Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfsseite Rückkehr. Flag (H)jælp side Tilbage. Bandiera Guida Torno.

@

Page

Réfer. : AL1707A
Auteur : Albert Poisson.
Titre : Nicolas Flamel.
S/titre : sa vie, ses fondations, ses oeuvres.

Editeur : Chacornac. Paris.
Date éd. : 1891 .
@

pict

NICOLAS FLAMEL
@


HISTOIRE DE L'ALCHIMIE ========= XIVme SIECLE
N I C O L A S F L A M E L SA VIE -- SES FONDATIONS -- SES OEUVRES
Suivi
DE LA REIMPRESSION DU LIVRE DES FIGURES HIEROGLYPHIQUES
ET DE LA LETTRE DE DOM PERNETY A L'ABBE VILLAIN
PAR
ALBERT POISSON
pict
@
@

DU MEME AUTEUR:
Cinq traités d'alchimie des plus grands philosophes (Paracelse,
Albert le Grand, Roger Bacon, Raymond Lulle, Arnauld de Villeneuve). Traduits du latin en français par Albert Poisson. 1 vol. in-8. Relié, figures. . . . . .
Théories et Symboles des alchimistes. Le Grand Oeuvre,
suivi d'un essai sur la bibliographie alchimique du XIXe siècle, ouvrage orné de 15 planches représentant 42 figures, par Albert Poisson. 1 vol. in-8, broché. . . . . . . . . .
Roger Bacon: Lettre sur les prodiges de la nature et de
l'art. Traduite et commentée par A. Poisson. Brochure in-12 de 72 pages. Portrait. . . . . . . . . . . . . . . . .
Marcus Graecus: Le Livre des feux. Traduction et commentaire.
Brochure in-8. (Extrait de la Revue scientifique)..
Jean Rey: Etude sur les Essais de J. Rey. Par MM. Hallopeau
et Poisson. Revue scientifique. Epuisé
@

Plan de l'Encyclopédie alchimique de M. A. Poisson -------------
A. -- THEORIE ET PRATIQUE
Théories et Symboles des Alchimistes, 1 volume. . . La Médecine occulte. La Symbolique alchimique. Expériences de laboratoire d'après l'alchimie. Le Laboratoire de l'alchimiste. Dictionnaire d'alchimie. -------------
B. -- HISTOIRE
Origines. Egypte. Grèce. Les Alchimistes Arabes. Le Moyen-Age. Monographie de Nicolas Flamel. 1 vol....... La Renaissance et le seizième siècle. Paracelse et son école. Le Dix-septième siècle. Les Rose-Croix. Dix-huitième siècle. Dix-neuvième siècle. -------------
C. -- BIBLIOGRAPHIE. CHRONOLOGIE
Les Manuscrits alchimiques. Bibliographie générale de l'alchimie. Chronologie de l'Alchimie. -------------
D. -- TEXTES
Cinq traités d'alchimie, traduits du latin. 1 vol. . . .
Recueil des traités les plus rares et les plus curieux. En
préparation.
@



PREFACE
Lorsque après plusieurs années de recherches laborieuses, nous étions enfin parvenu à retrouver la clef de l'Alchimie,
à pouvoir expliquer les obscurs traités des Lulle et
des Bacon, à jeter quelque lumière sur cette science
aujourd'hui discréditée parce que mal comprise, l'idée se
présenta de suite à notre esprit d'exposer l'Alchimie, ses
principes, son histoire, en une série cyclique d'ouvrages,
traitant chacun de la philosophie hermétique selon quelqu'un
de ses différents aspects. Un premier volume: Cinq
traités d'alchimie, simple traduction, avait été lancé pour
ainsi dire comme essai, le résultat obtenu nous a engagé à
continuer la série commencée. Les cinq traités, traductions
de quelques ouvrages de Roger Bacon, Arnauld de Villeneuve,
Albert-le-Grand, Raymond Lulle et Paracelse,
ne s'adressaient qu'aux initiés, capables de lire avec intérêt
un traité d'alchimie dans le texte; pas de notes ni de commentaires
qui pussent éclairer le profane, mais un glossaire
de quelques pages, memento plutôt que dictionnaire.
Ensuite parut le second volume: Théories et Symboles des alchimistes. C'était une exposition méthodique des
théories hermétiques, depuis les Grecs jusqu'à nos jours,

@

viii PREFACE --------------------------------------------------------

une explication raisonnée les Symboles alchimiques dont
on trouve l'origine en Egypte, et qui prirent une grande
extension lorsque l'alchimie s'acheminait vers son apogée,
c'est-à-dire vers la fin du quinzième siècle.
De ces deux ouvrages, l'un est l'énigme proposée aux chercheurs, aux occultistes, le second en est la solution.
En attendant les autres traités sur la théorie alchimique, ce dernier volume suffisait pour donner l'intelligence de
la plupart des hermétiques du moyen-âge et des temps
modernes. D'autre part il nous a paru inutile de publier
les divers traités de l'encyclopédie alchimique dans leur
ordre absolu, nous avons préféré suivre les hasards de nos
études.
Dans l'histoire de l'Alchimie, deux philosophes nous ont paru mériter les honneurs d'une monographie, ce sont
Paracelse et Nicolas Flamel, le premier à cause de l'importance
de son oeuvre, le second à cause du grand nombre
de détails que nous avons sur sa vie. Enfin ce sont,
avec peut-être Albert-le-Grand, les plus connus de tous
les alchimistes. Et pour ne parler que de Nicolas Flamel,
sa célébrité est tellement grande en France, qu'il n'y a
peut-être pas un intellectuel qui ne connaisse sa légende.
Sa maison, qui existait encore en notre siècle, a occupé plus
d'une fois les archéologues; les romantiques, amoureux
du moyen-âge, se sont plus d'une fois servi du nom
de Flamel; mais tout ceci n'est rien en comparaison de la

@

PREFACE ix --------------------------------------------------------

renommée de l'illustre adepte aux siècles passés et surtout
aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sa maison et ses diverses
fondations étaient alors des buts de pèlerinage alchimique.
Aucun disciple d'Hermès, français ou étranger, ne serait
passé par Paris sans aller visiter la maison de la rue des
Ecrivains et les deux arcades, couvertes de symboles, du
cimetière des Innocents. C'est un fait, que Flamel fut
après sa mort, considéré surtout en France comme un des
plus grands maîtres de l'alchimie; ses ouvrages furent
plus tard fort recherchés, surtout ceux qui n'existaient
qu'à l'état de manuscrit; les copies en furent multipliées
surtout aux XVIIe et XVIIIe siècles, preuve éclatante de
la vogue dont Flamel jouissait auprès des hermétistes.
Bien plus, cet adepte n'est-il pas le type du véritable alchimiste,
travaillant sans cesse, jamais lassé, jamais rebuté,
partageant son temps entre la prière, l'étude et le laboratoire,
ne désirant la science que pour elle-même, puis parvenu
au but, employant la richesse acquise en de bonnes
oeuvres, continuant pour lui-même à vivre sobrement. Quel
autre alchimiste pouvait nous offrir une vie aussi bien remplie.
D'autres, Sethon, Kelley, Bacon, nous offrent une
existence plus mouvementée, plus dramatique, mais moins
riche en documents psychologiques.
Enfin ce n'étaient pas là les seules raisons qui nous ont déterminé à écrire la monographie de Flamel; tandis
que les notices biographiques ont été multipliées

@

x PREFACE --------------------------------------------------------

pour Albert-le-Grand, Paracelse, Van Helmont, Raymond
Lulle, Arnauld de Villeneuve, on n'avait sur Flamel
que l'histoire de l'abbé Villain, riche en documents,
mais mauvaise en ce sens qu'elle est terriblement partiale
et que l'auteur s'efforce de démontrer une thèse préconçue:
Flamel n'a jamais été alchimiste. Pour nous, au contraire,
il s'est occupé d'alchimie; mais nous ne prétendons pas
imposer notre opinion, nous donnerons nos raisons, et le
lecteur jugera en dernier ressort. Tout fait si minime qu'il
soit sera pesé et discuté avec la plus grande impartialité;
nous aurons à combattre plusieurs objections, soit de l'abbé
Villain soit d'écrivains postérieurs, nous le ferons en traitant
autant que possible au propre point de vue de l'adversaire.
Qu'il nous soit enfin permis de répondre à une objection qui pourrait se présenter: A quoi bon passer son
temps à des études inutiles? Et d'abord nous répondrons
qu'il n'y a pas d'études inutiles, d'un livre si mauvais qu'il
soit, disait Lucien, il y a toujours quelque profit à tirer.
De même une étude quelconque profite toujours et d'autre
part nous ne voyons pas en quoi l'étude de l'alchimie est
inutile. MM. Berthelot et Ruelle ont produit des travaux
intéressants sur les origines de l'alchimie, et on les étonnerait
peut-être en leur apprenant qu'ils ont perdu leur
temps en des recherches inutiles.
Quant à ceux qui pontifient: « L'alchimie? stupide!
@

PREFACE xi --------------------------------------------------------

produit des siècles d'ignorance, à reléguer avec les autres
vieilleries intitulées: Sciences occultes! » A ceux-là nous
conseillerons de se tenir un peu au courant du mouvement
scientifique actuel. Aux autres nous avions répondu par
deux noms Berthelot et Ruelle, à ceux-là nous en opposerons
une brillante pléiade, Crookes, Aksakoff, Richet,
Papus, de Rochas, Barlet, nous en passons, la liste en
serait trop longue. A ceux-là qui nous servent de vieilles
objections et qui croient avoir anéanti quelqu'un en l'accusant
d'occultisme, nous dirons: l'occulte n'existe pas, le
miracle est impossible, mais ce qui existe, c'est notre ignorance
actuelle de certaines lois, de certaines forces, ignorance
qui nous laisse muets devant nombre de faits; tout
phénomène est digne d'étude, tout fait historique bien
avéré est digne de foi, reste si nous ne pouvons l'expliquer,
d'étudier pour lui trouver une solution, et si notre science
est forcée de laisser plus d'un fait sans explication, le
doute seul nous est permis et non la négation. Il est presque
banal de répondre encore que ce qui nous étonne semblera
naturel à nos successeurs, que le phonographe eut
stupéfié Pascal ou l'abbé Nollet, alors que son fonctionnement
nous paraît très simple et que sa théorie nous est
familière. La banalité facile de cette réponse ne démontre-
t-elle pas que, ceux-là font des objections vieillottes, auxquels
il faut opposer pareilles raisons.
Qu'il nous soit permis de remercier notre public spécial
@

xii PREFACE --------------------------------------------------------

et les savants de leur accueil favorable. Nous serons trop
heureux si l'alchimie mieux comprise intéresse les chercheurs,
et surtout si le préjugé s'évanouit, qui faisait
regarder les alchimistes comme des inutiles ou comme de
brillants charlatans. Il n'est pas trop tôt pour rendre justice
à ces obscurs et tenaces laborieux auxquels on doit la
Chimie, la plus belle, la plus noble de toutes les Sciences.
Enfin nous remercions au nom de tous nos lecteurs, notre ami, M. Taite, d'avoir, à l'aide des documents que
nous lui avons fournis, reconstitué la véritable physionomie
de l'illustre alchimiste.

A. POISSON.
---------
@

HISTOIRE ET LEGENDE
D E N I C O L A S F L A M E L

ET DE PERNELLE --------------------------------------------------------


PREMIERE PARTIE -------
CHAPITRE PREMIER
Naissance de Flamel à Pontoise. -- Ses parents. --
Il vient s'établir à Paris. -- Son mariage avec Pernelle. -- Condition de Flamel. -- La petite école. -- La corporation des Ecrivains se transporte aux environs de l'Eglise Saint-Jacques. -- Vie privée des deux époux. -- Iconographie de Flamel.
Les Historiens de l'alchimie ne sont d'accord ni sur le lieu, ni sur la date de la naissance de Flamel; il ne
nous reste aucun document permettant de fixer la chose,

@

2 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

on en est réduit à conjecturer à dix années près pour sa
naissance: « Cependant, dit M. Figuier, en rapprochant
quelques dates plus faciles à réunir, on trouverait
sans doute que l'époque de sa naissance ne doit pas s'éloigner
beaucoup de l'année 1330. » Nous donnons simplement
cette date comme une approximation.
Quant à sa ville natale, Moreri, ainsi que La Croix du Maine, donnent Pontoise, d'autres Paris, l'abbé Villain
lui ne se prononce pas. Or, Flamel habita toute sa vie à
Paris, et comme de son temps on ne voyageait guère,
comme d'autre part son industrie d'écrivain ne nécessitait
aucune espèce de déplacement, nous sommes en
droit de penser, si nous voyons Flamel avoir affaire dans
une ville autre que Paris, qu'il avait des parents en ce
lieu, qu'il y était demeuré dans son enfance et que peut-
être il y était né. Paris étant mis à part, nous ne voyons
que trois villes où Flamel ait eu affaire en sa vie: Compostelle,
Boulogne et Pontoise. Pour Compostelle nous
avons son propre témoignage, il y a été en pèlerinage
implorer pour ses travaux l'assistance de Saint-Jacques.
Boulogne les Menuls, était célèbre par son église, sorte
de succursale du sanctuaire vénéré de Boulogne-sur-Mer,
mais c'est plutôt Pernelle, l'épouse de Flamel, qui y eut
affaire, et Flamel, étant très pieux, a doté cette église par

@

NICOLAS FLAMEL 3 --------------------------------------------------------

dévotion, simplement en souvenir de sa femme. Reste
Pontoise; d'après l'abbé Villain, vers 1432, signification
fut faite à un bourgeois de cette ville au sujet de la succession
de Flamel, donc ce dernier avait des parents à
Pontoise; d'autre part en son testament Flamel laisse
un legs à l'église Notre-Dame de Pontoise, située dans
un des faubourgs de cette ville; or, cette église ne présente
rien de particulier, elle ne possède pas de reliques
célèbres qui la désignent d'une façon spéciale à l'attention
des fidèles. Flamel avait donc des raisons particulières
de la doter et quelle plus plausible, sinon que ce fut
sa paroisse natale? D'autre part, nous avons écarté Paris
pour une raison négative. En effet, si Flamel était né
à Paris, les écrivains qui se sont occupés de lui (en particulier
l'abbé Villain) et qui ont compulsé les archives
de Saint-Jacques-la-Boucherie, paroisse de Flamel,
n'auraient pas manqué de nous donner copie de son acte
de baptême, puisque à cette époque les actes de naissance,
ce mariage et de décès se faisaient à l'église
paroissiale où ils étaient conservés, ils ne l'ont pas fait,
donc Flamel n'est pas né à Paris. Enfin quand on est
placé entre plusieurs hypothèses on doit choisir celle qui
présente le plus de preuves, pour toutes ces raisons nous
admettons que Flamel est natif de Pontoise.

@

4 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Si le doute a longtemps plané sur la ville natale de Flamel, il nous serait encore plus difficile de donner
des détails précis sur son enfance et sa jeunesse, ce
n'est guère qu'à partir de son mariage avec Pernelle
que les témoignages abondent. Cependant nous pouvons
affirmer que ses parents jouissaient tout au plus d'une
modique aisance, ainsi qu'il nous l'apprend lui-même.
« Encore, dis-je, que je n'aie appris qu'un peu de
latin pour le peu de moyens de mes parents, qui néanmoins
étaient par mes envieux mêmes, estimés gens
de bien » (Le livre des figures). Flamel savait donc le
latin, il en donne lui-même d'autres preuves, dans le
même ouvrage on lit à propos du manuscrit d'Abraham
Juif: « Tant y a que je ne les savais pas lire, et que
je sais bien qu'elles n'étaient point notes ni lettres
Latines ou Gauloises. Car nous y entendons un peu »
(Le livre des figures). Mais Flamel est bien modeste,
car un peu plus loin il se représente causant en latin avec
maîtres Canches!


1. Depuis, nous avons enfin mis la main sur un témoignage affirmatif des plus précieux, car il émane de Flamel lui-même.
En effet, dans le Psautier chimique (voir chapitre VIII) dont
Pernety nous a conservé des fragments, Flamel se qualifie

@

NICOLAS FLAMEL 5 --------------------------------------------------------

Quant à la famille de Flamel, nous n'avons guère de renseignements sur elle, tout au plus savons-nous qu'il
existait de son temps un autre écrivain de ce nom, Flamel
le jeune, de son prénom Jean, mais ce n'était
certainement pas son frère, car Flamel l'aurait mentionné
dans son testament, soit pour un legs, soit pour
des messes. C'est Guillebert de Metz qui nous parle
de ce Jean Flamel, à l'endroit où il cite les écrivains
du temps passé: « Gobert le souverain écrivain qui
composa l'art d'écrire et de tailler plumes, et ses
disciples qui par leur bien écrire furent retenus des
princes, comme le jeune Flamel, du duc de Berry;
Sicart, du roi d'Angleterre; Guillemin, du grand ministre
de Rodes; Crespy, du duc d'Orléans; Perrin,
de l'Empereur Sigemundus de Rome ». Plus loin
il cite Nicolas Flamel: « Item Flamel l'aîné, écrivain
qui faisait tant d'aumônes et d'hospitalités et fit plusieurs
maisons où gens de métier demeuraient en bas
et du loyer qu'ils payaient, étaient soutenus pauvres laboureurs
en haut. »
Il est probable que Flamel passa ses premières années

lui-même de « ruril de Pontoise », c'est-à-dire natif. Désormais
la question nous paraît tranchée.

@

6 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

à Pontoise, sa ville natale, puis qu'il vint à Paris, où il
entra en apprentissage chez un écrivain libraire (peut-
être Gobert) pour y apprendre l'art de mouler de belles
lettres gothiques et d'enluminer les manuscrits; dès qu'il
sut bien son métier, il travailla pour son compte et put
s'établir libraire juré à Paris. Il est à croire qu'à cette
époque ses parents étaient morts, et que c'est avec leur
modeste héritage qu'il acheta la charge de libraire juré.
Quoiqu'il en soit, il vivait à peu près de son métier,
quand il fut amené à faire un mariage, qui le mit de
suite à l'aise. Son caractère égal, sa piété, son ardeur
au travail l'avaient fait remarquer d'une nommée Pernelle;
cette « belle et honnête dame » déjà veuve de
deux maris, Raoul Lethas et Jehan Hanigues, supportait
avec difficulté la solitude et les tristesses du veuvage
(1); amenée par quelqu'acte à copier, à entrer en
relations avec Flamel, elle lui laissa entendre qu'elle
prendrait volontiers mari; quoiqu'elle fût plus âgée que
lui, Flamel n'hésita pas et le mariage eut lieu environ


1. Pernelle avait une soeur nommée Isabelle, mariée en secondes noces à Jehan Perrier, tavernier. Elle n'avait pas eu d'enfants
de ce mariage, mais elle en possédait trois du premier lit:
Guillaume, Oudin et Collin. Son mari avait nom Guillaume
Lucas.

@

NICOLAS FLAMEL 7 --------------------------------------------------------

l'année 1355. De nombreux avantages en résultaient
pour lui; n'ayant plus à se soucier de son intérieur il
pouvait se réserver tout à son travail, la dot de Pernelle
lui permettait d'étendre le cercle de ses opérations, enfin
il trouvait en Pernelle une compagne fidèle, pleine de
bonnes qualités et dont le dévouement ne lui fit jamais
défaut. Aussi pendant quelques années Flamel fut-il prosaïquement
heureux. Son métier d'écrivain tel qu'on le
comprenait alors, lui rapportait suffisamment pour vivre
même quand il ne se fût pas adonné à la confection des
manuscrits de grand prix comme son confrère Jean Flamel,
même s'il se fût contenté de faire les manuscrits
courants et les copies d'actes. Nicolas Flamel achetait de
plus des manuscrits pour les recopier ou les revendre, il
correspondait donc à l'imprimeur, à l'éditeur et au
libraire de nos jours. Enfin il tenait chez lui une sorte
d'école élémentaire, appelée petite école ou école française;
c'était l'enseignement primaire du temps; on y
apprenait à lire, à écrire, à compter, ainsi que les premiers
éléments de la grammaire française.
Des gens de la cour, de nobles seigneurs envoyaient leurs enfants chez Flamel et souvent eux-mêmes y
venaient apprendre à signer leur nom.
Flamel avait d'abord une échoppe au charnier des
@

8 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Innocents, mais il était établi depuis peu de temps, lorsque
la corporation des Ecrivains (1) se transporta en
masse aux alentours de l'Eglise Saint-Jacques. C'était la
coutume que chaque corporation se confinât dans un
quartier, dans une rue; Guillebert de Metz, en dénombrant
les rues de Paris, indique en même temps les
corps de métiers qui les habitaient. Ainsi autour de
l'Eglise Saint-Jacques nous voyons la rue de Marivaus
« où demeurent les cloutiers et vendeurs de fil », les
rues de « la vieille Monnaie, la Haumerie, où l'on fait
armures. » La rue qui longeait l'Eglise Saint-Jacques
n'avait pas de nom, elle prit celui de la corporation qui
venait de s'y établir, car auparavant on l'appelait simplement:
« Rue de l'Eglise Saint-Jacques. » Flamel suivit
ses confrères, il acheta une échoppe adossée aux murs
de l'Eglise, et d'autre part un terrain, au coin de la rue
de Marivaus et de la rue des Ecrivains, sur lequel il fit
élever une maison.
Son échoppe, au dire de Sauval, avait deux pieds et demi de long sur deux pieds de large, ce qui semble


1. Le nom de quelques-uns d'entre eux nous est parvenu: Ansel Chardon, écrivain et marguillier de Saint-Jacques, Jean
Harengier, qui avait sa maison en face celle de Flamel, à l'autre
coin de la rue de Marivaus, etc.

@

NICOLAS FLAMEL 9 --------------------------------------------------------

fort étroit, mais il faut savoir que l'échoppe servait uniquement
à exposer les manuscrits, les spécimens du
savoir-faire de l'écrivain. C'était encore dans cette
échoppe que l'écrivain se tenait habituellement, c'est là
qu'il attendait les clients et débattait les prix d'achat
ou de vente. Quant aux élèves et aux ouvriers de Flamel,
ils étaient à sa maison de la rue des Ecrivains.
Cette maison était à l'enseigne de la fleur de Lys. Flamel
y tenait l'école française; dans une pièce séparée
ses calligraphes et apprentis se livraient à la confection
des psautiers et des livres d'heures, qui formaient alors
le fonds de la librairie. Un ou deux calligraphes et
quelques apprentis pour les menues besognes suffisaient
largement à Flamel pour faire face aux demandes de sa
clientèle. Le nom d'un seul des ouvriers de Flamel
nous est parvenu, c'était un clerc nommé Maugin, qui
servait en même temps de valet à Pernelle, cette dernière
ne l'a pas oublié dans son testament.
Flamel et sa femme vivaient retirés, menant une vie très simple, vêtus d'étoffes communes, mangeant dans
de la vaisselle de terre des mets grossiers, remplissant
avec assiduité leurs devoirs de chrétiens. Jamais, même
au moment de leur plus grande prospérité ils ne se départirent
de cette simplicité; ceci ne concorde guère avec

@

10 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

les affirmations de l'abbé Villain qui nous représente les
deux époux comme très vaniteux! Deux servantes, Marguerite
la Quesnel et sa fille Colette aidaient Pernelle
dans le ménage, cela n'était pas trop de deux domestiques
car, en outre des deux époux, il y avait les ouvriers
à nourrir.
D'après les sculpteurs dont les reproductions nous sont parvenues, Flamel était d'une taille un peu au-dessus
de la moyenne, le corps est robuste, les mains fines,
la tête plutôt petite, le front haut et découvert indique
l'intelligence, les yeux grands et enfoncés dans leurs
orbites, le nez droit, signe de volonté et de persévérance,
le menton est rond, la bouche avenante, plus propre
au sourire qu'au rire, un peu d'amertume se décèle
dans deux plis partant des ailes du nez et encadrant la
bouche. L'ensemble révèle la bonté et la finesse. Tel
est du moins le portrait que l'on peut tracer de Flamel,
d'après la gravure que l'on trouve en tête de l'histoire
critique de l'abbé Villain et qui était elle-même une
reproduction de la statue de Flamel qui décorait le portail
de Sainte Geneviève des Ardents. Cependant il doit
exister d'autres portraits de Flamel, gravés ou peints,
si nous en croyons les deux passages suivants: « Du
temps de Borel, on voyait son portrait peint (celui de

@

NICOLAS FLAMEL 11 --------------------------------------------------------

Flamel) chez M. des Ardres, médecin, représenté en
pèlerin. Son bonnet était de trois couleurs, noir, blanc,
rouge » (Dictionnaire de Moreri). Et: « Il existe un portrait
de Nicolas Flamel, alchimiste, gravé en Allemagne
et copié depuis par Montcornet... M. Brunet de Presles
possède une série de gouaches in-folio, peintes vers
la fin du règne de Louis XIV, on y remarque divers portraits
de Flamel et une reproduction de ses hiéroglyphes
» (Article Flamel, par V. de Viriville, dans le Dictionnaire
biographique d'Hoeffer).
Quant à Pernelle, représentée dans les figures du charnier des Innocents, elle était un peu plus petite que
son mari, assez élancée, elle avait des traits fins et réguliers,
le visage ovale. Tels étaient ces deux époux, dont
les vertus devaient être récompensées par la découverte
du prestigieux secret des Philosophes.

-------------
@

12 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------


CHAPITRE II
Songe de Flamel. -- Achat du livre d'Abraham Juif.
-- Description de ce livre. -- Flamel commence à s'occuper d'alchimie. -- Les conseils de maître Anseaulme. -- Flamel se décide à faire le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle.
Flamel vivait fort tranquillement, partageant également son temps pour la prospérité de ses affaires et
pour le salut de son âme, lorsqu'une nuit il eut une
vision.
Un ange lui apparut dans un nimbe éclatant, il tenait la main un manuscrit dont la couverture présentait des
caractères étranges: « Flamel, dit-il, regarde bien ce
livre, tu n'y comprends rien, ni toi, ni beaucoup d'autres,
mais tu y verras un jour ce que nul n'y saurait
voir. » Flamel tendait la main quand il disparut.
Flamel ne songeait plus à la vision qui l'avait tant frappé, quand un jour de l'année 1357 il acheta d'un
inconnu en quête d'argent, un vieux manuscrit orné de

@

NICOLAS FLAMEL 13 --------------------------------------------------------

figures bizarres, il le paya deux florins (1). « Celui
qui m'avait vendu ce livre ne savait pas ce qu'il valait,
aussi peu que moi quand je l'achetai. Je crois qu'il
avait été dérobé aux misérables Juifs, ou trouvé quelque
part caché dans l'ancien lieu de leur demeure ».
L'ayant examiné, il reconnut le livre de sa vision. C était un manuscrit « doré, fort vieux et beaucoup
large, il n'était point en papier ou parchemin comme
sont les autres, mais seulement il était fait de déliées
écorces (comme il me semblait) de tendres arbrisseaux.
Sa couverture était de cuivre bien délié, toute gravée
de lettres ou figures étranges, et quant à moi, je crois
qu'elles pouvaient bien être des caractères grecs ou
d'autre semblable langue ancienne. Tant y a que je ne
les savais pas lire et que je sais bien qu'elles n'étaient
point notes ni lettres latines ou gauloises, car nous y
entendons un peu. Quant au dedans ses feuilles d'écorce
étaient gravées et d'une très grande industrie, écrites
avec une pointe de fer, en belles et très nettes lettres
latines colorées. »
Ce livre n'avait point de titre, du moins Flamel n'en

1. Les citations qui suivent sont tirées du Livre des figures hiéroglyphiques.

@

14 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

parle pas, mais; « Au premier des feuillets, il y avait
écrit en lettres grosses capitales dorées, Abraham le
Juif, prince, prêtre, lévite, astrologue et philosophe, à
la gent des Juifs, par l'ire de Dieu dispersée aux Gaules,
salut D. I. Après cela il était rempli de grandes exécrations
et malédictions avec ce mot Maranatha, qui
était souvent répété contre une personne qui jetterait
les yeux sur icelui, s'il n'était sacrificateur ou scribe. »
Ce livre était l'oeuvre du rabbi Abraham, cabaliste sur
lequel nous avons peu de détails. A part cet ouvrage sur
l'alchimie (connu vulgairement sous le nom de Livre
d'Abraham Juif et dont le nom réel serait: Asch Mezareh
selon Eliphas Levi), il nous reste de lui un autre
ouvrage intitulé: La sagesse divine par Abraham le Juif,
dédié à son fils Lamech. L'original semble perdu, mais
il en existe une copie manuscrite du XVIIIe siècle dans la
magnifique bibliothèque de M. Stanislas de Guaïta.
Flamel n'osait passer outre devant les terribles imprécations de la première page, il était surtout intimidé par
le mot de Maranatha, qui signifie: anathème, malédiction
universelle. Cependant c'était assez l'habitude des
alchimistes de placer ainsi l'anathème sur le seuil de
leur oeuvre pour arrêter les profanes. Roger Bacon
n'écrit-il pas dans sa Première Lettre à Jean de Paris:

@

NICOLAS FLAMEL 15 --------------------------------------------------------

« Maudit soit celui qui posséderait à la fois ces trois
secrets (1) ». Cependant Flamel réfléchit qu'il était
scribe ou écrivain et que par conséquent il lui était permis
de passer outre, ce qu'il fit. « Dans ce livre au
second feuillet, il consolait sa nation, la conseillant de
fuir les vices et surtout l'idolâtrie, attendant le Messie à
venir avec douce patience, lequel vaincrait tous les rois
de la terre et régnerait avec sa gent en gloire éternellement.
» Devant ces promesses, fleurant l'hérésie, Flamel
n'a pas d'indignation, il ajoute simplement: « Sans
doute, savoir été un homme fort savant. »
Mais ce n'était là que l'introduction du livre d'Abraham Juif, le reste de l'ouvrage, traitant d'alchimie, était
divisé en sept chapitres; comprenant vingt-et-un feuillets
(soit quarante-deux pages); il y avait en outre sept
figures, quatre réparties dans le texte et trois en dehors,
chacune à la fin d'un septénaire; c'est-à-dire, après les
pages 7, 14 et 21, elles n'étaient pas comptées dans la
pagination. Mais laissons la parole à Flamel. « Au
troisième feuillet et en tous les autres suivants écrits,
pour aider sa captive nation à payer les tributs aux


1. Les trois secrets dont il s'agit sont: l'oeuvre, la mixtion et la proportion.

@

16 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

empereurs romains et pour faire autre chose que je ne
dirai pas (1), il leur enseignait la transmutation métallique
en paroles communes, peignait les vaisseaux au
côté et avertissait des couleurs et de tout le reste,
sauf du premier agent dont il n'en disait mot, mais bien
(comme il disait au quatrième et cinquième feuillets
entiers), il le peignait et figurait par très grand artifice.
Car encore qu'il fut bien intelligiblement figuré et peint,
toutefois aucun ne l'eût su comprendre sans être fort
avancé en leur cabale traditive et sans avoir étudié les
livres. » L'ouvrage contenait sept figures hiéroglyphiques,
une à la fin de chaque septénaire et quatre réparties
dans la seconde partie de l'ouvrage. Flamel les
décrit soigneusement. Au premier septénaire, dit-il, il y
avait peint une Verge et des Serpents s'engloutissant,
au second septième une Croix où un serpent était
crucifié, au dernier septième, étaient peints des déserts,
au milieu desquels coulaient plusieurs belles fontaines,
dont sortaient plusieurs serpents qui couraient par ci et
par là. » Quant aux autres figures il en parle ainsi:


1. Peut-être la reconstruction du Temple de Jérusalem; en tout cas remarquons ici combien Flamel se montre tolérant pour
son époque en respectant le secret des Juifs.

@

NICOLAS FLAMEL 17 --------------------------------------------------------

« Donc le quatrième et cinquième feuillet était sans
écriture, tout rempli de belles figures enluminées, ou
comme cela (1), car cet ouvrage était fort exquis. Premièrement,
il peignait un jeune homme avec des ailes
aux talons, ayant une Verge caducée en main, entortillée
de deux serpents, de laquelle il frappait une salade (2) qui
lui couvrait la tête. Il semblait à mon petit avis le Dieu
Mercure des païens; contre icelui venait courant et
volant à ailes ouvertes un grand vieillard, lequel sur sa
tête avait une horloge attaché, et en ses mains une faux
comme la mort, de laquelle terrible et furieux, il voulait
trancher les pieds à Mercure. A l'autre face du
feuillet quatrième, il peignait une belle fleur en la sommité
d'une montagne très haute, que l'aquilon ébranlait
fort rudement, elle avait le pied bleu, les fleurs blanches
et rouges, les feuilles reluisantes comme l'or fin, à l'entour
de laquelle les Dragons et Griffons Aquiloniens
faisaient leur nid et demeurance. Au cinquième feuillet
y avait un beau rosier fleuri au milieu d'un beau jardin,
échelant contre un chêne creux, au pied desquels


1. Ces mots n'ont aucun sens pour nous, mais dans le manuscrit du Livre des figures hiéroglyphiques, Flamel avait reproduit
les figures d'Abraham Juif.
2. Casque.
@

18 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

bouillonnait une fontaine d'eau très blanche, qui s'allait
précipiter dans les abîmes, passant néanmoins premièrement,
entre les mains d'infinis peuples qui fouillaient
en terre, la cherchant, mais parce qu'ils étaient
aveugles, nul ne la connaissait fors quelqu'un, considérant
le poids. Au dernier revers du cinquième, il y
avait un Roi avec un grand coutelas, qui faisait tuer
en sa présence par des soldats, grande multitude de
petits enfants, les mères desquels pleuraient aux pieds
des impitoyables gendarmes, le sang desquels petits
enfants, était puis après recueilli par d'autres soldats,
et mis dans un grand vaisseau, dans lequel le Soleil et la
Lune du ciel venaient se baigner. »
Nous reviendrons plus loin sur ces figures d'Abraham Juif, nous en donnerons une description plus complète
et nous les expliquerons méthodiquement. Flamel ayant
décrit tout au long les figures de son précieux manuscrit,
se défend d'en livrer le texte au public: « Je ne
représenterai point, dit-il, ce qui était écrit en beau
et très intelligible latin en tous les autres feuillets écrits,
car Dieu me punirait, d'autant que je commettrais plus de
méchanceté que celui (comme on dit) qui disait que
tous les hommes du monde n'eussent qu'une tête et
qu'il la peut couper d'un seul coup. » Flamel comprit de

@

NICOLAS FLAMEL 19 --------------------------------------------------------

suite l'immense valeur du manuscrit que la Providence
avait fait tomber entre ses mains, et il rendit tout d'abord
grâces à Dieu.
Le livre d'Abraham Juif enseignait la manière de faire de l'or; malheureusement le premier agent n'était pas
désigné, et si plusieurs opérations étaient décrites fort
clairement, quelques autres, notamment la préparation
de la matière première, les degrés du feu, les proportions
étaient simplement indiquées par les sept hiéroglyphes.
Flamel malgré tout se mit à réfléchir, à relire son trésor,
à le commenter, mais en vain, l'obscurité l'enveloppait de
toute part. Il promenait partout un front soucieux, son
humeur devenait fantasque, mais quoiqu'il fit pour
celer son souci, Pernelle s'en aperçut dès les premiers
jours, discrète elle n'en dit d'abord rien, enfin n'y pouvant
plus tenir, par tendresse ou par curiosité, elle interrogea
son mari. Flamel résista, puis le secret lui pesant,
il se soulagea par la confidence, il apprit tout à Pernelle,
l'achat du manuscrit, son contenu, les trésors promis à
celui qui le comprendrait: « Je ne pus jamais tenir ma
langue que je ne lui dise tout, et lui montrasse ce beau
livre, duquel à même instant qu'elle l'eût vu, elle en
fût autant amoureuse que moi-même, prenant un
extrême plaisir de contempler ces belles couvertures,

@

20 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

gravures, images et portraits, auxquelles figures elle
entendait aussi peu que moi. Toutefois ce m'était une
grande consolation d'en parler avec elle et de m'entretenir,
qu'est-ce qu'il faudrait faire pour avoir l'interprétation
d'icelles. » Flamel était absolument novice en alchimie,
il avait certainement auparavant vu quelques manuscrits
hermétiques, mais il n'avait jamais eu la curiosité
de les parcourir. Et voici que tout d'un coup il se prend
d'une belle passion pour l'alchimie. Son amour des beaux
livres y est certainement pour quelque chose, le manuscrit
d'Abraham Juif l'a conquis dès l'abord par sa richesse,
sa vénérable antiquité, ses délicates enluminures, un
livre aussi riche ne peut contenir que de bonnes choses.
Et puis n'est-il pas écrit de la main d'un Juif: au moyen-
âge, le Juif est en dehors de la société, il est même souvent
hors de la loi, et cependant ce paria règne d'une
manière occulte, il se fait petit dans la rue où sa livrée
le désigne aux injures de la populace, il s'humilie même
devant le seigneur qui vient lui emprunter, il souffre
tout, car il a l'intuition que lui aussi sera tôt ou tard le
premier, grâce aux deux puissants leviers d'Israël: la
ténacité et l'argent. Le Juif exécré est cependant
redouté, le peuple l'accuse d'être familier avec Satan,
tous les sacrilèges commis dont les auteurs ne peuvent

@

NICOLAS FLAMEL 21 --------------------------------------------------------

être retrouvés, tous les crimes sont mis au dossier du
Juif. Aussi une sorte de terreur superstitieuse s'attache à
lui. Le chrétien ira de préférence acheter chez le Juif,
sachant d'avance qu'il sera volé, c'est l'attirance de la
mouche par l'araignée; les papes et les rois ont à leur
service des médecins ou des astrologues juifs, il leur
semble que la science d'un juif doit être supérieure
justement à cause de son origine illicite.
Le livre d'Abraham Juif parut donc à Flamel à cause même de sa provenance beaucoup plus précieux qu'un
traité d'Hermès ou de Geber. Au reste, il était rempli de
caractères hébraïques et de chiffres dont on ne pouvait
comprendre le sens qu'en étant versé dans la Kabbale, un
livre plus facile à comprendre aurait été peut-être dédaigné,
celui-ci irrita la curiosité de Flamel qui se promit
de déchiffrer tous ces arcanes, et il tint sa promesse!
Nous n'avons pas fait entrer en ligne l'appât des richesses,
c'est que Flamel n'a jamais désiré l'or pour lui-
même, peu lui importait d'être riche ou pauvre, il donna
tout aux pauvres et aux églises, et quand il mourut il n'était
guère plus riche qu'avant d'avoir opéré la transmutation,
du reste il ne fit cette opération que trois fois
dans sa vie! Est-ce là le caractère d'un homme avide
d'or? Si nous insistons tant sur ce point, c'est que dès

@

22 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

à présent il faut bien comprendre que Flamel n'étudia
l'alchimie que par curiosité, par amour de la science et
non dans un but de lucre, ce qu'il voit à la fin de ses
travaux, c'est de pouvoir enfin lire couramment son mystérieux
livre d'Abraham Juif, de pouvoir déchiffrer les
hiéroglyphes dont le sens lui échappe, il n'a qu'un désir,
parfaire le grand oeuvre, et contempler les merveilles de
la pierre des philosophes! Voilà les seules raisons qui
poussent Flamel, les obstacles, les déceptions ne feront
que l'irriter sans le décourager.
La résistance soutient les forts, car seuls ils sont capables de puiser de nouvelles forces dans la lutte.
Flamel était donc songeant nuit et jour à son manuscrit, mais nous avons vu qu'il était absolument novice en
la science d'Hermès, et circonstance aggravante, le livre
d`Abraham est l'un des plus obscurs et des plus symboliques
de toute la bibliographie alchimique.
Flamel ne pouvait entreprendre seul l'étude de l'hermétisme, il lui fallait un maître pour le diriger. Il s'aboucha
donc avec quelques-uns des nombreux alchimistes de
Paris. Mais à quel titre leur demander des renseignements,
fallait-il avouer qu'il s'occupait d'alchimie? Non,
cela eût fait tort à son commerce et à sa considération,
puis quelque souffleur n'aurait pas manqué de s'insinuer

@

NICOLAS FLAMEL 23 --------------------------------------------------------

dans sa confiance, puis de venir s'installer chez lui. Flamel
aimait la tranquillité et il ne tenait pas du tout alors
à passer pour alchimiste, le métier était assez dangereux
et le malheureux qui attirait l'attention sur lui avait le
choix entre: travailler pour le Roi dans une tour bien
gardée, ou aller bénir les passants avec les pieds du
haut d'un gibet doré, en cas de refus. Pour résoudre
cette difficulté, Flamel fit copier sous ses yeux par un
habile enlumineur les sept figures et il les montrait à
ceux de ses clients et connaissances qu'il savait avoir fait
quelqu'étude de l'alchimie. Il leur demandait simplement
ce que ces figures pouvaient bien signifier; à ceux, dont
la discrétion lui était assurée, il avouait que c'étaient des
hiéroglyphes alchimiques tirés d'un manuscrit sur la
pierre philosophale. Mais laissons Flamel raconter lui-
même ses tribulations: « Enfin je fis peindre le plus au
naturel que je peux, dans mon logis, toutes ces figures et
portraits du quatrième et cinquième feuillet, que je
montrai à Paris à plusieurs grands clercs qui n'y entendirent
jamais plus que moi. Je les avertissais même que
cela avait été trouvé dans un livre qui enseignait la
pierre philosophale, mais la plupart d'iceux se moquèrent
de moi, et de la bénite pierre, fors un appelé Maître
Anseaulme, qui était licencié en médecine, lequel

@

24 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

étudiait fort en cette science. Icelui avait grande envie
de voir mon livre et n'y eût chose qu'il ne fit pour le
voir, mais toujours je l'assurai que je ne l'avais point,
bien lui fis-je une grande description de sa méthode ».
Pour comprendre l'empressement de maître Anseaulme, il faut savoir qu'à cette époque l'alchimie commençait
à s'étendre. Raymond Lulle était mort dans les
premières années du XIVe siècle, mais Jean de Meung,
Cremer, Richard l'anglais, Odomar, Jean de Rupescissa,
Ortholain avaient suivi ses traces, l'alchimie
gagnait peu à peu, pas de famille où il n'y eût un hermétiste.
La science commençait à se répandre hors des
monastères où elle avait été d'abord à peu près exclusivement
renfermée. L'école alchimique occidentale commence
à se constituer avec Roger Bacon et Albert le
Grand, Raymond Lulle et Arnauld de Villeneuve. Ce
sont eux qui répandent dans l'occident barbare toute la
science antique recueillie et accrue par les Arabes; l'alchimie
fait partie de ces connaissances, ainsi qu'Hoeffer
l'avait démontré (Thèse reprise par M. Berthelot).
L'alchimie pénétrait donc peu à peu les diverses couches de la société; mais les manuscrits étaient rares
encore, ils coûtaient fort cher, on se les prêtait comme
de précieux trésors; les auteurs eux-mêmes étaient peu

@

NICOLAS FLAMEL 25 --------------------------------------------------------

nombreux, quelques arabes: Geber, Avicenne, Kalid,
Morien, quelques gréco-égyptiens, Hermès, Synésius,
Démocrite, plus les oeuvres des premiers maîtres occidentaux,
tels étaient les manuscrits que l'on étudiait le
plus communément. Aussi quand un alchimiste entendait
parler d'un nouveau manuscrit encore inconnu, faisait-il
tout son possible pour le posséder ou tout au moins le
copier, le lire! Peut-être enfin la matière serait-elle
désignée dans ce manuscrit, peut-être serait-ce là le
manuscrit introuvable où le grand oeuvre est décrit sans
mystères? C'était là certainement la pensée de maître
Anseaulme, mais devant les dénégations systématiques
de Flamel, il se résigna à lui expliquer les figures d'Abraham
sans plus chercher à voir l'original, voici cette
explication de souffleur, que Flamel nous a conservée.
« Il disait que le premier portrait représentait le temps
qui dévorait tout ce qu'il fallait l'espace de six ans selon
les six feuillets écrits, pour parfaire la pierre, soutenait
qu'alors il fallait tourner l'horloge et ne cuire plus. Et
quand je lui disais que cela n'était peint que pour
démontrer et enseigner le premier agent (comme était
dit dans le livre), il répondait que cette coction de six
ans était comme un second agent. Que véritablement le
premier agent y était peint, qui était l'eau blanche et

@

26 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

pesante, qui sans doute était le vif-argent, que l'on ne
pouvait fixer ni à icelui couper les pieds, c'est-à-dire
ôter sa volatilité, que par cette longue décoction dans
un sang très pur de jeunes enfants, que dans icelui, ce
vif-argent se conjoignant avec l'or et l'argent se convertissait
premièrement avec eux en une herbe semblable à
celle qui était peinte, puis après par corruption en serpents,
lesquels étant après entièrement asséchés et cuits
par le feu, se réduiraient en poudre d'or qui serait la
pierre. » Si les autres explications de maître Anseaulme
étaient de cette force, Flamel non seulement n'en
savait pas plus qu'avant, mais encore il s'engageait dans
un labyrinthe sans issue; maître Anseaulme n'était en
somme qu'un vulgaire souffleur, il prenait à la lettre les
paraboles des philosophes et s'il travaillait de la même
façon, ses oeuvres devaient avoir deux termes: l'imbécillité
et le sacrilège. On trouvera plus loin l'explication
des figures d'Abraham selon les principes exposés dans
notre précédent ouvrage: Théories et Symboles des
alchimistes, et l'on verra combien elles diffèrent de celle
de maître Anseaulme, le médecin alchimiste! Flamel
ayant bien médité le livre d'Abraham Juif, crut devoir
néanmoins passer à la pratique; il travaillait en secret et
nul autre que Pernelle ne sut jamais qu'il s'occupait

@

NICOLAS FLAMEL 27 --------------------------------------------------------

d'alchimie; il avait fini par ne plus demander de conseils,
inutiles toujours, nuisibles souvent; mais pour travailler
selon sa propre inspiration, il n'en faisait pas pour
cela de meilleur ouvrage. Les jours se succédaient, les
mois suivaient les mois, les années s'ajoutaient aux
années, et pas le moindre succès ne venait l'encourager;
il n'en persévérait pas moins, ne quittant l'athanor
que pour aller à l'Eglise Saint-Jacques, il partageait son
temps entre la prière et la méditation des anciens philosophes,
car Flamel s'était monté une bibliothèque hermétique
et il possédait plusieurs manuscrits. Il existe à
la Bibliothèque nationale un manuscrit coté 19.978, supplément
français, fonds Saint-Germain-des-Prés, qui
porte à la fin le nom de Flamel, c'est le Livre des lavûres,
copié de la propre main de l'écrivain, nous en reparlerons;
de plus nous trouvons ceci dans le Dictionnaire
de Moreri. « Il existe un manuscrit de chimie d'Almasatus
au roi de Carmasan, qui porte le titre de propriété
de Nicolas Flamel. » Ainsi donc Flamel, malgré toutes
les petites raisons de l'abbé Villain, s'occupait d'alchimie
et sérieusement même.
Néanmoins malgré tous les conseils des clercs en hermétique, malgré ses propres travaux, malgré les lumières
qu'il pouvait tirer de ses manuscrits ou même à

@

28 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

cause de tout cela, il ne faisait rien qui vaille, les avis
étonnants de maître Anseaulme y étaient bien pour
quelque chose, aussi nous dit-il: « Cela fut cause que
durant le long espace de vingt-et-un ans je fis mille
brouilleries, non toutefois avec le sang, ce qui est
méchant et vilain. Car je trouvais dans mon livre que les
Philosophes appelaient sang, l'esprit minéral qui est
dans les métaux, principalement dans le Soleil, la Lune
et Mercure, à l'assemblage desquels je tendais toujours,
aussi ces interprétations pour la plupart étaient plus
subtiles que véritables. Ne voyant donc jamais en mon
opération les signes ou temps écrit dans mon livre, j'étais
toujours à recommencer. » Flamel n'a pas une
parole amère pour ceux dont les pernicieux conseils lui
ont fait dépenser tant de temps et tant d'argent, il n'a
pas un regret pour les années écoulées, pas un seul instant
de défaillance. Cependant comme il en était à peu
près au même point qu'en commençant, il réfléchit qu'il
ferait bien de voyager, il connaissait déjà quelques souffleurs
à Paris, mais aucun n'était assez avancé pour lui
être utile. Au reste il lui fallait trouver non seulement
un philosophe, mais encore un kabbaliste pour lui expliquer
certains passages écrits en hébreu. Il irait donc en
Espagne où les Juifs étaient alors fort nombreux; longtemps

@

NICOLAS FLAMEL 29 --------------------------------------------------------

en relation avec les Maures, ils avaient profité du
contact et ils avaient produit nombre d'excellents médecins
recherchés des cours d'Europe. Le but de son
voyage était Saint-Jacques de Compostelle en Galice
(en espagnol Santiago ou Compostella) but célèbre de
pèlerinage, que Flamel avait fait voeu de visiter en
l'honneur de Saint-Jacques, patron de sa paroisse.

-------

CHAPITRE III
Pèlerinage de Flamel à Saint-Jacques de Compostelle.
-- Légende de Saint-Jacques! -- Flamel fait la connaissance de maître Canches. -- Retour en France. -- Mort de Canches à Orléans. -- Travaux de Flamel. -- Première et seconde transmutation. -- Prière de Flamel.
Ayant donc fait voeu « à Dieu et à Monsieur Saint- Jacques de Galice, pour demander l'interprétation d'icelles
(les figures), à quelque sacerdot juif, en quelque
synagogue d'Espagne » et Pernelle ayant consenti au
voyage, Flamel partit avec l'habit de pèlerin orné de

@

30 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

coquilles et le bourdon à la main. Il emportait avec lui
copie des figures d'Abraham et un extrait des passages
qui lui avaient paru plus importants. « Donc en cette
même façon je me mis en chemin et tant fis que j'arrivais
à Montjoye et puis à Saint-Jacques ou avec une
grande dévotion j'accomplis mon voeu ». Nous n'avons
aucun renseignement sur le chemin suivi par Flamel
pour aller en Espagne, mais on peut supposer qu'il y
alla par le chemin que le roi Bermude avait fait tracer
à travers la Navarre, la Rioja et le territoire de Burgos,
spécialement pour les pèlerins venant de France.
Arrivé sur le mont de l'Humilladoiro, d'où l'on découvre la cathédrale de Saint-Jacques, Flamel se prosterna
et pria quelques instants selon la coutume, peut-
être avait-il l'intuition que son voeu serait exaucé.
Quelques mots sur Saint Jacques de Compostelle, que nous appellerons désormais de son nom espagnol,
Santiago (San Iago, Saint Jacques). En 835, Théodomir,
évêque d'Iria, fut informé par un montagnard que sur
une colline boisée à quelque distance à l'ouest du mont
Pedroso, on apercevait la nuit une lumière douce légèrement
bleuâtre, et quand le ciel était sans nuages, on
voyait une étoile d'un merveilleux éclat au-dessus de ce
même lieu. Théodomir se rendit avec tout son clergé

@

NICOLAS FLAMEL 31 --------------------------------------------------------

sur la colline, on fit des fouilles à l'endroit indiqué, et
on trouva dans un cercueil de marbre un corps parfaitement
conservé que des indices certains révélèrent être
celui de l'apôtre saint Jacques. On construisit naturellement
une chapelle, les pèlerins affluèrent, des maisons
se construisirent autour de la chapelle, bientôt
l'agglomération put s'appeler ville, la chapelle fut transformée
en cathédrale. L'évêque d'Iria transporta son
siège dans la nouvelle ville qui reçut le nom de Santiago
(S. Jacques) ou encore de Compostelle (campus
stellae, champ de l'étoile). Flamel, ayant en compagnie
des autres pèlerins été admis à baiser le manteau de
Saint-Jacques, après avoir distribué des aumônes et
ardemment prié, se remit en route. Il revenait par le
même chemin, lorsqu'à Léon, il rencontra un marchand
français originaire de Boulogne, il fut mis par lui en
relation avec un médecin juif nommé maître Canches,
qui demeurait alors à Léon. C'était un juif converti
au christianisme, et « fort savant en sciences sublimes
» c'est-à-dire Kabbaliste très instruit. Lors de
leur première entrevue, le marchand de Boulogne, qui
servait d'intermédiaire, expliqua à maître Canches
que Flamel avait à lui demander son avis au sujet de
certaines figures mystérieuses copiées dans un livre très

@

32 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

ancien. Flamel ayant donc exhibé ses copies, maître
Canches change subitement de visage, il rayonne, il
exulte, c'est que ces figures sont tirées de l'Asch Mezareph
du rabbi Abraham, livre que les cabalistes croyaient
à jamais perdu. Dans sa joie il cherche à communiquer
directement avec Flamel, il lui demande en latin s'il a
quelque nouvelle du manuscrit original, et Flamel lui
répond dans la même langue qu'il a « espérance d'en
avoir de bonnes nouvelles si quelqu'un lui déchiffrait ces
énigmes. Tout à l'instant transporté de grande ardeur
et joie, il commença de m'en déchiffrer le commencement
». Voilà maître Canches et Flamel grands amis,
l'un a trouvé un manuscrit que l'on croyait perdu, l'autre
tient enfin l'explication de ces figures qui l'embarrassaient
tant. Quand Flamel eût révélé qu'il possédait
l'original, mais qu'il ne le montrerait qu'à la condition
qu'on lui expliqua tout, maître Canches n'hésita pas à
faire le voyage pour voir le précieux manuscrit. Ayant
à peine pris le temps de mettre ordre à ses affaires, il
partit avec Flamel. Les deux compagnons se rendirent
à Oviedo et de là à Sanson où ils prirent la mer pour
revenir plus rapidement « Notre voyage avait été
assez heureux et déjà depuis que nous étions entrés
en ce royaume, il m'avait très véritablement interprété

@

NICOLAS FLAMEL 33 --------------------------------------------------------

la plupart de nos figures, où jusques même aux
points, il trouvait de grands mystères (ce que je trouvais
fort merveilleux), quand arrivants à Orléans, ce
docte homme tomba extrêmement malade, affligé de très
grands vomissements qui lui étaient restés de ceux qu'il
avait souffert sur la mer. Il craignait tellement que je le
quittasse, qu'il ne se peut rien imaginer de semblable.
Et bien que je fusse toujours à ses côtés, si m'appelait-
il incessamment, enfin il mourut sur la fin du septième
jour de sa maladie dont je fus fort affligé; au mieux
que je pus, je le fis enterrer en l'Eglise Sainte-Croix à
Orléans, où il repose encore. Dieu aie son âme. Car il
mourut en bon chrétien. Et certes, si je ne suis empêché
par la mort, je donnerai à cette Eglise quelques
rentes pour faire dire pour son âme tous les jours
quelques messes ». Pauvre Canches! Flamel, attristé
par la mort de son compagnon, se remit en chemin pour
Paris.
Son voyage avait pleinement réussi, il connaissait maintenant le premier agent, la matière, le fourneau;
quelques détails lui étaient encore inconnus, mais avec
ce qu'il savait il pouvait dès lors opérer sans crainte
d'errer misérablement. Aussi quelle fut la joie de Pernelle
quand elle vit revenir son époux, bruni par le soleil

@

34 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

d'Espagne, quelle joie surtout quand elle connut le
résultat du voyage. « Qui voudra voir l'état de mon
arrivée, dit Flamel, et la joie de Pernelle, qu'il nous
contemple tous deux en cette ville de Paris sur la porte
de la chapelle Saint Jacques de la Boucherie, du côté
et tout auprès de ma maison, où nous sommes peints,
moi rendant grâces aux pieds de M. Saint Jacques de
Galice et Pernelle à ceux de M. Saint Jean, qu'elle
avait si souvent invoqué. » Flamel se remit courageusement
au travail, il était maintenant certain de trouver.
Mais la matière première étant assez longue à préparer
il dut passer encore de longs mois avant de voir sa persévérance
récompensée. Il ne lui fallut pas moins de
trois ans pour parvenir enfin au but tant désiré, ce qui
ajouté aux vingt et un ans dépensés en recherches avant
son pèlerinage, représente vingt quatre années d'un travail
incessant.
Il nous a résumé lui-même sa manière de travailler et comment il parvint enfin à préparer la Matière. « Tant
y a que par la grâce de Dieu et intercession de la bienheureuse
et sainte Vierge et benoîts saint Jacques et
Jean, je sus ce que je désirais, c'est-à-dire les premiers
principes, non toutefois leur première préparation
qui est une chose très difficile sur toutes celles du

@

NICOLAS FLAMEL 35 --------------------------------------------------------

monde. Mais je l'eus encore à la fin après les longues
erreurs de trois ans ou environ, durant lequel temps je
ne fis qu'étudier et travailler, ainsi qu'on me peut voir
hors de cette Arche, où j'ai mis des processions contre
les deux piliers d'icelle, sous les pieds de Saint Jacques
et Saint Jean, priant toujours Dieu le chapelet en
main, lisant très attentivement dans un livre et pesant les
mots des Philosophes, et essayant puis après les diverses
opérations que je m'imaginais par leurs seuls mots.
Finalement je trouvai ce que je désirais, ce que je reconnus
aussitôt par la senteur forte ». La matière préparée,
le reste du Grand-Oeuvre est selon les philosophes
un travail de femmes et un jeu d'enfants. Il n'y avait plus
qu'à chauffer la matière dans un matras de verre ou
oeuf philosophique, renfermé dans un fourneau spécial
nommé Athanor; la matière passait alors par une série
de couleurs et de modifications dont la succession en un
certain ordre prévu indiquait à l'alchimiste qu'il était
dans la bonne voie (1). C'est ainsi que Flamel vit sa
matière devenir grise, puis noire. Cette couleur noire
était appelée par les philosophes: tête de corbeau. C'est
la clef du grand-oeuvre et la première des couleurs principales.


1. Voir: Théories et Symboles des alchimistes. Le grand oeuvre.
@

36 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Puis un cercle blanc entoura la noirceur comme
une auréole.
Du cercle rayonnèrent vers le centre des filaments blancs qui envahirent la masse jusqu'à ce que toute trace
de noir eût disparu. Dans cet état de blancheur parfaite,
la matière porte le nom de petite pierre ou élixir blanc,
elle change les métaux en argent. En voyant apparaître
cette couleur, Flamel n'alla pas plus loin pour cette fois,
dans son impatience il ouvrit l'oeuf philosophique pour
essayer son élixir.
« Donc, nous dit-il, la première fois que je fis la projection, ce fut sur du Mercure, dont j'en convertis demi
livre ou environ en pur argent, meilleur que celui de la
minière, comme j'ai essayé et fait essayer plusieurs
fois. Ce fut le 17 janvier, un lundi environ midi, en ma
maison, présente Pernelle seule, l'an de la restitution de
l'humain lignage mil trois cens quatre-vingt-deux ans. »
Sur dès lors d'être dans la bonne voie, il reprit ce qui lui
restait d'élixir blanc et le remit dans l'oeuf philosophique
pour le parfaire et obtenir la grande pierre ou élixir
rouge, la véritable pierre philosophale, celle qui transmue
les métaux en or. La matière passe par les couleurs
de l'iris ou de l'arc-en-ciel, puis par le jaune orangé,
l'orangé et enfin la couleur pourpre. Flamel prit alors la

@

NICOLAS FLAMEL 37 --------------------------------------------------------

matière au rouge, et en ayant enveloppé un fragment
dans de la cire, il projeta le tout sur du mercure chauffé
dans un creuset, mais laissons-le décrire lui-même cette
fameuse projection. « Et puis après en suivant toujours
mot à mot mon livre, je la fis avec la pierre rouge sur
semblable quantité de mercure, en présence encore de
Pernelle seule, en la même maison, le vingt-cinquième
jour d'avril de la même année, sur les cinq heures du
soir, que je transmuai véritablement en quasi autant de
pur or, meilleur très certainement que l'or commun,
plus doux et plus ployable. Je le peux dire avec vérité. »
Voilà donc Flamel parvenu au but de ses désirs, il peut lire couramment le manuscrit d'Abraham Juif, il
sait maintenant quelles opérations indiquent les mystérieuses
figures, comment il faut s'y prendre pour parfaire
le grand oeuvre et cela lui suffit. Un autre aurait
produit des monceaux d'or pour se livrer sans frein à
toutes les extravagances d'une imagination en délire, un
autre aurait étonné le monde par son faste, faisant l'aumône
aux rois, mettant par la puissance de l'or l'univers
à ses pieds, lui au contraire continue à vivre modestement.
Il méprise l'or, il a la science, c'est elle seule qu'il
recherchait. Il se contente de savoir qu'il peut, mais il ne
veut pas, la richesse lui est tellement indifférente qu'il ne

@

38 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

fit que trois fois la projection dans sa vie (outre les deux
premières) ainsi qu'il nous l'affirme lui-même, et Pernelle
qui s'y entendait aussi bien que lui, ne le poussa jamais
à recommencer. Tous deux ne songent plus qu'à leur
salut, avec le produit de trois projections Flamel fait des
dons aux églises et aux couvents; il dote les hôpitaux,
il secourt les pauvres. Cet homme d'élite comprend si
bien que ce n'est pas la richesse qui fait le bonheur,
qu'il ne lègue aucun bien à celui de ses neveux qu'il a
distingué pour sa bonne conduite, il lui lègue simplement
la science, un manuscrit de sa propre main où il lui
enseigne l'art divin de transmuer les métaux.
Ce qu'il faut retenir de tout ceci, c'est que Flamel n'a jamais souhaité la richesse et que devenu adepte, il
n'a usé de la Pierre qu'avec discrétion. Encore n'employa-t-il
cet argent qu'à des fondations pieuses. La
prière le prévint des tentations, car c'était un homme
pieux, voici sa prière ordinaire qui se trouve en tête du
Livre des figures hiéroglyphiques: « Loué soit éternellement
le Seigneur mon Dieu, qui élève l'humble de la
basse poudrière, et fait réjouir le coeur de ceux qui
espèrent en lui, qui ouvre aux croyants avec grâce les
sources de sa bénignité et met sous leurs pieds les cercles
mondains de toutes les félicités terriennes. En lui

@

NICOLAS FLAMEL 39 --------------------------------------------------------

soit toujours notre espérance, en sa crainte notre
félicité, en sa miséricorde la gloire de la réparation de
notre nature et en la prière notre sûreté inébranlable.
Et toi, ô Dieu tout-puissant, comme ta bénignité
a daigné ouvrir en la terre devant moi, ton indigne serf,
tous les trésors des richesses du monde, qu'il plaise à ta
grande clémence, lorsque je ne serai plus au nombre
des vivants, de m'ouvrir encore les trésors des Cieux, et
me laisser contempler ton divin visage, dont la Majesté
est un délice inénarrable, et dont le ravissement n'est
jamais monté en coeur d'homme vivant. Je te le demande
par le Seigneur Jésus-Christ ton fils bien aimé qui en
l'unité du Saint-Esprit vit avec toi au siècle des siècles.
Ainsi soit-il. » Combien différente cette prière de celle
que l'abbé Villain a copiée dans d'Hydrolitus Sophicus
(Museum hermeticum) et qui est une prière d'un alchimiste
quelconque, l'abbé Villain n'affirme pourtant pas
que cette prière soit de notre adepte: « Flamel dit sans
doute... » dit-il. Mais après lui Collin de Plancy affirme
gravement que cette prière est de Flamel, et Figuier
après lui sans se donner la peine de vérifier, seulement
Figuier enjolive la chose, la prière de l'Hydrolitus serait
celle que Flamel faisait chaque jour pour obtenir du ciel
l'interprétation des figures d'Abraham Juif. Et ainsi l'on
écrit l'histoire.

@

40 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------


CHAPITRE IV
Flamel s'est-il occupé d'alchimie. -- Les raisons de
l'abbé Villain. -- Celles de Salmon. -- Nos raisons. -- Le livre d'Abraham Juif. -- Flamel a été un alchimiste.
Ayant montré Flamel alchimiste et adepte, nous allons examiner une grosse question: Flamel s'est-il
réellement occupé d'alchimie? C'est que la chose a été
discutée, d'autre part il n'est pas trop tard pour en parler,
il valait mieux exposer d'abord les faits, quitte à les
examiner ensuite.
Donc Vallet de Viriville regarde toute cette partie de l'histoire de Flamel comme une légende, il ne va cependant
pas aussi loin que l'abbé Villain qui n'y voit qu'un
roman fabriqué au XVIIe siècle par Arnauld de la Chevalerie.
Figuier plus prudent ne se prononce pas.
Les raisons de Vallet de Viriville étant renouvelées de l'abbé Villain, nous n'examinerons que celles de ce
dernier.
L'abbé prétend que le livre des figures hiéroglyphiques
@

NICOLAS FLAMEL 41 --------------------------------------------------------

n'est pas l'oeuvre de Flamel, mais bien d'Arnauld
de la Chevalerie (gentilhomme poitevin qui le fit imprimer
pour la première fois en le traduisant du latin), et
cela parce que, dit-il: « On n'a jamais vu l'original
latin. Remarquez que: on, c'est lui, l'abbé. Mais, répondons-nous,
a-t-on jamais vu l'original grec de l'Iliade ou
l'original latin de l'Enéide, et sans aller si loin, combien
de chefs-d'oeuvre imprimés au XVIIIe et au XIXe siècle et
dont les manuscrits originaux n'existent plus. En posant
comme loi le principe de Villain, combien d'ouvrages
seraient apocryphes! Passons! 2° Chose grave selon
lui, la première projection est datée du 17 janvier 1382,
la seconde du 25 avril « de la même année » dit Flamel.
Or, l'année commençant à Pâques, on était depuis le 6
avril dans l'année 1383. La fête de Pâques étant mobile,
pour éviter la confusion, on indiquait dans les actes passés
du 22 mars au 5 avril, s'ils avaient été rédigés avant
ou après Pâques. Constatons que ce système prêtait
par conséquent à confusion et que Flamel aura pu se
tromper. 3° Enfin, dit-il, le 17 de janvier 1382 était un
vendredi et Flamel dit un lundi, et sur ce l'abbé triomphe.
Mais Flamel travailla à deux reprises au livre des figures
hiéroglyphiques, en 1399 et en 1413. Mettons qu'il ait
rédigé cette première partie en 1399, la première projection

@

42 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

était donc éloignée de dix-sept ans! Ma foi, nous
trouvons que Flamel pouvait fort bien ne pas se rappeler
au juste quel jour de la semaine elle avait eu lieu et
nous ne le chicanerons pas pour cela. Telles sont les
raisons de l'abbé Villain, nous y avons répondu, le lecteur
jugera. Au reste, l'abbé avait une thèse préconçue et
les petites raisons s'entassent sous sa plume à perte de
vue. Il ne réussit qu'à être ennuyeux. Cependant nous
prétendons ne pas abandonner la discussion sur ce point
avant d'avoir démontré péremptoirement que Flamel
s'est occupé d'alchimie. Nous prouverons d'abord l'authenticité
du livre des figures hiéroglyphiques. Le médecin
Salmon qui a fait la préface de la Bibliothèque des
philosophes chimiques (à Paris, Laurent d'Houry, 1683)
s'est occupé de cette question, aussi ne ferons-nous que
le résumer. Premièrement le nom de Flamel est plusieurs
fois cité dans le livre des figures hiéroglyphiques
et chaque fois à la première personne du singulier: je ou
moi Flamel. Lorsqu'il y est dit qu'il fit la projection en
1382, en présence de Pernelle, celle-ci était encore
vivante et lorsqu'il y est dit que ce livre a été achevé en
1413 après la mort de Pernelle, elle était alors décédée,
comme il appert de nombreux actes des archives de
Saint-Jacques-la-Boucherie. De plus, quel autre que

@

NICOLAS FLAMEL 43 --------------------------------------------------------

Flamel eut pu donner une explication des figures du
Charnier des Innocents, aussi claire au point de vue
théologique, aussi bien adaptée au sens alchimique.
Enfin nul acte, nul fait, rien, absolument rien ne vient
contredire ce qui est narré dans la première partie du
livre des figures hiéroglyphiques. Ajoutons pour ne rien
laisser derrière nous, que l'abbé Villain trouve étrange
que Flamel quitte sa femme et son commerce pour aller en
Espagne, et encore, dit-il, si cela eût été fait par dévotion.
Mais Flamel pouvait s'absenter fort bien, disons-
nous, il laissait derrière lui l'intelligente Pernelle et son
premier clerc. Flamel ne travaillait-il pas depuis vingt
et un ans à la recherche du grand-oeuvre, pour quelques
mois de plus que lui dépensait le pèlerinage, il pouvait
être négligent jusqu'au bout. Combien d'adeptes, Bernard
Trévisan, Denys Zachaire, Cyliani n'ont réussi
que lorsqu'ils touchaient déjà à la ruine. Mais non, il
n'y avait même pas de négligence de sa part, ses clercs
faisaient tout l'ouvrage; de même dans une fabrique ce
n'est pas le patron qui fait le travail, mais bien les ouvriers,
le patron n'est que la tête, et il est plus facile de trouver
un contre-maître que de remplacer à la fois tous les
ouvriers. Le patron prend deux ou trois mois de vacances
et la fabrique va tout aussi bien. Pernelle ne pouvait-

@

44 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

elle suppléer Flamel quelque temps, insister serait
oiseux. Enfin pour ce qui est du but même du voyage,
nous avons vu combien Flamel était dévot, nous le constaterons
encore mieux plus loin, et il avait deux raisons
au lieu d'une pour faire son pèlerinage, d'abord par
dévotion, ensuite pour s'aboucher avec quelque rabbin
cabaliste.
Tout ceci étant élucidé, nous affirmons que Flamel s'est occupé d'alchimie. Nous ne reparlerons pas ici du
livre des figures hiéroglyphiques, la question est jugée,
mais il existe et il a existé des manuscrits d'alchimie portant
le titre de propriété de Flamel, l'un d'eux est même
écrit entièrement de sa main, ainsi qu'il appert par ces
mots qui le terminent: le présent livre est et appartient
à Nicolas Flamel, de la paroisse Saint-Jacques de la
Boucherie, lequel il l'a écrit et relié de sa propre
main. « C'est le livre des Laveures, catalogué 19978 (supplément
français) à la Bibliothèque nationale (voir pour
plus de détails le dernier chapitre 9 page 121). C'est le
seul manuscrit d'alchimie ayant appartenu à Flamel que
nous connaissions actuellement. Divers auteurs du XVI,
XVII et XVIIIe siècle parlent d'autres manuscrits qui ne
nous sont point parvenus, détruits ou simplement égarés.
Ainsi Moreri affirme que de son temps il existait un

@

NICOLAS FLAMEL 45 --------------------------------------------------------

manuscrit d'alchimie d'Almasatus au roi de Carmasan,
qui portait le titre de propriété de Flamel. Dom Pernety,
auteur des Fables grecques et égyptiennes, a eu
entre les mains un manuscrit autographe de Flamel. Il
nous en a laissé la description. C'était un traité d'alchimie
écrit dans les marges assez larges d'un Bréviaire, il
est adressé à un des neveux de Flamel et commence
ainsi: « Je, Nicolas Flamel, écrivain de Paris, cette
présente année, MCCCCXIII, du règne de notre
prince bénin Charles VI lequel Dieu veuille bénir, etc... »
Enfin au XVIIe siècle on voyait dans la bibliothèque de
M. de la Richardière un manuscrit de Flamel commençant
ainsi: « Je te veux premièrement montrer la nature
de tous métaux.... » Et à la même époque François de
Gerzan, sieur du Soucy, qui possédait alors le livre des
lavûres, avait encore un autre manuscrit de Flamel.
Il y a un point sur lequel l'abbé Villain a glissé, c'est sur la question du Livre d'Abraham Juif. Redoutant de
trouver la vérité et de détruire ainsi sa propre thèse, il
ne s'est livré de ce côté à aucune investigation. Eh bien!
nous allons prouver que ce livre a existé. Dans Borel
nous lisons ceci à propos du manuscrit d'Abraham.
« Mais j'ai pourtant ouï assurer à un gentilhomme de
Rouergue, appelé De Cabrières, se tenant en son château

@

46 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

de Cabrières, près de Millau, où je fus exprès pour
voir ce manuscrit (1), qu'il avait vu l'original de ce livre,
que feu M. le cardinal de Richelieu avait recouvré peu
de temps avant sa mort, et qu'un grand seigneur de
Rouergue, familier avec ceux qui manièrent ses papiers,
l'avait emporté de son cabinet. »
Nous voici donc renseignés, du temps de Louis XIII, le manuscrit d'Abraham existait encore; il est probable
qu'il fut copié plusieurs fois et nous ne désespérons pas
de trouver un jour ou l'autre une de ces copies.
M. Delaulnaye, à l'article Flamel, dans le Dictionnaire biographique de MM. Michaud, dit en parlant du
livre d'Abraham: « L'auteur de cet article possède
une copie très précieuse des figures du couvercle, faite
par Flamel lui-même. Elle présente deux carrés parfaits.
On y remarque des hiéroglyphes égyptiens qui ont quelque rapport avec ceux de la table Isiaque, l'emblème
des trois mains réunies dont une est noire; celui
du boeuf et de deux anges prosternés devant une croix,
et beaucoup de caractères hébraïques, éthiopiens, arabes,
grecs, cabalistiques parfaitement exécutés ». Nous


1. Une copie du livre d'Abraham Juif.
@

NICOLAS FLAMEL 47 --------------------------------------------------------

arrêterons ici ce chapitre, ce qu'il nous fallait pour la
suite c'était une base solide et inébranlable, car à partir
de maintenant les preuves vont s'accumuler tellement
qu'il faudrait y mettre de la mauvaise volonté pour ne
pas voir la vérité. Nous n'avons discuté si longuement
que parce que cela était indispensable, aussi maintenant
pouvons-nous continuer, nous avons établi trois points
importants: Le livre d'Abraham Juif a existé, Flamel
s'est occupé d'alchimie, Flamel a écrit des traités hermétiques,
notamment le livre des figures.

-------

CHAPITRE V
Flamel reconstitue sa fortune. -- Don mutuel. --
Edification d'une arcade au Charnier des Innocents. -- Le petit portail de S. Jacques de la Boucherie. -- La Croix d'or hermétique. -- Mort et testament de Pernelle. -- Son mausolée.
Flamel étant parvenu à préparer la Pierre philosophale, n'avait plus rien à désirer. Nous avons vu qu'il

@

48 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

ne cherchait que la science, maintenant il la possède,
peu lui importe le reste. Sa passion pour l'alchimie est
tellement modérée par sa piété qu'il ne fit que trois fois
la transmutation dans sa vie, outre les deux premières
qui n'étaient que de simples essais, et encore, l'or obtenu
sera employé en fondations pieuses, à peine si Flamel
placera des rentes sur quelques maisons pour pouvoir
vivre à son aise le restant de ses jours sans être obligé
de recourir à de nouvelles transmutations. Car sa fortune
avait été fortement ébranlée par ses recherches
hermétiques, les produits nécessaires s'extrayant de l'or
et de l'argent (voir: Théories et Symboles des Alchimistes)
comme d'autre part on perdait toujours en
essayant de régénérer les métaux employés dans les
manipulations, si nous ajoutons à ces dépenses fondamentales
l'achat des manuscrits, des appareils de verre,
du combustible, des fourneaux, etc, on comprendra que
de telles dépenses, continuées pendant vingt-quatre
ans, avaient dû endommager la fortune de Flamel. Aussi
s'étant marié sous le régime dotal et sa fortune personnelle
étant près d'être épuisée, il s'était adressé à Pernelle,
et celle-ci par amour pour lui, confiante dans le
succès de ses recherches, voulut bien mettre ses biens
en commun avec ceux de son mari, mesure dont Flamel

@

NICOLAS FLAMEL 49 --------------------------------------------------------

seul profitait. Cet acte est daté du 7 avril 1372 avant
Pâques. Il est rapporté tout au long dans l'Histoire de
l'abbé Villain, accompagné de beaucoup d'autres dont
le texte nous intéresse généralement fort peu. Il nous
suffit de savoir que l'acte a eu lieu, et le lecteur reste
froid devant cette kyrielle d'actes par devant notaire,
écrits en quelle langue! L'abbé n'en a pas moins cru
devoir en remplir cent pages de petit texte. C'est en
vérité fort réjouissant.
Ce don mutuel fut renouvelé le 10 septembre 1386. Une clause de ce renouvellement nous intéresse, en ce
qu'elle montre combien était grande la piété des deux
époux: « Et outre ce, voulurent, ordonnèrent et accordèrent
les dits mariés, l'un à l'autre, que le dit survivant
dernier mourant (1), puisse donner, aumôner et distribuer,
sain ou enferme (2), par son testament ou autrement
en son vivant comme il lui plaira, toute la partie et
portion du dit premier mourant, de tous les dits biens meubles
et conquêts immeubles à telles personnes, Religieux,
Eglises, pauvres et misérables personnes, conjointement ou
en à part, ou convertir à faire célébrer messes, ou autres


1. Mourant. 2. Malade, du latin infirmus.
@

50 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

aumônes pitoyables comme bon semblera au dit survivant
et en sa conscience seulement ». Cet acte fut de
nouveau recommencé en 1388 à peu près dans les mêmes
termes. Dans ces deux derniers actes, c'est Pernelle qui
bénéficie à son tour de la nouvelle fortune de son mari et
ce n'était que justice.
Nous avons dit plus haut l'emploi que notre alchimiste fit de l'or philosophal. Un certain nombre de ces fondations
peut s'étiqueter de dates certaines, les autres non;
nous nous occuperons d'abord des premières.
Donc en 1389 Flamel fit élever une arcade au Charnier des Saints Innocents. Cette arcade se dressait sur
la façade du Charnier, voisine de la rue de la Lingerie,
elle était marquée de l'N et de l'F, initiales que nous
retrouverons dans toutes les autres fondations. Flamel
y avait fait peindre (1) un homme tout noir étendant un
bras vers une seconde arcade qu'il fit édifier plus tard et
charger d'hiéroglyphes.
De l'autre main il tenait un rouleau sur lequel on lisait

1. Ce devait être alors l'habitude de faire peindre ou sculpter les arcades du Charnier, car Guillebert de Metz en parlant
du charnier des Innocents, dit: « Illec sont peintures notables
de la danse macabre et autres, avec écritures pour émouvoir
les gens à la dévotion. »

@

NICOLAS FLAMEL 51 --------------------------------------------------------

« je vois merveille dont moult je m'ébahis. » De plus
sur la même arcade en face de l'homme noir, était une
plaque dorée sur laquelle on voyait une éclipse du Soleil
et de la Lune et une autre planète caractérisée par le
signe de Vénus ou plutôt de Mercure. Il y avait d'autres
plaques au-dessous de celle-là, une entre autres représentant
un écusson partagé en quatre par une croix,
celle-ci porte au milieu une couronne d'épines renfermant
en son centre un coeur saignant d'où s'élève un
roseau. Dans un des quartiers on voit IEVE en caractères
hébraïques au milieu d'une foule de rayons lumineux
au-dessous d'un nuage noir; dans le second quartier
une nuée sur laquelle on voit une trompette, une lance,
une palme et une couronne; dans le troisième la terre est
chargée d'une ample moisson et le quatrième est occupé
par des globes de feu. On trouve cet écusson figuré à la
fin de l'Harmonie chimique de Lagneau.
Flamel semble avoir imité cet écusson d'un autre attribué à Saint-Thomas d'Aquin. Quant aux autres plaques
nous ne savons ce qui s'y trouvait représenté; les alchimistes
qui visitaient les différents endroits illustrés par
Flamel faisaient un peu comme les anglais de nos jours,
chacun emportait un morceau, un souvenir conservé
précieusement comme une relique, jusqu'à ce qu'un plus

@

52 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

hardi vint qui enlevât le reste. C'est ainsi que du temps
de Borel il existait à cette arcade quatre plaques, trois du
temps de Gohorry et plus du tout au XVIIIe siècle. Nous
retrouverons ces mutilations, signes d'un culte excessif,
dans toutes les autres fondations de Flamel.
Du temps de l'abbé Villain on ne voyait plus sur cette arcade que l'N et l'F et ces vers mutilés ou effacés par
le temps.

« Hélas mourir convient Sans remède homme et femme. ..... nous en souvienne Hélas mourir convient Le corps ... Demain peut-être damnés. A faute ... Mourir convient Sans remède homme et femme. »
Après ces vers on pouvait encore lire ce fragment d'inscription «... donné pour l'amour de Dieu, l'an
1389. Veuillez prier pour les trépassés en disant Pater
noster. Ave. ». En 1761 cette arcade fut reconstruite en
partie et ces différentes inscriptions disparurent.
Cette même année 1389 Flamel fit élever à ses frais le petit portail de Saint Jacques la Boucherie qui était

@

NICOLAS FLAMEL 53 --------------------------------------------------------

vis-à-vis la rue de Marivaux en face sa propre maison.
Il était représenté au-dessus de cette porte avec Pernelle.
La Sainte Vierge est entre eux deux, l'apôtre
Saint-Jacques est figuré à côté de Flamel et Saint-Jean
Baptiste à côté de Pernelle. D'un côté se trouvait cette
inscription: « Ave maria soit dit à l'entrée » et de l'autre
côté: « la Vierge Marie soit ici saluée ».
« Au jambage occidental du portail, dit l'abbé Villain dans son Essai d'une histoire de la paroisse Saint-Jacques
la Boucherie, on voit un petit ange en sculpture
qui tient en ses mains un cercle de pierre, Flamel y
avait fait enclaver un rond de marbre noir, avec un filet
d'or fin en forme de croix, que les personnes pieuses
baisaient en entrant dans l'église ». « Je tiens ce petit
fait, ajoute-t-il en note, d'un ecclésiastique mort fort âgé
né sur la paroisse, qui avait baisé cette croix étant tout
jeune ». Ce fut donc dans la seconde moitié du dix-
septième siècle qu'un larron ou plus probablement un
alchimiste enleva le marbre et le filet d'or, on voyait distinctement
la trace des coups de ciseau du temps de
l'abbé Villain. Au-dessous de l'ange subsistaient ces
mots: « Memento pretiosae crucis Domini nostri ».
A propos du portail de l'église Saint-Jacques, il faut remarquer que Flamel, dans le Livre des figures hiéroglyphiques,

@

54 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

dit y être figuré en pèlerin, tous les autres
auteurs, Gohorry, Borel, Sauval, Pernety, qui ont vu le
monument, confirment la chose, seul l'abbé Villain prétend
que Flamel n'a jamais été nulle part représenté en
pèlerin, mais ce pauvre abbé n'a vraiment pas de chance
dans ses affirmations intéressées, en tête de son ouvrage,
page 1, s'étale resplendissante une reproduction de la
partie supérieure du petit portail de Saint-Jacques la
Boucherie, et s'il est assez difficile de dire d'après cette
gravure si Flamel est ou n'est pas vêtu en pèlerin, en
revanche il est facile de voir de chaque côté de la Vierge
qui occupe le milieu de la figure, une coquille de Saint-
Jacques, de plus l'apôtre Saint-Jacques qui est à côté
de Flamel tient en mains le bâton de pèlerin orné du
bourdon.
Entre cette année 1389 et la mort de Pernelle, notre alchimiste fit encore travailler aux églises Saint-Cosme
et Saint-Martin des Champs; mais nous n'avons que
des détails assez vagues sur ces fondations. Nous savons
seulement d'après Borel que selon son habitude Flamel
s'y était fait représenter en pèlerin.
Mais pour en revenir à Saint-Jacques la Boucherie, outre le portail de la rue de Marivaux qu'il avait fait élever
à ses frais, Flamel fit d'autres dons à cette église de son

@

pict

EGLISE SAINT-JACQUES-LA-BOUCHERIE.
@
@

NICOLAS FLAMEL 57 --------------------------------------------------------

vivant. Dans les comptes de la fabrique on trouve mentionné
«.... un tableau d'imagerie d'une piété de N.-S.
que l'on met aux fêtes sur le grand autel, que donna
Nicolas Flamel ». Plus loin il est parlé d'un diptyque.
« Item un tableau ployant à une passion d'un côté, et
à une résurrection d'autre côté, et l'a donné de nouvel
Nicolas Flamel, et était sur le grand autel », (Inventaires
des objets précieux de l'Eglise, de 1404 à 1412).
La chapelle de Saint-Clément, une des latérales de Saint-Jacques, fut particulièrement favorisée. Faut-il en
chercher la raison dans ce que les échoppes de Flamel
étaient adossées aux murs de cette chapelle. Il y avait
fait d'assez fortes dépenses, il l'avait fait orner de boiseries,
de sculptures: tous les accessoires étaient dus à
ses libéralités, aussi cette chapelle était considérée
comme fondation de Flamel, ainsi qu'il appert des comptes
de la fabrique de Saint-Jacques (1436-1432). « Au
coffre de la chapelle Saint-Clyment à Nicolas Flamel
on trouve un calice avec la patène d'argent doré, etc...
Item un vêtement de drap de soie noire doublé d'azur
où est écrit N. F. en la chasuble, etc. » Cette chapelle,
avec tous les accessoires du culte qui l'accompagnaient,
doit être mise entièrement au compte de Flamel; une
autre preuve c'est que les desservants de l'église finissaient

@

58 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

par regarder cette chapelle comme celle de N.
Flamel, ainsi on lit au même compte: « A Jehan François
la somme de 8 sols qui due lui était pour avoir fait
refaire un quartier du couvelesque qui couvre la table de
la chapelle de feu Nicolas Flamel. »
Notre écrivain vivait assez tranquille avec sa femme, répandant des bienfaits autour de lui; adepte, il possédait
la science dans son intégrité, n'ayant plus rien à
désirer de ce côté, il ne pensait qu'à son salut, il soulageait
les pauvres et enrichissait les églises: austère pratiquant,
il s'était fait recevoir dans plusieurs confréries
(neuf en tout) dont les noms se retrouvent dans son testament.
Nous avons vu plus haut que par un acte de 1388 un don mutuel mettait en commun les biens des deux époux,
le dernier survivant profiterait de la fortune totale. Cet
acte fut ratifié le samedi 5 août 1396, ce qui indigna fort
Isabelle la soeur de Pernelle et ses fils; si Flamel succombait
le premier, il n'y aurait eu que demi-mal, mais
malheureusement Pernelle plus âgée que Flamel (elle
devait avoir alors près de soixante-quinze ans) semblait
devoir trépasser la première. Aussi soeur, beau-frère et
neveux firent-ils tout ce qu'ils purent pour circonvenir
Pernelle. Ils y réussirent car elle fit un testament le 25

@

NICOLAS FLAMEL 59 --------------------------------------------------------

du mois d'août 1397 où elle les avantage. Cependant il
avait fallu que l'obsession fût forte pour l'amener là,
aussi ses parents désormais tranquilles s'étant éloignés,
Pernelle fit aussitôt un retour sur elle-même, elle eut
honte de sa faiblesse et par un nouvel acte du 4 septembre
1397 elle fit par devant notaire et dans les formes
requises un codicille où elle institue Flamel au nombre
de ses exécuteurs testamentaires, ne donne à sa soeur
Isabelle que 300 livres tournois une fois payées et remet
le reste comme il est mentionné dans l'acte de 1396.
Pernelle avait réellement senti sa fin prochaine, car elle mourut sept jours après, le 11 septembre 1397. Flamel
la fit enterrer aux Innocents, sur sa tombe il éleva
plus tard (en 1407) une pyramide où se lisaient les vers
suivants.

Les pauvres âmes trépassées Qui de leurs hoirs sont oubliées Requièrent des passants par ci Qu'ils prient Dieu que merci Veuille avoir d'elles et leur fasse Pardon et à vous donne sa grâce
L'église et les lieux de céans Sont à Paris bien moult séants
@

60 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Car toute pauvre créature Y est reçue à sépulture Et qui bien y sera, soit mis En Paradis, et ses amis.
Qui céans vient dévotement Tous les lundis ou autrement Et de son pouvoir y fait dons Indulgences et pardons Ecrits céans en plusieurs tables Moult nécessaires et profitables.
Nul ne sait que tels pardons vaillent Qui durent quand d'autres bons faillent. De mon paradis pour mes bons amis Descendu jadis pour être en croix mis.
Dans le testament de Pernelle que nous a conservé l'abbé Villain, il y a des choses bien intéressantes que
nous donnerons à titre de curiosité. Elle règle elle-même
les détails de la cérémonie funéraire: Item elle voulut et
ordonna son luminaire être fait le jour de son obsèque
de trente deux livres de cire. Item: elle voulut et ordonna
quatre livres seize sols parisis être donnés et convertis
au profit du dîner qui sera fait le jour de son obsèque....
Item: elle voulut et ordonna le jour de son trépassement

@

NICOLAS FLAMEL 61 --------------------------------------------------------

la somme de huit livres tournois être donnée
et aumônée pour Dieu à plusieurs pauvres gens par les
dits exécuteurs. » Ayant distribué par son testament certaines
sommes aux églises, confréries et pauvres, elle
passe à ses parents, amis et connaissances. Nous y trouvons
une feue Pernelle Dehanigues avec son mari feu
Clément Dehanigues (les parents de son premier mari)
pour lesquels elle ordonne de dire douze messes de
requiem. Nous y voyons aussi un Guillaume de Laigny
son cousin et feu Raoul Lethas, son second mari.
Voici encore une clause curieuse: Item voulut et ordonna un voyage être fait une fois par un homme, pèlerin
de pied, à Notre-Dame de Boulogne-sur-la-mer;
auquel pèlerin pour ce faire, elle voulut quatre livres tournois
être baillées et payées par les dits exécuteurs,
lequel pèlerin fera chanter et dire en l'église Notre-
Dame au dit lieu deux messes, c'est à savoir, l'une du
Saint-Esprit, et l'autre de Notre-Dame, et offrira un
cierge de cire pesant douze livres et si payera pour chacune
messe deux sols parisis. »
Elle passe ensuite aux commensaux des églises qu'elle fréquentait « Item. A Martin qui a accoutumé de donner
l'eau benoîte en l'église Saint-Jacques, cinq sols
tournois. » Aux cinq pauvres qui demandent l'aumône

@

62 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

au portail de Saint-Jacques, elle laisse à chacun deux
sols, six deniers tournois; puis elle distribue sa garde-
robe et ce n'est pas la partie la moins intéressante. Ainsi
elle laisse à Jehannette la Paquote: « Une cote vermeille
de marbre et un chaperon, que elle mettait chacun
jour... Item. Cinq siens coursés fourrés de blanc à
cinq pauvres personnes... Item à Jehannette Lalarge, son
meilleur chaperon... Item à Jehannette la Flaminge,
chandelière de cire, vendent à Saint-Jacques, son autre
chaperon de violet... A Mengin jeune clerc, son varlet,
elle donne une livre, cinq sols tournois, et à Gautier son
autre varlet une livre tournois. » Son codicille change
peu de chose au testament, elle y donne 300 livres à sa
soeur Isabelle, le reste à Flamel, sauf les quelques dépenses
mentionnées dans son testament, soit 4 livres, 80
sols parisis, et 351 livres, 297 sols, 98 deniers tournois.

---------
@

NICOLAS FLAMEL 63 --------------------------------------------------------


CHAPITRE VI
Différents de Flamel avec la famille de sa femme. --
Visite de Cramoisi. -- Edification du portail de Sainte Geneviève des ardents. -- Achats de diverses maisons. -- La maison hospitalière de la rue Montmorency. -- Edification d'une seconde arche aux Innocents. -- Explication de ses sculptures. -- La chapelle Saint-Gervais. -- Il travaille à ses traités. -- Mort de Flamel.
La mort de Pernelle avait profondément touché Flamel, avoir espéré, souffert, prié ensemble, toujours parfaitement
unis pendant près d'un demi-siècle. La douleur
était d'autant plus poignante que les deux époux s'aimaient
plutôt cérébralement. Flamel avait passé vingt-
quatre ans de sa vie dans des recherches continuelles,
lisant, déchiffrant, commentant, l'esprit toujours en mouvement,
n'ayant qu'un sujet de pensée, absorbé incessamment
par ses calculs ou ses hypothèses, puis quand
il croyait avoir trouvé quelque chose, il essayait et
c'étaient alors les nuits et les jours passés dans des

@

64 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

manipulations souvent dangereuses, demandant un contrôle
incessant, quand la fatigue l'abattait sa femme prenait
sa place. Dans de pareilles conditions, il y avait
peu de place pour Eros, les hommes d'étude font généralement
de médiocres mâles. Aussi l'amour des deux
époux était-il d'autant plus épuré et tendait vers l'union
parfaite de Platon.
Il est à croire que Flamel aurait suivi de près Pernelle, si de nombreuses affaires ne l'avaient empêché de se
livrer tout entier à son chagrin. Perrier et Isabelle, son
beau-frère et sa belle-soeur qui ne soupçonnaient point
l'existence du codicille, furent fort étonnés d'apprendre
que le testament était annulé spécialement à leur endroit
par le dit codicille et qu'ils devraient se contenter d'une
somme de trois cents livres une fois payée. Aussitôt leur
mécontentement éclata, il n'y eut misères qu'ils n'essayèrent
de susciter, grâce à eux il fut impossible de se reconnaître
dans l'inventaire des biens de la défunte, ils firent
même, avant la fin du dit inventaire, saisir la succession
par un huissier du parlement. Dignes parents! il y avait
à peine huit jours que Pernelle était morte! Si l'on juge
de leur caractère par ce dernier trait, on comprend parfaitement
que Flamel, malgré la douceur de son caractère,
ait été entraîné à tout une série de procès. Les exécuteurs

@

NICOLAS FLAMEL 65 --------------------------------------------------------

testamentaires et Flamel portèrent le différent
au Parlement, au Châtelet, aux Requêtes du palais.
L'abbé Villain donne de grands détails sur cette affaire,
on pourra s'y reporter. Le procès intenté par Perrier à
son beau-frère n'était pas pour les rapprocher, aussi
malgré que le curé de Saint-Jacques, Hervey Roussel
les ait réconciliés, les bonnes paroles prononcées de part
et d'autre furent plus sur les lèvres que dans le coeur.
Isabelle et Perrier délaissèrent leur beau-frère, et il n'est
plus question d'eux dans le reste de cette histoire. Un
seul de leurs trois fils fut distingué par Flamel qui lui
laissa un manuscrit d'alchimie de sa propre main, don
précieux entre tous.
Quoiqu'il en soit, ces procès, ces chicanes avaient opéré une heureuse révulsion, en ce sens que Flamel fut
détourné de son chagrin. L'angoisse des premiers moments
se changea en un souvenir vivace, mélange de
regrets et d'espérance. Ce qu'il dit de la chère défunte
dans le livre des figures lui sera comme éloge funèbre
« .... mais la bonté du très grand Dieu ne m'avait pas
comblé de cette seule bénédiction que de me donner une
femme chaste et sage, elle était d'abondant non seulement
capable de raison, mais aussi de parfaire ce qui
était raisonnable, et plus discrète et secrète que le

@

66 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

commun des autres femmes. Surtout elle était fort dévotieuse....
»
Resté seul, Flamel ne va plus avoir que deux mobiles, assurer son salut par de bonnes oeuvres, faire passer sa
mémoire à la postérité par des monuments ou des ouvrages
symboliques pouvant en même temps guider les
alchimistes ses frères dans leurs recherches. Dès l'année
1399 nous le voyons, ainsi qu'il le dit expressément, travailler
à son livre des figures hiéroglyphiques; il était
alors tranquille, les affaires relatives à la succession de
Pernelle étaient terminées; mais en cette année 1399, il
n'écrivit que la première partie de ce traité, ce qui semble
peu, mais il faut remarquer que les huit-pages in-
quarto d'imprimerie du livre des figures qui correspondent
à cette première partie et qui demanderaient à peine
quelques heures pour être copiées en écriture cursive,
demandaient plusieurs semaines, plusieurs mois même
alors qu'on écrivait en gothique. Si nous prenons pour
exemple le livre des Lavures, écrit de la propre main de
Flamel, on verra que toutes les lettres sont à peu près
d'égale dimension, de plus de nombreuses lettres ornées
se trouvent au commencement des chapitres, un manuscrit
de ce temps représentait une somme énorme de travail,
quand il était écrit en lettres moulées. Enfin c'était

@

NICOLAS FLAMEL 67 --------------------------------------------------------

là un ouvrage original et non une copie. Aussi Flamel
peut fort bien n'avoir écrit que cette première partie en
l'an 1399. Il fut forcé d'abandonner son travail momentanément,
par suite de diverses circonstances qui nous
sont inconnues.
Peu de temps après la mort de Pernelle, le Roi de France ayant besoin d'argent, leva un impôt extraordinaire,
tous les bourgeois de Paris furent taxés selon leur
importance. Flamel, qui passait déjà pour fort riche, fut
déclaré taillable pour la somme de cent francs, ce qui est
considérable pour l'époque. Néanmoins il s'exécuta de
bonne grâce. Deux ou trois ans après, les finances étant
de nouveau très bas, on eut recours au même système et
Flamel fut taxé de 30 francs. Mais cette fois-ci il commença
à s'inquiéter et tout porte à croire qu'il réclama,
ayant tout intérêt à se donner pour plus pauvre qu'il
était réellement. Il se réclama de sa fonction de libraire
juré de l'Université, prétendant qu'en cette qualité il
n'était pas taillable. Ce débat dut faire quelque bruit,
car le roi Charles VI voulant savoir à quoi s'en tenir à
propos de ces bruits qui couraient sur Flamel, chargea
Cramoisi, maître des requêtes, de s'enquérir à ce sujet.
L'écrivain après avoir bien pesé Cramoisi, l'ayant trouvé
discret, lui avoua qu'il possédait le secret de la pierre

@

68 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

philosophale, et pour acheter son silence, il lui donna
un matras plein de poudre de projection... Cramoisi fit
sans doute un rapport favorable, car depuis, Flamel ne
fut jamais inquiété. On conserva longtemps le matras
comme une relique dans la famille du maître des requêtes,
rapporte Borel, de qui nous tenons cette histoire. Cette
visite eut lieu environ l'an 1400.
Certain d'être désormais tranquille Flamel put se livrer tout entier à ses bonnes oeuvres et surtout à son amour
des constructions pieuses. En 1402, comme on reconstruisait
le portail de Sainte Geneviève des Ardents, Flamel
voulut y contribuer pour une large part. Ce portail,
dit l'abbé Villain, fut construit des aumônes de plusieurs
ainsi qu'on le voit par une inscription placée au-dessus;
c'est très bien, seulement nous ferons observer que pour
avoir obtenu la permission d'y faire sculpter son image
et diverses inscriptions de sa façon, il fallait que notre alchimiste
eût fait plus que les autres donateurs. Le portrait
de Flamel qui est placé en tête de l'ouvrage est
fait d'après de celui qui se trouve dans l'histoire critique
de Nicolas Flamel et de Pernelle sa femme, et qui
avait été gravé justement d'après la statue de Flamel
placée dans une niche à côté du portail de Sainte Geneviève
des Ardents. Il y est représenté vêtu d'une robe

@

NICOLAS FLAMEL 69 --------------------------------------------------------

longue à capuchon, au côté pendent les insignes de son
art. Quant aux inscriptions, nous laisserons sur ce point
la parole à l'abbé Villain: « Nous avons vu, dit-il dans
son Essai sur Saint-Jacques la Boucherie, au portail de
Sainte Geneviève des Ardents, une croix gravée sur une
pierre auprès de laquelle on lisait ces paroles qu'il paraît
que Flamel y avait fait écrire.

« De Dieu notre Sauveur Et de sa digne croix Soit mémoire au pécheur Chacun jour plusieurs fois »
Nous n'avons pas de documents précis permettant d'établir ce que fit Flamel dans les années qui suivirent;
en 1406 seulement nous le voyons acheter une
maison rue de Montmorency, plus deux écuries et un
terrain vague qui séparait ces acquisitions d'une maison
sise au coin de la rue. Ce quartier faisait alors partie
des faubourgs de Paris et venait d'être compris dans la
nouvelle enceinte. Comme il voulait faire bâtir sur ce
terrain, il dut s'entendre avec les moines de Saint-Martin,
seigneurs de cette partie du faubourg, ceux-ci ne
firent au reste aucune difficulté, Flamel leur ayant
assuré qu'il voulait bâtir une sorte d'asile pour de pauvres

@

70 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

ménages. Ils spécifièrent seulement dans l'acte
qu'on ne bâtirait ni église ni chapelle, les bons moines
redoutaient la concurrence pour leur église Saint Martin
des Champs. Flamel, en reconnaissance de leurs
bons procédés, fait à leur prieuré une rente perpétuelle
de 10 sols parisis, plus une somme de 10 autres sols à
percevoir chaque fois qu'il y aurait un changement de
prieur. Libre alors, notre alchimiste fit construire une
maison qui fut appelée la maison du Grand Pignon.
Elle avait deux étages et un grenier, et portait au fronton
du rez-de-chaussée une série de sculptures figurant
onze personnages. On y voyait de plus le portrait de
Flamel gravé au-dessus du linteau de l'une des portes.
Cette maison existait encore en 1852, c'était la troisième
à droite en entrant par la rue Saint Martin.
M. Auguste Bernard nous en laisse la description; elle
occupait le 51 de la rue de Montmorency, le pignon
détruit au XVIIIe siècle avait été remplacé par un troisième
étage. Au-dessous des figures dont nous parlions
tout à l'heure, M. Bernard a relevé l'inscription suivante,
en caractères gothiques de 6 centimètres de haut,
et 10 pour les majuscules: Nous hommes et femmes
laboureurs demeurant au porche de cette maison qui
fut faite en l'an de grâce mil quatre cents et sept, sommes

@

NICOLAS FLAMEL 71 --------------------------------------------------------

tenus chacun en droit, soi dire tous les jours une
patenôtre et un ave maria, en priant Dieu que sa
grâce fasse pardon aux pauvres pécheurs trépassés.
Amen.
La maison de la rue de Montmorency commencée en 1406 avait été achevée en 1407. Un petit fait mentionné
par l'abbé Villain montrera combien Flamel savait se
faire aimer de tous ceux qui l'approchaient. Ses ouvriers
avaient bâti un des murs de telle sorte qu'il avait perdu
sur la plus grande longueur de sa maison plus d'un demi-
pied de large. Il s'en aperçut trop tard, néanmoins il en
fit part à son voisin, un nommé Pasquier, gendre d'un
certain Barthelemy Crocquemeure, qui avait déjà eu
affaire avec Flamel et s'en était bien trouvé; donc le
dit Pasquier abonda dans son sens, et lui fit don d'une
cour attenante aux terrains de Flamel: « Pour la bonne
amour et affection qu'il avait au dit Nicolas, en récompense
de ce qu'en faisant par le dit Nicolas ses édifices,
il a perdu par simplicité plus d'un demi pied de sa
terre en aucune partie du long de sa dite cour. » Et il
laisse à Flamel le loisir de faire un mur « tel et fait en
tel temps qu'il le jugera à propos »; de plus il lui laisse
le pouvoir d'ouvrir des fenêtres pour avoir vue chez lui
Pasquier, si bon lui semble.

@

72 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Cependant Flamel, qui avait acheté une maison et en avait fait construire une autre, voulut encore s'étendre de
ce côté. Il acheta donc celle qui faisait le coin de la rue
de Montmorency et de la rue Saint-Martin, et qui s'appelait
la maison de la belle Image. Il n'y eut pas de difficultés,
car il offrait le double de ce que tout autre eut
donné raisonnablement, elle lui fut donc adjugée au prix
de 155 livres tournois. Il dut de plus acquitter les droits
seigneuriaux, soit 4 livres, 11 sols et 6 deniers, et à racheter
les rentes qui existaient sur la maison, pour le prix
de 50 écus d'or et quelques deniers, plus pour la vente
des rentes 56 sols parisis.
La maison qui suivait celle-ci, dans la rue Saint-Martin, dite maison de la Herse, et qui était fort petite, lui
fut donnée en pur don par Margot la Quesnel sa servante
qui en était propriétaire. Flamel ne s'arrêta pas en si beau
chemin et il acheta encore la maison du Puits, qui tombait
en ruines, sise dans la rue de Montmorency en face
la maison du Pigeon, il l'eut pour environ 40 livres et une
transposition de rente. Pour se faire une idée juste sur
ces acquisitions et sur la valeur de l'argent à cette époque,
on considérera que sa maison du coin de la rue
Saint-Martin et la maison de la Herse ayant été reconstruites
au XVIe siècle, il en coûta 23.200 francs à la

@

NICOLAS FLAMEL 73 --------------------------------------------------------

fabrique de Saint-Jacques, ce qui correspondrait de nos
jours à plus de cent mille francs et encore ne s'agit-il ici
que de la moitié à peine des terrains qu'il possédait rue
de Montmorency et rue Saint-Martin.
Flamel fit relever la maison du Puits et ces différents locaux furent attribués par lui à des bonnes oeuvres de
la manière suivante. Le rez-de-chaussée et le premier
étage de ces maisons étaient loués et l'argent de ces
loyers servait à subvenir aux besoins de ménages pauvres
logés gratuitement au deuxième étage et dans les galetas.
Ces oeuvres de charité ne détournaient point Flamel de ses constructions pieuses. En cette même année
1407 nous le voyons faire travailler au charnier des Innocents
et à Saint-Nicolas des Champs. Il avait déjà fait
construire une arcade aux Saints-Innocents en 1389, celle
qu'il fit construire en 1407 est de beaucoup la plus intéressante
des deux, car elle contenait ces fameuses figures
hiéroglyphiques au double sens théologique et hermétique.
Nous allons en donner la description en l'accompagnant du sens hermétique selon le Livre des figures
hiéroglyphiques; comme nous ne pouvons entrer ici dans
de grands détails explicatifs, nous prions le lecteur de se
reporter pour de plus amples renseignements à notre

@

74 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

ouvrage: Théories et symboles des Alchimistes. Sur le
côté de l'arche on voyait d'abord une écritoire enfermée
dans une petite niche, c'est le symbole de l'oeuf philosophique
enfermé dans l'Athanor. Les autres figures sont
groupées, on remarque à gauche Saint-Paul, vêtu d'une
robe citrine brodée d'or, tenant un glaive nu à la main;
à ses pieds est un homme à genoux (Flamel lui-même),
vêtu d'une robe orangée, blanche et noire.
C'est l'indication des couleurs que prend la matière philosophique quand elle passe du noir au blanc. A
côté, c'est-à-dire au milieu de l'arche sur champ vert
trois ressuscitants, deux hommes et une femme entièrement
blancs, deux anges au-dessus d'eux, et dominant
les anges la figure du Sauveur venant juger le monde,
vêtu d'une robe citrine et blanche. Le champ vert
indique qu'entre la couleur noire et la blanche,
parait quelque temps la verdeur. Les trois ressuscités
sont le corps, l'esprit et l'âme de la Pierre au blanc. Le
Seigneur c'est la pierre blanche ou petit élixir.
A droite, faisant pendant à saint Paul, on voit saint Pierre vêtu d'une robe rouge, ayant une clef dans la
dextre, à ses pieds une femme (Pernelle) vêtue d'une
robe orangée. Tout ceci a trait à la couleur rouge, qui
apparaît à la fin du grand-oeuvre.

@

pict

CHARNIER DES INNOCENTS
@
@

NICOLAS FLAMEL 77 --------------------------------------------------------

On trouve donc indiquées en procédant de gauche à droite, les trois couleurs principales de l'oeuvre: noir,
blanc, rouge. Quant aux figures de la rangée inférieure,
les deux dragons, l'un ailé, l'autre sans ailes, de couleur
jaune, bleu et noir, représentent les deux principes de la
Pierre, le fixe et le volatil, le soufre et le mercure.
Michel Maier parlant de Flamel dans son ouvrage: Symbola
aureae mensae, regarde comme symboles particuliers
à Flamel la sphère surmontée de la croix et les deux
serpents ou dragons enlacés, l'un ailé, l'autre sans ailes;
on retrouve en effet ces deux symboles dans la plupart de
ses hiéroglyphes.
Ici se place une explication réjouissante de ce bon abbé Villain, naturellement il nie que ces figures aient
un sens hermétique quelconque, et il y voit les quatre
animaux symboliques des évangélistes, les deux figures
de droite sont l'ange et le lion et les deux à gauche:
l'aigle et le taureau. Que le lion ait des ailes et que l'ange
n'en ait pas, passe encore, mais avouons qu'un taureau
sans cornes et qu'un aigle pourvu d'oreilles, de pieds
fourchus et d'une queue de serpent, sont des animaux
bien curieux. Que l'abbé Villain leur refuse un sens hermétique,
c'est son droit; de notre côté nous refusons
énergiquement de voir un taureau et un aigle là où il n'y
a que deux dragons.

@

78 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

A côté des dragons on voit un homme et une femme vêtus d'une robe orange sur champ d'azur (Flamel et
Pernelle en leur vieillesse), c'est la conjonction du fixe
et du volatil. Viennent ensuite les trois ressuscités que
nous avons déjà expliqués. A droite de ceux-ci deux
anges de couleur orangée sur fond violet, c'est l'indication
des couleurs qui apparaissent avec la couleur finale,
le Rouge. Enfin à l'extrémité sur champ violet, un homme
écarlate terrassé par un lion ailé rouge, couleurs finales.
Quant aux trois cartouches situées au-dessous, c'est le
massacre des Innocents, symbole de la préparation de la
matière du grand-oeuvre.
Flamel fit en même temps élever au cimetière des Innocents en face de cette arcade un mausolée pour
Pernelle; nous avons donné quelques détails sur ce tombeau
en un précédent chapitre.
D'après Salomon, Flamel fit en cette année 1407 commencer certains travaux dans la rue du cimetière de
Saint-Nicolas des Champs près de la rue Saint-Martin.
On y voyait deux bâtiments en pierre de taille, celui de
gauche était resté inachevé: « Il y a, dit Salomon, quantité
de figures gravées dans les pierres avec un N et une F
gothiques de chaque côtés. » Ces bâtiments étaient,
comme ceux de la rue de Montmorency, destinés à servir

@

NICOLAS FLAMEL 79 --------------------------------------------------------

de maisons hospitalières. Sur l'un des bâtiments il y
avait: fait en 1407, et sur l'autre fait en 1410. Ils étaient
situés face à face de part et d'autre de la rue.
En l'année 1411, la chapelle de l'hôpital Saint-Gervais qui tombait en ruines fut entièrement reconstruite
surtout grâce aux libéralités de Flamel. La façade et le
portail de la nouvelle chapelle étaient couverts de figures
et de légendes à la manière ordinaire de Flamel, il s'y
était fait représenter lui-même à genoux, comme au portail
de Sainte-Geneviève des Ardents. Cette chapelle,
située rue de la Tixeranderie, fut comme toutes les autres
fondations de Flamel, un lieu de pèlerinage pour les alchimistes
jusques vers le milieu du XVIIIe siècle où elle fut
convertie en maison et les ornements de la façade détruits.
Pour en finir avec les propriétés de Flamel disons encore qu'il paraît avoir possédé, outre les immeubles
précités, deux autres maisons: la maison à l'image Notre-Dame
rue au Maire, et la maison à l'image Sainte-
Catherine, rue du Temple. Enfin Sauval prétend que de
son temps on voyait encore quatre gros chenets ou barreaux
de fer dressés proche le portail de l'hôpital Saint-
Gervais et rue de la Féronnerie. Les alchimistes prétendaient
qu'ils avaient été mis là par Flamel et ils y voyaient
de grands mystères.

@

80 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

A partir de 1411, il semble que Flamel se soit reposé; tous ces bâtiments qu'il élevait lui causaient trop de
soucis, lui prenaient trop de temps, visiter les chantiers,
établir des devis, surveiller les travaux, c'était beaucoup
de fatigues pour un vieillard; car Flamel était très âgé,
en le supposant né en 1330, il avait alors quatre vingt un
ans. Il est représenté deux fois dans les figures de la
seconde arche qu'il avait fait bâtir aux Innocents. Dans
la partie supérieure il est avec Pernelle représenté en sa
jeunesse et au-dessous il est figuré tel qu'il était en 1407.
C'était alors un vieillard cassé par l'âge. Détail particulier,
Flamel dans sa vieillesse portait la barbe. Sentant
chaque jour ses forces s'épuiser, il se renferme chez lui,
vieillard songeur, aimant à revivre le passé, l'arrivée à
Paris, l'apprentissage chez un écrivain, le mariage avec la
sage et douce Pernelle, puis la découverte du livre d'Abraham,
les recherches laborieuses, les travaux dans la
cave transformée en laboratoire, le pèlerinage à Saint-
Jacques de Compostelle, Maître Canches, la première
transmutation, le pieux emploi des nouvelles richesses.
Ou bien encore il relisait les écrits des vieux philosophes,
démêlant la vérité sous leurs énigmes. Tranquille, n'ayant
plus d'occupations absorbantes, il se mit à écrire quelques
traités d'alchimie, en 1413 il termine le Livre des

@

NICOLAS FLAMEL 81 --------------------------------------------------------

figures hiéroglyphiques qu'il avait commencé en 1399, et
l'année suivante il adresse à son neveu le Psautier chimique.
Quant aux autres ouvrages qui lui sont attribués,
ils ne nous ont pas semblé assez authentiques pour nous
en occuper ici, nous en reparlerons au chapitre IX.
Flamel sentait avec joie sa fin approcher, ce n'était pour lui qu'une délivrance, il allait renaître sur un plan
plus élevé à une vie meilleure, aussi avait-il fait non
seulement son testament, mais encore on avait préparé
sous ses yeux sa pierre tumulaire qu'il conservait dans
sa maison; il recommandait par une clause expresse de
son testament de mettre cette pierre au-dessus du lieu
où il serait enterré dans l'église de sa paroisse. Son testament
est daté du dimanche 22 novembre 1416. Ayant
terminé ses préparatifs pour le grand voyage, Flamel
attendit dans la prière, la volonté de Dieu. Il mourut
enfin le 22 mars avant Pâques 1417. Il avait alors plus
de quatre vingt ans. Il fut enterré dans l'église Saint-Jacques
de la Boucherie, vers l'extrémité de la nef; la pierre
qu'il avait fait préparer fut scellée au pilier le plus proche
du caveau où il reposait.
Flamel mort, son histoire n'est pas terminée et l'on peut dire qu'elle s'étend jusqu'à nos jours.
L'analyse de son testament, les aventures de ses descendants,
@

82 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

les fouilles faites dans sa maison, l'histoire de
ses ouvrages, les opinions contradictoires des littérateurs
et des savants qui se sont occupés de lui, tout cela ne
forme-t-il pas comme l'âme même de l'histoire de Flamel;
aussi nous étendrons-nous longuement sur ces diverses
questions.
-------
CHAPITRE VII
Pierre tumulaire de Flamel. -- Analyse du testament& de Flamel. -- Opinions de divers auteurs sur la fortune de Flamel. -- L'abbé Villain et Pernety. -- Naudé. -- La Croix du Maine. -- Hoeffer. -- Le roman de l'abbé de Villars. -- Figuier, Chevreul. -- J. B. Dumas. -- Notre opinion.
L'épitaphe, que Flamel avait faite d'avance et qui fut placée sur son tombeau, s'y voyait encore au XVIIIe siècle.
En 1797, quand Saint-Jacques fut démoli, cette pierre
tumulaire fut vendue ou enlevée, on ne sait par qui, et

@

NICOLAS FLAMEL 83 --------------------------------------------------------

pendant quelques années on perd sa trace. Elle finit par
venir s'échouer chez un fruitier-herboriste de la rue des
Arcis qui s'en servait au recto pour les infimes usages de
son métier: on y hachait les herbes cuites. M. Guérard,
marchand d'histoire naturelle la tira de cette basse officine,
espérant la vendre un bon prix; ne trouvant
pas d'amateur, il finit par la céder à M. Signol, marchand
de curiosités: celui-ci après six ans d'attente, fut
à son tour bien heureux de la repasser enfin pour
120 francs au musée de Cluny où elle est encore
actuellement. Ces diverses pérégrinations sont racontées
par M. de Lavillegille, qui fit à son sujet une communication
à la Société des Antiquaires de France.
Cette pierre a 58 centimètres de hauteur, 45 de largeur et 4 d'épaisseur. Elle est divisée en trois compartiments
horizontaux. A la partie supérieure sur fond noir
se détachent différentes figures. Au milieu le Seigneur
faisant le geste de bénir de la main droite, dans la gauche
il porte le globe surmonté de la croix. A sa droite
Saint-Pierre tenant une clef et un livre fermé; entre le
Seigneur et le Saint on voit le Soleil. A la gauche de Jésus
est saint Paul avec l'épée et entre eux deux la lune.
Le compartiment médian est tout entier occupé par
l'inscription suivante: « Feu Nicolas Flamel, jadis écrivain,

@

84 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

a laissé par son testament à l'oeuvre de cette Eglise
certaines rentes et maisons qu'il avait acquises et achetées
à son vivant, pour faire certain service divin et distributions
d'argent chacun an par aumône touchant les
quinze vingts, l'hôtel Dieu et autres églises et hôpitaux
de Paris. Soit prié pour les trépassés ». Enfin dans le
compartiment inférieur on voit un cadavre à demi-rongé
par les vers, au-dessus une banderole portant ces mots:
« Domine Deus, in tua misericordia speravi ». Enfin au
dessous du cadavre: « De terre suis venu et en terre
retourne. L'âme rends à toi J. H. V. qui les péchés pardonne
». Dans ce J. H. V. il faut voir paraît-il une
abréviation pour Jésus Hominum Ultor (Jésus rédempteur
des hommes), cependant nous avions d'abord cru
y retrouver l'I. E. V. hébraïque.
Nous avons maintenant à examiner le testament de Flamel. Cette pièce historique est conservée à la Bibliothèque
nationale (manuscrits, fond latin) sous la cote
9164. Le testament comprend quatre feuilles de parchemin
de 60 centimètres environ de longueur sur 40 centimètres
de large, et couvertes d'un seul côté d'une écriture
cursive serrée. La première feuille est noircie,
tachée d'humidité, par endroits l'écriture a disparu. Or,
voici d'après l`abbé Villain qui reproduit le testament

@

NICOLAS FLAMEL 85 --------------------------------------------------------

in extenso dans son Essais sur Saint-Jacques la Boucherie
voici le commencement de cette pièce curieuse à tous
points de vue. « A tous ceux qui ces lettres verront,
Tanneguy du Chastel, chevalier, conseiller, chambellan
du roi notre sire, garde de la prévôté de Paris. Salut.
Savoir faisons que par devant Hugues de la Barre et
Jehan de la Noë, clercs notaires du roi notre sire, de
par lui établis en son Châtelet de Paris, fût personnellement
établi, Nicolas Flamel, écrivain, sain de
corps et pensée, bien parlant et de bon et vrai entendement,
si comme il disait et comme de prime face apparaît,
attendant et sagement considérant qu'il n'est chose
plus certaine que la mort, ni chose moins certaine que
l'heure d'icelle et pour ce que en la fin de ses jours, il
ne fût et soit trouvés importunités sur ce, non voulant
de ce siècle, trépasser en l'autre, intestat, pensant aux
choses célestes, et pendant que sens et raison gouvernent
sa pensée, désirant pourvoir au salut et remède de
son âme, fit, ordonna et avisa son testament ou ordonnance
de dernière volonté au nom de la glorieuse Trinité
du Père, du Fils et du Saint-Esprit, etc. » Après ces
préliminaires commencent les clauses. Il ordonne d'abord
que son corps soit enterré à Saint-Jacques la Boucherie,
devant le Crucifix et Notre-Dame et pour ce il

@

86 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

acquitte un droit de quatorze francs. Il laisse quarante
livres parisis pour payer ceux de ses fournisseurs qu'il
n'aurait pas eu le temps de voir avant sa mort.
S'ensuivent les articles qui ont trait à son enterrement ils n'ont rien d'intéressant, les plus remarquables sont
ceux où il fait des aumônes aux pauvres, aux écoliers,
aux moines mendiants ou des donations aux églises et
aux chapelles. Ainsi « Item laisse en aumône et pour
prier Dieu pour lui, à ses hôtes qui demeureront lors
en ses maisons outre la porte Saint-Martin et devant
l'église Saint-Jacques, à chacun vingt sols parisis à leur
rabattre sous leurs louages ». Dans l'article suivant il
ordonne à ses exécuteurs d'acheter 300 aulnes de bon
drap brun, au prix de douze sols l'aulne, et d'en distribuer
à cent ménages pauvres, chacun trois aulnes. « Du
dit drap, ils seront tenus de faire chacun en droit soi,
cotte, chaperon et chausses pour les porter tant comme
ils pourront durer sans les vendre ni convertir ailleurs
sur peine de restituer la valeur du drap. »
Poursuivant ses dons en nature, Flamel ordonne un peu plus loin d'acheter deux cents aulnes de drap bleu
brun du prix et valeur de 24 sols parisis l'aulne, à distribuer
à raison de quatre aulnes par tête aux personnes
dont l'énumération suit: seize religieux de différents

@

NICOLAS FLAMEL 87 --------------------------------------------------------

ordres, dix-sept pauvres prêtres et dix-sept « pauvres
écoliers, maîtres ès arts et autres, pris et choisis en
collèges et en dehors. » Le tout se fera sous le contrôle
du prieur des Mathurins lequel recevra pour sa peine un
marc d'argent.
Il laisse à neuf confréries dont il était membre: confrérie de Sainte-Anne, Saint-Jacques, Saint-Christophe,
Sainte-Catherine du Val des Escoliers, Notre-Dame de
Boulogne-sur-Mer, Notre-Dame la Septembreche,
Notre-Dame de Mézoche, Saint-Michel de la Chapelle
du Palais et Saint-Jean l'Evangéliste; ainsi
qu'aux Eglises suivantes: Saint-Jacques de la Boucherie,
Saint-Jacques du Haut-Pas, Notre-Dame de
Pontoise, Sainte-Geneviève, Notre-Dame d'Haubervilliers,
aux églises paroissiales de Nanterre, Rueil, la Villette,
Issy, à toutes susnommées Eglises ou Confréries,
à chacune un calice marqué de l'N et de F, avec couvercle,
le tout en fin argent doré, dans un couvercle de
cuir de 16 liards parisis, plus une torche de 20 sols parisis.
Margot la Quesnel et sa fille Colette ne sont pas oubliées, elles ont d'abord à choisir des objets à leur convenance
pour la somme de 20 livres parisis, de plus Flamel
leur laisse, leur vie durant, une rente annuelle de

@

88 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

40 livres parisis, plus la moitié du vin, des rentes et
arrérages qui lui resteront dès après sa mort à Nanterre
plus le prix de la location de sa maison du Puits en la
rue de Montmorency et divers autres dons.
Il laisse 40 livres parisis en argent pour ceux de ses parents qui se présenteraient pour hériter.
Il laisse une forte somme pour payer des messes basses de requiem quotidiennes pendant sept ans et quarante
jours, pour le repos de son âme. Le vendredi de chaque
semaine la messe basse sera remplacée par une grand-
messe chantée, officiée par le curé, diacre, sous-diacre,
quatre chapelains et deux clercs.
Il institue de même douze messes par an à perpétuité pour le repos de ses père et mère.
Enfin il remet la moitié de leurs dettes à ses débiteurs de Nanterre, Rueil, Issy, la Villette, Saint-Ladre.
Il lègue 10 sols parisis de rente perpétuelle à l'Hôtel- Dieu, Hôpital du Saint-Esprit, Hôpital Saint-Gervais,
aux Quinze-Vingts, aux Eglises Saint-Julien, Sainte-Catherine,
du Sépulcre, Saint-Jacques de l'Hôpital, Eglise
de la Trinité en la rue Saint-Denis, Sainte-Geneviève
des Ardents, Saint-Cosme et Saint-Damien, Eglise des
Mathorins, Saint-Nicolas-des-Champs et enfin Saint-
Merry.

@

NICOLAS FLAMEL 89 --------------------------------------------------------

Tous ces différents legs exécutés, Saint-Jacques de la Boucherie hérite de ce qui restera de l'argent comptant,
des maisons de Flamel et de ses rentes sur diverses
maisons à Paris ou aux environs.
Tel est résumé, ce fameux testament dont les uns comme Salomon ou Borel ont vanté la magnificence à
l'excès, tandis que d'autres comme l'abbé Villain n'ont
voulu y voir que l'expression d'une très médiocre fortune.
En faisant grosso modo le calcul, nous avons
trouvé que les divers legs du testament représentaient
une valeur de 2,200 livres parisis, ce qui correspondrait
aujourd'hui à environ 120,000 francs, et encore nous ne
comptons les rentes perpétuelles ou viagères que pour
une année, enfin ces 120,000 francs représentent simplement
les dons particuliers, car on l'a vu tout le reste
de la fortune de Flamel revenait à Saint-Jacques de la
Boucherie, soit une dizaine de maisons dans Paris et de
nombreuses propriétés ou rentes dans les villages mentionnés
dans son testament. Pour ce qui est du revenu
de Flamel, il possédait en 1410, 450 livres de revenu
perpétuel et 200 livres de revenu viager, ce qui correspondrait
aujourd'hui à environ 50,000 francs de rente
viagère.
De plus, outre ce qu'il laissait à sa mort, il avait dépensé
@

90 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

pas mal pendant sa vie, il avait élevé deux arcades
et un mausolée au cimetière des Innocents, deux
maisons rue du Cimetière Saint-Nicolas, deux maisons
rue de Montmorency, il avait contribué à la reconstruction
de la chapelle de l'hôpital Saint-Gervais, à ses frais
encore avait été élevé le portail Sainte-Geneviève des
Ardents, celui de Saint-Jacques la Boucherie et la chapelle
Saint-Clément dans cette même église, enfin citons
encore Saint-Côme et Saint-Martin au nombre de ses
fondations ou dépenses avant sa mort, et encore nous
ne connaissons pas tout.
Non! quoique l'on fasse, les chiffres sont là, les faits sont éloquents, on ne peut nier que Flamel ait été fort
riche pour son temps. Quant à rechercher l'origine de
sa fortune c'est une toute autre question. Pour les alchimistes,
Pernety en tête, l'ardent adversaire de l'abbé
Villain il n'y a qu'une hypothèse possible, c'est que
Flamel a été un adepte, il a possédé le secret de la
pierre philosophale, et ils accumulent preuves sur preuves:
Flamel vit dans une position médiocre, quand
après 1382, date de sa réussite, nous le voyons faire
construire des maisons, des chapelles, répandre de larges
aumônes autour de lui, se conduire enfin comme un
riche bourgeois. Flamel s'est occupé d'alchimie, disent-

@

NICOLAS FLAMEL 91 --------------------------------------------------------

ils, né pauvre il est mort riche, donc il a trouvé le secret
de la pierre philosophale, au reste lui-même l'affirme.
Et dans leur enthousiasme, les alchimistes grossissent
les dons et les richesses de Flamel, Gohorry, la Croix
du Maine parlent des immenses et superbes bâtiments
qu'il a fait élever. Borel affirme qu'à sa mort il possédait
plus d'un million. A ce discours l'abbé Villain bondit,
lui l'homme méticuleux par excellence, qui ne ferait
pas grâce au lecteur d'un denier, ni d'un liard parisis,
lui qui nous force à prendre connaissance d'actes plus
solennels et plus ennuyeux les uns que les autres, il bondit!
D'abord Flamel, pour l'abbé, n'est pas si riche
qu'on l'a dit, il y avait bien d'autres bourgeois de son
temps qui pouvaient marcher de pair avec lui, et la fortune
de Flamel pouvait fort bien s'acquérir par le simple
travail assidu, surtout dans le commerce des manuscrits
alors très prisés. Il récuse toute raison hermétique,
intransigeant il proclame que Flamel ne s'est jamais
occupé d'alchimie, qu'il n'a jamais lu, à plus forte raison
jamais écrit un livre hermétique, que ses symboles et
hiéroglyphes n'ont aucun ses, caché, par conséquent
que tout ce qu'on lui attribue dans ce sens est faux ou
supposé, tout, tout! On pense combien il devait s'accorder
avec Pernety tout aussi intransigeant que lui, mais

@

92 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

présentant l'excès contraire; ils avaient raison tous deux,
il aurait suffi de s'entendre et de prendre une opinion
mixte, mais leur querelle ne fit que s'envenimer et ils
moururent tous deux dans l'impénitence finale, chacun
soutenant mordicus qu'il avait raison en tout et sur tout.
Cependant il faut avouer en toute sincérité que la raison
était plutôt du côté de Pernety.
Quelques mots sur cette querelle. L'abbé Villain venait de faire paraître son Essai sur Saint-Jacques de
la Boucherie, il y parlait de Flamel comme d'un simple
écrivain, refusant de voir en lui un alchimiste.
La chose déplut probablement à Pernety qui fit paraître dans l'année littéraire de Fréron (1758, tome VII),
une lettre où il rétablit les faits. L'abbé Villain qui préparait
une histoire critique de Nicolas Flamel, ne tint
aucun compte de la lettre de Pernety, dans ce nouvel
ouvrage il ne laisse passer aucune occasion de dauber
sur les alchimistes et en particulier sur Pernety qu'il
affecte de désigner sous le nom de: critique de l'année
littéraire. Aussi quand cet ouvrage parut, il souleva combien
de colères! Pernety, visé plus directement répondit
dans l'année littéraire (1762, tome III), par une longue
lettre où les preuves historiques en faveur de Flamel
s'allient agréablement à des épigrammes finement

@

NICOLAS FLAMEL 93 --------------------------------------------------------

ironiques. L'abbé Villain crut devoir répondre à son
tour par une lettre lourde et pâteuse d'une lecture indigeste.
Pernety dédaigna ce trait sans force et la querelle
en resta là. Nous reproduisons in extenso la deuxième
lettre de Pernety à la fin de cet ouvrage, mais par
pitié pour le lecteur nous ne ferons qu'analyser brièvement
la lettre de l'abbé Villain.
Pernety regardait donc Flamel comme un adepte et Villain le considérait comme un bourgeois parvenu à l'aisance
par des moyens honnêtes. Une troisième version,
celle de J. Hornius et de Naudé, d'après ceux-ci Flamel
se serait enrichi aux dépens des juifs qui au XIVe
et au XVe siècle ont été plusieurs fois proscrits, mais
Naudé a une opinion peu grave, surtout quand on le voit
faire vivre Flamel en 1223! La Croix du Maine professe
la même opinion: « La source de sa richesse est telle,
dit-il, quand les juifs furent chassés, lui qui avait leurs
papiers, loin de réclamer à leurs créanciers ou de les
dénoncer au roi, partageait avec eux pour leur donner
acquit ». Hoeffer a suivi la Croix du Maine, il a seulement
enjolivé la chose et c'est gravement qu'il nous affirme
que: « ... la véritable source des richesses de Flamel
s'explique par les rapports fréquents et intimes qu'entretenait
cet alchimiste avec les juifs si persécutés au

@

94 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

moyen-âge et qui étaient tour-à-tour exilés et rappelés
selon le bon plaisir des rois. Dépositaire de la fortune de
ces malheureux dont la plupart mouraient dans l'exil,
l'écrivain de Saint-Jacques la Boucherie n'avait pas
besoin de souffler le feu du grand-oeuvre pour s'enrichir.
L'histoire du livre d'or du juif Abraham pourrait bien
n'être autre chose qu'une allégorie par laquelle Nicolas
Flamel rappelle lui-même l'origine de sa fortune. » Cette
assertion qui résume élégamment Hornius, Naudé et
Lacroix du Maine, cette assertion ne tient pas une minute
devant la critique; d'abord Hoeffer ne donne aucune
preuve positive de ce qu'il avance.
Dans toute l'histoire de Flamel au contraire nous ne trouvons qu'un Juif, maître Canches, de plus l'abbé
Villain, à l'affût de tout ce qui pourrait détruire la
renommée hermétique de Flamel, n'eût pas manqué de
s'emparer de cette raison, il n'eût pas manqué de révéler
le moindre fait de ce genre. Bien au contraire Villain
repousse avec indignation les insinuations de Naudé,
contre Flamel, affirmant qu'il n'eût jamais été capable
de la moindre escroquerie même envers des Juifs; ce que
nous connaissons du caractère de Flamel étant parfaitement
concordant, nous nous rangeons du côté de l'abbé
Villain. Mais ce ne sont là que des preuves morales,

@

NICOLAS FLAMEL 95 --------------------------------------------------------

voici des preuves matérielles, en consultant l'histoire on
trouve que durant la vie de Flamel les Juifs furent chassés
trois fois de France, une première fois en 1346, notre
héros était encore un adolescent, la deuxième en 1354, il
venait à peine de s'établir et nous ne voyons pas qu'il
fasse fortune à cette époque. Enfin la troisième fois, en
1393, mais alors Flamel était déjà riche, il avait commencé
ses fondations et n'avait que faire de l'argent juif.
Du reste, l'ordonnance d'exil de 1393 enjoignait expressément
aux créanciers des juifs de payer leurs dettes.
Flamel fut-il leur banquier? C'est là une pure hypothèse qui n'a rien, absolument rien pour l'appuyer, aussi
devons-nous l'abandonner. Quelques autres ont eu sur
Flamel une opinion éclectique, ainsi que le rapporte
Borel. « Quelques attribuaient, dit-il, la richesse de Flamel
aux juifs, aux Anglais, aux Hôpitaux, aux Templiers.
» Le vague ici démontre amplement le vide de
l'accusation.
Une quatrième opinion sur l'origine de la fortune de Flamel est celle de l'abbé de Montfaucon de Villars
(voir Le comte de Gabalis ou Entretiens sur les sciences
secrètes). Elle ne peut être prise au sérieux, nous la
donnons seulement à cause de sa singularité. L'abbé de
Villars bâtit un véritable roman sur Flamel, d'abord

@

96 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

notre écrivain devient pour lui un petit frater en chirurgie,
il voyage en France, en Italie, et c'est à Rome qu'il
achète le livre d'Abraham juif. Il n'y comprend rien,
naturellement, mais un rabbin nommé Nazar lui révèle
que les Juifs proscrits de France plusieurs fois, et sachant
qu'ils rentreraient tôt ou tard, avaient chaque fois enfoui
leurs richesses dans les caves de diverses maisons, à
Paris, à Lyon, etc. Or, toutes les maisons à cette époque
avaient des enseignes, ainsi nous avons vu en la possession
de Flamel les maisons du Lys, de la Herse, du
Puits.
Les Juifs pour retrouver leurs richesses avaient fait un livre où se trouvaient représentées les enseignes des maisons
qui contenaient leurs trésors. Flamel n'eut donc
qu'à acheter les maisons dont les enseignes se trouvaient
reproduites dans son livre, ce qui lui permit de devenir
riche en peu de temps.
Tout le reste de la narration de l'abbé de Villars est de cette force, il est impossible d'y trouver un seul détail
authentique, tout est inventé. Nous ne nous attarderons
pas à combattre ce système, nous ferons simplement
remarquer que les édits qui expulsaient les juifs ne les
dépossédaient pas, ils pouvaient emporter leurs marchandises,
leur mobilier, et que dans ces conditions la première

@

NICOLAS FLAMEL 97 --------------------------------------------------------

chose qu'ils emballaient, c'étaient leurs espèces
monnayées.
La cinquième opinion est celle d'auteurs du siècle, ils sont en général fort circonspects, et on ne sait trop ce
qu'ils pensent réellement. Ainsi M. Figuier dit à la fin
des quelques pages qu'il consacre à Flamel: « Tout cela
prouve que si Nicolas Flamel ne s'est pas occupé d'alchimie,
il a cependant fait tout son possible pour le laisser
croire au vulgaire. »
Comme cela tout le monde est content, vous croyez à l'alchimie? c'est parfait, Flamel était un adepte, vous n'y
croyez pas? je suis encore de votre avis Flamel fut un
farceur. De cette façon M. Figuier ne se compromet
jamais, c'est encore lui qui fait cette déclaration ni chair
ni poisson. « En résumé, si on ne peut admettre que
Nicolas Flamel ait été alchimiste, au moins faut-il avouer
qu'aucun autre personnage de son temps n'a rassemblé
un plus grand nombre de preuves pour faire croire à la
réalité de ce fait et pour implanter cette opinion dans les
crédules esprits de ses contemporains. »
M. Chevreul s'est aussi mêlé de juger Flamel « Nicolas Flamel a réellement existé, comme le prouvent des
monuments qu'il a élevés, ainsi que des donations ou des
fondations qu'il a faites et dont la réalité est attestée par

@

98 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

des pièces authentiques qui se trouvaient encore au
XVIIIe siècle dans les archives de Saint-Jacques de Boucherie.
Eh bien, lorsqu'on lit les deux volumes publiés
par l'abbé Villain sur cette église et sur la vie de Nicolas
Flamel, il n'est guère possible à notre avis de ne pas
admettre que ce personnage n'a jamais eu les grandes
richesses qu'on lui a attribuées, qu'il ne s'est point occupé
d'alchimie, que les sculptures et les vitraux qu'il a fait
exécuter n'ont aucun sens hermétique, qu'en conséquence
les écrits qui portent son nom ont été écrits longtemps
après sa mort. » Il est malheureux pour Chevreul
qu'il se soit borné à la lecture de l'abbé Villain, il s'est
par suite trouvé dans la situation d'un libre-penseur qui
jugerait le catholicisme à travers les libelles d'un protestant
ou réciproquement. Nous n'insisterons pas.
Une autre opinion, réellement étonnante par sa partialité est celle du chimiste Dumas. Voici la chose. « On
trouve ensuite Nicolas Flamel, qui s'est acquis une certaine
célébrité. On prétend qu'il trouva la pierre philosophale,
en s'aidant des recherches d'un juif dont il aurait
eu le bonheur de posséder les manuscrits. Plusieurs
fois il aurait mis en pratique ses procédés alchimiques,
il aurait acquis ainsi une fortune colossale qu'il aurait
employée à bâtir une quantité de maisons et même

@

NICOLAS FLAMEL 99 --------------------------------------------------------

d'églises. Enfin on ne sait trop pourquoi il aurait fait semblant
de mourir ainsi que sa femme et ils se seraient réfugiés
en pays lointains, devenus immortels et possesseurs
d'inépuisables trésors. Un livre ex-professo a été consacré
à l'examen de ces faits et l'on y voit que Nicolas
Flamel est mort dans un état de fortune très médiocre,
sans avoir jamais joui de l'éclat qui lui a été attribué.
C'était simplement un écrivain public assez vaniteux, qui
prêtait à la petite semaine, de manière que dans son
quartier il avait des intérêts sur un nombre infini de petites
maisons, et d'après l'histoire de sa vie on voit qu'il
n'a jamais été chimiste (J. B. Dumas: Leçons sur la philosophie
chimique, 1834). »
Il est difficile d'entasser autant d'inexactitudes en si peu de mots; il est évident que Dumas s'est contenté
d'aperçus très vagues sur Flamel et qu'il n'a jamais étudié
sérieusement l'histoire de notre alchimiste, il en est
résulté l'étonnant jugement que l'on vient de lire. Dumas
était de ces chimistes, dont la race n'est pas perdue,
qui jugent de haut l'alchimie sans en connaître le premier
mot. Heureusement que leurs jugements ne sont
pas sans appel!
Quant à notre opinion personnelle la voici: Flamel s'est occupé d'alchimie une grande partie de sa vie et

@

100 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

il y a trouvé la source de sa fortune, qu'il ait été souffleur
ou adepte. Supposons le premier cas: dans les
« Théories et Symboles, nous avons exposé que le grand
oeuvre des alchimistes vulgaires se faisait avec un mélange
de sels d'or et d'argent. Or, qu'arrivait-il par la
projection de cette prétendue pierre philosophale sur un
métal fondu, par exemple de l'étain. Les sels d'or et
d'argent facilement réductibles donnaient de l'or et de
l'argent métalliques qui s'alliaient à l'étain fondu. On
pouvait obtenir dans ces conditions un alliage ayant l'aspect,
l'éclat, la couleur, le poids et le son de l'or. Or, à
cette époque, les procédés analytiques étaient assez primitifs,
un pareil alliage pouvait passer pour de l'or aux
yeux des orfèvres. Bernard le Trévisan rapporte l'histoire
d'un alchimiste qui vendait le produit de son travail
aux orfèvres et le Trévisan nous affirme que ce n'était
là qu'un produit sophistique. Alors, dira-t-on, Flamel
est assimilable dans ces conditions à un faux-monnayeur?
Non, car Flamel était de bonne foi, il croyait
réellement faire de l'or, les orfèvres qui lui achetaient,
prenaient son métal pour de l'or, il n'y avait pas de tromperie
de sa part, et il persévérait dans son erreur par
suite de l'ignorance même des orfèvres. On peut ainsi
expliquer toute l'histoire de Flamel, mais nous avouons

@

NICOLAS FLAMEL 101 --------------------------------------------------------

nous-même que cette explication est répréhensible en
plus d'un point; et comme la transmutation des métaux
n'a rien d'impossible, que les dernières découvertes de
la chimie semblent plutôt en établir la possibilité, pour
toutes ses raisons nous préférons regarder Flamel
comme ayant été sinon adepte, au moins philosophe
hermétique.

-------

CHAPITRE VIII
La légende de Flamel. -- Histoire de Paul Lucas. --
Flamel n'est pas mort. -- Ses apparitions au XVIIIe et au XIXe siècle. -- Histoire de Dubois, le dernier descendant de Flamel. -- Disparition des diverses fondations de Flamel. -- Destruction de Saint Jacques la Boucherie. -- Les fouilles dans la maison de la rue des Ecrivains. -- Le père Pacifique.
Flamel mort, l'imagination populaire fit peu à peu passer son histoire à l état de légende, on le représenta
comme immensément riche, il aurait bâti entièrement

@

102 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

huit églises et quatorze hôpitaux, il aurait été seigneur
de sept paroisses des environs de Paris, en mourant il
aurait laissé 4.000 écus d'or comme argent comptant,
enfin ses biens immeubles, ses donations, ses constructions
auraient représenté plusieurs millions de livres. Les
faits furent tellement défigurés et sa légende prit de telles
proportions, qu'au commencement du XVIIe siècle,
quand Paul Lucas revenant d'Orient affirma que
Flamel vivait encore, il y eut nombre d'enthousiastes qui
le crurent. Le récit de Paul Lucas est trop savoureux
pour ne pas être rapporté. Lucas était à Brousse lorsqu'il
fit la connaissance d'un derviche fort savant: « A
le voir, dit-il, on ne lui aurait pas donné plus de trente
ans; mais à ses discours, il paraissait avoir déjà vécu
plus d'un siècle. On se le serait même encore plus persuadé
par le récit qu'il faisait de plusieurs longs voyages
qu'il disait avoir faits. Il me conta qu'ils étaient sept
amis qui couraient ainsi le monde, tous sept dans l'intention
de devenir plus parfaits; qu'en se quittant, ils se
donnaient rendez-vous dans quelque ville pour vingt
ans après; et que les premiers arrivés ne manquaient
pas d'y attendre les autres. Cela me fit croire que cette
fois Berusse (1) avait été choisi pour le rendez-vous de


1. Brousse.
@

NICOLAS FLAMEL 103 --------------------------------------------------------

ces sept savants. Ils y étaient déjà quatre, et si unis
entre eux, qu'on voyait bien que ce n'était pas le hasard,
mais une longue connaissance qui les y avait rassemblés.
Dans un long entretien avec un homme d'esprit, on a
occasion de parler de plusieurs curiosités; la religion
et la nature furent tour à tour le sujet de nos discours.
Nous tombâmes enfin sur la chimie, l'alchimie et la
Cabale, et je lui dis que tout cela et surtout les idées
sur la pierre philosophale, passaient dans l'esprit de
bien des gens pour des sciences fort chimériques. »
S'ensuit un discours du derviche sur la beauté de la
science et le bonheur du sage: « Je l'arrêtai en cet
endroit: avec toutes ces belles maximes, lui dis-je, le
Sage meurt comme les autres hommes.
Que m'importe donc d'avoir été sage ou fou toute ma vie, si la sagesse n'a aucun privilège au-dessus de la
folie et que l'un n'empêche pas de mourir plutôt que
l'autre? Ah, reprit-il, je vois bien que vous n'avez connu
aucun Philosophe, tel que je vous le peins meurt à
la vérité (car la mort est une chose attachée à la nature
et dont il n'est pas de l'ordre de s'exempter), mais qu'il
sait aller au terme, c'est-à-dire, jusqu'au temps qui a été
marqué par le créateur. L'on a observé que ce temps est
de mille ans et que c'est seulement jusque-là que vit le

@

104 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Sage ». Nous passons une longue tirade pour arriver à
ce qui nous intéresse plus directement: « Je lui
parlai enfin, dit Lucas, du célèbre Flamel, et lui
dis que malgré la Pierre philosophale il était mort
dans toutes les formes. A ce propos il se mit à
rire de ma simplicité et comme j'avais déjà commencé
presque à le croire sur tout le reste, j'étais fort étonné
de le voir douter de ce que je venais d'avancer. S'étant
bientôt aperçu de ma surprise, il me demanda de nouveau,
sur le même ton, si j'étais assez bon pour croire
que Flamel fut en effet mort? et sur ce que je tardais à
répondre: non, non, reprit-il, vous vous trompez, Flamel
et sa femme ne savent pas encore ce que c'est que
la mort. Il n'y a pas trois ans que je les ai laissés l'un
et l'autre aux Indes, et c'est un de mes plus fidèles amis.
Il allait même me marquer le temps où ils avaient fait
connaissance, mais il se retint, en me disant qu'il allait
m'apprendre son histoire que sans doute on ne savait
pas dans mon pays. Nos sages, continua-t-il, quoique
rares dans le monde, se rencontrent également dans
toutes les Sectes et elles ont en cela peu de supériorité
les unes sur les autres. Du temps de Flamel en France,
il y en avait un de la religion juive, qui pendant les premiers
temps de sa vie s'était attaché à ne point perdre de

@

NICOLAS FLAMEL 105 --------------------------------------------------------

vue les descendants de ses frères. Et sachant que la plupart
s'étaient réfugiés en France, le désir de les voir,
l'obligea à nous quitter pour en faire le voyage. Nous
fîmes tout ce que nous pûmes pour l'en détourner, mais
son envie extrême le fit partir, avec promesse cependant
de nous rejoindre le plutôt qu'il serait possible. Arrivé à
Paris, il trouva que les descendants de son père y étaient
morts chez les juifs en grande estime. Il vit entr'autres
un rabbin de sa race qui paraissait vouloir devenir savant,
c'est-à-dire qui cherchait la véritable philosophie
et travaillait au grand oeuvre. Notre ami ne dédaignant
point de se faire connaître à ses petits-neveux, lia avec
lui une amitié étroite et lui donna beaucoup d'éclaircissement.
Mais comme la matière est longue à faire, il se
contenta de mettre par écrit toute la Science de l'oeuvre,
et pour lui prouver qu'il ne lui avait point écrit de
faussetés, il fit en sa présence une projection de trente
ocques (une ocque pèse trois livres) de métal, qu'il convertit
en or le plus pur. Sur quoi le rabbin, plein d'admiration
pour notre frère, fit tous ses efforts pour le
retenir auprès de lui. Ce fut en vain; il ne voulut pas
nous manquer de parole. Enfin le Juif, ne pouvant rien
obtenir, changea tout-à-coup son amitié en une haine
mortelle; et l'avarice lui fit prendre le dessein d'éteindre

@

106 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

une des lumières de l'univers. Mais voulant dissimuler,
il pria ce Sage de vouloir bien rester encore quelques
jours chez lui; et pendant ce temps-là, par une trahison
aussi noire qu'inouïe, il le tua et lui prit tous ses papiers.
Mais les actions atroces ne peuvent rester longtemps
impunies: le juif découvert et arrêté, tant pour ce crime
que pour d'autres dont on le convainquit, fut brûlé tout
vif; la persécution des Juifs commença peu de temps
après et vous savez qu'ils furent chassés du Royaume.
Flamel plus raisonnable que la plupart des autres parisiens,
n'avait pas fait difficulté de s'allier avec quelques
autres Juifs, il passait même chez eux pour une personne
d'une honnêteté et d'une probité reconnue. Cela fut
cause qu'un marchand juif prit le dessein de lui confier
ses registres et tous ses papiers, persuadé qu'il n'en userait
point mal et qu'il voudrait bien les sauver de l'incendie
commun. Parmi ces papiers se trouvaient ceux du
rabbin qui avait été brûlé et les livres de notre sage. Le
marchand, sans doute occupé de son commerce, n'y
avait pas encore fait attention; mais Flamel qui les examina
de plus près y remarquant des figures de fourneaux,
d'alambics et d'autres vases semblables, et jugeant avec
raison que ce pouvait être le secret du grand oeuvre,
crut devoir pas s'en tenir là. Comme ces livres étaient

@

NICOLAS FLAMEL 107 --------------------------------------------------------

hébreux, il s'en fit traduire le premier feuillet; et cela
seul l'ayant confirmé dans sa pensée, pour user de
prudence et n'être pas découvert, voici la façon dont il
s'y prit. Il se rendit en Espagne, et comme il s'y trouvait
des juifs presque partout dans chaque endroit où il passait,
il en priait quelqu'un de lui traduire une page de
son livre, et après l'avoir traduit tout entier par ce moyen
il reprit le chemin de Paris. En revenant en France, il
s'était fait un ami fidèle qu'il y menait avec lui, pour
travailler à l'oeuvre, et à qui il avait dessein de découvrir
son dessein dans la suite, mais une maladie le lui
enleva. Ainsi Flamel de retour chez lui, résolut de travailler
avec sa femme, ils réussirent, et s'étant acquis des
richesses immenses, ils firent bâtir plusieurs édifices publics
et enrichirent nombre de personnes. La renommée
est souvent une chose fort incommode, mais un sage sait
par sa prudence se tirer de tous les embarras. Flamel vit
bien qu'on finirait par l'arrêter, dès qu'il serait soupçonné
d'avoir la pierre philosophale, et il avait peu d'apparence
qu'on fût encore longtemps sans lui attribuer cette science,
après l'éclat qu'avaient produit ses largesses. Ainsi en
véritable philosophe, qui se soucie très peu de vivre dans
l'esprit du genre humain, il trouva le moyen de fuir la persécution
en faisant publier sa mort et celle de sa femme.

@

108 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Par ses conseils, elle feignit une maladie qui eut son cours, et lorsqu'on l'a dit morte, elle était dans la Suisse
où elle avait eu l'ordre de l'attendre. On enterra en sa
place un morceau de bois et des habits, et pour ne point
manquer au cérémonial ce fut dans l'une des églises
qu'elle avait fait bâtir. Ensuite il eut recours au même
stratagème, et comme tout se fait pour de l'argent, on
sent qu'il n'eut point de peine à gagner les médecins et
les gens d'église. Il laissa un testament dans lequel il
recommanda qu'on l'enterrât avec sa femme et qu'on élevât
une pyramide sur leur sépulture; et pendant que ce
vrai sage était en chemin pour aller rejoindre sa femme
un second morceau de bois fut enterré en sa place. Depuis
ce temps, l'un et l'autre ont mené une vie très philosophique,
tantôt dans un pays, tantôt dans l'autre.
Telle est la véritable histoire de Nicolas Flamel et non
pas ce que vous en croyez, ni ce que l'on en pense sottement
à Paris où très peu de gens ont connaissance de
la vraie sagesse. » Telle est cette fameuse histoire rapportée
par Lucas, beaucoup d'auteurs en parlent et peu
la donnent, c'est pourquoi nous l'avions copiée presque
entièrement à titre de curiosité. Cette narration merveilleuse
qui contredit l'histoire en plusieurs points, doit être
rangée à côté de la légende fantastique que nous donne

@

NICOLAS FLAMEL 109 --------------------------------------------------------

l'abbé de Villars. Il est cependant peu probable que Paul
Lucas l'ait inventée de toutes pièces; à la suite de son
premier voyage en Orient, il avait raconté tant de merveilles
qu'on l'avait accusé de posséder une somme extraordinaire
de naïve crédulité, d'où indignation de Paul
Lucas; or ce récit se trouve dans la relation de son
second voyage, il ne l'y eut pas inséré s'il n'avait été certain
de trouver des croyants, l'histoire n'en est pas moins
bizarre. Lucas en esquisse la critique: « Cette histoire,
dit-il, est on ne saurait plus singulière et me surprit d'autant
plus, qu'elle m'était faite par un turc que je croyais
n'avoir jamais mis le pied en France, et je passe même
plusieurs autres choses encore moins croyables, qu'il me
raconte du ton le plus affirmatif. » Le derviche était-il
lui-même de bonne foi ou bien a-t-il voulu se moquer de
Lucas? et dans ce dernier cas pourquoi? et comment
connaissait-il quelques traits de l'histoire de Flamel? Le
récit de Lucas souleva bien des railleries, mais d'autre
part il trouva des fanatiques; la pierre philosophale dissoute
dans du vin blanc ne constitue-t-elle pas un puissant
élixir de vie, une véritable panacée universelle, quoi
d'étonnant alors que Flamel et Pernelle aient vécu plusieurs
siècles! Cette association des sept philosophes
dont parle le derviche, qu'est-ce sinon un collège de

@

110 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Rose-Croix, cette mystérieuse société hermétique.
Cohausen dans son « Hermippus redivivus » joignit le
récit de Lucas in extenso aux différentes preuves qu'il
donne de l'existence de la médecine universelle ou élixir
de longue vie. Ce qu'il y a de plus curieux dans cette
légende de la longévité philosophale de Flamel c'est que
l'abbé Villain lui-même, rapporte, à titre de légende c'est
vrai, le fait suivant: « Flamel il y a un nombre d'années
fut rendre visite à M. Desalleurs, alors ambassadeur
de France à la Porte. Et ce qui doit plus intéresser
puisque le fait est presque présent, l'année dernière 1761
Flamel, Pernelle et un fils qu'ils ont eu dans les Indes,
ont paru à Paris à l'Opéra. Un seigneur, instruit du jour
où ces hommes merveilleux devaient se montrer, fut au
spectacle, accompagné d'un peintre qui devait dessiner
les trois prodiges ». Cette légende s'est perpétuée en
plein XIXe siècle. Au mois de mai 1819 un inconnu louait
une boutique à Paris, rue de Cléry, numéro 22. Bientôt
des affiches apprirent au public que Nicolas Flamel était
encore vivant, dans des expériences quotidiennes l'adepte
multipliait les lingots d'or; bientôt il allait ouvrir un cours
de philosophie hermétique; pour avoir le droit d'y assister
il suffisait de prendre une simple inscription de 300,000
francs. Aucun disciple n'ayant répondu à l'appel, l'adepte

@

NICOLAS FLAMEL 111 --------------------------------------------------------

disparut de la circulation et depuis oncques n'a-t-on entendu
parler de lui. Avec ce dernier épisode finit réellement
la légende personnelle de Flamel, il nous reste à
dire quelques mots de ses descendants et de ses fondations.
Flamel avait un frère (peut-être un cousin) nommé Jean Flamel, et qui était libraire écrivain du duc de
Bourgogne, c'est Flamel le jeune dont parle Guillebert
de Metz, il mourut avant son aîné. Flamel n'avait pas
d'enfants, ses uniques descendants étaient ses neveux,
les trois fils d'Isabelle Perrier, la soeur de Pernelle. Il
en avait distingué un parmi eux, nous ne savons au juste
lequel, et avait écrit à son intention un traité hermétique.
Borel dit que c'était Nicolas ou Colin Perrier. A la
mort de Flamel, ce Perrier, sachant que son oncle
soufflait s'empara de ses papiers et de quelques matras
renfermant de la poudre de projection. Il en usa discrètement
ou même n'osa jamais s'en servir, car on n'entendit
jamais parler de lui. Papiers et poudre passèrent
à ses descendants jusqu'à un nommé Du Parrin, médecin
à Coulommiers, lequel à son lit de mort en fit cadeau
à son neveu ou filleul Dubois. Celui-ci ne fut pas si
prudent que ses aïeux; possédant une certaine provision
de pierre philosophale, il n'aspira qu'à étonner ses contemporains.

@

112 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Par ses prouesses, il attira l'attention de la
Cour Royale, et dut travailler devant le roi Louis XIII.
Le biographe de J. B. Morin nous a conservé incidemment
la suite de cette histoire: « L'autre personne
avec laquelle il (Morin) a souvent pris plaisir de s'entretenir
est M. de Chavigny, qui avait été présent à l'épreuve
que Dubois fit de sa poudre de projection, à la
vue et sous la main du Roi, et qui fut chargé de cet
or nouvellement fabriqué pour en faire faire l'examen
par l'essayeur de la monnaie, qui après la dernière
épreuve, le déclara plus fin que celui dont on se sert
ordinairement, et ce qui le surprit, quoi qu'il soit aisé
d'en donner la raison, fut qu'il le trouva plus pesant
après l'opération qu'il ne l'était auparavant. Or, comme
cette histoire, l'une des plus curieuses sans doute de
celles qui ont entretenu le siècle présent, a eu des faces
bien différentes, j'ai cru qu'il ne serait pas tout à fait
hors de propos de lui donner ici son véritable jour et
de dire à l'honneur de la chimie et pur amour de la
vérité qu'il n'y eut aucune fourbe à l'épreuve que Dubois
fit de sa poudre; le Creuset fut pris sans affectation
chez un marchand, M. de Chavigny ramassa dans
les bandoulières des gardes des balles de plomb qui
furent fondues et sa Majesté mit elle-même la poudre

@

NICOLAS FLAMEL 113 --------------------------------------------------------

qui lui fut donnée en très petite quantité dans un peu de
cire, après l'avoir entortillée dans du papier pour la
tenir plus facilement; mais d'où vient donc le traitement
que l'on fit à Dubois, c'est un ressort caché de la Providence,
ce que j'en ai appris, est que l'on voulut tirer son
secret et soit qu'il s'opiniâtra à ne point le donner, ou
qu'il ne fut pas l'auteur de la poudre, comme il y en a
bien de l'apparence, on se lassa de ses remises, on le fit
arrêter à Ruel, où il allait souvent conférer avec son
Eminence et sous prétexte de la sûreté de sa personne,
on lui donna le bois de Vincennes (1) pour logement
et des gardes du corps pour lui tenir compagnie.
Le régal lui sembla bien fâcheux et lui parut d'autant
plus rude qu'il n'avait point cherché, au contraire qu'il
avait fui autant qu'il avait pu, de se faire connaître à
la Cour. La nécessité seule et fatale de conserver la
liberté qu'il s'était procurée par la sortie de son couvent,
lui ayant fait consentir de se déclarer au père
Joseph, qui après un examen fort exact et chez les religieuses
du Calvaire, le déféra à son Eminence, ainsi donc
au lieu de profiter de ce traitement, il en devint moins
traitable, et enfin s'échappa par ses paroles en de si


1. Le donjon de Vincennes situé au milieu du bois.
@

114 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

grandes extrémités qu'on ne vit plus rien à faire que de
lui donner des commissaires; comme sa vie n'avait pas
été régulière, quoi qu'il eût fait profession dans un
ordre très régulier et très saint, il ne leur fut pas difficile
de trouver des sujets d'exercer la rigueur de la justice
souveraine, dont ils étaient dépositaires. Dubois
fut condamné à mort pour divers crimes et la souffrit
par les mains du bourreau. Mais tant s'en faut que l'on
ait fait le procès à son secret, que le cardinal de Richelieu,
qui n'était point une dupe, l'a depuis fait rechercher
dans un laboratoire, qu'il fit construire à ce dessein
dans le château de Ruel, et dans lequel on a travaillé
plusieurs années sur les papiers qui furent saisis à
Paris, dans le temps que l'on arrêta ce malheureux à
Ruel » (La vie de maître Jean-Baptiste Morin, docteur
en médecine et professeur royal aux mathématiques à
Paris 1660, in-18°, pages 41-44). Il est bien évident
que le malheureux fut pendu non pour s'être défroqué,
mais pour n'avoir pas voulu livrer son secret au cupide
cardinal. Ainsi finit la postérité de Flamel.
Les diverses fondations de Flamel disparurent à leur tour l'une après l'autre. Du temps de l'abbé Villain les
sculptures de Saint-Côme et de Saint-Damien n'existaient
plus depuis longtemps, les figures hiéroglyphiques

@

NICOLAS FLAMEL 115 --------------------------------------------------------

du Charnier des Innocents venaient d'être recouvertes
par une nouvelle construction, puis en 1789 plusieurs
des églises dotées par lui furent désaffectées ou détruites.
En 1790 Saint-Jacques la Boucherie fut déclarée monument
national et « Plus tard, l'église Saint-Jacques fut
louée à un industriel moyennant une somme de 10.600
francs en numéraire, puis sa mise en vente ayant été
décidée, elle fut criée aux enchères publiques le 11 thermidor,
an V de la république (29 juillet 1797) et adjugée
le même jour à un entrepreneur de bâtiments au prix de
411.200 francs... La démolition s'en fit quelque temps
après, mais les conditions insérées dans l'acte de vente
n'imposant nullement à l'acquéreur l'obligation d'abattre
la Tour, celle-ci fut conservée par son nouveau propriétaire
sans qu'on ait jamais pu savoir quel fut le mobile
qui le fit agir en cette circonstance, en tout cas que sa
mémoire en soit ici glorifiée. » Jules Briois: La Tour
Saint-Jacques, tome II, page 368. La Tour servit ensuite
à un fabricant de grenaille de plomb, enfin en 1836
M. de Rambuteau, préfet de la Seine, l'acheta pour le
compte de la ville de Paris aux héritiers Dubois, le
27 août, et la paya 250.100 francs.
C'est au zèle de MM. François Arago, Justin et Pontonnier, que l'on doit la conservation de ce magnifique

@

116 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

monument. Enfin en 1852, la Tour fut restaurée et entourée
d'un square, ces travaux coûtèrent 2,000,000 de
francs, mais c'est là de l'argent bien employé. L'architecte
chargé de la restauration était M. Théodore Balu, ancien
grand prix de Rome. Les personnes qui désireraient de
plus amples détails n'ont qu'à se rapporter à l'ouvrage de
M. Jules Briois, à l'appendice du tome second.
Une autre des fondations de Flamel, la maison de la rue de Montmorency existait encore vers le milieu de
notre siècle. Aujourd'hui, des hiéroglyphes de Flamel, il
ne reste que sa pierre tombale au musée de Cluny! Une
chose nous étonne, c'est que devant l'empressement que
mettaient les alchimistes à visiter les lieux illustrés par
Flamel, quelque riche seigneur disciple d'Hermès ne les
ait pas achetés pour les préserver de la ruine. Aux XVIIe
et XVIIIe siècles, l'affluence était grande aux fondations de
l'adepte, et surtout au Charnier des Innocents, à Saint-
Jacques de la Boucherie et à sa maison de la rue des
Ecrivains. C'étaient là des lieux de pèlerinage pour les
hermétistes et l'on en voyait toujours quelqu'un les yeux
fixés sur les hiéroglyphes, méditant profondément, cherchant
le rapport qu'il pouvait y avoir entre saint Pierre
avec sa clef et le roi vêtu de pourpre des symboles de
Basile Valentin.

@

NICOLAS FLAMEL 117 --------------------------------------------------------

Plus d'un certainement adressa de ferventes prières à Flamel qu'il considérait comme un saint parmi les alchimistes
illustres.
Une légende courait parmi des souffleurs, Flamel, disaient-ils, aurait caché de la poudre de projection dans
un mur désigné par des symboles spéciaux. Le résultat
immédiat de cette légende, fut la destruction ou la mutilation
d'un grand nombre des constructions de Flamel,
mais celle qui eut le plus à souffrir fut sa maison de la
rue des Ecrivains. A sa mort, elle avait été partagée,
l'une fut mise à l'enseigne du Lys l'autre à l'image saint
Nicolas. Si la poudre de projection était cachée quelque
part ce ne pouvait être que dans son laboratoire, aussi,
grande était l'affluence des souffleurs à la maison de la
rue des Ecrivains. Sauval lui consacre une page intéressante:
« Ces souffleurs au reste après avoir évaporé et
réduit en fumée leurs biens et celui de leurs amis, pour
dernier recours, ont tant de fois remué, fouillé et tracassé
dans cette maison qu'il n'y reste plus que deux
caves, assez bien bâties et les jambes étrières toutes barbouillées
de hiéroglyphes capricieux, de gravures mal
faites, de mauvais vers et d'inscriptions gothiques que les
hermétiques subtilisent à leur ordinaire et quintessencient.

@

118 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

Que si on a la curiosité de descendre avec eux dans ces caves-là, aussitôt ils montrent le lieu où Flamel s'enterrait
pour faire de l'or, et voudront faire croire que ce
petit morceau de terre produit et renferme de meilleur
or et en plus grande quantité que toutes les Indes orientales
et occidentales. Ils ajoutent qu'en 1624 le père
Pacifique, capucin, grand chimiste, ayant criblé une
partie de cette terre, ensuite fouillant plus avant il trouva
des urnes et des vases de grès, remplis d'une matière
minérale calcinée, grosse comme des dés et des noisettes;
qu'au reste quoiqu'il pût faire, pour en tirer de l'or,
toute sa science et son art échouèrent contre ce petit
banc de grès et de sable. Bien plus, disent-ils, un seigneur
allemand ayant creusé à un autre endroit ne fut
pas moins heureux que le père Pacifique; mais une
femme par malheur qui logeait dans la maison, ayant
découvert à un coin plusieurs fioles de grès, couchées
sur des matras de charbon, et pleines de poudre de
projection, s'en étant saisie, ignorante qu'elle était,
tout ce grand trésor périt entre ses mains; et quoique
ensuite ayant reconnu sa faute, elle ait affecté de demeurer
dans tous les autres logis qui avaient appartenu à
Flamel, elle a eu beau fouiller et vouloir pénétrer jusqu'à
la première pierre des fondements, jamais elle n'a

@

NICOLAS FLAMEL 119 --------------------------------------------------------

pu recouvrer sa perte » (tome II, livre VII, page 238)
Mais avant le père Pacifique, la maison avait déjà été
fouillée. En 1576, raconte l'abbé Villain, un individu
pourvu d'un beau nom et de qualités, imaginaires sans
doute, se présenta à la Fabrique de Saint-Jacques de la
Boucherie, il déclarait devoir accomplir le voeu d'un
ami défunt, pieux alchimiste, qui à son lit de mort lui
avait remis une somme d'argent pour réparer la maison
de Flamel. Le chapitre accepta. L'inconnu fit fouiller
les caves sous prétexte de raffermir les fondations;
partout où il voyait un hiéroglyphe, il trouvait quelque
raison pour faire démolir la muraille à cet endroit, enfin
déçu, il disparut en oubliant de payer les ouvriers. Ces
différentes aventures n'ébranlèrent en rien la foi des
souffleurs. En 1560 le procureur du Châtelet avait fait
saisir au nom du roi les différentes maisons ayant appartenu
à Flamel pour les faire fouiller. La fabrique de
Saint-Jacques réclama et eut gain de cause. La maison
de Flamel n'avait pas été sans souffrir de cet excès d'enthousiasme,
de toutes les sculptures qui l'ornaient, il
n'en restait plus du temps de l'abbé Villain que sur un
seul des piliers de la porte. L'adepte y est figuré à
genoux avec deux jeunes gens derrière lui. Au-dessus
la Sainte Vierge et saint Jean avec cette légende:

@

120 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

« Mes amis, qui passez la voie, regardez s'il est douleur
pareille à la mienne. » Au bas du pilier est une
image de Saint Christophe. Parmi les autres inscriptions
de la façade on lisait ces deux vers:

« Chacun soit content de ses biens « Qui n'a suffisance, il n'a rien. »
Nous ne nous sommes étendu si longuement sur ces différents épisodes que pour bien montrer combien fut
grande la renommée de cet homme qui compta des fervents
et des fanatiques après sa mort. De nos jours où
l'alchimie semble une science morte, le nom de Flamel
évoque encore l'idée d'adepte prestigieux et de richesses
immenses.

-------
@

NICOLAS FLAMEL 121 --------------------------------------------------------


CHAPITRE IX
Le livre d'Abraham Juif. -- Explication de ses figures.
-- Le livre des lavûres. -- Description, citations. -- Le Livre des figures hiéroglyphiques. -- Son authenticité. -- Le Sommaire philosophique. -- Le désir désiré. -- Le Psautier chimique.& -- Traités apocryphes.
Dans ce chapitre, nous allons examiner les ouvrages hermétiques de Flamel ainsi que ceux qui lui sont attribués,
mais auparavant nous parlerons du livre d'Abraham
juif. Nous avons vu que ce précieux ouvrage se
trouvait dans la bibliothèque du cardinal de Richelieu, il
est plus que probable qu'il avait été trouvé dans les papiers
du malheureux Dubois. A la mort de Richelieu ce
manuscrit fut enlevé de sa bibliothèque par un gentilhomme
de sa maison. Mais il en fut fait plusieurs copies,
puisque Borel fit exprès le voyage de Paris à Millau
pour en voir une copie appartenant au seigneur de
Cabrières. Eliphas Lévi prétend que le livre d'Abraham
juif n'est autre que l'Asch Mezareph, mais cette opinion

@

122 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

avait déjà été émise dans le: Livre rouge, Paris,
1842, sorte de petite encyclopédie des sciences occultes.
L'auteur qui se cache sous le pseudonyme d'Hortensius
Flamel y donnait le texte de l'Asch Mezareph.
Hortensius Flamel et Eliphas Lévi sont-ils un seul et
même auteur se cachant sous deux noms différents
ou bien Lévi a-t-il copié Hortensius, peu importe.
Eliphas Lévi reproduit l'Asch Mezareph dans sa Clef
des grands mystères; en voici un fragment qui donne
bien la note de ce livre cabalistico-hermétique: « La
correspond à Chesed à cause de sa blancheur et de ses
usages. Le , est le microprosope des métaux, c'est le
Seir Anpin de la Kabbale métallique. Il correspond à
Tiphereth; à cause de son éclat et de sa vigueur et de
ses triomphes, il est fort, il est beau comme Mars. C'est
de lui que parle le psalmiste, psaume XI, verset dernier,
etc. »
Cependant, nous ne connaissons pas de manuscrit reproduisant le texte du livre d'Abraham juif, par contre
les figures ayant été décrites tout au long dans le Livre
des figures hiéroglyphiques, ont été souventes fois reproduites
soit en manuscrit, soit par l'imprimerie.
Elles accompagnent les figures de Flamel, du charnier des Innocents, dans une planche hors-texte page 48

@

NICOLAS FLAMEL 123 --------------------------------------------------------

du premier volume de la Bibliothèque des philosophes
chimiques, par Salomon, Paris, 1683. Cette planche fut
reproduite dans une seconde édition, c'est d'après cette
dernière que nous donnons les figures d'Abraham juif et
de Flamel.
Il existe à la Bibliothèque de l'Arsenal, sous ce titre « Figures alchimiques de Nicolas Flamel, d'après Abraham
Juif (n° 3,047) », une reproduction de ces figures.
C'est un petit in-folio du XVIIe siècle. Les figures sont
assez bien exécutées, à la suite on a collé quatre gravures
pouvant avec beaucoup de bonne volonté recevoir
une interprétation hermétique. A la fin se trouve dessiné
à la sanguine un Athanor ou fourneau pour le grand-oeuvre
accompagné des initiales N. F. Ce manuscrit appartenait
à M. de Paulmy. Celui qui a fait les dessins s'est
contenté de reproduire au bas des pages la description
des figures, d'après laquelle il les a reconstituées.
Un autre manuscrit présentant les figures d'Abraham, nous a été gracieusement prêté par M. Vigot auquel il
appartenait. C'est un petit in-4°, 200 pages d'une bonne
écriture de ce siècle. En tête une figure représentant les
trois espèces d'or hermétique d'après le Triomphe hermétique,
puis le titre: « Abraham Juif, prince, prêtre,
lévite, astrologue et philosophe ». C'est un essai de reconstitution

@

124 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

du livre d'Abraham d'après la description
que nous en a laissée Flamel. Mais celui qui a perpétré
ce manuscrit, après une préface pleine de malédictions
contre ceux qui profaneraient ce livre, a compris l'inanité
de son travail et il s'est contenté de donner la description
des figures et leur explication. Les figures constituent
la seule partie intéressante de ce manuscrit, elles
ont été en effet gravées au trait, puis coloriées à la main
avec beaucoup de soin. Il ne fut tiré, parait-il, que dix
exemplaires de chaque gravure. La gravure du massacre
des Innocents, qui avait été perdue probablement, a été
remplacée par un dessin fait à la main.
Un autre manuscrit sous le nom d'Abraham Juif et qui n'est aussi qu'une reconstitution, appartient à
M. Stanislas de Guaïta qui a eu l'obligeance de nous en
envoyer la description, nous en extrayons les passages
suivants, d'abord le titre: « Abraham Juif, prince, prêtre,
lévite, astrologue et philosophe, à la nation des Juifs
répandue dans toute la Gaule par la colère de Dieu, salut
en notre Seigneur Jésus-Christ. Livre des figures hiéroglyphiques,
avec l'explication des fables des poètes, des
mystères du christianisme, de l'alchimie et de la pharmacie.
Suivant les nombres. » Ce titre seul suffit à
démontrer que ce manuscrit est apocryphe de même que

@

NICOLAS FLAMEL 125 --------------------------------------------------------

le précédent. « C'est un volume in-4° d'une écriture
serrée environ 28 à 32 lignes à la page. Manuscrit du
commencement du siècle portant l'ex-libris de M. de
Querelles, puis celui de M. Lotz... »
La partie la plus curieuse de ce manuscrit n'est pas l'essai de reconstitution du livre d'Abraham Juif, mais
une sorte d interprétation alchimique de l'apocalypse de
Saint-Jean, accompagnée aussi de figures fort intéressantes.
Enfin nous possédons un manuscrit du XVIIIe siècle où se trouvent vingt-deux pages de commentaires sur le
livre d Abraham Juif. Mais ces commentaires ne présentent
rien de particulier au point de vue qui nous
occupe.
Ces manuscrits sont les seuls que nous connaissions actuellement, où les figures d'Abraham soient reproduites
et coloriées d'après la description que nous en a
laissée Flamel. Nous avons donné la description de ces
figures, ainsi que leur reproduction d'après la planche de
la Bibliothèque des philosophes chimiques, nous allons en
donner l'explication.
« La première figure d'Abraham le Juif, représentant Mercure poursuivi par Saturne, a trait à la purification
de l'argent par le plomb. En effet, l'argent vulgaire coupellé

@

126 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

perd de son poids, à cause des métaux étrangers
qu'il contenait, métaux dont les oxydes sont absorbés
par les parois de la coupelle. Les alchimistes voyant
que dans cette opération l'argent avait perdu de son
poids primitif, admettaient que ses parties volatiles s'étaient
évaporées. Saturne ou le plomb poursuit Mercure
ou l'argent philosophal et lui coupe les jambes, c'est-à-
dire le rend immobile, le fixe, en un mot le rend inaltérable
» (A. Poisson: Théories et symboles des alchimistes,
page 87).
La seconde figure représentant une montagne couverte de dragons, avec un rosier à fleurs rouges et blanches
à son sommet, a trait à la sublimation des natures métalliques,
des deux spermes sulfureux et mercuriels, qui
entrent dans la composition de la matière philosophique.
La troisième figure représentant un jardin avec un chêne creux et des gens qui cherchent la source, symbolise
la réduction du sperme mercuriel en une eau claire
et pesante qui est la source de la pierre. Beaucoup l'ont
cherchée et peu l'ont trouvée.
La quatrième figure, le massacre des innocents, c'est l'extraction du sein des métaux ordinaires des deux natures
principiées, le soufre actif et le mercure passif

@

NICOLAS FLAMEL 127 --------------------------------------------------------

avec lesquels on animera l'or et l'argent du vulgaire qui
sont des métaux morts.
La cinquième figure, le caducée, signifie que la matière doit contenir des quantités équivalentes de soufre et de
mercure. Elle indique de plus que l'alchimiste ne devient
adepte que lorsqu'il connaît les lois, Mères de la Nature,
et qu'il doit se rendre maître des Forces en les opposant
les unes aux autres. Elle a une troisième signification,
morale celle-là, c'est que seul est vraiment libre,
celui qui n'étant l'esclave d'aucune habitude, peut également
et par sa volonté pure, faire le bien et le mal, et
sait se tenir en équilibre entre les deux.
La sixième figure, c'est le serpent crucifié, c'est la fixation du volatil.
La septième figure, le désert peuplé de serpents, représente la synthèse de l'oeuvre, les trois sources des
métaux, Soufre et Mercure unis par le Sel, et la Multiplication.
Ces explications sommaires sont celles qu'aurait données tout alchimiste instruit dans la Symbolique Hermétique.
Nous aurions pu les étendre beaucoup plus, mais
cela nous mènerait trop loin, il est temps de parler des
oeuvres de Flamel. Celles dont nous nous occuperons
surtout sont: 1° le livre des lavûres, 2° le livre des figures

@

128 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

hiéroglyphiques; 3° le sommaire; 4° le désir désiré;
5° Le Psautier chimique.
Le livre des Lavûres n'a jamais été imprimé, il existe à la Bibliothèque Nationale sous la cote 19 978, supplément
français, il est catalogué: le livre des laveures de
Nicolas Flamel. Comme c'est le seul manuscrit autographe
qui nous reste de l'adepte, nous en parlerons longuement.
C'est un volume de onze centimètres et demi
de large et quinze et demi de long, il est relié en vélin,
mais cette reliure est postérieure au manuscrit lui-même
ce n'est donc pas celle que Flamel y avait mise. Quand
le volume a été relié de nouveau, il a été rogné, aussi la
pagination et certains sous-titres qui se trouvent en marge
sont souvent coupés en deux. Les plats portent les
restes de quatre lacets qui servaient à fermer le livre.
Sur les plats, mais très effacé, on voit l'hiérogramme du
Christ. Le dos présente trois nervures. Le manuscrit est
en vélin, le texte en petite gothique, avec les titres de
chapitres en rouge, et les lettres capitales commençant
les chapitres en rouge ou en bleu. Page 36, il manque
un feuillet qui a été remplacé par deux feuillets reproduisant
le texte en écriture du XVIIIe siècle; le feuillet
36 a été simplement transposé, on le retrouve entre les
feuillets 102-103. Il y a en tout 126 feuillets ou 252 pages,

@

NICOLAS FLAMEL 129 --------------------------------------------------------

plus les quatre pages surajoutées et deux feuillets de
garde, un au commencement, l'autre à la fin.
Le manuscrit commence ainsi: Ici commence la vraie pratique de la noble science d'alchimie. Le désir
désiré et le prix que nul ne peut priser, de tous les philosophes
composé et des livres de tous les anciens pris et
tiré, ici en somme avons abrégé, afin qu'à toi, cher
ami, appert être très certain l'argument de vérité de
la plus excellente partie de philosophie, laquelle nous
appelons la pratique d'alchimie, etc. ». Le volume se
termine par ces mots: « Le présent livre est et appartient
à Nicolas Flamel, de la paroisse Saint-Jacques de
la Boucherie, lequel il l'a écrit et relié de sa propre
main ».
Dans un premier article, M. Vallet de Viriville admet l'authenticité de ce manuscrit après mûr examen, mais
dans un second, il ne voit là que l'oeuvre d'un faussaire
du XVIIIe siècle.
Néanmoins malgré ces contradictions, nous avons pris en considération l'opinion de Viriville et il nous
a paru bon d'éclaircir la chose. M. Vallet assure que le
nom du copiste ou de l'auteur a été gratté par le faussaire,
qui a ensuite écrit le nom de Flamel. Or, voici ce qu'à
notre tour, nous affirmons: toute l'écriture de la dernière

@

130 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

page est un peu passée; les dernières lignes
étaient presque effacées, quand le possesseur du manuscrit
a repassé sur les anciennes lettres et il l'a fait assez
maladroitement. Quant au mot Flamel il est presque
effacé et l'e est remplacé par un trou, suite du grattage
opéré à cette place; est-ce là le fait d'un faussaire voulant
attribuer le manuscrit à Flamel, le nom qui se lit le
plus mal est justement celui qu'il aurait eu intérêt à
mettre le plus en évidence. En tout cas, gratter un nom
est une ruse grossière, il existait même à cette époque
suffisamment de moyens de faire habilement disparaître
l'encre sans recourir au grattage et jamais un faussaire
n'aurait eu recours à ce dernier moyen.
Pour nous c'est le propriétaire du volume qui a voulu rétablir le texte un peu passé de la dernière page, et il
l'a fait assez hâtivement sans se soucier de calligraphier.
Le livre des Lavûres était au XVIIe siècle entre les mains de François de Gerzan, auteur de quelques traités
d'alchimie. Borel qui nous rapporte ce fait dit. «... l'on
estime que ce manuscrit a été écrit de la propre main de
Flamel. » Or, Borel écrivait ceci en 1653, puisque sa
Bibliotheca chimica, a paru en 1654. Que devient alors
le faussaire du XVIIIe siècle de M. Vallet?
Au XVIIIe siècle ce manuscrit se trouvait dans la bibliothèque
@

NICOLAS FLAMEL 131 --------------------------------------------------------

de Saint-Germain des Prés et c'est de là qu'il est
passé à la bibliothèque nationale.
En lui-même le livre des Lavûres est peu intéressant, c'est un des premiers traités hermétiques produits par
les occidentaux, il semble avoir été écrit vers le milieu
du XVIe siècle, car nous regardons le livre des Lavûres
comme une simple copie de la main de Flamel, copie
d'un manuscrit plus ancien. Nous avons en effet lu et
copié ce manuscrit 19978 entièrement et nous n'y avons
absolument rien trouvé qui pût le faire regarder comme
l'oeuvre de Flamel, pas un fait, pas un nom dans ces cent
vingt-six pages qui justifie cette étonnante affirmation de
M. Louis Figuier. « Ainsi Nicolas Flamel explique dans
ce manuscrit à l'adresse des alchimistes ce qu'à la même
époque il leur donne à déchiffrer dans les figures hiéroglyphiques
du Charnier des Innocents et du portail de
Saint-Jacques la Boucherie. »
Nous plaçons l'original du Livre des Lavûres vers le milieu du quatorzième siècle, parce qu'on y cite le Rosier
des philosophes. C'est le Rosarium philosophorum d'Arnauld
de Villeneuve mort en 1311. Les ouvrages et
auteurs cités dans le livre des Lavûres sont: Hermès,
Geber, Fledus, le livre de la secrète compagnie, Aristote,
Pitagoras, Platon, Avicenne, le Rosier des philosophes,

@

132 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

le livre de Veiller et de Dormir. Dans le corps
de l'ouvrage il est fait mention de figures d'appareils qui
devront se trouver dessinées à la fin. Ces figures n'existent
plus, et celles que l'on trouve sur le feuillet de garde
sont peut-être une reproduction des figures primitives,
mais elles ont été dessinées au dix-septième siècle.
Le livre des laveures, s'il n'a jamais été imprimé, a été copié nombre de fois; à la seule Bibliothèque nationale
il en existe trois copies; Pierret, le dernier des alchimistes
parisiens, en possédait aussi une qu'il a cédée au
marquis de Villeplaine. Nous dirons rapidement quelques
mots des trois copies de la Nationale.
1° -- Le mns 19.963, fonds français, in 4°, écrit sur papier; on y trouve au commencement ce quatrain:

« De par celui qui vous aime mieux Que nul qui soit sous les cieux De par celui qui tant vous aime Qu'à vous servir mettrait sa peine. N. FLAMEL.
Il est identique au 19,978, sauf qu'à la fin, il porte: Ici finit le livre de Nicolas Flamel, écrivain qui fut jadis
de la Paroisse de Saint-Jacques la Boucherie, à

@

NICOLAS FLAMEL 133 --------------------------------------------------------

Paris ». Et avant cet alinéa, il y a écrit: signé Flamel.
Ce manuscrit appartenait d'abord à Séguier, puis il passa
à la bibliothèque d'Henri du Cambout, duc de Coislin,
qui le donna au monastère de Saint-Germain-des-Prés
en 1732.
2° Le manuscrit 14,799 (supplément français). Quoiqu'il soit intitulé: le livre des Régimes, il est identique
avec le 19,978. Il a été copié sur ce dernier en 1743.
C'est une assez bonne copie de 230 pages in-4°. Deux
copistes y ont travaillé, le second, peu scrupuleux,
passe des mots et même à la fin abrège considérablement
jusqu'à représenter des pages entières de l'original par
quelques simples lambeaux de phrase. A la fin, après ces
mots: « lequel il l'a écrit et relié de sa propre main... »
on lit: et l'a donné à son neveu pour héritage.
3° Le manuscrit 19962, in-4° de 52 feuillets sur papier, écriture du XVIe siècle. Ne porte pas mention du nom
de Flamel, même histoire que le numéro 19,963.
Nous terminerons par quelques extraits du livre des lavûres (copiés sur le 19 978). Voici la définition de l'alchimie.
« Alchimie est une partie réelle de philosophie
naturelle, la plus nécessaire, de laquelle est constitué un
art, lequel est non pareil à tous autres, lequel art enseigne
de muer toutes pierres précieuses non parfaites à

@

134 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

vraie perfection et tout corps humain malade à parfaite
et noble santé, et transmuer tous les corps des métaux
en vrai Soleil et vraie Lune, par un corps médicinal
universel auquel toutes les particularités de médecine
sont réduites, lequel est accompli et fait par un secret
régime révélé aux enfants de vérité, etc., etc. » La définition
se déroule ainsi le long de plusieurs pages. Ensuite
vient le chapitre de la théorique; l'auteur y distingue la
théorie de la pratique. La pratique ou « première intention,
c'est, que vous devez acquérir engin naturel par
lequel le mercure naturellement se puisse endurcir. » La
théorie, c'est la seconde intention. « C'est de savoir et
connaître la raison et l'effet par lequel s'endurcit et
se congèle en succession intellectuelle selon la nature
de l'altération successive qui se fait en la matière de
nature, etc. » Il nous semble entendre Rabelais demander:
Utrum chimera bombinans in vacuo possit comedere
secundas intentiones. » La suite est plus compréhensible,
on y trouve l'application du principe d'homologie ou d'analogie,
qui est la base de l'alchimie et des sciences
occultes en général: « Nul temps l'argent vif ne peut
rien muer, si premier n'est mué et par art transformé d'une
nature en autre, et ainsi comme il est transmué,
tout ainsi après il transmue. Car quand il est dissous,

@

NICOLAS FLAMEL 135 --------------------------------------------------------

après il dissout et quand il est endurci et congelé, après
il endurcit et congèle. » Plus loin on lit que l'eau par
elle-même est de nature froide et inapte à être assimilée
par le corps humain, mais que l'on vienne à y faire bouillir
de la viande ou chair, l'eau prendra la nature de la
viande, et elle constituera dès lors une nourriture fortifiante,
assimilable: « Et pour ce l'eau de la chair après
sa décoction, n'est pas telle comme elle était devant,
mes est son essence du tout convertible en nature de
chair. » Poursuivant ses idées théoriques l'auteur compare
la production de la pierre aux différents actes de la
génération animale: « Reste que selon le droit de nature,
il n'y a rien à conjoindre pour faire génération sinon les
deux spermes qui sont principes de nature et toute voies
ces deux spermes nous n'avons pas actuellement, si premier
ne les tirons du Soleil et de la Lune par dissolution
de leurs corps et subtilisation.
Ainsi comme ni de l'homme, ni de la femme ne se peuvent ajuster leurs spermes en coït si premier ne
sont tirés des rognons par délectation dissolutive, faite
par l'amour de nature libidineuse. Et ainsi comme il
suffit à l'homme et à la femme leurs spermes, ainsi suffit-il
à l'or et à l'argent leurs spermes. » Cette agréable
comparaison se continue par l'assimilation de la matrice

@

136 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

de la femme au matras dans lesquels les alchimistes renferment
la matière. A la suite de ce chapitre préliminaire
commence la pratique. Les opérations se divisent en
quatre régimes subdivisés en huit lavûres. Chaque lavûre
comprend un nombre variable de: dispositions. L'examen
de la pratique nous conduirait trop loin, d'autant
qu'il nous reste à examiner divers ouvrages dont Flamel
est l'auteur; il ne faut pas oublier que pour ce Livre des
lavûres ce n'est qu'une copie d'un traité antérieur à
Flamel.
Un autre traité: Le livre des figures hiéroglyphiques, a également soulevé de longues discussions.
L'abbé Villain qui en a fait la critique refuse naturellement d'y voir un ouvrage de Flamel. Nous ne ferons
que résumer ici les raisons que nous avons de considérer
cet ouvrage comme authentique. 1° Le nom de Flamel
s'y trouve plusieurs fois, et il s'y trouve comme
nom d'auteur. 2° On y raconte divers épisodes de la vie
de Flamel, et ni les épisodes, ni les dates qui les accompagnent
ne sont en contradiction avec ce que nous
savons de la vie de Flamel par les actes officiels conservés,
soit aux Archives, soit à la Bibliothèque nationale.
3° On y trouve mentionné et décrit le Livre d'Abraham et
ce livre existait encore du temps de Richelieu dans sa

@

NICOLAS FLAMEL 137 --------------------------------------------------------

bibliothèque. 4° Ce livre donne une explication des
Figures du charnier des innocents telle que Flamel seul
pouvait la donner. 5° Par contre il n'y a aucune raison
sérieuse d'en refuser la paternité à Flamel.
Vallet de Viriville lui, prétend (1) que le Livre des figures est apocryphe parce que Flamel, dit-il, n'a jamais
été alchimiste, et que sa légende a été établie en 1561
par Jacques Gohorry, qu'avant ce dernier on n'avait
jamais ouï parler de Flamel alchimiste. Malheureusement
pour Vallet, nous avons un témoignage plus ancien
que celui de Gohorry, c'est celui de Vicot, l'ami de
Grosparmy et de Valois, un trio d'alchimistes fort intéressants
et pourtant peu connus. Vicot mourut dans la
première moitié du XVe siècle, car Grosparmy écrivait
en 1449 et mourut peu à près, or Vicot écrivit un
traité hermétique pour le fils de Valois, ce dernier ayant
suivi son ami dans la tombe; mettons au plus tard 1460.
Dans ses cinq livres, P. Vicot cite Flamel. « Ce Soufre
et ce Mercure sont les deux dragons de Flamel et ils
sont notre or et notre Lune qui sont vivants et les vulgaires
sont morts. » Ainsi voilà Flamel cité comme alchimiste
par un auteur qui écrivait au plus une quarantaine


1. Dans son second article.
@

138 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

d'années après sa mort! Ce simple fait réduit à néant
la brillante hypothèse de M. Vallet de Viriville.
Pour en revenir au Livre des figures hiéroglyphiques, cet ouvrage fut édité pour la première fois en 1612 par
Arnauld de la Chevalerie, voici le titre du volume:
« Philosophie naturelle de trois anciens philosophes renommez,
Artephius, Flamel et Sinésius traitant de l'Art occulte
et de la transmutation métallique, in-6, Paris, 1612. Il
fut réimprimé dans le même format en 1659 et en 1682,
nous avons sous les yeux un magnifique exemplaire de
cette dernière édition aussi rare et plus complète que les
deux précédentes. Le livre des figures hiéroglyphiques
se trouve aussi dans la Bibliothèque des philosophes chimiques
de Salomon, 2 vol in-12, Paris 1672-1678 et
1683. Page 49 du premier volume et dans la Bibliothèque
des philosophes chimiques. Nouvelle édition par J. M.
D. R. 4 vol. in-12, Paris, 1741, dans le tome II. Cette
édition complète en 4 volumes est rare, quant au supplément,
formant un cinquième volume, il est rarissime.
Toutes ces éditions du Livre des figures hiéroglyphiques
doivent être accompagnées de la planche hors-texte
reproduisant les sculptures du Charnier des Innocents.
Tous les renseignements qui précèdent ont surtout trait
aux collections dans lesquelles on trouve l'ouvrage qui

@

NICOLAS FLAMEL 139 --------------------------------------------------------

nous occupe, passons à l'ouvrage lui-même. Il fut traduit
du latin en français par le sieur P. Arnauld de la
Chevalerie, gentilhomme poitevin. Le traité qui précède
le livre des figures dans les éditions de 1612-1653-1682,
est d'Artéphius et comporte le texte latin en face du texte
français. Le Livre des figures ayant été originellement
écrit en latin, l'éditeur fut sur le point de donner les deux
textes, mais outre la grande planche il y a dans le texte
d'assez nombreuses figures qui reproduisent des fragments
agrandis de la planche et l'éditeur explique fort
bien que « .... à cause des diverses figures qu'il faut souvent
représenter, je n'ai pu te les bailler qu'en une
langue. Car il eût été grossier de mettre les figures en
tous les deux textes latin et français ou de n'en mettre
qu'en un. Et n'en mettant qu'en un, les figures occupant
l'espace eussent empêché que le latin et français ne se
fussent pas bien rencontrés en feuillets, j'ai donc été
contraint de te les bailler en celle-ci seulement. Or, j'ai
choisi la française.., etc. » Le Livre des figures hiéroglyphiques
se divise en trois parties, un avant-propos, où
Flamel raconte comment il devient adepte, nous en avons
largement usé dans le second chapitre de cet ouvrage;
ensuite vient un chapitre: Des interprétations théologiques
qu'on peut donner à ces hiéroglyphes selon le sens

@

140 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

de moi Auteur. C'est d'après la troisième partie: les
interprétations philosophiques selon le magistère d'Hermès,
que nous avons expliqué les figures de la seconde
arcade construite aux innocents. Les ouvrages et auteurs
cités dans le Livre des figures hiéroglyphiques sont: le
livre du roi Hercules, le Rosaire, les oeuvres de Calid,
Pythagoras, Morienus, Hermès, Rosinus, Diomèdes,
Rhasès, Artephius, Haly, Avicenne, Démocrite, Lambsprinck.
Tous ces alchimistes sont antérieurs à Flamel,
ce qui est une preuve de plus d'authenticité; pour Lambsprinck
seul il pourrait y avoir doute, quelques auteurs
comme Schmieder ayant placé cet alchimiste allemand au
XVIe siècle, mais ils le font par approximation, sans donner
de raisons ni de preuves. En réalité Lambsprinck a
vécu au commencement du XIVe siècle, et nous aurons
au moins une raison pour lui assigner cette époque: la
citation de Flamel.
La réimpression du livre des figures hiéroglyphiques a été faite sur l'édition de 1682.
Vient ensuite un ouvrage en vers intitulé: Le Sommaire philosophique de Nicolas Flamel.
Il a été imprimé pour la première fois en 1561 dans un petit recueil intitulé: La transformation métallique, et qui
contient les poèmes alchimiques de Jehan de la Fontaine

@

NICOLAS FLAMEL 141 --------------------------------------------------------

(la Fontaine des amoureux de science), Jehan de
Meung (La remontrance de nature à l'alchimiste errant),
et Nicolas Flamel (Le sommaire philosophique). Ce dernier
ouvrage fut réimprimé: 1° en latin, dans le Museum
hermeticum reformatum et amplificatum, in-4, Francofurti
1677 et 1678; 2° en français, dans le troisième volume
du Roman de la Rose, in-12, Paris 1735, 3 volumes;
3° dans le second volume de la Bibliothèque des philosophes
alchymiques ou hermétiques, nouvelle édition, Paris,
1756, 4 vol. Dans cette dernière édition il occupe 16 pages
de texte; Flamel s'en donne comme l'auteur dans le
Livre des Figures, où il cite le Sommaire, c'est une sorte
de résumé de la théorie et de la pratique du grand-oeuvre.
Le commencement rappelle les premiers chapitres
du Livre des Lavûres. Flamel aimait assez la poésie à ce
qu'il semble, si l'on en juge par les nombreuses inscriptions
en vers dont il a orné ses maisons et fondations. Il
est fort possible que sur le déclin de sa vie, il ait mis en
vers quelque ouvrage hermétique qui lui aurait beaucoup
servi.
Nous nous arrêterons encore moins longtemps sur le Désir désiré. Il a été imprimé en 1629 avec le Traité du
Soufre du Cosmopolite et l'oeuvre de Charles VI, sous
le titre suivant: le Trésor de philosophie ou le Désir

@

142 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

désiré de Nicolas Flamel. Cet ouvrage connu aussi
sous le nom de Livre des six paroles, se trouve à la
suite du précèdent dans la Bibliothèque des philosophes
alchimiques, tome II, page 285. Vallet de Viriville confond
le Désir désiré avec le livre des Laveures. Il
regarde le premier comme une paraphrase assez large
du second, son erreur vient d'abord de ce qu'il n'a lu
ni l'un ni l'autre, ensuite de ce que le livre des Lavûres
porte dans les manuscrits plusieurs titres secondaires,
ainsi nous l'avons trouvé sous les noms de: Livre des
régimes, le Désir désiré, la Fleur de Sapience, etc.
Mais en réalité le Désir désiré imprimé n'a aucun point
de ressemblance avec le Désir désiré manuscrit qui
n'est autre que le Livre des Lavûres. Rien dans l'ouvrage
qui nous occupe, ne pouvant le faire attribuer à
Flamel, nous inclinons à le considérer comme apocryphe.
Nous allons dire quelques mots d'un manuscrit original de Flamel qui semble perdu et qui n'a pas de titre;
nous l'appellerons pour plus de commodité, le Psautier
chimique. Dom Pernety nous en a laisse la description
dans deux lettres insérées dans l'Année littéraire de
Fréron en 1758 et en 1762. Ce traité était, parait-il,
écrit dans les marges d'un psautier. En voici le début:

@

NICOLAS FLAMEL 143 --------------------------------------------------------

« Le commencement de la sagesse est la crainte du Seigneur.
Je, Nicolas Flamel, écrivain de Paris, cette
présente année mil quatre cens quatorze, du règne de
notre prince bénin Charles VI, lequel Dieu veuille bénir,
et après la mort de ma fidèle compagne Perrenelle, il me
prend fantaisie et liesse, en me recordant d'icelle, écrire
en grâce de toi, cher neveu toute la maîtrise du secret
de la poudre de projection ou teinture philosophale,
que Dieu a pris vouloir de départir à son moult chétif
serviteur, et que ai repéré (1) et comme repéreras, en
ouvrant (2) comme te dirai... Donc ai écrit ce dit
livre (3) de ma propre main et que avais destiné à l'église
Saint-Jacques, étant de ladite paroisse. Mais
après que j'eus recouvré le livre du Juif Abraham, ne me
prit plus vouloir de le vendre pour argent, et j'ai icelui
gardé moult avec cure, pour en lui écrire le secret d'alchimie
en lettres et caractères fantaisie dont te baille la
clef et n'oublie mie d'avoir de moi souvenance, quand
serai dans le suaire (4); et remémore donc que j'ai


1. Repéré: trouvé. -- repéreras: trouveras. 2. Ouvrant: travaillant. 3. Le psautier dans les marges duquel il écrit le traité d'alchimie. 4 Suaire: suaire.
@

144 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

fait tels documents, c'est-à-savoir afin que te fasse
grand maître en Alchimie... En avant de dire mot sur
la pratique d'ouvrer, j'ai vouloir de te conduire par théorique
à connaître ce qu'est l'Alchimie, c'est à savoir
science muante corps métalliques en perfection d'or et
d'argent, produisant santé aux corps métalliques en perfection
d'or et d'argent, produisant santé aux corps
humains et muant viles pierres et cailloux en fines sincères
et précieuses, etc. ». Le Psautier chimique finissait
ainsi: « Donc as le trésor de toute la félicité mondaine,
que moi, pauvre ruril de Pontoise aie fait et maîtrisé
par trois reprises à Paris en ma maison rue des Ecrivains
tout proche de la chapelle Saint-Jacques de la
Boucherie et que moi Nicolas Flamel, te baille, pour
l'amour qu'ai toi en l'honneur de Dieu... Avises donc
cher neveu de faire comme ai fait; c'est à savoir de
soulager les pauvres nos frères en Dieu, à décorer le
Temple de notre Rédempteur, faire issir des prisons
maints captifs détenus pour argent et par le bon et loyal
usage qu'en feras, te conduiras au chemin de gloire et
de salut éternel, que je, Nicolas Flamel, te souhaite au
nom du père Eternel, fils Rédempteur et Saint-Esprit
illuminateur, sainte, sacrée et adorable Trinité et
Unité Amen ».

@

NICOLAS FLAMEL 145 --------------------------------------------------------

Nous avons cité ces deux précieux fragments in extenso, parce que ce sont malheureusement les seuls que
Pernety nous ait conservés et que le manuscrit original
semble perdu.
D'autres ouvrages ont été mis sous le nom de Flamel par quelques bibliographes soucieux d'enfler leurs catalogues.
Les annotations de Flamel sur Denys Zachaire,
imprimées dans le Theatrum chimicum, tome I et dans la
Bibliotheca chemica Mangeti, tome II, sont apocryphes,
puisque Flamel vivait un siècle avant Zachaire. De même:
Le grand Eclaircissement de la Pierre philosophale,
mis sous son nom, n'est pas de lui, mais d'un
disciple de R. Lulle. Borel attribue encore à Flamel un
manuscrit intitulé: la Musique chimique, sur lequel nous
n'avons aucune espèce de renseignement.
En résumé les seuls ouvrages qui puissent être attribués à Flamel sont: Le Livre des Figures hiéroglyphique,
le Psautier Chimique et le Sommaire -- Le livre des
Lavûres est une simple copie de sa main. -- Tous les
autres sont apocryphes.

-------
@



CHRONOLOGIE DE LA VIE DE FLAMEL
1330. (?) Naissance de Flamel.
1355. (?) Mariage avec Pernelle.
1357. Flamel achète le livre d'Abraham Juif.
1358. Il commence à travailler d'après ce manuscrit.
1372. Premier don mutuel.
1379. Pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle.
1382. Première transmutation.
1383. Deuxième transmutation.
1386. Renouvellement du don mutuel.
1388. Deuxième renouvellement du don mutuel.
1389. Edification d'une première arcade au charnier
des Innocents. Portail de Saint-Jacques de la Boucherie. 1395. Il écrit: le Sommaire philosophique.
1396. Ratification du don mutuel.
1397. Testament codicille et mort de Pernelle.
1399. Flamel commence le Livre des figures hiéroglyphiques.
1400. Visite de Cramoisy.

@

NICOLAS FLAMEL 147 --------------------------------------------------------

1402. Edification du portail de Sainte-Geneviève des
Ardents. 1406. Flamel achète des maisons rue de Montmorency.
1407. Achat de maisons rue Saint-Martin. Il fait travailler
à Saint-Nicolas-des-Champs. Il élève une seconde arcade aux Innocents et un mausolée pour Pernelle. 1410. Il achète une maison rue du cimetière Saint-Nicolas,
ainsi que diverses rentes. 1411. La chapelle de l'hôpital Saint-Gervais est reconstruite
à ses frais. 1413. Il termine le livre des figures hiéroglyphiques.
1414. Il écrit le psautier chimique.
1417. Mort de Flamel.

-------
@



INDEX DES SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES
QUATORZIEME ET QUINZIEME SIECLE.
1. -- La plupart des actes conservés à Saint-Jacques la Boucherie et qui ont passé aux Archives.
2. a) -- Le Testament de N. Flamel; -- b) Quittance d'Aubry le Musnier. -- c) Un grand titre sur parchemin
par lequel les différentes églises et hôpitaux rentés par
Flamel cèdent leurs droits à Saint-Jacques de la Boucherie,
moyennant 200 livres tournois, à condition d'acquitter
tous les legs du testateur (B. Nationale. Mss.
9164, fonds latin).
3. -- Le Livre des Laveures (Mss. 19.978. Supplément français. Bib. Nationale).
4. -- Guillebert de Metz: Description de Paris au XVe siècle. Cet ouvrage écrit en 1407 a été réimprimé en
1855 par M. Le Roux de Lincy sur le manuscrit unique
conservé à la Bibliothèque nationale. L. 7 K. 6350.

@

NICOLAS FLAMEL 149 --------------------------------------------------------

5. -- Deux feuillets d'une Bible écrite par Jean Flamel, ayant appartenu à Jean, duc de Bourgogne (Mss.
3431. Bib. Nationale).
6. -- Les cinq livres de Pierre Vicot, prestre (environ 1460).
7. -- Inventaire des objets précieux de l'Eglise Saint- Jacques (1404 à 1412).

SEIZIEME SIECLE.
8. -- De la transformation métallique. Paris 1561 (Traités de Jean de Meung, Jean de la Fontaine, Nicolas
Flamel). (B. Nationale. R. 26. 193).
9. -- Le livre des Laveures (Mss. 19.962. Saint-Germain français, in-4°, Bibl. Nationale).
10. -- Gohorry: Le Livre de la fontaine périlleuse. Paris, 1572.
11. -- Roch le Baillif: Le Demosterion. Sommaire véritable de la médecine paracelsique. Petit in-4°,
Rennes, 1578 (B. Nationale. Te 17-131).

@

150 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

DIX-SEPTIEME SIECLE.
12. -- Philosophie naturelle de trois anciens philosophes (Artephius, Flamel, Synésius) in-4., Paris, 1612-
1659-1682).
13. -- Salomon: Bibliothèque des philosophes chymiques. 2 vol. in-12. (Paris, 1672-1678-1683).
14. -- Le Cosmopolite: Traité du soulphre. Paris in- 12, 1618.
15. -- Michel Maier: Symbola aureae mensae. Francofurti, 1617 (Bibl. Nat. R. 7.946).
16. -- Les figures d'Abraham le Juif (Mss. in-f°. Bibl. de l'Arsenal, 3.047).
17. -- Le livre des Lavûres (B. Nationale. Mss. 19963. Fonds français. in 4°).
18. -- Pierre Borel: Bibliotheca chimica seu catalogus liborum philosophorum hermeticorum in-12. Paris.
1654 et Heidelberg 1656.
19. -- Museum hermeticum reformatum et amplificatum, continens tractatus chimicos XXI, praestantissimos.
in-6°. Francofurti, 1677-1678.

@

NICOLAS FLAMEL 151 --------------------------------------------------------

20. -- Theatrum chimicum. 6 vol. in-8°, Argentoratum 1613-1661.
21. -- Borel: Trésor de recherches et antiquités gauloises. in-4°, 1655.
22. -- Villars de Montfaucon: Le comte de Gabalis ou entretien sur les Sciences secrètes, in-18. Amsterdam,
1700.
23. -- Nicolai Flamelli, chymische Wercke als das güldene Kleinod der hierogliphischen Figuren. Das
Kleinod der Philosophie. Summarium philosophicum,
etc. Hambourg 1680-1681. Réédité à Vienne, 1751.
24. -- Büchlein zwey auserlene chymische: 1° Das Büch der hieroglyphischen Figuren Nicolai Flamelli,
des Schreibers, wie dieselben stehen aûf dem kirchofe
der Unschülden Kinder Zû Paris; 2° Das wahraffte
Bûch des gelehrten Griech Abts Synesïï. Hamburg,
1681.
25. -- La Vie de Jean-Baptiste Morin, docteur en médecine et professeur royal aux mathématiques à Paris,
1660, in-18.

@

152 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

DIX-HUITIEME SIECLE.
26. -- Bibliothèque française de la Croix du Maine et Duverdier, 5 vol. in-4° Paris, 1772.
27. -- Paul Lucas, Voyage du sieur Paul Lucas fait par ordre du roi dans la Grèce, l'Asie mineure, la Macédoine
et l'Afrique, 2 vol. in-12. Paris, 1712 (Bib.
nat. o?54. B.).
28. -- Henri Sauval: Histoire et recherche des antiquités de la Ville de Paris. 3 vol. in-f° 1724.
29. -- Abbé Villain: Histoire critique de Nicolas Flamel et de Pernelle sa femme. Recueillie d'actes anciens
qui justifient l'origine et la médiocrité de leur fortune,
contre les imputations des Alchimistes. in-12° Paris,
1761.
30. -- Dom Pernety: Lettre sur une histoire de Nicolas Flamel. Année Littéraire 1762, tome III.
31. -- Dom Pernety: Lettre sur l'Essai sur Saint- Jacques la Boucherie. Année littéraire 1758, tome
VII.
32. -- Le livre des Lavûres ou livre des Régimes, in-4° (Mss 14.799. Supplément Français. Bib. Nationale).

@

NICOLAS FLAMEL 153 --------------------------------------------------------

33. -- Cohansen: Hermippus redivivus ou le triomphe du Sage sur la vieillesse et le tombeau. Traduit par
M. De La Place, 2 vol. in-8°. Bruxelles, 1789.
34. -- Abbé Villain: Essai d'une histoire de Saint- Jacques de la Boucherie. Paris, in-12°. 1768.
35. -- Lenglet Dufresnoy: Histoire de la philosophie hermétique, 3 vol. in-12°. Paris, 1742.
36. -- J. M. D. R. Bibliothèque des philosophes chimiques, 5 vol. in-12° (avec le supplément). Paris,
1741.
37. -- Bibliotheca chemica curiosa Mangeti, seu rerum ad alchimiam pertinentium thesaurus instructissimus,
2 vol. in-f°, 1702. Coloniae allobrogum.
38. -- Abbé Villain: Lettre à M... sur celle que Pernety a fait insérer dans l'année littéraire 1762 (communiqué
par M. de Guaïta).
39. -- Le roman de la Rose, 3 vol., in-12°. Paris, 1735.

DIX-NEUVIEME SIECLE.
40. -- Chevreul: Journal des savants. Décembre 1851. Article à propos de Cambriel.

@

154 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

41. -- Valet de Viriville: Quelques recherches sur Nicolas Flamel (Revue française et étrangère, 1837,
tome III).
42. -- Auguste Bernard: La maison de Nicolas Flamel, rue de Montmorency, 51, à Paris (Mémoires de la
Société des antiquaires de France, 1852. 3e série,
tome 1er).
43. -- Valet de Viriville: Des ouvrages alchimiques attribués à Flamel (Mémoires de la Société des antiquaires
de France. 3e série, tome III, 1857).
44. -- De Lavillegille. Description de la pierre tumulaire de Flamel (Mémoires de la Société des antiquaires
de France. Tome XV).
45. -- Hoeffer: Nouvelle biographie générale. Article Nicolas Flamel par Valet de Viriville. Tome XVII.
Paris, 1858.
46. -- Michaud: Biographie universelle. Article Flamel par Delaulnaye (Tome XIV. Paris, 1856).
47. -- Hoeffer: Histoire de la chimie, 2 vol. in-8°. Paris, 1842.
48. -- Schmieder: Geschichte der alchemie, 1 vol. in-8°. Halle, 1832.
49. -- Le livre d'Abraham Juif. Mss petit in-4° prêté par M. Vigot.

@

NICOLAS FLAMEL 155 --------------------------------------------------------

50. -- A. Poisson: Théories et symboles des alchimistes, in-8°. Paris, 1891.
51. -- L. Figuier: L'alchimie et les alchimistes. Paris, 1860, in-12°.
52. -- Eliphas Lévi: La clef des grands mystères, in-8°. Paris, 1861.
53. -- Légendes populaires: Nicolas Flamel. Brochure, in-4°, S. D. Paris.
54. -- Hortensius Flamel: Le livre rouge. Résumé du magisme, des sciences occultes et de la philosophie
hermétique. Paris, 1842, in-18°.
55. -- Bibliophile Jacob: Curiosités des sciences occultes. Paris, 1885, in-12.
56. -- J.-B. Dumas: Leçons sur la philosophie chimique. Paris, in-8°, 1837.
57. -- J. Briois: La tour Saint-Jacques. 28 édition, 2 vol. in-12°. Paris, 1886 (La première édition est en
3 vol. in-80).
58. -- Philophotes: Les monuments alchimiques de Paris (Initiation, février 1893).
59. -- Philophotes: Sommaire de l'histoire alchimique de Paris (Initiation, février 1892).
60. -- Le livre d'Abraham Juif. Mss in-4° appartenant à M. de Guaïta.

@

156 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

61. -- Clémence Robert; La tour Saint Jacques in-18. Paris, 1858.
62. -- Eliphas Lévi; Histoire de la Magie. in-8°. Paris, 1860.

-------
@



DEUXIEME PARTIE -------

LE LIVRE DES FIGURES
Hiéroglifiques de Nicolas Flamel, escrivain, ainsi qu'elles sont en la quatrième Arche du cymetière des
Innocens à Paris, entrant par la porte, ruë Saint-Denis,
devers la main droitte avec l'explication d'icelles par le
dit Flamel, traittant de la transmutation métallique, non
jamais imprimé.

Traduit de latin en françois. PAR P. ARNAULD, sieur de la Chevalerie, gentilhomme Poictevin. -------
Paris, chez Laurent d'Houry, MDCLXXXII.
Au LECTEUR SALUT
Je t'eusse (ami lecteur) donné ces commentaires aussi bien latins français, que j'ai fait Artephius, mais à cause

@

158 NICOLAS FLAMEL --------------------------------------------------------

des diverses figures qu'il faut souvent représenter je n'ai
pu te les bailler qu'en une langue. Car il eut été grossier
de mettre les figures en tous les deux textes latins
ou français, ou de n'en mettre qu'en un. Et n'en mettant
qu'en un, les figures occupant l'espace, eussent empêché
que le latin et français ne se fussent bien rencontrés
aux feuillets, j'ai donc été contraint de te les bailler en
celle-ci seulement. Or, j'ai choisi la française, afin que
premièrement tous bons français les puissent entendre
librement, et par ainsi se retirer de leurs erreurs et dépenses,
l'autre, afin que ce Livre ne coure point aux
nations étrangères qui en sont très curieuses, à comparaison
de la française. Que si je vois que tu y prennes
plaisir, je te les donnerai aussi en latin avec l'Histoire
du jardin des Hespérides, composée par l'Orthulain, très
grave et très docte auteur, laquelle avec ceux-ci j'ai
par grandes sommes de deniers, recouvrée de mains très
curieuses et qui les ont jusqu'à présent conservées aussi
chères que la pierre même, aussi ces auteurs-ci, sur
tous les autres ne sont point envieux. Adieu.

-------
Loué soit éternellement le Seigneur mon Dieu, qui élève l'humble de la basse poudrière et fait réjouir le

@

LE LIVRE DES FIGURES 159 --------------------------------------------------------

coeur de ceux qui espèrent en lui, qui ouvre aux croyants
avec grâce les sources de sa bénignité, et met sous leurs
pieds les cercles mondains de toutes les félicités terriennes.
En lui soit toujours notre espérance en sa crainte
notre félicité, en sa miséricorde la gloire de la réparation
de notre nature et en la prière notre sûreté inébranlable.
Et toi, ô Dieu tout puissant, comme ta bénignité
a daigné s'ouvrir en la terre devant moi (ton indigne
serf) tous les trésors des richesses du monde, qu'il
plaise à ta grande clémence, lorsque je ne serai plus au
nombre des vivants, de m'ouvrir encore les trésors des
Cieux, et me laisser contempler ton divin visage, dont la
Majesté est un délice inénarrable, et dont le ravissement
n'est jamais monté au coeur d'homme vivant. Je te le demande,
par le Seigneur Jésus-Christ ton fils bien aimé,
qui en l'unité du Saint-Esprit vit avec toi au siècle des
siècles. Ainsi soit-il.

-------
@



L'Explication des figures hiéroglyphiques mises par
moi Nicolas Flamel, écrivain, dans le cimetière des Innocents en la quatrième arche, entrant par la grande porte rue Saint-Denis, et prenant la main droite.
-------
AVANT-PROPOS.
Encore que moi Nicolas Flamel, écrivain et habitant de Paris, en cette année mil trois cent quatre-vingt et
dix-neuf, et demeurant en ma maison en la rue des Ecrivains,
près la Chapelle Saint-Jacques de la Boucherie
encore, dis-je, que je n'aie appris qu'un peu de Latin,
pour le peu de moyens de mes parents, qui néanmoins
étaient par mes envieux, mêmes estimés gens de bien.
Si est-ce que (par la grande grâce de Dieu et intercession
des benoîts Saints et Saintes de Paradis, principalement
de Monsieur Saint-Jacques de Galice) je n'ai
pas laissé d'entendre au long les livres des Philosophes,

@

NICOLAS FLAMEL 161 --------------------------------------------------------

et d'apprendre en iceux leurs tant occultes secrets. C'est
pourquoi il ne sera jamais moment en ma vie, me souvenant
de ce haut bien, qu'à genoux, si le lieu le permet,
ou bien dans mon coeur, de toute mon affection, je n'en
rende grâces à ce Dieu très bénin, qui ne délaisse jamais
l'enfant du juste mendier par les portes, et qui ne
déffraude point ceux qui espèrent entièrement en sa bénédiction.
Donc moi, Nicolas Flamel écrivain, ainsi
qu'après le décès de mes parents je gagnais ma vie en
notre Art d'Ecriture, faisant des Inventaires, dressant
des comptes et arrêtant les dépenses des tuteurs et
mineurs, il me tomba entre les mains pour la somme de
deux florins un livre doré fort vieux et beaucoup large,
il n'était point en papier ou parchemin, comme sont les
autres, mais seulement il était fait de déliées écorces,
(comme il me semblait) de tendres arbrisseaux. Sa couverture
était de cuivre bien délié, toute gravée de lettres
ou figures étranges, quant à moi, je crois qu'elles
pouvaient bien être des caractères grecs ou d'autre
semblable langue ancienne. Tant y a que je ne les savais
pas lire, et que je sais bien qu'elles n'étaient point notes,
ni lettres Latines ou Gauloises, car nous y entendons
un peu. Quant au dedans, ses feuilles d'écorce
étaient gravées, et d'une très grande industrie, écrites

@

162 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

avec une pointe de fer, en belles et très nettes lettres
Latines colorées. Il contenait trois fois sept feuillets,
car iceux étaient ainsi contés au haut du feuillet, le
septième desquels était toujours sans écriture, au lieu
de laquelle il y avait peint une verge et des Serpents
s'engloutissant, au second septième, une Croix ou un
Serpent était crucifié, au dernier septième, étaient
peints des déserts, au milieu desquels coulaient plusieurs
belles fontaines, dont sortaient plusieurs Serpents qui
couraient par ci et par là. Au premier des feuillets, il y
avait écrit en lettres grosses capitales dorées: Abraham
le Juif, prince, prêtre lévite, astrologue, et philosophe,
à la gent des Juifs par l'ire de Dieu, dispersée
aux Gaules. Salut. D. I. Après cela il était rempli de
grandes exécrations et malédictions (avec ce mot Maranatha,
qui y était souvent répété) contre toute personne
qui jetterait les yeux sur icelui, s'il n'était Sacrificateur
ou Scribe.
Celui qui m'avait vendu ce livre ne savait pas ce qu'il valait, aussi peu que moi quand je l'achetai. Je
crois qu'il avait été dérobé aux misérables Juifs, ou
trouvé quelque part caché dans l'ancien lieu de leur
demeure. Dans ce livre au second feuillet, il consolait sa
nation, la conseillant de fuir les vices et surtout l'idolâtrie,

@

NICOLAS FLAMEL 163 --------------------------------------------------------

attendant le Messie advenir avec douce patience,
lequel vaincrait tous les rois de la terre, et régnerait
avec sa gent en gloire éternellement. Sans doute, savoir
été un homme fort savant. Au troisième, et en tous
les autres suivants écrits, pour aider sa captive nation
à payer les tributs aux Empereurs Romains et pour faire
autre chose, que je ne dirai pas, il leur enseignait la
transmutation métallique en paroles communes, peignait
les vaisseaux au coté, et avertissait des couleurs
et de tout le reste, sauf du premier agent duquel
il n'en disait mot, mais bien (comme il disait aux quatrième
et cinquième feuillets entiers) il le peignait et
figurait par très grand artifice. Car encore qu'il fût bien
intelligiblement figuré et peint; toutefois aucun ne
l'eût su comprendre sans être fort avancé en leur
Cabale traditive, et sans avoir bien étudié les livres.
Donc le quatrième et cinquième feuillet était sans
écriture, tout rempli de belles figures enluminées, ou
comme cela, car cet ouvrage était fort exquis. Premièrement,
il peignait un jeune homme avec des ailes aux
talons, avant une Verge Caducée en main, entortillée
de deux serpents, de laquelle il frappait une salade qui
lui couvrait la tête, il semblait, à mon petit avis, le
Dieu Mercure des Païens, contre icelui venait courant

@

164 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

et volant à ailes ouvertes, un grand Vieillard, lequel sur
sa tête avait un horloge attachée, et en ses mains une
faux comme la mort, de laquelle terrible et furieux il
voulait trancher les pieds à Mercure.
A l'autre face du feuillet quatrième, il peignait une belle Fleur en la sommité d'une montagne très haute, que
l'Aquilon ébranlait fort rudement, elle avait le pied
bleu, les fleurs blanches et rouges, les feuilles reluisantes
comme l'or fin, à l'entour de laquelle les Dragons
et Griffons Aquiloniens faisaient leur nid et demeurance.
Au cinquième feuillet y avait un beau Rosier fleuri
au milieu d'un beau jardin, échelant contre un chêne
creux, au pied desquels bouillonnait une Fontaine d'eau
très blanche, qui s'allait précipiter dans les abîmes,
passant néanmoins premièrement entre les mains d'infinis
peuples qui fouillaient en terre, la cherchant; mais
parce qu'ils étaient aveugles, nul ne la connaissait,
fors quelqu'un considérant le poids.
Au dernier revers du cinquième, il y avait un Roi avec un grand coutelas, qui faisait tuer en sa présence
par des soldats, grande multitude de petits enfants, les
mères desquels pleuraient aux pieds des impitoyables
gendarmes, le sang desquels petits enfants, était puis
après recueilli par d'autres soldats, et mis dans un grand

@

FIGURES D'ABRAHAM JUIF
pict

@
@

NICOLAS FLAMEL 167 --------------------------------------------------------

vaisseau, dans lequel le Soleil et la Lune du Ciel
se venaient baigner. Et parce que cette histoire représentait
la plupart de celle des Innocents, occis par Hérode
et qu'en ce livre-ci j'ai appris la plupart de
l'art, ça été une des causes que j'ai mis en leur cimetière
ces symboles hiéroglyphiques de cette secrète
science. Voilà ce qu'il y avait en ces cinq premiers feuillets.
Je ne représenterai point ce qui était écrit en beau et très intelligible latin en tous les autres feuillets écrits
car Dieu me punirait, d'autant que je commettrais plus
de méchanceté que celui (comme on dit) qui désirait que
tous les hommes du monde n'eussent qu'une tête, et
qu'il la put couper d'un seul coup.
Donc ayant chez moi ce beau livre, je ne faisait nuit et jour qu'y étudier, entendant très bien toutes les
opérations qu'il démontrait, mais ne sachant point avec
quelle matière il fallait commencer, ce qui me causait
une grande tristesse, me tenait solitaire et faisait soupirer
à tout moment. Ma femme Perrenelle que j'aimais
autant que moi-même, laquelle j'avais épousée depuis
peu, était toute étonnée de cela, me consolant et demandant
de tout son courage, si elle me pourrait délivrer
de fâcherie. Je ne pus jamais tenir ma langue, que ne

@

168 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

lui disse tout, et ne lui montrasse ce beau livre, duquel
à même instant qu'elle l'eût vu, elle fut autant
amoureuse que moi-même, prenant un extrême plaisir
de contempler ces belles couvertures, gravures d'images
et portraits, auxquelles figures elle entendait aussi
peu que moi.
Toutefois ce m'était une grande consolation d'en parler avec elle, et de m'entretenir qu'est-ce qu'il
faudrait faire pour avoir l'interprétation d'icelles. Enfin
je fis peindre le plus au naturel que je pus, dans mon
logis toutes ces figures et portraits du quatrième et
cinquième feuillet que je montrai à Paris à plusieurs
grands clercs qui n'y entendirent jamais plus que moi. Je
les avertissais même que cela avait été trouvé dans
un livre qui enseignait la pierre philosophale, mais la plupart
d'iceux se moquèrent de moi et de la bénite pierre,
fors un appelé Maître Anseaulme, qui était licencié en
médecine, lequel étudiait fort en cette science. Icelui
avait grande envie de voir mon livre, et n'y eut chose
qu'il ne fît pour le voir, mais toujours je l'assurai que
je ne l'avais point, bien lui fis-je une grande description
de sa méthode. Il disait que le premier portrait représentait
le temps qui dévorait tout, et qu'il fallait l'espace
de six ans, selon les six feuillets écrits pour parfaire la

@

NICOLAS FLAMEL 169 --------------------------------------------------------

pierre, soutenait qu'alors il fallait tourner l'horloge, et ne
cuire plus. Et quand je lui disais que cela n'était peint
que pour démontrer, et enseigner le premier agent,
comme était dit dans le livre, il répondait que cette
coction de six ans, était comme un second agent. Que
véritablement le premier agent y était peint, qui était
l'eau blanche et pesante, qui sans doute était le vif argent,
que l'on ne pouvait fixer, ni à icelui couper les
pieds, c'est-à-dire, ôter sa volatilité, que par cette longue
décoction dans un sang très pur de jeunes enfants,
que dans icelui, ce vif argent se conjoignant avec l'or et
l'argent, se convertissait premièrement avec eux en une
herbe semblable à celle qui était peinte, puis après par
corruption en serpents, lesquels étant après entièrement
asséchés et cuits par le feu, se réduiraient en poudre d'or
qui serait la pierre.
Cela fut cause que durant le long espace de vingt-et- un ans je fis mille brouilleries, non toutefois avec le
sang, ce qui est méchant et vilain. Car je trouvais dans
mon livre, que les philosophes appelaient sang, l'esprit
minéral qui est dans les métaux, principalement dans le
soleil, la lune et mercure, à l'assemblage desquels je
tendais toujours, aussi ces interprétations, pour la plupart
étaient plus subtiles que véritables. Ne voyant donc

@

170 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

jamais en mon opération les signes au temps écrit dans
mon livre, j'étais toujours à recommencer. Enfin ayant
perdu espérance de jamais comprendre ces figures, pour
le dernier je fis un voeu à Dieu et à Monsieur Saint-Jacques
de Galice pour demander l'interprétation d'icelles à
quelque Sacerdot Juif, en quelque synagogue d'Espagne.
Donc avec le consentement de Perrenelle, portant sur
moi l'extrait d'icelles, ayant pris l'habit et le bourdon, en
la même façon qu'on me peut voir au-dehors de cette
même arche, en laquelle je mets ces figures hiéroglyphiques,
par-dedans le cimetière, où j'ai aussi mis contre
la muraille d'un et d'autre côté, une procession en
laquelle sont représentées par ordre toutes les couleurs
de la pierre, ainsi qu'elles viennent et finissent, avec
cette écriture française:

Moult plaît à Dieu procession S'elle est faite en dévotion.
(Ce qui est quasi le commencement du livre du Roi Hercules, traitant des couleurs de la pierre, intitulé,
l'Iris, en ces termes: « Operis processus multum naturae
placet, etc. Que j'aie mis là tout exprès pour les grands
clercs qui entendront l'allusion). Donc en cette même
façon, je me mis en chemin, et tant fis que j'arrivai à

@

NICOLAS FLAMEL 171 --------------------------------------------------------

Montjoye, et puis à Saint Jacques où avec une grande
dévotion j'accomplis mon voeu. Cela fait, dans Léon au
retour je rencontrai un marchand de Boulogne qui me
fit connaître à un médecin juif de nation, et alors chrétien,
demeurant audit Leon, lequel était fort savant en
sciences sublimes, appelé maître Canches. Quand je
lui eus montré les figures de mon extrait, ravi de
grand étonnement et joie, il me demanda incontinent
si je savais nouvelle du livre, duquel elles étaient
tirées. Je lui répondis en latin, comme il m'avait interrogé,
que j'avais espérance d'en avoir de bonnes nouvelles,
si quelqu'un me déchiffrait ces énigmes tout à
l'instant emporté de grande ardeur et joie, il commença
de m'en déchiffrer le commencement. Or, pour n'être
long, lui très content d'apprendre des nouvelles où
était ce livre, et moi de l'en ouïr parler. (Et certes il
en avait ouï discourir bien au long, mais comme d'une
chose qu'on croyait entièrement perdue, comme il disait),
nous résolûmes notre voyage, et de Léon passâmes à
Oviedo, et de là à Sanson où nous nous mîmes sur mer
pour venir en France. Notre voyage avait été assez
heureux, et déjà depuis que nous étions entrés en ce
royaume, il m'avait très véritablement interprété la plupart
de mes figures, où jusques même aux points, il

@

172 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

trouvait de grands mystères (ce que je trouvais fort
merveilleux), quand arrivant à Orléans, ce docte homme
tomba extrêmement malade, affligé de très grands vomissements
qui lui étaient restés de ceux qu'il avait
souffert sur la mer, il craignait tellement que je le quittasse,
qu'il ne se peut imaginer rien de semblable. Et
bien que je fusse toujours à ses côtés, si m'appelait-il
incessamment, enfin il mourut sur la fin du septième jour
de sa maladie, dont je fus fort affligé, au mieux que je
pus je le fis enterrer en l'église Sainte-Croix à Orléans,
où il repose encore. Dieu aie son âme. Car il mourut
bon chrétien. Et certes si je ne suis empêché par la
mort, je donnerai à cette église quelques rentes pour
faire dire pour son âme tous les jours quelques messes.
Qui voudra voir l'état de mon arrivée et la joie de Perrenelle,
qu'il nous contemple tous deux en cette ville de
Paris sur la porte de la chapelle Saint-Jacques de la
Boucherie, du côté et tout auprès de ma maison, où
nous sommes peints, moi rendant grâces aux pieds de
Monsieur Saint-Jacques de Galice, et Perrenelle à ceux de
Monsieur Saint Jean, qu'elle avait si souvent invoqué.
Tant y a que par la grâce de Dieu et intercession de la
bienheureuse et Sainte Vierge, et benoîts Saints Jacques
et Jean, je sus ce que je désirais, c'est-à-dire, les

@

NICOLAS FLAMEL 173 --------------------------------------------------------

premiers principes, non toutefois leur première préparation,
qui est une chose très difficile sur toutes celles
du monde. Mais je l'eus encore à la fin après les longues
erreurs de trois ans ou environ, durant lequel temps,
je ne fis qu'étudier et travailler, ainsi qu'on me peut
voir, hors de cette arche, où j'ai mis des processions
contre les deux piliers d'icelle, sous les pied, de saint
Jean, priant toujours Dieu, le chapelet en main, lisant
très attentivement dans un livre, et pesant les mots des
philosophes, et essayant puis après les diverses opérations
que je m'imaginais par leurs seuls mots.
Finalement je trouvais ce que je désirais, ce que je reconnus aussitôt par la senteur forte. Ayant cela j'accomplis
aisément le magistère: aussi sachant la préparation
des premiers agents, suivant en après à la lettre
mon livre, je n'eusse pu faillir encore que je l'eusse
voulu. Donc la première fois que je fis la projection, ce
fut sur du mercure, dont j'en convertis demi-livre ou
environ, en pur argent, meilleur que celui de la minière,
comme j'ai essayé et fait essayer par plusieurs fois. Ce
fut le 17 de janvier un lundi environ midi, en ma maison
présente Perrenelle seule, l'an de la restitution de
l'humain lignage mil trois cent quatre-vingt-deux. Et
puis après, en suivant toujours de mot à mot mon livre,

@

174 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

je la fis avec la pierre rouge sur semblable qualité de
mercure, en présence encore de Perrenelle seule en la
même maison, le vingt cinquième jour d'avril suivant
de la même année, sur les cinq heures du soir, que je
transmuai véritablement en quasi autant de pur or, meilleur
très certainement que l'or commun, plus doux et
plus ployable. Je le peux dire avec vérité. Je l'ai parfaite
trois fois avec l'aide de Perrenelle, qui l'entendait
aussi bien que moi, pour m'avoir aidé aux opérations,
et sans doute si elle eût voulu entreprendre de la
parfaire seule, elle en serait venue à bout. J'en avais
bien assez la parfaisant une seule fois, mais j'avais très
grande délectation de voir et contempler dans les vaisseaux
les oeuvres admirables de la nature. Pour le signifier
comme je l'ai parfaite trois fois, tu verras en cette
arche si tu le sais connaître trois fourneaux semblables
à ceux qui servent à nos opérations. J'eus crainte un
long temps que Perrenelle ne put cacher la joie de sa
félicité extrême, que je mesurais par la mienne, et qu'elle
ne lâchât quelque parole à ses parents, des grands
trésors que nous possédions: car l'extrême joie ôte le
sens, aussi bien que la grande tristesse, mais la bonté du
très grand Dieu, ne m'avait pas comblé de cette seule
bénédiction, que de me donner une femme chaste et

@

NICOLAS FLAMEL 175 --------------------------------------------------------

sage, elle était d'abondant non seulement capable de
raison, mais aussi de parfaire ce qui était raisonnable,
et plus discrète et secrète que le commun des autres
femmes. Sur tout elle était fort dévotieuse, voila pourquoi
se voyant sans espérance d'enfants, et déjà bien
avant sur l'âge, elle commença tout de même que moi
à penser en Dieu et à vaquer aux oeuvres de miséricorde.
Lors que j'écrivais ces commentaires en l'an mille
quatre cent treize sur la fin de l'an, après le trépas de
ma fidèle compagne, que je regretterai tous les jours de
ma vie, elle et moi avions déjà fondé et renté quatorze
hôpitaux en cette ville de Paris, bâti tout de neuf trois
chapelles, décoré de grands dons et bonnes rentes sept
églises, avec plusieurs réparations en leurs cimetières,
outre ce que nous avions fait à Boloigne qui n'est
guères moins que ce que nous avons fait ici. Je ne parlerai
point du bien que nous avons ensemble fait aux
pauvres particuliers, principalement aux veuves et pauvres
orphelins, si je disais leur nom et comment je faisais
cela, outre que le salaire m'en serait donné en ce monde,
je pourrais faire déplaisir à ces bonnes personnes (que
Dieu veuille bénir) ce que je ne voudrais faire pour rien
du monde. Bâtissant donc ces églises, cimetières et
hôpitaux en cette ville, je me résolus de faire peindre

@

176 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

en la quatrième arche du cimetière des Innocents entrant
par la grande porte de la rue Saint-Denis, et prenant
la main droite, les plus vraies et essentielles marques
de l'art, sous néanmoins des voiles et couvertures
hiéroglyphiques à l'imitation de celles du livre doré du
Juif Abraham, pouvant représenter deux choses selon la
capacité, à savoir, des contemplant, premièrement les
mystères de notre résurrection future et indubitable, au
jour du jugement, et avènement du bon Jésus (auquel
plaise nous faire miséricorde), histoire qui convient bien
à un cimetière, et puis après encore, pouvant signifier à
ceux qui sont entendus en la Philosophie naturelle, toutes
les principales, et nécessaires opérations du magistère.
Ces figures hiéroglyphiques serviront comme de deux
chemins pour mener à la vie céleste, le premier sens
plus ouvert, enseignant les sacrés mystères de notre
salut (ainsi que je le démontrerai ci-après), l'autre
enseignant à tout homme pour peu entendu qu'il soit
en la pierre, la voie linéaire de l'oeuvre, laquelle étant
parfaite par quelqu'un, le change de mauvais en bon,
lui ôte la racine de tout péché (qui est l'avarice) le
faisant libéral, doux, pie, religieux, et craignant Dieu
quelque mauvais qu'il fût auparavant, car dorénavant
il demeure toujours ravi de la grande grâce et miséricorde

@

NICOLAS FLAMEL 177 --------------------------------------------------------

qu'il a obtenue de Dieu, et de la profondeur de
ses oeuvres divines et admirables. Ce sont les causes
qui m'ont mu à mettre ces formes en cette façon et en
ce lieu qui est un cimetière, afin que si aucun obtient
ce bien inestimable que de conquérir cette riche Toison,
il pense comme moi de ne tenir point de talent de Dieu
enfoui en la terre, achetant terres, et possessions qui
sont les vanités de ce monde, mais plutôt d'ouvrer
charitablement envers ses frères, se souvenant avoir
appris ce secret parmi les ossements des morts, avec
lesquels il se doit bientôt trouver, et qu'après cette vie
transitoire, il faudra rendre compte devant un juste et
redoutable juge qui censurera jusqu'à la parole oiseuse
et vaine, que donc celui qui ayant bien pesé mes
mots, et bien connu et entendu mes figures (sachant
d'ailleurs les premiers principes et agents, car certainement
il n'en trouvera aucun vestige ou enseignement en
ces figures, et commentaires) parfasse à la gloire de
Dieu le magistère d'Hermès, se souvenant de l'Eglise
Catholique, Apostolique et Romaine et de toutes les
autres églises, cimetières et hôpitaux et surtout de
l'église des Innocents de cette ville au cimetière de
laquelle il aura contemplé ces véritables démonstrations,
ouvrant très largement sa bourse aux pauvres secrets,

@

178 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

gens de bien désolés, infirmes, femmes veuves, et délaissés
orphelins. Ainsi soit-il.

-------

CHAPITRE PREMIER
Des Interprétations Théologiques, qu'on peut donner
à ces Hiéroglyphiques selon le sens de moi auteur.
J'ai donné à ce cimetière un Charnier qui est vis-à- vis de cette quatrième arche, le Cimetière au milieu, et
contre un des piliers de ce Charnier, j'y ai fait charbonner
et peindre grossièrement un homme tout noir
qui regarde droitement ces Hiéroglyphes, à l'entour
duquel y a écrit en Français: Je vois merveille dont
moult je m'ébahi. Cela est encore trois plaques de fer
et cuivre doré, à l'Orient, l'Occident et midi de l'Arche
où sont ces hiéroglyphes, le cimetière au milieu; représentant
la sainte Passion et Résurrection du fils de
Dieu; cela ne doit point être autrement interprété que
selon le sens commun Théologique, sauf que cet homme
noir peut aussi bien crier merveille de voir les oeuvres

@

NICOLAS FLAMEL 179 --------------------------------------------------------

admirables de Dieu en la transmutation des métaux qui
sont figurées en ces Hiéroglyphes, qu'il regarde si attentivement,
que de voir enterrer tant de corps morts qui
s'élèveront hors de leur tombeau au jour redoutable du
jugement. D'autre part, je ne pense point qu'il faille interpréter
en sens théologique ce vaisseau de terre à la
main droite de ces figures, dans lequel il y a une écritoire,
ou plutôt un vaisseau de Philosophie, si tu en ôtes
les liens et joins le canon au cornet, ni les deux autres
semblables qui sont aux côtés des figures de saint-
Pierre et saint-Paul, dans lequel y a un N. qui veut
dire Nicolas, et une F. qui veut dire Flamel.
Car ces vaisseaux ne signifient sinon que dans des semblables j'ai parfait par trois fois le magistère. Qui
voudra aussi croire que j'ai mis ces vaisseaux en forme
d'armoires, pour y faire représenter cette écritoire, et
les lettres capitales de mon nom, qu'il le croie s'il veut,
parce que toutes ces deux interprétations sont véritables.
Il ne faut point aussi interpréter en sens Théologique cette écriture qui suit en ces termes, Nicolas Flamel et
Perrenelle sa femme, d'autant qu'elle ne représente,
sinon que moi et ma femme avons donné cette Arche.

@

180 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

Quant aux troisième, quatrième et cinquième tableau suivants, au long desquels y a écrit: Comment les innocents
furent occis par le commandement du Roi Hérodes.
Le sens Théologique s'y entend aussi assez par
cette écriture, il faut seulement parler du reste qui est
au-dessus.
Les deux dragons unis, l'un dans l'autre de couleur noire et bleue, en champ de sable, dont l'un a des ailes
dorées et l'autre n'en a point, sont les péchés qui
naturellement sont entrecathenés, car l'un a sa naissance
de l'autre: d'iceux aucuns peuvent être chassés
aisément, comme ils viennent aisément. Car ils volent
à toute heure vers nous. Et ceux qui n'ont point des
ailes ne peuvent être chassés, ainsi qu'est le péché
contre le Saint Esprit. Cet or des ailes signifie que
la plupart de ces péchés viennent de la sacrée faim de
l'or, qui rend tant de personnes attentives et qui leur
fait si attentivement écouter d'où ils en pourront avoir.
Et la couleur noire et bleue démontre que ce sont des
désirs qui sortent du ténébreux puits d'enfer, lesquels
nous devons entièrement fuir. Ces deux dragons peuvent
encore représenter moralement, les légions des
malins esprits qui sont toujours à l'entour de nous, et
qui nous accuseront devant le juste juge au jour redoutable

@

NICOLAS FLAMEL 181 --------------------------------------------------------

du jugement, lesquels ne demandent qu'à nous
cribler.
L'homme et la femme qui viennent après de couleur orangée sur un champ azuré et bleu, signifient que
l'homme et la femme ne doivent pas avoir leur espoir en
ce monde, car l'orangé marque désespoir, ou laisser
l'espoir comme ici et la couleur azurée et bleue sur
laquelle ils sont peints, représentent qu'il faut penser
aux choses célestes futures, et dire comme le rouleau
de l'homme: « Homo veniet ad judicium Dei » ou
comme celui de la femme: « Vere illa dies terribilis
erit » afin que nous gardant des dragons, qui sont les
péchés, Dieu nous fasse miséricorde.
Ensuite de cela, en champ de Sinople, c'est-à-dire vert, sont peints deux hommes et une femme ressuscitants,
desquels l'un sort d'un sépulcre, les autres deux
de la terre, tous trois de couleur très blanche et pure,
levant les mains devant leurs yeux, et iceux devers le
Ciel en haut sur lesquels trois corps, y a deux anges
sonnant des instruments musicaux, comme s'ils avaient
appelé ces morts au jour du jugement. Car sur iceux
deux anges est la figure de Notre Seigneur Jésus-
Christ, tenant le monde en sa main, sur la tête duquel
un ange met une couronne, assisté de deux autres

@

182 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

qui disent en leurs rouleaux: O Pater omnipotens, o
Jesu bone. Au côté droit d'icelui Sauveur est peint
saint Paul, vêtu de blanc citrin, avec une épée, aux
pieds duquel est un homme vêtu d'une robe orangée,
en laquelle apparaissaient des plis noirs et blancs, qui me
ressemble au vif, lequel demande pardon de ses péchés,
tenant les mains jointes, desquelles sortent ces paroles
écrites en un rouleau: Dele mala quae feci. De l'autre
côté à la main gauche est saint Pierre avec la
clef, vêtu de rouge citrin, tenant la main sur une
femme vêtue d'une robe orangée, qui est à ses
genoux, représentant au vif Perrenelle, laquelle tient
les mains jointes, ayant, un rouleau, ou est écrit:
Christe precor esto pius. Derrière laquelle y a un
ange à genoux avec un rouleau, qui dit: Salve, Domine
Angelorum. Il y a aussi un autre ange à genoux derrière
mon image du côté de saint Paul, qui tient
aussi un rouleau, disant: O Rex sempiterne. Tout cela
est très clair, selon l'explication de la résurrection et
futur jugement qu'on y peut aisément adopter: aussi il
semble que cette Arche n'ait été peinte que pour
représenter cela, c'est pourquoi il ne s'y faut point
arrêter davantage, puisque les moindres, et les plus
ignorants lui sauront bien bailler cette interprétation.

@

NICOLAS FLAMEL 183 --------------------------------------------------------

Après les trois ressuscitants, viennent deux anges de
couleur orangée encore, sur un champ bleu, disant en
leurs rouleaux: Surgite mortui, venite ad judicium Domini
mei. Cela encore sert à l'interprétation de la résurrection.
Tout de même que les figures suivantes et
dernières, qui sont sur un champ violet de l'homme
rouge vermillon aussi, qui a des ailes, ouvrant la
gueule comme pour dévorer. Car on peut dire que
celui-là figure le malheureux pécheur, qui dormant
léthargiquement dans la corruption des vices, meurt
sans repentance et confession, lequel sans doute, en ce
jour terrible sera livré au diable, ici peint en forme de
lion rouge rugissant qui l'engloutira et emportera.

---------

CHAPITRE II
Les Interprétations philosophiques selon le Magistère
d'Hermès.
Je désire de tout mon coeur, que celui qui cherche ce secret des sages, ayant repassé en son esprit ces idées
de la vie et résurrection future, fasse premièrement son

@

184 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

profit d'icelles. Qu'en second lieu il soit plus avisé
qu'auparavant; qu'il sonde et profonde mes figures, couleurs
et rouleaux: notamment mes rouleaux, parce qu'en
cet art on ne parle point vulgairement. Qu'il demande
après en soi-même, pourquoi la figure de saint Paul
est à la main droite, au lieu où on a coutume de peindre
saint Pierre, et celle de saint Pierre au lieu de celle de
saint Paul? Pourquoi la figure de saint Paul est vêtue
de couleur blanche citrine, et celle de saint Pierre
de citrine rouge? Pourquoi aussi l'homme et la femme
qui sont aux pieds de ces deux saints priant Dieu
comme s'ils étaient au jour du jugement, sont habillés
de couleurs diverses et ne sont nus en ossements comme
ressuscitants? Pourquoi en ce jour du Jugement on a
peint cet homme et cette femme aux pieds des saints.
Car ils doivent être plus bas en terre, non au Ciel?
Pourquoi aussi les deux anges oranges qui disent en
leurs rouleaux: Surgite mortui, venite ad judicium
Domini mei, sont vêtus de cette couleur, et hors de leur
place, car elle doit être en haut au Ciel, avec les deux
autres qui sonnent des instruments? Pourquoi ils ont un
champ violet et bleu? mais principalement pourquoi
leur rouleau qui parle aux morts, finit en la gueule ouverte
du Lion rouge et volant? Je voudrais donc qu'après ces

@

NICOLAS FLAMEL 185 --------------------------------------------------------

questions et plusieurs autres qu'on peut justement faire,
ouvrant entièrement les yeux de l'esprit, il vint à conclure
que cela n'ayant point été fait sans cause. On
doit avoir représenté sous leur écorce quelques grands
secrets qu'il doit prier Dieu lui découvrir. Ayant ainsi
conduit sa créance par degrés, je souhaite encore qu'il
croie, que ces figures et explications ne sont point faites
pour ceux-là qui n'ont jamais vu les livres des philosophes,
et qui ignorant les principes métalliques, ne
peuvent être nommés enfants de la science. Car s'ils
veulent entièrement ces figures ignorant le premier agent,
ils se tromperont sans doute, et n'y entendront jamais
rien pour tout. Qu'aucun donc ne me blâme, s'il ne
m'entend aisément, car il sera plus blâmable que moi,
en tant que n'étant point initié en ces sacrées et secrètes
interprétations du premier agent (qui est la clef
ouvrant les portes de toutes sciences) néanmoins il veut
entendre les conceptions plus subtiles des philosophes très
envieux, qui ne sont écrites que pour ceux qui savent
déjà ces principes, lesquels ne se trouvent jamais en
aucun livre, parce qu'ils les laissent à Dieu, qui les révèle
à qui lui plaît, où bien les fait enseigner de vive voix
par un maître par tradition cabalistique, ce qui arrive
très rarement.

@

186 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

Or, mon fils, je te peux ainsi appeler, car je suis déjà venu à grande vieillesse, et d'ailleurs, peut-être,
tu es fils de science, Dieu te laisse apprendre, et puis
ouvrer à sa gloire, écoute-moi donc attentivement,
mais ne passe plus avant, si tu ignores les principes
susdits.
Ce vaisseau de terre en cette forme, est appelé par les philosophes le triple vaisseau, car dans icelui y a au
milieu un étage, et sur icelui une écuelle pleine de
cendres tièdes, dans lesquelles est assis l'oeuf philosophique,
qui est un matras de verre, plein de confections de
l'art (comme de l'écume de la mer rouge, et de la
graisse du vent Mercurial) que tu vois peint en forme
d'écritoire. Or ce vaisseau de terre s'ouvre par-dessus,
pour y mettre au-dedans l'écuelle et le matras, sous
lesquels par cette porte ouverte se met le feu philosophique
comme tu sais. Ainsi tu as trois vaisseaux, et le
vaisseau triple, les envieux l'ont appelé Athanor, Crible,
Fumier, Bain-marie, Fournaise, Sphère, Lion vert,
Prison, Sépulcre, Urinal, Phiole, Cucurbite, moi-même
en mon Sommaire philosophique que j'ai composé il y a
quatre ans deux mois, je le nomme sur la fin d'icelui, la
maison et habitacle du Poulet, et les cendres de l'écuelle
la paille du Poulet; son commun nom est le fourneau,

@

NICOLAS FLAMEL 187 --------------------------------------------------------

que je n'eusse jamais trouvé, si Abraham le Juif ne
l'eût peint avec son feu proportionné, auquel consiste
partie du grand Secret. Car il est comme le ventre et la
matrice contenant la vraie chaleur naturelle pour animer
notre jeune Roi. Si ce feu n'est mesuré Clibaniquement,
dit Calid, Perse, fils de Iasiche. S'il est allumé
avec l'épée, dit Pythagoras; si tu ignés (1) ton vaisseau,
dit Morienus, et lui fais sentir l'ardeur du feu,
il te baillera un soufflet, et brûlera ses fleurs avant
qu'elles soient montées du profond de ses moelles, sortant
rouges plutôt que blanches, et lors ton opération
sera détruite, tout de même que si tu fais trop peu
de feu, car alors aussi tu n'en verras jamais la fin, à
cause du morfondement des natures, qui n'auront point
eu des mouvements assez puissants pour se digérer
ensemble.
La chaleur donc de ton feu en ce vaisseau sera, comme dit Hermès et Rosinus, selon l'Hiver, ou bien
ainsi que dit Diomedes, selon la chaleur de l'Oiseau qui
commence à voler si doucement depuis le signe d'Aries
jusques à celui du Cancer. Car sache que l'enfant du
commencement est plein de flegme froid, et de lait, et


1. Brûles.
@

188 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

que la chaleur trop véhémente est ennemie de la frigidité,
et humidité de notre embryon, et que les deux ennemis,
c'est-à-dire nos Eléments de froid et de chaud, ne s'embrasseront
jamais parfaitement que peu à peu, ayant
premièrement fait une longue demeure ensemble, au
milieu de la tempérée chaleur de leur bain, et s'étant
changés par longue décoction en soufre incombustible.
Régis donc doucement, avec égalité et proportion
les natures hautaines, de peur que si tu en favorises
plus les unes que les autres, elles qui sont naturellement
ennemies, ne se dépitent contre toi par jalousie et
colère sèche et ne le fassent longtemps soupirer.
Outre cela il te les faut entretenir perpétuellement en
chaleur tempérée, c'est-à-dire nuit et jour, jusques à
ce que l'hiver, c'est-à-dire le temps de l'humidité des
matières soit passé, parce qu'elles font leur paix, et se
donnent la main en se chauffant ensemble, et que si elles
se trouvaient seulement une demi-heure sans feu, ces
natures seraient jamais irréconciliables. Voilà pourquoi
il est dit, au livre des Septantes Préceptes: fais
que leur feu dure infatigablement sans cesse, et
qu'aucun de leurs jours ne soient point oubliés. Et
Rasis: l'hâtiveté qui mène avec soi trop de feu, est
toujours suivie du diable et de l'erreur. Quand l'Oiseau

@

NICOLAS FLAMEL 189 --------------------------------------------------------

doré, dit Diomedes, sera parvenu jusqu'en Cancer, et
que delà il courra devers les Balances, alors il te faudra
augmenter un peu de feu. Et tout de même, encore
quand ce bel Oiseau s'envolera de Libra devers le
Capricorne, qui est le désiré Automne, le temps des
moissons et des fruits déjà mûrs!

-------

CHAPITRE III
Les deux dragons de couleur flavâtre, bleue et
noire comme le champ.
Contemple bien ces deux dragons, car ce sont les vrais principes de la philosophie que les sages n'ont pas
osé montrer à leurs enfants propres. Celui qui est dessous
sans ailes, c'est le fixe où le mâle, et celui qui
est au-dessus, c'est le volatil ou bien la femelle noire et
obscure, qui va prendre la domination par plusieurs mois.
Le premier est appelé soufre ou bien calidité et siccité,
et le dernier agent vif ou frigidité et humidité. Ce sont
le Soleil et la Lune de source Mercurielle, et origine

@

190 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

sulfureuse, qui par le feu continuel s'ornent d'habillements
royaux, pour vaincre étant unis, et puis changés
en quintessence, toute chose métallique, solide, dure et
forte. Ce sont ces serpents et dragons que les anciens
Egyptiens ont peint en un rond, la tête mordant la
queue, pour dire qu'ils étaient sortis d'une même chose
et qu'elle seule se suffisait, et qu'en son contour et circulation
elle se parfaisait. Ce sont ces dragons que les
anciens poètes ont mis à garder sans dormir, les dorées
pommes des jardins des vierges Hespérides. Ce sont
ceux-là sur lesquels Jason en l'aventure de la Toison
d'or versa le jus préparé par la belle Médée, des discours
desquels les livres des Philosophes sont tant remplis,
qu'aucun philosophe n'a jamais été qu'il n'en ait écrit
depuis le véridique Hermès Trismégiste, Orphée, Pythagoras,
Artephius, Morienus et les autres suivants jusques
moi. Ce sont ces deux serpents envoyés et donnés par
Junon qui est la nature métallique, que le fort Hercules,
c'est-à-dire le sage, doit étrangler en son berceau,
c'est-à-dire vaincre et tuer, pour les faire pourrir, corrompre
et engendrer, au commencement de son oeuvre.
Ce sont les deux serpents attachés à l'entour du Caducée,
et Verge de Mercure avec lesquels il exerce sa
grande puissance et se transfigure comme il veut. Celui

@

NICOLAS FLAMEL 191 --------------------------------------------------------

dit Haly, qui en tuera l'un, il tuera aussi l'autre, parce
que l'un ne peut mourir qu'avec son frère, ceux-ci
(qu'Avicenne appelle Chienne de Corasséne et chien
d'Arménie), ces deux-ci étant donc unis ensemble dans
le vaisseau du Sépulcre, ils se mordent tous deux, cruellement,
et par leur grande poison, et rage furieuse ne
se laissent jamais depuis le moment qu'ils se sont entresaisis
(si le froid ne les empêche) que tous deux de leur
bavant venin et mortelles blessures, ne se soient ensanglantés
par toutes les parties de leurs corps, et finalement
s'entretuant, ne se soient étouffés dans leur venin
propre, qui les change après leur mort en eau vive et
permanente, avant quoi, ils perdent avec la corruption
et putréfaction, leurs premières formes naturelles, pour
en reprendre après une seule nouvelle plus noble et meilleure.
Ce sont ces deux Spermes masculin et féminin,
décrits au commencement de mon Sommaire Philosophique,
qui sont engendrés, (dit Rasis, Avicenne et
Abraham le juif) dans les reins, entrailles, et des opérations
des quatre éléments. Ce sont l'humide des métaux,
Soufre et Argent vif, non les vulgaires, et qui se vendent
par les marchands et apothicaires, mais ceux-là que
nous donnent ces deux beaux et chers corps, que nous
aimons tant. Ces deux spermes disait Démocrite, ne se

@

192 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

trouvent point sur la terre des vivants. Le même dit
Avicenne, mais ajoute-t-il, on les recueille de la fiente,
ordure et pourriture du Soleil et de la Lune.
O que bienheureux sont ceux-là qui les savent recueillir: car d'iceux puis après ils en font une thériaque
qui a puissance sur toute douleur, tristesse maladie, infirmité
et débilité, qui combat puissamment contre la mort
allongeant la vie selon la permission de Dieu, jusques au
temps déterminé en triomphant des misères de ce monde
et comblant l'homme de ses richesses. De ces deux dragons
ou principes métalliques, j'ai dit au sommaire sus
allégué, que l'ennemi enflammerait par son ardeur le feu
de son ennemi, et qu'alors si l'on y prenait garde, on
verrait par l'air une fumée venimeuse et malodorante,
trop pire en flamme et en poison, que n'est la tête envenimée
d'un serpent et dragon Babylonien. La cause
que je t'ai peint ces deux spermes en forme de dragons,
est parce que leur puanteur est très grande, semblable à
la leur, et les exhalaisons qui montent dans le matras
sont obscures, noires, bleues et flavâtres, ainsi que sont
ces deux dragons peints, la force desquels et des corps
dissous, est si venimeux, que véritablement il n'y a point
au monde un plus grand venin. Car il est capable par sa
force et puanteur de mortifier et tuer toute chose vivante

@

NICOLAS FLAMEL 193 --------------------------------------------------------

Le Philosophe ne sent jamais cette puanteur, s'il ne casse
ses vaisseaux, mais seulement la juge être telle par la
vue et changement de couleurs procédant de la
pourriture de ses confections.
Ces couleurs donc signifient la putréfaction et génération qui nous est donnée, par la morsure et dissolution
de nos corps parfaits, laquelle dissolution procède de la
chaleur externe aidante, et de l'ignéité pontique, et vertu
aigre admirable, du poison de notre mercure, qui
met et résout en pure poussière, voire en poudre impalpable,
ce qu'il trouve lui résister. Ainsi la chaleur agissant
sur et contre l'humidité radicale métallique, visqueuse
ou oléagineuse, engendre sur le sujet la noirceur.
Car au même temps la matière se dissout, se corrompt,
noircit, et conçoit, pour engendrer: parce que toute
corruption est génération, laquelle noirceur doit être
toujours désirée. Elle est aussi, ce voile noir avec
lequel le navire de Thésée revint victorieux de Crète,
qui fût cause de la mort de son père, aussi faut-il que le
père meure, afin que des cendres de ce Phoenix un autre
en renaisse, et que le fils soit Roi. Certes qui ne voit
cette noirceur, au commencement de ses opérations, durant
les jours de la Pierre, quelle autre couleur qu'il
voie, il manque entièrement au magistère et ne le peut

@

194 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

plus avec ce cahos parfaire. Car il ne travaille pas bien,
ne putréfiant point, d'autant que si l'on ne putréfie;
on ne corrompt point, ni engendre, et par conséquent la
Pierre ne peut prendre vie végétative pour croître et
multiplier. Et véritablement je te dis derechef, que quand
même tu travaillerais sur les vraies matières, si au commencement
après avoir mis les confections dans l'oeuf
Philosophique, c'est-à-dire, quelque temps après que le
feu les a irritées, tu ne vois cette tête du Corbeau,
noire du Noir très noir, il te faut recommencer. Car
cette faute est irréparable et incorrigible. Notamment
on doit craindre une couleur orangée, ou demi-rouge,
parce que si en ce commencement tu la vois dans ton
oeuf, sans doute tu brûles et as brûlé la verdeur et vivacité
de la pierre.
Cette couleur qu'il te faut avoir, doit être entièrement parfaite en noirceur semblable à celle de ces Dragons
en l'espace de quarante jours. Que donc ceux qui n'auront
point ces marques essentielles, se retirent de bonne
heure des opérations, afin qu'ils se rediment d'assurée
perte. Sache aussi et note bien, que ce n'est rien en
cet art d'avoir la noirceur il n'y a rien de plus aisé à
avoir. Car quasi de toutes les choses du monde mêlées
avec l'humidité, tu en auras la noirceur par le feu. Il te

@

NICOLAS FLAMEL 195 --------------------------------------------------------

faut avoir une noirceur qui provienne des parfaits corps
métalliques, qui dure un long espace de temps, et ne se
perde qu'en cinq mois, après laquelle succède la désirée
blancheur. Si tu as cela, tu as beaucoup, mais non tout.
Quant à la couleur bleuâtre et flavâtre, elle signifie que
la solution et putréfaction n'est point encore achevée, et
que les couleurs de notre Mercure ne sont point encore
bien mêlées et pourries avec le restant. Donc cette
noirceur et couleur, enseignent clairement qu'en ce
commencement la matière et composé commence à se
pourrir et dissoudre en poudre plus menue que les Atomes
du Soleil, lesquels se changent après en eau permanente.
Et cette dissolution est appelée par les philosophes
envieux, Mort, Destruction et Perdition, parce que
les natures changent de forme, de là sont sorties tant
d'allégories sur les morts, tombes et sépulcres. Les autres
l'ont nommé Calcination, Dénudation, Séparation,
Trituration, Assation, parce que les confections sont
changées et réduites en très menues pièces et parties. Les
autres Réductions en première matière, Mollification,
Extraction, Commixtion, Liquéfaction, Conversion
d'Eléments, Subtilisation, Division, Humation, Impastation
et Distillation, parce que les confections sont liquéfiées,
réduites en semence, amollies et se circulent dans

@

196 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

le matras. Les autres Xir, Putréfaction, Corruption,
Ombres Cymmériennes, Gouffre, Enfer, Dragons, Génération,
Ingression, Submersion, Complexion, Conjonction
et Imprégnation, parce que la matière est noire et
aqueuse et que les natures se mêlent parfaitement et
retiennent les unes des autres. Car quand la chaleur du
Soleil agit sur icelles elles se changent premièrement en
poudre ou eau grasse et glutineuse qui sentant la chaleur
s'enfuit en haut en la tête du Poulet avec la fumée, c'est-
à-dire, avec le vent et l'air; de là cette eau tirée et fondue
des confections, elle s'en reva en bas, et en descendant
réduit et résout tant qu'elle peut le reste des confections
aromatiques, faisant toujours ainsi jusqu'à ce que
tout soit comme un brouet noir un peu gras. Voilà pourquoi
on appelle cela Sublimation et Volatilisation, car
il vole en haut, et Ascension et Descension parce qu'il
monte et descend dans la cucurbite. Quelque temps après
l'eau commence à s'en grossir et coaguler davantage venant
comme de la poix très noire et finalement vient
corps et terre, que les envieux ont appelée Terre fétide
et puante. Car alors à cause de la parfaite putréfaction
qui est naturelle comme toute autre, cette terre est
puante et donne une odeur semblable au relent des sépulcres
remplis de pourriture et d'ossements encore chargés

@

NICOLAS FLAMEL 197 --------------------------------------------------------

de naturelle humeur. Cette terre a été appelée par
Hermès, la terre des feuilles, néanmoins son plus propre
et vrai nom est le Leton qu'on doit puis après blanchir.
Les anciens sages Cabalistes l'ont décrite dans les
Métamorphoses sous l'histoire du Serpent de Mars, qui
avait dévoré les compagnons de Cadmus, lequel l'occit
le perçant de sa lance contre un chêne creux. Note ce
chêne.

-------

CHAPITRE IV
De l'homme et femme vêtus de robe orangée, sur
un champ azuré et bleu, et de leurs rouleaux.
L'homme dépeint ici me ressemble tout exprès bien au naturel, tout de même que la femme figure très naïvement
Perrenelle. La cause pourquoi nous sommes
peints au vif n'est pas particulière. Car il ne fallait représenter
que le mâle et la femelle, à quoi faire notre
particulière ressemblance n'y était pas nécessairement
requis. Mais il a plu au sculpteur de nous mettre-là,

@

198 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

tout ainsi qu'il a fait aussi en cette même arche plus
haut aux pieds de la figure de saint Paul et saint
Pierre, selon que nous étions en notre adolescence, et
encore ailleurs en plusieurs lieux, comme sur la porte de
la chapelle Saint Jacques de la Boucherie, auprès de ma
maison (encore qu'en cette dernière y a une cause particulière)
comme aussi sur la porte de Sainte Geneviève
des Ardents où tu me pourras voir. Donc je te peins ici
des corps, un de mâle et l'autre de femelle, pour t'enseigner
qu'en cette seconde opération tu as véritablement,
mais non encore parfaitement, deux natures
conjointes et mariées, la masculine et féminine, ou
plutôt les quatre éléments, et que les ennemis naturels,
le chaud et le froid, le sec et l'humide, commencent de
s'approcher amiablement les uns des autres, et par le
moyen des entremetteurs de paix, déposent peu à peu
l'ancienne inimitié du vieux chaos. Tu sais assez qui sont
ces entremetteurs entre le chaud et le froid, c'est l'humide
car il est parent et allié des deux, du chaud par sa
calidité, du froid par son humidité, voilà pourquoi pour
commencer de faire cette paix, tu as déjà en l'opération
précédente converti toutes les confections en eau
par la dissolution. Et puis après tu as fait coaguler
l'eau nécessaire, qui est convertie en cette terre noire du

@

NICOLAS FLAMEL 199 --------------------------------------------------------

noir très noir, pour accomplir l'entière paix: Car la terre
qui est sèche et humide se trouvant aussi parente et
alliée avec le sec et humide qui sont ennemis les apaisera
et accordera du tout. Ne considères-tu pas un mélange
très parfait de tous ces quatre éléments, les ayant
premièrement convertis en eau, et maintenant en terre?
Je t'enseignerai encore ci-après les autres conversions
en air, quand tout sera blanc, et en feu quand tout sera
purpurin parfait. Donc tu as ici deux natures mariées,
dont l'une a conçu de l'autre, et par cette conception,
s'est convertie en corps de mâle et le mâle en celui de
femelle, c'est-à-dire se sont faites un seul corps, qui est
l'androgyne des anciens, qu'autrement on appelle encore
tête du corbeau, et éléments convertis. En cette façon
je te peins ici, que tu as deux natures réconciliées, qui
(si elles sont conduites et régies sagement) peuvent former
un embryon en la matrice du vaisseau, et puis t'enfanter
un roi très puissant, invincible et incorruptible,
parce qu'il fera une quintessence admirable. Voilà la
principale fin de cette représentation et la plus nécessaire.
La seconde qui est aussi très notable, sera qu'il me fallait
dépeindre deux corps, parce qu'il faut qu'en cette opération
tu divises ce qui a été coagulé pour en donner puis
après une nourriture, un lait de vie, au petit enfant naissant,

@

200 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

qui est doué (par le Dieu vivant) d'une âme végétative.
Ce qui est un secret très admirable et très occulte qui a fait rafollir, faute de le comprendre, tous ceux qui l'ont
cherché sans le trouver, et qui a rendu sage toute personne
qui la contemple des yeux du corps ou de l'esprit.
Il te faut donc faire deux parts et portions de ce corps
coagulé, l'une desquelles servira d'Azoth pour laver et
mondifier l'autre, qui s'appelle Leton, qu'il faut blanchir.
Celui qui est lavé est le serpent Python, qui
ayant pris son être de corruption du limon de la terre
assemblé par les eaux du déluge, quand toutes les confections
étaient eau, doit être occis et vaincu par les
flèches du Dieu Apollon, par le blond Soleil, c'est-à-
dire par notre feu égal à celui du Soleil.
Celui qui lave, ou plutôt ces lavements, qu'il faut continuer avec moitié, ce sont les dents de ce serpent que le
sage opérateur, le vaillant Thésée sèmera en la même
terre dont naîtront des gendarmes qui se déconfiront
enfin eux-mêmes, se laissant par opposition résoudre en la
même nature de la terre, laissons emporter les conquêtes
méritées. C'est sur ceci que les Philosophes ont écrit
si souvent et tant de fois répété: il se dissout soi-même,
se congèle, se noircit, se blanchit, se tue soi-même? et

@

NICOLAS FLAMEL 201 --------------------------------------------------------

vivifie. J'ai fait peindre leur champ azuré et bleu, pour
montrer que je ne fais que commencer à sortir de la
très noire noirceur. Car l'azuré et bleu, est une des
première couleurs que nous laisse voir l'obscure femme,
c'est-à-dire l'humidité cédant un peu à la chaleur et
siccité. L'homme et la femme sont la plupart orangés.
Cela signifie que nos corps (ou notre corps que les
sages appellent ici Rebis) n'a point encore assez de digestion,
et que l'humidité dont vient le noir, bleu et azuré,
n'est qu'à demi vaincue par la siccité.
Car la siccité dominant, tout sera blanc et la combattant ou étant égale à l'humidité, tout est en partie
selon ces présentes couleurs, les envieux ont appelé encore
ces confections en cette opération, Numus, Ethelia,
Arena, Boritis, Corsufle, Cambar, Albor oeris, Dueneck,
Randeric, Kukul, Thabitris, Ebisemeth, Ixir, etc., ce
qu'ils ont commandé de blanchir.
La femelle a un cercle blanc en forme de rouleau à l'entour de son corps, pour te montrer que Rebis commencera
de se blanchir de cette même façon, blanchissant
premièrement aux extrémités tout à l'entour de ce
cercle blanc. L'échelle des philosophes dit: Le signe
de la première parfaite blancheur est la manifestation
d'un certain petit cercle capillaire, c'est-à-dire, passant

@

202 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

sur la tête, qui apparaîtra à l'entour de la matière ès
côtés du vaisseau en couleur sub-citrine.
Il y a en leurs rouleaux: Homo veniet ad judicium Dei. Vere (dit la femme) illa dies terribilis erit. Ce ne sont
point des passages de la sainte Ecriture, mais seulement
des dictons parlants selon le sens théologique de la
résurrection future. Je les ai mis ainsi. Car ils me servent
envers celui qui contemple seulement l'artifice
grossier, et plus naturel, prenant l'interprétation de la
résurrection. Et tout de même servent à ceux-là, qui
voulant recueillir les paraboles de la science, prennent
des yeux de Lincée, pour pénétrer au-delà des objets
visibles. Il y a donc, l'homme viendra au jugement de
Dieu, certes ce jour sera terrible. C'est comme si je
disais, il faut que ceci vienne au colorement de la perfection,
pour être jugé et nettoyé de la noirceur et
ordure, et être spiritualisé et blanchi. Certes ce jour
sera terrible, oui vraiment, aussi vous trouverez en
l'allégorie d'Aristeus: « L'horreur nous tint en la prison
par octante jours dans les ténèbres des ondes, dans l'extrême
chaleur de l'été, et troubles de la mer. Toutes
lesquelles choses doivent premièrement passer avant
que notre Roi puisse être blanchi, venant de mort à
vie, pour vaincre puis après tous ses ennemis. Pour

@

NICOLAS FLAMEL 203 --------------------------------------------------------

t'enseigner encore mieux cette albification, qui est plus
difficile que tout le reste, jusques auquel temps tu peux
errer à tout pas, et après non, où tu casserais tes vaisseaux,
je t'ai fait encore ce tableau suivant.

---------

CHAPITRE V
La figure d'un homme semblable à celle de saint
Paul, vêtu d'une robe blanche citrine bordée d'or, tenant un glaive nu, ayant à ses pieds un homme à genoux, vêtu d'une robe orangée, blanche noire, tenant un rouleau.
Avise bien cet homme en la forme d'un S. Paul, vêtu d'une robe entièrement citrine blanche. Si tu le
considères bien, il tourne le corps en posture qui démontre
qu'il veut prendre le glaive nu, ou pour trancher
la tête, ou pour faire quelque autre chose sur cet homme
qui est à ses pieds à genoux, vêtu d'une robe orangée,
blanche et noire, lequel dit en son rouleau: Dele mala
quae feci, comme disant: « Ote-moi ma noirceur, terme

@

204 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

de l'art, car, malum, signifie par allégorie la noirceur,
ainsi en la Tourbe on trouve souvent: Puis jusques à la
noirceur, qu'on estimera être mal. » Mais veux-tu savoir
qu'enseigne cet homme qui prend l'épée, il signifie
qu'il faut couper la tête au corbeau, c'est-à-dire, à cet
homme vêtu de diverses couleurs qui est à genoux. J'ai
pris ce trait et figure d'Hermès Trismégiste en son
livre de l'art secret, où il dit: Ote la tête à cet homme
noir, coupe la tête au corbeau, c'est-à-dire blanchis
notre sable. Lambspringk, noble germain l'avait aussi
déjà usurpé au commentaire de ses hiéroglyphes, disant:
En ce bois il y a une bête, qui est toute couverte de
noirceur, si quelqu'un lui coupe la tête, alors elle perdra
sa noirceur, et vêtira la couleur très blanche. Voulez-vous
entendre ce que c'est? la noirceur s'appelle la
tête du corbeau, laquelle ôtée à l'instant vient la couleur
blanche, alors, c'est-à-dire quand la nuée n'apparaît
plus, ce corps est appelé sans tête. Ce sont ses
propres mots. En même sens les sages ont aussi dit
ailleurs. Prends la vipère appelée de Rexa, coupe-lui la
tête, etc., c'est-à-dire, ôte-lui la noirceur. Ils ont encore
usé de cette périphrase, quand pour signifier la multiplication
de la pierre, ils ont feint un serpent Hydra,
auquel si on coupait une tête il lui en renaissaient dix.

@

NICOLAS FLAMEL 205 --------------------------------------------------------

Car la pierre augmente de dix à chaque fois qu'on lui
coupe cette tête de corbeau, qu'on la noircit, et blanchit,
c'est-à-dire, dissout de nouveau, et après recoagule.
Regarde que le glaive nu, est entortillé d'une ceinture noire, et que les bouts d'icelle ne l'entourent point
du tout. Ce glaive nu resplendissant est la pierre au
blanc, si souvent décrite dans les philosophes, sous
cette forme. Pour donc parvenir à cette parfaite blancheur
étincelante, il te faut entendre les entortillements
de cette ceinture noire, et ensuivre ce qu'ils enseignent,
qui est la quantité des imbibitions. Les deux bouts qui
ne l'entortillent pas du tout représentent le commencement
et la fin. Pour le commencement, il enseigne qu'il
faut imbiber en ce premier temps doucement et écharcement,
donnant alors à la pierre peu de lait comme à
un petit enfant naissant, afin que l'Isir (disent les
auteurs) ne se submerge. Le même faut-il faire à la
fin, quand nous voyons que notre Roi est saoul, et
n'en veut plus. Le milieu de ces opérations est peint par
les cinq entortillements entiers de la ceinture noire,
auquel temps (parce que notre Salamandre vit du feu,
et au milieu du feu, voire est un feu, et un argent vif,
courant au milieu du feu, ne craignant rien) il le lui en

@

206 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

faut donner abondamment de telle façon que le lait
Virginal entoure toute la matière.
J'ai fait peindre noirs ces entourements de la ceinture, parce que ce sont des imbibitions, et par conséquent
des noirceurs. Car le feu avec l'humide (comme
il est tant de fois dit) cause la noirceur. Et comme ces
cinq entourements entiers démontrent qu'il faut faire
cela cinq fois entièrement tout de même ils font connaître
qu'il faut faire cela cinq mois entiers, un mois à
chaque imbibition: Voilà pourquoi Hali Abenragel a
dit: La cuisson des choses se parfait en trois fois cinquante
jours. Il est vrai que si tu veux compter ces
petites imbibitions du commencement et fin, il y en a
sept. Sur quoi un des plus envieux a dit: Notre
tête du Corbeau est l'épreuve: voilà pourquoi qui la
voudra nettoyer, il la doit faire descendre sept fois au
fleuve de régénération au Jourdain, ainsi que commanda
le Prophète au lépreux Naaman, Syrien. Comprenant
en cela le commencement qui n'est que de quelques
jours, le milieu et la fin, qui est aussi fort courte. Je
t'ai donc donné ce tableau pour te dire, qu'il te faut
blanchir mon corps qui est à genoux, lequel ne demande
autre chose. Car la nature tend toujours à perfection.
Ce que tu accompliras par l'apposition du lait

@

NICOLAS FLAMEL 207 --------------------------------------------------------

Virginal, et par la décoction que tu feras des matières
avec ce lait, qui se séchant sur ce corps se tiendra en
même blanc citrin, qu'est vêtu celui qui prend le
glaive, en laquelle couleur il te faut faire venir ton Corsufle.
Les vêtements de la figure de S. Paul sont brodés
largement de couleur aurée et rouge citrine. O mon
fils, loue Dieu, si tu vois jamais cela. Car déjà du
Ciel tu as obtenu miséricorde. Imbibe donc et teints,
jusques à ce que le petit enfant soit fort et robuste pour
combattre contre l'eau et le feu. Accomplissant cela, tu
feras ce que Demagoras, Senior et Hali ont appelé,
mettre la mère au ventre à l'enfant qu'elle avait déjà
enfanté. Car ils appellent Mère, le Mercure des philosophes,
duquel ils font les imbibitions et fermentations,
et l'enfant, le corps à teindre, duquel est sorti ce Mercure.
Je t'ai donné donc ces deux figures pour signifier
l'albification; aussi c'est en ce lieu que tu avais besoin
de grande aide. Car tout le monde y achoppe.
Cette opération est vraiment un Labyrinthe, parce qu'ici se présentent mille voies à même instant, outre
qu'il faut aller à la fin d'icelle, justement tout au rebours
du commencement, en coagulant ce qu'auparavant tu dissolvais
et faisant terre, ce qu'auparavant tu faisais eau.
Quand tu auras blanchi, tu as vaincu les Taureaux enchantés,

@

208 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

qui jetaient feu et fumée par les narines. Hercules
a nettoyé l'étable pleine d'ordure, de pourriture et
de noirceur. Jason a versé le jus sur les Dragons de Colchos,
et tu as en ta puissance la corne d'Amalthée, qui
(encore que soit blanche) te peut combler tout le reste de
ta vie, de gloire, honneur et richesse. Pour l'avoir il t'a
fallu combattre vaillamment, et en guise d'un Hercules:
car c'est Acheloüs, ce fleuve humide qui est la noirceur,
est doué d'une force très puissante, outre qu'il se transfigure
souvent de forme en autre: aussi as-tu parachevé,
d'autant que le reste est sans difficulté. Ces transfigurations
sont décrites particulièrement au livre des Sept
Sceaux Egyptiens, où il est dit (comme aussi pour tous
les auteurs): qu'avant que quitter entièrement la noirceur
et se blanchir en la façon d'un marbre très reluisant,
et d'un glaive nu flamboyant, la Pierre se vêtira de
toutes les couleurs que tu sauras imaginer, souvent elle
se liquéfiera elle-même, et souvent se coagulera encore,
et parmi ces diverses et contraires opérations (que l'âme
végétative qui est en elle lui fait parfaire en un même
temps) elle citrinisera, verdira, rougira, non d'un vrai
rouge, jaunira, viendra bleue et orangée, jusques à ce
qu'étant entièrement vaincue par la siccité et calidité,
toutes ces infinies couleurs finissent en cette blancheur

@

NICOLAS FLAMEL 209 --------------------------------------------------------

citrine admirable, du vêtement de saint Paul, laquelle
en peu de temps viendra comme celle du glaive nu;
puis par plus forte et longue décoction prendra enfin le
rouge citrin et puis le parfait rouge de Laque, où elle se
reposera désormais. Je ne veux pas oublier en passant,
de t'avertir que le lait de la Lune n'est pas comme le
lait virginal du Soleil, pense donc que les imbibitions
de la blancheur requièrent un lait plus blanc que celles
de la rougeur et auréité. Car en ce pas j'ai cuidé faillir,
et l'eusse fait sans Abraham le Juif, pour cette raison je
t'ai fait peindre la figure qui prend le glaive nu, en la
couleur qui t'est nécessaire, aussi c'est cette figure qui
blanchit.
-------

CHAPITRE VI
Sur un champ vert, trois ressuscitants, deux hommes
et une femme entièrement blancs, deux Anges au-dessus, et sur les Anges la figure du Sauveur venant juger le monde, vêtu d'une robe parfaitement citrine blanche.
Je t'ai fait prendre ainsi un champ vert, parce qu'en cette décoction les confections se font vertes, et gardent

@

210 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

plus longuement cette couleur que toute autre
après la noire. Cette verdeur démontre particulièrement
que notre Pierre a une âme végétante, et qu'elle
s'est convertie par l'industrie de l'art, en vrai et pur
germe, pour germer abondamment, et produire puis
après des rinceaux infinis. O bienheureuse verdeur,
dit le Rosaire, qui produis toutes choses, sans toi rien
ne peut croître, végéter ni multiplier.
Les trois ressuscitants vêtus de blanc étincelant, représentent le corps, l'âme et l'esprit de notre Pierre
blanche. Les philosophes trivialement usent de ces termes
de l'art pour cacher le secret aux malins. Ils appellent
corps, la terre noire, obscure et ténébreuse que nous
blanchissons.
Ils appellent âme l'autre moitié divisée du corps, qui par la volonté de Dieu et puissance de la nature donne
au corps par ses imbibitions et fermentations, âme végétative,
c'est-à-dire puissance et vertu de pulluler, croître,
multiplier, et se rendre blanc comme un glaive nu
reluisant. Ils appellent esprit la teinture et siccité, qui
comme un esprit a vertu de pénétrer toutes choses métalliques.
Je serais trop long de te montrer ici par
combien de raisons ils ont dit partout: Notre Pierre a
comme l'homme, corps, âme et esprit. Je veux seulement

@

NICOLAS FLAMEL 211 --------------------------------------------------------

que tu notes bien, que comme l'homme doué de
corps, âme et esprit, n'est toutefois qu'un, qu'aussi
tu n'as maintenant qu'une seule confection blanche,
en laquelle toutefois sont le corps, l'âme et l'esprit
qui sont unis inséparablement. Je te pourrais
bien bailler de très claires comparaisons et explications
de ce corps, âme et esprit, mais pour les expliquer il
me faudrait dire des choses que Dieu se réserve de
révéler à ceux qui le craignent et qui l'aiment, qui par
conséquent ne se doivent écrire. Je t'ai donc fait ici
peindre un corps, une âme et un esprit tous blancs,
comme s'ils ressuscitaient pour te montrer que le Soleil.
la Lune et Mercure, sont ressuscités en cette opération,
c'est-à-dire, sont faits Eléments de l'air et blanchis:
car nous avons déjà appelé la Noirceur, mort; continuant
la métaphore, nous pouvons donc appeler la blancheur,
une vie qui ne revient qu'avec et par la résurrection.
Le Corps pour te le montrer plus clairement,
je l'ai fait peindre levant la pierre de son tombeau dans
lequel il était enterré. L'âme parce qu'elle ne peut
être mise en terre elle ne sort point d'un tombeau,
mais seulement je la fais peindre parmi les tombeaux,
cherchant son corps en forme de femme ayant les cheveux
épars. L'esprit qui ne peut être aussi mis en

@

212 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

sépulture, je l'ai fait peindre en homme sortant de
terre, non de la tombe. Ils sont tous blancs, aussi la
noirceur, la mort est vaincue et eux étant blanchis sont
désormais incorruptibles. Lève maintenant les yeux en
haut, et vois venir nôtre Roi couronné et ressuscité, qui
a vaincu la mort, les obscurités, et humidités, le voilà
en la forme que viendra le Sauveur, lequel unira à soi
éternellement toutes les âmes pures et nettes, et chassera
tout l'impur et immonde comme étant indigne de
s'unir à son divin corps. Ainsi par comparaison (demandant
toutefois permission de parler ainsi, à l'Eglise
Catholique, Apostolique et Romaine et priant toute
âme débonnaire de me le permettre par similitude)
voici notre Elixir blanc qui dorénavant unira à soi
inséparablement toute nature pure métallique, la transmuant
en sa nature argentée, et très fine, rejetant l'impure
étrangère et hétérogène. Loué soit Dieu qui nous
fait la grâce par sa grande bonté, de pouvoir considérer
ce blanc étincelant, plus parfait et reluisant qu'aucune
nature composée et plus noble après l'âme immortelle
qu'aucune autre substance animée ou inanimée,
aussi est-elle une quintessence, un argent très pur,
passé par la coupelle et affiné sept fois dit le Royal
Prophète David.

@

NICOLAS FLAMEL 213 --------------------------------------------------------

Il n'est pas besoin d'interpréter que signifient les deux Anges jouant des Instruments sur la tête des ressuscités,
ce sont plutôt des esprits divins, chantant
les merveilles de Dieu en cette opération miraculeuse,
qu'Anges nous appelant au jugement. Tout exprès pour
en faire différence, j'ai donné un luth à l'un et à l'autre
une buccine, non des trompettes qu'on leur donne toujours
pour appeler au jugement, le même faut-il dire
des trois Anges qui sont sur la tête de notre Sauveur
dont l'un le couronne, et les autres deux disent en leurs
rouleaux en lui assistant. « O pater omnipotens, ô Jesu
bone », en lui rendant des grâces éternelles.

-------

CHAPITRE VII
Sur un Champ violet et bleu, deux Anges de couleur
orangée et leurs rouleaux.
Ce champ violet et bleu montre que voulant passer de la Pierre blanche à la Rouge, tu l'as imbibée d'un
peu de lait Virginal Solaire, et que ces couleurs sont
sorties de l'humidité mercurielle que tu as séché sur la

@

214 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

Pierre. En cette opération du rubifiement, encore que
tu imbibes, tu n'auras guères de noir, mais bien du violet,
bleu, et de la couleur de la queue du Paon: car
notre pierre est si triomphante en siccité, qu'incontinent
que ton Mercure la touche, la nature se réjouissant
de sa nature, s'adjoint à icelle, et la boit avidement, et
partant le noir qui vient de l'humidité ne se peut montrer
qu'un peu, sous ces couleurs violettes et bleues,
d'autant que la siccité (comme dit est) gouverne maintenant
absolument. Je t'ai fait peindre ces deux Anges
avec des ailes, pour te représenter que les deux substances
de tes confections, la Mercurielle et Sulfureuse,
la fixe aussi bien que la volatile, étant fixées
ensemble parfaitement, volent aussi ensemble dans
ton vaisseau. Car en cette opération suavement le
corps fixe montera au Ciel tout spirituel, et de là il descendra
en la Terre et là où tu voudras, suivant partout
l'esprit qui se meurt toujours sur le feu. D'autant
qu'ils sont faits une même nature, et le composé est
tout spirituel et le spirituel tout corporel, tant il a été
subtilisé sur notre marbre par les opérations précédentes.
Les natures donc sont ici transmuées en Ange,
c'est-à-dire, sont faites spirituelles et très subtiles,
aussi sont-elles maintenant des vraies teintures. Or souviens

@

NICOLAS FLAMEL 215 --------------------------------------------------------

toi de commencer la rubification par l'apposition
du Mercure citrin rouge, mais il n'en faut verser guères,
et seulement une ou deux fois selon que tu verras. Car
cette opération se doit parfaire par feu sec, sublimation
et calcination sèche: et vraiment je te dis ici un
secret que tu trouveras bien rarement écrit, aussi je ne
suis point envieux, et plût à Dieu que chacun sut
faire de l'or à sa volonté, afin que l'on vécût menant
paître ses gras troupeaux, sans usure et procès à l'imitation
des Saints Patriarches, usant seulement, comme
les premiers pères de permutation de chose à chose,
pour laquelle avoir il faudrait travailler aussi bien que
maintenant. De peur toutefois d'offenser Dieu et d'être
l'instrument d'un tel changement, qui peut-être
serait mauvais, je n'ai garde de représenter ou écrire,
où est-ce que nous cachons les clefs qui peuvent ouvrir
toutes les portes des secrets de la Nature, et renverser
la terre sens dessus dessous, me contentant de montrer
des choses qui l'enseigneront à toute personne à qui
Dieu aura permis de connaître quelle propriété a le
signe des Balances quand il est illustré du Soleil, et de
Mercure au mois d'Octobre. Ces Anges sont peints de
couleur orangée afin de te faire savoir que tes confections
blanches ont été un peu plus cuites, et que le

@

216 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

noir du violet et bleu, a été déjà chassé par le feu.
Car cette couleur orangée est composée de ce beau
citrin rouge doré (que tu attends il y a si longtemps) et
d'un reste de ce violet et bleu que tu as déjà en partie
de fait. Cet orangé démontre encore que les natures
se digèrent et peu à peu se parfont par la grâce de
Dieu. Quant à leur rouleau qui dit: Surgite mortui,
venite ad judicium Domini mei. Levez-vous morts, venez
au jugement de Dieu mon Seigneur. Je l'ai plutôt
fait mettre pour le seul sens Théologique que pour
l'autre. Il finit dans la gueule d'un Lion tout rouge, cela
est pour enseigner, qu'il ne faut point discontinuer
cette opération que l'on ne voie de vrai rouge purpurin
semblable du tout au Pavot de l'Ermitage et à la
laque du Lion peint, sauf pour multiplier.

-------------
@

NICOLAS FLAMEL 217 --------------------------------------------------------


CHAPITRE VIII
La figure d'un homme semblable à Saint Pierre,
vêtu d'une robe, citrine rouge tenant une clef en la main droite et mettant la gauche sur une femme vêtue d'une robe orangée, qui est à ses pieds, à genoux, tenant un rouleau.
Regarde cette femme vêtue de robe orangée qui ressemble si au naturel à Perrenelle, selon qu'elle était
en son adolescence, elle est peinte en façon de suppliante
à genoux, les mains jointes, aux pieds d'un homme qui a
une clef en sa main droite, qui l'écoute gracieusement,
et puis étend la gauche sur elle. Veux-tu savoir que représente
cela? C'est la pierre qui demande en cette opération
deux choses au Mercure Solaire des Philosophes
(dépeint sous la forme de l'homme) c'est à savoir la multiplication
et plus riche parure. Ce qu'elle doit obtenir en
ce temps ici. Aussi l'homme lui mettant ainsi la main sur
l'épaule « Je lui accorde ». Mais pourquoi as-tu fait
peindre une femme? Je pouvais aussi bien faire peindre un

@

218 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

homme qu'une femme, ou un ange, (car les natures sont
maintenant toutes spirituelles et corporelles, masculines
et féminines), mais j'ai mieux aimé te faire peindre une
femme, afin que tu juges, qu'elle demande plutôt ceci,
que toute autre chose, parce que ce sont les plus naturels
et plus propres désirs d'une femme. Pour te montrer
encore plus, qu'elle demande la multiplication, j'ai
fait peindre l'homme auquel elle fait sa prière, en la forme
d'un Saint Pierre, tenant une clef, ayant puissance
d'ouvrir et fermer, de lier et délier: d'autant que les
philosophes envieux n'ont jamais parlé de multiplication
que sous ces communs termes de l'art: Ouvre, ferme, lie
délie. Ils ont appelé ouvrir et délier, faire le corps (qui
est toujours dur et fixe) mol, fluide, et coulant comme
l'eau et fermer ou lier, le coaguler par après par décoction
plus forte, en le remettant encore une autre fois en
la forme de corps.
Il me fallait donc représenter un homme avec une clef, pour t'enseigner qu'il te faut maintenant ouvrir et fermer,
c'est-à-dire multiplier les natures germantes et
croissantes. Car tout autant de fois que tu dissoudras et
fixeras, autant de fois ces natures multiplieront en quantité,
qualité et vertu selon la multiplication de dix, de ce
nombre venant à cent, de cent à mille, de mille à dix

@

NICOLAS FLAMEL 219 --------------------------------------------------------

mille, de dix mille à cent mille, de cent mille à un million,
et de là par même opération jusques à l'infini, ainsi
que j'ai fait trois fois. Loué soit Dieu. Et quand ton
élixir est ainsi conduit à l'infini, un grain d'icelui tombant
sur une quantité métallique fondue, aussi profonde et
vaste que l'Océan, il le teindra et convertira en très parfait
métal, c'est-à-dire, en argent ou en or, selon qu'il
aura été imbibé et fermenté, chassant et laissant loin de
soi toute la matière impure et étrangère qui s'était jointe
en la première coagulation. Par même raison que j'ai
fait peindre une clef à l'homme qui est sous la forme
d'un saint Pierre, pour signifier que la Pierre demandait
d'être ouverte et fermée pour multiplier: par même
raison aussi, pour te montrer avec quel Mercure tu dois
faire cela, et quand j'ai donné à l'homme un vêtement
citrin rouge et à la femme un orangé. Cela suffise pour
ne sortir du silence de Pythagoras et pour t'enseigner
que la femme, c'est-à-dire, notre Pierre, demande
d'avoir la riche parure et couleur de saint Pierre. Elle a
écrit en son rouleau: Christe precor, esto pius. Jésus-
Christ soyez-moi doux. Comme si elle disait: Seigneur
sois-moi doux, et ne permets point que celui qui sera
parvenu jusqu'ici, gâte tout par trop de feu. Il est bien
véritable que dorénavant je ne craindrai plus les ennemis,

@

220 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

et que tout feu me sera égal, toutefois le vaisseau
qui me contient est toujours fragile.
Car si l'on hausse le feu par trop, il crèvera et s'éclatant, m'emportera et me sèmera malheureusement parmi
les cendres. Prends donc garde à ton feu en ce pas, régissant
doucement en patience cette quintessence admirable,
car il lui faut augmenter son feu, mais non par
trop. Et prie la souveraine bonté qu'elle ne permette
point que les malins esprits qui gardent les mines et les
trésors, détruisent ton opération, ou fascinent ta vue
quand tu considères ces incompréhensibles mouvements
de cette quintessence dans ton vaisseau.
---------

CHAPITRE IX
Sur un champ violet obscur, un homme rouge purpurin,
tenant le pied d'un Lion rouge de Laque, qui a des ailes, et semble ravir et emporter l'homme.
Ce champ violet et obscur représente que la pierre a obtenu par l'entière décoction, les beaux vêtements

@

NICOLAS FLAMEL 221 --------------------------------------------------------

entièrement citrins et rouges, qu'elle demandait à
S. Pierre qui en était vêtu, et que sa complète et parfaite
digestion (signifiée par l'entière citrinité) lui a fait
laisser sa vieille robe orangée. La couleur rouge de
laque de ce volant Lion, semblable à ce pur et clair
écarlate du grain de la vraiment rouge grenade, démontre
qu'elle est maintenant accomplie en toute droiture
et égalité. Qu'elle est comme un Lion, dévorant
tout une nature pure métallique, et la changeant en sa
vraie substance, en vrai et pur or, plus fin que celui
des meilleures minières. Aussi elle emporte maintenant
l'homme hors de cette vallée de misères, c'est-à-dire
hors des incommodités de la pauvreté et infirmité, et
avec ses ailes le soulève glorieusement hors des croupissantes
eaux d'Egypte (qui sont les pensées ordinaires
des mortels) et lui faisant mépriser la vie et richesses
présentes, le fait nuit et jour méditer en Dieu, et ses
saints, habiter dans le ciel empirée, et boire les douces
sources des fontaines de l'espérance éternelle. Loué soit
Dieu éternellement, qui nous a fait la grâce de voir cette
belle, et toute parfaite couleur purpurine, cette belle
couleur du pavot sylvestré du rocher, cette couleur tyrienne
étincelante et flamboyante, qui est incapable de
changement et d'altération, sur laquelle le ciel même,

@

222 LE LIVRE DES FIGURES --------------------------------------------------------

et son Zodiaque ne peut plus avoir domination ni puissance,
dont l'éclat rayonnant et ébloui semble comme
quasi communiquer à l'homme quelque chose de sur-céleste,
le faisant (quand il la contemple et connaît)
étonner, trembler et frémir en même temps. O Seigneur,
fais-nous la grâce que nous en puissions bien
user, à l'augmentation de la foi, au profit de notre âme;
et accroissement de la gloire de ce noble royaume.
Amen.

FIN
-------------

2me DOCUMENT
Lettre de Dom Pernety sur une Histoire critique de Nicolas Flamel.
Il a paru chez Desprez, imprimeur Libraire rue S. Jacques, un gros volume in-12 sous ce titre Histoire
critique de Nicolas Flamel, etc., par M. L. V***.--
Dom Pernety, religieux bénédictin de la congrégation

@

LETTRE DE DOM PERNETY 223 --------------------------------------------------------

de saint Maur, a bien voulu m'épargner la peine de lire
cet écrit fort ennuyeux. La lettre qu'il vient de m'adresser
vous mettra au fait de l'ouvrage en question.
Monsieur, Après l'analyse que vous fîtes dans votre année littéraire au mois de novembre 1758 de l'Essai Historique
sur saint Jacques de la Boucherie, par M. l'abbé
V***, j'aurais cru que cet auteur se serait condamné au
silence. Mais vos remarques au sujet de la digression
sur Nic. Flamel, et l'envie de justifier une opinion hasardée
qu'il a pris le parti de ne pas abandonner, ne lui
ont pas permis de se taire. De plus, des personnes
avantageusement connues dans la République des Lettres
et pour qui toute vérité est précieuse, lui ont marqué
un désir ardent de connaître à fond un homme aussi
renommé que Flamel. Il a été excité encore par la communication
d'un article qui le regarde, dans une nouvelle
édition que l'on prépare d'une description de
Paris, où l'on adopte et l'on donne comme vraisemblable
votre opinion qui est aussi la mienne; tous ces motifs
détaillés dans un Avant-propos lui ont fait entreprendre
une Histoire critique de Flamel, et il se flatte
d'avoir porté jusqu'à la démonstration tout ce qu'il a
annoncé.

@

224 LETTRE DE DOM PERNETY --------------------------------------------------------

Un écrivain très versé dans cette matière va publier incessamment une réfutation du nouveau livre de
M. l'abbé V***, parce que, dit-il, toute vérité lui est
précieuse et qu'il ne peut voir de sang-froid que M. l'abbé
V*** se flatte d'avoir de meilleurs yeux que tous les
gens avantageusement connus dans la République des
lettres depuis près de trois siècles.
Je laisse à cette personne le soin de désabuser M. l'abbé V*** et je me contente de lui proposer
quelques problèmes à résoudre et de lui présenter quelques
réflexions que ses ouvrages ont fait naître.
Quand on avoue qu'on ignore absolument une science, doit-on s'ingérer d'en raisonner, de juger de ce qui peut
y avoir quelque rapport, et de contredire ceux qui sont
unanimement regardés comme maîtres en ce genre?
M. l'abbé V*** sait-il ce que c'est qu'un philosophe
hermétique, la conduite qu'il doit tenir pour sa tranquillité,
la manière dont il se comporte dans la distribution
de ses bienfaits, etc.?
Ignore-t-il l'essence et le caractère distinctif des emblèmes, qui consistent à cacher sous l'apparence d'objets
connus, des choses qui ne sont aperçues que par
des yeux plus clairvoyants que ceux du commun?
N'y a-t-il pas au moins de la témérité à traiter de
@

LETTRE DE DOM PERNETY 225 --------------------------------------------------------

fable pure ce que des Savants dans tous les genres, des
gens très sensés, ont cru pouvoir regarder comme des
réalités?
Peut-on raisonnablement s'imaginer qu'un philosophe hermétique doive s'afficher tel? et M. l'abbé V*** a-t-il
pensé trouver Flamel philosophe dans les contrats de
rentes, les quittances, etc., de Flamel homme privé?
Fallait-il employer plus de 400 pages pour nous accabler du détail minutieux de ces rentes, de ces quittances,
etc., de Flamel se conduisant comme bourgeois bon
chrétien? M. l'abbé V*** pour se convaincre que Flamel
mérite le nom de Philosophe voudrait-il que dans
les contrats qu'il a faits, dans les quittances qu'il a reçues
ou données, il eût signé, Nicolas Flamel, Philosophe
Hermétique?
A-t-il cru de bonne foi qu'en secouant la poussière dont il s'est couvert, en feuilletant les vieux parchemins
des archives de saint Jacques de la Boucherie, il persuaderait
aux savants qu'ils sont aveugles; qu'ils doivent
le prendre pour guide, que Flamel n'a jamais su le
secret de la science hermétique, ni même travaillé à s'en
instruire, ni écrit sur cette science, parce qu'il n'a
trouvé dans son coffre de six pieds de long, ni poudre
de projection, ni lingots d'or, ni les ouvrages manuscrits

@

226 LETTRE DE DOM PERNETY --------------------------------------------------------

de Flamel? Pense-t-il que sur de telles preuves sa
décision sera sans appel; que Flamel sera dépouillé
pour toujours du titre de philosophe et dégradé de la
classe des savants dans ce genre?
Il ne me reste que quelques réflexions à présenter à M. l'abbé V... sur la manière dont il s'exprime au sujet
du manuscrit de Flamel que vous avez cité dans votre
lettre du mois de novembre 1758. « On trouve, dit-il,
« ce langage presque paternel dans un autre traité de
« l'oeuvre hermétique, que dom Pernety, bénédictin,
« prétend avoir été écrit en 1414. Ce révérend père
« qui a fourni quelques mémoires littéraires à l'occasion
« de ce que j'ai dit de Flamel dans l'essai, assure avoir
« vu ce traité manuscrit, qui est, dit-il, de l'écriture du
« temps. Cela peut être. Il dit encore que le manuscrit
« est écrit de la propre main de Flamel, comme ajoute-
« t-il, le manuscrit le porte. Cela peut être encore. Un
« écrivain copiait alors des livres, c'était sa profession;
« il pouvait y mettre son nom pour se faire connaître.
« Flamel, écrivain et libraire juré de l'Université peut
« par cette raison, avoir mis son nom au manuscrit qui
« est un psautier; mais qu'il ait composé le traité allégorique
« que dom Pernety, dit être sur les marges,
« c'est ce me semble ce qu'on ne peut admettre. » Voici

@

LETTRE DE DOM PERNETY 227 --------------------------------------------------------

la preuve qu'en apporte notre savant critique: « Je
« trouve qu'en 1414 Flamel fit crier et subhaster une
« maison rue du cimetière Saint-Nicolas... Il acheta
« encore plusieurs rentes qu'il serait trop long de détailler.
« La seule année 1414 nous fournit de sa part huit
« actes, reste de beaucoup d'autres qui ne sont point
« parvenus jusqu'à nous. » Donc il n'a pas composé ce
traité. Autre preuve, ce traité est allégorique, donc il
n'est pas de Flamel. Troisième preuve: « J'observerai
« encore que dans le peu que contient l'extrait donné
« par l'auteur de l'Année littéraire, on ne trouve pas à
« la vérité des preuves de fausseté aussi évidentes que
« dans l'explication des figures du charnier, mais il est
« aisé d'y remarquer que ces deux auteurs sont également
« peu au fait de la véritable histoire de Flamel.
« Ils rapportent sérieusement l'un et l'autre ces expressions
« de notre écrivain: Après la mort de ma fidèle
« compagne Perrenelle, y me prend fantaisie et liesse,
« en me recordant d'icelle, écrire en grâce de toi. Il y
« avait au moins 17 ans que Perenelle était morte.
« Après une si longue viduité on ne s'exprime pas
« comme on fait parler ici notre écrivain. » Flamel n'avait
pas oublié une femme qu'il avait tendrement aimée,
au souvenir qu'il en avait, son coeur tressaillait encore

@

228 LETTRE DE DOM PERNETY --------------------------------------------------------

du sentiment affectueux qu'il avait pour elle. M. l'abbé
V... ne trouve pas les mêmes dispositions dans le sien,
donc Flamel n'est pas l'auteur du manuscrit! Peut-on
se refuser à la solidité de ces preuves? et ne faudrait-il
pas être de bien mauvaise humeur pour vouloir enlever
à notre historien critique la douce satisfaction de pouvoir
se flatter qu'il a poussé jusqu'à la démonstration
tout ce qu'il a avancé sur le compte de Flamel?
Je ne démentirai pas M. l'abbé V*** quand il dit que j'assure avoir vu le Manuscrit, qu'il est de l'écriture du
temps et je ne veux pas lui chercher chicane sur ses
deux façons de s'exprimer: cela peut être. Tout me
prouve qu'il n'y a pas entendu malice. S'il se connaît aux
écritures de ce temps-là, pourquoi n'a-t-il pas fait la
moindre démarche pour s'éclaircir du fait? Il lui eut été
si aisé de s'en convaincre! Mais il avait apparemment
ses raisons. L'idée flatteuse d'un livre qu'on se propose
de mettre au jour est un attrait bien puissant. Un tel
éclaircissement l'aurait fait renoncer à son travail, et
M. l'abbé V*** voulait étaler aux yeux du public cette
fine logique, ces raisonnements conséquents dont nous
venons de présenter une esquisse.
Le Manuscrit est écrit de la propre main de Flamel, comme le même manuscrit le porte. Cela peut être

@

LETTRE DE DOM PERNETY 229 --------------------------------------------------------

encore, ajoute M. l'abbé V***, vous serez surpris, Monsieur,
de la vivacité de son imagination, de la subtilité de
son génie, de la solidité de ses raisons dans la tournure
de sa critique. « Un écrivain copiait alors des livres,
dit-il, c'était sa profession, il pouvait y mettre son nom
pour se faire connaître. M. l'abbé V*** pour s'épargner
un si pitoyable raisonnement n'avait qu'à faire la plus
petite attention à l'extrait du Manuscrit que vous avez
inséré dans vos Feuilles, le lecteur pourra en juger, le
voici.
« Je, Nicolas Flamel, écrivain de Paris, cette présente année MCCCCXIIII, du règne de notre Prince bénin
Charles VI, lequel Dieu veuille bénir, et après la mort
de ma fidèle compagne Perenelle, il me prend fantaisie et
liesse, en me recordant d'icelle, écrire en grâce de toi,
cher neveu, toute la maîtrise du secret de la poudre
de projection ou teinture philosophale, que Dieu a pris
vouloir de départir à son moult chétif serviteur, et que ai
repéré et comme repéreras, en ouvrant comme te dirai...
Donc ai écrit ce dit livre de ma propre main, et que
avais destiné à l'Eglise Saint-Jacques, étant de la dite
Paroisse. Mais après que j'eus recouvré le livre du Juif
Abraham, ne me prit plus vouloir de le vendre pour
argent, et j'ai icelui gardé moult avec cure, pour en lui

@

230 LETTRE DE DOM PERNETY --------------------------------------------------------

écrire le secret d'Alchimie en lettres et caractères fantaisies,
dont te baille la clef, et n'oublie mie d'avoir de
moi souvenance quand serai dans le suaire; et remémores
donc que t'ai fait tels documents, c'est-à-savoir
afin que te fasse grand maître en Alchimie... En avant
de dire un mot sur la pratique d'ouvrer, j'ai vouloir de te
conduire par théorique à connaître ce qu'est à savoir,
science muante corps métalliques en perfection d'or et
d'argent, produisant santé aux corps humains, et muant
viles pierres et cailloux en fines, sincères et précieuses,
etc. »
A la fin du Manuscrit on lit ceci « Donc as le trésor de toute la félicité mondaine que moi, pauvre ruril de
Pontoise, ai fait et maîtrisé par trois reprises à Paris
en ma maison rue des Ecrivains, tout proche de la Chapelle
Saint-Jacques la Boucherie et que moi, Nicolas
Flamel, te baille pour l'amour qu'ai toi en l'honneur de
Dieu... Avises donc cher neveu, de faire comme ai
fait; c'est-à-savoir de soulager les pauvres nos frères
en Dieu, à décorer le Temple de notre rédempteur,
faire issir des prisons maints captifs détenus pour argent
et par le bon et loyal usage qu'en feras, te conduiras au
chemin de gloire et de salut éternel, que je Nicolas Flamel,
te souhaite au nom du Père éternel, Fils Rédempteur

@

LETTRE DE DOM PERNETY 231 --------------------------------------------------------

et Saint-Esprit illuminateur, sainte, sacrée et
adorable Trinité et Unité. Amen. » Je laisse au lecteur
à juger si M. l'abbé V*** a eu raison de ne regarder
Flamel que comme copiste de ce manuscrit dans lequel
il parle toujours comme auteur.
Quant à la glose de M. l'abbé V*** sur le présent que Flamel fait de ce Manuscrit à son neveu, elle ne mérite
pas d'être relevée. Il lui présente, dit notre historien,
un ouvrage scellé dont il garde la clef, etc. Cette fausseté
se manifeste par l'extrait ci-dessus. Et si ce traité
est allégorique, il est dans le goût de tous les autres
composés sur cette science, sage précaution de la part
de leurs auteurs, pour voiler aux yeux du public et des
avares surtout un secret dont la publicité troublerait
l'harmonie de la société. Flamel avait levé ce voile de
dessus les yeux de son neveu, puisqu'il dit dans le
même manuscrit: fais et opère comme tu m'as vu
faire.
J'abandonne le reste de l'ouvrage de M. l'abbé V*** à la personne qui se propose de le relever méthodiquement
et qui a eu la patience de le lire en entier.

J'ai l'honneur d'être, etc.
DOM PERNETY.
@

232 LETTRE DE L'ABBE VILLAIN --------------------------------------------------------


Lettre à M*** sur celle que Pernety, R. Bénédictin
de la congrégation de S. Maur, a fait insérer dans une des feuilles de M. Fréron de cette année 1762, contre l'histoire critique de N. Flamel et de Pernelle sa femme.
---------
Cette lettre de l'abbé Villain, écrite en réponse à la précédente, est très rare; M. Stanislas de Guaïta, qui
en possède un exemplaire a bien voulu nous la communiquer
pour en faire l'analyse. Nous ne l'avons pas
donnée en entier, parce qu'elle est longue et ennuyeuse
au possible, nous nous contenterons d'en examiner les
passages saillants.
Villain trouve d'abord que le ton de la lettre de Pernety n'est pas convenable pour un disciple de saint Benoît.
Il prétend ensuite, à tort, que l'extrait du psautier

@

LETTRE DE L'ABBE VILLAIN 233 --------------------------------------------------------

chimique donné dans la lettre de Pernety est différent
de celui donné dans la lettre critique à propos de l'Essai
sur saint Jacques la Boucherie.
Villain insinue que le psautier chimique n'existe pas bien que Pernety l'aie tenu à sa disposition pour le consulter.
Et à ce propos il s'efforce de conclure que Pernety
a tort parce qu'il le prend de haut. Voici cet
axiome de Villain « Il fait trop de bruit pour un homme
assuré du fait. Quand on a pour soi la vérité on se
défend modestement... » C'est superbe!
Et même en supposant que le Psautier existe, il affirme a priori que ce traité doit être de la main d'un faussaire.
Des preuves, il n'en donne pas, naturellement.
Il doute fort que Flamel n'ait fait l'oeuvre que trois fois,
il émet des pensées de cette force. « D'un autre côté
cet écrivain aurait-il réussi dans l'opération chimique,
par laquelle des personnes sensées et très au fait
prétendent qu'on pourrait parvenir à faire de l'or? Eh!
loin de s'enrichir, l'or que Flamel aurait retiré de cette
opération, lui eut été à charge, il lui serait revenu à un
prix excessif. » C'est drôle et pas français.
Le bon Villain est navré des pointes que Flamel a lancées contre lui, il se sent ridicule, il l'avoue naïvement:
« Mais pour parler sérieusement et abréger,

@

234 LETTRE DE L'ABBE VILLAIN --------------------------------------------------------

rien de plus déplacé que cette piquante ironie, et avec
de telles armes quand il en prendra le goût au révérend
Père, il pourra rendre la risée du public, tel écrivain
qu'il voudra. »
Après quelques pages de verbiage creux, l'abbé Villain nous glisse dans le tuyau de l'oreille que l'Hermétisme
est peut-être bien une science diabolique et qu'en
tout cas le démon s'en sert pour perdre les hommes.
Attrape, pauvre Pernety! Le procédé est assez jésuitique
et nul doute que si l'abbé Villain avait pu, il aurait
envoyé Pernety au bûcher. S'ensuit une histoire renouvelée
du père Kircher, dans laquelle un jeune homme a
été trompé par un diable déguisé en philosophe hermétique.
Ceci est plus grave, est-ce que Pernety ne serait pas un diable déguisé? Sur ce, le bon Villain fait de l'esprit,
s'il avait un ami de l'ordre de Saint-Benoit qui s'occupât
d'alchimie, voici la recette qu'il lui donnerait pour se
guérir de ce travers: « Recipe, une petite dose bien
infusée des épines dans lesquelles s'est roulé le Saint-
Patriarche ». Quand le bon abbé se mêle de faire de
l'esprit il est terrible en vérité.
Puis il fait en peu de mots l'histoire hermétique de Flamel telle que la désirait Pernety, puis il refait cette

@

LETTRE DE L'ABBE VILLAIN 235 --------------------------------------------------------

histoire en regardant Flamel comme simple bourgeois.
Le reste ne vaut pas la peine d'être lu, ce sont de petites
et mesquines raisons et ce serait vraiment n'avoir aucune
pitié du lecteur que de les reprendre une à une
pour les combattre.
La lettre de Villain est datée du 27 août 1762.
-------------
@

TABLE DES MATIERES. -------

Pages
PREFACE................................................ vii
PREMIEE PARTIE. -- Histoire de Nicolas Flamel.
Chapitre I. -- Naissance de Flamel à Pontoise. -- Ses
parents. -- Il vient s'établir à Paris. -- Son mariage avec
Pernelle. -- Condition de Flamel. -- La petite école. --
La corporation des écrivains se transporte aux environs
de Saint-Jacques. -- Vie privée des deux époux.-- Iconographie
de Flamel................................... 1
Chapitre II. -- Songe de Flamel. -- Achat du livre d'Abraham
Juif. -- Description de ce livre. -- Flamel commence
à s'occuper d'alchimie. -- Les conseils de maître
Anseaulme. -- Flamel se décide à faire le pèlerinage de
Saint-Jacques de Compostelle........................ 12
Chapitre III. -- Pèlerinage de Flamel à Saint-Jacques de
Compostelle. -- Légende de Saint-Jacques. -- Flamel
fait la connaissance de maître Canches. -- Retour en
France. -- Mort de Canches à Orléans. -- Travaux de
Flamel. -- Première et seconde transmutation. -- Prière
de Flamel........................................... 29
Chapitre IV. -- Flamel s'est-il occupé d'alchimie. -- Les
raisons de l'abbé Villain. -- Celles de Salmon. -- Nos
raisons. -- Le livre d'Abraham juif. -- Flamel a été un
alchimiste.......................................... 40
Chapitre V. -- Flamel reconstitue sa fortune. -- Don
mutuel. -- Edification d'une arcade au charnier des Innocents.
@

TABLE DES MATIERES 237 --------------------------------------------------------

-- Le petit portail de Saint-Jacques de la Boucherie.
-- La Croix d'or hermétique. -- Mort et testament
de Pernelle. -- Son mausolée........................ 47
Chapitre VI. -- Différends de Flamel avec la famille de sa
femme. -- Visite de Cramoisy. -- Edification du portail
de Sainte-Geneviève des Ardents. -- Achat de diverses
maisons. -- La maison hospitalière de la rue de Montmorency.
-- Edification d'une seconde arche aux Innocents.
-- Explications de ses sculptures. -- La chapelle
Saint-Gervais. -- Il travaille à ses traités hermétiques.
-- Mort de Flamel................................... 63
Chapitre VII. -- Pierre tumulaire de Flamel. -- Analyse du
testament de Flamel. -- Opinions de divers auteurs, sur
la fortune de Flamel. -- L abbé Villain et Pernety. --
Naudé. -- La Croix du Maine, -- Hoeffer -- Le roman
de l'abbé de Villars. -- Figuier. -- Chevreul. -- J. B.
Dumas. -- Notre opinion............................. 82
Chapitre VIII. -- La légende de Flamel. -- Histoire de
Paul Lucas. -- Flamel n'est pas mort. -- Ses apparitions
au XVIIIe et au XIXe siècle. -- Histoire de Dubois, le dernier
descendant de Flamel. -- Disparition des diverses
fondations de Flamel. -- Destruction de Saint-Jacques
la Boucherie. -- Les fouilles dans la maison de la rue
des Ecrivains. -- Le père Pacifique................. 101
Chapitre IX. -- Le livre d'Abraham juif. -- Explication de
ses figures. -- Le livre des Lavûres. -- Description,
citations. -- Le livre des figures hiéroglyphiques. -- Son
authenticité. -- Le sommaire philosophique. -- Le Désir
@

238 TABLE DES MATIERES --------------------------------------------------------

désiré. -- Le Psautier chimique. -- Traités apocryphes. 121
Chronologie de la Vie de Flamel........................ 146
Index des sources bibliographiques..................... 148
DEUXIEME PARTIE. -- Textes.
Le livre des figures hiéroglyphiques de Nicolas Flamel.. 157
AVANT-PROPOS........................................... 160
Chapitre I. -- Des interprétations théologiques, qu'on peut
donner à ces hiéroglyphiques selon le sens de moi auteur. 178
Chapitre II. -- Les interprétations philosophiques selon le
Magistère d'Hermès.................................. 183
Chapitre III. -- Les deux dragons de couleur flavâtre,
bleue et noire comme le champ....................... 189
Chapitre IV. -- De l'homme et femme vêtus de robe
orangée, sur un champ azuré et bleu, et de leurs rouleaux
............................................... 197$
Chapitre V. -- La figure d'un homme semblable à celle de
Saint-Paul, vêtu d'une robe blanche citrine bordée
d'or, tenant un glaive nu, ayant à ses pieds un homme à
genoux, vêtu d'une robe orangée, blanche noire, tenant
un rouleau.......................................... 203
Chapitre VI. -- Sur un champ vert, trois ressuscitants, deux
hommes et une femme entièrement blancs, deux anges
au-dessus, et sur les anges la figure du Sauveur venant
juger le monde, vêtu d'une robe parfaitement citrine
blanche............................................. 209
Chapitre VII. -- Sur un champ violet et bleu, deux anges
de couleur orangée et leurs rouleaux................ 212
@

TABLE DES MATIERES 239 --------------------------------------------------------

Chapitre VIII. -- La figure d'un homme semblable à Saint-
Pierre, vêtu d'une robe citrine rouge tenant une clef
en la main droite et mettant la gauche sur une femme
vêtue d'une robe orangée, qui est à ses pieds, à
genoux, tenant un rouleau........................... 217
Chapitre IX. -- Sur un champ violet obscur, un homme
rouge purpurin, tenant le pied d'un Lion rouge de Laque,
qui a des ailes, et semble ravir et emporter
l'homme............................................. 220
Lettre de Dom Pernety sur une histoire critique de Nicolas
Flamel.......................................... 222
Lettre de l'abbé Villain en réponse à la précédente.... 232
@
@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfsseite Rückkehr. Flag (H)jælp side Tilbage. Bandiera Guida Torno.