Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.

76
donc & teins, jusqu'à ce que le Petit enfant soit fort
& robuste pour combattre contre l'eau & le feu. Accomplissant
cela, tu feras ce que Demagoras, Senior, & Hali, ont appelé.
Mettre la mère au ventre à l'enfant, qu'elle avait déjà
enfanté. Car ils appellent Mère, le Mercure des Philosophes,
duquel ils font les imbibitions & fermentations, & L'enfant,
le corps à teindre duquel est sorti ce Mercure. Je t'ai donné
donc ces deux figures pour signifier l'albification; Aussi c'est
en ce lieu que tu avais besoin de grande aide. Car tout le
monde y achoppe. Cette opération est vraiment un labyrinthe,
parce qu'ici se présentent milles voies à même instant,
outre qu'il faut aller à la fin d'icelle, justement tout au
rebours du commencement, en coagulant ce qu'auparavant
tu dissolvais, & faisant terre, ce qu'auparavant tu faisais eau.
Quand tu auras blanchi, tu as vaincu les Taureaux enchantés,
qui jetaient feu & fumée par les narines. Hercules a nettoyé
l'étable pleine d'ordure, de pourriture & de noirceur.
Jason a versé le jus sur les Dragons de Colchos, & tu as en
ta puissance la Corne d'Amalthée, qui (encore que soit
blanche) te peut combler tout le reste de ta vie, de gloire,
honneur, & richesse. Pour l'avoir il t'a fallu combattre vaillamment,
& en guise d'un Hercules: car cet Achelous,
ce fleuve humide qui est la noirceur, est doué d'une force
très puissante, outre qu'il se transfigure souvent de forme
en autre: Aussi as-tu parachevé, d'autant que le reste est
sans difficulté. Ces transfigurations sont décrites particulièrement
au livre des sept sceaux Egyptiens, où il est dit,
(comme aussi par tous les Auteurs) Qu'avant que quitter
entièrement la noirceur, & se blanchir en la façon d'un marbre
très reluisant, & d'un glaive nu flamboyant, la Pierre
se vêtira de toutes les couleurs que tu sauras imaginer,
souvent elle se liquéfiera elle-même, & souvent se coagulera
encore, & parmi ces diverses & contraires opérations
(que l'Ame Végétative qui est en elle lui fait parfaire en un
même temps) elle citrinisera, verdira, rougira, non d'un
vrai rouge, jaunira, viendra bleue & orangée, jusques à ce
qu'étant entièrement vaincue par la siccité & calidité, toutes

@

77
ces infinies couleurs finissent en cette blancheur citrine
admirable, du vêtement de Saint Paul, laquelle en peu
de temps, viendra comme celle du glaive nu, puis par plus
forte & longue décoction prendra enfin le rouge citrin, &
puis le parfait rouge de Laque, ou elle se reposera désormais.
Je ne veux pas oublier en passant, de t'avertir, que le
lait de la Lune n'est pas comme le lait Virginal du Soleil,
pense donc que les imbibitions de la blancheur requièrent
un lait plus blanc, que celles de la rougeur & auréité. Car
en ce pas j'ai *cuidé faillir, & l'eusse fait sans Abraham le
Juif, pour cette raison je t'ai fait peindre la figure qui prend
le glaive nu, en la couleur qu'il t'est nécessaire, aussi c'est
cette figure qui blanchit.
K iij
##Note :
*cuidé: pensé, cru.
#

@

78 _______________________________________________
S U R U N C H A M P V E R T, T R O I S R E- ssuscitants, deux hommes & une femme entièrement blancs, deux Anges au-dessus, & sur les Anges la figure du Sauveur venant juger le monde, vêtu d'une robe parfaitement citrine blanche.

CHAP. VI.
pict
J E t'ai fait peindre ainsi un champ vert, parce qu'en cette décoction les confections se font vertes, & gardent plus longuement cette couleur que toute autre après la noire.
@

79
Cette verdeur démontre particulièrement, que notre
Pierre a une âme végétante, & qu'elle s'est convertie par l'industrie
de l'art, en vrai & pur germe, pour germer abondamment,
& produire puis après des rinceaux infinis. O
bienheureuse verdeur, dit le Rosaire, qui produit toutes
choses, sans toi rien ne peut croître, végéter, ni multiplier.
Les trois ressuscitants vêtus de blanc étincelant, représentent
le corps, l'âme & l'esprit de notre Pierre blanche. Les
Philosophes trivialement usent de ces termes de l'art, pour
cacher le secret aux malins. Ils appellent corps, la terre noire,
obscure & ténébreuse, que nous blanchissons. Ils appellent
âme, l'autre moitié divisée du corps, qui par la volonté
de Dieu, & puissance de la nature donne au corps par ses
imbibitions & fermentations, âme végétative, c'est-à-dire,
puissance & vertu de pulluler, croître, multiplier, & se rendre
blanc comme un glaive nu reluisant. Ils appellent esprit
la teinture & siccité, qui comme un esprit à vertu de pénétrer
toutes choses métalliques. Je serais trop long de te montrer
ici par combien de raisons ils ont dit par tout. Notre
Pierre à comme l'homme, corps, âme, & esprit. Je veux seulement
que tu notes bien, que comme l'homme doué de
corps, âme, & esprit, n'est toutefois qu'un, qu'aussi tu n'as
maintenant qu'une seule confection blanche, en laquelle
toutefois sont le corps, l'âme & l'esprit qui sont unis inséparablement.
Je te pourrais bien bailler de très claires comparaisons
& explications de ce corps, âme, & esprit, mais
pour les expliquer il me faudrait dire des choses que Dieu
se réserve de révéler à ceux qui le craignent, & qui l'aiment,
qui par conséquent ne se doivent écrire. Je t'ai donc fait
ici peindre un corps, une âme & un esprit tout blancs, comme
s'ils ressuscitaient, pour te montrer que le Soleil, la Lune
& Mercure, sont ressuscités en cette opération, c'est-à-dire,
sont faits Eléments de l'air, & blanchis: car nous avons
déjà appelé la noirceur, mort, continuant la Métaphore,
nous pouvons donc appeler la blancheur une vie qui ne
revient qu'avec & par la résurrection. Le Corps pour te le
montrer plus clairement, je l'ai fait peindre levant la
pierre de son tombeau dans lequel il était enserré. L'âme

@

80
parce qu'elle ne peut être mise en terre elle ne sort point
d'un tombeau, mais seulement je la fais peindre parmi les
tombeaux, cherchant son corps en forme de femme ayant
les cheveux épars. L'esprit qui ne peut être aussi mis en sépulture,
je l'ai fait peindre en homme sortant de terre,
nom de la tombe. Ils sont tous blancs; aussi la noirceur, la
mort est vaincue & eux étant blanchis sont désormais incorruptibles.
Lève maintenant les yeux en haut, & vois
venir nôtre Roi couronné & ressuscité, qui a vaincu la mort,
les obscurités, & humidités, le voilà en la forme que viendra
le Sauveur, lequel unira à soi éternellement toutes les
âmes pures & nettes, & chassera tout l'impur & immonde
comme étant indigne de s'unir à son divin corps. Ainsi par
comparaison (demandant toutes fois permission de parler
ainsi, à l'Eglise Catholique, Apostolique & Romaine &
priant toute âme débonnaire de me le permettre par similitude.)
Voici notre Elixir blanc qui dorénavant unira à
soi inséparablement toute nature pure métallique, la transmuant
en sa nature argentée, & très fine, rejetant l'impure
étrangère & hétérogène. Loué soit Dieu qui nous fait la
grâce par sa grande bonté, de pouvoir considérer ce blanc
étincelant, plus parfait & reluisant qu'aucune nature composée,
& plus noble après l'âme immortelle qu'aucune autre
substance animée ou inanimée, aussi est elle une quintessence,
un argent très pur, passé par la coupelle & affiné
sept fois, dit le Royal Prophète David.
Il n'est pas de besoin d'interpréter que signifient les deux anges jouant des instruments sur la tête des ressuscités, ce
sont plutôt des esprits divins, chantant les merveilles de
Dieu en cette opération miraculeuse, qu'Anges nous appelant
au jugement. Tout exprès pour en faire différence,
j'ai donné un luth à l'un & à l'autre une Buccine non des
trompettes, qu'on leur donne toujours pour appeler au
jugement, le même faut-il dire des trois Anges qui sont sur
la tête de notre Sauveur dont l'un le couronne, & les autres
deux disent en leurs rouleaux en lui assistant, ô Pater omnipotens,
ô Jesu boné, en lui rendant des grâces éternelles.
SUR
@

81 _______________________________________________
S U R U N C H A M P V I O L E T E T bleu, deux Anges de couleur orangés, & leurs rouleaux.

CHAP. VII.
pict
pict E champ violet & bleu montre que voulant passer
de la Pierre blanche à la rouge, tu l'as imbibée d'un peu de lait Virginal Solaire, & que ces couleurs sont sorties de l'humidité Mercurielle que tu as séchée sur la Pierre. En cette opération du rubifiement,
encore que tu imbibes tu n'auras guères de noir, mais bien
du violet, bleu, & de la couleur de la queue du Pan: Car
notre pierre est si triomphante en siccité, qu'incontinent
que ton Mercure la touche, la nature *s'éjouissant de sa nature,
s'adjoint à icelle, & la boit avidement, & partant le
noir qui vient de l'humidité, ne se peut montrer qu'un peu,
sous ces couleurs violettes, & bleues, d'autant que la siccité
(comme dit est) gouverne maintenant absolument. Je
t'ai fait peindre ces deux Anges avec des ailes, pour te représenter
que les deux substances de tes confections, la Mercurielle
& Sulfureuse, la fixe aussi bien que la volatile, étant
fixées ensemble parfaitement, volent aussi ensemble dans
ton Vaisseau. Car en cette opération suavement le corps
fixe montera au Ciel tout spirituel, & de là il descendra en
la Terre, & là où tu voudras, suivant par tout l'esprit qui se
meut toujours sur le feu. D'autant qu'ils sont faits une
L

##Note :
*s'éjouissant: se réjouissant.
#

@

82
même nature & le composé est tout spirituel, & le spirituel
tout corporel, tant il a été subtilisé sur notre marbre par les
opérations précédentes. Les natures donc sont ici transmuées
en Anges, c'est-à-dire, sont faites spirituelles & très
subtiles, aussi sont elles maintenant des vraies teintures.
Or souviens-toi de commencer la rubification par l'apposition
du Mercure citrin rouge, mais il n'en faut verser guères,
& seulement une ou deux fois, selon que tu verras. Car
cette opération se doit parfaire par feu sec, sublimation &
calcination sèche: & vraiment je te dis ici un secret, que
tu trouveras bien rarement écrit, aussi je ne suis point envieux,
& plût à Dieu que chacun sût faire de l'or à sa
volonté, afin que l'on vécût menant paître ses gras troupeaux,
sans usure & procès à l'imitation des Saints Patriarches,
usant seulement, comme les premiers pères, de permutation
de chose à chose, pour laquelle avoir il faudrait
travailler aussi bien que maintenant. De peur toutefois
d'offenser Dieu, & d'être l'instrument d'un tel changement,
qui peut-être serait mauvais, je n'ai garde de représenter
ou écrire, ou est-ce que nous cachons les clefs qui
peuvent ouvrir toutes les portes des secrets de la Nature, &
renverser la terre sens dessus dessous, me contentant de
montrer des choses qui l'enseigneront à toute personne
à qui Dieu aura permis de connaître quelle propriété a
le signe des Balances quand il est illustré du Soleil, & de
Mercure au mois d'octobre. Ces Anges sont peints de couleur
orangée, afin de te faire savoir, que tes confections blanches
ont été un peu plus cuites, & que le noir du violet
& bleu, a été déjà chassé par le feu. Car cette couleur orangée
est composée de ce beau citrin rouge doré, (que tu
attends il y a si long temps,) & d'un reste de ce violet &
bleu que tu as déjà en partie défait. Cet orangé démontre
encore, que les natures se digèrent & peu à peu se
parfont par la grâce de Dieu. Quant à leur rouleau qui dit
Surgite mortui venite ad iudicium Domini mei. Levez-vous
morts, venez au jugement de Dieu mon Seigneur.

@

83
Je l'ai plutôt fait mettre pour le seul sens Théologique que pour l'autre. Il finit dans la gueule d'un Lion tout
rouge, cela est pour enseigner, qu'il ne faut point discontinuer
cette opération que l'on ne voie le vrai rouge purpurin
semblable du tout au Pavot de l'Hermitage, & à la laque
du Lion peint, sauf pour multiplier.
L ij
@

84 _______________________________________________
L A F I G U R E D'U N H O M M E semblable à Saint Pierre, vêtu d'une robe citrine rouge tenant une clef en la main droite, & mettant la gauche sur une femme vêtue d'une robe orangée, qui est à ses pieds, à genoux, tenant un rouleau.
CHAP. VIII.
pict
pict Egarde cette femme vêtue de robe orangée qui
ressemble si au naturel à Perrenelle, selon qu'elle était en son adolescence, elle est peinte en façon de suppliante, à genoux, les mains jointes, aux pieds d'un homme qui a une clef en sa main droite, qui l'écoute gracieusement,
& puis étend la gauche sur elle. Veux-tu savoir

@

85
que représente cela? C'est la pierre qui demande en cette
opération deux choses au Mercure Solaire des Philosophes
(dépeint sous la forme de l'homme) c'est à savoir
la multiplication & plus riche parure. Ce qu'elle doit obtenir
en ce temps ici. Aussi l'homme lui mettant ainsi la main sur l'épaule,
Je lui accorde. Mais pourquoi as-tu fait peindre une
femme? Je pouvais aussi bien faire peindre un homme qu'une
femme, ou un Ange, (car les natures sont maintenant
toutes spirituelles & corporelles, masculines & féminines).
Mais j'ai mieux aimé te faire peindre une femme, afin que
tu juges, qu'elle demande plutôt ceci, que toute autre
chose; parce que ce sont les plus naturels & plus propres désirs
d'une femme. Pour te montrer encore plus, qu'elle demande
la multiplication, j'ai fait peindre l'homme auquel
elle fait sa prière, en la forme d'un Saint Pierre, tenant
une clef, ayant puissance d'ouvrir, & fermer, de lier,
& délier: D'autant que les Philosophes envieux n'ont jamais
parlé de multiplication que sous ces communs termes
de l'art, Ouvre, ferme, * lie, délie. Ils ont appelé ouvrir
& délier, Faire le corps (qui est toujours dur & fixe) mol,
fluide, & coulant comme l'eau, & fermer ou lier, le coaguler
par après par décoction plus forte, en le remettant
encore une autre fois en la forme de corps.
Il me fallait donc représenter un homme avec une clef, pour t'enseigner qu'il te faut maintenant ouvrir & fermer
c'est-à-dire multiplier, les natures germantes & croissantes.
Car tout autant de fois que tu dissoudras & fixeras, autant
de fois ces natures multiplieront en quantité, qualité &
vertu selon la multiplication de dix, de ce nombre venant à cent,
de cent à mille, de mille à dix mille, de dix mille, à cent mille,
de cent mille à un million, & de là par même opération jusqu'à
l'infini, ainsi que j'ai fait trois fois, Loué soit Dieu. Et
quand ton Elixir est ainsi conduit à l'infini, un grain d'icelui
tombant sur une quantité métallique fondue, aussi profonde
& vaste que l'Océan, il le teindra & convertira en
très parfait métal, c'est-à-dire, en argent ou en or, selon
qu'il aura été imbibé & Fermenté, chassant & laissant loin
L iij
@

86
de soi toute la matière impure & étrangère qui s'était jointe
en sa première coagulation. Par même raison que j'ai
fait peindre une clef à l'homme qui est sous la forme d'un
Saint Pierre, pour signifier que la pierre demandait d'être
ouverte & fermée pour multiplier: par même raison
aussi, pour te montrer avec quel Mercure tu dois faire cela,
& quand j'ai donné à l'homme un vêtement citrin rouge,
& à la femme un orangé. Cela suffise pour te sortir du
silence de Pythagoras, & pour t'enseigner que la femme,
c'est-à-dire, notre Pierre, demande d'avoir la riche parure &
couleur de Saint Pierre. Elle a écrit en son rouleau Christe
precor esto pius. Jésus-Christ soyez-moi doux, comme si
elle disait. Seigneur sois-moi doux, & ne permets point que
celui qui sera parvenu jusqu'ici, gâte tout par trop de feu.
Il est bien véritable, que dorénavant je ne craindrai plus
les ennemis, & que tout feu me sera égal, toutefois le vaisseau
qui me contient est toujours fragile. Car si l'on hausse
le feu par trop, il crèvera, & s'éclatant m'emportera &
me sèmera malheureusement parmi les cendres. Prends
donc garde à ton feu en ce pas, régissant doucement en patience
cette quintessence admirable, car il lui faut augmenter
son feu, mais non par trop. Et prie la souveraine bonté,
qu'elle ne permette point, que les malins esprits qui gardent
les mines & les Trésors, détruisent ton opération, ou fascinent
ta vue quand tu considères ces incompréhensibles mouvements
de cette quintessence dans ton vaisseau.

@

87 _______________________________________________
S U R U N C H A M P V I O L E T O B- scur, un homme rouge purpurin, tenant le pied d'un Lion rouge de Laque, qui a des ailes, & semble ravir & emporter l'homme.
CHAP. IX.
pict
pict E Champ violet & obscur, représente que la Pierre
a obtenu par l'entière décoction, les beaux vêtements entièrement citrins & rouges, qu'elle demandait à S. Pierre qui en était vêtu, & que sa complète & parfaite digestion (signifiée par l'entière citrinité) lui a fait laisser sa vieille robe orangée. La
couleur rouge de Laque de ce volant Lion, semblable à ce pur
& clair Escarlate du grain de la vraiment rouge Grenade,
démontre qu'elle est maintenant accomplie en toute droiture
& égalité. Qu'elle est comme un Lion, dévorant toute
nature pure métallique, & la changeant en sa vraie substance,
en vrai & pur or, plus fin que celui des meilleures
minières. Aussi elle emporte maintenant l'homme hors de
cette vallée de misères, c'est-à-dire, hors des incommodités
de la pauvreté, & infirmité, & avec ses ailes le soulève glorieusement
hors des croupissantes eaux d'Egypte (qui sont
les pensées ordinaires des mortes) & lui faisant mépriser
la vie & richesses présentes, le fait nuit & jour méditer en
Dieu, & ses Saints, habiter dans le Ciel Empirée, & boire
les douces sources des fontaines de l'espérance éternelle.

@

88
Loué soit Dieu éternellement, qui nous a fait la grâce de
voir cette belle, & toute parfaite couleur purpurine, cette
belle couleur du Pavot sylvestre du Rocher, cette couleur
Tyrienne étincelante & flamboyante, qui est incapable de
changement, & d'altération, sur laquelle le Ciel même, &
son Zodiaque ne peut plus avoir domination ni puissance,
dont l'éclat rayonnant & éblouissant semble comme quasi
communiquer à l'homme quelque chose de surcéleste, le
faisant (quand il la contemple & connaît) étonner, trembler,
& frémir en même temps. O Seigneur, fais-nous la grâce
que nous en puissions bien user, à l'augmentation de la
Foi, au profit de notre âme, & accroissement de la gloire
de ce noble Royaume. Amen.

F I N.
LE

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.