Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4 5 6 7 8 9

(v. 16497) DE LA ROSE. 157

Or estes désacoardie* (1). |* Maintenant vous n'êtes
Déables vous font si hardie |plus lâche.
Que vous prenés à Hardement ,
Qui trop aime tornoiement*, |* Tournoi.
Et tant en set, s'il i pensot,
C'onques nul plus de li* n'en sot; |* Plus que lui.
N'onc mès puis que terre marchastes,
Fors* en ce cas ne tornoiastes. |* Si ce n'est.
N'en savés faire aillors les tors;
Aillors en tous autres estors* |* Combats.
Vous fuiés, ou vous vous rendés,
Vous qui ici vous desfendés.
Avec Cacus vous enfoïstes (2),
Quant Hercules venir véistes
Le cors*, à son col sa maçue |* En courant.
Vous fustes lors toute esperdue,
Et li méistes ès piez eles*, |* Et lui mîtes des ailes aux
Qu'il n'avoit onques éu teles, |pieds.
Por ce que Cacus ot emblés* |* Volés.
Ses bués, et les ot assemblés
En son recept* qui moult fu lons, |* Repaire.
Par les queues à reculons,
Que la trace ne fust trovée.
Là fu vostre force esprovée;
Là monstrates-vous bien sens faille* |* Faute.
Que riens ne valés en bataille;
Et puisque hanté ne l'avés,


(1) Le mot coard, ancien dans notre langue (Voy. le Roman de Rou, tom. II, pag. 152, 167, 168; la Chronique des ducs de Normandie, de Benoît,
tom. III, pag. 203, 208, et pag. 442, v. 28183, etc.), vient indubitablement
de l'aspect que présente la queue de certains animaux quand ils ont
peur.
(2) Cacus, fils de Vulcain, et selon d'autres, d'Evandre. C'étoit un méchant garnement qui, ayant dérobé les boeufs d'Hercule, fut décelé par sa
soeur, et tué ensuite par ce héros sur le Mont-Aventin. (L. D. D.) 14
@

158 LE ROMAN (v. 16524)

Petit ou noiant* en savés. |* Néant, rien.
Si vous estuet* non pas desfendre, |* Faut.
Mès foïr, ou vos armes rendre;
Ou chier vous estuet comparer* |* Ou cher il vous faut
Qu'a li vous osés comparer. |payer.

L'Acteur.
Séurtés ot l'espée dure
De Fuite de trestoute cure*; |* De tout soin.
Escu de pez, bon sens doutance,
Trestout bordé de concordance.
Paor fiert*, occire la cuide**. |* Frappe. ** Croit.
En soi covrir met son estuide
Paor, et l'escu giète encontre,
Qui sainement le cop encontre;
Si ne li greva de noiant*. |* Il ne lui fit aucun mal.
Le cop chiet jus en glaçoiant*, |* Le coup tombe en glis-
Et Paor tel cop li redone |sant.
Sor l'escu, que toute l'estone.
Moult s'en faut poi que ne l'afole*; |* Blesse.
S'espée et ses escus li vole
Des poins, tant i a fort hurté.

Comment Paour et Seureté Ont par bataille fort heurté; Et les autres pareillement S'entreheurtent subtilement.
Savés que fist lors Séurté,
Por doner as autres exemples?
Paor saisi parmi les temples,
Et Paor li, si s'entretienent,
Et tuit li autre s'entrevienent.
Li uns se lie à l'autre et cople*, |* Accouple.
Onc en estor* ne vi tel cople. |* Combat.
Si renforça li chapléis*, |* Bataille.

@

(v. 16552) DE LA ROSE. 159

Là r'ot* si fort trepignéis, |* Il y eut.
C'onques en nul tornoiement* |* Tournoi.
N'ot de cops itel* paiement. |* Tel.
Tornent de çà, tornent de là,
Chascuns sa mesnie* apela. |* Maison.
Tuit i acorent pesle-mesle,
Onc plus espès ne noif* ne gresle |* Neige.
Ne vi voler, que li cop volent;
Tint se dérompent et afolent*. |* Font du mal.
Onques ne furent tex* mellées |* Telles.
De tant de gens ainsinc mellés.
Mès ne vous en mentirai jà,
L'ost* qui le chastel asséja, |* L'armée.
En avoit adès le pior*. |* Toujours le pire.
Li diex d'Amors ot grant paor
Que sa gent n'i fust toute occise.
Sa mère mande par Franchise
Et par Douz-Regart, qu'ele viengne,
Que nul essoingne* ne la tiengne; |* Excuse.
Et prist trives endementiers*, |* Dans l'intervalle.
Entor huit jors, ou dix entiers,
Ou plus ou mains, jà récité
Ne vous en iert certaineté
Voire à tous jors fussent-els prises,
S'à tous jors les éust requises,
Comment qu'il fust d'eles casser,
Qui que les déust trespasser*. |* Violer.
Mais se son meillor i séust,
Jà trives prises n'i éust;
Et se li portier ne cuidassent |* Ne crussent.
Que li autre ne les cassassent,
Puis que fussent abandonées,
Jà ne fussent espoir* douées |* Peut-être.
De bon cuer, ains* s'en corroçassent, |* Mais.
Quelque semblant qu'il en monstrassent:

@

160 LE ROMAN (v. 16587)

Ne jà trive n'i éust prise,
Se Vénus s'en fust entremise;
Mès sens faille il le convint* faire. |* Sans faute il le fallut.
Un poi s'estuet arrière traire*, |* Un peu il lui faut se ti-
Ou por trive ou por quelque fuite, |rer en arrière.
Trestoutes les fois que l'en luite
A tel qu'en ne puet sormonter,
Tant qu'en le puisse miex donter.

Comment les messagiers de l'ost* |* L'armée. D'Amours, chascun de cuer dévost, Vindrent à Vénus, pour secours Avoir en l'ost au dieu d'Amours.
De l'ost se partent li message,
Qui tant ont erré comme sage,
Qu'il sunt à Citéron* venu: |* Cythère.
Là sunt à grant honor tenu.
Citéron est une montaigne
Dedens un bois en une plaigne,
Si haute, que nule arbaleste,
Tant soit fort ne de traire* preste, |* Tirer.
N'i trairoit ne bojon ne vire*. |* Espèces de trait.
Vénus, qui les dames espire*, |* Anime.
Fist là son principal manoir.
Principaument volt* là manoir; |* Voulut.
Mès se tout l'estre descrivoie,
Espoir* trop vous ennoieroie, |* Peut-être.
Et si me porroie lasser:
Pour ce m'en voil* briefment passer. |* Je m'en veux.
Vénus s'iert ou bois devalée* |* Etait au bois descendue.
Por chacier en une valée (1):


(1) Je n'ai trouvé les quatre vers suivants que dans un manuscrit qui porte la date de 1330:
Mars estoit jà viex devenus, Et estoit frailes et chenus; Por ce de soi l'ot estrangié*, |* Eloigné. Qu'il estoit moult afoibloié*. |* Affaibli.
@

(v. 16612) DE LA ROSE. 161

Li biaus Adonis ert o li*, |* Avec elle.
Ses douz amis au cuer joli*; |* Gai.
Un petitet ert* enfantis, |* Un peu était.
A chacier ou bois ententis*. |* Attentif.
Enfès iert*, jones et venans, |* Enfant était.
Mès moult iert biaus et avenans.
Midis estoit pieçà* passés, |* Depuis longtemps.
Chascuns ert* de chacier lassés. |* Etait.
Sous un poplier en l'erbe estoient
Jouste* un vivier, où s'ombroioient**. |* Près de. ** Se tenaient
Li chien qui las de corre furent, |à l'ombre.
Tesgans ou ru* du vivier burent; |* Abattus au ruisseau.
Lor darz, lor arz et lor cuirées* |* Carquois.
Orent delez* eus apoiées; |* Eurent près de.
Jolivement se déduisoient*, |* Gaiment s'amusaient.
Et les oisillons escoutoient
Par ces rainsiaus* tout environ. |* Rameaux.
Après lor gieus, en son giron
Vénus embracié le tenoit,
Et en baisant li aprenoit
De chacier ou bois la manière,
Si cum ele en iert* coustumière. |* Ainsi qu'elle en était.

Comment Vénus à Adonis, Qui estoit sur tous ses amis, Desfendoit qu'en nulle manière N'allast chasser à beste fière.
« Amis, quant vostre mute iert* preste, |* Sera.
Et vous irés quérant la beste,
Chaciés-la, puis qu'el torne en fuie*. |* Fuite.
Se vous trovés beste qui fuie,
Corés après hardiement;
Mès contre ceus qui fièrement
Metent à desfense lor cors,
Ne soit jà torné vostre cors*. |* Course.
14.
@

162 LE ROMAN (v. 16642)

Coars soiés et pereceus
Contre hardis: car contre ceus.
Où cuer hardi sunt ahurté*, |* Ecartés.
Nul hardement* n'a séurté; |* Hardiesse.
Ains fait périlleuse bataille
Hardis quant à hardi bataille.
Cerz et biches, chevriaus et chièvres,
Rengiers* et dains, connins* et lièvres, |* Cerfs. ** Lapins.
Ceus voil-ge bien que vous chaciés,
En tel chace vous solaciés*. |* Divertissez.
Ours, leus, lions, sanglers desfens*, |* A défenses.
Ne chaciés pas sor mon desfens:
Car tex bestes qui se desfendent,
Les chiens occient et porfendent,
Et vont les venéors méesmes
Moult sovent faillir à lor esmes*; |* Desseins.
Maint en ont occis et navré*. |* Blessé.
Jamès de vous joie n'auré,
Ains* m'en pésera malement, |* Mais.
Se vous le faites autrement.
Ainsinc Vénus le chastioit*, |* L'avertissait.
En chastiant moult li prioit
Que du chasti li sovenist
Où qu'il onques chacier venist.
Adonis, qui petit prisoit
Ce que s'amie li disoit,
Fust à mençonge, fust à voir*, |* Vérité.
Tout otroioit por pez avoir,
Qu'il ne prisoit riens le chasti*. |* L'avertissement
Poi vaut quanque* cele a basti. |* Peu vaut ce que.
Chastit-le tant cum el vorra*, |* Voudra.
S'el s'en part, jamès n'el verra.
Ne la crut pas, puis en morut,
C'onc Vénus ne l'en secorut,
Qu'ele n'i estoit pas présente.

@

(v. 16677) DE LA ROSE. 163

Puis le plora moult la dolente*, |* Malheureuse.
Qu'il chaça puis à un sangler
Qu'il cuida* prendre et estrangler; |* Crut.
Mès n'el prist ne ne détrencha*, |* Tailla en pièces.
Car li sanglers se revencha
Cum fière et orguilleuse beste
Contre Adonis escout* la teste, |* Secoua.
Ses dens en l'aine li flati*, |* Enfonça.
Son groing estort*, mort l'abati. |* Dégagea.
Biau seignor, que qu'il vous aviengne. De cest exemple vous soviengne:
Vous qui ne créés* vos amies, |* Croyez.
Sachiés vous faites grans folies;
Bien les déussiés toutes croire,
Car lor dit sunt voir* cum istoire. |* Leurs paroles sont vraies.
S'el jurent, toutes somes vostres,
Créés-les comme paternostres;
Jà d'eus croire ne recréés*, |* Cessez.
Se Raison vient, point n'en créés;
S'el vous aportoit crucefiz,
N'el créés point ne que ge fiz.
Se cist* s'amie éust créue, |* Si celui-là.
Moult éust sa vie acréue.
L'un se jeue à l'autre et déduit, Quant lor plest; après lor déduit,
A Citéron sunt retorné.
Cil qui n'ierent* pas séjorné, |* Ceux qui n'étaient.
Ainçois* que Vénus se despuille, |* Avant.
Li content de fil en aguille
Trestout quanque* lor appartint. |* Tout ce qui.
« Par foi, ce dist Vénus , mal tint
Jalousie chastel ne case* |* Maison.
Contre mon fiz. Se tout n'embrase
Les portiers et tout lor ator,
Ou les clez rendront de la tor,

@

164 LE ROMAN (v. 16712)

Ge ne doi prisier un landon* |* Billot que l'on attache
Moi, ne mon arc ne mon brandon. » |au cou des chiens pour les
|empêcher de chasser.

Comment huit jeunes colombeaux En un char, qui fut riche et beaux, Mainent Vénus en l'ost* d'Amours, |* Armée. Pour lui faire hastif secours.
Lors fist sa mesnie* apeler; |* Maison, suite.
Son char comande à ateler,
Qu'el ne volt* pas marchier les boes. |* Car elle ne voulut.
Biaus fu li chars à quatre roes,
D'or et de pelles estelés*; |* De perles constellé.
En leu de chevaus, atelés
Ot ès* limons huit colombiaus |* Il y eut dans les.
Pris en son colombier, moult biaus.
Toute lor chose ont aprestée.
Adonc* est en son char montée |* Alors.
Vénus, qui Chastéé guerroie.
Nus des colons ne se desroie*, |* Nulle des colombes ne se
Lor esles batent, si s'en partent, |dérange.
L'air devant eus rompent et partent*, |* Divisent, partagent.
Vienent en l'ost. Vénus venue,
Tost est de son char descendue.
Contre li saillent* à grant feste |* Accourent.
Son filz premiers, qui par sa heste* |* Hâte.
Avoit jà les trives cassées,
Ainçois* que fussent trespassées; |* Avant.
C'onques n'i garda convenance* |* Convention.
De serement ne de fiance.

Cest l'assaut devant le chastel, Si grant que piecà* n'y eut tel; |* Longtemps. Mais Amours ne sa compaignie A ceste foys ne l'eurent mie: Car ceulx de dedans résistance Luy firent par leur grant puissance.
Forment* à guerroier entendent. |* Fortement.

@

(v. 16737) DE LA ROSE. 165

Cist assaillent, cil se desfendent;
Cil drecent au chastel perrières,
Grans cailloux de pesans perrières
Por les murs rompre lor envoient;
Et li portier les murs hordoient* |* Garnissent comme de
De fors cloies refuséices* |hourds. * Très-serrées.
Tissues de verges pléices*, |* Flexibles.
Qu'il orent par grans estoties* |* Folies.
En la haie Dangier coillies; |* De Danger.
Et cist sajetes* barbelées, |* Flèches.
De grans promesses empenées,
Que de servises, que de dons,
Por tost avoir lor guerredons*: |* Récompenses.
Car il n'i entra onques fust* |* Bois.
Qui tout de promesses ne fust,
D'un fer ferrées fermement
De fiance et de serement.
Traient* sor eus, et cil se targent**, |* Tirent. ** Couvrent.
Qui de desfendre ne s'atargent*: |* Tardent.
Car targes ont et fors et fières,
Ne trop pesans ne trop légières,
D'autel fust cum erent* les claies |* De tel bois comme
Que Dangier cuilloit en ses haies, |étaient.
Si que traire* riens n'i valoit. |* Tirer.
Si cum la chose ainsinc aloit, Amors vers sa mère se trait,
Tout son estat li a retrait*, |* Rapporté.
Si li prie que le secore.

Vénus.
« Male mort, dit-ele, m'acore*, |* M'accoure
Qui tantost me puist acorer*, |* Crever le coeur.
Se ge jamès lais* demorer |* Laisse.
Chastéé en fame vivant:

@

166 LE ROMAN (v. 16769)

Tant aut Jalousie estrivant*! |* Aille Jalousie disputant.
Trop sovent en grant peine en somes.
Biau filz, jurés ausinc des homes,
Qu'il saudront* tuit par vos sentiers. |* Sortiront.

Le dieu d'Amours.
« Certes, ma dame, volentiers.
N'en ierent nésuns respité*; |* N'en seront aucuns re-
Jamès au mains par vérité |tardés.
Ne seront prodome clamé*, |* Gens de bien appelés.
S'il n'aiment ou s'il n'ont amé.
Grant dolor est que tex* gens vivent |* Telles.
Qui les déduiz d'Amors eschivent*, |* Esquivent, évitent.
Por* qu'il les puissent maintenir; |* Pour peu.
A mal chief* puissent-il venir! |* Mauvaise
Tant les hé, que se g'es* poïsse |* Je les.
Confondre, tous les confondisse.
D'aus me plains et tous jors plaindrai,
Ne du plaindre ne me faindrai,
Cum cil qui nuire lor vorrai* |* Voudrai.
En tous les cas que ge porrai,
Tant que g'en soie si venchiés,
Que lor orguex soit estanchiés*, |* Arrêté, abattu.
Ou qu'il seront tuit condamné.
Mal fuissent-il onc d'Adam né,
Qui si pensent de moi grever!
Es cors lor puist cuers* crever, |* Dans le corps leur puisse
Quant mes déduis vuelent abatre! |le coeur.
Certes, qui me vodroit bien batre,
Voire afronter à quatre pis*, |* Pieux, bâtons.
Ne me pourroit-il faire pis.
Et si ne sui-ge pas mortiex*, |* Mortel.
Mès corrous en reçoif or tiex*, |* Tel.
Que se mortiex estre péusse,

@

(v. 16801) DE LA ROSE. 167

De duel* que j'ai, la mort éusse. |* De chagrin.
Car se mi gieu* vont défaillant, |* Car si mes jeux.
J'ai perdu quanque* j'ai vaillant, |* Ce que.
Fors* mon cors et mes vestéures, |* Excepté.
Mon chapel et mes arméures.
Au mains s'il n'en ont la poissance,
Déussent-il avoir pesance* |* Chagrin.
Et lor cuer à dolor plessier*, |* Soumettre.
S'il les lor convenist* lessier. |* S'il les leur fallût.
Où puet-l'en querre meillor vie
Que d'estre entre les bras s'amie*? |* De son amie.

L'Acteur.
Lors font en l'ost* le serement, |* L'armée.
Et por tenir-le fermement,
Ont en leu de reliques tretes* |* Apporté.
Lor cuiries* et lor sajetes, |* Carquois.
Lor ars, lor dars et lor brandons,
Et dient :

Tous les barons de l'ost* à une vois. |* L'armée.

« Nous n'i demandons Meillors reliques à ce faire,
Ne qui tant nous péussent plaire.
Se nous cestes parjurions,
Jamès créu ne serions.

L'Acteur.
Sor autre chose ne le jurent;
Et li baron sor ce les crurent
Autant cum sus la Trinité,
Por ce qu'il jurent vérité.

@

168 LE ROMAN (v. 16827)

Comment Nature la subtille Forge toujours ou filz ou fille, Affin que l'humaine lignye Par son deffaut ne faille mye.
Et quant ce serement fait orent,
Si que tuit entendre le porent,
Nature, qui pensoit des choses
Qui sunt desouz le ciel encloses,
Dedens sa forge entrée estoit,
Où toute s'entente* metoit |* Son attention.
A forgier singulières pièces
Por continuer les espièces:
Car les pièces tant les fet vivre,
Que Mors ne les puet aconsivre* |* Atteindre.
Jà tant ne saura corre après;
Car Nature tant li va près,
Que quant la Mors o* sa maçue |* Avec.
Des pièces singulières tue
Ceus qu'el trueve à soi redevables,
(Qu'il i en a de corrumpables* |* Corruptibles.
Qui ne doutent* la Mort néant, |* Redoutent.
Et toutevois vont déchéant,
Et s'usent en tens et porrissent,
Dont autres choses se norrissent);
Quant toutes les cuide estreper*, |* Extirper
N'es* puet ensemble conceper** |* Ne les. ** Concevoir.
Que* quant l'une par-deçà hape, |* Car.
L'autre par delà li eschape.
Car quant ele a tué le père,
Remaint-il* fiz ou fille ou mère, |* Reste-t-il.
Qui s'enfuient devant la Mort,
Quant il voient celi jà mort.
Puis reconvient iceus morir*, |* Puis il faut qu'à leur
Jà si bien ne sauront corir; |tour ceux-là meurent.
N'i vaut médecines ne veus.

@

(v. 16858) DE LA ROSE. 169

Donc saillent nièces et neveus
Qui fuient, por eus déporter*, |* S'amuser.
Tant cum piez les puéent* porter; |* Peuvent.
Dont l'un s'enfuit à la karole*, |* Danse.
L'autre au moustier*, l'autre à l'escole, |* A l'église.
Li autre à lor marchéandises,
Li autre as ars qu'il ont aprises,
Li autre à lor autres déliz* |* Plaisirs.
De vins, de viandes, de liz.
Li autre, por plus tost foïr,
Que Mors ne les face enfoïr,
S'en montent sor lor grans destriers
A tout lor sororés* estriers. |* Avec leurs dorés.
L'autre met en un fust* sa vie, |* Bois.
Et s'enfuit par mer à navie*, |* Sur un navire.
Et maine au regart des* estoiles |* En regardant les.
Ses nefz, ses avirons, ses voiles.
L'autre, qui par veu s'umilie,
Prent un mantel d'ypocrisie,
Dont en fuiant son penser cuevre,
Tant qu'il apert* dehors par uevre. |* Apparaît.
Ainsinc fuient tuit cil qui vivent,
Qui volentiers la Mort eschivent.
Mors, qui de noir le vis* a taint, |* Visage. Cort après tant que les ataint,
Si qu'il i a trop fière chace.
Cil s'enfuient, et Mors les chace
Dix ans ou vingt, trente ou quarante (1),


(1) L'auteur en cet endroit parle du peu de temps que nous avons à vivre: c'est une pensée tirée du Prophète-Roi qui, au psaume 89, s'explique
en ces termes: Dies annorum nostrorum in ipsis septuaginta annis,
si autem in potentatibus octoginta anni et amplius, corum labor et
dolor; ce que David attribuoit à la colère de Dieu, les philosophes ont cru
que le nombre de soixante et dix étoit le terme ordinaire de la vie.
Cum vero decas qui et ipse est perfectissimus numerus perfecto nu- 15
@

170 LE ROMAN (v. 16886)

Cinquante, soixante, septante,
Voire* octante, nonante, cent. |* Même.
Lors quanque* tient va dépeçant; |* Ce que.
Et s'il puéent* outre passer, |* Peuvent.
Cort-ele après sens soi lasser,
Tant que les tient en ses liens,
Maugré tous les phisiciens*. |* Médecins.
Et les phisiciens méismes
Onc nul eschapper n'en véismes,
Par Hipocras (1) ne Galien (2),
Tant fussent bon phisicien.
Rasis (3), Constantin (4), Avicenne (5)
I ont lessiée la couenne;
Et cels qui ne puent tant corre, |* Ne les peut rien de la
N'es respuet riens de mort rescorre*. |mort secourir.


mero, id est Ἐπτάδι jungitur, ut aut decies septem, aut septies deni coinputentur
anni, haec a Physicis creditur meta vivendi, quod si quis excesserit
ab omni officio vaccuus soli exercitio sapientiae vacat, et omnem
usum sui in suadendo habet aliorum vacatione reverendus. Macrobius in
Somnium Scipionis, lib. I, cap. VI, où il est traité fort au long du nombre
sept ou septenaire. (L. D. D.) (1) HIPPOCRATE, médecin célèbre, vivoit 400 ans avant J.-C. Il y a apparence que ce médecin croyoit que le commerce des vieilles femmes
abrégeoit les jours des jeunes gens, puisqu'un de ses malades lui dit un
jour: Vetulam non cognovi, cur morior? Comme si, en évitant cet
écueil, il eût dû parvenir à l'immortalité. ( L. D. D.) (2) GALIEN, médecin célèbre, qui vécut sous les empereurs Trajan et Adrien; il mourut âgé de 70 ans. On dit qu'il composa deux cents volumes.
(L. D. D.) (3) RAZIS, médecin arabe, connu sous le nom d'Almansor ou d'Abu Il vivoit dans le dixième siècle, et, selon d'autres, dans le
neuvième; il vécut cent vingt ans, dont il en employa quatre-vingts à
l'étude de la médecine. (L. D. D.) (4) CONSTANTIN, médecin grec; c'est le premier qui ait parlé de la petite vérole. (L. D. D.) (5) AVICENNE, philosophe et médecin arabe du onzième siècle, célèbre par plusieurs ouvrages de médecine. On a prétendu que le sultan Cabous
l'avoit employé dans le ministère en qualité de vizir. (L. D. D.)
@

(v. 16901) DE LA ROSE. 171

Ainsinc Mors, qui jà n'iert* saoule, |* Jamais ne sera.
Glotement les pièces engoule*; |* Avale.
Tant les sieut* par Mer et par terre, |* Suit.
Qu'en la fin toutes les enserre.
Mès n'es puet ensemble tenir
Si qu'el ne puet à chief* venir |* A bout.
Des espèces du tout destruire,
Tant sevent bien les pièces fuire:
Car s'il n'en demoroit fors* une, |* Seulement.
Si vivroit la forme commune;
Et par le Fenis bien le semble,
Qu'il n'en puet estre deus ensemble.
Tous jors est-il un seul Fenis, Et vit ainçois* qu'il soit fenis, |* Avant.
Par cinq cens ans; au darrenier,
Si fait un feu grant et plenier
D'espices, et s'i boute et s'art*, |* Se brûle.
Ainsinc fait de son cors essart*. |* Cendre.
Mès por ce que sa forme garde,
De sa poudre, combien qu'il s'arde,
Un autre Fenis en revient,
Ou cil-méismes*, se Dé vient, |* Celui-là même.
Que Nature ainsinc résuscite,
Qui tant à l'espèce profite
Qu'ele perdroit du tout son estre,
S'el ne faisoit cestui renestre;
Si que se Mort Fenis dévore,
Fenis toutevois vis* demore. |* Vivant.
S'el en avoit mil dévorés,
Si seroit Fenis demorés.
C'est Fenis la commune forme
Que Nature ès* pièces réforme, |* Dans les.
Qui du tout perdue seroit,
Qui l'autre vivre ne lerroit*. |* Laisserait.
Ceste manière néis* ont* |* Même.

@

172 LE ROMAN (v. 16936)

Trestoutes les choses qui sont
Desouz le cercle de la lune,
Que s'il en puet demorer une,
S'espèce* tant en li vivra, |* Son espèce.
Que jà Mors ne la consivra*. |* Atteindra.
Mès Nature douce et piteuse*, |* Miséricordieuse.
Quant el voit que Mors l'envieuse
Entre li et corrupcion
Vuelent metre à destruccion
Quanqu'el trueve* dedens sa forge, |* Tout ce qu'elle trouve.
Tous jors martele, tous jors forge,
Tous jors ses pièces renovele
Par généracion novele.
Quant autre conseil n'i puet metre,
Si taille* emprainte de tel letre, |* Elle taille.
Qu'el lor done formes veroies* |* Vraies.
En coinz de diverses monoies,
Dont Ars faisoit ses exemplaires,
Qui ne fait pas choses si voires*. |* Véritables.
Mès par moult ententive cure*, |* Soin attentif.
A genouz est devant Nature,
Si prie* et requiert et demande, |* Et prie.
Comme mendians et truande,
Povre de science et de force,
Qui d'ensivre-la* moult s'esforce, |* De la suivre.
Que Nature li voille aprendre
Comment ele puisse comprendre,
Par son engin en ses figures,
Proprement toutes créatures.
Si garde comment Nature euvre,
Car moult vodroit faire autel* euvre, |* Pareille.
Et la contrefait comme singes;
Mès tant est son sens nus et linges*, |* Simple.
Qu'il ne puet faire choses vives,
Jà si ne sembleront naïves*: |* Naturelles.

@

(v. 16971) DE LA ROSE. 173

Car Ars, combien qu'ele se paine
Par grant estuide et par grant paine,
De faire choses quiex* qu'el soient, |* Quelles.
Quiexque figures qu'eles aient,
Paingne, taingne, forge ou entaille* |* Sculpte.
Chevaliers armés en bataille,
Sor biaus destriers trestous couvers
D'armes yndes*, jaunes ou vers, |* Bleues.
Ou d'autres colors piolés*, |* Tachetés.
Se plus piolés les volés;
Biaus oisillons en vers boissons,
De toutes iaues les poissons,
Et toutes les bestes sauvages
Qui pasturent par ces boscages;
Toutes herbes, toutes floretes,
Que valetons* et puceletes |* Jeunes gens, petits gar-
Vont en printens ès bois coillir, |çons.
Que florir voient et foillir;
Oisiaus privés, bestes domesches*, |* Domestiques.
Baceleries*, dances, tresches** |* Jeux d'enfants.
De beles dames bien parées, |** Rondes.
Bien portrètes, bien figurées,
Soit en métal, en fust*, en cire, |* En bois.
Soit en quelconque autre matire,
Soit en tables ou en parois,
Tenans biaus bachelers as dois,
Bien figurés et bien portrais;
Jà por figure ne por trais
Ne les fera par eus aler,
Vivre, movoir, sentir, parler.
Ou d'alquemie* tant aprengne, |* D'alchimie . Que tous métauz en color taingne,
Qu'el se porroit ainçois* tuer, |* Plutôt.
Que les espèces remuer*, |* Muer de nouveau.
Se tant ne fait qu'el les ramaine
15.
@

174 LE ROMAN (v. 17006)

A lor nature premeraine*. |* Première.
Euvre tant cum ele vivra,
Jà Nature n'aconsivra*; |* N'atteindra.
Et se tant se voloit pener* |* Donner de la peine.
Qu'el les i séust ramener,
Si li faudroit, espoir*, science |* Peut-être.
De venir à cele atrempance*, |* Degré.
Quant el feroit son élixir,
Dont la forme devroit issir*, |* Sortir.
Qui devise entr'eus lor sustances
Par espéciaus* différences, |* Spéciales.
Si cum il pert au défenir*, |* Il paraît à la fin.
Qui bien en set à chier venir*. |* Venir à bout.
Neporquant*, c'est chose notable, |* Néanmoins.
Alquemie est ars véritable.
Qui sagement en ovreroit,
Grans merveilles i troveroit;
Car comment qu'il aut* des espièces, |* Aille.
Au mains les singulières pièces
Qu'en sensibles euvres sunt mises,
Sunt muables en tant de guises,
Qu'el puéent lor compleccions,
Par diverses digestions,
Si changier entr'eus, que cis* changes |* Ce.
Les met souz espèces estranges,
Et leur tolt* l'espèce première. |* Enlève.
Ne voit-l'en comment de fogière
Font cil et cendre et voirre* nestre, |* Verre.
Qui de voirrerie sunt mestre,
Par dépuracion légière?
Si n'est pas li voirres fogière,
Ne fogière ne r'est* pas voirre. |* N'est de son côté.
Et quant espar* vient en tonnoirre, |* Eclair.
Si repuet-l'en* sovent véoir |* On peut.
Des vapeurs les pierres chéoir,

@

(v. 17041) DE LA ROSE. 175

Qui ne montèrent mie pierres:
Ce puet savoir li cognoissierres* |* Le connaisseur.
De la cause qui tel matire
A ceste estrange espèce tire.
Ci sunt espèces treschangiées*, |* Changées de tout en tout.
Ou les pièces d'aus estrangiées* |* Eloignées.
Et en sustance et en figure;
Ceus par Art, ceste par Nature.
Ainsinc porroit des métaus faire Qui bien en sauroit à chief traire*, |* Venir à bout.
Et tolir* as ors lor ordure, |* Enlever.
Et metre-les en forme pure
Par lor complexions voisines,
L'une vers l'autre assés enclines;
Qu'il sunt trestuit d'une matire,
Comment que Nature les tire:
Car tuit par diverses manières,
Dedens les terrestres minières,
De soufre et de vif-argent nessent,
Si cum li livre le confessent.
Qui se sauroit donc soutillier* |* Ingénier, industrier.
As esperiz aparillier,
Si que force d'entrer éussent,
Et que voler ne s'en péussent
Quant il dedens les cors entrassent,
Mès que bien purgiés les trovassent,
Et fust li sofres sans ardure,
Por blanche ou por rouge tainture,
Son voloir des métaus auroit
Qui ainsinc faire le sauroit;
Car d'argent vif fin or font nestre
Cil qui d'alquemie sunt mestre,
Et pois et color li ajoustent
Par choses qui gaires ne coustent.
Et d'or fin pierres précieuses

@

176 LE ROMAN (v. 17076)

Font-il clères et aviveuses*; |* Vives.
Et les autres métaus desnuent* |* Dépouillent.
De lor formes, si qu'il les muent* |* Changent.
En fin argent, par médecines
Blanches et tresperçans* et fines. |* Pénétrantes.
Mès ce ne feroient cil mie
Qui euvrent de sophisterie;
Travaillent tant cum il vivront,
Jà Nature n'aconsivront*. |* N'atteindront.
Nature, qui tant est soutive*, |* Subtile. Combien qu'ele fust ententive* |* Attentive.
A ses euvres, que tant amoit,
Lasse, dolente* se clamoit, |* Malheureuse.
Et si parfondément ploroit,
Qu'il n'est cuers qui point d'amor ait
Ne de pitié, qui l'esgardast,
Qui de plorer se retardast*: |* Le regardât.
Car tel dolor au cuer sentoit
D'un fait, dont el se repentoit,
Que ses euvres voloit lessier,
Et du tout sou penser cessier,
Mès que tant solement séust
Que congié de son mestre éust:
Si l'en voloit aler requerre*, |* Lui présenter requête.
Tant li destraint* li cuers et serre. |* Tourmente.
Bien la vous vosisse* descrire; |* Voulusse.
Mès mi sens* n'i porroit soffire. |* Mon sens.
Mi sens! qu'ai-ge dit? c'est du mains,
Non feroit voir nus sens humains,
Ne par vois vive ne par notes;
Et fust Platons ou Aristotes,
Algus, Euclides, Tholomées,
Qui tant orent de renommées
D'avoir esté bon escrivain,
Lor engin* seroient si vain, |* Artifices.

@

(v. 17111) DE LA ROSE. 177

S'il osoient la chose emprendre*, |* Entreprendre.
Qu'il ne la porroient entendre,
Ne Pymalions entaillier*. |* Sculpter.
En vain se porroit travaillier* |* Efforcer.
Parrasius, voire Apellés,
Que ge moult bon paintre appellés,
Biautés de li jamès descrivre
Ne porroit, tant éust à vivre:
Ne Miro ne Policletus,
Jamès ne sauroient cest us*. |* Usage.

Comment le bon paintre Zeuxis Fut de contrefaire pensis La très-grant beaulté de Nature, Et à la paindre mist grant cure*. |* Soin.
Zeuxis néis* par son biau paindre |* Même.
Ne porroit à tel forme ataindre,
Qui, por faire l'ymage au temple,
De cinq puceles prist exemple,
Les plus beles que l'en pot querre* |* Chercher.
Et trover en toute la terre,
Qui devant li se sont tenues
Tout en estant* trestoutes nues, |* Debout.
Pour soi prendre garde à chascune,
S'il trovast nul défaut en l'une,
Ou fust sor cors, ou fust sor membre,
Si cum Tules* le nous remembre* |* Cicéron. ** Rappelle.
Ou* livre de sa Rétorique, |* Dans le.
Qui moult est science autentique.
Mès ci ne péust-il riens faire
Zeuxis, tant séust bien portraire,
Ne colorer sa portraiture,
Tant est de grant biauté Nature.
Zeuxis, non pas, trestuit li mestre
Que Nature fist onques nestre:

@

178 LE ROMAN (v. 17144)

Car or soit que bien entendissent
Sa biauté toute, et tuit vosissent* |* Voulussent.
A tel portraiture muser,
Ains porroient lor mains user,
Que si très-grant biauté portraire.
Nus, fors* Diex, ne le porroit faire. |* Si ce n'est.
Et por ce que, se ge poïsse,
Volentiers au mains l'entendisse,
Voire* escrite la vous éusse, |* Vraiment.
Se ge poïsse ou ge séusse;
Ge-méismes i ai musé,
Tant que tout mon sens i usé
Comme fox et outrecuidiés,
Cent tans* plus que vous ne cuidiés**. |* Fois. ** Croyez.
Car trop fis grant présumpcion
Quant onques mis m'entencion
A si très-haute euvre achever,
Qu'ains me poïst* le cuer crever, |* Que plus tôt me pût.
Tant trovai noble et de grant pris
La grant biauté que ge tant pris*, |* Prise.
Que par penser la compréisse
Por nul travail que g'i méisse,
Ne que solement en osasse
Un mot tinter, tant i pensasse.
Si sui du penser recréus*, |* Las.
Por ce m'en sui à tant téus; |* Alors.
Que quant ge plus i ai pensé,
Tant ert* bele que plus n'en sé: |* Etait.
Car Diex, li biaus outre mesure,
Quant il biauté mist en Nature,
Il en i fist une fontaine
Tous jors corant et tous jors plaine,
De qui toute biauté desrive;
Mès nus n'en set ne fons ne rive:
Por ce n'est drois que conte face

@

(v. 17176) DE LA ROSE. 179

Ne de son cors ne de sa face,
Qui tant est avenant et bele,
Cum flor de lis en mai novele.
Rose sus rain, ne noif* sor branche, |* Branche, ni neige.
N'est si vermeille ne si blanche;
Si devroie-ge comparer* |* Payer.
Quant ge l'os à riens comparer,
Puisque sa biauté ne son pris
Ne puet estre d'ome compris.
Quant ele oï ce serement, Moult li fu grant alègement
Du grant duel qu'ele démenoit.
Por décéue se tenoit,
Et disoit:

Nature.
« Lasse! qu'ai-ge fait? Ne me repenti mès de fait
Qui m'avenist dès lors en çà
Que cis biaus mondes comença,
Fors d'une chose solement
Où j'ai mespris trop malement*, |* Trop mal agi.
Dont ge me tiens trop à musarde;
Et quant ma musardie esgarde*, |* Je regarde
Bien est drois que ge m'en repente.
Lasse, fole! lasse, dolente*! |* Malheureuse.
Lasse! lasse cent mile fois!
Où sera mès trovée fois?
Ai-ge bien ma poine emploiée?
Sui-ge bien du sens desvoiée*, |* Egarée.
Qui tous jors ai cuidé* servir |* Cru.
Mes amis por gré déservir*, |* Mériter grâce.
Et trestout mon travail ai mis
En essaucier* mes anemis? |* Exhausser, élever.

@

180 LE ROMAN (v. 17208)

Ma débonaireté m'afole*. » |* Me nuit.

L'Acteur.
Lors a mis son prestre à parole, Qui célébroit en sa chapele;
Mès ce n'ert* pas messe novele, |* N'était.
Car tous jors ot fait ce servise
Dès qu'il fu prestres de l'église.
Hautement, en leu d'autre messe,
Devant Nature la déesse,
Li prestres, qui bien s'acordoit,
En audience recordoit* |* Rappelait.
Les figures représentables
De toutes choses corrumpables
Qu'il ot escrites en son livre,
Si cum* Nature les li livre. |* Ainsi que.

Comment Nature la déesse A son prestre se confesse, Qui moult doulcement luy enhorte* |* L'exhorte. Que de plus plourer se déporte*. |* Cesse.
« Génius, dist-ele, biau prestre
Qui des leus estes diex et mestre,
Et selonc lor propriétés
Toutes en euvre les metés,
Et bien achevés la besoingne
Si cum à chascun li besoingne*, |* Ainsi qu'il est besoin à
D'une folie que j'ai faite, |chacun.
Dont ge ne me sui pas retraite,
Mès repentance moult m'apresse,
A vous m'en vuel* faire confesse. » |* Je m'en veux.

Génius.
« Ma dame, du monde roine,
Cui* toute riens mondaine encline, |* A qui.

@

(v. 17234) DE LA ROSE. 181

S'il est riens qui vous griefve, en tant
Que vous en ailliés repentant,
Ou que néis* vous plaise à dire, |* Même.
De quelconques soit la matire,
Soit d'esjoïr ou de doloir |* Se plaindre.
Bien m'en poés vostre voloir
Confesser trestout par lesir,
Et ge tout à vostre plésir,
Fet Genius, metre i vorrai* |* Voudrai.
Tout le conseil que ge porrai,
Et cèlerai bien vostre affaire,
Si c'est chose qui face à taire;
Et se mestier avés d'assoldre*, |* Besoin avez d'absoudre.
Ce ne vous doi-ge mie toldre*, |* Enlever.
Mais lessiés ester* vostre plor. |* Cessez.

Nature.
Certes, fet-ele, se ge plor,
Biaus Génius, n'est pas merveille.

Génius.
Dame, toutevois vous conseille
Que vous voilliés ce plor lessier,
Se bien vous volés confessier,
Et bien entendre à la matire
Que vous m'ares empris* à dire; |* Entrepris.
Car grans est, ce croi, li outrages,
Que bien sai que nobles corages
Ne s'esnmet pas de poi* de chose, |* De peu.
S'est moult fox* qui trobler vous ose. |* Sot.
Mès sens faille* il est voir** que fame |* Faute. ** Vrai.
Légièrement d'ire* s'enflame. |* Facilement de colère.
Virgiles méismes tesmoingne,
Qui moult congnut de lor besoingne*, |* De leurs affaires.

ROMAN DE LA ROSE. - T. II. 16
@

182 LE ROMAN (v. 17264)

Que jà fame n'iert* tant estable, |* Que jamais femme ne
Qu'el ne soit diverse et muable, |sera.
Et si r'est trop ireuse* beste. |* Et elle est encore trop
Salemons dist qu'onc ne fu teste |colère.
Sor teste de serpent crueuse*, |* Cruel.
Ne riens de fame plus ireuse*; |* Colère que femme.
N'onc riens, ce dist, n'ot tant malice.
Briefment, en fame a tant de vice,
Que nus ne puet ses meurs pervers
Conter par rimes ne par vers;
Et ce dist Titus-Livius,
Qui bien congnut quex sunt li us* |* Quels sont les us.
Des fames, et quex les manières:
Que vers lor meurs nules prières
Ne valent tant comme blandices*, |* Caresses.
Tant sunt décevables et nices*, |* Simples.
Et de fléchissable nature.
Si redist aillors l'Escriture
Que de tout le feminin vice
Li fondemens est avarice.
Et quiconques dit à sa fame Ses secrez, il en fait sa dame.
Nus homs* qui soit de mère nés, |* Nul homme.
S'il n'est yvres ou forsenés*, |* Privé de bon sens.
Ne doit à fame révéler
Nule riens* qui face à céler, |* Chose.
Se d'autrui ne le vuet oïr.
Miex vaudroit du païs foïr,
Que dire à fame chose à taire,
Tant soit loial ne débonaire;
Ne jà nul fait secré ne face,
S'il voit fame venir en place:
Car s'il i a péril de cors,
El le dira, bien le recors*, |* Déclare.
Combien que longement atende;

@

(v. 17299) DE LA ROSE. 183

Et se nus* riens ne l'en demande, |* Si nul.
Le dira-ele vraiement,
Sens estrange amonestement:
Por nule riens ne s'en teroit,
A son avis morte seroit,
Se ne li sailloit* de la bouche, |* Sortait.
S'il i a péril ou reprouche.
Et cil qui dit le li aura,
S'il est tex*, puis qu'el le saura, |* Tel.
Qu'il l'ose après férir* ne batre, |* Frapper.
Une fois, non pas trois ne quatre,
Jà sitost ne la touchera,
Cum ele li reprouchera,
Mais ce sera tout en apert*. |* Ouvertement.
Qui se fie en fame, il se pert;
Et li las* qui en li se fie, |* Le malheureux.
Savés-vous qu'il fait? il se lie
Les mains, et se cope la geule:
Car s'il une fois toute seule
Ose jamès vers li grocier*, |* Gronder.
Ne chastoier* ne corrocier, |* Faire des représenta-
Il met en tel péril sa vie, |tions.
S'il a du fait mort déservie*, |* Méritée.
Que par le col le fera pendre,
Se li juge le puéent* prendre, |* Peuvent.
Ou murdrir* par amis privés, |* Mettre à mort.
Tant est à mal* port arrivés. |* Mauvais.


Cy dit, à mon intention, La meilleure introduction Que l'en peut aux hommes apprendre, Pour eulx bien garder et deffendre Que nulles femmes leurs maistresses Ne soyent, quant sont jangleresses*. |* Bavardes.
Mès li fox*, quant au soir se couche, |* Le sot.
Et gist lez* sa fame en sa couche, |* Près de.

@

184 LE ROMAN (v. 17328)

Où reposer ne puet ou n'ose,
Qu'il a fait espoir* quelque chose, |* Peut-être.
Ou vuet par aventure faire
Quelque murdre ou quelque contraire* |* Malheur.
Dont il craint la mort recevoir,
Se l'en le puet apercevoir,
Et se torne, plaint et sospire,
Et sa fame vers soi le tire,
Qui bien voit qu'il est à mésèse*, |* Mal à l'aise.
Si l'aplaingne * et acole et bèse, |* Caresse.
Et le couche entre ses mameles.

La Femme qui parle à son Mary.
Sire, dist-ele, quex* noveles? |* Quelles.
Qui vous fait ainsinc sospirer
Et tressaillir et revirer*? |* Retourner.
Nous somes or privéement* |* Maintenant en particu-
Ici nous qui tant solement, |lier.
Les persones de tout le monde,
Vous li premiers, ge la seconde,
Qui miex nous devons entr'amer
De cuer loial fin sens amer;
Et de ma main, bien m'en remembre,
Ai fermé l'uis de nostre chambre;
Et les parois, dont miex les proise*, |* Prise.
Sunt espesses demie-toise,
Et si haut resunt li chevron,
Que tuit séurs estre devon;
Et si somes loing des fenestres,
Dont moult est plus séurs li estres* |* Le lieu.
Quant à vos secrez descovrir:
Si ne les a pooir* d'ovrir, |* Pouvoir.
Sens despecier, nus hons* vivans |* Nul homme.
Ne plus que puet faire li vens.

@

(v. 17360) DE LA ROSE. 185

Briefment cis leus* n'a point d'oïe, |* Ce lieu.
Vostre vois ne puet estre oïe
Fors que* de moi tant solement: |* Si ce n'est.
Por ce vous pri piteusement* |* Miséricordieusement.
Par amor, que tant vous fiés
En moi, que vous le me diés*. |* Disiez.

Le Mary.
Dame, dist-il, se Diex me voie,
Por nule riens ne le diroie,
Car ce n'est mie chose à dire.

La Femme.
Avoi*, dist-ele, biau douz sire! |* Hélas
M'avés-vous donc soupeçoneuse*, |* En suspicion.
Qui sui vostre loial espeuse?
Quant par mariage assemblasmes,
Jhésus-Crist, que pas ne trovasmes
De sa grâce aver ne eschar*, |* Avare ni chiche.
Nous fist deus estre en une char*; |* Chair.
Et quant nous n'avons char fors* une, |* Sinon.
Par le droit de la loi commune,
N'il ne puet en une char estre
Fors que uns cuers à la senestre*, |* Gauche.
Tuit un sunt donques li cuer nostre.
Le mien avés, et ge le vostre:
Riens ne puet donc ou vostre avoir*, |* Dans le vôtre y avoir.
Que li miens ne doie savoir.
Por ce vous pri que le me dites,
Par guerredon* et par mérites; |* Récompense.
Car jamès joie ou cuer* n'aurai |* Dans le coeur.
Jusqu'à tant que ge le saurai;
Et se dire n'el me volés,
Ge vois bien que vous me bolés*; |* Trompez.
16
@

186 LE ROMAN (v. 17390)

Si sai de quel cuer vous m'amés,
Qui douce amie me clamés*, |* M'appelez.
Douce seur et douce compaingne.
A cui parés-vous tel chastaingue (1)?
Certes se n'el me gehissiés*, |* Si vous ne me l'avouiez.
Bien pert* que vous me traïssiés; |* Il paraît bien.
Car tant me sui en vous fiée,
Puis que m'éustes affiée*, |* Fiancée.
Que dit vous ai toutes les choses
Que j'oi dedens mon cuer encloses.
Si laissai por vous père et mère,
Oncles, neveus, serors et frère,
Et tous amis et tous parens,
Si cum il est or* aparens. |* Ainsi qu'il est mainte-
Certes, moult ai fait mauvès change, |nant.
Quant si vers moi vous truis estrange*, |* Trouve étranger.
Que ge plus aim que riens* qui vive; |* Chose.
Et tout ne me vaut une cive*, |* Ciboule.
Qui cuidiés* que tant mespréisse |* Quand vous croyez.
Vers vous, que vos secrés déisse:
C'est chose qui ne porroit estre;
Par Jhésu-Crist le roi célestre,
Qui vous doit miex de moi* garder? |* Que moi.
Plaise-vous au mains regarder,
Se de loiauté riens savés,
La foi que de mon cors avés:
Ne vous soffist pas bien cis* gages? |* Ce.
En volés-vous meillors hostages?
Donc sui-ge des autres la pire,
Se vos secrez ne m'osés dire.
Ge voi toutes ces autres fames,


(1) Voyez, sur cette expression que nous avons déjà trouvée (t. I, p. 282, v. 9259), nos Etudes de philologie comparée sur l'argot, etc., p. 104, col. 2
(et non p. 404), art. Chastaignes (Peler).

@

(v. 17421) DE LA ROSE. 187

Qui sunt de lor hostiez* si dames, |* Hôtels, logis.
Que lor maris en eus se fient
Tant que tous lor secrez lor dient.
Tuit à lor fames se conseillent,
Quant en lor liz ensemble veillent,
Et privéement se confessent,
Si que riens à dire ne lessent,
Et plus sovent, c'est chose voire*, |* Vraie.
Qu'il ne font néis au provoire*: |* Même au prêtre.
Par eus-méismes bien le sai,
Car maintes fois oï les ai;
Qu'el m'ont trestuit recongnéu* |* Car elles m'ont reconnu.
Quanqu'el* ont oï et véu, |* Tout ce qu'elles.
Et tout néis quanqu'eles cuident*. |* Même ce qu'elles croient.
Ainsinc se purgent et se vuident.
Si ne sui-ge pas lor pareille:
Nule vers moi ne s'apareille,
Car ge ne sui pas jangleresse*, |* Cancanière.
Vilotiere ne tenceresse*; |* Insolente ni querelleuse.
Ains sui de mon cors prodefame, |* Femme de bien.
Comment qu'il aut* vers Dieu de l'ame, |* Aille.
Jà n'oïstes-vous onques dire
Que j'aie fait nul avoutire*, |* Adultère.
Se li fol qui le vous contèrent,
Par mauvestié n'el controvèrent*. |* Inventèrent.
Ne m'avés-vous bien esprovée?
Où m'avés-vous fause trovée*
Après, biau sire, regardés Comment vostre foi me gardés.
Certes, malement mespréistes*, |* Mal agites.
Quant anel ou doi* me méistes, |* Au doigt.
Et vostre foi me fiançastes:
Ne sai comment faire l'osastes.
S'en moi ne vous osés fier,
Qui vous fist à moi marier?

@

188 LE ROMAN (v. 17456)

Por ce pri que la vostre fois
Me soit sauve au mains ceste fois,
Et loiaument vous asséure
Et promet et fiance* et jure |* M'engage.
Par le benéuré* saint Pierre, |* Bienheureux.
Que ce sera chose souz pierre.
Certes moult seroie ore* fole, |* Maintenant.
Se de ma bouche issoit* parole |* Sortait.
Dont éussiés honte et damage:
Honte feroie à mon linage,
C'onques nul jor ne disfamoi,
Et tout premièrement a moi.
L'en seult* dire, et voirs est sens faille, |* A coutume de dire, et c'est
Que trop est fox* qui son nez taille, |vrai sans faute. * Sot.
Sa face à tous jors déshonore:
Dites-moi, se Diex vous secore,
Ce dont vos cuers* se desconforte, |* Votre coeur.
Ou se ce non, vous m'avés morte*. |* Mise à mort.

Génius.
Lors li débaille et pis et chief*, |* Découvre et poitrine et
Et puis le baise derechief, |tête.
Et plore sor li lermes maintes,
Entre les baiseries faintes.

Comment le fol mary couart Se met dedans son col la hart, Quant son secret dit à sa fame, Dont pert son corps, et elle s'ame.
Adonc li meschéans* li conte |* Alors le malheureux.
Son grant damage et sa grant honte,
Et par sa parole se pent;
Et quant dit l'a, si s'en repent;
Mès parole une fois volée* |* Envolée.
Ne puet plus estre rapelée.

@

(v. 17484) DE LA ROSE. 189

Lors li prie qu'ele se taise,
Cum cil* qui plus est à mésaise |* Comme celui.
Conques avant esté n'avoit,
Quant sa fame riens n'en savoit.
Et cele li redist sens faille* |* Sans faute.
Qu'el s'en taira, vaille que vaille
Mès li chetis, que cuide-il faire?
Il ne puet pas sa langue taire,
Or tent à l'autrui* retenir. |* Celle d'autrui.
A quel chief en cuide-il* venir? |* A quelle fin en croit-il.
Or se voit la dame au deseure*, |* Au-dessus, maîtresse.
Et set que de quelconques heure
L'osera mès cil* corrocier, |* Celui-là.
Ne contre li de riens grocier*; |* Gronder.
Mu* le fera tenir et coi, |* Muet.
Qu'ele* a bien matire de quoi. |* Car elle.
Convenant, espoir, li tendra*, |* Promesse peut-être elle
Tant que corrous entr'eus vendra, |lui tiendra.
Encor s'ele tant atent;
Més envis* atendra jà tant, |* A Peine.
Que moult ne li soit grant grévance*, |* Peine.
Tant aura le cuer en balance.
Et qui les homes ameroit,
Cel sermon lor préescheroit,
Qui bien fait en tous leus à dire,
Por ce que chascuns hons s'i mire*, |* Pour que chaque homme
Por eus de grant péril retraire*. |s'y mire. * Retirer.
Si porroit-il, espoir*, desplaire |* Peut-être.
As fames qui tant ont de jangles*; |* Caquet.
Mès vérités ne quiert nus* angles. |* Ne cherches nul.
Biaus seignors, gardés-vous des fames, Se vos cors amés et vos ames;
Au mains que jà si mal n'ovrés
Que vos secret lor descovrés,
Que dedens vos cuers estuiés*. |* Cachez, retenez.

@

190 LE ROMAN (v. 17519)

Fuiés, fuiés, fuiés, fuiés,
Fuiés, enfans, fuiés tel beste,
G'el vous consel ut amoneste
Sens décepcion et sens guile*, |* Tromperie.
Et notés ces vers de Virgile,
Mès qu'en vos cuers si les fichiés,
Qu'il n'en puissent estre sachiés* |* Otés.
Enfans qui coilliés les floretes,
Et les frèses fresches et netes,
Ci gist li frois serpens en l'erbe (1);
Fuiés, enfans, car il enherbe
Et empoisone et envenime
Tout home qui de li s'aprime*. |* S'approche.
Enfans qui les flors alés querre*; |* Chercher.
Et les frères naissans sus terre,
Li mau* serpent refroidissant |* Le mauvais.
Qui se vet ici tapissant,
La malicieuse coluevre
Qui son venin repont* et cuevre, |* Cache.
Et le muce* souz l'erbe tendre, |* Cache.
Jusqu'à tant* que le puisse espendre |* Jusqu'à ce que.
Por vous décevoir et grever,
Pensés, enfans, de l'eschever*. |* Eviter.
Ne vous i lessiés pas haper,
Se de mort volés eschaper:
Car tant est venimeuse beste
Par cors et par queue et par teste,
Que se de li vous aprochiés,
Tost vous troverés entechiés;
Qu'el mort et point* en traïson |* Pique.
Quanqu'el* ataint, sens garison; |* Tout ce qu'elle.


(1) Qui legitis flores et humi nascentia fraga, Frigidus, o pueri, fugite hinc, latet unguis in herba. (Virgil., Bucolica, eclog. III, v. 92.)
@

(v. 17550) DE LA ROSE. 191

Car de cesti* venin l'ardure |* De ce.
Nus triacles* n'en a la cure (1): |* Nulle thériaque.
Riens n'i vaut herbe ne racine,
Sol foïr* en est medicine. |* La fuite seule.
Si ne di-ge pas toutevoie (Nonc ne fu l'entencion moie*) |* Mienne.
Que les fames chières n'aiés,
Ne que si foïr les doiés*, |* Deviez.
Que bien avec eus ne gisiés*; |* Couchiez,
Ains commant* que moult les prisiés, |* Je commande au con-
Et par raison les essauciés. |traire.
Bien les vestés, bien les chauciés,
Et tous jors à ce laborés*, |* Travaillez.
Que les servés et honorés
Por continuer vostre espièce,
Si* que la mort ne la despièce; |* Tellement.
Mès jà tant ne vous i fiés,
Que chose à taire lor diés*. |* Disiez.
Bien soffrés que voisent* et viengnent, |* Qu'aillent.
La mesnie* et l'ostel maintiengnent, |* Maison.
S'el sevent* à ce metre cure; |* Si elles savent.
Ou s'il avient par aventure
Que sachent achater et vendre,
A ce puéent-el* bien entendre; |* Peuvent-elles.
Ou s'el savent aucun mestier,
Facent-le, s'el en ont mestier*, |* Besoin.
Et sachent les choses apertes* |* Ouvertes.
Qui n'ont mestier d'estre covertes.


(1) Aige* douce torne à amer, |* Eau. Et si ai-ge oï conter C'on trait* triacle de serpent, |* Qu'on tire. Qui molt a grant mestier* sovent |* Qui est de très-grande A cels qui sont envenimé. |utilité. La Bible Guiot de Provins, v. 2508. (Fabliaux et contes, édit. de Méon, t. II, p. 387, 388.)
@

192 LE ROMAN (v. 17578)

Mès se tant vous habandonés
Que trop de pooir lor donés,
A tart* vous en repentirés, |* Tardivement.
Quant lor malice sentirés.
L'Escriture néis* nous crie |* Même.
Que se la fame a seignorie*, |* Autorité.
Ele est à son mari contraire,
Quant el li voit riens dire ou faire.
Prenés-vous garde toutevoie* |* Toutefois. Que l'ostel n'aille à male* voie; |* Mauvaise.
Car l'en pert bien en meillor garde
Qui sages est, sa chose garde.
Et vous qui avés vos amies,
Portés-lor bones compaignies:
Bien affiert* qu'el sachent chascunes |* Il convient bien.
Assés des besoingnes communes.
Mès se preus estes et senés*, |* Sensé.
Quant entre vos bras les tenés
Et les acolés et baisiés,
Taisiés, taisiés, taisiés, taisiés.
Pensés de vos langues tenir,
Car riens n'en puet à chief* venir |* A bout.
Quant des secrez sunt parconieres*, |* Ont part.
Tant sont orguilleuses et fières,
Et tant ont les langues cuisans
Et venimeuses et nuisans.
Més quant les fox* sont là venu, |* Les sots.
Qu'ils sunt entre lor bras tenu,
Et que les acolent et baisent,
Entre les gieus qui tant lor plaisent,
Lors n'i puet riens avoir celé,
Là sunt li secré révélé;
Là se descuevrent li mari,
Dont puis sont dolent* et marri. |* Chagrins.
Tuit encusent* ci lor pensé, |* Tous accusent.

@

(v. 17613) DE LA ROSE. 193

For li sage bien apensé*. |* Bien avisé.
Dalida la malicieuse, Par flaterie venimeuse,
A Sanson, qui tant ert* vaillans, |* Etait.
Tant preus, tant fors, tant bataillans,
Si cum el le tenoit forment* |* Fortement, fort.
Soef* en son giron dormant, |* Doucement.
Copa ses cheveux o ses forces*, |* Avec ses ciseaux.
Dont il perdi toutes ses forces
Quant de ses crins le dépela*, |* Le dépouilla de ses che-
Et tous secrez li révéla, |veux.
Que li fox* contés li avoit, |* Le sot.
Que riens céler ne li savoit.
Mès n'en vuel* plus d'exemples dire, |* Mais je n'en veux.
Bien vous puet uns por tous soffire.
Salemons néis* en parole, |* Même
Dont ge vous dirai la parole
Tantost, por ce que ge vous ain*: |* Aime.
De cele qui te dort ou sain* |* Au sein.
Garde les portes de ta bouche,
Por foïr péril et reprouche (1).
Cest sermon devroit préeschier
Quicunques auroit home chier,
Que tuit de fames se gardassent,
Si que jamès ne s'i fiassent.
Si n'ai-ge pas por vous ce dit,
Car vous avés sens contredit
Tous jors esté loiale et ferme.
L'Escriture neis* afferme, |* Même.
Tant vous a doné Diex sens fin,
Que vous estes sages sens fin.


(1) Qui custodit os suum, et linguam suam, custodit ab angustiis animam suam. (Proverb., cap. XXI, vers. 23.) 17
@

194 LE ROMAN (v. 17644)

L'Acteur.
Génius ainsinc la conforte*, |* Console.
Et de quanqu'il puet li enhorte |* Et tant qu'il peut l'ex-
Qu'el laist du tout son duel ester*, |horte qu'elle laisse tout à
Car nus ne puet riens conquester* |fait sa douleur. * Nul ne peu
En duel, ce dist, ne en tristèce: |rien gagner.
C'est une chose qui moult blèce,
Et qui, ce dist, riens ne profite
Quant il ot sa volenté dite, Sens plus faire longe prière.
Il s'asiet en une chaière* |* Chaire, chaise.
Dejouste* son autel assise; |* Près de.
Et Nature tantost s'est mise
A genous devant le provoire*. |* Prêtre.
Mès, sens faille*, c'est chose voire** |* Sans faute. ** Vraie. Qu'el ne puet son duel* oblier, |* Deuil, chagrin.
N'il ne l'en vuet jà plus prier,
Qu'il* i perdroit sa poine toute; |* Car il.
Ains* se taist, et la dame escoute, |* Mais.
Qui dit par grant dévocion,
En plorant, sa confession,
Que ge ci vous aporte escrite
Mot à mot, si comme el* l'a dite. |* Ainsi qu'elle.

Entendez ici par grant cure* |* Avec grand soin. La confession de Nature.
Cil Diex, qui de bonté habonde,
Quant il si bien fist ce biau monde
Dont il portoit en sa pensée
La bele forme porpensée* |* Arrêtée.
Tous fors en pardurableté* |* Eternité.
Ains* qu'ele éust dehors esté: |* Avant.
Car là prist-il son exemplaire,
Et quanque* li fu nécessaire; |* Tout ce qui.

@

(v. 17674) DE LA ROSE. 195

Car s'il aillors le vosist* querre, |* Voulût.
Il n'i trovast ne ciel ne terre,
Ne riens dont aidier se péust,
Que nule riens* dehors éust. |* Chose.
Car de noient fist tout saillir* |* Néant, rien. ** Sortir.
Cil à qui riens ne puet faillir;
Nonc riens ne le mut à ce faire,
Fors* sa volenté débonaire, |* Si ce n'est.
Large, cortoise, sens envie,
Qui fontaine est de toute vie.
Et le fist au commencement
D'une mace tant solement
Qui toute ert* en confusion, |* Etait.
Sens ordre et sens distinccion.
Puis la devisa par parties
Qui puis ne furent départies*, |* Séparées.
Et tout par nombres asomma*, |* Compta.
Et set combien en la somme a;
Et par raisonables mesures
Termina toutes les figures,
Et les fist en rondece estendre
Por miex movoir, por plus comprendre,
Selonc ce que movables furent,
Et comprenables estre durent;
Et les mist en leus convenables,
Selonc ce qu'il les vit metables.
Les légières en haut volèrent,
Les pesans ou centre avalèrent*, |* Descendirent au centre.
Et les moienes ou mileu.
Ainsinc sunt ordené li leu
Par droit compas, par droite espace.
Cis Diex* méismes, par sa grâce, |* Ce Dieu.
Quant il i ot, par ses devises*, |* Volontés.
Ses autres créatures mises,
Tant m'enora*, tant me tint chière. |* M'honora.

@

196 LE ROMAN (v. 17709)

Qu'il m'establi sa chamberière;
Servir m'i laisse et laissera
Tant cum sa volenté sera.
Nul autre droit ge n'i réclame,
Ains le merci quant il tant m'ame*, |* Mais je le remercie de ce
Que si tres-povre damoisele |qu'il tant m'aime.
A si grant maison et si bele.
Il, si grant sire, tant me prise,
Qu'il m'a por chamberière prise.
Por chamberiere! certes vaire*, |* Voire, vraiment
Por conestable et por vicaire,
Dont ge ne fusse mie digne,
Fors* par sa volenté bénigne. |* Si ce n'est.
Si gart*, tant m'a Diex honorée, |* Et je garde. La bele chaène dorée
Qui les quatre élémens enlace
Trestous enclins devant ma face;
Et me bailla toutes les choses
Qui sont en la chaène encloses,
Et commanda que g'es* gardasse, |* Je les.
Et les formes continuasse;
Et volt* que toutes m'obéissent, |* Voulut.
Et que mes rieules* ensivissent, |* Règles.
Si que jamès n'es* obliassent, |* Ne les.
Ains les tenissent et gardassent
A tous jors pardurablement*. |* Eternellement.
Si font-il voir* communément |* Vraiment.
Toutes i metent bien lor cure*, |* Leur soin.
Fors* une sole créature. |* Excepté.
Du ciel ne me doi-ge pas plaindre, Qui tous jors torne sens soi faindre*, |* Sans s'arrêter.
Et porte en son cercle poli
Toutes les estoiles o li*, |* Avec lui.
Estincelans et vertueuses* |* Douées de vertus.
Sor toutes pierres précieuses.

@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.