Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4 5 6 7 8 9

38 LE ROMAN (v. 12784)

Tuit ensemble à li nous rendrons:
Cil qui ne s'i vodront aerdre*, |* Attacher.
La vie lor convendra perdre.
Les gens encontre eus esmovrons
Par les baraz* que nous covrons, |* Tromperies.
Et les ferons desglavier*, |* Périr par le glaive.
Ou par autre mort dévier*, |* Mourir.
Puisqu'il ne nous vodront ensivre*, |* Suivre.
Qu'il est ainsinc escript ou* livre |* Car il est ainsi écrit au.
Qui ce raconte et segnefie:
Tant cum Pierres ait seignorie,
Ne puet Jehans monstrer sa force.
Or vous ai dit du sens l'escorce
Qui fait l'entencion repondre*: |* Cacher.
Or vous en volt* la moele espondre**. |* Veux. ** Exposer.
Par Pierre voil le Pape entendre, Et les clercs séculiers comprendre
Qui la loi Jhésu-Crist tendront,
Et garderont et desfendront
Contre trestous empeschéors;
Et par Jehan les preschéors,
Qui diront qu'il n'est loi tenable
Fors l'Evangile pardurable,
Que li Sains-Esperiz envoie
Por metre gens en bone voie.
Par la force Jehan entent
La grâce dont se va vantant
Qui vuet puschéors convertir
Por eus faire à Dieu revertir*. |* Retourner.
Moult i a d'autres déablies
Commandées et establies
En ce livre que ge vous nome,
Qui sunt contre la loi de Rome,
Et se tienent à Antecrist,
Si cum ge truis ou* livre escrit. |* Ainsi que je trouve au.

@

(v. 12819) DE LA ROSE. 39

Lors commanderont à occierre
Tous ceus de la partie Pierre;
Mès jà n'auront pooir d'abatre,
Ne por oceirre, ne por batre
La loi Pierre, ce vous plevis*, |* Garantis.
Qu'il n'en demore assés de vis* |* Vivants.
Qui tous jors si la maintendront,
Que tuit en la fin i vendront,
Et sera la loi confondue
Qui par Jehan est entendue.
Mès or ne vous en voil* plus dire, |* Mais maintenant je ne
Que trop i a longue matire*; |vous en veux. * Matière.
Mès se cis livres fust passés,
En greignor* estat fusse assés; |* Plus grand.
S'ai-ge jà de moult grans amis,
Qui en grant estat m'ont jà mis.
De tout le monde est emperères Baras, mes sires et mes pères;
Ma mère en est empereris*. |* Impératrice.
Maugré qu'en ait Sains-Esperis,
Nostre poissans lignages règne:
Nous régnons ore en chascun règne*, |* Royaume.
Et bien est drois que nous régnons,
Que trestout le monde fesnons*, |* Charmons, ensorcelons.
Et savons si les gens déçoivre,
Que nus ne s'en set aparçoivre;
Ou qui le set aparcevoir,
N'en ose-il descovrir le voir*. |* Vrai,
Mès cil en l'ire Dieu se boute*, |* Mais celui-ci en la colère
Quant plusde* Dieu mes frères doute**; |de dieu se met. * Que
N'est pas en foi bons champions |** Craint, redoute.
Qui crient tex* simulacions, |* Telles.
Ne qui vuet poine refuser
Qui puist venir d'eus encuser.
Tex hons* ne vuet entendre à voir**, |* Tel homme. ** A la vé-
|rité.

@

40 LE ROMAN (v. 12854)

Ne Dieu devant ses iex avoir;
Si l'en pugnira Diex sans faille*. |* Sans faute.
Mès ne m'en chaut* comment qu'il aille, |* M'importe.
Puisque l'amor avons des homes;
Por si bones gens tenus somes,
Que de reprendre avons le pris,
Sans estre de nulli* repris. |* Personne.
Quex* gens doit-l'en donc honorer, |* Quelles.
Fors nous qui ne cessons d'orer* |* De prier.
Devant les gens apertement*, |* Ouvertement.
Tout soit-il darriers* autrement? |* Dernier.
Est-il greignor forsenerie* |* Plus grande folie. Que d'essaucier* chevalerie, |* Exalter.
Et d'amer gens nobles et cointes* |* Elégantes.
Qui robes ont gentes et jointes?
S'il sunt tex * gens cum il aperent**, |* Telles. ** Paraissent.
Si net cum netement se perent*, |* Parent.
Que lor diz s'acort à lor fais*, |* Que leur parole s'accorde avec
N'est-ce grans duels et grans sorfais*, |leurs actions. * Excès.
S'il ne vuelent estre ypocrite?
Tes gens puist* estre là maudite! |* Tel monde puisse.
Jà certes tiex gens n'amerons,
Mès béguins à grans chaperons (1),
As chières* pasles et alises**, |* Mines. ** Maigres.
Qui ont ces larges robes grises
Toutes fretelées* de crotes, |* Brodées.
Hosiaus froncis* et larges botes |* Chausses froncées.
Qui resemblent borce à caillier* |* Chasseur de cailles.
A ceus doivent princes baillier
A governer eus et lor terre,
Ou soit par pais, ou soit par guerre.
A ceus se doit princes tenir


(1) Les béguins estoient une espèce de moines qui estoient mariés; ils furent condamnés au concile de Cologne en 1260, et au concile général
de Vienne l'an 1311. On les appeloit aussi béguards. (L. D. D.)

@

(v. 12886) DE LA ROSE. 41

Qui vuet à grant honor venir;
Et s'il sunt autres qu'il ne semblent,
Qu'ainsinc la gràce du monde emblent*, |* Volent.
Là me voit embatre* et fichier, |* Enfoncer.
Por décevoir et por trichier.
Si ne voil-ge* pas por ce direi |* Et je ne veux.
Que l'en doie humble habit despire*, |* Mépriser.
Pur quoi dessous orgoil n'abit:
Nus ne doit haïr por l'habit
Le povre qui s'en est vestus;
Mès Diex n'el prise deus festus,
S'il dist qu'il a lessié le monde,
Et de gloire mondaine habonde,
Et de délices vuet user.
Qui puet tel béguin escuser,
Tel papelart*, quant il se rent, |* Hypocrite.
Puis va mondains déliz* quérant, |* Délices mondaines.
Et dist que tous les a lessiés,
S'il en vuet puis estre engressiés?
C'est li mastins qui gloutement* |* Gloutonnement.
Retorne à son vomissement.
Mès à vous n'osé-ge mentir;
Car se ge péusse sentir
Que vous ne l'aparceussiés,
La menchoigne* ou poing éussiés, |* Mensonge.
Certainement ge vous boulasse*: |* Trompasse.
Jà por péchié ne le lessasse;
Si vous poré-ge bien faillir,
S'eus* m'en deviés mal-baillir**. |* Si vous. ** Maltraiter.

L'Acteur.
Li diex sorrist de la merveille,
Chascuns s'en rist et s'en merveille,
Et dient: « Ci a bian sergent*, |* Serviteur.
Où bien se doivent fier gent.

@

42 LE ROMAN (v. 12919)

Le dieu d'Amours.
Faulx-Semblant, dist Amors, di-moi,
Puisque de moi tant t'aprimoi*, |* T'approches.
Qu'en ma cort si grant pooir as,
Que rois des ribaus i seras,
Me tendras-tu ma convenance*? |* Promesse.

Faulx-Semblant.
Oïl, g'el vous jure et fiance*; |* Certifie.
N'onc n'orent sergent plus leal
Vostre père ne vostre eal*. |* Aïeul.

Amours.
Comment! c'est contre ta nature.

Faulx-Semblant.
Metés-vous-en à l'aventure;
Car se plèges" en requerés, |* Cautions.
Jà plus aséur n'en serés,
Non voir, se g'en balloie* ostages, |* Donnais.
Ou letres, ou tesmoings, ou gages.
Car, à tesmoing vous en apel,
L'en ne puet oster de sa pel* |* Peau.
Le leu*, tant qu'il soit escorchiés, |* Loup.
Jà tant n'iert* batus ne torchiés. |* Tant fût-il.
Cuidiés-vous que ne triche et lobe*. |* Plaisante.
Por ce se ge vest simple robe,
Sous qui j'ai maint grant mal ovré?
Jà par Dieu mon cuer n'en movré;
Et se j'ai simple chière et coie*, |* Figure et tranquille.
Que de mal faire me recroie*? |* Cesse.
M'amie Contrainte-Astenance
A mestier de ma porvéance*: |* A besoin que je la pourvoie.
Pieçà* fust morte et mal-baillie**, |* Depuis longtemps.
|** Maltraitée.

@

(v. 12945) DE LA ROSE. 43

S'el ne m'éust en sa baillie*; |* Puissance.
Lessiés-nous li et moi chevir*. |* Venir à bout.

Amours.
Or soit; ge t'en croi sans plevir*. |* Garantir.

L'Acteur.
Et li lierres ens* en la place, |* Et le larron dedans.
Qui de traïson ot* la face |* Eut.
Blanche dehors, dedans nercie,
Si s'agenouille et l'en mercie.
Donc n'i a fors de l'atorner*: |* Préparer.
« Or à l'assaut sans séjorner*, » |* Retarder.
Ce dist Amors apertement. |* Clairement.
Dont s'arment tuit communément
De tex* armes cum armer durent. |* De telles.
Armé sunt; et quant armé furent,
Si saillent sus tuit abrivé*. |* Ils s'élancent tous em-
Au fort chastel sunt arrivé, |pressés.
Dont, jà ne béent* à partir |* Cherchent, veulent.
Tant que tuit i soient martir,
Ou qu'il soit pris ains* qu'il s'en partent. |* Avant.
Lor batailles* en quatre partent**: |* Bataillons. ** Parta-
Si s'en vont as quatre parties |gent.
Si cum lor gens orent parties*, |* Partagés.
Por assaillir les quatre portes
Dont les gardes n'ièrent* pas mortes, |* N'étaient.
Ne malades ne pareceuses,
Ains èrent* fors et viguereuses. |* Mais étaient.

Comment Faulx-Semblant cy sermon De ses habitz, et puis s'en torne, Luy et Abstinence-Contrainte, Vers Male-Bouche, tout par feinte.
Or vous dirai la contenance
De Faulx-Semblant et d'Astenance,

@

44 LE ROMAN (v. 12972)

Qui contre Male-Bouche vindrent.
Entr'eus deus un parlement tindrent
Comment contenir se devroient,
Et se congnoistre se feroient,
Ou s'il iroient desguisié.
Si ont par acort devisié* |* Arrêté, résolu.
Qu'il s'en iront en tapinage* |* Tapinois.
Ausinc cum en pèlerinage,
Cum bone gent piteuse* et sainte. |* Miséricordieuse.
Tantost Astenance-Contrainte
Vest une robe cameline*, |* De laine grossière.
Et s'atorne comme béguine,
Et ot d'un large cuevrechief
Et d'un blanc drap covert le chief*: |* La tête.
Son psaltier mie n'oblia.
Unes patenostres i a
A un blanc laz* de fil pendues, |* Lac, lacet.
Qui ne li furent pas vendues:
Donées les li ot uns frères
Qu'ele disoit qu'il ert ses pères*, |* Etait son père.
Et le visitoit moult sovent
Plus que nul autre du covent;
Et il sovent la visitoit,
Maint biau sermon récitoit.
Jà por Faulx-Semblant ne lessast
Que sovent ne la confessast;
Et par si grant dévocion
Faisoient lor confession,
Que deus testes avoit ensemble
En un chaperon, ce me semble.
De bele taille la devis*, |* Décris. Mès un poi fu pâle de vis*; |* Visage.
Et resembloit, la pute* lisse, |* Puant,
Le cheval de l'Apocalipse,
Qui sénefie la gent male* |* Mauvaise.

@

(v. 13007) DE LA ROSE. 45

D'ypocrisie tainte et pâle:
Car ce cheval sor soi ne porte
Nule color, fors pâle et morte.
D'itel color enlangorée* |* Annonçant la langueur.
Iert* Astenance colorée; |* Etait.
De son estat se repentoit,
Si cum ses vis* représentoit. |* Son visage.
De larrecin ot un bordon
Qu'el reçut de Barat por don,
De triste pensée roussi:
Escharpe ot plaine de soussi.
Quant el fu preste, si s'en torne
Faulx-Semblans, qui bien se ratorne,
Et aussi cum por essoier,
Vestuz les dras frère Sohier.
La chière* ot moult simple et piteuse*; |* Mine. ** Empreinte de
Ne regardéure orguilleuse |pitié.
N'ot-il pas, mès douce et peisible.
A son col portoit une bible.
Après s'en va sans escuier,
Mès por ses membres apuier
Ot, ausinc cum par impotence,
De traïson une potence;
Et fist en sa manche glacier* |* Glisser.
Un bien trenchant rasoer d'acier,
Qu'il fist forgier à une forge
Que l'en apele Cope-Gorge.
Tant va chascun et tant s'aprouche,
Qu'il sunt venu à Male-Bouche
Qui à sa porte se séoit.
Trestous les trespassans véoit,
Les pélerins choisist* qui vienent, |* Vit.
Qui moult humblement se contienent.

@

46 LE ROMAN (v. 13040)

Com Faulx-Semblant et Abstinence Pour l'Amant s'en vont sans doubtance Saluer le faulx Male-Bouche, Qui des bons souvent dit reprouche.
Encliné l'ont moult humblement;
Astenance premièrement
Le salue, et de li va près.
Faulx-Semblans le salue après,
Et cil eus; mès onc ne se mut,
Qu'il n'es douta ne ne cremut*: |* Car il ne les redouta ni
Car quant véus les ot ou vis*, |ne les craignit. * Visage.
Bien les conut. Ce li fu vis* |* Avis.
Qu'il conoissoit bien Astenance,
Mès n'i sot riens de contraignance.
Ne savoit pas que fust contrainte
Sa larronesse vie fainte;
Ains cuidoit qu'el venist de gré*. |* Mais croyait qu'elle vint
Mès el venoit d'autre degré; |de son bon gré.
Et s'ele de gré commença,
Failli-li grés dès lors en çà.
Semblant r'avoit-il moult véu,
Mais faus ne l'ot pas conéu.
Faus iert-il*, mès de fausseté |* Etait-il.
Ne l'éust-il jamais reté*: |* Accusé.
Car li Semblans si fort ovroit,
Que la fausseté li covroit;
Mès s'avant le conéussiés,
Qu'en ses dras véu l'éussiés,
Bien jurissiés le Roi célestre
Que cil qui devant soloit estre* |* Avait coutume d'être.
De la dance li biaus Robins,
Or est devenus jacobins.
Mès sans faille*, c'en est la some, |* Sans faute.
Li jacobin sunt tuit prodome* |* Gens de bien.
Mauvèsement l'ordre tendroient,

@

(v. 13071) DE LA ROSE. 47

Se tel menesterel estoient;
Si* sunt cordelier et barré, |* Ainsi.
Tout soient-il gros et quarré,
Et sachent tuit li autre frère,
N'i a cel qui prodons n'apére*. |* Homme de bien ne pa-
Mès jà ne verrés d'aparence |raisse.
Conclurre bonne conséquence
En nul argument que l'en face,
Se défaut existence esface:
Tous jors i troverés sofime
Qui la conséquence envenime,
Se vous avés sotilité* |* Subtilité.
D'entendre la duplicité.
Quant li pèlerin venu furent A Male-Bouche où venir durent,
Tout lor hernois moult près d'eus mistrent;
Delez Male-Bouche s'assistrent,
Qui lor a dit: « Or çà venés,
De vos noveles m'aprenés,
Et me dites quel achoison* |* Occasion.
Vous amaine en ceste maison.

Abstinence-Contrainte.
« Sire, dist Contrainte-Astenence,
Por faire nostre pénitence
De fin cuer net et enterin* |* Entier.
Somes ci venu pèlerin.
Presque tous jors à pié alons,
Moult avons poudreus les talons;
Si somes andui* envoié |* Et nous sommes tous
Parmi cest pueple desvoié* |deux. * Egaré.
Doner essample et préeschier
Por les péchéors péeschier;
Autre peschaille* ne volons. |* Pêche.
Et par Dieu, si cum nous solons*, |* Sommes dans l'usage.

@

48 LE ROMAN (v. 13104)

L'ostel* vous volons demander; |* Le logement.
Et por vostre vie amander,
Mès* qu'il ne vous déust desplaire, |* Pourvu.
Nous vous vodrions ci retraire* |* Rapporter.
Un bon sermon à brief parolé. »

L'Acteur.
Adonc* Male-Bouche parole**: |* Alors. ** Parle.

Male-Bouche.
L'ostel, dist-il, tel cum véés,
Prenés, jà ne vous iert néés*, |* Il ne vous sera pas dénié.
Et dites quanqu'il* vous plaira; |* Tout ce qu'il.
G'escouterai que ce sera.

Abstinence-Contrainte.
Grant merci, sire.

L'Acteur.
Adonc comence Premièrement dame Astenence.

Comment Abstinence reprouche Les paroles à Male-Bouche.
Sire, la vertu premeraine,
La plus grant, la plus soveraine,
Que nus hons mortiex* puisse avoir |* Nul homme mortel.
Par science, par avoir,
C'est de sa langue refrener*: |* Retenir.
A ce se doit chascun pener*, |* Prendre peine.
Qu'adès vient-il miex qu'en* se taise |* Car toujours vaut-il
Que dire parole mauvaise; |mieux qu'on.
Et cil* qui volentiers l'escoute, |* Celui.

@

(v. 13126) DE LA ROSE. 49

N'est pas prodoms*, ne Dieu ne doute**. |* Homme de bien. ** Re-
Sire, sor tous autres péchiés |doute.
De cestui estes entéchiés.
Une trufle pieçà* déistes, |* Un mensonge depuis
Dont trop malement mespréistes*. |longtemps. * Méchamment.
D'un varlet*, qui ci repairoit**. |* Jeune homme. ** Venait.
Vous déistes qu'il ne queroit* |* Voulait.
Fors que Bel-Acuel décevoir;
Ne déistes pas de ce voir*, |* Vérité.
Ains en mentistes, se Dé vient,
N'il ne va mès ci, ce ne vient,
N'espoir* jamès ne l'i verrés. |* Ni peut-être.
Bel-Acuel en r'est enserrés*, |* En est de son côté enfer-
Qui avec vous ci se jooit |.
Des plus biaus gens que il pooit,
Le plus des jors de la semaine,
Sans nule pensée vilaine.
Or ne s'ose mès solacier*, |* Recréer.
Le varlet avés fait chacier,
Qui se venoit ici déduire*. |* Amuser.
Qui vous esmut à li tant nuire,
Fors que vostre male* pensée |* Mauvaise.
Qui mainte mençonge a pensée?
Ce mut vostre fole loquence* |* Bavardage.
Qui bret et crie et noise et tence* |* Et fait du bruit et dis-
Et les blasmes as gens esliève, |pute (1).
Et les désonore et les griève
Por chose qui n'a point de prueve,
Fors d'aparence ou de contrueve*. |* Invention.
Dire vous os tout en apert* |* Clairement.


(1) Noiser était encore en usage en 1627, date d'une pièce où on le retrouve; mais il commençait à vieillir. Voyez les Lettres nouvelles contenant
le privilège d'avoir deux femmes, etc., dans les Variétés historiques
et littéraires,. revues et annotées par M. Edouard Fournier, tom. III,
pag. 146.
5
@

50 LE ROMAN (v. 13156)

Qu'il n'est pas voir quanqu'il apert*. |* Vrai tout ce qui paraît.
Si r'est péchiés de controver* |* Inventer.
Chose qui fait* à réprover; |* Qui est.
Vous-méismes bien le savés,
Por quoi plus grant tort en avés;
Et neporquant* il n'i fait force, |* Néanmoins.
Il n'i donroit pas une escorce
De chesne, comment qu'il en soit.
Sachiés que nul mal n'i pensoit;
Car il i alast et venist,
Nule essoigne* ne le tenist. |* Excuse.
Or n'i vient mès, n'il n'en a cure.
Se n'est par aucune aventure,
En trespassant, mains que li autre;
Et vous gaitiés lance sus fautre* |* En arrêt.
A ceste porte sans sejor*: |* Retard.
Là muse musart toute jor.
Par nuit et par jor i veilliés,
Par droit néant vous traveilliés*. |* Ne vous fatiguez.
Jalousie, qui s'en atent
A vous, ne vous vaudra jà tant;
Si r'est de Bel-Acueil damages,
Qui sans riens acroire* est en gages, |* Devoir.
Sans forfait en prison demore:
Là languist li chetis, et plore.
Se vous n'aviés plus mesfait
Ou monde que cestui forfait,
Vous déust-l'en, ne vous poist* mie, |* Pèse (subj.)
Bouter* hors de ceste baillie*, |* Pousser. ** Domination.
Metre en chartre*, on lier en fer. |* Prison.
Vous en irés ou puis d'enfer,
Se vous ne vous en repentés.

Male-Bouche.
Certes, dist-il, vous i mentés;

@

(v. 13189) DE LA ROSE. 51

Mal soiés-vous ores venu.
Vous ai-ge por ce retenu,
Por moi dire honte et lédure*? |* Injure.
Par vostre grant malaventure
Me tenissiés-vous por bergier;
Or alés aillors herbergier,
Qui m'apelés ci mentéor:
Vous estes dui enchantéor
Que m'estes ci venu blasmer,
Et, por voir dire, mésamer*. |* Et, à vrai dire, détester.
Alés-vous ore ce quérant?
A tous les déables me rent,
Et vous, biau Diex, me confondés,
S'ains* que cis chastiaus fust fondés, |* Si avant.
Ne passèrent jor plus de dis
Qu'en le me dist, et g'el redis,
Et que cil la Rose bèsa,
Ne sai se plus s'en aésa*. |* En prit ses aises.
Porquoi me féist-l'en acroire
La chose, s'ele ne fust voire*? |* Véritable.
Par Dieu, ge dis et redirai,
Et croi que jà n'en mentirai,
Et cornerai à mes buisines*, |* Avec mes trompettes.
Et as voisins et as voisines,
Comment par ci vint et par là.

L'Acteur.
Adonques Faulx-Semblans parla.

Comment Male-Bouche escouta Faux-Semblant, qui tost le mata.
Sire, tout n'est pas évangile
Quanque* l'en dit aval la vile: |* Tout Ce que.
Or n'aiés mie oreilles sordes,

@

52 LE ROMAN (v. 13218)

Vous savés bien certainement
Que nus n'aime entérinement*, |* Complètement.
For tant qu'il le puisse savoir,
Et ge vous pruef* que ce sunt bordes, |* Prouve.
Tant ait en li poi* de savoir, |* Peu.
Home qui mesdie de lui.
Et si r'est voirs, s'onques le lui*. |* Lus.
Tuit amant volentiers visitent
Les leus où lor amor habitent;
Cis* vous honore, cis vous aime, |* Celui-là.
Cis son très-chier ami vous claime*; |* Appelle.
Cis partout là où vous encontre,
Bele chière et lie* vous monstre, |* Mine et joyeuse.
Et de vous saluer ne cesse.
Si ne vous fait pas ci grant presse,
N'estes pas trop par lui lassés;
Li autre i vienent plus assés.
Sachiés, se ses cuers l'en pressast,
A la Rose il s'en apressast*, |* Il s'approchât de la Rose.
Et ci sovent le véissiés,
Voire* prové le préissiés, |* Vraiment.
Qu'il ne s'en péust pas garder,
S'en le déust* tout vif larder: |* Le dût-on.
Il ne fust or mie en ce point.
Donc sachiés qu'il n'i bée* point; |* Aspire.
Non fait Bel-Acueil vraiement,
Tant en ait-il mal* paiement. |* Mauvais.
Par Dieu, s'andui bien le vosissent*, |* Si tous deux bien le vou-
Maugré vous la Rose coillissent. |laient.
Quant du valet* mesdit avés |* Jeune homme.
Qui vous aime, bien le savés,
Sachiés, s'il i éust béance*, |* Désir, intention.
Jà n'en soiés en mescréance,
Jamès nul jor ne vous amast,
Ne ses amis ne vous clamast*; |* Appelât.

@

(v. 13253) DE LA ROSE. 53

Et vosist* penser et veillier* |* Voulut.
Au chastel prendre et essillier*, |* Ruiner.
S'il fust voirs*, car il le séust, |* Vrai.
Qui que soit dit le li éust.
De soi le pooit-il savoir,
Puis qu'accès n'i poïst* avoir |* N'y pût.
Si cum* avant avoit éu? |* Ainsi que.
Tantost l'éust aparcéu.
Or le fait-il tout autrement,
Donc avés-vous outréement* |* De reste.
La mort d'enfer bien déservie*, |* Méritée.
Qui tel gent avés asservie.

L'Acteur.
Faulx-Semblans ainsinc le li prueve.
Cil ne set respondre à la prueve,
Et voit toutevois aparance;
Près qu'il n'en chiet* en repentance, |* Choit, tombe.
Et lor dit:

Male-Bouche.
« Par Dieu, bien puet estre. Semblant, ge vous tiens à bon mestre,
Et Astenance moult à sage:
Bien semblés estre d'un corage*. |* Avoir le même esprit.
Que me loés-vous* que je face? |* Conseillez-vous.

Faulx-Semblant.
Confés serés en ceste place,
Et ce péchié, sans plus, dirés,
De cestui vous repentirés;
Car ge sui d'ordre*, et si sui prestre, |* Dans les ordres.
De confessier le plus haut mestre
Qui soit, tant cum li mondes dure;

@

54 LE ROMAN (v. 13281)

J'ai de tout le monde la cure*. |* Le soin.
Ce n'ot onques prestres curés,
Tant fust à s'église jurés;
Et si ai, par la haute Dame,
Cent tans* plus pitié de vostre ame, |* Fois.
Que vos prestres parochiaus*, |* De paroisse.
Jà tant n'iert vostre espéciaus*. |* Jamais tant ne sera-t-il votre
Si r'ai-ge* un moult grant avantage, |spécial. * Et j'ai de mon côté.
Prélat ne sunt mie si sage
Ne si letré de trop com gié*. |* Comme moi.
J'ai de divinité* congié, |* Théologie.
Voire par Dieu pieçà* l'éu, |* Il y a longtemps.
Por confessier m'ont esléu
Li meillor qu'en puisse savoir
Par mon sens et par mon savoir.
Se vous volés ci confessier,
Et ce péchié sans plus lessier,
Sans faire-en jamès mencion,
Vous aurés m'asolucion. »

Comment la langue fut coupée, D'un rasouer, non pas d'une espée, Par Faulx-Semblant à Male-Bouche, Dont il cheut mort comme une souche.
Male-Bouche tantost s'abesse,
Si s'agenoille et se confesse,
Car verais repentans jà iert*; |* Il était déjà.
Et cil par la gorge l'aiert*, |* Le saisit.
A deus poins l'estraint*, si l'estrangle, |* Le serre.
Si li a tolue la jangle*; |* Le caquet.
La langue à* son rasoer li oste. |* Avec.
Ainsinc chevirent* de lor oste, |* Ainsi vinrent à bout.
Ne l'ont autrement enossé*, |* Tiré.

@

(v. 13309) DE LA ROSE. 55

Puis le tumbent* en un fossé; |* Le fait tomber.
Sans desfense la porte quassent,
Quassée l'ont, outre s'en passent.
Si troverent léans* dormans |* Là dedans.
Trestous les sodoiers* normans, |* Soldats.
Tant orent béu à Guersai* |* Jersey.
Du vin que ge pas ne versai;
Eus-méismes l'orent versé
Tant que tuit furent enversé.
Ivres et dormans les estranglent,
Jà ne seront més tex qu'il janglent*. |* Ils ne seront jamais tels
|qu'ils bavardent.

Comment Faulx-Semblant, qui conforte Maint amant, passa tost la porte Du chastel, avecques s'amie, Aussi Largesse et Courtoisie.
Ez-vous* Cortoisie et Largece |* Voici.
La porte passent sans parece;
Si sunt là tuit quatre assemblé,
Repostement et en emblé*. |* En secret et en cachette.
La vielle qui ne s'en gardoit,
Qui Bel-Acuel pieçà* gardoit, |* Depuis longtemps.
Ont tuit quatre ensemble véue:
De la tor estoit descendue,
Si s'esbatoit parmi le baile*; |* Enceinte.
D'un chaperon en leu de vaile*, |* Voile.
Sor sa guimple ot covert sa teste.
Contre li corurent en heste*, |* Hâte.
Si la vous assallent tuit quatre.
El ne se volt* pas faire batre, |* Voulut.
Quant les vit tous quatre assemblés.

La Vieille.
Par foi, dist-ele, vous semblés
Bone gent, vaillant et cortoise:

@

56 LE ROMAN (v. 13337)

Or me dites, sans faire noise*, |* Bruit.
Si ne me tiens-ge pas por prise,
Que querés en ceste porprise*. |* Enclos.

Les quatre respondent:
Por prise, douce mère tendre!
Nous me venons pas por vous prendre,
Mès solement por vous véoir;
Et s'il vous puet plaire et séoir*, |* Et paraître séant
Nos cors offrir tout plenement
A vostre douz comandement,
Et quanque* nous avons vaillant, |* Tout ce que.
Sans estre à nul jor desfallant*: |* Manquant.
Et s'il vous plesoit, douce mère,
Qui ne fustes onques amère,
Requerre vous qu'il vous pléust,
Sans ce que nul mal i éust,
Que plus laiens* ne languissist |* Là dedans.
Bel-Acuel, ainçois s'en issist |* Mais en sortit.
O* nous un petitet joer, |* Avec.
Sans ses piés gaires emboer;
Ou voilliés au mains qu'il parole* |* Qu'il parle.
A ce valet* une parole, |* Jeune homme.
Et que li uns l'autre confort*, |* Réconforte, console.
Ce lor sera moult grant confort,
Ne gaires ne vous coustera;
Et cil vostre homs lige sera,
Neis* vostre serf, dont vous porrés |* Même.
Faire tout quanque vous vorrés*, |* Ce que vous voudrez.
Ou vendre ou pendre ou méhaignier*. |* Estropier.
Bon fait un ami gaaignier,
Et vez ci de ses joelés*; |* Joyaux.
Cest fermail* et ces anelés |* Agrafe.
Vous done, voire un garnement* |* Costume.
Vous donra-il prochainement.

@

(v. 13370) DE LA ROSE. 57

Moult a franc cuer, cortois et large,
Et si ne vous fait pas grant charge;
De li estes forment amée,
Et si n'en serez jà blasmée,
Qu'il est moult sages et célés*. |* Discret.
Si prions que vous le célés
Ou qu'il i aut* sans vilenie, |* Aille.
Si li aurés rendu la vie.
Et maintenant ce chapelet* |* Chapeau.
De par li de flors novelet,
S'il vous plest, Bel-Acuel portés,
Et de par li le confortés,
Et l'estrenés d'un biau salu:
Ce li aura cent mars valu.

La Vieille respond.
Se Diex m'aïst*, s'estre péust |* Si Dieu m'aide.
Que Jalousie n'el séust,
Et que jà blasme n'en oïsse,
Dist la vielle, bien le féisse;
Mès trop est malement janglerres* |* Méchamment bavard.
Male-Bouche li fléutieres*. |* Flûteur.
Jalousie l'a fait sa gaite*, |* Sentinelle.
C'est cil qui trestous nous agaite;
Cil bret et crie sans desfense
Quanqu'il* set, voire quanqu'il pense, |* Tout ce qu'il.
Et contrueve néis matire*, |* Et invente même matière.
Quant il ne set de qui mesdire.
S'il en devoit estre pendus,
N'en seroit-il jà desfendus.
S'il le disoit à Jalousie,
Li lerres*, il m'auroit honnie. |* Le larron.

Les quatre respondent.
De ce, font-il, n'estuet* douter, |* Ne faut.

@

58 LE ROMAN (v. 13401)

Jamès n'en puet riens escouter,
Ne véoir en nule manière;
Mors gist là hors en leu de bière
En ces fossés gole baée*. |* Béante.
Sachiés, se n'est chose faée*, |* Fée.
Jamès d'eus deus ne janglera*, |* Causera.
Car il ne résuscitera,
Se déables ni font miracles
Ou par venins ou par triacles*; |* Thériaques.
Jamès ne les puet encuser.

La Vielle respond:
« Donc ne quiers-ge jà* refuser, |* Veux-je pas.
Dist la vielle, vostre requeste,
Mès dites-li que il se heste*. |* Hâte.
Ge li troveré bien passage,
Mès n'i parost mie à outrage*, |* Mais qu'il n'y parle pas
Ne n'i demeurt pas longuement, |avec excès.
Et viengne trop celéement (1),
Quant ge le li ferai savoir;
Et gart sor cors et sor avoir
Que nus hons* ne s'en aparçoive, |* Nul homme.
Ne riens n'i face qu'il ne doive,
Bien die sa volenté toute. »

Les quatre.
« Dame, ainsi fera-il, sans doute, »
Font cil.

L'Acteur.
Et chascuns l'en mercie: Ainsinc ont ceste, euvre bastie;
Més comment que la chose soit,


(1) Si non casté, fiat cauté.
@

(v. 13428) DE LA ROSE. 59

Faulx-Semblans, qui aillors pensoit,
Dist à voiz basse à soi-méisme:

Faulx-Semblant.
Se cil por qui nous empréismes
Ceste euvre, de riens me créust,
Puisque d'amer ne recréust*, |* Cessât.
S'ous* ne vous i acordissiés, |* Si vous.
Jà guères n'i gaaingnissiés
Au loing aler, mien escient,
Qu'il i entrast en espiant,
S'il en éust et tens et leu.
L'en ne voit pas tous jors le leu*, |* Loup.
Ains prent bien ou tart* la berbis, |* Mais il prend bien tar-
Tout la gart-l'en par les herbis*. |divement. * Herbages.
Une hore alissiés* au mostier, |* Iriez.
Vous i demorastes moult ier;
Jalousie qui si le guile*, |* Trompe.
R'alast espoir* hors de la vile; |* Peut-être.
Où que soit convient-il qu'il aille.
Il venist lors en repostaille*, |* Cachette.
Ou par nuit devers les cortiz*, |* Basses-cours.
Seus*, sans chandele et sans tortiz**; |* Seul. ** Torches.
Se n'iert* d'amis qui le guetast, |* S'il n'était.
Espoir si l'en amonestast;
Par confort* tost le conduisist, |* Consolation.
Mès* que la lune ne luisist: |* Pourvu.
Car la lune, par son cler luire,
Seult* as amans mainte fois nuire. |* Coutume.
Ou il entrast par les fenestres,
Qu'il* set bien de l'ostel les estres; |* Car il.
Par une corde s'avalast*: |* Descendit.
Ainsinc i venist et alast.
Bel-Acuel, espoir, descendist
Es* cortiz où cil l'atendist, |* Dans les.

@

60 LE ROMAN (v. 13461)

Ou s'enfoïst hors du porpris* |* Enceinte.
Où tenu l'avés maint jor pris,
Et venist au valet* parler, |* Jeune homme.
S'il à li ne poïst* aler; |* Pouvait (subj.).
Ou quant endormis vous séust,
Se tens et leu avoir péust,
Les huis* entr'overs li lessast. |* Portes.
Ainsinc du bouton s'apressast* |* S'approchât.
Li fins* amans qui tant i pense, |* L'accompli.
Et le coillist lors sans desfence,
S'il poïst par nule manire
Les autres portiers desconfire.

L' Amant.
Et ge qui guères loing n'estoie,
Me pensai qu'ainsinc le feroie.
Se la vielle me vuet conduire,
Ce ne me doit grever ne nuire;
Et s'el ne vuet, g'i enterrai
Par là où miex mon point verrai,
Si cum Faulx-Semblans l'ot pensé
Du tout m'en tieng à son pensé.

L'Acteur.
La vielle illec* plus ne séjorne, |* .
Le trot à Bel-Acuel retorne,
Qui la tor outre son gré garde,
Car bien se soffrist de tel garde.
Tant va, qu'ele vient à l'entrée
De la tor, où tost est entrée.
Les degrés monte liement*, |* Joyeusement.
Au plus qu'el pot hastivement,
Si li trembloient tuit li membre;
Bel-Acuel quiert de chambre en chambre,

@

(v. 13491) DE LA ROSE. 61

Qui s'iert as karniaus* apuiés |* Qui s'était aux créneaux.
De la prison, tous ennuiés;
Pensif le trueve et triste et morne,
De li réconforter s'atorne*. |* S'apprête.

La Vieille.
« Biaus filz, dist-ele, moult m'esmoi
Quant vous truis en si grant esmoi
Dites-moi quiex sunt cil pensé*, |* Quelles sont ces pensées.
Car se conseillier vous en sé,
Jà ne m'en verrés nul jor faindre. »

L'Acteur.
Bel-Acuel ne s'ose complaindre,
Ne dire-li quoi ne comment,
Qu'il ne set s'el dit voir* ou ment. |* Vrai.
Trestout son penser li nia,
Que point de séurté n'i a;
De riens en li ne se fioit,
Néis* ses cuers la desfioit, |* Même.
Qu'il ot paoreus et tremblant,
Mès n'en osoit monstrer semblant,
Tant l'avoit tous jors redotée,
La pute vielle radotée.
Garder se volt de mesprison*, |* Faute.
Qu'il a paor de traïson;
Ne li desclot* pas sa mésaise, |* Découvre.
En soi-méismes se rapaise,
Par semblant li fait lie chière*. |* Joyeuse mine.

Bel-Acueil.
« Certes, fait-il, ma dame chière,
Combien que mis sus le m'aiés,
Ge ne sui de riens esmaiés*, |* En émoi.
6
@

62 LE ROMAN (v. 13519)

Fors, sans plus, de vostre demore*; |* Retard.
Sans vous envis* céans demore, |* Malgré moi.
Car en vous trop grant amor é.
Où avés-vous tant demoré? »

La Vieille.
« Où? par mon chief! tost le saurés, |* Ma tête.
Et du savoir* grant joie aurés, |* En le sachant.

Comment la Vielle à Bel-Acueil, Pour le consoler en son dueil, Luy dist de l'amant tout le fait, Et le grant dueil que pour luy fait.
Se proz estes, vaillans et sages,
Car en leu d'estranges messages*, |* Messagers.
Li plus cortois valés* du monde, |* Jeune homme.
Qui de toutes graces habonde,
Qui plus de mil fois vous salue,
(Car g'el vi ore en cele rue,
Si cum il trespassoit* la voie,) |* Ainsi qu'il passait.
Par moi ce chapel vous envoie;
Volentiers, ce dist, vous verroit,
Jamès plus vivre ne querroit*, |* Voudrait.
N'avoir un seul jor de santé,
Se n'iert* par vostre volenté, |* Si ce n'était.
Se le gart Diex et sainte Fois,
Mès qu'une toute seule fois
Parler à vous, se dist, péust
A loisir, mès* qu'il vous pléust. |* Pourvu.
For vous, sans plus, aime-il sa vie,
Tous nus vodroit estre à Pavie,
Par tel convent* qu'il séust faire |* Condition.
Chose qui bien vous péust plaire;
Ne li chaudroit* qu'il devenist, |* Importerait.
Mès que près de li vous tenist. »

@

(v. 13547) DE LA ROSE. 63

L'Acteur.
Bel-Acuel enquiert toutevoie
Qui cil est qui ce li envoie,
Ains* qu'il reçoive le présent, |* Avant.
Por ce que doutable le sent,
Qu'il* péust de tel leu venir |* Car il.
Qu'il n'el vosist* pas retenir. |* Qu'il ne le voulût.
Et la vielle, sans antre conte,
Toute la vérité li conte.

La Vielle.
« C'est li valés* que vous savés, |* Jeune homme.
Dont tant oï parler avés,
Por qui pieçà* tant vous greva, |* Il y a longtemps.
Quant le blasme vous aleva
Feu Male-Bouche de jadis:
Jà n'aille s'ame en paradis!
Maint prodome* a desconforté, |* Homme de bien.
Or l'en ont déables porté,
Qu'il* est mors, eschapés li sommes, |* Car il.
Ne pris mès sa jangle* deus pomes: |* Je ne prise plus son ca-
A tous jors en somes délivre; |quet.
Et s'il pooit ores* revivre, |* Et s'il pouvait main-
Ne vous porroit-il pas grever, |tenant.
Tant vous séust blasme eslever:
Car ge sai plus qu'il ne fist onques.
Or me créés*, et prenés donques |* Maintenant croyez-moi.
Cest chapel, et si le portés;
De tant au mains le confortés* |* Réconfortez.
Qu'il vous aime, n'en doutés mie,
De bone amor sans vilenie;
Et s'il à autre chose tent,
Ne m'en desclot-il* mie tant, |* Révèle-t-il.
Mès bien vous i poés fier.

@

64 LE ROMAN (v. 13578)

Nous li resaurez bien nier,
S'il requiert chose qu'il ne doive.
S'il fait folie, si la boive;
Si n'est-il pas fox, més est sages,
C'onc par li ne fu fais outrages*, |* Excès.
Dont ge le pris miex et si l'ains*, |* Je le prise mieux et je
N'il ne sera jà si vilains |l'aime.
Qu'il de chose vous requéist
Qui à requierre ne féist.
Loiaus est sor tous ceus qui vivent;
Cil qui sa compaignie sivent,
L'en ont tous jors porté tesmoing;
Et ge-méismes le tesmoing.
Moult est de meurs bien ordenés,
Onc ne fut homs de mère nés
Qui de li nul mal entendist,
Fors tant cum Male-Bouche en dist.
S'a-l'en jà* tout mis en oubli; |* Et l'on l'a déjà.
Ge-méismes par poi* l'obli, |* Peu s'en faut.
Ne me sovient plus des paroles,
Fors qu'els furent fauces et foles,
Et li lerres les controva*, |* Larron les invita.
Qui onques bien ne se prova.
Certes bien sai que mort l'éust
Li valés*, se riens et, séust, |* Jeune homme.
Qu'il* est preus et hardis sans faille**: |* Car il. ** Sans faute.
En cest païs n'a qui le vaille,
Tant a le cuer plain de noblece;
Il sormonteroit de largece
Le roi Artus, voire Alixandre,
S'il éust autant à despendre* |* Dépenser.
D'or et d'argent come cil orent*, |* Ceux-là eurent.
Onques cil tant doner ne sorent,
Que cil cent tans* plus ne donast; |* Cent fois.
Par dons tout le monde estonast,

@

(v. 13613) DE LA ROSE. 65

Se d'avoir éust tel planté*, |* Abondance.
Tant a bon cuer en soi planté;
N'el puet nus* de largece aprendre. |* Ne le peut nul.
Or vous lo* ce chapel à prendre, |* Conseille.
Les flors en olent* miex que basme. » |* Sentent.

L'Acteur.
« Par foi, g'en craindroie avoir blasme,
Dist Bel-Acuel qui tout frémist,
Et tremble et tressaut* et gémist, |* Tressaillit.
Rougist, palist, pert contenance (1);
Et la vielle ès* poins le li lance, |* Dans les.
Et li vuet faire à force prendre,
Car cil n'i osoit la main tendre,
Ains dist por soi miex escuser,
Que miex li vient à refuser.
Si le vosist-il jà* tenir, * Et le voudrait déjà.
Qué qu'il en déust avenir. »

Bel-Acueil.
« Moult est biaus, fait-il, li chapiaus,
Mès miex me vendroit mes drapiaus
Avoir tous ars* et mis en cendre, |* Brûlé.
Que de par li l'osasse prendre;
Mès or soit posé que g'el praingne,
A Jalousie la grifaingne* |* Méchante, hargneuse.
Que porrions-nous ore dire?
Bien sai qu'ele esrageroit d'ire,
Et sor mon chief le descirra* |* Et sur ma tête le déchi-
Pièce à pièce, et puis m'occirra, |rera.
S'el set qu'il soit de là venus.


(1) M. de la Monnoye a imité ces deux vers dans son Noël qui commence :
Ein jour lai hau Dei le fi. 6.
@

66 LE ROMAN (v. 13640)

Or serai pris, et pis tenus
Qu'onques en ma vie ne fui*; |* Je ne fus.
Ou se ge li eschappe et fui,
Quel part m'en porrai-ge foïr?
Tout vif me verrés enfoïr,
Se ge sui pris après la fuite;
Si croi-ge que j'auroie suite,
Si seroie pris en fuiant,
Tout li mondes m'iroit huiant.
N'el prendrai pas.

La Vieille.
Si ferés, certes: Jà n'en aurés blasme ne pertes.

Bel-Acueil.
Et s'ele m'enquiert dont ce vint?

La Vieille.
Responses aurés plus de vint.

Bel-Acueil.
Toutevois s'el le me demande,
Que puis ge dire à sa demande?
Se g'en sui blasmés ne repris,
Où diré-ge que ge le pris?
Car il le me convient respondre,
Ou aucune mençonge espondre*. |* Exposer.
S'el le savoit, ce vous plevis*, |* Garantis.
Miex vodroie estre mors que vis.

La Vieille.
Que vous dirés? se n'el savés,
Se meillor response n'avès,

@

(v. 13664) DE LA ROSE. 67

Dites que ge le vous donné:
Bien savés que tel renon é,
Que n'aurés blasme ne vergoigne
De riens prendre que ge vous doigne.

Comment, tout par l'enhortement* |* Exhortation. De la Vieille, joyeusement Bel-Acueil receut le chappel, Pour erres * de vendre sa pel. |* Arrhes.
L'Acteur.
Bel-Acuel, sans dire autre chose,
Le chapel prent, et si le pose
Sor ses crins* blons, et s'asséure; |* Cheveux.
Et la vielle li rit, et jure
S'ame, son cors, ses os, sa pel*, |* Peau.
C'onc ne li sist si bien chapel.
Bel-Acuel sovent se remire*, |* Regarde.
Dedens son miréor se mire
Savoir s'il est si bien céans.
Quant la vielle voit que léans* |* Là-dedans.
N'avoit fors eus deus solement,
Lez li* s'assiet tout belement, |* Près de lui.
Si li comence à préeschier.

La Vieille.
Ha, Bel-Acuel! tant vous ai chier,
Tant estes biaus et tant valés!
Mon tens jolis* est tous alés, |* Gai.
Et li vostres est à venir.
Poi* me porrai mès** soustenir |* Peu. ** Plus.
Fors à* baston ou à potence; |* Sinon avec.
Vous estes encor en enfance,
Si ne savés que vous ferés.
Mès bien sai que vous passerés

@

68 LE ROMAN (v. 13690)

Quanque ce soit, ou tempre*, ou tart, |* Tôt.
Parmi la flambe qui tout art*, |* Brûle.
Et vous baingnerés en l'estuve
Où Vénus les dames estuve.
Bien sai, le brandon sentirés,
Si vous lo que vous atirés* |* Et je vous conseille de
Ains que là vous aliés baignier, |vous arranger. * Avant.
Si cum vous m'orrés* enseignier. |* Ainsi que vous m'enten-
Car périlleusement s'i baigne |drez.
Jones homs qui n'a qui l'enseigne;
Mès se mon conseil ensivés*, |* Suivez.
A bon port estes arrivés.
Saichiés, se ge fusse ausinc sage, Quant g'estoie de votre aage,
Des gens d'Amors, cum ge sui ores*, |* Maintenant.
Car de trop grant biauté fui lores;
Mès or m'estuet* plaindre et gémir, |* Il me faut.
Quant mon vis esfacié remir*, |* Regarde.
Et voi que froncir le convient,
Quant de ma biauté me sovient
Qui ces valez faisait triper*. |* Qui ces jeunes gens fai-
Tant les faisoie desfriper*, |sait sauter. * Sécher.
Que ce n'iert se merveille non*. |* N'était sinon merveille.
Trop ière* lors de grant renon; |* J'étais trop.
Partout coroit la renomée
De ma gram biauté renomée.
Tele ale* avoit en ma méson, |* Affluence.
C'onques tele ne vit mès hon*. |* On ne vit plus.
Moult iert* par nuit mes huis** hurtés, |* Etait. ** Ma porte.
Trop lor faisoie de durtés
Quant lor failloie de convent*; |* Manquais de parole.
Et ce m'avenoit trop sovent,
Car j'avoie autre compaignie.
Faite en estoit mainte folie,
Dont j'avoie courrous assés;

@

(v. 13725) DE LA ROSE. 69

Savent en iert* mes huis cassés, |* Etait.
Et faites maintes tex* meslées, |* Telles.
Qu'ainçois* qu'els fussent desmeslées, |* Qu'avant.
Membres i perdoient et vies,
Par haïnes et par envies,
Tant i avenoit de contens*. |* Disputes.
Se mestre Argus li bien contens
I vosist* bien metre ses cures, |* Y voulût.
Et venist o* ses dix figures, |* Avec.
Par quoi tout certifie et nombre,
Si ne péust-il pas le nombre
Des grans contens certefier,
Tant séust bien monteplier*. |* Multiplier.
Lors ert mes cors fors et délires*, |* Alors était mon corps
G'éusse or plus vaillant mil livres |fort et leste.
De blanc estellins* que ge n'ai; |* Sterlings.
Mès trop nicement* me menai. |* Sottement.
Bele ere* et jonc et nice* et fole, |* Etais. ** Simple.
N'onc ne fu d'Amors à escole
Où l'en léust la téorique;
Mès ge sai tout par la pratique (1),
Expériment m'en ont fait sage (2),
Que j'ai hanté tout mon aage.
Or en sai jusqu'à la bataille,
Si n'est* pas drois que ge vous faille |* Et il n'est.
Des biens aprendre que ge sai,
Puis que tant esprové les ai.
Bien fait qui jones gens conseille.
Sans faille* ce n'est pas merveille |* Sans faute.
S'ous* n'en savés quartier ne aune, |* Si vous.
Car vous avés trop le bec jaune*. |* Vous êtes trop simple.
Mès tant a que ge ne finé,


(1) Usus et ars docuit quod sapit omnis homo. (2) Experto crede magistro.
@

70 LE ROMAN (v. 13757)

Que la science en la fin é,
Dont puis bien en chaière lire.
Ne fait à foïr n'à despire* |* Mépriser.
Tout ce qui est en grant aage;
Là trueve-l'en* sens et usage. |* Là trouve-t-on.
Ce a-l'en esprové de maint,
Qu'au mains en la fin lor remaint* |* Leur reste.
Usage et sens por le chaté*, |* Bien.
Combien qu'il l'aient achaté.
Et puis que j'ai sens et usage,
Que ge n'ai pas sans grant domage,
Maint vaillant homme ai décéu,
Quant en mes laz* les ting chéu; |* Lacs.
Mès ains fui* par mains decéue, |* Mais ayant je fus.
Que ge m'en fusse aparcéue.
Ce fu trop tact, lasse dolente*! |* Hélas, malheureuse.
G'iere jà hors de ma jovente*; |* J'étais déjà hors de ma
Mes huis, qui jà sovent ovroit, |jeunesse.
(Car par nuit et par jor ovroit*,) |* Travaillait.
e tient adés près du lintier*: |* Se trouve toujours près
Nus n'i vint hui, nus n'i vint hier, |du linteau (fermée).
Pensoie-ge, lasse chétive!
En tristor estuet* que ge vive: |* En tristesse il faut.
De duel* me deust li cuers partir**. |* De douleur. * Partager.
Lors m'en voil du païs partir,
Quant vi mon huis en tel repos;
Et ge-méismes me repos,
Car ne poi* la honte endurer. |* Car je ne pus.
Comment péusse-ge durer,
Quant cil jolis valez* venoient, |* Ces gais jeunes gens.
Qui jà si chière me tenoient,
Qu'il ne s'en pooient lasser,
Et g'es véoie trespasser,
Qui me regardoient de coste,
Et jadis furent mi chier hoste?

@

(v. 13792) DE LA ROSE. 71

Lez* moi s'en aloient saillant**, |* Près de. ** Sautant.
Sans moi prisier un oef vaillant.
Neis* cil qui jadis plus m'amoient, |* Même.
Vielle ridée me clamoient*, |* M'appelaient.
Et pis disoit chascuns assés,
Ains qu'il s'en fust outre passés.
D'autre part, mes enfés** gentis, |* Mon enfant. Nus, se trop n'iert bien ententis*, |* Nul, si trop n'était bien
Ou grans duel essaié n'auroit, |attentif.
Ne penseroit ne ne sauroit
Quel dolor au cuer me tenoit,
Quant en pensant me sovenoit
Des biaus diz*, des dons aésiers**, |* Paroles. ** Aises.
Des douz déduiz*, des douz besiers, |* Plaisirs.
Et des très-douces acolées
Qui s'en ierent si tost volées*. |* Qui s'étaient sitôt envo-
Volées! voire, et sans retor; |lées.
Miex me venist en une tor
Estre à tous jors emprisonnée,
Que d'avoir esté si tost née.
Diex! en quel soussi me metoient
Li biaus dons qui failli* m'estoient! |* En défaut.
Et ce qui remès* lor estoit, |* Resté.
En quel torment me remetoit!
Lasse! porquoi si tost nasqui?
A qui m'en puis-ge plaindre; à qui,
Fors à vous, fiz que j'ai tant chier?
Ne m'en puis autrement venchier
Que par aprendre ma doctrine.
Por ce, biau fiz, vous endoctrine;
Et quant endoctrinés serés,
Des ribaudiaus * me vengerés: |* Des petits drôles.
Car, se Diex plest, quant là vendra,
De cest sermon vous souvendra;
Car sachiés que du retenir,

@

72 LE ROMAN (v. 13827)

Si qu'il vous en puist* sovenir, |* De façon qu'il vous en
Avés-vous moult grant avantage, |puisse.
Par la raison de vostre aage.
Car Platons dist, c'est chose voire*, |* Vraie.
Que plus tenable est la mémoire
De ce qu'en aprent en enfance,
De quiconques soit la science.
Certes, chier fiz, tendre jovente*, |* Jeunesse. Se ma jonesce fust présente
Si cum est la vostre orendroit*, |* Maintenant.
Ne porroit estre escrite en droit
La venjance que g'en préisse.
Par tous les leus où ge venisse
Ge féisse tant de merveilles,
C'onques n'oïstes les pareilles,
Des ribaus qui si poi* me prisent, |* Peu.
Et me lédengent et despisent*, |* Vilipendent et dédai-
Et si vilment lez* moi s'en passent; |gnent. * Près de.
Et il et autre comparassent* |* Payeraient.
Lor grant orgoil et lor despit,
Sans prendre-en pitié ne respit:
Car, au sens que Diex m'a doné,
Si cum ge vous ai sermoné,
Savés en quel point g'es* méisse? |* Je les.
Tant les plumasse et tant préisse
Du lor de tort et de travers,
Que mengier les féisse as vers,
Et gésir* tous nuz ès** fumiers; |* Coucher. ** Sur les.
Méismement ceus les premiers
Qui de plus loial cueur m'amassent,
Et plus volentiers se pénassent
De moi servir et honorer.
Ne lor lessasse demorer
Vaillant un ail, se ge péusse,
Que tout en ma borce n'éusse;

@

(v. 13862) DE LA ROSE. 73

A povreté tous les méisse,
Et tous emprès* moi les féisse |* Après.
Par vive rage tripeter*. |* Trépigner.
Mès riens n'i vaut le regreter:
Qui est alé, ne puet venir.
Jamès n'en porrai nul tenir;
Car tant ai ridée la face,
Qu'il n'ont garde de ma menace.
Pieçà* que bien le me disoient |* Il y a longtemps.
Li ribaut, qui me despisoient*; |* Méprisaient.
Si me pris à plorer dès lores.
Par Dieu! si me plest-il encores.
Quant ge m'i sui bien porpensée*, |* J'y ai bien pensé.
Moult me délite* en ma pensée, |* Délecte.
Et me resbaudissent* li membre, |* Deviennent joyeux.
Quant de mon bon tens me remembre,
Et de la jolivete* vie |* Gaie.
Dont mes cuers a si grant envie.
Tout me rajovenist* li cors, |* Rajeunit.
Quant g'i pense et quant g'el recors*; |* Rappelle.
Tous les biens du monde me fait,
Quant me sovient de tout le fait,
Qu'au mains ai-ge ma joie éue,
Combien qu'il m'aient décéue.
Jone dame n'est pas oiseuse,
Quant el maine vie joieuse,
Méismement cele qui pense
D'aquerre à faire sa despense.
« Lors m'en vins en ceste contrée, Où j'ai vostre dame encontrée,
Qui ci m'a mise en son servise
Por vous garder en sa porprise*. |* Enceinte.
Diex, qui sires est et tout garde,
Doint* que g'en face bone garde! |* Donne (subj.).
Si feré-ge* certainement |* Et je ferai.

ROMAN DE LA ROSE. - T. II.
@

74 LE ROMAN (v. 13897)

Par vostre biau contenement*. |* Contenance.
Mès la garde fust périlleuse
Por la grant biauté merveilleuse
Que Nature a dedens vous mise,
S'el ne vous éust tant aprise
Proesce, sens, valor et grace;
Et por ce que tens et espace
Nous est or venu si à point,
Que de destorbier* n'i a point |* Embarras.
De dire quanque* nous volons |* Tout ce que.
Un poi miex que nous ne solons*, |* Un peu mieux que nous
Tout vous doie-ge conseillier. |n'avons coutume.
Ne vous devés pas merveillier
Se ma parole un poi recop* |* Recoupe, retranche.
Ge vous di bien avant le cop,
Ne vous voil mie en amor metre;
Mès s'ous* en volés entremetre, |* Si vous.
Ge vous monsterrai* volentiers |* Montrerai.
Et les chemins et les sentiers
Par où ge déusse estre alée,
Ains* que ma biauté fust alée. » |* Avant.

L'Acteur.
Lors se taist la Vielle, et sospire
Por oïr que cis* vodroit dire; |* Celui-ci.
Mès n'i va gaires atendant:
Car, quant le voit bien entendant
A escouter et à soi taire,
A son propos se prent à traire*, |* Tirer.
Et se pense: « Sens contredit ,
Tout otroie qui mot ne dit*. |* Qui ne dit mot consent.
Quant tout li plest à escouter,
Tout puis dire sans riens douter*. |* Redouter, craindre.
Lors a recomencié sa verve*, |* Caprice, fantaisie.

@

(v. 13929) DE LA ROSE. 75

Et dist, cum faulse vielle et serve,
Qui me cuida par ses doctrines
Faire leschier miel sor espines,
Quant volt* que fusse amis clamés*, |* Voulut. ** Appelé.
Sens estre par amors amés,
Si cum cil* puis me raconta, |* Ainsi que celui-là.
Qui tout retenu le conte a:
Car s'il fust tiex* qu'il la créust, |* Tel.
Certainement traï l'éust;
Mès por riens nule qu'el déist,
Tel traïson ne me féist.
Ce me fiançoit* et juroit, |* Promettait.
Autrement ne m'asséuroit.

La Vieille.
« Biau très-douz fiz, bele char* tendre, |* Chair.
Des geux d'Amors vous voil* aprendre, |* Je vous veux.
Que vous n'i soiés décéus.
Quant vous les aurés recéus,
Selon mon art vous conformés,
Car nus*, s'il n'est bien enformés, |* Nul.
N'es* puet passer sans beste vendre. |* Ne les.
Or pensés d'oïr et d'entendre,
Et de metre tout à mémoire,
Car g'en sai trestoute l'estoire.

Comment la Vieille sans tençon*, |* Dispute. Lit à Bel-Acueil sa leçon, Laquelle enseigne bien les fames Qui sont dignes de tous diffames*. |* Hontes, opprobres.
Biau fiz, qui vuet joïr d'amer,
Des dous maus, qui tant sunt amer,
Les comandemens d'Amors sache;
Mès gart* qu'Amors à li n'el sache**. |* Garde (subj.). ** Tire.
Et ci trestous les vous déisse,

@

76 LE ROMAN (v. 13957)

Se certainement ne véisse
Que vous en avés par nature
De chascun, à comble mesure,
Quanque* vous en devés avoir. |* Tout ce que.
De ceus que vous devés savoir
Dix en i a, qui bien les nombre;
Mès moult est fox* cil qui s'encombre |* Fou.
Des deus qui sunt au darrenier,
Qui ne valent un faus denier.
Bien vous en abandon les huit;
Mès qui les autres deus ensuit,
Il pert son estuide et s'afole*: |* Perd l'esprit.
L'en n'es* doit pas lire en escole. |* L'on ne les.
Trop malement les amans charge,
Qui vuet qu'amans ait le cuer large,
Et qu'en un seul leu le doit metre:
C'est faus texte, c'est fauce letre.
Ci ment Amors le fiz Vénus,
De ce ne le doit croire nus*. |* Nul.
Qui l'en croit, chier le comparra*, |* Payera.
Si cum* en la fin i parra**. |* Ainsi que. ** Paraîtra.
« Biau fiz, jà larges ne soiés; En plusors leus le cuer aiés,
En un sol leu jà n'el metés,
Ne n'el donnés, ne n'el prestés,
Mès vendés-le bien chièrement,
Et tous jors par enchièrement*; |* En enchérissant.
Et gardés que nus qui l'achat*, |* L'achète.
N'i puisse faire bon achat.
Por riens qu'il doint* jà point n'en ait, |* Donne (subj.).
Miex s'arde*, ou se pende, ou se nait. |* Se brûle.
Sor toutes riens gardés ces poins:
A doner aiés clos les poins,
Et à prendre les mains overtes.
Donner est grant folie certes,
@

(v. 13992) DE LA ROSE. 77

Se n'est un poi por gens atraire*, |* Attirer.
Quant l'en en cuide son preu* faire; |* Profit.
Ou por le don tel chose atendre
Qu'en ne le péust pas miex vendre.
Tel doner bien vous abandone.
Bon est doner, où cil qui done,
Son don monteplie* et gaaigne; |* Multiplie.
Qui certains est de sa gaaigne, |* Son gain.
Ne se puet du don repentir:
Tel don puis-ge bien consentir.
« Après de l'arc et des cinq fleiches, Qui tant sunt plains de boues teiches*, |* Qualités.
Et tant fièrent soutivement*, |* Frappent subtilement.
Traire* en savés si sagement, |* Tirer.
C'onques Amors, li bons archiers,
Des fleiches que tret li ars chiers*, |* Tire l'arc cher.
Ne tret miex, biau fiz, que vous faites,
Qui maintes fois les avés traites.
Mès n'avés pas tous jors séu
Quel part en sunt li cop chéu*; |* Tombés.
Car quant l'en tret à la volée,
Tex puet recevoir la colée*, |* Coup.
Dont l'archier ne se done garde.
Mès qui vostre manière esgarde,
Si bien savés et traire et tendre,
Que ne vous en puis riens aprendre.
S'en repuet estre tiex navrés*, |* Et tel en peut être blessé.
Dont grant preu*, se Dieu plest, aurés. |* Profit.
Si n'estuet jà que ge m'atour* |* Et il ne faut pas que je
De vous aprendre de l'atour |me dispose.
Des robes ne des garnemens* |* Habits.
Dont vous ferés vos paremens* |* Parures.
Por sembler as gens miex valoir;
N'il ne vous en puet jà chaloir*, |* Ni il ne vous en peut pas
Quant par cuer chançon savés |importer.
7.
@

78 LE ROMAN (v. 14027)

Que tant oï chanter m'avés,
Si cum* joer nous alion, |* Ainsi que.
De l'ymage Pymalion.
Là prenés garde à vous parer,
S'en saurés plus que buef d'arer*: |* De labourage.
De vous aprendre ces mestiers
Ne vous est mie moult mestiers*. |* Besoin.
« Et se ce ne vous puet soffire, Aucune chose m'orrés* dire |* M'ouïrez.
Çà avant, s'el* volés entendre, |* Si le.
Où bien porrés essample prendre;
Mès itant* vous puis-ge bien dire, |* Tant.
Se vous volés ami eslire,
Bien lo* que vostre amor soit mise |* Conseille.
Ou biau valet* qui tant vous prise, |* Jeune homme.
Mès n'i soit pas trop fermement.
Amés des autres sagement,
Et ge vous en querrai assés,
Dont grans avoirs iert* amassés. |* Sera.
Bon fait acointier* homes riches, |* Fréquenter.
S'il n'ont les cuers avers et chiches,
S'il est qui bien plumer les sache.
Bel-Acueil quanqu'il vuet en sache*, |* Tout ce qu'il veut en tire.
Por qu'il doint* à chascun entendre |* Donne (subj.).
Qu'il ne vodroit autre ami prendre
Por mil mars de fin or molu;
Et jurt* que s'il éust volu |* Et qu'il jure.
Soffrir que par autre fust prise
La Rose qui bien ert* requise, |* Etait.
D'or fust chargiés et de joiaus;
Mais tant est ses fins cuers loiaus,
Que jà nus* la main n'i tendra, |* Que jamais nul.
Fors cil seus* qui lors la tendra. |* Si ce n'est celui-là seul.
S'il sunt mil, à chascun doit dire:
« La Rose avés tous seus*, biau sire; |* Tout seul.

@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.