Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.

@

Page

Réfer. : AL2314H
Auteur : Anonyme.
Titre : Notes.
S/titre : portées par un possesseur du manuscrit (sans
doute Guyot, car l'écriture est semblable), sur les folios vierges de la fin du document. Ecriture différente de celle du copiste du manuscrit.
Editeur : Manuscrit 160 de la Bibliothèque municipale de Rennes. Neuvième partie
Date éd. : 1xxx .


@

Particularités de ce document.


Afin de conserver au bénévole lecteur le charme du manuscrit, j'ai laissé le texte dans sa forme originale, orthographe, ponctuation.
Le document est conforme à l'original, folio par folio, ligne par ligne et caractère par caractère. Pour ce dernier point, le lecteur voudra bien
être indulgent, car malgré une double relecture de tout le document, il est
improbable de n'avoir pas oublié çà et là quelque particularité orthographique.
Les numéros de folio sont repris du manuscrit lui-même, et sont portés sous la forme :
(fxy)
f pour folio. x numéro de folio. y r pour recto.
v pour verso. Cette identification est rajoutée, seul le numéro porté à droite de chaque folio recto, est sur l'original.
Ce texte est d'une graphie imprécise, aussi il n'est pas exclu que quelques erreurs se soient glissées dans ma propre copie. Le lecteur
voudra bien m'en excuser.

Points de modifications.

Dans le cas où un doute subsiste sur le texte (graphie non déchiffrée), j'ai mis cinq astérisques pour signaler l'endroit.

@

(f176v)

|Supputation suivant Trévisan de la marche.
|Les premiers 40 jours insensibilité dans la |couleur. |au 40e. jour noircit. |le second mois idem noirceur. |le 3e. mois idem noirceur. |le 4e. mois idem in fine mercure des corps |qui incipit splendescere. |le 5e mois mercure des corps dissout. |le 6e. mois albedo lunaris incipit. |le 7e. mois perfectus color albus. |idem pour le 8e. mois in principio in fine |manuescit materia. |au 9e mois rubescit.
|Extrait du livre de Rochas.
page 80 des |Pour savoir ce que contient une eau, et quel eaux vitrio- |sel l'anime ou ce qu'elle contient, il faut leuses |l'évaporer à lente chaleur.
page 146 des |Le sel est le médium par lequel les eaux eaux nitreuses |pénètrent les corps, et sans lui il n'y
|aurait aucune pénétration.
page 149 |Dans la province de nitre tombe une rosée |qui s'appelle nitre, qui empêche la contagion, |ce qui fait voir qu'il y a un sel dans la rosée.
page 156 |Pour avoir le sel nitre de la rosée, il faut |évaporer à douce et lente chaleur, le sel nitre |est admirable pour empêcher toute sorte |de corruption.
@

(f177r) 177
Rochas, de l'esprit universel page 23.
Cet esprit a une matière prochaine pour se corporifier,
qui est l'âme des corps subtils, dont la nature est
corporelle et spirituelle, il semble qu'il sert de
médium à unir cet esprit avec cette matière, qui
réside au sel de son sujet.

Ce sel est la terre vierge qui n'a encore rien
produit, en laquelle cet esprit se corporifie, qui
est la dernière matière après la destruction du
sujet. Et cette matière est aussi la 1ère qui sert
à corporifier le sujet, selon le corps qu'elle joint
ou anime.

De la nature page 44.
Toutes les semences ne sont qu'eau, c'est l'esprit
universel qui anime l'eau, donc c'est dans l'eau
qu'il faut le chercher, parce quelle en est très
abondamment pourvue.

Page 46.
Et la semence n'est autre chose qu'une eau, dans
laquelle réside un esprit de vie, qui est une eau
animée coagulée par cet esprit universel, c'est
par cette eau animée coagulée que la nature
fait toutes les opérations, congélation, fixation,
induvation, l'eau contient donc la vie
pour le mixte, puisque cet esprit universel se
corporifie dans l'eau.
Il faut donc prendre de l'eau qui ne soit ni composée,
ni mixtionnée d'aucune chose, que de l'esprit de vie, avec
une chaleur artificielle continuelle proportionnée, la
préparer par les gradations, coagulations et
congélations, fixations, et la convertir en

@

(f177v)

terre qui produit végétaux, animaux, minéraux,
l'air en notre eau prend tant de force, n'est qu'une
eau en terre subtilisée et spiritualisée, de sorte que
c'est une raréfaction de tous les esprits des corps
naturels.
De sorte que cet air est un peu bienséant, qui prend
son origine du soleil, c'est le principe de toutes
générations, c'est la vie de toutes choses, c'est cette
composition que j'appelle rosée, dans lequel j'ai
trouvé le sel hermétique, qui agit plus
puissamment que celui qui est dans l'eau
commune, et que celui qui est dans la terre vierge.
C'est cet esprit envoyé du ciel par l'air, qui y
rencontre une humidité, s'y joint, et il commence
à se corporifier, en convertissant une partie
de cet humide en sel, dont les hermétiques
philosophes disent que le soleil en est le père,
la lune la mère, que le vent le porte en
son ventre, qui est l'air, d'où il tombe sur la
terre qui est sa nourrice.
C'est la saison la plus tempérée qui nous la
donne, elle se trouve facilement parce qu'elle est
pure.
Si le temps est trop chaud et humide, elle se
condense en pluie, s'il fait du vent, il la raréfie
et la dissipe
Ce corps est chaud et humide au souverain degré,
et contient le vrai principe de vie de toutes choses.

De la nature page 123.
C'est ce sel que nous appelons l'eau coagulative,
c'est ce sel qui donne la vie et le principe
à toutes choses

@

(f178r) 178
|Le sel est le principe des saveurs, le soufre des |des odeurs, et le mercure des couleurs. |Tout ce qui se dissout dans l'eau est sel, tout |ce qui s'allume est soufre, et tout ce qui s'évapore |en petite chaleur est mercure. |Ce sont le combustible, le dissoluble, le volatil, |le mercure nourri le sel, le soufre le préserve de |dissolution, le sel empêche la putréfaction, |le sel est le principe en la composition des |métaux.
|Conclusion par moi faite.
|Donc il ne faut qu'extraire le mercure qui est Conclusion |ce qu'il y a de plus volatil, et le joindre au sel, car fausse |pour le souffre (*****l'or en sort?), et c'est dans la rosée par moi |qu'il faut (cal?*****) l'esprit et ce sel, en ôtant vérifiée |l'humide superflu, qui se doit séparer le second par depuis |évaporation.

|Description de la rosée du même auteur.
|L'oiseau d'Hermès qui vole nuit et jour, c'est cette âme |du monde que le philosophe prend a la pipée, |c'est la pluie d'or de Danaé, c'est la déesse des |générations. |Saturne a eu quatre enfants: Jupiter qui est pris |pour le ciel ou ***** chaleur, Junon pour l'air qui |sont marié ensemble. |Neptune qui est l'eau, Pluton la terre qui n'ont de |communication que par l'air. |La rosée y prend son origine et sa force, c'est cette |belle Atalante, qu'il n'y a que les pommes d'or qui
Note du traducteur.
Afin de permettre au lecteur de se faire une opinion, nous donnons
ci-joint la page du document, où il pourra trouver les passages non
décriptés.

pict

@

(f178v)

|puissent arrêter, c'est ce mercure si volatil |des philosophes, qu'ils ont tant de peine à fixer, |c'est d'elle que le vrai sel nitre tire toute sa |force pour dompter la contagion. |C'est d'elle que l'on tire le sel hermétique, qui |se trouve dans les entrailles de la terre vierge.
|Réflexion.
|Ce qui fait concevoir qu'il faut convertir faux |la rosée par évaporation en |terre pour en tirer le sel. Cette terre sera |la terre vierge et le sel sera le sel hermétique.
|L'esprit de sel demeure admirable pour |la pierre aux reins. |Les sels alcalis entres lesquels celui de |tartre, est le meilleur, et dulcifie les |humeurs les plus acres et les |adoucit.
|Parfum pour chasser l'air de la peste |et autre mauvais air.
|Salpêtre Carabé, écorces ou feuilles sèches |de frêne par égales portions, et brûler |dans une cuiller de fer. |Le sel nitre tue vipère, se peut |avaginé en tous autres venins
@

(f179r) 179
@

(f179v)

@

(f180r) 180
@

(f180v)

@

(f181r) 181
@

(f181v)

@

(f182r) 182
@

(f182v)

@

(f183r) 183
@

(f183v)

@

(f184r) 184
@

(f184v)

@

(f185r) 185
@

(f185v)

@

(f186r) 186
@

(f186v)

@

(f187r) 187
Pour blanchir des cuillers et fourchettes d'argent qu'elles
paraissent toutes neuves.
Un peu de tartre d'alun, autant de lune et un peu de
sel commun, faites avec de l'eau. Et faites bouillir, et
quand l'eau bouillira, mettez vos cuillers et fourchettes à
bouillir et remuer.
Poivre de la Jamaïque mis en poudre,
une pincée dans un ragoût donne une
odeur fine sans poivrer, c'est pourquoi
on y ajoute les poivres blancs à discrétion.

@

(f187v)

Les instruments folio 12i du fourneau à lampe folio 122
du fourneau folio 25 à charbon 25 façon d'ajuster la matière dans le fourneau fol 138
autre fourneau à charbon fol 38
des feux fol 112 154
folio 124 125 preparatio recto et verso 148 vers
folio 132 133 134
préparatio folio 138 verso 152
materiae nostra folio 145 verso 146
descriptio materiae 147 148 recto et verso
status materiae 12 verso
des poids 109
materiae notitia fol 66 recto verso 14 verso 119 verso
de aquae folio 160 r. v.
preparatio aquae folio 165 verso 168
descriptio totius operis vne articulo p 146 r 30
169 rectification 12 végétation
différence du mercure commun vulgal d'avec le
mercure commun des ph~es fol 116 verso et 117
manière de convertir quand le mercure commun des ph~es est
dans une bonne préparation fol 116 v verso 239
explicatio verborum philosophicorum 144 vers
pondus fol 28
coloris fol 30 154 colores multiplicatio 3i
verdeur précède de noirceur 154

* guyot plessis baillé sablonier
Note du traducteur.
* ce qui suit est porté dans l'autre
sens du folio, ce qui implique qu'il
faille retourner celui-ci pour le lire.

@

8i 82 *3
Note du traducteur.
Cette page est en fait la page de garde, collée sur le plat verso du document. Elle
n'est pas numérotée.

@


Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.