Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4 5 6 7 8 9

(v. 15292) DE LA ROSE. 117

Lors dormira cil si formant*, |* Fortement.
Qu'il li lerra* faire en dormant |* Laissera.
Trestout quanque cele vorra*, |* Tout ce que celle-là vou-
Car destorner ne l'en porra. |dra.
De sa mesnie*, s'ele l'a, |* Maison.
Envoit ci* l'un, et l'autre là, |* Qu'elle envoie ici.
Ou par légiers dons les déçoive,
Et son ami par eus reçoive.
Ou les repuet* tous abevrer, |* Peut encore.
Se du secré les vuet sevrer;
Ou, s'il li plest, au jalous die:
« Sire, ne sai quel maladie,
Ou fièvre ou goute ou apostume,
Tout le cors m'embrase et alume;
Si m'estuet* que j'aille as estuves. |* Et il faut.
Tout aions-nous* céans deus cuves, |* Bien que nous ayons.
N'i vaudroit riens baing sens estuves:
Por ce convient* que ge m'estuves. |* Pour cela il faut.
Quant li vilains aura songié,
Li donra-il, espoir*, congié, |* Peut-être.
Combien qu'il face lède chière*; |* Mine.
Mès qu'ele maint* sa chamberière, |* Pourvu qu'elle mène.
Ou aucune soe* voisine, |* Sienne.
Qui saura toute sa couvine*, |* Affaire.
Et son ami, espoir, r'aura,
Et cele ausinc tout resaura.
Lors s'en ira chés l'estuvier*, |* L'étuviste.
Mès jà ne cuve ne cuvier
Par aventure n'i querra*; |* Cherchera.
Mès o* son ami se gerra**, |* Avec. ** Couchera.
Se n'est, por ce que bon lor semble,
Que baignier se doivent ensemble:
Car il la puet ilec* atendre, |* .
S'il set que cele part doit tendre.
« Nus* ne puet metre en fame garde, |* Nul.
@

118 LE ROMAN (v. 15327)

S'ele-méisme ne se garde:
Se c'iert* Argus qui la gardast, |* Si c'était.
Qui de ses cent iex l'esgardast*, |* La regardât.
Dont l'une des moitié veilloit,
Et l'autre moitié sommeilloit,
Quant Jupiter li fist trenchier
Le chief*, por Yo revenchier |* La tête.
Qu'il avoit en vache muée,
De forme humaine desnuée*, |* Privée.
(Mercurius le li trencha
Quant de Juno la revencha,)
N'i vaudroit sa garde mès riens:
Fox est qui garde tel mesriens*. |* Merrain.
« Mais gart que jà ne soit si sote, Por riens que clers ne lais* li note, |* Laïque.
Que jà riens d'enchantement croie,
Ne sorcerie ne charroie*, |* Charme.
Ne Balenus ne sa science,
Ne magique ne nigromance*, |* Nécromancie.
Que par ce puist* home esmovoir |* Puisse.
A ce qu'il l'aint par estovoir*, |* L'aime par force.
Ne que por li nule autre hée*: |* Haïsse.
Onques ne pot tenir Médée
Jason por nul enchantement;
N'onc Circé ne tint ensement* |* Pareillement.
Ulixes qu'il ne s'enfoïst,
Por nul sort que faire poïst*. |* Quelque conjuration que
« Si gart fame* qu'a nul amant, |faire pût. * Que femme garde. Tant l'aille son ami clamant*, |* Appelant.
Ne doingne* don qui gaires vaille: |* Ne donne.
Bien doint orillier ou toaille*, |* Serviette.
Ou cuevrechief ou aumosnière,
Mès qu'el ne soit mie trop chière,
Aguillier ou laz* ou ceinture, |* Lacs, lacets.
Dont poi* vaille la ferréure, |* Peu.

@

(v. 15362) DE LA ROSE. 119

Ou un biau petit coutelet,
Ou de fil un biau linsselet*, |* Voile, mouchoir.
Si cum font nonains par coustume (1);
Mais fox est qui les acoustume.
Miex vient fames du siècle* amer |* Du monde.
L'en ne s'en fait pas tant blasmer,
Si vont miex à lor volentés:
Lor maris et lor parentés
Sevent bien de paroles pestre;
Et jà soit (ce que ne puist estre)
Que l'un et l'autre trop ne coust,
Trop sunt nonains de graindre* coust. |* Plus grand.
Mès hons* qui bien sage seroit, |* Homme.
Tous dons de fames douteroit*: |* Craindrait.
Car dons de fame, à dire voir*, |* Vrai.
Ne sunt fors laz* à décevoir; |* Lacs, filets.
Et contre sa nature pèche
Fame qui de largesce a teche*. |* Qualité.
Lessier devons largesce as homes:
Car quant nous, fames, larges somes,
C'est grant meschéance* et grans vices. |* Malheur.
Déables nous ont fait si nices*! |* Simples.
Mès ne m'en chaut*; il n'en est guières |* Mais il ne m'importe.
Qui de don soient coustumières.
De tiex* dons cum j'ai dit devant, |* De tels.
Mès que ce soit en décevant,


(1) D'un autre côté, Robert de Blois défend aux dames d'accepter des cadeaux, si ce n'est de parents:

S'aucuns parenz vous veut doner Joiel, n'el devés refuser, Bele corroie ou biau contel, Aumosnière, afiche* ou anel, |* Broche. Mès qu'il n'i ait entencion Entre vous deus se de bien non, etc. Le Chastiement des dames, v. 233. (Fabliaux et Contes, édit. de Méon, tom. II. p. 191.)
@

120 LE ROMAN (v. 16388)

Biau filz, poés-vous bien user
Por les musars miex amuser;
Et gardés quanque l'en* vous done; |* Tout ce que l'on.
Et vous soviengne de la bone* |* Borne, but.
Où trestoute jonesce tent,
Se chascun pooit vivre tant:
C'est de viellesce qui ne cesse,
Qui chascun jor de nous s'apresse*, |* S'approche.
Si que quant là serés venus,
Ne soiés pas por fol tenus;
Mès soiés d'avoir si garni,
Que point ne soiés escharni*: |* Tourné en ridicule.
Car aquerre, s'il n'i a garde,
Ne vaut pas un grain de mostarde.
Ha, lasse*! ainsinc n'ai-ge pas fait: |* Malheureuse.
Or* sui povre par mon fol fait. |* Maintenant.
« Les grans dons que cil me donoient Qui tuit à moi s'abandonoient,
Au miex amé abandonoie.
L'en me donoit, et ge donoie,
Si que n'en ai riens retenu.
Doner m'a mis au pain menu;
Ne me sovenoit de viellesce,
Qui or m'a mis en tel destresce.
De povreté ne me tenoit;
Le tens ainsinc cum il venoit
Lessoie aler, sans prendre cure* |* Soin.
De despens faire par mesure.
Se ge fuisse sage, par m'ame!
Trop éusse esté riche dame: |* Je fus liée avec de trop
Car de trop grans gens fui acointe, |grandes gens.
Quant g'iere jà* mignote et cointe**! |* J'étais déjà. ** Elégante.
Et bien en tenoie aucuns pris;
Mès quant j'avoie des uns pris,
Foi que doi Dieu et saint Tibaut,

@

(v. 15423) DE LA ROSE. 121

Trestout donoie à un ribaut
Qui trop de honte me faisoit,
Mès c'iert cis* qui plus me plaisoit. |* C'était celui.
Les autres tous amis clamoie*, |* Appelais.
Mès li tant solement amoie;
Mès sachiés qu'il ne me prisoit
Un pois, et bien me le disoit.
Mauvais iert*, onques ne vis pire, |* Etait.
Onc ne me cessa de despire*; |* Mépriser.
Putain commune me clamoit
Li ribaus, qui point ne m'amoit.
Fame a trop povre jugement,
Et ge fui fame droitement*. |* Et je fus femme sûre-
« Onc n'amai home qui m'amast, |ment. Mès se cis ribaus m'entamast
L'espaule, ou ma teste éust quasse*, |* Cassée.
Sachiés que ge l'en merciasse.
Il ne me séust jà tant batre,
Que sor moi n'el féisse embatre*; |* Mettre.
Qu'il savoit trop bien sa pez faire,
Jà tant ne m'éust fait contraire*. |* Contrariété.
Ne jà tant m'éust mal menée
Ne batue ne traïnée,
Ne mon vis* blecié ne nerci, |* Visage.
Qu'ainçois* ne me criast merci |* Qu'auparavant.
Que de la place se meust,
Jà tant dit honte ne m'eust,
Que de pex* ne m'amonestast, |* Pieux, bâtons.
Et que lors ne me rafaitast*: |* Caressât.
Si r'avions et pez et concorde.
Ainsinc m'avoit prise à sa corde,
Car trop estoit fiers rafaitierres
Li faus, li traïstres, li lierres*. |* Larron.
Sens celi ne poïsse* vivre, |* Sans celui-là ne pourrais.
Celi vosisse* tous jors sivre; |* Celui-là je voudrais.
11
@

122 LE ROMAN (v. 15459)

S'il foïst, bien l'alasse querre* |* Chercher.
Jusqu'à Londres en Engleterre.
Tant me plut et tant m'abéli*, |* Me convint.
Qu'à honte me mist, et je li:
Car il menoit les grans aviaus* |* Prodigalités.
Des dons qu'il ot de moi tant biaus.
Ne n'en metoit nus en espernes*, |* Epargnes.
Tout jooit as dez en tavernes;
N'onques n'aprist autre mestier,
N'il ne l'en iert lors nul mestier*, |* Ni il ne lui en était alors
Car tant li livroie à despendre*, |nul besoin. * Dépenser.
Et ge l'avoie bien où prendre:
Tous li mondes iert mes rentiers,
Et il despendoit volentiers,
Et tous jors iert en ribaudie,
Trestout frioit de lécherie*. |* Etait ardent de débau-
Tant par avoit la bouche tendre, |che.
C'onc ne volt* à nul bien entendre; |* Que jamais il ne voulut.
N'onc vivre ne l'i abélit*i |* Plut.
Fors en oiseuse et en délit*. |* Si ce n'est en oisiveté et
En la fin l'en vi mal-bailli*, |en plaisir. * En mauvaise situation.
Quant li dons me furent failli:
Povres devint et pain quérant,
Et ge n'oi vaillant un seran*, |* Peigne de fer.
N'onques n'oi seignor espousé*. |* Ni jamais je n'eus épou-
Lors m'en vins, si cum dit vous é, |sé mari.
Par ces buissons gratant mes temples.
« Cis miens estaz vous soit essamples, Biau douz filz, et le retenez.
Si sagement vous démenez,
Que miex vous soit de ma mestrie*; |* Science.
Car quant votre Rose iert flestrie,
Et les chanes* vous assaudront, |* Cheveux blancs.
Certainement li don faudront*. |* Manqueront.

@

(v. 15493) DE LA ROSE. 123

L'Acteur.
Ainsinc la Vielle a sermoné.
Bel-Acueil, qui mot n'a soné,
Très-volentiers tout escouta.
De la Vielle mains se douta
Qu'il n'avoit onques fait devant,
Et bien se vet aparcevant
Que, se ne fust por Jalousie
Et ses portiers, où tant se fie,
Au mains les trois qui li demorent,
Qui tous jors par le chastel corent
Tuit forsené* por le desfendre, |* Insensés.
Légier fust le chastel à prendre*; |* Il fût aisé de prendre le
Mès jà n'iert pris si cum il cuide*, |château. * Mais jamais ne
Tant i metent cil grant estuide. |sera pris comme il croit.
De Male-Bouche qui mors iere*, |* Etait.
Ne faisoit nus d'eus lède chière*, |* Mine.
Qu'il n'iere point léans* amés; |* Là-dedans.
Tous jors les avoit disfamés
Vers Jalousie, et tous traïs,
Si qu'il ert si forment* haïs, |* Fortement.
Qu'il ne fust pas d'un ail raiens* |* Racheté.
De nus qui demorast laiens*, |* Là-dedans.
Se n'iert, espoir*, de Jalousie. |* Si ce n'était peut-être.
Cele amoit trop sa janglerie*. |* Caquet.
Volentiers prestoit l'oreille,
Si r'iert-ele triste à merveille
Quant li !erres chalemeloit*, |* Larron publiait.
Qui nule riens ne li céloit
Dont il li poïst sovenir,
Por quoi maus en déust venir.
Mès de ce trop grant tort avoit
Qu'il disoit plus qu'il ne savoit,
Et tous jors par ses flateries

@

124 LE ROMAN (v. 15526)

Ajoustoit as choses oïes;
Tous jors acroissoit les noveles,
Quant el n'ierent* bones ne beles, |* N'étaient.
Et les bones apetissoit.
Ainsinc Jalousie atisoit,
Comme cil qui toute sa vie
Usoit en jangle* et en envie. |* Caquet.
N'onques messe chanter n'en firent,
Tant furent liez* quant mort le virent. |* Joyeux.
Riens n'ont perdu, si cum* lor semble; |* Ainsi que.
Car, quant mis se seront ensemble,
Garder cuident si la porprise*, |* L'enclos.
Qu'el n'aura garde d'estre prise,
S'il i venoit cinq cens mil homes.

Les trois Portiers.
« Certes, font-il, poi* poissant somes, |* Peu.
Se sens ce larron ne savons
Garder tout quanque* nous avons. |* Ce que.
Ce faus traïtre, ce truant,
Aut s'ame ou* feu d'enfer puant |* Aille son âme au.
Qui la puist ardoir* et destruire! |* Qui la puisse brûler.
Onques ne list céans fors* nuire. |* Si ce n'est.

L'Acteur.
Ce vont li trois portier disant;
Mès, qué qu'il aillent devisant,
Forment* en sunt afébloié**. |* Fortement. ** Affaiblis.
Quant la Vielle ot tant fabloié*, |* Parlé, conté.
Bel-Acueil reprent la parole;
A tart comence et poi parole*, |* Peu parle.
Et dist comme bien enseigniés.

@

(v. 15554) DE LA ROSE. 125

« Madame, quant vous m'enseigniés
Vostre art si débonairement,
Je vous en merci bonement ;
Mès quant parlé m'avés d'amer,
Des dous maus où tant a d'amer,
Ce m'est trop estrange matire*. |* Matière.
Riens n'en sai fors* par oïr dire, |* Si ce n'est.
Ne jamès n'en quier* plus savoir. |* Veux.
Quant vous me reparlés d'avoir
Qui soit par moi grans amassés,
Ce que j'ai me soffist assés;
D'avoir bele manière et gente,
Là voil-ge bien metre m'entente*. |* Mon attention.
De magique, l'art au déable,
Je n'en croi riens, soit voir* ou fable; |* Vrai.
Mès du valet* que vous me dites, |* Jeune homme.
Où tant a bontés et mérites,
Que toutes grâces li acorent*, |* Accourent à lui.
S'il a grâces, si li demorent*. |* Qu'elles lui demeurent.
Ge ne bé* pas que soient moies**, |* Désire. ** Miennes.
Ains les li quit; mès toutevoies* |* Au contraire je les lui
N'el hé-ge* pas certainement; |abandonne; mais toute-
Ne ne l'aim pas si finement, |fois. * Je ne haïs.
Tout aie-ge pris son chapel,
Que por ce mon ami l'apel,
Se n'est de parole commune,
Si cum chascuns dist à chascune:
Bien puissiés-vous venir, amie!
Amis, et Diex vous bénéie!
Ne que ge l'aime ne honor,
Se n'est par bien et par honor.
Mès puisqu'il le m'a présenté,
Et recéu son présenté,

@

126 LE ROMAN (v. 15587)

Ce me doit bien plaire et séoir.
S'il puet, si me viengne véoir,
S'il a de moi véoir talent*: |* Désir, envie.
Il ne me trovera jà lent
Que n'el reçoive volentiers,
Mès que ce soit endementiers* |* Pendant.
Que Jalousie iert* hors de vile, |* Sera.
Qui forment* le het et avile; |* Fortement.
Si dout-ge, comment qu'il aviengne,
S'il vient céans, qu'el n'i sorviengne:
Car puis qu'ele a fait emmaler* |* Emballer.
Tout son hernois por hors aler,
Et de remaindre ai-ge congié*, |* Et de rester ai-je per-
Quant sor son chemin a songié, |mission.
Sovent à mi-voie retorne,
Et tous nous tempeste et bestorne*; |* Bouleverse.
Et s'el i vient par aventure,
Tant est vers moi crueuse* et dure, |* Cruelle.
S'ele le puet céans trover,
N'en puist-ele jà plus prover.
Se sa cruauté remembrés*, |* Rappelez.
Ge serai tous vis* desmembrés. » |* Vif.

L' Acteur.
Et la Vielle moult l'asséure.

La Vieille.
« Sor moi, dist-ele, soit la cure*, |* Le soin.
De l'i trover est-ce néans,
Et fust Jalousie céans:
Car ge sai tant de repostaille*, |* Cachette.
Que plustost en un tas de paille,
Si m'aïst Diex* et sains Remi, |* Si Dieu m'aide.

@

(v. 15616) DE LA ROSE. 127

Troveroit un oef de fremi*, |* Fourmi.
Que celi*, quant repost* l'auroie, |* Celui-là. ** Caché.
Si bien repondre* le sauroie. » |* Cacher.

Bel-Acueil.
« Dont voil-ge bien, dist-il, qu'il viengne,
Mès que sagement se contiengne,
Si qu'il se gart de tous outrages. » |* Excès.

La Vieille.
« Par la char Dieu*, tu dis que sages, |* Chair de Dieu.
Cum preus et cum bien apensés*, |* Réfléchi.
Filz, qui tant vaus et qui tans sés. »

L'Acteur.
Lor parole à tant faillirent*, |* Alors finirent.
D'ilec adonc se départirent*; |* Delà alors ils partirent.
Bel-Acueil en sa chambre va,
Et la Vielle ausinc se leva
Por besoingner par la mèson.
Quant vint leus et tens et sèson
Que la Vielle peut sol choisir* |* Apercevoir.
Bel-Acueil, si que par loisir
Péust-l'en bien à li parler,
Les degrés prent à dévaler*, |* Descendre.
Tant que de la tor est issue*; |* Sortie.
N'onques ne cessa puis l'issue* |* Depuis l'issue.
Jusqu'à mon hostel de troter.
Por moi la besoingne noter,
Vint-s'en à moi lasse et tagans*. |* Abattue.

La Vieille.
« Viens-ge, dist-ele, à point as gans*, |* Aux gens.

@

128 LE ROMAN (v. 15641)

Se ge vous di bones noveles
Toutes fresches, toutes noveles? »

L'Amant.
« As gans! dame, ains vous disens lobe*, |* Mensonge.
Que vous aurés mantel et robe,
Et chaperon à penne* grise, |* Bordure.
Et botes à vostre devise*, |* Gré.
Se me dites chose qui vaille. »
Lors me dist la Vielle que j'aille
Sus au chastel, où l'en m'atent:
Ne s'en volt* pas partir à tant**, |* Voulut. ** Alors.
Ains* m'aprist d'entrer la manière. » |* Mais.

Comment la Vieille la manière D'entrer au fort par l'huys* derrière |* Porte. Enseigna l'Amant à bas ton, Par ses promesses, sans nul don; Et l'instruisit si sagement, Qu'il y entra secrètement.
« Vous enterrés par l'uis* derrière, |* Vous entrerez par la
Dist-ele, et g'el vous vois* ovrir |porte. * Vais.
Por miex la besoingne covrir.
Cis passages est moult covers,
Sachiés cis uis* ne fu overs |* Sachez que cette porte.
Plus a de deux mois et demi. »

L'Amant.
« Dame, fis-ge, par saint Remi!
Coust* l'aune dix livres ou vint, |* Coûte (subj.).
(Car moult bien d'amis me souvint
Qui me dist que bien proméisse,
Néis se rendre ne poïsse*,) |* Même si rendre ne pusse.
Bon drap aurés, au pers* ou vert, |* Bleu.
Si ge puis trover l'uis* ouvert. » |* La porte.

@

(v. 15665) DE LA ROSE. 129

La Vielle à tant* de moi se part. |* Alors. Ge m'en revois* de l'autre part |* Revais.
A l'uis derrière où dit m'avoit,
Priant Dieu qu'à bon port m'avoit*. |* Me conduise.
A l'uis m'en vins sens dire mot,
Que la Vielle desfermé* m'ot, |* Ouvert.
Et le tint encor entreclos.
Quant me fui mis ens*, si le clos, |* Quand je me fus mis de-
Si fui mès plus séurement, |dans.
Et ge de ce méismement
Que ge soi* Male-Bouche mort; |* Sus.
Onques si liez* ne fui de mort. |* Joyeux.
Hec* vi la porte cassée. |* .
Ge ne l'oi pas plus tost passée,
Qu'Amor trovai dedens la porte,
Et son ost* qui confort m'aporte. |* Armée.
Diex! quel avantage me firent
Li vassal qui la desconfirent!
De Dieu et de saint Bénéoist
Puissent-il estre bénéoist*! |* Bénis.
Ce fu Faus-Semblant li traïstres,
Le filz Barat, li faus menistres
Dame* Ypocrisie sa mère, |* De dame.
Qui tant est as vertus amère,
Et dame Astenance-Contrainte,
Qui de Faus-Semblant est enceinte,
Preste d'enfanter Antecrist,
Si cum ge truis ou* livre escrit. |* Ainsi que je trouve dans
Cil la desconfirent sans faille*; |le. * Faute.
Si pri por eus, vaille que vaille.
Seignor, qui velt* traïstres estre, |* Veut. Face de Faus-Semblant son mestre,
Et Contrainte-Astenance prengne,
Double soit, et sangle* se faingne. |* Simple.
Quant cele porte que j'ai dite,

@

130 LE ROMAN (v. 15700)

Vi ainsinc prise et desconfite,
L'ost trovai aüné léans*, |* Réuni là-dedans.
Prest d'assaillir, mes iex véans*. |* A ma vue.
Se j'oi joie, nul n'el demant*: |* Demande (subj.).
Lors pensai moult parfondément
Comment j'auroie Douz-Regart.
Estes-le-vous*, que Diex le gart! |* Le voilà.
Qu'Amors par confort le m'envoie;
Trop grant pièce* perdu l'avoie. |* Temps.
Quant g'el vi, tant m'en esjoï,
Qu'a poi* ne m'en esvanoï: |* Que peu s'en faut que.
Moult refu liez* de ma venue |* Joyeux.
Douz-Regars, quant il l'ot véue;
Tantost à Bel-Acueil me monstre,
Qui saut sus* et me vient encontre, |* S'élance.
Comme cortois et bien apris,
Si cum* sa mère l'ot apris. |* Ainsi que.

Comment l'Amant en la chambrette De la tour, qui estoit secrette, Trouva par Semblant Bel-Acueil Tout prest d'acomplir tout son vueil*. |* Vouloir.
Enclins le salu de venue,
Et il ausinc me resalue,
Et de son chapel me mercie.
« Sire, fis-ge, ne vous poist* mie, |* Pèse, chagrine.
Ne m'en devés pas mercier;
Mès ge vous doi regracier* |* Rendre grâces à son tour.
Cent mile fois, quant me féistes
Tant d'onor que vous le préistes.
Et sachiés que s'il vous plaisoit,
Ge n'ai riens qui vostre ne soit
Por faire tout vostre voloir,
Qui qu'en déust rire ou doloir*. |* Se plaindre.
Tout me voil* à vous aservir |* Veux.

@

(v. 15730) DE LA ROSE. 131

Por vous honorer et servir,
S'ous* me volés riens comander, |* Si nous.
Ou sens commandemens mander;
Ou s'autrement le puis savoir,
G'i metrai le cors et l'avoir,
Voire* certes l'ame en balance (1), |* Vraiment.
Sens nul remors de conscience.
Et que plus certains en soiés,
Ge vous pri que vous l'essaiés;
Et se g'en fail*, jà n'aie joie |* Et si j'y manque.
De cors, ne de chose que j'oie. »

Bel-Acueil.
« Vostre merci, dist-il, biau sire.
Ge vous revoil* bien ausinc dire |* Je vous veux de mon côté. Que se j'ai chose qui vous plèse,
Bien voil que vous en aiés èse.
Prenés-en néis sens congié*, |* Même sans permission.
Par bien et par honor cum gié*. |* Moi.

L'Amant.
« Sire, fis-ge, vostre merci,
Cent mile fois vous en merci,


(1) En jeu. - Cette expression, sur laquelle Méon et Roquefort gardent le silence, comme si elle avait encore chez nous exactement le même sens,
n'est point assez claire pour s'expliquer d'elle-même. On la retrouve dans
la Branche des royaux lignages, v. 5341:

Dehors Muret, près de Garonne, Est, selonc ce que l'air résonne, Li criz granz et la tençon* fort, |* La lutte. Là où le conte de Montfort S'est mis en si dure balance Qu'o* douze cens homes de France... |* Qu'avec. Est assemblez à deus cens mile, etc.
Chroniques nationales françaises, édit. Verdière, tom. VII, p. 224.)
@

132 LE ROMAN (v. 15749)

Quant ainsinc puis vos choses prendre,
Dont n'i quier-ge* jà plus atendre, |* Veux-je.
Quant ci avés la chose preste,
Dont mes cuers fera gregnor* feste |* Plus grande.
Que de trestout l'or d'Alixandre (1). »
Lors m'avançai por les mains tendre
A la Rose que tant désir,
Por acomplir tout mon désir;
Si cuidai* bien à nos paroles, |* Et je crus.
Qui tant ierent* douces et moles, |* Etaient.
Et à nos plèsans acointances,
Plaines de beles contenances,
Que trop fust fait légièrement*; |* Facilement.
Mès il m'avint tout autrement.

Comment l'Amant se voulut joindre Au rosier pour la Rose attaindre; Mais Dangier qui bien l'espia, Lourdement et hault s'escria.
Moult remaint de ce que fox pense*: |* Il s'en manque beaucoup
Trop i trovai cruel desfense; |de ce que fou pense. Pro-
Car si cum* cele part tendi, |verbe.) * Ainsi que.
Dangier le pas* me desfendi, |* Passage.
Li vilains, que maus leus* estrangle! |* Loup.
Il s'estoit repost* en un angle |* Caché.
Par derriers, et nous aguetoit,
Et mot à mot toutes metoit


(1) D'Alexandrie. - Nos trouvères mentionnent aussi l'or de bien d'autres pays, principalement celui d'Arabie et d'Arcage, c'est-à-dire
sans doute d'Achaïe:

Et sains Andris dira ausi Que il convierti toute Alkaie, etc. (Chronique rimée de Philippe Mouskès, tom. Ier, pag 157, v. 3883.) Voyez nos Recherches sur les étoffes de soie, etc., tom. Ier, pag. 271, not. I; tom. II, pag. 29 ; pag. 101, not. 7; pag. 307, not. 4; et pag. 467.

@

(v. 15762) DE LA ROSE. 133

Nos paroles en son escrit.
Lors n'atent plus qu'il ne m'escrit*: |* Me crie.

Dangier parle à l'Amant.
« Fuiés, vassal, fuiés, fuiés,
Fuiés de ci, trop m'ennuiés.
Déables vous ont ramené,
Li maléoit*, li forsené, |* Maudit.
Qui à ce biau servise partent*, |* Participent.
Et tout prengnent ains* qu'il s'en partent. |* Avant.
Jà n'i viengne-il sainte ne saint.
Vassal, vassal, se Diex me saint*, |* Sauve.
A poi* que ge ne vous affronte. » |* Peu s'en faut.

L'Amant.
Lors saut Paor, lors acort Honte,
Quant oïrent le païsant,
Fuiés, fuiés, fuiés disant.
N'encor pas à tant* ne s'en tut |* Alors.
Mès le déable i amentut*, |* Rappela.
Et sainz et saintes en osta.
Hé Diex, cum si félon oste a*! |* Hâte il y a.
Si s'en corrocent et forsenent*, |* Deviennent fous.
Tuit trois par un acort me prenent,
Si me boutent arrier mes mains.
Jà n'en aurés, font-il, mes mains,
« Ne plus que vous éu avès:
Malement entendre savés
Ce que Bel-Acueil vous offri,
Quant parler à li vous soffri.
Ses biens vous offri liément*, |* Joyeusement.
Mès que ce fust honestement:
D'onesteté cure n'éustes,

@

134 LE ROMAN (v. 15791)

Mès l'offre simple recéustes,
Non pas ou* sens qu'en la doit prendre: |* Dans le.
Car sans dire est-il à entendre,
Quant prodoms* offre son servise, |* Homme de bien.
Que ce n'est fors* en bone guise, |* Sinon.
Qu'ainsinc l'entent li prometierres*. |* Prometteur.
Mès or nous dites, dans trichierres, |* Sire tricheur.
Quant ces paroles apréistes,
Ou droit sens pourquoi n'es* préistes? |* Ne les.
Prendre-les si vilainement
Vous vint de rude entendement,
Ou vous avés apris d'usage
A contrefaire le fol sage.
Il ne vous offri pas la Rose,
Car ce n'est mie honeste chose,
Ne que requerre li doiés*, |* Deviez.
Ne que sens requerre l'aiés;
Et quant vos choses li offristes,
Cele offre, comment l'entendistes?
Fu-ce por li venir lober*, |* Duper.
Ou por li sa robe rober*? |* Dérober.
Bien le traïssiés et boulés*, |* Attrapez.
Qui servir ainsinc le voulés
Por estre privés anemis.
Jà n'ert-il riens en livre mis
Qui tant puist nuire ne grever;
Se de duel deviés crever,
Si n'el devons-nous pas cuidier*: |* Croire.
Ce porpris vous convient* vuidier. |* Cet enclos il vous faut.
Maufez* vous i font revenir; |* Démons.
Car bien vous déust sovenir
Qu'autrefois en fustes chaciés:
Or tost aillors vous porchaciés*. |* Pourvoyez.
Sachiés cele ne fu pas sage
Qui quist* à tel musart passage; |* Chercha.

@

(v. 15826) DE LA ROSE. 135

Mès ne sot pas vostre pensée,
Ne la traïson porpensée*: |* Méditée.
Car jà quis ne le vous éust,
Se tel desloiauté séust.
Moult refu* certes décéus |* Fut à son tour.
Bel-Acueil li desporvéus,
Quant vous reçut en sa porprise*. |* Enclos, enceinte.
Il vous cuidoit* faire servise, |* Croyait.
Et vous tendés à son damage.
Par foi! tant en a chien qui nage,
Quant est arrivés, s'il aboie.
Or querés* aillors vostre proie, |* Maintenant cherchez.
Et hors de ce porpris* alés. |* Enclos.
Nos degrés tantost avalés* |* Descendez.
Débonairement et de gré,
Ou jà n'i conterés degré;
Car tiex* porroit tost ci venir, |* Tel.
S'il vous puet baillier* et tenir, |* Prendre.
Qui les vous fera mesconter*, |* Compter mal.
S'il vous i devoit afronter.
« Sire fox*, sire outrecuidiés, |* Sot. De toutes loiautés vuidiés,
Bel-Acueil que vous a forfait?
Por quel péchié, por quel forfait
L'avés sitost pris à haïr,
Qui le volés ainsinc trahir,
Et maintenant li offriés
Trestout quanque* vous aviés? |* Tout ce que.
Est-ce por ce qu'il vous reçut,
Et nous et li por vous déçut,
Et vous offri li damoisiaus* |* Le jeune gentilhomme.
Tantost ses chiens et ses oisiaus?
Sache-il, folement se mena,
Et de tant cum il fait en a,
Et por ore*, et por autrefois, |* Maintenant.

@

136 LE ROMAN (v. 15861)

Si nous gart Diex et sainte Fois,
Jà sera mis en tel prison,
C'onc en si fort n'entra pris hon* |* Prisonnier.
En tex* aniaus sera rivés, |* Tels.
Que jamès jor que vous vivés
Ne le verrés aler par voie,
Quant ainsinc nous trouble et desvoie*; |* Egare.
Mar* l'éussiés-vous tant véu, |* Il est malheureux que.
Par li somes tuit décéu. »

L'Acteur.
Lors le prenent et tant le batent,
Que fuiant en la tor l'embatent*, |* Le poussent.
Où l'ont, après tant de lédures*, |* Mauvais traitements.
A trois paires de serréures,
Sans plus metre n'en fers n'en clos,
Sous trois paires de clez enclos.
A cele, fois plus n'el grevèrent,
Mès c'iert* por ce qu'il se hastèrent; |* C'était.
Si li promistrent de pis faire,
Quant se seront mis au repaire*. |* Retour.

Comment Honte, Paour et Dangier, Prindrent l'Amant à lédengier*, |* Maltraiter. Et le batirent rudement, Leur criant merci humblement.
Ne se sunt pas à tant* tenu, |* Alors.
Sor moi sunt tuit trois revenu,
Qui dehors ière* demorés, |* Etais.
Tristes, dolens, mas, emplourés;
Si me r'assaillent et tormentent:
Or doint* Diex qu'encor s'en repentent |* Donne (subj.).
Du grant outrage qu'il me font.
Près que mes cuers de duel ne font;

@

(v. 15888) DE LA ROSE. 137

Car ge me voloie bien rendre,
Mès vif ne me voloient prendre.
D'avoir lor pez moult m'entremis,
Et vosisse* bien estre mis |* Voulusse.
Avec Bel-Acueil en prison.
« Dangier, fis-ge, biau gentiz hon*, |* Gentilhomme.
Franc de cuer et vaillans de cors,
Piteus plus que ge ne recors*, |* Compatissant plus que
Et vous, Honte et Paor les beles, |je ne dis.
Sages, franches, nobles puceles,
En faiz, en diz* bien ordenées, |* En paroles.
Et du lignage Raison* nées, |* Et de la race de Raison.
Soffrés que vostres sers deviengne,
Par tel convent* que prison tiengne |* Convention.
Avecques Bel-Acueil laiens*, |* Là-dedans.
Sens estre nul jor mès raiens*; |* Racheté.
Et loiaument vous vuel* prometre. |* Je vous veux.
Se me volés en prison metre,
Que ge vous ferai tel servise
Qui vous plèra bien à devise*. |* Souhait.
Par foi, se g'estoie ore lierres*, |* Maintenant larron.
Ou traïstres ou ravissierres*, |* Ravisseur.
Ou d'aucun murdre achoisonés*, |* Meurtre accusé.
Ne vosisse* estre emprisonés: |* Voulusse.
Por quoi la prison requéisse?
Ne cuit-ge pas que g'i fausisse*. |* Je ne crois pas que j'y
Voire par Dieu et sens requerre |manquasse.
Me metroit-l'en en quelque serre,
Par quoi l'en me péust baillier*; |* Tenir, posséder.
S'en me devoit tout détaillier,
Ne me leroit-l'en* eschaper, |* Ne me laisserait-on.
Se l'en me pooit entraper*. |* Faire tomber en un piège.
La prison por Dieu vous demant* |* Je vous demande.
Avec li pardurablement*; |* D'une manière durable.
Et se tex* puis estre trovés, |* Tel.
12.
@

138 LE ROMAN (v. 15924)

Ou soit sans prueve, ou pris provés,
Que de bien servir i défaille*, |* J'y manque.
Hors de prison à tous jors aille.
Si n'est-il pas hons qui ne faut*. |* Homme qui ne manque.
Mais s'il i a par moi défaut,
Faites-moi trosser mes peniaus* |* Charger mes haillons.
Et saillir hors de vos aniaus;
Et se ge jamès vos corrous,
Punis* vuel estre du corrous; |* Je veux.
Vous-méismes en soiés juge,
Mais que nus, fors* vous, ne me juge. |* Nul, excepté.
Haut et bas sor vous m'en metroi,
Mès que vous n'i soiés que troi,
Et soit avec vous Bel-Acueil;
Car celi por le quart* acueil. |* Quatrième.
Le fait li porrés recorder*; |* Rappeler.
Et se ne poés acorder,
Au mains soffrés qu'il vous acort,
Et vous tenés à son acort:
Car por batre ne por tuer,
Ne m'en verrés jà remuer? » |* Déguerpir, déménager.

Dangier.
Tantost Dangier se rescria:
« Hé Diex! quel requeste ci a?
Metre-vous en prison o li*, |* Avec lui.
Qui tant avés le cuer joli*, |* Gai.
Et il le r'a tant débonaire,
Ne seroit autre chose faire,
Fors* que par amoretes fines |* Si ce n'est.
Metre renart o les gelines*. |* Avec les poules.
Or tost aillors vous porchaciés*, |* Pourvoyez.
Bien savons que vous ne traciés* |* Cherchez.
Fors* nous faire honte et laidure. |* Si ce n'est.

@

(v. 15956) DE LA ROSE. 139

N'avons de tel servise cure;
Si r'estes* bien de sens vuidiés, |* Et vous êtes bien de votre
Quant juge faire le cuidiés*. |côté. * Croyez.
Juge! par le biau Roi célestre!
Comment puet jamès juges estre,
Ne prendre sor soi nule juise* |* Jugement.
Persone jà jugiée et prise?
Bel-Acueil est pris et jugiés,
Et tel digneté li jugiés
Qu'il poïst* estre arbitre et juges! |* Qu'il pourrait.
Ains* sera venu li déluges, |* Auparavant.
Qu'il isse mès* de nostre tour, |* Sorte plus.
Et sera destruis au retour;
Car il l'a moult bien déservi*, |* Mérité.
Por ce, sens plus, qu'il s'aservi
De tant qu'il vous offri ses choses.
Par li pert-l'en toutes les roses:
Chascuns musars les vuet coillir,
Quant il se voit bel* acoillir; |* Bien.
Mès qui bien le tendroit en cage,
Nus* n'i feroit jamès damage, |* Nul.
Ne n'emporteroit hons vivans
Pas tant cum emporte li vens,
S'il n'est tex* que tant mespréist |* Tel.
Que vilene force i féist;
Et si porroit bien tant mesprendre,
Qu'il s'en feroit banir ou pendre. »

L'Amant.
Certes, dis-ge, moult se mesfait* |* Se comporte mal.
Qui destruit home sens mesfait,
Et qui sens raison l'emprisone;
Et quant vous si vaillant persone
Com Bel-Acueil, et si honeste,

@

140 LE ROMAN (v. 15988)

Qui fait à tout le monde feste,
Por ce qu'il me fist bele chière*, |* Bonne mine.
Et qu'il ot m'acointance* chière, |* Ma fréquentation.
Sens autre ochoison* pris tenés, |* Occasion.
Malement* vers li mesprenés; |* Méchamment.
Car par raison estre déust
Hors de prison, s'il vous pléust.
Si vous pri donques qu'il en isse*, |* Sorte.
Et de la besoingne chevisse*. |* Vienne à bout.
Trop avés vers li jà mespris*; |* Déjà mal âgé.
Gardés qu'il ne soit jamès pris. »

Dangier, Paour et Honte.
« Par foi, font-il, cis fox nous trufe*, |* Ce sot nous attrape.
Bien nous vet or* pestre de trufe, |* Va maintenant.
Quant si le vuet desprisoner,
Et nous traïr par sermoner.
Il requiert ce qui ne puet estre:
Jamès par uis* ne par fenestre |* Porte.
Ne metra hors néis le chief*. » |* Même la tête.

L'Amant.
Lors m'assaillent tuit de rechief;
Chascun à hors bouter me tent*: |* Tend à me mettre dehors.
Il ne me grevast mie tant,
Qui me vosist* crucefier. |* Voulût.
Ge, qui lors commence à crier
Merci, non pas à trop haut cri,
A ma vois basse à l'assaut cri* |* Je crie.
Vers cil qui secorre me durent
Tant que les guetes* m'aparçurent, |* Sentinelles.
Qui l'ost durent eschargaitier*. |* Qui l'armée durent veil-
Quant m'oïrent si mal traitier, |ler.

@

(v. 16017) DE LA ROSE. 141

Comment tous les barons de l'ost* |* De l'armée. Si vindrent secourir tantost L'Amant, que les portiers battoyent Si fort, qu'irés* ils l'estrangloyent. |* En colère.
« Or sus, or sus, font-il, barons!
Se tantost armé n'aparons* |* N'apparaissons.
Por secorre ce fin amant,
Perdus est, se Diex ne l'amant*. |* N'y pourvoit.
Li portiers l'estranglent ou lient,
Batent, fustent* ou crucefient. |* Maltraitent à coups de
Devant eus brait à vois serie*; |bâtons. * Douce.
A si bas cri merci lor crie,
Qu'envis puet-l'en* oïr le brait: |* Que malgré soi peut-on
Car si bassement crie et brait, |entendre le cri.
Qu'avis vous ert*, si vous l'oés, |* Sera.
Ou que de braire est enroés,
Ou que la gorge li estraingnent*, |* Etreignent, serrent.
Si qu'il l'estranglent ou estaingnent.
Jà li ont si la vois enclose,
Que haut crier ne puet ou n'ose.
Ne savons qu'il béent* à faire, |* Cherchent.
Mès il li font trop de contraire*. |* Contrariété.
Mors est, se tantost n'a secors.
Foïs s'en est trestout le cors* |* A pleine course.
Bel-Acueil, qui le confortoit:
Or, convient* qu'autre confort oit, |* Or, il faut.
Tant qu'il puist* celi recovrer; |* Celui-là.
Dès or estuet* d'armes ovrer. » |* Désormais il faut.

L'Amant.
Et cil sans faille mort* m'éussent, |* Et ceux-la sans faute.
Se cil de l'ost* venu n'i fussent. |* L'armée.
Li baron as armes saillirent*, |* Sortirent.
Quant oïrent, sorent et virent

@

142 LE ROMAN (v. 16045)

Que j'oi perdu joie et solaz*. |* Consolation.
Ge qui estoie pris ou laz* |* Dans les filets.
Où Amors les amans enlace,
Sens moi remuer de la place
Regardai le tornoiement* |* Tournoi.
Qui commença trop asprement:
Car si tost cum li portiers sorent
Que si grant ost* encontre eus orent, |* Armée.
Ensemble trestuit trois s'alient,
Et s'entrejurent et affient* |* Assurent.
Qu'à lor pooir s'entr'aideront,
Ne jà ne s'entrelesseront
Jor de lor vie à nule fin.
Et ge qui d'esgarder ne fin* |* Finis.
Lor semblant et lor contenance,
Fui* moult dolent de l'aliance; |* Je fus.
Et cil de l'ost, quant il revirent
Que cil* tel aliance firent, |* Ceux-là.
Si s'assemblent et s'entrejoignent,
N'ont mès talent* qu'il s'entr'esloignent. |* Envie.
Ains* jurent que tant i feront |* Mais.
Que mors en la place gerront*, |* Seront étendus.
Ou desconfis seront et pris,
Ou de l'estor auront le pris:
Tant sunt erragiés* de combatre |* Enragés.
Por l'orguel des portiers abatre.
Dès or* venrons à la bataille, |* Désormais.
S'orrés* comment chascuns bataille. |* Et vous ouïrez.

Comment l'Acteur mue* propos |* Change. Pour son honneur et son bon loz* |* Réputation. Garder, en priant qu'il soit quictes Des paroles qu'il a cy dictes.
Or entendes, loial amant,
Que li diex d'Amors vous amant* |* Fasse du bien.

@

(v. 16075) DE LA ROSE. 143

Et doint* de vos amors joïr! |* Donne.
En ce bois ci porrés oïr
Les chiens glatir*, se m'entendés, |* Japper.
Au connin* prendre où vous tendés, |* Lapin.
Et le furet, qui, sens faillir,
Le doit faire ès résiaus* saillir |* Dans les filets.
Notés ce que ci vois* disant: |* Ce qu'ici je vais.
D'amors aurés art soffisant;
Et se vous i trovés riens troble,
G'esclaircirai ce qui vous troble;
Quant le songe m'orrés espondre*, |* M'ouirez expliquer.
Bien saurés lors d'amors respondre,
S'i est qui en sache oposer
Quant le texte m'orrés gloser;
Et saurés lors par cest escrit
Quanque* j'aurai devant escrit, |* Ce que.
Et quanque ge bée à* escrire. |* Je veux.
Mès ains* que plus m'en oiés dire, |* Avant.
Aillors voil un petit* entendre |* Je veux un peu.
Por moi de male* gent desfendre; |* Mauvaise.
Non pas pour vous faire muser,
Mès por moi contre eus excuser.

Cy dit par bonne entencion L'Acteur son excusacion.
Si vos pri*, seignor amoreus, |* Et je vous prie.
Par les gieus d'amors savoreus,
Que se vous i trovés paroles
Semblans trop baudes* ou trop foles, |* Gaillardes.
Por quoi saillent* li mesdisant, |* Sautent.
Qui de nous aillent mesdisant,
Des choses à dire ou des dites,
Que cortoisement les desdites;
Et quant vous les aurés des diz* |* Paroles.

@

144 LE ROMAN (v. 16106)

Repris, retardés ou desdiz,
Se mi diz* sunt de tel manière |* Si mes paroles.
Qu'il soit drois que pardon en quière*, |* J'en cherche.
Pri-vous que le me pardonés,
Et de par moi lor responés
Que ce requéroit la matire
Qui vers tex* paroles me tire |* Telles.
Par les propriétés de soi,
Et por ce tex paroles oi:
Car chose est droiturière* et juste |* Légitime.
Selonc l'autorité Saluste,
Qui nous dit par sentence voire*, |* Vraie.
Tout ne soit-il* semblable gloire |* Quoique ce ne soit pas.
De celi qui la chose fait,
Et de l'escrivain qui le fait
Vuet metre proprement en livre,
Por miex la vérité descrivre,
Si n'est-ce pas chose légière,
Ains* est de moult fort grant manière, |* Mais.
Metre bien les fais en escrit:
Car quiconques la chose escrit,
Se du voir ne vous vuet embler*, |* Si du vrai ne vous veut
Li dis doit le fait resembler; |enlever.
Car les vois as choses voisines
Doivent estre à lor faiz cousines.
Si me convient ainsinc parler,
Se par le droit m'en voil* aler. |* Je m'en veux.

Comment l'Acteur moult humblement S'excuse aux dames du Rommant.
Si vous pri toutes, vaillans fames,
Soiés damoiseles ou dames,
Amoreuses ou sens amis,
Que se moz i trovés jà mis

@

(v. 16137) DE LA ROSE. 145

Qui semblent mordans ou chenins*, |* Cyniques.
Encontre les meurs fémenins,
Que ne m'en voilliés pas blasmer,
Ne m'escriture disfamer,
Qui tout est por enseignement.
Onc n'i dis riens certainement,
Ne volenté n'ai pas de dire,
Ne par yvresce ne par ire*, |* Chagrin, colère.
Par haïne ne par envie,
Contre fame qui soit en vie.
Car nus ne doit fame despire*, |* Mépriser.
S'il n'a cuer des mauvès le pire;
Mès por ce en escrit li méismes,
Que nous et vous de nous-méismes
Poïssons congnoissance avoir,
Car il fait bon de tout savoir.
D'autre part, dames honorables, S'il vous semble que ge di fables,
Por mentéor ne m'en tenés;
Mès as actors* vous en prenés, |* Aux auteurs.
Qui en lor livres ont escrites
Les paroles que g'en ai dites,
Et ceus avec que'* g'en dirai, |* Lesquels.
Que jà de riens n'en mentirai,
Se li prodome n'en mentirent,
Qui les anciens livres firent.
Et tuit à ma raison s'acordent,
Quant les meurs fémenins recordent*; |* Rapportent.
Ne ne furent ne fol ne yvres,
Quant il les mistrent* en lor livres. |* Mirent.
Cil les meurs fémenins savoient,
Car tous esprovés les avoient,
Et tiex ès* fames les trovèrent, |* Et tels dans les.
Que par divers tens esprovèrent;
Par quoi miex m'en devés quiter*. |* Acquitter.

ROMAN DE LA ROSE. - T. II. 13
@

146 LE ROMAN (v. 16172)

Ge n'i fais riens fors* réciter, |* Si ce n'est.
Se par mon gieu, qui poi* vous couste, |* Peu.
Quelque parole n'i ajouste,
Si cum font entr'eus li poëte, |* Ainsi que.
Quant chascuns la matire traite
Dont il li plest à entremetre:
Car, si cum tesmoigne la letre,
Profit et délectacion (1)
C'est toute lor entencion.
Et se gens encontre moi groucent*, |* Grondent. Et se troblent et se corroucent,
Qui sentent que ge les remorde
Par ce chapitre où ge recorde* |* Je rapporte.
Les paroles de Faus-Semblant,
Et por ce s'aillent assemblant,
Que blasmer ou pugnir me voillent,
Por ce que de mon dit se doillent*; |* Plaignent.
Ge fais bien protestacion
C'onques ne fu m'entencion
De parler contre home vivant
Sainte religion sivant,
Ne qui sa vie use en bone euvre,
De quelque robe qu'il se cueuvre.
Ains prins mon arc, et l'entesoie*, |* Bandais. Quiexque péchierres que ge soie,
Si fis ma sajete* voler* |* Flèche.
Généraument por afoler*. |* Blesser.
Por afoler! Mès por congnoistre,
Fussent séculer ou de cloistre,
Les desloiaus gens, les maldites,
Que Jhésus apele ypocrites;
Dont maint, por sembler plus honeste,


(1) Omne tulit punctum, qui miscuit utile dulci. (Horat., de Art. poet., v. 343.)
@

(v. 16204) DE LA ROSE. 147

Lessent à mangier char de beste
Tous tens en non de pénitence;
Et font ainsinc lor astenence,
Si cum nous en karesme fomes*. |* Etions.
Mès tous vis menguent les homes
O* les dens de détraccion |* Avec.
Par venimeuse entencion.
Onc d'autre saing ne fis bersaut*, |* Signal ne fis but.
Là vois, et voil* que mon fer aut**, |* Là vais et veux. ** Aille.
Si trais* sor eus à la volée. |* Et je tire.
Et se, por avoir la colée*, |* Coup.
Avient que desous la sajete* |* Flèche.
Aucuns hons de son gré se mete,
Qui por orgoil si se déçoive,
Que dessus soi le cop reçoive,
Puis se plaint que ge l'ai navré*, |* Blessé.
Corpe* n'en ai, ne jà n'auré; |* Faute.
Néis* s'il en devoit périr: |* Même.
Car ge ne puis nuli férir* |* Nul frapper.
Qui du cop se voille garder,
S'il set son estat regarder.
Néis* cil qui navré se sent |* Même.
Par le fer que ge li présent,
Gart* que plus ne soit ypocrites, |* Prenne garde.
Si sera de la plaie quites.
Et neporquant*, qui que s'en plaingne, |* Néanmoins.
Combien que prodome* se faingne, |* Homme de bien.
Onc riens n'en dis, mien esciant,
Combien qu'il m'aut* contrariant, |* M'aille.
Qui ne soit en escrit trové
Et par expériment* prové, |* Expérience.
Ou par raison au mains provable,
A qui que soit désagréable;
Et s'il i a nule parole
Que sainte Eglise tiengne à fole,

@

148 LE ROMAN (v. 16239)

Prest sui qu'à son voloir l'amende*, |* Répare.
Se ge puis soffire à l'amende*. |* Réparation.

Cy reprent son propos sans faille* |* Sans faute. L'Acteur, et vient à la bataille Où dame Franchise combat Contre Dangier, qui fort la bat.
Franchise vint premièrement
Contre Dangier moult humblement,
Qui trop ert* fiers et courageus, |* Etait.
Par semblant fel* et outrageus. |* Cruel.
En son poing tint une maçue,
Fièrement la paumoie, et rue* |* Manie, et lance.
Entor soi cops si périlleus,
Qu'escus, s'il n'est trop merveilleus,
Ne puet tenir qu'il n'el porfende,
Et que cis* vaincu ne se rende, |* Celui-ci.
Qui contre li se met en place,
S'il est bien atains de la mace;
Ou qu'il n'el confonde ou escache*, |* Ecrase.
S'il n'est tex * que trop d'armes sache. |* Tel.
Il la prist ou bois de Refus,
Li lez vilain que ge refus;
Sa targe fu d'estoutoier*, |* Agir en sot.
Bordée de gens viltoier*. |* Vilipender.
Franchise refu bien armée;
Moult seroit envis* entamée, |* Malgré elle.
Por* qu'el se séust bien covrir. |* Pourvu.
Franchise, por la porte ovrir,
Contre Dangier avant se lance;
En sa main tint une fort lance,
Qu'ele aporta bele et polie
De la forest de Chuerie.
Il n'en croist nule tele en Bière (1).


(1) C'est la forêt de Fontainebleau; la traduction manuscrite du Roman de la Rose explique ce mot par celui de France. (L. D. D.)
@

(v. 16268) DE LA ROSE. 149

Li fers fu de douce prière;
Si r'ot* par grant dévocion |* Et il eut encore.
De toute suplicacion
Escu, c'onques ne fu de mains
Bordé; de jointures de mains,
De promesses, de convenances*, |* Conventions.
Par seremens et par fiances*, |* Assurances.
Colorés trop mignotement.
Vous déissiés certainement
Que Largesee le li bailla,
Et qu'el le paint et entailla*, |* Sculpta.
Tant sembloit bien estre de s'uevre*; |* Son ouvrage.
Et Franchise, qui bien s'en cuevre,
Brandist la hanste* de sa lance, |* Bois.
Et contre le vilain la lance,
Qui n'avoit pas cuer de coart,
Ains sembloit estre Renoart (2)
Au Tinel qui fust revescus.
Tout fu porfendus ses escus;
Mès tant ert fors à desmesure*, |* Etait d'une force déme-
Qu'il ne cremoit* nule arméure, |surée. * Craignait.
Si que du cop si se covri,


(2) Renoars, ou Renoart, étoit fils d'Aimery de Beaulande, comte de Narbonne, et frère de Guillaume au Court-Nez, prince d'Orange. Il fit de
grandes actions rapportées dans l'histoire de son père. Il fut surnommé au
Tinel, parce qu'il savoit bien manier un bâton que l'on appeloit tinel,
ferré par les deux bouts.
Les Poitevins, se moquant de Jean-Sans-Terre qui rangeait son armée en bataille, disaient, s'il faut en croire Guillaume Guiart:
Bien est cest roi agaillardi. Oiez comme il fait le hardi, Et comme il ocit et afole* |* Blesse. Ceus de France par sa parole. Il pert* que ce soit Renouart, etc. |* Il paraît. Branche des royaux lignages, v. 6441, ann. 1214. (Chro- niques nationales françaises, édit. de Verdière, tom. VII, pag. 565, 266) 13
@

150 LE ROMAN (v. 16290)

Qu'onques sa panse n'en ovri.
Li fers de la lance brisa,
Par quoi le cop mains en prisa.
Si r'iert* moult d'armes engorsés** |* Et il était. ** Embar-
Li vilains fel et aorsés*; |rassé. * Dur et méchant.
La lance prent, si la dépièce
A sa maçue pièce à pièce,
Puis esma* un cop grant et fier. |* Visa, ajusta.

Dangier à Franchise.
« Qui me tient que ge ne te fier*, |* Frappe.
Dist-il, orde garce ribaude?
Comment as-tu esté si baude* |* Hardie.
Qu'un prodome osas assaillir? »

L'Amant.
Sus son escu fiert sans faillir,
La preus, la bele, la cortoise;
Bien l'a fait saillir une toise
D'angoisse, et à genous l'abat,
Moult la lédenge*, moult la bat; |* L'injurie.
Et croi qu'a ce cop morte fust,
S'ele éust fait escu de fust*. |* Bois.

Dangier à Franchise.
« Autresfois vous ai-ge créue,
Dame orde*, garce recréue**, |* Sale. ** Ereintée.
Dist-il, n'onc bien ne m'en chaï*; |* Arriva.
Vostre losenge* m'a traï. |* Flatterie.
Par vous soffri-ge le baisier,
Por le ribaudel aaisier*: |* Réjouir.
Bien me trova fol débonaire,
Déables le me firent faire.

@

(v. 16316) DE LA ROSE. 151

Par la char* Dieu, mal i venistes, |* Chair.
Quant nostre chastel assaillistes!
Ci vous estuet* perdre la vie. » |* Faut.

L'Acteur.
Et la bele merci li crie ,
Por Dieu, que pas ne l'acravant*, |* Ecrase.
Quant el ne puet mès en avant;
Et li vilains crole la hure*, |* Branle la tête.
Et se forsene, et sor sains** jure |* Entre en fureur. ** Re-
Qu'il l'occira sens nul respit. |liques.
Moult en ot Pitié grant despit,
Qui, por sa compaigne rescorre*, |* Secourir.
Au vilain se hastoit de corre*. |* Courir.
Pitié, qui à tout bien s'acorde, Tenoit une miséricorde
En leu d'espée, en trestous termes,
Décorant* de plors et de lermes. |* Dégoûtant.
Ceste, se li actor* ne ment, |* Si l'auteur.
Perceroit pierre d'aïment,
Por* qu'ele fust bien de li pointe*; |* Pourvu. ** Piquée.
Car ele a trop aguë pointe.
Ses escus ert d'alégement,
Tous bordés de gémissement,
Plains de sospirs et de complaintes*. |* Plaintes.
Pitié, qui ploroit lermes maintes,
Point* le vilain de toutes pars, |* Pique.
Qui se desfent comme liépars.
Mès quant ele ot bien arousé
De lermes l'ort vilain housé*, |* Le sale vilain botté.
Si le convint amoloier*; |* Il lui fallut s'amollir.
Vis* li fu qu'il déust noier |* Avis.
En un flueve tous estordis.
Onques mès par faiz ne par dis

@

152 LE ROMAN (v. 16348)

Ne fu si durement hurtés;
Du tout défailloit sa durtés,
Fièbles et vains tremble et chancèle,
Foïr s'en volt, Honte l'apele.

Honte.
« Dangier, Dangier, vilains provés,
Se recréans* estes trovés, |* Las, cessant d'agir.
Que Bel-Acueil puist eschaper,
Vous nous ferés tous atraper;
Qu'il baillera tantost la Rose,
Que nous tenons céans enclose;
Et tant vous di-ge bien sens faille*, |* Faute.
S'il as gloutons la Rose baille,
Sachiés qu'ele en porra tost estre
Blesmie ou pâle, ou mole ou flestre*. |* Flétrie.
Et si me repuis bien vanter,
Tex vens* porroit céans venter, |* Tel.
Se l'entrée trovoit overte,
Dont aurions damage et perte;
Ou que trop la graine esmovroit,
Ou qu'autre graine i aplovroit
Dont la Rose seroit chargiée.
Diex doint* que tel graine n'i chiée! |* Donne (subj.).
Trop nous en porroit meschéoir*: |* Mal arriver.
Car, ains* qu'ele en poïst chéoir, |* Avant.
Tost en porroit, sans resortir,
La Rose du tout amortir;
Ou se d'amortir eschapoit,
Et li vens tex cops* i frapoit |* Tels.
Que les graines s'entremellassent,
Que de lor fez la flor grevassent,
Que des foilles, en son descendre,
Féist aucune où que soit fendre,

@

(v. 16380) DE LA ROSE. 153

Et par la fente de la foille
(Laquel chose jà Diex ne voille!)
Parust desous li vers boutons,
L'en diroit partout que gloutons
L'auroient tenue en saisine.
Nous en aurions la haïne
Jalousie* qui le sauroit, |* De jalousie.
Qui du savoir tel duel* auroit |* Chagrin.
Qu'à mort en serions livré.
Maufez* vous ont si enivré. » |* Démons.

L'Acteur.
Dangier crie: « Secors! secors! »
A tant ès-vous Honte le cors* |* Alors voilà que Honte au
Vient à Pitié, si la menace, |pas de course.
Qui trop redoute sa menace.

Honte.
« Trop avés, dist-ele, vescu.
Ge vous froisserai cest escu,
Vous en gerrés encui* par terre: |* Vous en serez aujourd'hui
Mal empréistes* ceste guerre. » |couché par terre. * Entreprîtes.

L'Acteur.
Honte porte une grant espée
Clère, bien faite et bien trempée,
Qu'ele forgea douteusement* |* Avec crainte.
De soussi, d'aparçoivement.
Fort targe avoit, qui fu nomée
Doute de male* Renomée: |* Crainte de mauvaise.
De tel fust* l'avoit-ele faite; |* Bois.
Mainte langue ot* au bort portraite. |* Il y eut.

@

154 LE ROMAN (v. 16406)

Pitié fiert si que trop la ruse*, |* Elle frappe tellement
Près que ne la rendi confuse. |Pitié que trop elle la fait
A tant* i est venus Déliz**, |reculer. * Alors. ** Plaisir.
Biaus bachelers* frans et esliz**. |* Jeune homme. ** D'é-
Cil fist à Honte une envaïe*; |lite. * Attaque, invasion.
Espée avoit de plèsant* vie, |* Agréable.
Escu d'aise (dont point n'avoie)
Bordé de solas* et de joie. |* Plaisir.
Honte fiert; mès ele se targe* |* Garantit.
Si resnablement* de sa targe, |* Raisonnablement.
C'onques li cops* ne li gréva; |* Le coup.
Et Honte requerre* le va, |* Attaquer.
Si fiert* Délit par tel angoisse, |* Et il frappe.
Que sor le chief* l'escu li froisse, |* Sur la tête.
Et l'abat jus* tout estendu. |* A bas.
Jusqu'as dens l'éust porfendu,
Quant Diex amène un bacheler
Que l'en apele Bien-Celer.
Bien-Celer fu moult bons guerriers, Sages et veziés* et fiers; |* Rusé.
En sa main une coie* espée, |* Tranquille.
Ainsinc cum* de langue copée. |* Ainsi que.
Si la brandist sens faire noise*, |* Bruit.
Qu'en ne l'oïst pas d'une toise,
Qu'el ne rent son ne resbondie*, |* Ni retentissement.
Jà si fort ne sera brandie.
Ses escus ert de leu repost*, |* Caché.
Onques geline en tel ne post**, |* Poule. ** Pondit.
Bordé de séures alées,
Et de revenues celées.
Hauce l'espée, et puis fiert* Honte |* Frappe.
Tel cop, qu'a poi* qu'il ne l'afronte; |* Que peu s'en faut.
Honte en fu trestoute estourdie.

@

(v. 16439) DE LA ROSE. 155

Bien-Celer.
« Honte, dist-il, jà Jalousie
La dolereuse, la chetive,
Ne le saura jor qu'ele vive;
Bien vous en asséureroie,
Et de ma main fianceroie*; |* Certifierais.
S'en feroie cent seremens:
N'est-ce grans asséuremens?
Puis que Male-Bouche est tués,
Prise estes: ne vous remués. »

Comment Bien-Celer si surmonte, En soy combatant, dame Honte; Et puis Paour et Hardement Se combatent moult fièrement.
Honte ne set à ce que dire.
Paor saut toute plaine d'ire*, |* De mauvaise humeur.
Qui trop soloit* estre coarde. |* Avait coutume.
Honte sa cousine regarde;
Et quant si la vit entreprise,
S'a la main à l'espée mise
Qui trop ert trenchant malement.
Souspeçon d'emboffissement* |* D'orgueil.
Ot non*, car de ce l'avoit faite; |* Elle eut nom.
Et quant el l'ot du fuerre traite*, |* Elle l'eut du fourreau
Plus fu clere que nul béril*. |tirée. * Pierre précieuse.
Escu de dote ot* de péril, |* De crainte eut.
Bordé de travail et de paine;
Et Paor, qui forment se paine
De Bien-Celer tout détrenchier* |* Tailler en pièces.
Por sa cousine revenchier,
Le va sor son escu férir* |* Frapper.
Tel cop, qu'il ne le pot garir*; |* Garantir.
Trestous estourdis chancela.

@

156 LE ROMAN (v. 16467)

Adonc Hardement apela.
Cil saut*: car s'ele recovrast |* Celui-là s'élance.
L'autre cop, malement* ovrast. |* Méchamment, mal.
Mors fust Bien-Celer sans retor,
S'el li donast un autre tor.
Hardemens fu preus et hardis, En apert* par faiz et par dis; |* Ouvertement.
Espée ot bone et bien forbie
De l'acier de forsénerie*; |* Fureur.
Ses escus ert* moult renomés, |* Etait.
Despit de mort estoit només;
Bordés fu d'abandonement
A tous périz*. Trop folement |* Périls.
Vient à Paor; si li aesme* |* Vise.
Por li férir, grant cop et pesme*. |* Très-mauvais.
Le cop lest* corre, et el se cuevre, |* Laisse.
Car el savoit assés de l'uevre
Qui afiert à ceste escremie*. |* Qui convient à cette es-
Bien s'est de ce cop escremie, |crime.
Puis le fiert* un cop si pesant, |* Frappe
Qu'el l'abat à terre gisant,
C'onques escus n'el garanti.
Quant Hardemens jus* se senti, |* A bas.
Jointes mains li requiert et prie
Por Dieu que ne l'occie mie;
Et Paor dit que si* fera. |* Qu'ainsi.

Ci escrie Seurtez Honte.
Dist Séurtés: « Ce que sera?
Par Dieu! Paor, ici morrés,
Faites au pis que vous porrés.
Vous soliés* avoir les fièvres |* Aviez coutume.
Cent tens* plus coardes que lièvres: |* Fois.

@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.