle 151
en quoi consiste l'un des plus
grands secrets de la métallique.
Il est vrai qu'il aime tous les corps mercuriels, tant crus que
cuits, purs ou impurs, & dissout les
purs avec leur soufre, ou plutôt
avec leur sel fixe, les impurs avec
leur soufre *aduste; & voulant
dissoudre les mercures coagulés
par les soufres visqueux des métaux
non mûrs, il ne le peut proprement,
s'ils ne sont calcinés par
art auparavant: autrement la
quantité de leur soufre cru empêche
la dissolution de leur mercure,
ce qui fait qu'il ne peut les
dissoudre comme les autres, mais
bien les calciner promptement.
Je passe outre, & dit plus, que l'esprit est un milieu entre l'huile
& le sel, comme un lien, pour les
enchaîner tous deux, & les joindre
quasi inséparablement; car il élève
le sel, qui auparavant la sublimation,
ne se peut joindre à l'huile
élémentaire; mais après que l'esprit

##Note :*aduste: brûlé.
#

@

152 Révélations Cabalistiques

a élevé le corps, qui est le sel,
il reprend aisément son âme, qui
est l'huile, & par ce moyen se fait
un corps quasi homogène fixe &
inséparable de ces trois, lesquels
ne se pouvaient unir inséparablement
avant la sublimation du
corps, à cause de la terre, second
principe de corruption, qui y était
mêlée, & qui empêchait l'union
indissoluble de l'âme & du corps,
qui est procurée par l'intervention
de cet esprit, lequel se mêle
promptement avec tous les principes.
Et parce que cet esprit est fort pondéreux, nous devons savoir
que les corps les plus pesants &
compacts, ont plus d'esprit & de
sel. Que si on objecte pourquoi
donc Saturne est plus pesant que
la Lune, je réponds que le mercure
de Saturne, quoi qu'il soit plus
aqueux que celui de la Lune, néanmoins
sa plus grande pesanteur
provient de son fort mélange avec

@

d'une Médecine universelle 153
son soufre visqueux, abondant en
sel & en esprit; au lieu que celui
de la Lune n'est si bien uni, parce
qu'outre son sel blanc & interne
fixe, elle a quantité de soufre externe,
plus terrestre que celui de
Saturne, quoique plus abondant,
& par conséquent qui a moins uni
& mélangé ses parties mercurielles.

pict

Observations sur les Huiles.
L Huile grossière & fétide dont nous avons tant parlé, demande que l'on change de vaisseaux
toutes les fois qu'on la rectifie, parce
que ces vaisseaux retiennent
une impression de mauvaise odeur;
& après avoir calciné la masse
restante en blancheur, on en fait
une lessive avec du flegme chauffé,
remuant le tout avec un bâton,
jusqu'à ce que l'eau paraisse salée
au goût, ce qui arrive ordinairement
en cinq ou six heures.

@

154 Révélations Cabalistiques

L'huile inflammable des mixtes se distingue d'avec les huiles, par défaillance,
en ce que celle-là est
vraiment inflammable, & celle-ci
n'est rien qu'un sel résout à l'humide:
car, Salia dissoluuntur aquis &
humido.
Quant aux huiles inflammables, on demande pourquoi les unes
flottent sur l'eau, les autres se mêlent
& s'incorporent, jusqu'aux
moindres atomes, avec l'eau?
Je répondrai que les huiles & choses inflammables, flottent sur
l'eau à cause des parties hétérogènes
qui les composent, ayant une
substance visqueuse, ou suie, en
elles qui les soutient sur l'eau, les
empêche de s'incorporer, & n'a
nulle ressemblance avec l'eau, ce
qui ne se trouverait pas si les sucs
dont ces huiles se tirent avaient
été fermentés.
Les huiles qui se mêlent jusqu'aux moindres atomes avec l'eau, sont,
par exemple, les huiles éthérées

@

d'une Médecine universelle 155
bien rectifiées de leur suie; celles
qui flottent sur l'eau, sont les huiles
grossières, qui sont entre mêlées
avec leur suie & autres hétérogénéités,
comme l'huile d'olive,
comme celle de navette, de colza,
les résines, les bitumes, & autres
par expression, de même que celles
qu'on extrait par distillations
fortes, par la retorte des choses
combustibles, lesquelles avant
leur rectification flottent sur l'eau.
Il faut donc dire que la fermentation étant une opération par laquelle
les choses crasses & visqueuses
sont rendues ténues par
la séparation qui se fait de cette
viscosité dans la digestion,
il s'ensuit que les huiles qui se
tirent des choses ci-dessus, flottent
toujours sur l'eau.
Mais il en arrive autrement quand on ne procède à la distillation
qu'après la fermentation,
c'est-à-dire, après la solution de
ces mixtes en leur propre menstrue:

@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.