Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4 5 6 7 8 9

(v. 14062) DE LA ROSE. 79

Jamès autre n'i aura part,
Faille-moi Diex se ge la part*. » |* Dieu me manque si je la
Ce lor jurt* et sa foi lor baille; |partage. * Qu'il leur jure cela.
S'el se parjure, ne li chaille*: |* Ne lui importe.
Diex se rit de tel serement,
Et le pardone liément*. |* Joyeusement.
Jupiter et li Diex rioient
Quant li amant se parjuroient;
Et maintes fois se parjurèrent
Li Diex qui par amors amèrent.
Quant Jupiter asséuroit
Junon sa fame, il li juroit
Le palu* d'enfer hautement, |* Marais.
Et se parjuroit fausement (1).
Ce devroit moult asséurer
Les fins amans de parjurer
Saintes et sains, moustiers et temples,
Quant li Diex lor donent exemples.
Mais moult est fox, se Diex m'amant*, |* M'amende , me rend
Qui por jurer croit nul amant; |meilleur.
Car il ont trop les cuers muables*. |* Changeants.
Jones gens ne sunt pas estables,
Non sunt li viel soventes fois,
Ains mentent seremens et fois.
Et sachiés une chose voire*: |* Vraies.
Cil qui sires est de la foire,
Doit par tout prendre son tolin*; |* Droit.
Et qui ne puet à un molin,


(1) Nec timide promitte: trahunt promissa puellas; Pollicitis testes quoslibet adde Deos. Jupiter ex alto perjuria ridet amantum; Et jubet Aeollos irrita ferre Notos. Per Styga Junoni falsum jurare solebat Jupiter. (Ovid., Artis amatoriae lib. I, V. 631.)
@

80 LE ROMAN (v. 14090)

Aut à l'autre trestout le cors*. |* Aille à l'autre tout en
Moult a soris povre secors, |courant.
Et fait en grant péril sa druge*, |* Fuite, retraite.
Qui n'a c'un pertuis à refuge.
Tout ainsinc est-il de la fame,
Qui de tous les marchiés est dame
Que chascuns fait por li avoir.
Prendre doit partout de l'avoir*: |* Du bien, de l'argent.
Car moult auroit fole pensée,
Quant bien se seroit porpensée*, |* Aurait bien réfléchi.
S'el ne voloit ami que un;
Car, par saint Liefart de Meun!
Qui s'amor en un sol leu livre,
N'a pas son cuer franc ne délivre*, |* Libre.
Ains* l'a malement aservi. |* Mais.
Bien a tel fame déservi* |* Mérité.
Qu'ele ait assés anui et paine,
Qui d'un sol home amer se paine.
S'el faut à celi de confort*, |* Si elle manque avec celui-
El n'a nulli* qui la confort; |là de consolation. * Nul.
Et ce sunt cil qui plus i faillent,
Qui lor cuer en un sol leu baillent.
Tuit en la fin toutes les fuient,
Quant las en sunt et s'en enuient;
N'en puet fame à bon chief* venir. |* A bonne fin.

Comment la Royne de Cartage Dido, par le vilain oultrage Qu'Eneas son amy luy list, De son espée tost s'occist; Et comment Philis se pendit, Pour son ami qu'elle attendit.
Onc ne pot* Eneas tenir |* Jamais ne put.
Didon, roïne de Cartage,
Qui tant li ot fait d'avantage,
Que povre l'avoit recéu

@

(v. 14119) DE LA ROSE. 81

Et revestu et repéu
Las et fuitis du biau païs
De Troie, dont il fu naïs*. |* Natif.
Ses compaignons moult honorot,
Car en li trop grant amor ot;
Fist-li ses nez* toutes refaire |* Nefs.
Por li servir et por li plaire;
Dona-li, por s'amor avoir,
Sa cité, son cors, son avoir;
Et cil si l'en asséura,
Qu'il li promist et li jura
Que siens iert tous jors* et seroit, |* Qu'il serait toujours à
Ne jamès ne la laisseroit. |elle.
Mès cele gaires n'en joï,
Car li traïstres s'enfoï
Sens congié, par mer, à navie*, |* En navire.
Dont la bele perdi la vie;
Qu'el s'en ocist ains lendemain* |* Avant le lendemain.
De l'espée, o* sa propre main, |* Avec
Qu'il li ot donée en sa chambre.
Dido, qui son ami remembre,
Et voit que s'amor est perdue,
L'espée prent, et toute nue
La drece contremont la pointe*, |* La pointe en haut.
Souz ses deus mameles l'apointe*, |* La fixe.
Sor le glaive se lest* chéoir (1). |* Laisse.
Moult fu grant pitié à véoir.
Qui tel fait faire li véist,
Dur fust qui pitié n'en préist,
Quant si véist Didon la bele
Sor la pointe de l'alemele*; |* La lame.


(1) Proebuit Aeneas et causam mortis, et ensem: Ipsa sua Dido concidit usa manu. (Ovid., Fastorum lib. III, v. 549.)
@

82 LE ROMAN (v. 14150)

Par mi le cors* la se ficha, |* Par le milieu du corps.
Tel duel ot dont cil la tricha.
« Philis ausinc* tant atendi |* Aussi. Demophon, qu'ele se pendi (1)
Por le terme qu'il trespassa,
Dont serement et foi cassa.
« Que fist Pâris de Oenoné (2) Qui cuer et cors li ot doné,
Et cil s'amor lui redona?
Tantost retolu* le don a, |* Repris.
Si l'en ot-il en l'arbre escriptes
A son costel* letres petites |* Avec son couteau.
Dessus la rive, en leu de chartre*, |* Au lieu de charte.


(1) Démophon, ou Démophoon, étoit fils de Thésée et de Phèdre. Comme il revenoit de la guerre de Troie, il fut poussé par la tempête sur les côtes
de Thrace, où régnoit Phylis. Cette princesse, qui avoit le coeur tendre,
devint amoureuse de Démophon: elle lui proposa de l'épouser; il y consentit,
et quelque temps après il la pria de le laisser retourner à Athènes
pour mettre ordre à ses affaires. Son voyage fut long; et son amante, au
désespoir d'une si longue absence, s'imagina qu'il lui avoit manqué de foi;
elle se pendit, et fut changée en un arbre que l'on appela Phylis ou
amandier sans feuilles.
Démophon étant revenu après ce tragique accident, il embrassa ce tronc infortuné, qui, sensible aux caresses de ce prince, parut tout à coup
couvert de feuilles. (Métamorphoses d' Ovide.) On peut lire les regrets de
Phylis et son impatience sur le retour de son mari, dans la seconde épître
des Héroïdes d'Ovide. (L. D. D.) (2) Pâris, surnommé Alexandre, fils de Priam et d'Hécube. Sa mère songea, pendant sa grossesse, qu'elle mettoit au monde un flambeau qui
devoit embraser la ville de Troie. Ce songe l'ayant effrayée, elle eut recours
à l'oracle, qui répondit que l'enfant dont elle étoit enceinte seroit
un jour la cause de la ruine de sa patrie. Priam, voulant prévenir ce malheur,
donna ses ordres pour que l'on fit périr cet enfant aussitôt qu'il
auroit vu la lumière; la tendresse maternelle s'opposa à l'exécution d'un
ordre si cruel. Elle confia l'éducation de son fils à des bergers. Lorsqu'il
fut grand, il s'enflamma pour la nymphe Oenone, fille du fleuve Xantus;
il l'abandonna dans la suite pour la femme de Ménélas. Ce que l'auteur
du Roman de la Rose raconte des amours de Pâris et d'Oenone, est
tiré de la cinquième épître des Héroïdes d'Ovide. (L. D. D.)
@

(v. 14163) DE LA ROSE. 83

Qui ne valurent une tartre.
Ces letres en l'escorce estoient
D'un poplier, et représentoient
Que Xantus s'en retorneroit (1)
Si tost cum il la lesseroit.
Or r'aut* Xantus à la fonteine, |* Maintenant r'aille.
Qu'il* la lessa puis por Heleine. |* Car il.
« Que refist Jason de Médée Qui si vilement refu lobée*, |* Fut à son tour dupée.
Que li faus sa foi li menti
Puis qu'el l'ot de mort garenti,
Quant des toriaus, qui feu getoient
Par lor geules, et qui venoient
Jason ardoir* et despecier, |* Brûler.
Seus feu sentir et sens blecier,
Par ses charmes le délivra,
Et le serpent si enivra,
C'onques ne se pot esveillier,
Tant le fist forment* someillier? |* Fortement.
Des chevaliers de terre nés,
Bataillereus et forsenés*, |* Insensés.
Qui Jason voloient occierre*, |* Tuer.
Quant il entr'eus geta la pierre,
Fist-ele tant qu'il s'entrepristrent,
Et qu'il méismes s'entr'occistrent,
Et li fist avoir la toison
Par son art et par sa poison*. |* Potion, breuvage.
Puis fist Eson rajovenir*, |* Rajeunir.
Por miex Jason à soi tenir;
Ne riens de li plus ne voloit,
Fors qu'il l'amast cum il soloit*, |* Si ce n'est qu'il l'aimât
Et ses mérites regardast, |comme il était habitué.


(1) Nom d'une petite rivière fort célèbre dans les anciens poëtes, parce qu'elle couloit dans la Troade, et près la ville de Troie. Elle a sa source
au mont Ida. (Méon.)
@

84 LE ROMAN (v. 14195)

Por ce que miex sa foi gardast.
Puis la lessa, maus trichierres*, |* Le mauvais trompeur.
Li faus, li desloiaus, li lierres*, |* Le larron.
Dont ses enfans, quant el le sot,
Por ce que de Jason les ot,
Estrangla de duel* et de rage, |* De douleur.
Dont el ne fist mie que sage,
Quant el lessa pitié de mère,
Et fist pis que marastre amère.
Mil essamples dire en sauroie,
Mais trop grant conte à faire auroie.
Briément, tuit les lobent* et trichent, |* Dupent.
Tuit sunt ribaut, partout se fichent:
Si les doit-l'en ausinc trichier,
Non pas son cuer en un fichier.
Fole est fame qui si* l'a mis, |* Ainsi.
Ains* doit avoir plusors amis, |* Mais.
Et faire, s'el puet, que tant plaise,
Que tous les mete à grant mésaise.
S'el n'a grâces, si les aquière*, |* Qu'elle les acquière.
Et soit tous jors vers eus plus fière
Qui plus, por s'amor déservir*, |* Pour mériter son amour.
Se péneront de li servir;
Et de ceus acoillir s'esforce
Qui de s'amor ne feront force.
Saiche de geus et de chançons,
Et fuie noises et tençons*. |* Bruits et disputes.
S'el n'est bele, si se cointait*, |* Pare.
La plus lede ator plus cointe* ait; |* Elégant.
Et s'ele véoit déchéoir,
(Dont grant duel* seroit à véoir,) |* Douleur.
Les biaus crins de sa teste blonde,
Ou s'il convient* que l'en les tonde |* S'il faut.
Par aucune grant maladie,
Dont biauté est tost enledie,

@

(v. 14230) DE LA ROSE. 85

Ou s'il avient que par courrous
Les ait aucuns ribaus desrous*, |* Arrachés.
Si que de ceus ne puisse ovrer
Por grosses treces recovrer,
Face tant que l'en li aporte
Cheveus de quelque fame morte,
Ou de soie blonde borriaus*, |* Bourre.
Et boute* tout en ses forriaus. |* Mette.
Sus ses oreilles port tex* cornes, |* Telles.
Que cers ne bués ne unicornes*, |* Que cerf ni boeuf ni li-
S'il se devoient esfronter*, |corne. * Affronter, mettre front
Ne puist ses cornes sormonter. |contre front.
Et s'el ont mestier* d'estres taintes, |* Besoin.
Taingne-les en jus d'erbes maintes,
Car moult ont forces et mécines* |* Médecines.
Fruit, fust*, feulle, escorce et racines. |* Bois.
« Et s'el reperdoit sa color (1), Dont moult auroit au cuer dolor,
Face qu'ele ait oingtures* moistes |* Onguents.
En ses chambres, dedens ses boistes,
Tous jors por soi farder repostes*; |* Cachées.
Mès bien gart que nus* de ses ostes |* Nul.
N'es* puist ne sentir ne véoir: |* Ne les.
Trop li en porroit meschéoir*. |* Arriver malheur.
S'ele a biau col et gorge blanche,
Gart que cil* qui sa robe trenche**, |* Qu'elle garde que celui.
Si très-bien la li escolete*, |** Taille, coupe. * Décollette.
Que sa char pere* blanche et nete |* Paraisse.
Demi-pié darriers et devant:
Si en sera plus décevant.
Et s'ele a trop grosses espaules,
Por plaire as dances et as baules*, |* Bals.


(1) Sanguine quae vero non rubet, arte rubet. (Ovid., Artis amatoriae lib. III. v. 200.)
@

86 LE ROMAN (v. 14262)

De délié drap robe port*, |* Qu'elle porte.
Si perra de mains lait déport*. |* Et elle paraîtra de moins
Et s'el n'a mains beles et netes |laide tournure.
Ou de sirons ou de bubetes*, |* Boutons.
Gart que lessier ne les i vueille;
Face-les oster à l'agueille,
Ou ses mains en ses gans repoingne*: |* Cache.
Si n'i perra bube* ne roingne. |* Bubon.
Et s'ele a trop lordes mameles,
Preingne cuevrechief ou toeles
Dont sus le pis* se face estraindre, |* Poitrine
Et tout entor ses costés ceindre,
Puis atachier, coudre ou noer;
Lors si se puet aler joer.
« Et comme bone baisselete*, |* Bachelette. Tiengne la chambre Vénus* nete; |* De Vénus.
S'ele est preus et bien enseignie,
Ne lest* entor nide iraignie |* Laisse (subj.).
Qu'el n'arde ou rée, errache ou housse*, |* Qu'elle ne brûle ou rase,
Si qu'il n'i puisse cuillir mousse. |arrache ou ôte.
S'ele a lais piez, tous jors se chauce,
A grosse jambe ait tenvre* chauce (1). |* Délicate, déliée.
Briément, s'el set sor li nul vice,
Covrir le doit, se moult n'est nice*. |* Niaise, sotte.
S'el set qu'ele ait mauvese alaine,
Ne li doit estre grief ne paine
De garder que jà ne jéune
Ne qu'el ne parole jéune*; |* Ni qu'elle parle à jeun.
Et gart*, s'el puet, si bien sa bouche, |* Garde.
Que près du nez as gens ne touche.
Et s'il li prent de rire envie,


(1) Pes malus in nivea semper caeletur aluta; Arida nec vinclis crura resolve suis. (Ovid., Artis amatoriae lib. III. v. 271.)
@

(v. 14293) DE LA ROSE. 87

Si bel et si sagement rie,
Qu'ele descrieve deus fossetes
D'ambedeus pars de ses levretes*. |* De deux côtés de ses pe-
Ne par ris n'enfle trop ses joes, |tites lèvres.
Ne ne restraingne pas ses moes*; |* Ni ne serre pas trop ses
Jà ses lèvres par ris ne s'uevrent, |lèvres.
Mès repoignent* les dens et cuevrent. |* Cachent.
Fame doit rire à bouche close,
Car ce n'est mie bele chose
Quant el rit à geule estendue
Trop semble estre large et fendue.
Et s'el n'a dens bien ordenées (1),
Mès lèdes et sans ordre nées,
S'el les monstroit par sa risée,
Mains en porroit estre prisée.
Au plorer r'afiert-il* manière; |* Il faut encore.
chascune est assés manière* |* Habile, exercée.
De bien plorer en quelque place:
Car, jà soit ce qu'en* ne lor face |* Car quoiqu'on.
Ne grief ne honte ne molestes*, |* Ni ennuis.
Tous jors out-eles lermes prestes.
Toutes plorent et plorer seulent* |* Ont l'habitude.
En tel guise cum eles veulent;
Mès hom ne se doit jà movoir
S'il véoit tex lermes plovoir
Ausinc espès cum onques plut,
C'onc* à fame tex plor ne plut, |* Car jamais.
Ne tex diaus ne tex marrimens* |* Ni tel deuil ni tel cha-
Que ce ne fust conchiemens*: |grin. * Déception.
Plor de fame n'est fors agait*. |* Piège.
Mès gart que par voiz ne par uevre,


(1) Si Diger, aut ingens, aut non erit ordine natus Dens Md, ridendo maxima damna feres. (Ovid., Artis amatoriae lib. III. v. 279.)
@

88 LE ROMAN (v. 14324)

Riens de son penser ne descuevre.
Si r'afiert* bien qu'el soit à table |* Et il faut encore.
De contenance convenable:
Lors n'est dolors qu'ele n'agait;
Mès ains qu'el s'i voise* séoir, |* Aille.
Face-soi par l'ostel véoir,
Et à chascun entendre doingne* |* Donne (subj.).
Qu'ele fait moult bien la besoingne.
Aille et viengne avant et arrière,
Et s'asiée la derrenière,
Et se face un petit atendre,
Ains* qu'el puisse à séoir entendre (1). |* Avant.
Et quant ele iert* à table assise, |* Sera.
Face, s'el puet, à tous servise.
Devant les autres doit taillier,
Et du pain entor soi baillier;
Et doit, por grâce déservir*, |* Mériter.
Devant le compaignon servir
Qui doit mengier en s'escuele.
Devant li mete cuisse ou êle,
Ou buef ou porc devant li taille,
Selonc ce qu'il auront vitaille*, |* Nourriture.
Soit de poisson ou soit de char*. |* Viande.
N'ait jà cuer de servir eschar*, |* Avare.
S'il est qui soffrir le li voille;
Et bien se gart qu'ele ne moille
Ses dois ès broez* jusqu'as jointes, |* Dans les sauces.
Ne qu'el n'ait pas ses lèvres ointes
De sopes, d'aulx ne de char* grasse, |* Chair, viande.
Ne que trop de morsiaus n'entasse,
Ne trop gros n'es* mete en sa bouche. |* Ne les.


(1) Sera veni; positaque decens incede lucerna. Grata mora est Veneri: maxima lena mora est. (Ovid., Artis amatoriae, lib. III, v. 751.)
@

(v. 14355) DE LA ROSE. 89

Du bout des dois le morsel touche
Qu'el devra moillier en la sauce,
Soit vert, ou cameline ou jauce*, |* Jaune.
Et sagement port sa bouchée,
Que sus son piz* goute n'en chée** |* Poitrine. ** Tombe.
De sope, de savor, de poivre.
Et si gentement redoit* boivre, |* Doit encore.
Que sor soi n'en espande goute;
Car por enfrume* ou por trop gloute |* Mal élevée.
L'en porroit bien aucuns tenir,
Qui celi* verroit avenir. |* A celle-là.
Et gart que jà henap* ne touche |* Et garde que jamais
Tant cum ele ait morsel en bouche; |coupe (1).
Si doit si bien sa bouche terdre*, |* Essuyer.
Qu'el n'i lest nule gresse aerdre*, |* Laisse nulle graisse res-
Au mains en la lèvre desseure: |ter attachée.
Car quant gresse en cele demeure,
Ou vin en perent les mailletes*, |* Dans le vin paraissent
Qui ne sunt ne beles ne netes. |les petites taches.
Et boive petit à petit,
Combien qu'ele ait grant apétit.
Ne boive pas à une alaine
Ne henap plain ne cope plaine,
Ains* boive petit et sovent, |* Mais.
Qu'el n'aut* les autres esmovant |* N'aille.
A dire que trop en engorge,
Ne que trop boive à gloute* gorge; |* Gloutonne.
Mès deliéement le coule.
Le bort du henap trop n'engoule*, |* N'enfonce dans sa gorge.
Si comme font maintes norrices,
Qui sunt si gloutes et si nices* |* Simples.


(1) Il y avait des hanaps de toutes matières, d'or, d'argent, de madre, c'est-à-dire de bois, quelquefois ornés d'or et de pierres précieuses. Voyez
le Roman d'Amis et Anzile, dans les Nouvelles françoises en prose du
treizième siècle, pag. 39.
8.
@

90 LE ROMAN (v. 14386)

Qu'el versent vin en gorge cruese*, |* Creuse.
Tout ainsinc cum en une huese*, |* Botte.
Et tant à grans gors* en entonent, |* Flots.
Qu'el s'en confundent et estonent.
Et bien se gart que ne s'enyvre,
Car en home ne en fame yvre
Ne puet avoir chose secrée*; |* Secrète.
Car puis que fame est enyvrée,
Il n'a point en li de desfense,
Ains jangle tout quanqu'ele* pense, |* Mais bavarde tout ce
Et est à tous abandonée, |qu'elle.
Quant à tel meschief* s'est donée. |* Malheur.
Et se gart* de dormir à table, |* Garde (subj.).
Trop en seroit mains agréable.
Trop de lèdes choses avienent
A ceus qui tex dormirs maintienent (1).
Ce n'est pas sens de someillier
Es* leus establis à veillier; |* Dans les.
Maint en ont esté decéu,
Et maintes fois en sunt chéu
Devant ou derriers ou de coste,
Brisent ou bras ou teste ou coste.
Gart que tex dormirs ne la tiengne*; |* Qu'elle prenne garde que
De Palinurus li soviengne, |tel sommeil ne la tienne.
Qui governoit la nef Enée.
Veillant l'avoit bien governée;
Mès quant dormirs l'ot envaï,
Du governail en mer chaï*, |* Tomba.
Et des compaignons noia près,
Qui moult le plorèrent après.


(1) Turpe jacens mulier, multo madefacta Lyaeo, Dignaque concubitus quoslibet illa pati. Nec somnis tutum posita succumbere mensa; Per somnos fieri multa pudenda solent. (Ovid., Artis amatoriae lib. III, v. 765.)
@

(v. 14416) DE LA ROSE. 91

« Si doit la dame prendre garde Que trop à joer ne se tarde;
Car el porroit bien tant atendre
Que nus* n'i vodroit la main tendre. |* Nul.
Querre* doit d'amors le déduit, |* Chercher.
Tant cum Jonesce la déduit*; |* L'amuse.
Car quant Viellesce fame assaut*, |* Assaillit.
D'amors pert la joie et l'assaut.
Le fruit d'amors, se fame est sage,
Coille en la flor de son aage;
Car tant pert de son tens, la lasse*! |* La malheureuse.
Cum sens joïr d'amors en passe.
Et s'el ne croit ce mien conseil,
Que por commun profit conseil,
Sache que s'en repentira
Quant Viellesce la flatira*. |* Courbera.
Mès bien sai qu'eles m'en creront,
Au mains ceus qui sages seront,
Et se tendront as rigles nostres*, |* A nos règles.
Et diront maintes paternostres
Por m'ame*, quant ge serai morte, |* Pour mon âme.
Qui les enseigne ore* et conforte: |* Maintenant.
Car bien sai que ceste parole
Sera léue en mainte escole.
« Biaus très-dous filz, se vous vivés, (Car bien voi que vous escrivés
Ou* livre du cuer volentiers |* Dans le.
Tous mes enseignemens entiers;
Et quant de moi départirés*, |* Partirez.
Se Diex plest, encor en lirés,
Et en serés mestre cum gié*,) |* Moi.
Ge vous doing de lire congié*, |* Donne de lire permis.
Maugré trestous les chanceliers,
Et par chambres et par celiers,
En prés, en jardins, en gaudines*, |* Bosquets.

@

92 LE ROMAN (v. 14451)

Sous paveillons et sous cortines,
Et d'enformer les escoliers
Par garderobes, par soliers*, |* Terrasses.
Par despenses et par estables,
Se n'avés leus plus délitables*, |* Délectables.
Mès que ma leçon soit léue,
Quant vous l'aurés bien retenue.
Et gart* que trop ne soit enclose, |* Et qu'elle prenne garde.
Car quant plus à l'ostel repose,
Mains est de toutes gens véue,
Et sa biauté mains congnéue,
Mains convoitie et mains requise.
Sovent voise* à la mestre église, |* Aille.
Et face visitacions
A noces, à processions,
A gens, à festes, à karoles*, |* Danses.
Car en tex leus tient ses escoles
Et chante à ses disciples messe
Li diex d'Amors et la déesse.
Mès bien se soit ainçois* mirée |* Auparavant.
Savoir s'ele iert bien atirée*; |* Si elle était bien ajustée,
Et quant à point se sentira, |accommodée.
Et par les rues s'en ira,
Si soit de beles aléures*, |* Allures.
Non pas trop moles ne trop dures,
Trop eslevées ne trop corbes,
Mès bien plésans en toutes torbes*. |* Foules.
Les espaules, les costés mueve
Si noblement, que l'en ne trueve
Nule de plus biau movement;
Et marche jolietement
De ses biaus solerès petis*, |* Petits souliers.
Que faire aura fait si fétis*, |* Elégants.
Qui joindront as piés si à point
Que de fronce* n'i aura point. |* Pli.

@

(v. 14486) DE LA ROSE. 93

Et se sa robe li traïne,
Ou près du pavement s'encline,
Si la liéve encoste* ou devant, |* De côté.
Si cum* por prendre un poi de vent, |* Ainsi que.
Ou por ce que faire le sueille*, |* Ait l'usage.
Ausinc cum secorcier* se vueille, |* Se retrousser.
Por avoir le pas plus délivre*. |* Dégagé.
Lors gart* que si le pié délivre, |* Alors qu'elle prenne gar-
Que chascun qui passe la voie, |de.
La bele forme du pié voie.
« Et s'el est tex que mantel port*, |* Et si elle est telle qu'elle Si le doit porter de tel port, |porte manteau.
Que trop la véue n'encombre
Du biau cors à qui il fait ombre;
Et por ce que le cors miex pere*, |* Mieux paraisse.
Et li tissu dont el se pere*, |* Pare.
Qui n'iert* trop larges ne trop gresles, |* N'était.
D'argent doré à menus pesles*, |* Perles.
Et l'aumosnière toutevoie*, |* Toutefois.
Qu'il est bien drois que l'en la voie,
A deus mains doit le mantel prendre,
Les bras eslargir et estendre,
Soit par bele voie ou par boe,
Et li soviengne de la roe
Que li paons fait de sa queue:
Face ausinc du mantel la seue*, |* La sienne.
Si que la penne* ou vaire ou grise, |* Bordure.
Ou tel cum el l'i aura mise,
Et tout le cors en apert* monstre |* En évidence.
A ceus qu'el voit muser encontre.
« Et s'el n'est bele de visage, Plus lor doit torner comme sage
Ses beles treces, blondes, chières,
Et tout le haterel* derrières, |* Nuque.
Quant bel et bien trecié le sent.

@

94 LE ROMAN (v. 14521)

C'est une chose moult plaisant* |* Agréable.
Que biautés de cheveléure.
Tous jors doit fame metre cure
Qu'el puist la louve resembler,
Quant el vuet les berbis embler*; |* Prendre.
Car qu'el ne puist* du tout faillir, |* Car pour qu'elle ne
Por une en vet mil assaillir (1), |puisse.
Qu'el ne set laquele el prendra,
Devant que prinse la tendra.
Ainsinc doit fame partout tendre
Ses raiz* por tous les homes prendre: |* Rets, filets.
Car por ce qu'el ne puet savoir
Des quiex el puist* la grâce avoir, |* Desquels elle puisse.
Au mains por un à soi sachier*, |* Tirer.
A tous doit son croc atachier:
Lors ne tardera à venir
Qu'el n'en doie* aucun pris tenir |* Doive.
Des fox entre tant de milliers,
Qui li frotera ses illiers*, |* Oreilles.
Voire* plusors par aventure. |* Vraiment.
Cet art aide moult à nature.
« Et s'ele plusors en acroche Qui metre la veillent en broche,
Gart, comment que la chose queure*, |* Quelle prenne garde de
Qu'ele ne mete à deus une heure: |quelque manière que la
Car por décéu se tendroient, |chose coure.
Quant plusor ensemble vendroient*; |* Viendraient.
Si la porroient bien lessier:
Ce la porroit moult abaissier.
Car au mains li eschaperoit
Ce que chascuns aporteroit,


(1) Ad multas lupa tendit oves, praedetur ut unam; Et Jovis in multas devolat ales aves. .....semper tibi pendeat hamus. (Ovid., Artis amatoriae lib, III, v. 419 425.)
@

(v. 14552) DE LA ROSE. 95

Et ne lor doit jà riens lessier
Dont il se puissent engressier;
Mais metre à si grant povreté,
Qu'il muirent las et endeté;
Et cele en soit riche manans*, |* Propriétaire.
Car perdus est li remanans*. |* Reste.
D'amer povre home ne li chaille*, |* Ne lui importe.
Qu'il n'est riens que povres hons* vaille; |* Homme.
Se c'iert* Ovides ou Omers, |* Si c'était.
Ne vaudroit-il pas deus deniers (1).
Ne ne li chaille d'amer hoste;
Car, ainsinc cum il met et oste
Son cors en divers herbergages*, |* Logements.
Ainsinc li est li cuers volages.
Hoste amer ne li lo-ge* pas; |* Conseillé-je.
Mès toutevois en son trespas* |* Passage.
Se deniers ou joiaus li offre,
Prengne tout et mete en son coffre,
Et face lors cil son plesir,
Ou tout en haste ou à lesir.
Et bien gart qu'el n'aint* ne ne prise |* N'aime.
Nul home de trop grant cointise*, |* Coquetterie.
Ne qui de sa biauté se vante (2);
Car c'est orgoil qui si le tente.
Si s'est en l'ire Dieu* boutés |* La colère de Dieu.
Homs qui se plest*, jà n'en doutés; |* Homme qui se complaît
Car ainsinc le dit Tholomée, |en lui-même.
Par qui fu moult science amée:
Tex n'a pooir* de bien amer, |* Tel n'a pouvoir.


(1) Ipse, licet Musis venias comitatus, Homere; Si nihil attuleris, ibis, Homere, foras. (Ovid., Artis amatoriae lib. III, v. 279.) (2) Sed vitate viros cultum formamque professos; Quique suas ponunt in statione comas. (Ibid., lib. III, v. 433.)
@

96 LE ROMAN (v. 14581)

Tant a mauvès cuer et amer;
Et ce qu'il aura dit à l'une,
Autant dira-il à chascune,
Et pluseurs en revet lober*, |* En va encore attraper.
Por eus despoillier et rober*. |* Dérober.
Mainte complainte en ai véue
De pucele ainsinc décéue.
« Et s'il vient aucuns prometières*, |* Prometteur. Soit loiaus homs ou hoquelières*, |* Fripon.
Qui la vueille d'amor prier,
Et par promesse à soi lier,
Et cele ausinc repromete*; |* Que celle-là lui promette
Mais bien se gart qu'el ne se mete |aussi à son tour.
Por nule riens en sa manoie*, |* Autorité.
S'el ne tient ainçois* la monoie. |* Auparavant.
Et s'il mande riens par escrit,
Gart se cil faintement escrit,
Ou s'il a bone entencion
De fin cuer sans décepcion.
Après li rescrive en poi d'ore*, |* En peu de temps.
Mès ne soit pas fait sans demore*. |* Retard.
Demore les amans atise,
Mès que trop longe* ne soit prise; |* Longue.
Et quant ele orra* la requeste |* Ouïra.
De l'amant, gart que ne se heste
De s'amor du tout otroier;
Ne ne li doit du tout noier*, |* Refuser.
Ains* le doit tenir en balance, |* Mais.
Qu'il ait paor et espérance.
« Et quant cil plus la requerra, Et cele ne li offerra
S'amor, qui si forment l'enlace,
Gart soi la dame que tant face
Par son engin* et par sa force |* Habileté, ruse.
Que l'espérance adès enforce, |* Toujours.

@

(v. 14617) DE LA ROSE. 97

Et petit à petit s'en aille
La paor, tant qu'ele défaille*, |* Manque.
Et qu'il facent pez et concorde.
Cele qui puis à li s'acorde,
Et qui tant set de guiles* faintes, |* Ruses.
Dieu doit jurer, et sainz et saintes,
C'onc ne se volt mès otroier*
A nul, tant la séust proier; |* Que jamais elle ne se
Et die: « Sire, c'est la some, |voulut plus octroyer.
Foi que doi saint Père de Rome,
Par fin amor à vous me don*, |* Je me donne.
Car ce n'est pas por vostre don:
N'est hons* nés por qui ce féisse |* Homme.
Por nul don, tant grant le véisse.
Maint vaillant home ai refusé,
Car moult ont maint à moi musé:
Si croi que m'avés enchantée;
Male leçon m'avés chantée. »
Lors le doit estroit acoler
Et baisier, por miex afoler*. |* Rendre fou.
Mès s'el vuet mon conseil avoir,
Ne tende à riens fors* qu'a l'avoir. |* Si ce n'est.
Fole est qui son ami ne plume
Jusqu'à la derrenière plume:
Car qui miex plumer le saura,
C'iert* cele qui mieldre** l'aura, |* Ce sera. ** Meilleur.
Et qui plus iert chière tenue,
Quant plus chier se sera vendue;
Car ce que l'en a pour noiant*, |* Néant, rien.
Tant le va-l'en plus viltoiant*. |* Tenant pour vil, dédai-
L'en n'el prise pas une escorce; |gnant.
Se l'en le pert, l'en n'i fait force,
Au mains si grant ne si notée,
Cum s'en l'avoit chier achatée.
« Mais au plumer r'affiert* manière: |* Il faut encore. 9
@

98 LE ROMAN (v. 14657)

Ses valez et sa chamberière,
Et sa seror et sa norrice,
Et sa mère, se moult n'est nice*, |* Simple.
Por qu'il consentent la besoingne,
Facent tant tuit que cil lor doingne* |* Que celui-là leur donne.
Sorcot* ou cote, ou gans ou mofles**, |* Surtout. ** Mitaines.
Et ravissent cum uns escofles* |* Oiseau de proie.
Quanqu'il* en porront agraper, |* Tout ce qu'ils.
Si que cil ne puist eschaper
De lor mains en nule manière,
Tant qu'il ait fait sa darrenière;
Si cum cil qui geue as* noiaus, |* Ainsi que celui qui joue
Tant lor doint deniers et joiaus. |aux.
Moult est plus tost proie achevée,
Quant par plusors mains est levée.
Autre fois li redient: « Sire,
Puisqu'il le vous convient à dire*, |* Puisqu'il faut vous le
Vez* qu'a ma dame robe faut**; |dire. * Voyez. ** Manque.
Comment soffrés-vous cest défaut?
S'el vosist* faire, par saint Gile! |* Si elle voulait.
Por tel a-il en ceste vile,
Comme roïne fust venue
Et chevauchast à grant sambue*. |* Etalage.
Dame, porquoi tant atendés,
Que vous ne la li demandés?
Trop par estes* vers li honteuse, |* Vous êtes trop.
Quant si vous lesse soffreteuse. »
Et cele, combien qu'il li plaisent,
Lor doit commander qu'il se taisent;
Que tant espoir* en a levé, |* Peut-être.
Qu'el l'a trop malement grevé.
Et s'ele voit qu'il s'aparçoive
Qu'il li doint* plus que il ne doive, |* Donne.
Et que forment grevé cuide estre
Des grans dons dont il la suet* pestre, |* A coutume.

@

(v. 14692) DE LA ROSE. 99

Et sentira que de douer
Ne li ose mès sermoner,
Lors li doit prier qu'il li preste,
Et li jurt* qu'ele est toute preste |* Et qu'elle lui jure.
De le li rendre à jor nomé
Tel cum il li aura doné;
Mès bien est par moi desfendu
Que jamès riens n'en soit rendu.
« Se ses autres amis revient, Dont ele a plusors, se Dé vient*, |* S'il plaît à Dieu.
(Mais en nul d'eus son cuer n'a mis,
Tout les clame-ele* ses amis,) |* Bien qu'elle les appelle.
Si se complaingne*, comme sage, |* Et qu'elle se plaigne.
Que sa meillor robe est en gage,
Et queurt* chascun jor à usure, |* Court.
Dont ele est en si grant ardure,
Et tant est ses cuers à mésèse,
Qu'el ne fera riens qui li plèse
Se cil ne li réant* ses gages; |* Rachète.
Et li valés*, se moult n'est sages, |* Jeune homme.
Por quoi pécune li soit sorse*, |* Arrivée.
Metra tantost main à la borse,
Ou fera quelque chevissance* |* Expédient.
Dont li gage auront délivrance,
Qui n'ont mestier d'estre réans*, |* Qui n'ont besoin d'être
Ains sunt, espoir, trestuit léans* |rachetés. * Là-dedans.
Por le bacheler* enserré |* Jeune homme.
En aucun cofre bien ferré:
Qu'il ne li chaut, espoir, s'il cherche* |* Car il ne lui importe,
Dedens sa huche ou à sa perche, |peut-être, s'il cherche.
Por estre de li miex créue,
Tant qu'ele ait la pécune éue.
Li tiers réserve d'autel lobe*; |* De pareille fable.
Ou ceinture d'argent, ou robe,
Ou guimple lo* qu'el li demande, |* Je conseille.

@

100 LE ROMAN (v. 14727)

Et puis deniers qu'ele despende*; |* Dépense.
Et s'il ne li a que porter,
Et jurt*, por reconforter, |* Qu'il jure.
Et fiance* de pié, de main, |* Assure.
Qu'il l'aportera lendemain,
Face-li les oreilles sordes;
Ne croie riens, que ce sunt bordes*: |* Bourdes.
Trop sunt tuit apers* mentéors. |* Clairs
Plus m'ont menti li flatéors
Et fois et seremens jadis,
Qu'il n'a de sainz en paradis.
Au mains puisqu'il n'a que poier*, |* Payer.
Face au vin son gage envoier
Por deus deniers, por trois, por quatre,
Ou voise* hors aillors esbatre. |* Aille.
« Si doit fame, s'el n'est musarde, Faire semblant d'estre coarde,
De trembler, d'estre paoreuse,
D'estre destrainte* et angoisseuse, |* Dans l'embarras.
Quant son ami doit recevoir,
Et li face entendre de voir*, |* Vrai.
Qu'en trop grant péril le reçoit.
Quant son mari por li déçoit,
Ou ses gardes ou ses parens;
Et que se la chose ert parens* |* Apparente.
Qu'ele vuet faire en repostaille*, |* Cachette.
Morte seroit sans nule faille*. |* Faute.
Et jurt* qu'il ne puet demorer, |* Qu'il jure.
S'il la devroit vive acorer*; |* Dût-il lui arracher le
Puis demeurt* à sa volenté, |coeur vivante. * Demeure (subj.).
Quant el l'aura bien enchanté.
Si li redoit bien sovenir, Quant ses amis devra venir,
S'el voit que nus ne l'aparçoive,
Par la fenestre le reçoive,
Tout puist-ele miex* par la porte; |* Bien qu'elle pût mieux.
Et jurt qu'ele est destruite et morte,

@

(v. 14764) DE LA ROSE. 101

Et que de li seroit néans,
Se l'en savoit qu'il fust léans*: |* Là-dedans.
N'el garroient* armes esmolues, |* Ne le garantiraient.
Heaumes, haubers, pex* ne maçues, |* Pieux.
Ne husches ne clotes* ne chambres, |* Enfoncements.
Qu'il ne fust dépeciés par membres.
Puis doit la dame souspirer,
Et soi par semblant aïrer*, |* Irriter.
Et l'assaille et li core sore*; |* Et lui courir sus.
Et die que si grant demore* |* Retard.
N'a-il pas faite sans raison,
Et qu'il tenoit en sa maison
Autre fame, quel qu'ele soit,
Dont li solas* miex li plesoit, |* Plaisir.
Et qu'ore* est-ele bien traïe, |* Et que maintenant.
Quant il l'a por autre enhaïe*; |* Haïe.
Et doit estre lasse clamée*, |* Malheureuse appelée.
Quant ele aime sens estre amée.
Et quant orra* ceste parole, |* Ouïra.
Cil qui la pensée aura fole,
Si cuidera tout erraument* |* Croira tout de suite.
Que cele l'aint* trop loiaument, |* L'aime (subj.).
Et que plus soit de li jalouse
C'onc ne fu de Vénus, s'espouse,
Vulcanus, quant il l'ot trovée
Avecques Mars prise provée.
Es laz* qu'il ot d'arain forgiés, |* Lacs, filets.
Les tenoit andeus tous deux en fors giés*, |* Liens.
Ou geu d'amors joinz et liés,
Tant les ot le fol espiés.

Comment Vulcanus espia Sa femme, et moult fort la lia D'un laz* avec Mars, ce me semble, |* Lac, lien. Quant couchies les trouva ensemble.
Sitost cum Vulcanus ce sot*, |* Sut.
Que pris provés andeus* les ot |* Tous deux.
9.
@

102 LE ROMAN (v. 14796)

Es laz* qu'entor le lit posa, |* Dans les lacs.
(Moult fu fox quant faire l'osa:
Car cil a moult poi de savoir,
Qui seus cuide* sa fame avoir.) |* Qui seul croit.
Les Dieux i fist venir en heste,
Qui moult ristrent* et firent feste, |* Rirent.
Quant en ce point les aparçurent.
De la biauté Vénus s'esmurent
Tuit li plusor des dame-diex*, |* Seigneurs dieux.
Qui moult faisoit plaintes et diex* |* Deuil.
Comme honteuse et corrocie,
Dont ainsinc iert prise et lacie*, |* De ce qu'ainsi elle était prise
C'onc n'ot honte à ceste pareille*. |et enlacée. * Car jamais il n'y eut
Si n'iert-ce* pas trop grant merveille, |honte à celle-là pareille. * Et
Se Vénus o* Mars se metoit; |n'était-ce. * Avec.
Car Vulcanus si lais estoit,
Et si charbonés de sa forge,
Par mains et par vis* et par gorge, |* Visage.
Que por riens Vénus ne l'amast,
Combien que mari le clamast*. |* L'appelât.
Non par Dieu pas, se ce fut ores* |* Maintenant.
Absalon o ses treces sores*, |* Blondes.
Ou Pâris, filz le roi de Troie,
Ne l'en portast-el jà manoie*: |* Faveur.
Que bien savoit la débonaire,
Que toutes fames sevent faire:
« D'autre part, el sunt franches* nées; |* Libres. Loi les a condicionées,
Qui les oste de lor franchises
Où Nature les avoit mises: ...... Car Nature n'est pas si sote
Qu'ele féist nestre Marote
Tant solement por Robichon (1),


(1) Voyez sur les personnages populaires de Robin et Marion, notre Théâtre français au moyen âge, pag. 26-48.

@

(v. 14829) DE LA ROSE. 103

Se l'entendement i fichon,
Ne Robichon por Mariete
Ne por Agnès ne por Perrete;
Ains* nous a fait, biau filz, n'en doutes, |* Mais.
Toutes por tous et tous por toutes,
Chascune por chascun commune,
Et chascun commun por chascune,
Si que quant eus sunt alliées*, |* Fiancées.
Par loi prises et mariées,
Por oster dissolucions
Et contens* et occisions, |* Contestations.
Et por aidier les norretures* |* Educations.
Dont il ont ensemble les cures*, |* Soins.
Si s'esforcent en toutes guises
De retorner à lor franchises
Les dames et les damoiseles,
Quiex qu'el soient, lèdes ou beles.
Franchise à lor pooir maintienent,
Dont trop de maus vendront et vienent,
Et vindrent à plusors jadis.
Bien en nomberroie jà dis,
Voire cent; mès ge les trespasse*, |* Passe.
Car g'en seroie toute lasse,
Et vous d'oïr tous encombrés,
Ains que g'es* éusse nombrés |* Avant que je les.
Car quant chascuns jadis véoit
La fame qui miex li séoit,
Maintenant ravir la vosist*, |* L'aurait voulu.
Se plus fors ne la li tosist*, |* Enlevât.
Et la lessast, s'il li pléust,
Quant son voloir fait en éust;
Si que jadis s'entretuoient,
Et les norretures* lessoient, |* Educations.
Ains* que l'en féist mariages |* Avant.
Par le conseil des homes sages.

@

104 LE ROMAN (v. 14864)

Et qui vodroit Orace croire,
Bone parole en dit et voire*; |* Véritable.
Car moult bien sot lire et diter.
Si la vous voil ci* réciter: |* Et je la vous veux ici.
Car sage fame n'a pas honte,
Quant bone autorité raconte.
Jadis au temps Hélène furent
Batailles, que les c... esmurent,
Dont cil à grain dolor périrent
Qui por eus les batailles firent;
Mès les mors n'en sunt pas séues,
Quant en escrit ne sunt léues (1):
Car ce ne fu pas la première,
Non sera-ce la darrenière,
Par qui guerres vendront et vindrent
Entre ceus qui tendront et tindrent
Lor cuers mis en amor de fame,
Dont maint ont perdu cors et ame,
Et perdront, se li siècles dure.
Mès prenés bien garde à Nature:
Car, por plus clèrement véoir
Cum ele a merveilleus pooir*, |* Pouvoir.
Mainz essamples vous en puis metre,
Qui bien font à véoir en letre.

Cy nous est donné par droicture Exemple du povoir Nature.
Li oisillon du vert boscage,
Quant il est pris et mis en cage,


(1) Vixere fortes ante Agamnenona Multi: sed omnes illacrimabiles Urgentur; ignotique longa Nocte, carent qui a vate sacro. (Qninti Horatii Flaccci Odarum lib. IV; carm. IX, v. 25)
@

(v. 14890) DE LA ROSE. 105

Norris moult ententivement
Léans* délicieusement, |* Là-dedans.
Et chante, tant cum sera vis*, |* Vit, en vie.
De cuer gai, ce vous est avis,
Si désire-il les bois ramés,
Qu'il a naturelment amés,
Et vodroit sor les arbres estre,
Jà si bien n'el saura-l'en pestre;
Tous jours i pense, et s'estudie
A recovrer sa franche vie.
Sa viande à ses piez démarche*, |* Il foule aux pieds sa
Por l'ardor qui son cuer li charche, |nourriture.
Et vet par sa cage traçant*, |* Marchant.
A grain angoisse porchaçant
Comment fenestre ou pertuis truisse*, |* Trouve (subj.).
Par quoi voler au bois s'en puisse.
Ausinc sachiés que toutes fames,
Soient damoiseles ou dames,
De quelconque condicion,
Ont naturele entencion
Qu'el cercheroient volentiers
Par quex chemins, par quex sentiers,
A franchise* venir porroient, |* Liberté.
Car tous jors avoir la vorroient.
Ausinc vous dis-ge que li hon* |* Que l'homme.
Qui s'en entre en religion,
Et vient après qu'il s'en repent,
Par poi que de duel* ne se pent, |* Peu s'en faut que de
Et se complaint et se démente* |chagrin. * Lamente.
Si que tout en soi se tormente,
Tant li sourt* grant désir d'ovrer |* Vient.
Comment il porra recovrer
La franchise qu'il a perdue;
Car la volenté ne se mue* |* Ne se charge.
Por nul habit qu'il puisse prendre,

@

106 LE ROMAN (v. 14925)

En quelque leu qu'il s'aille rendre.
C'est li fox* poisson qui s'en passe |* Le sot.
Parmi la gorge de la nasse,
Qui, quant il s'en vuet retorner,
Maugré sien l'estuet* séjorner |* Malgré lui il lui faut.
A tous jors en prison léans*, |* Là-dedans.
Car du retorner est néans.
Li autres qui dehors demorent,
Quant il le voient si, acorent
Et cuident que cil s'esbanoie* |* Se divertit.
A grant déduit et à grant joie,
Quant là le voient tornoier,
Et par semblant esbanoier.
Et por ice méismement
Qu'il voient bien apertement* |* Clairement.
Qu'il a léans assés viande* |* Nourriture.
Tele cum chascun d'eus demande,
Moult volentiers i enterroient*. |* Entreraient.
Si vont entor, et tant tornoient,
Tant i hurtent, tant i aguetent,
Que truevent le trou et s'i getent;
Mès quant il sunt léans* venu, |* Là dedans.
Pris à tous jors et retenu,
Puis ne se puéent-il tenir
Que hors ne voillent revenir,
Là les convient à grant duel* vivre |* Il lui faut en grande
Tant que la mort les en délivre. |douleur.
« Tout autel* vie va quérant |* Pareille. Li jones lions, quant il se rent;
Car jà si grans solers* n'aura, |* Souliers.
Ne jà tant faire ne saura
Grant chaperon ne large aumuce*, |* Ornement de tête.
Que Nature ou cuer ne se muce*. |* Cache.
Lors est-il mors et mal-baillis* |* Maltraité.
Quant frans estas li est faillis,

@

(v. 14960) DE LA ROSE. 107

S'il ne fait de neccessité
Vertu, par grant humilité;
Mès Nature ne puet mentir,
Qui franchise li fait sentir:
Car Oraces néis* raconte, |* Même.
Qui bien set que* tel chose monte, |* A quoi.
Qui vodroit une forche prendre
Por soi de Nature desfendre,
Et la boteroit hors de soi,
Revendroit-ele, bien le soi (1).
Tous jors Nature retorra*, |* Retournera.
Jà por habit ne demorra.
Que vaut ce? Toute créature
Vuet retorner à sa nature.
Jà n'el lerra* par violence |* Laissera.
De force ne de convenance*. |* Bon accord.
Ce doit moult Vénus escuser,
Quant voloit de franchise user,
Et toutes dames qui se geuent*, |* Jouent.
Combien que mariage veuent;
Car ce lor fait Nature faire,
Qui les veut à franchise traire*. |* Tirer.
Trop est fort chose que Nature,
Qu'el passe néis norreture*. |* Même éducation.
« Qui prendroit, biau filz, un chaton

(1) Naturam ex pellas furca, tamen usque recurret. Horat., lib. I, epist. X, v. 24.) Ce que La Fontaine a dit depuis dans la fable de la Chatte métamorphosée
en femme:
Coups de fourches ni d'étrivieres Ne lui font changer de manieres. Qu'on lui ferme la porte au nez, Il reviendra par les fenêtres. (L. D. D.)
@

108 LE ROMAN (v. 14985)

Qui onques rate ne raton
Véu n'auroit, puis fust noris,
Sens jà véoir ras ne soris,
Lonc tens par ententive cure
De délicieuse pasture,
Et puis véist soris venir,
N'est riens qui le péust tenir,
Se l'en le lessoit eschaper,
Qu'il ne l'alast tantost haper.
Trestous ses mez en lesseroit,
Jà si fameilleux* ne seroit; |* Affamé.
N'est riens qui pez entr'eus féist,
Por poine que l'en i méist.
Qui norrir un polain sauroit Qui jument véue n'auroit,
Jusqu'à tens qu'il fust grans destriers
Por soffrir seles et estriers,
Et puis véist jument venir,
Vous l'orriés* tantost hennir; |* Vous l'ouïriez.
Et verriés contre corre*, |* Courre, courir.
S'il n'iert* qui l'en péust rescorre**, |* S'il n'était. ** Secourir,
Non pas morel* contre morele |empêcher. * Noir.
Solement, mès contre fauvele*, |* Fauve.
Contre grise, contre liarde*, |* Isabelle.
Se frain ou bride n'el retarde,
Ou qu'il puisse sus eus saillir*; |* Sauter.
Toutes les vodroit assaillir.
Et qui morele ne tendroit,
Tout le cours* à morel vendroit, |* Au pas de course.
Voire à fauvel ou à liart,
Si cum sa volenté li art*. |* Brûle.
Li premiers qu'ele troveroit,
C'est cis* qui ses maris seroit, |* Celui.
Qu'el n'en r'a nules espiées,
Fors que les truisse* desliées. |* Sinon qu'il les trouve.

@

(v. 15020) DE LA ROSE. 109

Et ce que ge di de morele,
Et de fauvel et de fauvele,
Et de liart et de morel,
Di-ge de vache et de torel,
Et de berbis et de mouton:
Car de ceus mie ne douton
Qu'il ne voillent lor fames toutes.
Ne jà de ce, biau filz, ne doutes,
Que toutes ausinc tous n'es* voillent, |* Ne les.
Toutes volentiers les acoillent.
Ainsinc est-il, biau filz, par m'ame!
De tout home et de toute fame,
Quant à naturel apétit,
Dont loi les retrait* un petit. |* Retire.
Un petit! mès trop, ce me semble;
Car quant loi les a mis ensemble,
Et vuet, soit valés* ou pucele, |* Jeune homme.
Que cil ne puist* avoir que cele, |* Que celui-là ne puisse.
Au mains tant cum ele soit vive,
Ne cele autre tant cum cil vive,
Mès toutevois* sunt-il tenté |* Toutefois.
D'user de franche volenté:
Car bien sai que* tel chose monte, |* A quoi.
Si s'en gardent aucuns por honte,
Li autre por paor de paine;
Mais Nature ainsinc les demaine* |* Gouverne.
Cum les bestes que ci déismes.
Ge le sai bien par moi-méismes;
Car ge me sui tous jors pénée
D'estre de tous homes amée;
Et se ge ne doutasse* honte, |* Redoutasse.
Qui refreine* mains cuers et doute, |* Tient en bride.
Quant par ces rues m'en aloie,
Car tous jors aler i voloie
D'aornemens envelopée

ROMAN DE LA ROSE - T. II.
@

110 LE ROMAN (v. 15055)

(Por noiant* fust une popée), |* Néant, rien.
Ces valés*, qui tant me plesoient |* Jeunes gens.
Quant ces dous regars me fesoient,
Douz Diex! quel pitié m'en prenoit,
Quant cis* regars à moi venoit! |* Ce.
Tous ou plusors les recéusse,
Si lor pléust et ge péusse.
Tous les vosisse tire à tire*, |* Je les voudrais tous l'un
Se ge poïsse* à tous soffire; |après l'autre. * Si je pouvais.
Et me sembloit que s'il péussent,
Volentiers tuit me recéussent.
Je n'en met hors prélaz ne moines,
Chevaliers, borjois ne chanoines,
Ne clerc ne lai, ne fol ne sage,
Por* qu'il fust de poissant aage, |* Pourvu.
Et de religions saillissent*, |* Et de maisons religieuses
S'il ne cuidassent qu'il faillissent, |sortissent.
Quant requise d'amors m'eussent;
Mès se bien mon penser séussent
Et nos condicions trestoutes,
Il n'en fussent pas en tex* doutes; |* Tels.
Et croi que se plusor osassent,
Lor mariages en brisassent,
Et de foi ne lor sovenist,
Se nus à privé* me tenist. |* En particulier.
Nus n'i gardast condicion,
Foi ne veu ne religion,
Se ne fust aucuns forsenés* |* Insensé.
Qui fust d'amors enchifrenés,
Et loialment s'amie amast.
Cil, espoir, quite me clamast*, |* Celui-là peut-être me
Et pensast à la soe* avoir, |tiendrait quitte. * Sienne.
Dont il ne préist nul avoir.
Mès moult est poi de tex* amans, |* Peu de tels.
Si m'aïst Diex et sains Amans,

@

(v. 15090) DE LA ROSE. 111

Comme ge croi certainement,
S'il parlast à moi longement,
Qué qu'il déist, mençonge ou voir*, |* Vérité.
Trestout le féisse esmovoir,
Quex qu'il fust, séculer ou d'ordre,
Fust ceint de cuir roge ou de corde,
Quelque chaperon qu'il portast,
O* moi, ce croi, se déportast**, |* Avec. ** Se divertirait.
S'il cuidast que ge le vosisse*, |* Voulusse.
Ou que, sans plus, ge le soffrisse.
Ainsinc Nature nous justise*, |* Punit.
Qui nos cuers à délit* atise, |* Plaisir.
Par quoi Vénus de Mars amer
A mains déservi* à blasmer. |* Moins mérité.
« Ainsinc cum en tel point estoient Mars et Vénus, qui s'entramoient,
Des dieux i ot mains qui vosissent* |* Moins qui voulussent.
Que li autre diex se risissent
En tel point cum il font de Mars.
Miex vosist puis deux mile mars
Avoir perdu dans* Vulcanus, |* Sire.
Que cest euvre séust jà nus*; |* Nul.
Car li dui* qui tel honte en orent, |* Les deux.
Quant il virent que tuit le sorent,
Firent dès lors à huis* overt |* Porte.
Ce qu'il faisoient en covert.
N'onques puis du fet n'orent honte,
Que li diex tindrent d'eus lor conte,
Et tant publièrent la fable,
Qu'el fu par tout le ciel notable.
S'en fu Vulcanus plus iriés*, |* Et en fut Vulcain plus
Quant fu plus li fais empiriés; |chagrin.
N'onques puis n'i pot conseil metre,
Ainsinc cum tesmoigne la letre.
Miex li venist estre soffers,

@

112 LE ROMAN (v. 15125)

Qu'avoir au lit les laz* offers, |* Lacs, liens.
Et que jà ne s'en esméust;
Mès fainsist* que riens n'en séust. |* Feignit.
S'il vosist avoir bele chière*, |* S'il voulait avoir bonne
De Vénus, que tant avoit chière. |mine.
« Si se devroit cis* prendre garde |* Celui-là. Qui sa fame ou s'amie garde,
Et par son fol aguet tant euvre
Que provée la prent sor l'euvre:
Car sache que pis en fera,
Quant prise provée sera;
Ne cil qui du mal félon art*, |* Brûle.
Que si l'a prise par son art*, |* Artifice.
Jamès n'en aura, puis* la prise, |* Depuis.
Ne biau semblant ne bon servise.
Trop est fors maus que jalousie,
Qui les amans art* et soussie; |* Brûle, consume.
Mais ceste a jalousie fainte,
Qui faintement fait tel complainte*, |* Telle plainte.
Et amuse ainsinc le musart.
Quant plus l'amuse, et cil plus art.
« Et s'il ne s'en daigne escondire*, |* Fâcher. Ains die*, por li metre en ire, |* Mais dise.
Qu'il a voirement* autre amie, |* Véritablement.
Gart* que ne s'en corroce mie. |* Qu'elle prenne garde.
Jà soit ce que* semblant en face, |* Quoique.
Se cil autre amie porchace*, |* Acquiert.
Jà ne li soit à un bouton* |* Qu'elle ne se soucie pas
De la ribaudie au glouton; |plus que d'un bouton.
Mès face tant que cil recroie*, |* Croie à son tour.
Por ce que d'amer ne recroie*, |* Cesse.
Qu'el voille autre ami porchacier*, |* Acquérir.
Et qu'el n'el fait fors* por chacier |* Si ce n'est.
Celi dont el vuet estre estrange:
Car bien est drois que s'en estrange*, |* Eloigne.

@

(v. 15160) DE LA ROSE. 113

Et die: « Trop m'aves mesfait,
Vengier m'estuet* de ce mesfait; |* Me faut.
Puisque vous m'avés faite coupe*, |* Faute.
Ge vous ferai d'autel* pain soupe. |* De tel.
Lors sera cil en pire point
C'onques ne fu, s'il l'aime point,
Ne ne s'en saura déporter*; |* Divertir.
Car nus n'a pooir* de porter. |* Nul n'a pouvoir.
Grant amor ardamment ou pis*, |* Dans la poitrine.
S'il n'a paor d'estre acoupis*. |* Cocu.
Lors resaille* la chamberière, |* Saute à son tour.
Et face paoreuse chière,
Et die: « Lasse! mortes somes.
Mes sires*, ou ne sai quex homes, |* Mon maître.
Est entrés dedens nostre court. »
Là convient* que la dame court |* Il faut.
Et entrelest* toute besoingne; |* Laisse.
Mès le valet ainçois repoingne*: |* Mais le jeune homme au-
En four, en estable ou en huche, |paravant cache.
Jusqu'à tant que l'en le rehuche*. |* Rappelle.
Quant ele iert* ariers là venue, |* Sera.
Cil qui desire sa venue,
Vodroit lors estre aillors, espoir*, |* Peut-être.
De paor et de désespoir.
« Lors se c'est uns autres amis Cui* la dame aura terme mis, |* A qui.
Dont el n'ara pas esté sage
Qu'el n'en port du tout le musage*, |* Le retard.
Combien que de l'autre li membre*, |* Souvient.
Mener le puet en quelque chambre:
Face lors tout quanqu'il vorra* |* Ce qu'il voudra.
Cil qui demorer ne porra,
Dont moult aura pesance et ire*; |* Souci et chagrin.
Car la dame li porra dire:
« Du demorer est-ce néans,
10
@

114 LE ROMAN (v. 15195)

« Puisque mes sires* est céans, |* Mon mari.
« Et quatre miens cousins germains.
« Si m'aïst* Diex et sains Germains, |* M'aide.
« Quant autre fois venir porrés,
« Ge ferai quanque vous vorrée*; |* Tout ce que vous vou-
« Mais soffrir vous convient à tant*. |drez. * II vous faut alors.
« Ge m'en revois*, car l'en m'atent. » |* Je m'en retourne.
Mès ainçois* le doit hors bouter, |* Auparavant.
Qu'el n'en puist huimès riens douter*. |* Désormais rien craindre.
Lors doit la dame retorner,
Qu'ele ne face séjorner
Trop longement l'autre à mésèse,
Por ce que trop ne li desplèse,
Et que trop ne se desconfort*; |* Ne se désole.
Si li redoint* novel confort. |* Redonne.
Si convient* que de prison saille**, |* Et il faut. ** Sorte.
Et que couchier avec li s'aille
Entre ses bras dedens sa couche;
Mès gart* que sens paor n'i couche. |* Prenne garde.
Face-li entendant et die
Qu'ele est trop fole et trop hardie,
Quant son mari por li déçoit,
Et el-méismes se déçoit,
Et jurt* que par l'ame son père |* Et qu'elle jure.
L'amor de li trop chier compère*, |* Paye.
Quant se met en tel aventure,
Jà soit ce qu'el* soit plus séure |* Quoiqu'elle.
Que ceus qui vont à lor talant* |* Gré, désir.
Par chans et par vignes balant*; |* Dansant.
Car délis* en séurté pris |* Plaisir.
Mains est plesant, mains a de pris.
Et quant aler devront ensemble, |* Qu'elle prenne garde
Gart que jà cil à li n'assemble*, |que celui-ci ne se joigne
Combien qu'il la tiengne à séjor*; |à elle. * En repos.
Por qu'ele voie cler le jor,

@

(v. 15230) DE LA ROSE. 115

Qu'el n'entrecloe ains* les fenestres, |* Qu'elle ne s'enferme au-
Que si soit umbragiés li estres*, |paravant. * La chambre.
Que s'ele a ne vice ne tache
Sor sa char*, que jà cil n'el sache. |* Chair.
Gart que nule ordure n'i voie,
Qu'il se metroit tantost à voie*, |* En chemin.
Et s'enfuiroit keue levée:
S'en seroit honteuse et grevée.
« Et quant se seront mis en l'uevre, Chascuns d'eus si sagement uevre* |* Travaille.
Et si à point que il conviengne
Que li délis ensemble viengne
De l'une et de l'autre partie,
Ains* que l'uevre soit départie** (1); |* Avant. ** Laissée.
Et si se doivent entr'atendre
Por ensemble à lor bone* tendre. |* Borne, but.
L'un ne doit pas l'autre laissier,
De nagier ne doivent cessier
Jusqu'il prengnent ensemble port:
Lors auront enterin déport*. |* Plaisir complet.
« Et s'el n'i a point de délit, Faindre doit que trop s'i délit*, |* Délecte.
Et faingne et face tous les signes
Qu'el set qui sunt au délit dignes,
Si qu'il cuit* que cele en gré prengne |* Tellement qu'il croie.
Ce qu'el ne prise une chastengne (2).
« Et s'il, por eus asséurer,

(1) Ad metam properate simul: tunc plena voluptas, Quum pariter victi femina virque jacent. (Ovid., Artis amatoriae lib. II, v. 727.) (2) Tu quoque, cui Veneris sensum Datura negavit, Dulcia mendaci gaudia finge sono. Infelix, cui torpet hebes locus ille, puella es, Quo pariter debent femina virque frui! Tantum, quum finges, ne sis manifesta caveto. (Ibid., lib. III, v. 797.)
@

116 LE ROMAN (v. 15257)

Puet vers la dame procurer
Qu'ele viengne à son propre ostel*, |* Logis.
Si r'ait la dame propos tel
Le jor qu'el devra l'erre prendre*, |* Se mettre en route.
Qu'el se face un petit atendre,
Si que cil* en ait grant désir |* De façon à ce que celui
Ains* que la tiengne à son plésir. |là. * Avant.
Giens d'amors est, quant plus demore*, |* Tarde.
Plus agréable qu'a droite* hore: |* Légitime.
S'en sunt cil mains entalenté*, |* Et en sont ceux-là moins
Qui les ont à lor volenté. |désireux.
Et quant iert à l'ostel* venue, |* Sera au logis.
Où tant sera chière tenue,
Lors li jurt* et li face entendre |* Alors qu'elle lui jure.
Qu'au jalous se fait tant atendre,
Qu'ele en frémist et tremble toute,
Et que trop durement se doute* |* Fortement redoute.
D'estre lédengiée* et batue, |* Vilipendée.
Quant ele iert* ariers revenue; |* Sera.
Mès comment qu'ele se démente*, |* Lamente
Combien que die voir*, ou mente, |* Dise vrai.
Prengne-en paor* séurement, |* Qu'elle en prenne peur.
Séurté paoreusement,
Et facent en lor priveté* |* En leur particulier.
Trestoute lor joliveté*. |* Plaisir.
« Et s'el n'a pas loisir d'aler A son ostel à li parler,
Ne recevoir ou sien* ne l'ose, |* Dans le sien.
Tant la tient li jalous enclose,
Lors le doit, s'el puet, enivrer,
Se miex* ne n'en set délivrer. |* Si mieux.
Et se de vin n'el puet faire yvre,
D'erbes puet avoir une livre,
Ou plus ou mains, dont sens dangier
Li puet faire boivre ou mangier:

@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.