Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.

@

Page

Réfer. : AL1707B
Auteur : Albert Poisson.
Titre : L'Initiation Alchimique.
S/titre : Treize lettres inédites sur la pratique du
Grand Oeuvre, avec préface du Dr Marc Haven.
Editeur : Editions de l'Initiation. Paris.
Date éd. : 1900 .


@

pict ALBERT POISSON
@

ALBERT POISSON
-------
L'I n i t i a t i o n A l c h i m i q u e TREIZE LETTRES INEDITES SUR LA
PRATIQUE DU GRAND OEUVRE AVEC
PREFACE DU Dr MARC HAVEN
ET UN PORTRAIT D'ALBERT POISSON
---------
1900
@
@



A L B E R T P O I S S O N -------
Le souvenir de notre ami Poisson est si vivant encore parmi nous, il nous semble si probable que demain
nous le verrons arriver de son pas calme, enveloppé
dans sa pèlerine bleue, si évident qu'une bonne
causerie sérieuse, instructive, va demain nous réunir
encore, que nous éprouvons une sorte de stupeur à
écrire sa biographie, à publier des lettres de lui, à
nous persuader qu'il n'est plus, qu'il faut en parler
au passé. Au reste, notre conviction absolue est que
son esprit, vivant en ceux qui l'aimèrent, demeure
présent et actif dans toutes les manifestations de
haute science où sa personnalité se fût affirmée s'il
avait vécu plus longtemps.
Sa mort fut foudroyante: le samedi soir, il travaillait encore, fouillant les vieux manuscrits de la Nationale;
le dimanche l'emporta. Mais cette brutalité
de la mort ne fut qu'apparente: s'il était la veille
debout à son poste de travail, c'était grâce à son admirable
énergie. De semaine en semaine, depuis un an,

@

- 6 -
la maladie qui le brûlait se faisait plus intense et
chaque jour la route lui était plus pénible pour se
traîner de la rue Saint-Denis à l'Arsenal ou à la Nationale.
Il arrivait fiévreux, aphone, suffoquant,
ébranlé de quintes de toux incessantes; mais sa volonté
le maintenait à la table de travail, sans faiblesse,
tout le temps qu'il avait décrété d'y rester.
Voilà de plus hauts enseignements de sagesse que les plus belles pages de ses livres même: car le livre
n'est rien et l'acte est tout. Poisson sacrifiait à douze
ans ses économies à l'achat de vieux livres d'alchimie;
à dix-huit ans il sacrifiait une carrière facile où
les protections ne lui eussent pas manqué, à la poursuite
de la pierre, à la vie pénible et rebutée du chasseur
d'impossible; à vingt-quatre ans il sacrifiait les
derniers souffles de sa vie à perfectionner l'oeuvre entreprise
et déjà si largement ébauchée, à donner
l'exemple de l'abnégation. Ceux qui ne reconnaîtront
pas là ses titres, grades et signature de Rose-Croix,
n'ont pas encore lu au grand livre des initiations.
Il serait inutile, fastidieux même pour la plupart de donner ici une biographie détaillée d'Albert Poisson:
qu'il ait vécu l'année 1880 à Toulouse ou à Paris,
qu'il soit entré au collège en mai ou en décembre,
cela importe peu. Ce qui frappera davantage ceux qui
s'intéressent à la vie de notre frère, ce sera de savoir
qu'à treize ans il veillait déjà près de son athanor
allumé et courait les quais, le dimanche, en quête de
vieux bouquins d'alchimie -- plus faciles à découvrir
alors qu'aujourd'hui -- qu'à des achats de cornues,
de vitriol et de charbon passaient ses quelques sous

@

- 7 -
d'écolier, et qu'il fondait déjà avec quelques amis, plus
curieux que sérieux, des sociétés hermétiques où sous
son contrôle et sous son énergique autocratie on travaillait
plus peut-être que dans bien d'autres sociétés
fondées par de plus âgés et de plus titrés qu'il n'était
alors. Plus tard, à l'âge où l'on cherche les divertissements,
la vie facile des cafés et des cercles, Poisson
passait ses journées au laboratoire de chimie de la Faculté
de médecine de Paris, ses soirées dans les bibliothèques
ou parmi ses frères (1), ses nuits, en grande
partie, auprès de ses fourneaux, allumés, au prix des
plus grandes peines dans sa vieille chambre de la rue
Saint-Denis. L'été, il montait peu à peu dans le midi
un laboratoire dont plusieurs photographies ont été
conservées et qui promettait d'être, si le temps le lui
eût permis, le lieu unique de ses travaux en même
temps qu'un modèle du laboratoire-oratoire alchimique.
C'est de cette époque que datent ses premiers


(1) Albert Poisson donna le concours de sa présence, de ses travaux, de ses lumières, à toutes les sociétés initiatiques, à tous
les groupes d'études où l'occultisme, les sciences psychiques, le
symbolisme et surtout l'hermétisme étaient accueillis, étudiés ou
enseignés, sans distinction d'école ou de secte, espérant y
trouver sinon la lumière, que chaque homme ne trouve qu'en
lui-même, du moins des amis et des frères. Peut-être voulait-
il aussi semer le bon grain dans tous ces milieux et y moissonner
ensuite des adeptes pour sa Société hermétique en laquelle
il avait beaucoup de confiance. En tous cas, Albert Poisson, à
l'inverse de tant d'autres, s'est toujours montré très respectueux
de tous les centres initiatiques, Martinisme, Rose-Croix, Franc-
Maçonnerie même -- et très fidèle à chacun d'eux. Il n'a jamais
affiché que deux réserves, mais celles-là formelles, dans
sa tolérante estime de tous les travailleurs, réserves relatives
d'une part au cléricalisme inquisiteur, d'autre part au judaïsme
envahisseur qu'il tenait à bonne distance pour les avoir trop
connus sans doute.

@

- 8 -
ouvrages. Il publia d'abord la Lettre sur les prodiges
de la nature et de l'art, de Roger Bacon, puis les Cinq
traités d'alchimie, les Théories et Symboles des alchimistes,
enfin, en dernier lieu, Nicolas Flamel et l'alchimie
au XIVe siècle, la traduction du Livre des feux
de Marcus Graecus, études sérieuses, où pas un mot
n'est mis à la légère et qui, toutes, révèlent la somme
énorme de connaissances chimiques, historiques et
hermétiques que Poisson, dès sa jeunesse, avait su
acquérir. De ce qu'un de ses ouvrages fut couronné
par l'Académie et présenté par le Pr Gautier à cette
illustre société, je ne veux pas conclure qu'il fut meilleur
qu'un autre; mais cet hommage rendu par l'alchimiste
à la science officielle en lui soumettant son
oeuvre est la marque d'un esprit où l'orgueil n'avait
pas pénétré et qui respectait la vérité et la science partout
où elles se manifestent.
L'idée dominante de ces oeuvres, ce qui en ressort pour tout lecteur attentif, c'est:
1° Que les grimoires réputés fantaisistes et mystificatoires des anciens alchimistes sont des livres sérieux,
compréhensibles, et dont le langage, pour être mystérieux
n'en est pas moins très précis au même titre
que les hexagones de Kekule et les équations chimiques
dont un ignorant pourrait rire comme d'incompréhensibles
mystifications;
2° Que dans ces symboles déchiffrés et traduits -- hiéroglyphes d'un temps plus moderne -- en langage
scientifique du jour, des notions vraies sur la matière,
sur sa vie, sur son évolution, des lumières inattendues
sur l'harmonie des sphères d'en haut avec

@

- 9 -
les atomes d'en-bas, une philosophie scientifique
universelle apparaissent, toutes notions que la science
avait délaissées, qu'elle ignore, et qui cependant doivent
servir de base à son progrès, à un nouvel essor
de découvertes.
Ce courageux défrichement de terres réputées impénétrables, arides, et même quelque peu hantées de
démons redoutables au cerveau humain, ce fut l'oeuvre
d'Albert Poisson, et devant son oeuvre tous les chimistes,
tous les occultistes se sont inclinés; nul n'a
contredit à son travail tant on y sentait de force, de
vérité, de sincérité.
Il voulait ajouter à ces premiers ouvrages de nombreuses pages encore: il avait dressé le plan d'une
encyclopédie alchimique, histoire, pratique, théorie et
bibliographie. Mais la mort le guettait: il alla, plein
de santé, faire à Sens une année de service militaire,
où le surmenage stérile de la caserne le coucha,
typhique, dans un lit d'hôpital. Il ne se releva que
pour retomber, les poumons atteints. Sans espoir de
guérison, le sachant, il prit son sort en sage, et ne
s'arrêta dans son labeur sans trêve que la veille de sa
mort.
Nous avons publié quelques lettres adressées à M. R... par Albert Poisson et qui figurent dans ses
notes parmi sa correspondance alchimique avec
différents hermétistes de France ou de l'étranger. Ces
lettres seront précieuses aux débutants, elles contiennent
beaucoup de renseignements pratiques et signalent
bien des écueils à éviter. Nous espérons pouvoir
continuer cette publication et donner ainsi au

@

- 10 -
public, peu à peu, et sans retouche, les derniers manuscrits
qu'Albert Poisson a laissés inachevés, en
nous quittant. Puissent ces pages lui susciter des disciples,
des amis de plus, et, si le Ciel le veut, un successeur.

Dr MARC HAVEN.
pict
@



L'Initiation Alchimique (1)
CORRESPONDANCE INEDITE
D'Alb. Poisson au F:: RBT de St-Dizier, alchimiste
-------
Sens, 4 avril 1892.
MON CHER MONSIEUR,
Mon ami et maître Papus me communique votre dernière lettre et me prie d'entrer en correspondance
avec vous, j'ai saisi avec empressement l'occasion; les
alchimistes sont rares aujourd'hui, on les peut compter
ces courageux chercheurs qui, à la face de la
science moderne, étudient au risque de passer pour
illuminés la vieille alchimie.
Permettez-moi tout d'abord de me présenter à vous. Albert Poisson, étudiant en médecine, chimiste, qui,


(1) On a voulu, dans un but commercial faire jouer un rôle bizarre à notre ami feu Alb. Poisson (Philophote) dans je ne
sais quelles petites loges où il était entré sur notre demande.
Nous chargeons Poisson de répondre lui-même à ces obscurs
et anonymes calomniateurs en publiant la correspondance
suivante. Les manuscrits inédits de Poisson, qui sont en la possession
d'un de nos F** dévoués, paraîtront quand il sera
nécessaire. Ces lettres suffisent pour remettre les calomniateurs
à leur vraie place.
PAPUS.
@

- 12 -
sous le nom de Philophote, écrit dans l'Initiation et
s'occupe d'alchimie. Voilà ce qui m'a charmé dans
votre lettre, c'est que vous avez parfaitement vu de
quel côté il faut chercher pour le grand oeuvre, c'est
le côté que les adeptes ont le plus cherché à celer
dans leurs ouvrages; aussi ai-je très peu insisté sur ce
point dans mon ouvrage des Théories et Symboles.
La matière, en somme, peut varier et tous les alchimistes n'ont pas travaillé sur la même; mais ce qui
ne varie pas, c'est la force à l'aide de laquelle on met
en oeuvre la matière. Ceux qui en ont parlé en ont
dit très peu de chose, et encore ont-ils couvert ce peu
d'allégories, de symboles; la plupart n'en soufflent mot,
et laissent les souffleurs s'empêtrer dans les degrés
du feu de lampe, du feu solaire, du fumier de cheval,
etc.
Cette force que Paracelse nomme archée, les cabalistes la nomment, avec Eliphas Lévy, feu astral, grand
serpent. On peut la retirer de l'atmosphère astrale où
errent des germes vitaux, embryons manqués, larves,
lémures, élémentaux.
Voici un passage tiré de l'introduction à la philosophie des anciens qui approuve entièrement ce que
je viens d'avancer.
C'est dans l'air que se forment les esprits vitaux des animaux qui se forment de sa plus pure substance
la plus approchante de la lumière,
Car la lumière, qui est le moteur général de toutes choses venant à communiquer sa vertu mouvante à
ce qui approche le plus d'elle, qui est l'air le plus pur,
cet air porte ses qualités favorables, comme du centre

@

- 13 -
à la circonférence par degrés différents aux végétaux,
aux animaux et aux minéraux produits et à produire.
C'est pour cela que beaucoup d'alchimistes travaillaient sur la soie, espérant en elle trouver de l'astral
condensé, et ils n'avaient pas tort; mais, comme vous
le savez, la meilleure que l'on puisse recueillir est
celle du 21 mars, commencement de l'année hermétique.
Maintenant, pour ce qui est de projeter sa lumière astrale, on n'y arrive que par entraînement et par de
longs travaux. Je vous les enseignerai si vous le désirez,
j'ai moi-même commencé, mais c'est fort long, et c'est
à peine si je pourrai, véritable Athanor, être prêt
pour le 21 mars prochain.
J'espère que nous allons entrer en correspondance suivie, nous sommes si peu d'alchimistes qu'il nous
faut nous sentir les coudes et marcher en bataillons
serrés vers la lumière.
Cher confrère en Hermès, je vous serre cordialement la main.
A. POISSON S:: I:: ---------
Sens, 22 avril 1892.
CHER MONSIEUR ET FRERE,
Votre lettre m'a fait grand plaisir, je me mets entièrement à votre disposition pour tous les renseignements
dont vous auriez besoin et qu'il serait en mon
pouvoir de vous donner. L'alchimie est la branche

@

- 14 -
des sciences occultes que j'ai choisie pour m'y cantonner,
je connais bien des choses sur la question, mais
il me reste combien plus de choses à étudier! Jusqu'à
nouvel avis, il me semble que vous pourriez délaisser
complètement vos études ou lectures sur le spiritisme,
la magie et la kabbale, mais vous pourriez continuer
avec profit vos travaux sur le magnétisme animal et
les mener parallèlement à vos études hermétiques.
Vous demandez la voie qui mène à l'oeuvre, je ne suis pas un adepte pour prendre la parole avec l'autorité
d'un professeur, et du reste je le serais, que je ne
parlerais pas, je suis simplement un amant de la Vérité,
comme vous je recherche la science pour elle-
même, je suis un alchimiste, simplement, et non un
adepte. Aussi je vous parlerai en frère et jamais en
professeur; en unissant ce que nous savons chacun
de notre côté, nous arriverons plus facilement.
Je ne sais si vous avez entre les mains mon ouvrage: Théories et Symboles des Alchimistes (en vente à
la librairie du Merveilleux), mais vous remarquerez
que, dans la partie qui traite du Grand Oeuvre, je n'ai
livré que la partie matérielle, ne faisant qu'indiquer
vaguement la partie spirituelle sans laquelle on ne
peut rien faire. Eh bien, cette partie secrète ésotérique,
si vous le voulez bien, nous l'étudierons ensemble.
Quelle que soit la matière que l'on choisisse pour l'oeuvre, il faut animer cette matière. Voilà ce que je
sais. Maintenant la matière retient-elle cette vie ou
bien faut-il lui faire subir une préparation spéciale,
voilà ce que j'ignore. Mais comment arriver à projeter

@

- 15 -
son fluide astral? C'est là la question. Quelques personnes
ont la faculté inconsciente de le projeter et de
produire ainsi des phénomènes plus ou moins bizarres,
ce sont les médiums. Mais généralement cette faculté
n'existe pas chez le commun des mortels; cependant
on peut l'acquérir peu à peu par entraînement; les
fakirs dans l'Inde, les marabouts en Orient musulman
y arrivent par la prière et le jeune. La méthode que
je vous propose est plus longue: elle consiste d'abord
à développer la volonté; pour cela supprimer les habitudes
inutiles qui font de vous leur esclave, exemple:
le tabac, l'usage des alcools en dehors des repas. Avez-
vous quelques défauts, luttez jusqu'à ce que vous ayez
obtenu la victoire: en un mot, je vous demande contre
vous-même une lutte de tous les instants; il faut
que votre âme, votre volonté, arrive à dominer
complètement votre corps, à en faire un instrument
docile. Dans une prochaine lettre, si cela vous intéresse,
nous continuerons cet entretien.
Cher frère, je vous serre la main en attendant votre prochaine lettre.
A. POISSON S:: I::
---------
Sens, le 11 mai 1892.
MON CHER MONSIEUR,
J'attendais votre lettre depuis quelques jours; ne recevant pas de réponse, j'étais inquiet, lorsque dimanche
dernier Papus, que j'ai vu à Paris, m'a expliqué

@

- 16 -
pourquoi vous ne m'aviez pas répondu. J'ai donc
patienté. Votre dernière lettre m'a bien fait plaisir, je vois
qu'à part quelques points de détail vous faites des
études excellentes très orthodoxes, et qui vous conduiront
certainement à un résultat.
Le magnétisme vous servira en effet à vous habituer à la manipulation des fluides, et lorsque vous
serez un bon magnétiseur, vous vous fortifierez alors
dans la magie cérémonielle.
C'est alors que, sachant reconnaître, condenser, diriger les fluides vitaux de l'homme (fluide astral), les
fluides encore peu connus qui circulent dans l'atmosphère
qui nous entoure, c'est alors que vous posséderez
le secret des philosophes, c'est alors que vous
pourrez préparer le et le des philosophes, qui ne
sont pas morts, et qui renferment en eux la vie. Mais,
avant de venir là, que de déboires, que d'expériences
déçues! Vous aurez, mon frère, à lutter contre la vie,
contre vos parents, contre l'inertie de la matière, contre
vous-même, et aussi contre les peuples invisibles de
l'Astral qui cherchent à défendre leurs secrets trésors
contre les adeptes. Que l'amour de la sainte Science vous
soutienne, songez aux grands exemples que vous ont
laissés les N. Flamel, les Lulle, les Philalèthe, songez
enfin que vous n'êtes pas seul et qu'il existe encore
par le monde des fils d'Hermès qui souffrent les
mêmes peines que vous et vous pouvez me compter
dans ce nombre. Une seule chose m'est favorable,
une facilité très grande pour l'étude de ces sciences.
Ce que vous me dites de vos prières chantées est très bon, il faut vous habituer à composer vos prières,

@

- 17 -
vous-même, au besoin à les improviser, à les mélanger
à des méditations d'un quart d'heure, sur un texte
mystique ou cabalistique à votre choix. La prière est
indispensable à l'alchimiste; n'oublions pas qu'une des
devises favorites des adeptes du moyen âge était celle-
ci: « Lis, lis, lis et relis, travaille, prie, et tu trouveras. »
Il faut dans la prière s'isoler le plus possible du monde extérieur, au besoin se boucher les oreilles et
fermer les yeux. On rentre complètement en soi-
même. Je vous conseillerais aussi de vous tourner vers
l'Orient en priant. Par la prière, le travail magique et
la lecture des philosophes vous arriverez; par travail
magique j'entends l'étude du magnétisme dans le sens
indiqué au commencement de cette lettre. Gardez-
vous des évocations magiques, elles sont toujours
dangereuses et les êtres évoqués sont généralement
trompeurs. Vous me parlez de mon ouvrage: Théories
et Symboles, vous avez pu remarquer qu'il y a
une grande lacune, j'ai préféré me taire que d'exposer
entièrement l'hermétisme, j'en dis assez pour intéresser
vivement le curieux et l'attirer, pas assez pour le
mettre de suite sur la voie. Quels sont les autres ouvrages
d'alchimie que vous étudiez?
En attendant votre réponse, cher frère, je vous serre cordialement la main.
A. POISSON.
---------
@

- 18 -
Sens, 22 mai 1892.
MON CHER FRERE,

Je vous avais demandé quels étaient les volumes que vous possédiez afin de savoir les auteurs qui vous
guidaient. Le Traité de chimie hermétique est excellent
et c'est un des plus rares, mais il ne suffit pas,
tous les adeptes conseillent de lire le plus d'auteurs
possible, car ce que l'un cache, l'autre le révèle, et en
les complétant l'un par l'autre on peut arriver à la
vérité. Je vous conseillerais donc vivement de vous
procurer d'abord le livre de Figuier, l'Alchimie et les
Alchimistes.
Au point de vue hermétique, l'auteur est nul, mais son livre vous sera utile pour les citations qu'il contient
et pour l'histoire des transmutations célèbres qui
vous intéressera beaucoup. Je vous recommande aussi
1° Collesson, Idée parfaite de la philosophie hermétique;
2° Jean de la Fontaine, la Fontaine des amoureux
de science; 3° Pernety ou Dictionnaire mytho-
hermétique; 4° le Texte d'alchimie et le Songe vert.
N'apprenez pas l'hébreu, c'est inutile, bornez-vous pour le moment à l'alchimie et au magnétisme et
aussi à la prière pratiquée magiquement. Souvenez-
vous de cette magnifique devise alchimique: « Lis,
lis et relis, travaille, prie et tu trouveras. »
Je ne puis pour le moment essayer de projeter mon astral jusqu'à vous, la chose serait dangereuse. Je ne
sais si vous en êtes informé, mais je fais en ce moment
mon année de service militaire, et faire une telle

@

- 19 -
expérience dans une caserne, dans une chambrée
de vingt-quatre hommes serait trop dangereux pour
moi. Quand mon service sera fini, j'irai vous voir
un jour à Saint-Dizier, en novembre ou décembre, à
moins que vous ne veniez à cette époque à Paris.
Votre idée de magnétiser votre apprenti et d'en faire
un sujet est excellente; mais épargnez-vous pour le
moment, gardez votre fluide et ne le dispersez pas inutilement.
Les caractères que vous me donnez à la fin
de votre lettre ont beaucoup de ressemblance avec les
caractères magiques que l'on trouve dans les grimoires
et clavicules, je les examinerai à mon loisir et
je vous dirai ce que j'en pense.
Adieu, cher frère, je vous serre la main. A. POISSON.
---------
Sens, 17 juin 1892.
MON CHER FRERE,
J'ai le plaisir de vous apprendre que je vais avoir un peu plus de temps de disponible; ayant été placé
auprès du major pour le service de santé, je vais
pouvoir étudier ma médecine, aussi la chère alchimie,
auxquelles je ne pouvais auparavant consacrer que de
courts moments.
Retenez ce qui va suivre: c'est une lueur que j'ai aperçue et que je m'empresse de vous transmettre,
espérant qu'elle vous sera utile. Vous savez qu'une des
bases occultes est le ternaire. Or, il y a trois mondes: le

@

- 20 -
matériel, l'astral, le divin; le monde matériel correspond
à la matière, le monde astral au mouvement, le
monde divin à la force. Chaque monde présente à son
tour une division ternaire soit et pour le monde
matériel; dans le monde astral, nous aurons: les
mouvements, les formes et les élémentaires; dans le
monde divin ou des forces, les forces matérielles, les
forces psychiques et enfin le tétragramme divin
יהוה. On peut ranger ces neuf termes selon une spirale
qui nous peindra une autre loi, l'évolution; on
verra l'échelle des êtres depuis le terme le plus bas
matière solide jusqu'au terme le plus haut יהוה.

Monde matériel ¦ ¦ ¦ ¦ Monde des ¦ ¦ ¦ ¦ atomes ¦ ¦ ¦ ¦ Monde astral ¦ Mouvement ¦ Formes ¦ Elémentaires ¦ Monde des ¦ ¦ ¦ ¦ formes ¦ ¦ ¦ ¦ Monde divin ¦ Forces ¦ Forces ¦ ¦ Monde des ¦ matérielles ¦ psychiques ¦ יהוה ¦ principes
Il s'ensuit que tout ce qui existe dans un des mondes a son analogue dans le monde immédiatement supérieur.
Pour achever l'oeuvre, prenez donc une matière
triple et une dûment préparée; je vous donne tout cela
pour ce que ça vaut, comme une première inspiration
qui est susceptible d'être perfectionnée. Tirez-en ce
que vous pourrez, donnez-moi votre avis. A propos de
visite psychique, j'ai tenté une fois cette expérience,
et j'ai réussi à voir pendant quelques instants des gens
en train de se coucher, mais c'est là une expérience
fatigante et dangereuse, il ne faut pas croire que la connaissance
de l'hébreu et de la cabale suffira à vous

@

- 21 -
donner la clef du sanctuaire; bien des adeptes ne la
possédaient pas et ils n'en étaient pas moins en possession
de la pierre divine. Les oeuvres du Philalèthe
et de Flamel seules bien méditées suffiraient à mettre
sur la voie. Méfiez-vous des idées qui vous viennent,
ne les acceptez qu'après les avoir passées au crible,
elles sont souvent suggérées par des entités mauvaises
de l'astral, jalouses de voir les hommes se perfectionner
et arriver jusqu'au monde divin. Un bon préservatif
est la prière. Souvenez-vous de la magnifique
épigraphe du livre muet: Lis, lis et relis, prie et travaille,
tu trouveras.
Cher Frère, tout à vous en Hermès. A. POISSON.
---------
Sens, 11 juillet.
MON CHER FRERE,
Vous devez m'accuser d'oubli, voilà bientôt un mois que vous m'avez écrit et je ne vous avais pas
encore répondu. Ma nouvelle condition m'a beaucoup
occupé et j'avais pas mal de travail à faire pour divers
éditeurs, en sorte que j'ai eu bien peu de temps. Si
vous le voulez bien, nous nous écrirons régulièrement
vous du 25 au 30 de chaque mois, et moi du 10 au 15.
Il va sans dire que dans les circonstances extraordinaires
elles pourraient être plus nombreuses; mais en
attendant nous écrirons chacun régulièrement une
lettre par mois, nous la ferons aussi étendue qu'il nous
plaira. Au sujet de votre ternaire que vous m'envoyez

@

- 22 -
dans votre dernière lettre, je vous ferai simplement
remarquer ceci:

Vous le figurez ¦ Tandis qu'il doit être comme ainsi: ¦ cela: ¦ esprit ¦ âme (nerfs) ¦ âme ¦ esprit (sang) ¦ corps ¦ corps (squelette)
Vous voyez que cela fait une certaine différence. Vous me demandez l'explication de l'arcane 10: la
roue représente le monde, l'éternité, la lumière astrale,
elle représente l'évolution incessante et l'involution
continuelle de tous les êtres, animaux, végétaux
ou minéraux; les forces intelligentes montent au ciel
et derechef en descendent. Lisez le premier acte du
Faust de Goethe, à l'endroit où à l'aide de la clavicule
il voit les forces astrales circulant entre les astres, les
unes viennent du soleil, passent sur la terre et vont
dans la lune, d'où elles passeront dans le soleil;
d'autres suivent le chemin en sens inverse. Si nous
passons à l'explication alchimique, nous voyons que
l'homme qui monte est le mercure et celui qui descend
le soufre; en haut le sel, point d'équilibre, est figuré
par un sphinx. Dans le Tarot d'Oswald Wirth il y
a une erreur, le Sphinx est marqué , et le Diable
ou , c'est une faute, nous avons la trinité inséparable
du fixe et du volatil équilibré dans le .
Or, qui est-ce qui monte ici? L'homme-chien, donc

@

- 23 -
c'est . Qui est-ce qui descend? Le Diable, donc
c'est . Qui est en équilibre? Le Sphinx, donc c'est .
La roue a une autre signification que tout à l'heure,
elle se rapporte à ces mystérieux tours de roues sur
lesquels les alchimistes se taisaient tous. Or à vous,
mon frère, je le dirai. Un tour de roue comprend
deux opérations, et voilà tout, et ceci soit dit en
général; vous voyez donc désignés dans cet arcane les
principes généraux. Les opérations, le feu au bas de
la roue de serpent, c'est la matière hermaphrodite de
la pierre, le dragon vert et le lion rouge. Vous me demandez
qu'est la force centripète, c'est l'air que nous
respirons; l'oxygène de l'air se fixe sur les globules du
sang: voilà ce qui nourrit notre astral et le répare
incessamment. La force centrifuge, c'est, ainsi que vous
le dites, cette lueur que le colonel de Rochas voit
sortir des extrémités des doigts de ses sujets. Tenez-
vous-en donc à la pure cabale, à la magie orthodoxe,
à l'alchimie des adeptes. Pourquoi laisser vagabonder
votre imagination? Il est bien certain que vous vous
êtes construit des théories, que vous seul comprenez.
Vous me parlez de fluide sonique, fluide phosphorescent
aimanté, fluide métallo-ferrugineux. Qu'entendez-
vous par là? Moi, je n'ai jamais trouvé de ces termes
dans aucun traité d'alchimie ni de magie, pas même
dans Eliphas. O mon frère, étudiez le traité de Papus,
étudiez mon pauvre bouquin: Théories et Symboles,
relisez sans cesse et, quand vous les saurez presque par
coeur, alors cherchez par vous-même à construire des
théories, mais maintenant prenez garde. O mon cher
frère, serait-ce trop demander que de vous prier de

@

- 24 -
m'envoyer votre photographie afin de vous voir près
de moi?
Tout à vous, A. POISSON.
---------
26 décembre.
MON CHER FRERE,
Votre lettre m'a fait un grand plaisir, vous vous êtes enfin orienté, vous voyez maintenant la triple
voie, alors qu'auparavant vous n'en connaissiez
qu'une. Je suis heureux d'avoir pu vous diriger en ce
sens, maintenant il vous reste à choisir votre route,
la matérielle qui aboutit à la transmutation des métaux,
la spirituelle qui donne l'élixir de longue vie et la
puissance magique, la divine qui mène par l'extase à
la contemplation directe du Très-Haut. Choisissez
une branche, et soyez persuadé que, lorsque vous
en aurez approfondi une, les deux autres vous seront
connues grâce à l'analogie. Sachez, ô mon frère, qu'il
y a deux espèces principales de feu, le feu spirituel
qui est la vie, le pneuma, le respir astral, et le feu ordinaire
qui brûle. La matière doit être avant toute
chose, avant d'avoir à subir les atteintes du feu ordinaire,
la matière, dis-je, doit être animée par l'archée.
Et alors la matière est vivifiée, alors seulement on
peut l'enfermer dans un matras et chauffer au feu ordinaire
mais très légèrement pour commencer. Je ne
pourrais guère aller vous voir maintenant, le médecin

@

- 25 -
m'a recommandé les plus grandes précautions
jusqu'au printemps; aussi voilà mon voyage reculé.
Pour la société hermétique j'y pense sans cesse, au printemps
elle verra le jour. Je fais en ce moment une étude
sur l'alchimie au XIXe siècle; voulez-vous que votre
biographie s'y trouve, soit sous votre vrai nom, soit sous
un pseudonyme. Si oui, je vous demanderais de m'envoyer
la date et le lieu de votre naissance, puis comment
vous avez été amené à vous occuper d'alchimie
et en quelle année, avec les détails accessoires que vous
jugerez à propos de donner. Songez que les sympathies
collectives des lecteurs à votre endroit repousseront
les haines qui vous poursuivent et vous seront
comme un bouclier fluidique.
Adieu, cher frère, je vous serre amicalement la droite en attendant impatiemment votre réponse.
A. POISSON.
---------
27 janvier 1893.
MON CHER FRERE,
Aristée donne, il est vrai, une méthode différente du Liber mutus pour recueillir l'astral, mais au fond le
résultat est le même. Remarquez que, s'il dévoile ce
dont peu d'alchimistes parlent, car c'est un grand secret,
par contre il ne dit rien du et de la qui
doivent être travaillés, puis mêlés. C'est qu'aucun alchimiste
n'a jamais dévoilé complètement la préparation
de la matière, et que lui, Aristée, ayant parlé d'un

@

- 26 -
point très important, s'est dispensé de décrire la préparation
du et de la sur laquelle tous les autres
adeptes se sont suffisamment étendus. Donc la vérité
alchimique reste une. Voici maintenant le résumé
très exact du commencement de l'Hermès dévoilé qui
ne se trouve pas dans Papus. Cyliani se promène au
pied d'un arbre et là il a un songe. Une nymphe
d'essence céleste lui apparaît, la nymphe le conduit
devant un temple où se trouve la matière. Mais la
porte est gardée par un dragon qu'il faut tuer pour
entrer. La nymphe lui donne une lance qu'il devra
faire rougir au feu pour tuer le monstre. Cyliani fait
rougir la lance, il dissout la serrure du temple avec
un liquide que lui a fourni la nymphe, il ouvre les
portes et se voit en face du dragon qu'il étend mort
d'un coup de sa lance incandescente. Il prend dans le
temple deux vases en cristal, l'un surmonté d'une
couronne d'or à quatre fleurons et étiqueté: « Matière
contenant les deux matières ou natures métalliques. »
L'autre vase, couronné d'une couronne d'argent à
neuf étoiles, porte une étiquette: Esprit astral. Après
cette opération, Cyliani éprouve une grande fatigue,
il est près de s'évanouir. Sa nymphe lui réapparaît,
et, l'ayant réconforté, elle disparaît; ici finit le songe
et commencent les chapitres rapportés par Papus.
Vous voyez, mon frère, combien les alchimistes concordent,
ce que je vous ai révélé n'infirme en rien ce
que dit Aristée, et Cyliani corrobore le tout.
L'enseignement est le même, semblable la méthode depuis Hermès jusqu'à nos jours. L'adepte ne révèle
qu'une partie de l'oeuvre et jamais il n'en parlera dans

@

- 27 -
son ensemble. Tantôt il s'étend uniquement sur les
opérations, tantôt sur les couleurs, et s'il parle de la
préparation, il dit peu de choses du reste. C'est grâce
à cette méthode que le secret a pu se transmettre de
génération en génération, réservé au seul philosophe
hermétique. Méditez bien Cyliani, c'était un adepte,
au moins il l'affirme lui-même, mais surtout relisez
le premier volume des fables grecques et égyptiennes,
la lumière commence à se faire dans votre esprit. Plus
vous avancerez désormais et plus vous profiterez maintenant
que vous êtes dans la voie, et vous verrez que je
n'ai pas tort et que je n'affirme que ce dont je suis sûr,
après avoir, à ce sujet, médité la multitude des ouvrages
hermétiques. Cependant, ô mon frère, lisez et
relisez sans cesse, priez et ne commencez l'oeuvre
matérielle que lorsque, sûr de vous-même, vous aurez
la certitude d'obtenir un résultat probant, si mince
soit-il. Une fois un bout du fil d'Ariane saisi, vous
vous dirigerez à travers le labyrinthe jusqu'à la pleine
lumière. C'est ce que je vous souhaite, mon frère,
car vous êtes digne de réussir et de devenir un adepte.
En attendant le plaisir de vous lire, je vous serre affectueusement la main.
A. POISSON.
---------
Paris, ce 9 mars 1893.
MON CHER FRERE,
Je croyais fermement vous avoir répondu, votre
@

- 28 -
dernière lettre m'a détrompé, je m'empresse de réparer
mon erreur.
Pour mes lettres, cela ne presse pas; vous me les rapporterez quand vous viendrez à Paris et, à votre
suivant voyage, je vous les rendrai. Vous pouvez
magnétiser la matière à nu, elle gardera le fluide,
de même l'aimant garde son magnétisme, la baleine
conserve indéfiniment l'électricité une fois qu'elle
est chargée; votre matière conservera à l'état latent
la force dont vous l'imprégnez, elle commence à se
manifester sous l'action du feu; tenez, mon frère, je
ne puis mieux comparer la matière qu'à un oeuf. Dans
un oeuf, qu'avez-vous? De la matière et de la force.
La matière nous importe peu ici; mais la force, c'est
la vie; l'oeuf, c'est de la matière vivifiée; si vous voulez
que la vie qu'il contient à l'état latent se manifeste,
il faut lui appliquer une nouvelle force; cette
force secondaire, c'est le feu, la chaleur, qu'elle soit
produite par la poule ou par la couveuse artificielle,
peu importe; l'important, c'est de ne pas dépasser un
certain degré au-dessus duquel on a des oeufs couvés
et au-dessus des oeufs à la coque, ce qu'il faut, c'est
avoir des poussins.
Remarquez que l'oeuf ne peut être brisé pendant la couvaison, sans cela adieu les poussins, enfin le poussin
une fois né sera la souche d'une multitude d'êtres
de son espèce. O mon frère, quelle parabole pleine
d'enseignement! Les sciences occultes sont comme un
sanctuaire, nul n'y entre s'il n'a la clef; cette clef, c'est
l'analogie, appliquez-vous entre temps à manier cette
méthode et vous trouverez des choses merveilleuses.

@

- 29 -
Mon cher frère, notre Soc:: Herm:: va enfin exister.
Le 21 mars, ce manifeste sera lancé dans le Voile d'Isis
et j'attendrai les adhésions. Je ne pourrai donc aller
vous voir ce mois-ci. Mais que cela ne nous empêche
pas de travailler. Recueillez le sujet, recueillez-en
plutôt plus, ce qui ne vous servira pas, vous le conserverez.
Soyez prudent pour fermer votre matras et
pour le chauffer; ce que je crains, c'est votre inexpérience
des manipulations chimiques, prenez le plus
de précautions possible, en chimie comme en alchimie
on lutte avec des forces brutales, il faut être continuellement
sur la défensive, un moment d'oubli, la
force se venge de l'homme, une explosion, et c'est fini.
Prenez garde, mon frère, soyez prudent, je suis en
train de finir l'histoire de Nicolas Flamel: vous verrez
dans ce volume (que je vous offrirai) la conduite du
véritable adepte. Flamel doit être un modèle pour
nous tous.
C'est aujourd'hui la Mi-Carême, que l'homme est imbécile! Je ne sortirai pas aujourd'hui, cette orgie
bête de joie grossière me donne de la répulsion, les
jours de fête je suis triste et je me réfugie dans les
bras de l'alchimie, la mère divine.
Tout à vous, mon cher frère. Je vous serre la main. A. P.
---------
@

- 30 -
MON CHER FRERE,
Dimanche, 8 mai 1893.
J'étais inquiet de ne pas recevoir de vos nouvelles et j'allais vous écrire aujourd'hui, heureusement j'ai
reçu votre lettre ce matin qui m'a tranquillisé. Je
vous ai dit, il me semble, dans ma dernière lettre,
qu'au fond la matière matérielle de la pierre importe
peu, il est cependant préférable de prendre une
matière métallique; ce qui importe le plus, c'est la
force dont on charge la matière. De même peu
importe la forme ou la matière d'un appareil électrique:
en lui-même, il est inerte, ce qui lui donne la
vie, le mouvement, ce qui lui permet d'agir, c'est l'électricité.
L'archée de Paracelse ne pourrait transmuer
directement un métal fondu, car tel corps est dans un
état statique, c'est-à-dire d'équilibre parfait, de même
l'âme ne peut agir directement sur le corps. Mais prenons
un corps plutôt métallique, ouvrons-le, torturons-
le, de façon à dissocier ses molécules, à rompre son
équilibre, puis saturons ce corps d'archée, nous
aurons dès lors la pierre, c'est-à-dire un moyen d'agir
sur les métaux; ici l'âme est unie à l'esprit et par l'intermédiaire
de ce dernier elle peut agir sur le corps.
Je pense que ma comparaison est assez claire, aussi voilà pourquoi la matière de la pierre peut différer.
Voilà pourquoi la pierre obtenue par tel adepte
transmuait seulement son poids, tandis que celle préparée
par tel autre en transmuait dix, cent ou mille

@

- 31 -
parties. De même les effets physiques et chimiques
que vous obtiendrez avec une même bouteille de
Leyde différeront selon la quantité d'électricité qui
aura été condensée dans l'appareil.
Pour vos essais, n'oubliez pas cette règle: tant que les couleurs apparaîtront dans l'ordre, continuez; mais,
si vous remarquez une perturbation quelconque, par
exemple si le rouge apparaît immédiatement après le
noir, alors abandonnez votre expérience pour en
recommencer une autre, de cette façon vous vous
épargnerez du temps et de la dépense.
Enfin l'essentiel comme contrôle, c'est l'apparition des couleurs, ne vous inquiétez pas du reste, les opérations
chimiques qui se passent à l'intérieur de l'oeuf
diffèrent légèrement selon la matière employée; ce qui
est immuable, c'est la succession des couleurs.
Mon cher frère, cela m'aurait fait plaisir de vous voir avant de partir, mais ce n'est pas une raison suffisante
pour vous déranger d'autant que vous travaillez
à l'oeuvre en ce moment.
Je continuerai à correspondre activement avec vous. Ecrivez-moi avant la fin de ce mois, car je partirai
dans les premiers jours de juin, je vous donnerai ma
nouvelle adresse.
Mon frère, je vous serre la main. A. P.
---------
@

- 32 -
MON CHER FRERE,
La Bastide, 3 juillet 1893.
Je suis resté si longtemps sans vous écrire à cause de mon déplacement, achats, visites aux amis, voyage,
installation, etc., bref, me voilà maintenant tranquille.
Voici les réponses à votre dernière lettre. Pour obtenir
le chlorure d'étain, il faut chauffer l'étain dans
l'acide chlorhydrique ou esprit-de-sel. Le mieux est de
bien laver d'abord l'étain à l'eau, puis à l'alcool; ensuite
on le met dans l'acide et on chauffe. Quand
tout est dissous, évaporer à sec pour faire cristalliser.
L'azotate de mercure est soluble dans l'eau. La matière du G. O. se tire du et du et la matière du P. O. se tire de la et du . Mais remarquez
bien que cette matière est morte, si vous la
préparez par les moyens ordinaires; il faut l'ouvrir,
en écarter les molécules, cela par le moyen des acides,
il faut de plus et surtout la vivifier. Condenser une
force sur une matière préparée, voilà tout le secret.

Solve, Coagula
Solve: C'est-à-dire dissous, ouvre, torture, brise la matière, détruis les résistances qu'elle pourrait opposer
aux forces extérieures.
Coagula: C'est-à-dire réunis, rassemble, puis condense sur la matière préparée les forces dont tu as
réussi à t'emparer.
C'est ici qu'est la clef de l'oeuvre. Cela est simple à
@

- 33 -
comprendre mais combien difficile à réaliser! Il faut
de la patience, il faut de la persévérance.
Adieu, cher frère, je vous serre la main. A. POISSON.
---------
La Bastide, 19 juillet 1893.
MON CHER FRERE,
Vous faites bien de lire le Cosmopolite, c'est un bon auteur, quoiqu'il soit passablement obscur et qu'il
puisse faire tromper; la préface des fables grecques et
égyptiennes est très bonne. Vous avez là en 214 pages
tout ce que vous pouvez désirer sur les principaux
points qui nous occupent, et cela a l'avantage d'être
méthodique, ce qui est énorme surtout pour vous qui
avez une tendance à tout mélanger, tendance dont il
faut vous méfier, car elle vous fait perdre beaucoup
de temps.
Un appareil télégraphique est une machine très ingénieuse, mais elle est morte, et il faut le passage d'une
force, de l'électricité pour l'animer. Il en est de même
de notre matière. Si vous ne l'animez, il est inutile de
fermer le matras et d'allumer la lampe, vous ne ferez
rien de bon. Vous constaterez que la matière est animée
parce que ses propriétés seront différentes de la matière
non animée. Quant à l'alchimiste de Bordeaux, qui
demande de l'argent pour vous aider de ses conseils,
c'est ou un charlatan ou un imbécile, et vous auriez pu
lui répondre: « Si vos renseignements sont précieux,

@

- 34 -
50 francs, c'est donné, le prix est dérisoire, autant
renseigner les frères pour rien; si vos renseignements
n'ont rien de spécial, c'est trop cher. »
En tout cas, quiconque demande de l'argent pour des renseignements de cette sorte doit être déconsidéré.
Un adepte refuserait de répondre plutôt, mais il
ne mendierait pas.
En attendant une réponse, cher frère, je vous serre la main.
A. POISSON.
---------
La Bastide, 10 août 1893.
CHER FRERE,
1° La matière du Grand O est . Or il faut que ces métaux soient travaillés ou bien ouverts, c'est-
à-dire que leurs molécules soient séparées les unes des
autres, que leur force de cohésion soit vaincue, annihilée
afin de laisser agir avec plus de certitude les
forces que l'alchimiste appliquera. Or il y a deux méthodes:
1° les sels; 2° les amalgames. Pour les sels,
il vaut mieux préparer les chlorures, car les nitrates
sont dangereux dans des mains inexpérimentées, ils
peuvent faire explosion; vous préparez le chlorure
d'or en dissolvant le métal dans un mélange d'acide
nitrique et d'acide chlorhydrique. On évapore ensuite
jusqu'à consistance de beurre, le chlorure tout préparé
coûte 2 francs le gramme.
2° Vous préparez le chlorure d'argent en dissolvant
@

- 35 -
le métal dans l'acide nitrique. Quand tout est
dissous, vous évaporez à sec et vous chauffez jusqu'à
ce que le sel prenne une couleur noire, vous arrêtez
alors, vous dissolvez dans l'eau, il reste une poudre
noire qui est du cuivre oxydé. Je suppose que vous
avez pris de la monnaie ou des bijoux qui contiennent
toujours du cuivre, vous filtrez, vous ajoutez à la solution
claire une lessive de sel de cuisine, il se forme
un précipité blanc qui est du chlorure d'argent, vous
filtrez après avoir ajouté un peu d'acide azotique.
Vous l'enlevez du filtre et vous faites sécher à
l'abri de la lumière; 3° Vous préparez le chlorure de
mercure en traitant le métal par l'eau régale, vous
évaporez ensuite presque à sec, vous retirez du feu
et le sel cristallise.
Vous connaissez les degrés du feu, vous savez donc tout pour la dynamisation des forces, c'est-à-dire leur
projection: vous trouverez dans le traité de Papus tout
ce dont vous aurez besoin.
Adieu, cher frère, je vous serre la main. A. POISSON.
pict
@


Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.