Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.

@

Page

Réfer. : AL0207
Auteur : Anonyme. (Douzetemps?).
Titre : Hortulus Sacer.
S/titre : L'enclos sacré de la fleur Hermétique.

Editeur : Editions de "PSYCHE". Paris.
Date éd. : 1952 .




**** A T T E N T I O N ****

Ce document étant sujet à droits d'auteur, n'est composé que du début, et des tables éven-
tuelles. Reportez-vous aux références ci-dessus
pour vous le procurer.

**** A T T E N T I O N ****



@




HORTULUS SACER
@




Cet ouvrage a été tiré à 500 exemplaires numérotés de 1 à 500.
Exemplaire N° 124


Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays.
Copyright 1952, by « Psyché », Paris.
@




H O R T U L U S S A C E R -------
L'ENCLOS SACRE DE LA FLEUR HERMETIQUE
pict
E SPINIS DECERPE ROSAM
PARIS Editions de " PSYCHE ", 7, Rue Séguier - (VI.) 1952
@
@




INTRODUCTION ---
L'Hortulus Sacer est un recueil de poèmes latins, insérés à la suite de certaines éditions du livre « Le
Mystère de la Croix de Jésus-Christ et de ses
Membres » par un « Disciple de la Croix de Jésus »
dont l'anonymat cacherait la personnalité d'un
hermétiste chrétien du nom de Douzetemps ou
Dauzedan. L'ouvrage est dit avoir été écrit dans la
solitude de Sonnenstein, à la suite d'un emprisonnement
immérité, et achevé le 12 août 1732. Je remarquerai
simplement que, comme nombre d'hermétistes,
l'auteur écrit ou est censé écrire en captivité. Tel est
le cas, par exemple, pour celui de « La Très Sainte
Trinosophie " dont le texte a été reproduit dans un
numéro du « Voile d'Isis », consacré à l'Hermétisme,
en 1932. Et j'ajouterai que le nom même de la ville
de Sonnenstein, « La Pierre du Soleil » laisse un
doute sur la réalité du fait, ou, tout au moins, sur le
lieu géographique réel indiqué dans l'ouvrage, encore
que l'on ait pris soin de l'orner d'une gravure représentant
cette ville.
Quoique l'attribution des poèmes à Douzetemps ait été contestée, leur style, leur teneur, leurs allusions
m'ont ancré dans l'opinion contraire. Ces
poèmes développent, avec une rare maîtrise l'essentiel
de la Doctrine, et situent d'importants jalons du
procès hermétique, tant spirituel que physique.

@

On a conservé le texte latin, en face de la traduction qui suit de très près celle de A. Couture,
obligeamment communiquée par M. P. Chacornac,
traduction dont on ne s'est guère écarté sauf pour
certains passages d'interprétation délicate où l'on a
préféré se ranger aux suggestions d'un hermétiste
particulièrement qualifié. Le lecteur pourra toujours
se reporter au texte archétype, ce qui est un des
deux motifs pour lesquels nous l'avons reproduit.
Le second de ces motifs c'est que l'auteur use, ici et
là, de figures et de procédés qui nous le montrent
familiarisé avec la Qabbale, et laisse soupçonner
une cryptographie qui est bien dans la manière de
celui qui, dans le titre de son livre, fixe la date de
1732 sous la forme originale suivante:

Chara CrVX, Mlhl DVX.
Douzetemps nous invite d'ailleurs à le relire plutôt deux fois qu'une, tant dans sa Préface (Lettre à
Théophile) où il ne fait pas mystère qu'il y a « des
endroits fort magiques et qui demandent des hommes
d'une bonne trempe pour les bien comprendre », que
dans sa Conclusion: « Comme vous y aurez peut-
être trouvé quelques endroits qui ne sont point assez
déduits, ni éclaircis, vous y suppléerez par la pénétration
de votre jugement, et par une méditation et
lecture réitérées: car il y a de certaines choses qui
ne se laissent point éclaircir à fond, à cause qu'on
ne connaît point tous les lecteurs; de peur qu'on
ne jette les perles devant les animaux immondes, et
qu'on n'en soit foulé aux pieds. »

@

Traitant alternativement -- et parfois simultanément -- de l'oeuvre spirituel et de l'oeuvre minéral,
en hermétiste complet, Douzetemps nous redit avec
tous les Maîtres que celui qui n'a pas purifié ses
propres métaux intérieurs et croit pouvoir entreprendre
les travaux de l'oeuvre sans le concours du Ciel
s'engage à l'étourdie dans un labyrinthe dont il
risque fort de ne jamais voir l'issue.
C'est ici le lieu de répéter l'avertissement des Noces Chymiques:
« Que celui qui est trop léger s'abstienne ».
A. SAVORET.
@
@
@




ENCLOS SACRE D'UNE FLEUR
VARIANT
DE COLORIS ET DE PARFUM

Par quoi l'âme accède des choses terrestres aux célestes, des corporelles aux spirituelles. ---------

Au Lecteur
Si tu lis mes vers d'un coeur froid, mes vers seront froids à ton coeur. Mais si c'est d'un coeur aimant,
tu brûleras du même feu qui embrase ma muse et
me consume d'Amour.

@




HORTULUS SACER
VARII
FLORIS, COLORIS ODORIS;

Quo animus salit A terrenis ad Coelestia, A corporeis ad Spiritualia. ---------

Ad Lecturum.
Haec mea metra legens, tuleris si frigidulum cor:
Cordi frigebunt haec mea metra tuo. Si vero cor amans: ardebis, ab igne calebis,
Quo mea musa calet, quo meus ardet Amor.
@

-- 14 --
I
L'Oiseau dans la Cage
Le Seigneur prend soin de l'oiseau dans la cage; en retour, l'oiseau apprécie et chante les dons du
Seigneur.


II
La Pierre transmutatrice
Conduis-moi à la Pierre du Soleil, ô vierge Sophia, puisqu'en effet tu as coutume de te jouer avec tes
disciples. D'aucuns cherchent la Pierre à la manière
des sophistes. Pour moi, tu es la Pierre Lunifique
et Solifique. Ta céleste chair est la Pierre Lunifique,
et ton sang, ô Sophia, est la Pierre Solifique: la
blanche et la rouge. Tu changes la mort en vie, la
peine en joie, les ténèbres en lumière, tous les maux
en biens, et la guerre en paix: tu compenses le
labeur par le repos, l'affliction par la joie: ô, Pierre
admirable par le feu!


III
Le Christ renaissant
O Christ, je célébrerai ta gloire, tes hauts faits, tes mérites; et j'honorerai les bienfaisants effets
de ta vertu. Voici: Le Dragon gît, inanimé! Tu
triomphes de la mort: tes ennemis menaçants
tombent devant ton sceptre; les Lémures sont

@

-- 15 --
I
Avis in Cavea
Curat avem in caveâ Dominus; Dominique vicissim
In caveâ curat, donaque cantat avis.

II
Lapis Transmutans
Ad Lapidem Solis, me ducis, virgo Sophia:
Si cum discipulis ludere nempe soles: Exquirant alii Lapidem pro more Sophorum:
Tu mihi Lunificus, solificusque Lapis. Caelestis caro, Lunificus; Sanguisque Sophia
Solificus Lapis est: candidus atque ruber. In vitam, mortem mutas: in gaudia, luctus:
In lucem, tenebras: in bona, cuncta mala: Et bellum in pacem; pensasque quiete laborem,
Laetitia, planctum. Mirus ab igne Lapis!

III
Christus Renascens
Christe, tuum celebrabo decus, magnalia, laudes:
Virtutisque colam gesta benigna tuae. Ecce! Draco jacet exanimis! de morte triumphas:
Hostilesque cadunt, ad tua sceptra, minae: Coguntur Lemures patrias remeare sub umbras:

@

-- 16 --
contraintes de retourner au ténébreux empire lorsqu'une
étincelle de ta Lumière est faite chair. Né
d'une semence incorruptible, le Fils de l'Amour veut
habiter dans une humble demeure. Viens dans nos
bras, ô le meilleur des Hôtes! Ranime-moi de tes
flammes, aimable Sauveur! Liquéfie mon coeur,
rénove mon âme et purifie mon esprit, afin que tu
puisses dire de moi: voici le nouvel homme! -- un
nouvel homme passant, par ta vertu, de la mort à
la vie; un nouvel homme, par le Don d'En-haut! --
O Amour, que tes feux sacrés repoussent les feux
défendus! Que notre étincelle brûle d'un feu pur!
Ravis-moi: Que je sois ton bien propre, et cela de
droit paternel! Vois! j'agis librement en m'abandonnant
à ta juridiction. Simplifie-moi, purifie-moi,
sanctifie-moi, car la candeur, la droiture et la
simplicité t'agréent. Que nulle amante ne me sépare
jamais de ton amour. Que la foi sainte et l'Amour
resserrent nos liens.
Que je sois à toi, sois à moi! A toi je me donne, me voue et me soumets; donne-toi pareillement à
moi: que je sois tien, que tu sois mien!


IV
Colombe solitaire
N'est-il pas triste d'entendre les plaintes pitoyables de la Colombe: Sans toi, chaste, elle gémit! Sans
toi, accablée de douleur, elle périt!

...................................................

@



APPENDICE -------
EXTRAITS DU CHAPITRE XIII DU LIVRE LE MYSTERE DE LA CROIX pour l'intelligence du poème LIII Triplex Medicina, non Vulgaris -------
C'est le soleil qui donne à toutes choses l'âme et
l'esprit de quinte-essence, qui anime et vivifie tout:
et c'est la lune qui leur donne le corps et l'humidité,
qui résiste à tout; du soleil vient la chaleur naturelle,
de la lune l'humide radical, permanent et conservant
le feu du soleil. Ces deux luminaires agissant
de concert doivent produire un fruit ou enfant qui
soit digne d'une si grande parenté. C'est le premier
de tous les sels, ou le premier être des sels: je le
nommerai après de son propre nom, connu de tout
le monde; mais que chacun prenne garde à soi; car
tout faible et petit oiseau qu'il est dans son origine,
il devient un terrible dragon...
Grand fléau de tout le genre humain, mais aussi
sa grande médecine, s'il tombe en des mains intelligentes
et industrieuses. Les sages, qui l'ont connu,
l'ont aussi honoré par des noms et des titres magnifiques,
l'appelant le fils du soleil et de la lune, l'aîné

@

-- 84 --
de la Sagesse créée, Iliastre salin, Lumière d'intelligence,
Limbe angélique. Si vous réfléchissez bien
sur son origine, dont nous avons dit quelque chose
de fort particulier, vous connaîtrez la raison et la
vérité de ces noms, et surtout celui de limbe angélique.
Je ne crois point, après ce que je viens de
dire, d'être obligé de tenir parole et d'accomplir
ma promesse, en le nommant par son nom propre;
car par ma description vous touchez au doigt, que
c'est le salpêtre, ou nitre de nature céleste et terrestre,
mais comme il y en a de plusieurs sortes, je
vous en laisse le choix libre.
Le grand mystère de ce sel des sels consiste dans
la croix: les anciens sages ont été des trompeurs
envieux, quand il ne lui ont donné qu'une origine
céleste, en le dépeignant par un cercle et une ligne
perpendiculaire image, car il renferme aussi la ligne
diamétrale, dont ils ont marqué le sel image: de sorte
que ces deux figures, qui sont infailliblement dans
le nitre, font la figure du verd de gris des sages,
c'est-à-dire la croix entière et parfaite dans le
cercle image figure qui est le commencement et la
consommation de tous les mystères de la nature:
car ayant les quatre éléments, plus de feu et d'air
que d'eau et de terre, il doit par conséquent les
représenter aussi par sa figure: Or, la figure que
nous avons marquée, renferme les quatre éléments
et le mystère de la croix.
Mais si vous êtes un véritable connaisseur et
amateur de la croix, en lui ouvrant ses entrailles,
vous y trouverez un esprit rouge, soufre solaire, ou
le sang du soleil, d'une volatilité extraordinaire; et


**** A T T E N T I O N ****

Fin du texte de ce document, ce document étant sujet à droits d'auteur.

**** A T T E N T I O N ****



@






Achevé d'imprimer sur les presses des Ets A. BATICLE à Chauny (Aisne) le 30 Avril 1952 N° d'Edition: 151 Dépôt légal 2° trimestre 1952
@


Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.