Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4 5 6 7 8 9

238 LE ROMAN (v. 19113)

Cil qui des miréor sunt mestre;
Et font quatre iex en une teste,
S'il ont, à ce la forme preste.
Si font fantosmes aparens
A ceus qui regardent par ens*; |* Dedans.
Font-les néis* dehors paroir** |* Même. ** Paraître.
Tous vis, soit par aigue* ou par air; |* Tout vifs, soit par eau.
Et les puet-l'en véoir joer
Entre l'ueil et le miroer,
Par les diversités des angles.
Soit li moiens compoz ou sangles*, |* Composé ou simple.
D'une matire ou de diverse,
En quoi la forme se reverse,
Qui tant se va montepliant*, |* Multipliant.
Par le moien obédiant* |* Obéissant.
Qui vient as iex aparissans,
Selon les rais* ressortissans, |* Rayons.
Qu'il si diversement reçoit,
Que les regardéors deçoit.
Aristotes néis* tesmoigne, |* Même. Qui bien sot de ceste besoigne
(Car toute science avoit chière).
Uns hons, ce dist, malades iere*, |* Etait.
Si li avoit la maladie
Sa véue moult afoiblie,
Et li airs iert oscurs et trobles,
Et dit que par ces raisons dobles
Vit-il en l'air de place en place,
Aler par devant soi sa face.
Briément, mirail*, s'il n'ont ostades, |* Miroirs.
Font aparoir trop de miracles.
Si font bien diverses distances,
Sens miréors, grans décevantes*, |* Déceptions.
Sembler choses entr'eus lointaines
Estre conjointes et prochaines;

@

(v. 19148) DE LA ROSE. 239

Et sembler d'une chose deus,
Selonc la diversité d'eus,
Ou six de trois, ou huit de quatre,
Qui se vuet au véoir esbatre,
Ou plus ou mains en puet véoir;
Si puet-il ses iex asséoir,
Ou plusors choses sembler une,
Qui bien les ordene et aüne*. |* Assemble.
Néis* d'un si très-petit home, |* Même.
Que chascuns à nain le renome,
Font-il paroir as iex véans* |* Paraître aux yeux
Qu'il soit plus grans que dix géans, |voyants. * Paraît.
Et pert* par sus les bois passer,
Sens branche plaier ne quasser,
Si que tuit de paor en tremblent;
Et li géant nain i ressemblent
Par les iex qui si les desvoient* |* Egarent.
Quant si diversement les voient.
Et quant ainsinc sunt decéu Cil qui tex* choses ont véu, |* Telles.
Par miréors ou par distances,
Qui lor ont fait tex démonstrances,
Si vont puis au pueple et se vantent,
Et ne dient pas voir, ains* mentent, |* Vrai, mais.
Qu'il ont les déables véus,
Tant sunt ès* regars decéus. |* Dans les.
Si font bien oel enferme* et troble |* Yeux malades.
De sengle* chose sembler doble, |* Simple.
Et paroir ou ciel* doble lune, |* Paraître au ciel.
Et deux chandeles sembler une.
N'il n'est nus* qui si bien regart**, |* Nul. ** Regarde.
Qui sovent ne faille en regart,
Dont maintes choses jugié ont
D'estre moult autre que ne sont. |* Mais je ne veux pas
Mès ne voil or pas metre cure* |maintenant mettre soin.
@

240 LE ROMAN (v. 19183)

En ci déclairier la figure
Des miréors, ne ne dirai
Comment sunt réfléchi li rai*, |* Rayons.
Ne lor angles ne voil descrivre:
Tout est aillors escrit eu* livre; |* Au, dans le.
Ne porquoi des choses mirées
Sunt les images remirées* |* Réfléchies.
As iex de ceus qui là se mirent,
Quant vers les miréors se virent*; |* Se tournent.
Ne les leus de lor aparences,
Ne les causes des décevances*; |* Déceptions.
Ne ne revoil * dire, biau prestre, |* Ni je ne veux encore.
Où tex ydoles ont lor estre,
Ou des miréors, ou defores*; |* Dehors.
Ne ne recenserai pas ores* |* Maintenant.
Autres visions merveilleuses,
Soient plèsans ou dolereuses,
Que l'en voit avenir sodaines;
Savoir mon* s'eles sunt foraines**, |* En vérité. ** Extérieu-
Ou, sens plus, en la fantasie, |res.
Ce ne déclairerai-ge mie;
N'il ne le convient ore* pas, |* Maintenant.
Ainçois* les lais et les trespas** |* Mais. ** Passe.
Avec les choses devant dites
Qui jà n'ierent* par moi descrites: |* Ne seront.
Car trop i a longe matire,
Et si seroit grief* chose à dire, |* Pénible.
Et moult seroit fort à entendre,
S'il ert* qui le séust aprendre |* S'il était.
As gens lais* espéciaument. |* Laïques.
Qui lor diroit généraument*, |* Généralement.
Si ne porroient-il pas croire
Que la chose fust ainsinc voire*, |* Ainsi vraie.
Des miréors méismement,
Qui tant euvrent diversement,

@

(v. 19218) DE LA ROSE. 241

Se par estrumens n'el véoient,
Se clerc livrer les lor voloient,
Qui séussent par démonstrance* |* Démonstration.
Ceste merveilleuse science.
Ne des visions les manières,
Tant sunt merveilleuses et fières,
Ne porroient-il otroier,
Qui les lor voldroit desploier,
Ne quex* sunt les décepcions |* Ni quelles.
Qui vienent par tex* visions, |* Telles.
Soit en veillant, soit en dormant,
Dont maint s'esbahissent forment* |* Fortement.
Por ce les vueil ci trespasser*, |* Passer.
Ne si ne vueil or pas lasser
Moi de parler, ne vous d'oïr:
Bon fait prolixité foïr.
Si sunt fames moult anuieuses, Et de parler contrarieuses:
Si vous pri* qu'il ne vous desplaise, |* Je vous prie donc.
Por ce que du tout ne m'en taise,
Se bien par la vérité vois*; |* Fais.
Tant en vuel dire toutevois,
Que maint en sunt si décéu,
Que de lor liz se sunt méu,
Et se chaucent néis* et vestent, |* Même.
Et de tout lor harnois s'aprestent,
Si cum li sen commun someillent,
Et tuit li particulier veillent.
Prenent bordons, prenent escharpes,
Ou piz* ou faucilles ou sarpes, |* Pics.
Et vont cheminant longes voies,
Et ne sevent où toutevoies;
Et montent néis ès chevaus*, |* Même à cheval.
Et passent ainsinc mons et vaus,
Par sèches voies ou par fanges,
21
@

242 LE ROMAN (v. 19253)

Tant qu'il vienent en leus estranges*. |* En lieux étrangers.
Et quant li sen commun s'esveillent,
Moult s'esbahissent et merveillent.
Quant puis à leur droit sens revienent,
Et quant avec les gens se tienent,
Si tesmoignent, non pas por fables,
Que là les ont porté déables,
Qui de lor ostiex* les ostèrent, |* Logis.
Et il-méismes s'i portèrent.
Si r'est bien sovent avenu, Quant aucuns sunt pris et tenu
Par aucune grant maladie,
Si cum il pert* en frénisie, |* Ainsi qu'il paraît.
Quant il n'ont gardes sofisans,
Ou sunt seus en ostiex* gisans, |* Seuls en logis.
Qu'il saillent sus* et puis cheminent, |* Qu'ils se lèvent.
Et de tant cheminer ne finent,
Qu'il truevent aucuns leus sauvages
Ou prez ou vignes ou boscages,
Et se lessent ilec chéoir*. |* Là tomber.
Là les puet-l'en après véoir,
Se l'en i vient, combien qu'il tarde,
Por ce qu'il n'orent point de garde
Fors gent espoir* fole et mauvèse, |* Si ce n'est monde peut-
Tous mors de froit et de mésèse; |être.
Ou quant sunt néis* en santé, |* Même.
Voit-l'en de tex à grant planté*, |* Tels en grande abon-
Qui mainte fois; sens ordenance, |dance.
Par naturel acoustumance*, |* Coutume.
De trop penser sunt curieus,
Quant trop sunt mélencolieus,
Ou paoreus outre mesure,
Qui mainte diverse figure
Se font paroir* en eus-méismes, |* Paraître.
Autrement que nous ne déismes

@

(v. 19288) DE LA ROSE. 243

Quant de miréors parlions,
Dont si briefment nous passions,
Et de tout ce lor semble lores
Qu'il soit ainsinc por voir defores*. |* Dehors.
Cil qui par grant dévocion
En trop grant contemplacion,
Font aparoir en lor pensées
Les choses qu'il ont porpensées*, |* Pensées.
Et les cuident tout proprement
Véoir defors apertement*, |* Ouvertement.
Et ce n'est fors trufle* et mençonge, |* Attrape.
Ainsinc cum de l'ome qui songe,
Qui voit, ce cuide*, en sa présence |* A ce qu'il croit.
Les esperituex* sustance, |* Spirituelles.
Si cum* fist Scipion jadis, |* Ainsi que.
Qui vit enfer et paradis,
Et ciel et air, et mer et terre,
Et tout quanque* l'en i puet querre. |* Ce que.
Il voit estoiles aparair,
Et voit oisiaus voler par air,
Et voit poissons par mer noer*, |* Nager.
Et voit bestes par bois joer,
Et faire tours et biaus et gens;
Et voit diversetés de gens,
Les uns en chambre solacier*, |* Se divertir.
Les autres voit par bois chacier,
Par montaignes et par rivières,
Par prez, par vignes, par jachières;
Et songe plaiz* et jugemens, |* Procès.
Et guerres et tornoiemens*, |* Tournois.
Et baleries et karoles*, |* Danses et rondes.
Et ot vieles et citoles*, |* Violons et mandores.
Et flere espices odoreuses,
Et goute choses savoreuses,
Et gist entre les bras s'amie*, |* De son amie.

@

244 LE ROMAN (v. 19323)

Et toutevois n'i est-il mie;
Ou voit Jalousie venant,
Un pestel* à son col tenant, |* Pilon.
Qui provés ensemble les trueve
Par Male-Bouche, qui contrueve* |* Invente.
Les choses ains* que faites soient, |* Avant.
Dont tuit amant par jor s'esfroient.
Car cil qui fins amans se clament*, |* Proclament.
Quant d'amors ardemment s'entr'ament,
Dont moult ont travaus et anuis,
Quant se sunt de nuit endormis
En lor lit, où moult ont pensé,
(Car les propriétés en sé)
Si songent les choses amées,
Que tant ont par jor réclamées,
Ou songent de lor aversaires
Qui lor font anuis et contraires*. |* Contrariétés.
Ou s'il sunt en mortex haïnes,
Corrous songent et ataïnes*, |* Colères.
Et contens o* lor anemis |* Disputes avec.
Qui les ont en haïne mis
Es choses à guerre ensivables*, |* Dans les choses mar-
Par contraires ou par semblables. |chant à la suite de guerre.
Ou s'il resunt mis en prison
Par aucune grant mesprison*, |* Faute.
Songent-il de lor délivrance,
S'il en sunt en bone espérance;
Ou songent ou gibet ou corde,
Que li cuers par jor lor recorde*, |* Rappelle.
Ou quiexques choses desplèsans,
Qui ne sunt mie hors, mès ens*: |* Dedans.
Si recuident-il por voir lores* |* Et ils croient de nou-
Que ces choses soient defores*, |veau pour vrai alors. * Dehors.
Et font de tout ou duel ou feste,
Et tout portent dedens lor teste,

@

(v. 19358) DE LA ROSE. 245

Qui les cinc sens ainsinc déçoit
Par les fantosmes qu'il reçoit,
Dont maintes gens par lor folie
Cuident estre par nuit estries* |* Fantômes.
Errans avecques dame Habonde (1),
Et dient que par tout le monde
Li tiers enfant de nacion* |* Les troisièmes enfants de
Sunt de ceste condicion, |naissance.
Qui vont trois fois en la semaine
Si cum* destinée les maine; |* Ainsi que.
Et par tous ces ostex* se boutent, |* Logis.
Ne clés ne barres ne redoutent,
Ains s'en entrent par les fendaces,
Par chatières et par crevaces.


(1) Habonde, s. f. il faut lire Abunde. C'est le nom d'une fée en qui le peuple avoit eu autrefois beaucoup de confiance; ce nom lui avoit été
donné à cause de l'abondance qu'elle procuroit aux maisons où elle se
retiroit. Un passage tiré des oeuvres de Guillaume d'Auvergne, évêque
de Paris, mettra mieux le lecteur au fait de toutes ces prétendues fées.
Nominationes doemonum ex malignitatis operibus eorundem sumptae sunt; sicut Lares, ab eo quod laribus praeessent; et Penates, eo quod
horreis vel penitioribus domorum partibus; Fauni vero, a fatuitate;
Satyri, a saltationibus; Joculatores, a jocis; Incubi, a concubitu mulierum,
et Succubi, eo quod sub specie mulieris viris se supponunt; Nymphae
vero, fontium deae; Striges seu Lamiae, a stridore et laniatione,
quia parvulos laniant, et lacessere putabantur, et adhuc putantur a vetulis
insanissimis: sic et Daemon, qui pretextu mulieris, cum aliis de
nocle domos et cellaria dicitur frequentare, et vocant eam Satiam, a satietate;
et dominam Abundiam, pro abundantia quam eam praestare
dicunt domibus quas frequentaverit: hujusmodi etiam daemones, quas
Dominos vocant vetulae, penes quas error iste remansit, et a quibus solis
creditur et somniatur. Dicunt has Dominas edere et bibere de escis et
potibus quos in domibus inveniunt, nec tamen consumptionem aut imminutionem
eas facere escarum et potuum, maxime si vasa escarum sint
discooperta, et vasa poculorum non obstructa eis in nocte relinquantur.
Si vero operta vel clausa inveniunt, seu obstructa, inde nec comedunt
nec bibunt, propter quod infaustas et in fortunatas relinquunt, nec satietatem
nec abundantiam eis praestantes. (Voyez Guillaume d'Auvergne.
Paris, 1674, tom. I, pag. 1036, col. 2.) (L. D. D.) 21
@

246 LE ROMAN (v. 19371)

Et se partent* des cors les ames, |* Séparent.
Et vont avec les bones dames
Par leus forains* et par maisons, |* Extérieurs.
Et le pruevent par tiex* raisons |* Telles.
Que les diversités véues
Ne sunt pas en lor liz venues,
Ains sunt lor ames qui laborent*, |* Travaillent.
Et par le monde ainsinc s'en corent;
Et tant cum il sunt en tel oirre*, |* Course.
Si cum il font as gens acroire,
Qui lor cors bestorné* auroit, |* Tourné de travers.
Jamès l'ame entrer n'i sauroit.
Mès trop a ci folie orrible,
Et chose qui n'est pas possible;
Car cors humains est chose morte
Sitost cum l'ame en soi ne porte:
Donques est-ce chose certaine
Que cil qui trois fois la semaine
Ceste manière d'oirre sivent,
Trois fois muirent, trois fois revivent
En une semaine méismes;
Et s'il est si cum nous déismes*, |* Ainsi que nous dîmes.
Dont résuscitent moult souvent
Li desciple de tel convent*. |* Couvent.
Mais c'est bien terminée chose, Et bien l'os* réciter sens glose, |* Je l'ose.
Que nus qui doie* à mort corir, |* Que nul qui doive.
N'a que d'une mort à morir;
Ne jà ne résuscitera,
Tant que ses jugemens sera,
Se n'est* miracle espécial, |* Si n'était.
De par le Dieu célestial,
Si cum de saint Ladre* lison, |* Ainsi que de S. Lazare
Car ce pas ne contredison.
Et quant l'en dit d'autre partie

@

(v. 19405) DE LA ROSE. 247

Que quant l'ame s'est départie* |* Séparée.
Du cors ainsinc désaorné*, |* Privé de ce qui l'ornait.
S'el trueve le cors bestorné*, |* Tourné de travers.
El ne set en li revenir:
Qui puet tel fable sostenir?
Qu'il est voirs*, et bien le recors**, |* Vrai. ** Déclare.
Ame désévrée* de cors, |* Séparée.
Plus est aperte* et sage et cointe**, |* Ouverte. ** Jolie.
Que quant ele est au cors conjointe,
Dont el sieut* la complexion |* Suit.
Qui li troble s'entencion
Dont est miex lors par li séue
L'entrée que ne fu l'issue:
Par quoi plus tost la troveroit,
Jà si bestorné* ne seroit. |* Tourné de travers.
L'autre part, que li tiers du monde Aille ainsinc avec dame Habonde,
Si cum* foles vielles le pruevent |* Ainsi que.
Par les visions qu'eles truevent,
Dont convient-il sens nule faille* |* Sans nulle faute.
Que trestous li mondes i aille,
Qu'il n'est nus, soit voirs* ou mençonge, |* Car il n'est nul, soit vé-
Qui mainte vision ne songe, |rité.
Non pas trois fois en la semaine,
Mès quinze fois en la quinzaine,
Ou plus ou mains par aventure,
Si cum la fantasie dure.
Ne ne revoil* dire des songes, |* Et je ne veux pas de
S'il sunt voirs, ou s'il sunt mençonges, |nouveau.
Se l'en les doit du tout eslire,
Ou s'il sont du tout à despire*: |* Mépriser.
Porquoi li uns sunt plus orribles,
Plus bel li autre et plus paisible,
Selonc lor apparicions
En diverses complexions,

@

248 LE ROMAN (v. 19440)

Et selonc lor divers corages*, |* Volontés, pensées.
Des mors* divers et des aages; |* Moeurs.
Ou se Diex par tex* visions |* Telles.
Envoie révélacions,
Ou li malignes esperiz,
Por metre les gens en périz,
De tout ce ne m'entremetrai.
Mès à mon propos me retrai*. |* Je reviens.
Si vous di donques que les nues, Quant lasses sont et recréues* |* Lasses.
De traire* par l'air de lor flesches, |* Tirer.
Et plus de moistes que de seiches,
Car de pluies et de rousées
Les ont trestoutes arrousées,
Se chalor aucune n'en seiche,
Por traire quelque chose seiche,
Si destendent lor ars* ensemble, |* Leurs arcs.
Quant ont trait tant cum bon lor semble.
Mès trop ont estranges manières
Cil ars dont traient ces archières,
Car toutes lor colors s'en fuient,
Quant en destendant les estuient*; |* Serrent.
Ne jamès puis de cels méismes
Ne retrairont que nous véismes;
Mès s'el vuelent autre fois traire,
Noviaus ars lor convient* refaire, |* Il leur faut.
Que li solaus puist pioler*; |* Que le soleil puisse bi-
N'es convient* autrement doler. |garrer. * Il ne les faut.
Encore ovre plus l'influance Des ciex, qui tant ont grant poissante
Par mer et par terre et par air;
Les comètes font-il parair*, |* Paraître.
Qui ne sunt pas ès ciex* posées, |* Dans les cieux.
Ains sont parmi l'air embrasées,
Et poi* durent puis que sunt faites, |* Peu.

@

(v. 19288) DE LA ROSE. 243

Dont maintes fables sunt retraites*. |* Racontées.
Les mors as princes en devinent
Cil qui de deviner ne finent*; |* Ne finissent pas.
Mès les comètes plus n'aguetent,
Ne plus espessement ne gietent
Lor influances ne lor rois* |* Rayons.
Sor povres homes que sor rois,
Ne sor rois que sor povres homes;
Ainçois* euvrent, certains en somes, |* Au contraire.
Ou monde sor les régions,
Selonc les disposicions
Des climaz, des homes, des bestes
Qui sunt as influances prestes
Des planètes et des estoiles,
Qui greignor pooir* ont sor eles: |* Plus grand pouvoir.
Si portent les senefiances* |* Significations.
Des célestiaus influances,
Et les complexions esmuevent,
Si cum obéissans les truevent*. |* Les trouvent.
Si ne di-ge pas ne n'afiche* |* Ni n'affirme. Que rois doient* estre dit riche |* Doivent.
Plus que les persones menues,
Qui vont nuz piez parmi les rues:
Car soffisance fait richèce,
Et convoitise fait povrèce*. |* Pauvreté.
Soit rois, ou n'ait vaillant deux miches,
Qui plus convoite mains est riches;
Et qui voldroit croire escritures,
Li roi resemblent les paintures,
Dont tel exemple nous apreste
Cil qui nous escrit l'Almageste,
Se bien i savoit prendre garde
Cil qui les paintures regarde,
Qui plèsent cui ne s'en apresse*, |* A qui ne s'en approche.
Mès de près la plèsance cesse.

@

250 LE ROMAN (v. 19510)

De loing semblent trop déliteuses*, |* Délicieuses.
De près ne sunt point docereuses.
Ainsinc va des amis poissans:
Douz est à lor mescongnoissans* |* A ceux qui ne les con-
Lor servise et lor acointance |naissent pas.
Par le défaut d'expérience;
Mès qui bien les esproveroit,
Tant d'amertume i troveroit,
Qu'il s'i craindroit moult à bouter,
Tant fait lor grâce à redouter.
Ainsinc nous asséure Oraces
De lor amor et de lor grâces,
Ne li prince ne sunt pas dignes
Que li cors du ciel doignent* signes |* Que les cours du ciel
De lor mort plus que d'un autre home; |donnent.
Car lor cors ne vault une pome
Oultre le cors d'un charruier* |* Plus que le corps d'un
Ou d'un clerc ou d'un escuier: |laboureur.
Car g'es fais tous semblables estre,
Si cum il apert à lor nestre*. |* Ainsi qu'il paraît à leur
Par moi nessent semblable et nu, |naissance.
Fort et fiéble, gros et menu:
Tous les met en équalité
Quant à l'estat d'umanité.
Fortune i met le remanant*, |* Reste.
Qui ne set estre permanant,
Qui ses biens à son plaisir done,
Ne ne prent garde à quel persone,
Et tout retolt* et retoldra |* Reprend.
Toutes les fois qu'ele voldra.

@

(v. 19540) DE LA ROSE. 251

Comment Nature proprement Devise bien certainement La vérité, dont gentillesse Vient et en enseigne l'adresse.
Et se nus* contredire m'ose |* Et si nul.
Qui de gentillèce s'alose*, |* De noblesse se vante.
Et die que li gentil home,
Si cum* li pueples les renome, |* Ainsi que.
Sunt de meillor condicion,
Par noblèce de nacion*, |* Naissance.
Que cil qui les terres cultivent
Ou qui de lor labor* se vivent, |* Travail.
Ge respons que nus n'est gentis*, |* De qualité.
S'il n'est as vertus ententis*, |* Attentif.
Ne n'est vilains, fors* par ses vices |* Si ce n'est.
Dont il pert outrageus et nices*. |* Paraît déréglé et simple.
Noblèce vient de bon corage (1);
Car gentillèce de lignage
N'est pas gentillèce qui vaille,
Por quoi bonté de cuer i faille: |* Manque.
Por quoi doit estre en li parens* |* Paraissant en lui.
La proèce de ses parens
Qui la gentillèce conquistrent
Par les travaus que grans i mistrent. |* Mirent.
Et quant du siècle* trespassèrent, |* Du monde.
Toutes lor vertus emportèrent,
Et lessièrent as hoirs* l'avoir; |* Héritiers.


(1) Nobilitas sola est, animum quae moribus ornat. Un autre trouvère a exprimé ainsi la même pensée:
Nus* n'est vilains, se de cuer non*. |* Nul. * Si ce n'est de Vilains est qui fet vilonie, |coeur. Jà tant n'iert de haute lingnie*. |* Quelque haute que soit |sa lignée.
Des Chevaliers, des Clercs et des Vilains, y. 44. (Fabliaux et contes, édit. de Méon, t. III, p. 29.)
@

252 LE ROMAN (v. 19563)

Que plus ne porent d'aus* avoir. |* Car plus ne purent d'eux.
L'avoir ont, plus riens n'i a lor,
Ne gentillèce ne valor,
Se tant ne font que gentil soient
Par sens ou par vertu qu'il aient.
Si r'ont clerc* plus grant avantage |* Les clers ont de leur D'estre gentiz, cortois et sage, |côté.
(Et la raison vous en diroi)
Que n'ont li princes ne li roi
Qui ne sevent de letréure (1)*; |* Littérature.


(1) On a inféré de ce vers que les anciens nobles ne savoient point écrire: c'est une erreur que notre savant ami M. Léopold Delisle a victorieusement
réfutée dans une notice lue le 1er mai 1855, à la séance annuelle
de la Société de l'Histoire de France, et publiée depuis dans le Journal
général de l'Instruction publique et des Cultes, sous ce litre: De l'Instruction
littéraire au moyen âge, à propos d'un autographe du sire de
Joinville. Les exemples qu'il rapporte suffisaient sûrement à son but;
mais on en peut citer d'autres qui sont fournis par nos anciennes chansons
de geste. Garin le Loherain savait lire et écrire:
Car en s'enfance fu à escole mis Tant que il sot et roman et latin. (La Mort de Garin le Loherain, p. 105, V. 2211.) Berthe aux grands Pieds En son lit en séant prist à dire, Car bien estoit letrée et bien savoit escrire. (Li Romans de Berte aus Grans Piés, coupl. XIV; édit. de M. Paulin, Paris, p. 24.) Dans un autre roman, un enfant de qualité arrivé à rage de quinze ans, Premiers aprist à letres tant qu'il en sot assez. (Li Romans de Parise la Duchesse, édit. de M. de Mar- tonne, p. 86.) L'auteur du roman d'Ysle et de Galeron (Ms. de la Bibliothèque impériale n° 6987, fol. 300, recto, col. 3, v.7 ) représente un empereur lisant
« Por soi déporter en un brief (pour s'amuser, dans une lettre), et le
rimeur auquel on doit li Roumanz de Claris et de Laris (Ms. de la même
bibliothèque n° 7534-5, fol. 81 verso, col. I, v. 23) parle de lettre écrite
avec du sang et lue par son héros. « Belle Doette, as fenestres séant, » lisait
en un livre (le Romancero françois, p. 46), et dans le Lai de Milun,

@

(v. 19573) DE LA ROSE. 253

Car li clers voit en escriture
Avec les sciences provées,
Raisonables et démonstrées,
Tous maus dont l'en se doit retraire*, |* Retirer, abstenir.
Et tous les biens que l'en puet faire.
Les choses voit du monde escrites,
Si cum el* sunt faites et dites. |* Ainsi qu'elles.
Il voit ès* ancienes vies |* Dans les.
De tous vilains les vilenies,
Et tous les faiz des cortois hommes,
Et des cortoisies les sommes.
Briefment, il voit escrit eu* livre |* Au, dans le.
Quanque* l'en doit foïr ou sivre; |* Ce que.
Par quoi tuit clerc, desciple et mestre,
Sunt gentiz ou le doivent estre;
Et sachent cil qui ne le sont,
C'est por lor cuers que mauvès ont:
Qu'il* en ont trop plus d'avantages |* Car ils.
Que cil qui cort as cers ramages*. |* Aux cerfs sauvages.
Si valent pis que nule gent
Clerc qui le cuer n'ont noble et gent,
Quant les biens congnéus eschivent*, |* Evitent.
Et les vices véus ensivent*; |* Suivent.
Et plus pugnis devroient estre
Devant l'emperéor célestre
Clerc qui s'abandonent as vices,


Marie de France parle d'une femme qui correspond par lettres avec son
amant, lequel sait écrire comme elle. Dans le Lai du Chèvrefeuille, Tristan
écrit son nom sur un bâton pour Yseult, qui n'éprouve pas la moindre
difficulté à le lire. (Poésies de Marie de France, t. I, p. 394.) La suivante
de la dame de Fayel savait écrire, s'il faut en croire le Roumans
dou Chastelain de Couci (édit. de Crapelet, p. 95, V. 2838, et p. 103,
v. 3105.) Enfin Froissart trouve Cléomadès entre les mains d'une jeune
personne, qui lisait ce poëme. (Bibliothèque françoise de l'abbé Goujet,
t. IX, p. 126.) On pourrait multiplier à l'infini les exemples d'une pareille
instruction.
ROMAN DE LA ROSE. -- T. II. 22
@

254 LE ROMAN (v. 19599)

Que les gens laiz, simples et nices*, |* Simples.
Qui n'ont pas les vertus escrites,
Que cil tienent vilz et despites*. |* Méprisées.
Et se princes sevent de letre,
Ne s'en puéent-il* entremetre |* Ne s'en peuvent-ils.
De tant lire et de tant aprendre,
Qu'il* ont trop aillors à entendre. |* Car ils.
Par quoi, por gentillèce avoir,
Ont li clerc, ce poés savoir,
Plus bel avantage et greignor* |* Plus grand.
Que n'ont li terrien seignor*. |* Les propriétaires fon-
Et por gentillèce conquerre, |ciers.
Qui moult est honorable en terre,
Tuit cil* qui la vuelent avoir, |* Tous ceux.
Ceste rieule* doivent savoir. |* Règle.
Quiconques tent à gentillèce, D'orguel se gart* et de parèce; |* Se garde (subj.).
Aille as armes ou à l'estuide,
Et de vilenie se vuide;
Humble cuer ait, cortois et gent,
En trestous leus, vers toute gent,
Fors*, sens plus, vers ses anemis, |* Excepté.
Quant acort ni puet estre mis.
Dames honeurt* et damoiseles, |* Honore.
Mès ne se fie trop en eles,
Qu'il l'en porroit bien meschéoir*, |* Mal arriver.
Maint en a-l'en véu doloir*. |* Se plaindre.
Tex hons* doit avoir los** et pris, |* Tel homme. ** Mérite.
Sens estre blasmé ne repris;
Et de gentillèce le non
Doit recevoir, li autre non.
Chevaliers as armes hardis,
Preus en faiz et cortois en dis,
Si cum fu mi sires* Gauvains, |* Ainsi que fut messire.
Qui ne lu pas pareus* as vains, |* Pareil.

@

(v. 19634) DE LA ROSE. 255

Et li bons quens* d'Artois Robers (1), |* Comte.
Qui dès lors qu'il issi du bers*, |* Sortit du berceau.
Hanta tous les jors de sa vie
Largèce, honor, chevalerie;
N'onc ne li plot* oiseus séjors, |* Ni ne lui plut jamais.
Ains devint hons* devant ses jors. |* Homme.
Tex* chevaliers preus et vaillans, |* Tel.
Larges, cortois et bataillans,
Doit partout estre bien venus,
Loés, amés et chier tenus.
Moult redoit-l'en clerc honorer
Qui bien vuet as ars laborer*, |* Travailler.
Et pense des vertus ensivre* |* Suivre.
Qu'il voit escrites en son livre;
Et si fist-l'en certes jadis:
Bien en nomeroie jà dis,
Voire tant que, se ge les nombre,
Anuis sera d'oïr le nombre.
Jadis li vaillant gentil homme,
Si cum la letre le renomme,
Empereor, duc, conte et roi,
Dont jà ci plus ne conteroi,
Les philosophes honorèrent;
As poètes néis* donèrent (2) |* Même.


(1) Robert II, comte d'Artois, surnommé le Bon et le Noble, fut fait chevalier par le roi S. Louis; il mourut à la bataille de Courtray, percé
de trente coups de pique, l'an 1302. (L. D. D.) (2) Il y a longtemps que les poëtes ont acquis le droit de regretter ces marques utiles de la considération on ils étoient autrefois parmi les
grands. Aux termes d'Ovide, on croiroit que le soin de récompenser les
poëtes étoit l'objet principal du ministère:
Cura ducum fuerunt olum regumque poetae; Praemiaque antiqui magna tulere chori. Sanctaque majestas, et erat venerabile nomen Vatibus; et largae saepe dabantur opes. (Art. am. lib. III, V. 405.) (L. D. D.)
@

256 LE ROMAN (v. 19658)

Viles, jardins, leus délitables* |* Délectable.
Et maintes choses honorables.
Naples fu donnée à Virgile (1),
Qui plus est délitable vile
Que n'est Paris ne Lavardins (2).
En Calabre il r'ot* biaus jardins |* Il eut de son côté.
Annius (3), qui doné li furent
Des anciens qui le congnurent.
Mès porquoi plus en nommeroie?
Par plusors le vous proveroie,
Qui furent nés de bas lignages,
Et plus orent nobles corages* |* Coeurs.
Que maint fil de rois ne de contes,
Dont jà ci ne vous iert* fait contes, |* Sera.


(1) Alexandre, abbé du monastère de Saint-Salvador in Telese dans le royaume de Naples, qui reprit l'histoire de Sicile de Geoffroi Malaterra,
depuis 1127 jusqu'à 1135, s'adresse en finissant son ouvrage à Roger, roi
de Sicile, et le prie de le récompenser de son travail, en honorant de sa
protection royale le monastère dont il était abbé: « Si Virgile, lui dit-il,
le plus grand des poëtes, eut pour prix de deux vers qu'il avait faits en
l'honneur d'Octave Auguste, la seigneurie de Naples et de la Calabre, à
combien plus forte raison, etc. (Muratori, Rerum Italicarum Scrip-
tores, t. V, p. 644, B, C.)
(2) Nom d'un ancien château qui a donné le nom aux seigneurs de Lavardin. Il est situé prés de Vendôme, sur le bord du Loir, vis-à-vis
Montoire. Ce mot est mis ici pour la rime, comme beaucoup d'autres,
dans ce roman. (Méon.) (3) Annius pour Ennius. Voici l'extrait de la vie de ce Poëte, par Jérôme Columna. Praecipuos vero amicos habuit vicinum suum Galbam,
cum quo et deambulare, et frequenter esse consueverat; et M. Fulvium
nobiliorem, a cujus filio jam patrio instituto studio litterarum dedito,
ut in Bruto ait Cicero, fuit civitate donatus, cum triumvir coloniam
deduxisset. Sed in oratione pro Archia videtur tanquam de Romana
Republica bene meritum in civium numerum adsciri meruisse.....
Ad cujus (Ennii) senectutem cum etiam ingens paupertatis malum accessisset, ex animi fortitudine utriusque incommoda sustinebat, ut
iis pene oblectari videretur.
Ceci est bien opposé à ce que dit l'auteur du roman. (Méon.)
@

(v. 19672) DE LA ROSE. 257

Et por gentil* furent tenu. |* Nobles.
Or* est li tens à ce venu |* Maintenant.
Que li bon qui toute lor vie
Travaillent en philosophie,
Et s'en vont en estrange terre* |* Terre étrangère.
Por sens et por valor conquerre,
Et sueffrent les grans povretés
Cum mendians et endetés,
Et vont espoir* deschaus et nu, |* Peut-être.
Ne sunt amé ne chier tenu.
Princes n'es* prisent une pome, |* Ne les.
Et si sunt-il plus gentil home
(Si me gart Diex* d'avoir les fièvres) |* Que Dieu me garde.
Que cil qui vont chacier as lièvres,
Et que cil qui sunt coustumiers
De maindre ès palais principiers*. |* De demeure dans les pa-
Et cil qui d'autrui gentillèce, |lais princiers. Sens sa valor et sens proèce,
En vuet porter los* et renon, |* Mérite.
Est-il gentil? ge dis que non.
Ains doit estre vilains clamés*, |* Proclamé, déclaré.
Et vilz tenus, et mains amés
Que s'il estoit filz d'un truant.
Ge n'en irai jà nul chuant*. |* Flattant.
Et fust néis* filz Alixandre, |* Même.
Qui tant osa d'armes emprendre*, |* Entreprendre.
Et tant continua de guerres,
Qu'il fu sires de toutes terres,
Et puis que cil li obéirent
Qui contre li se combatirent,
Et que cil se furent rendu,
Qui ne s'ierent* pas défendu, |* S'étaient.
Dist-il, tant fu d'orguel destrois*, |* Tourmenté.
Que cis mondes iert* si estrois |* Que ce monde était.
Qu'il s'i pooit envis* torner, |* Qu'il s'y pouvait à peine.

@

258 LE ROMAN (v. 19707)

N'il ni voloit plus séjorner,
Ains pensoit d'autre monde querre*, |* Chercher.
Por commencier novele guerre;
Et s'en aloit enfer brisier
Por soi faire par tout prisier:
Dont trestuit de paor tremblèrent
Li diex d'enfer, car il cuidèrent*, |* Ils crurent.
Quant ge le lor dis, que ce fust
Cil qui par le bordon de fust*, |* Bâton de bois.
Por les ames par péchié mortes,
Devoit d'enfer brisier les portes,
Et lor grant orguel escachier* |* Ecraser.
Por ses amis d'enfer sachier*. |* Tirer.
Mès posons, ce qui ne puet estre, Que g'en face aucun gentil* nestre, |* Noble.
Et que des autres ne me chaille*, |* Importe.
Qu'il vont apelant vilenaille;
Quel bien a-il en gentillèce?
Certes, qui son engin* adrèce |* Esprit.
A bien la vérité comprendre,
Il n'i puet autre chose entendre
Qui bone soit en gentillèce,
Fors* qu'il semble que la proèce |* Si ce n'est.
De lor parens doivent ensivre*; |* Suivre.
Sous itels fais doivent-il vivre
Qui gentis hons* vuet resembler, |* Gentilhomme.
S'il ne vuet gentillèce embler*, |* Voler.
Et sans déserte los* avoir: |* Sans l'avoir méritée,
Car ge fais à tous asavoir |gloire.
Que gentillèce as gens ne done
Nule autre chose qui soit bone,
Fors que ses fais tant solement;
Et sachent bien certainement
Que nus ne doit avoir loenge
Par vertu de persone estrenge*; |* Personne étrangère.

@

(v. 19742) DE LA ROSE. 259

Si ne r'est pas drois* que l'en blasme |* Et d'un autre côté il n'est
Nule persone d'autrui blasme. |pas juste.
Cil soit loés qui le désert*; |* Mérite.
Mès cil qui de nul bien ne sert,
En qui l'en trueve mauvesties,
Vilenies et engresties*, |* Malices, méchancetés.
Et vanteries et bobans*, |* Fanfaronnades.
Ou s'il est doubles et lobans*, |* Trompeur.
D'orguel farcis et de ramposnes*, |* Railleries.
Sens charité et sens aumosnes,
Ou négligens et pareceus,
Car l'en en trueve trop de ceus,
Tout soit-il nés de tex* parens |* Tels.
Où toute vertus fu parens*; |* Apparente.
Il n'est pas drois, bien dire l'os*, |* Je l'ose.
Qu'il ait de ses parens le los*; |* Mérite, renommée.
Ains doit estre plus vil tenus
Que s'il iert* de chetis venus. |* Etait.
Et sachent tuit homme entendable*, |* Intelligents. Qu'il n'est mie chose semblable
D'aquerre sens et gentillèce,
Et renomée par proèce,
Et d'aquerre grans tenemens*, |* Propriétés foncières.
Grans deniers, grans aornemens,
Quant à faire ses volentés:
Car cil qui est entalentés* |* Désireux.
De travailler-soi* por aquerre |* De se donner de la peine.
Deniers, aornemens ou terre,
Bien ait néis* d'or amassés |* Même.
Cent mile mars, ou plus assés,
Tout puet lessier à ses amis.
Mès cil qui son travail a mis
Es* autres choses desus dites, |* Dans les.
Tant qu'il les a par ses mérites,
Amors n'es puet à ce plessier |* Ne les peut à cela plier.

@

260 LE ROMAN (v. 19777)

Qu'il lor en puist jà riens lessier.
Puet-il lessier science? Non,
Ne gentillèce ne renon;
Mès il lor en puet bien aprendre,
S'il i vuelent exemple prendre.
Autre chose cis* n'en puet faire, |* Celui-là.
Ne cil n'en puéent riens plus traire*; |* Tirer.
Si n'i refont-il pas grant force,
Qu'il* n'en donroient une escorce |* Car ils.
Mains en i a, fors que* d'avoir |* Si ce n'est.
Les possessions et l'avoir.
Si dient* qu'il sunt gentil homme, |* Et ils disent.
Por ce que l'en les i renomme,
Et que lor bons parens le furent,
Qui furent tex cum* estre durent; |* Tels que.
Et qu'il ont et chiens et oisiaus
Por sembler gentiz damoisiaus,
Et qu'il vont chaçant par rivières,
Par bois, par champs et par bruières,
Et qu'il se vont oiseus esbatre.
Mès il sunt mauvais, vilain nastre*, |* De nature.
Et d'autrui noblèce se vantent;
Il ne dient pas voir*, ains mentent, |* Ils ne disent pas vrai.
Et le non de gentillèce emblent*, |* Volent.
Quant lor bons parens ne resemblent:
Car quant g'es fais semblables nestre,
Il vuelent donques gentil estre
D'autre noblèce que de cele
Que ge lor doing*, qui moult est bele, |* Donne.
Qui a nom Naturel Franchise,
Que j'ai sor tous égaument mise,
Avec raison que Diex lor done,
Qui les fait, tant est sage et bone,
Semblables à Dieu et as anges,
Se mort n'es en féist estranges*, |* Ne les en fit étrangers.

@

(v. 19811) DE LA ROSE. 261

Qui par sa mortel différence
Fait des hommes la désevrance* |* Séparation.
Et quierent nueves gentillèces,
S'il ont en eus tant de proèces:
Car s'il par eus ne les aquièrent,
Jamès par autrui gentil n'ierent*. |* Ne seront.
Ge n'en met hors ne rois ne contes.
D'autre part, il est plus grans hontes
D'un fil de roi, s'il estoit nices*, |* Simple.
Et plains d'outrages et de vices,
Que s'il iert* filz d'un charretier, |* Etait.
D'un porchier ou d'un çavetier.
Certes plus seroit honorable
A Gauvain le bien combatable
Qu'il fust d'un coart engendrés,
Qui sist ou feu tous encendrés,
Qu'il ne seroit, s'il iert coars,
Et fust ses pères Renouars (1).
Mès, sens faille*, ce n'est pas fable, |* Faute. La mort d'un prince est plus notable
Que n'est la mort d'un païsant,
Quant l'en le trueve mort gisant,
Et plus loing en vont les paroles;
Et por ce cuident les gens foles,
Quant il ont véu les comètes,
Qu'el soient por les princes fêtes.
Mès s'il n'iert* jamès rois ne princes |* N'était.
Par roiaumes ne par provinces,
Et fussent tuit parel* en terre, |* Tous pareils.
Fussent en pez, fussent en guerre,
Si feroient li cors* célestre |* Les cours.
En lor tens les comètes nestre,
Quant ès regars se recorroient


(1) Voyez p. 149, la note sur le vers 16284.
@

262 LE ROMAN (v. 19844)

Où tiex* euvres faire devroient, |* Telles.
Por qu'il éust en l'air matire
Qui lor péust à ce soffire.
Dragons volans et estenceles
Font-il par l'air sembler esteles* |* Etoiles.
Qui des cieux en chéant* descendent, |* Tombant.
Si cum* les foles gens entendent. |* Ainsi que.
Mès raison ne puet pas véoir
Que riens puisse des cieux chéoir,
Car en eus n'a riens corrumpable*, |* Corruptible.
Tant est ferme, fors et estable;
N'il ne reçoivent pas empraintes,
Por que soient dehors empaintes*, |* Rejetées, repoussées.
Ne riens ne les porroit casser,
N'il n'i lerroient* riens passer, |* Laisseraient.
Tant fust sotive* ne perçable, |* Subtile.
S'el n'ert espoir espéritable*: |* Si ce n'était peut-être
Lor rais* sens faille bien i passent, |spirituel. * Rayons.
Mès n'es* empirent ne ne cassent. |* Ne les.
Les chauz estés, les frois ivers,
Font-il par lor regars divers;
Et font les noifs* et font les gresles |* Neiges.
Une hore grosse, et autre gresles,
Et moult d'autres impressions,
Selonc lor oposicions,
Et selonc ce qu'il s'entr'esloingnent,
Ou s'apressent ou se conjoignent,
Dont maint homme sovent s'esmoient,
Quant ès cieux les esclipses voient,
Et cuident estre mal-baillis* |* Maltraités.
Des regars qui lor sunt faillis
Des planètes devant véues,
Dont sitost perdent les véues.
Mès se les causes en séussent,
Jà de riens ne s'en esméussent;

@

(v. 19879) DE LA ROSE. 263

Et par behordéis* de vans |* Lutte.
Les undes de mer eslevans,
Font les flos as nues baisier,
Puis refont la mer apaisier,
Qu'el n'est tiex* qu'ele ose grondir, |* Telle.
Ne ses floz faire rebondir,
Fors celi qui par estovoir* |* Nécessité.
Li fait la lune adès* movoir, |* Toujours.
Et la fait aler et venir;
N'est riens qui le puist retenir.
Et qui voldroit plus bas enquerre
Des miracles que font en terre
Li cors* du ciel et des esteles, |* Les cours.
Tant i en troveroit de beles,
Que jamès n'auroit tout escrit
Qui tout vodroit metre en escrit.
Ainsinc li ciex* vers moi s'aquitent, |* Les cieux.
Qui par lor bontés tant profitent,
Que bien me puis apercevoir
Qu'il font bien trestuit lor devoir.
Ne ne me plaing des élémens; Bien gardent mes commendemens,
Bien font entr'aus lor mistions*, |* Conjonctions.
Tornans en révolucions;
Car quanque* la lune a souz soi |* Tout ce que.
Est corrumpable, bien le soi*; |* Le sais.
Riens ne s'i puet si bien norrir
Que tout ne conviengne* porrir. |* Ne faille.
Tuit ont de lor complexion
Par naturele entencion,
Ruile* qui ne faut** ne ne ment; |* Règle. ** Manque.
Tout vet à son commandement.
Ceste ruile est si généraus,
Qu'el ne puet défaillir vers aus*. |* Vers eus.
Si ne me plaing mie des plantes,
@

264 LE ROMAN (v. 19914)

Qui d'obéir ne sunt pas lentes.
Bien sunt à mes lois ententives,
Et font, tant cum eles sunt vives,
Lor racines et lor foilletes,
Trunz et raims*, et fruiz et floretes; |* Rameaux.
Chascune chascun en aporte
Quanqu'el puet* tant qu'ele soit morte, |* Tout ce qu'elle peut.
Cum herbes, arbres et buissons.
Ne des oisiaus ne des poissons,
Qui moult sunt bel à regarder,
Bien sevent mes rigles* garder, |* Règles.
Et sunt si très-bon escolier
Qu'il traient* tuit à mon colier. |* Tirent.
Tuit faonent à lor usages,
Et font honor à lor lignages,
Ne les lessent pas déchéoir,
Dont c'est grans solas* à véoir. |* Plaisir.
Ne ne me plaing des autres bestes
Cui* ge fais enclines les testes, |* A qui.
Et regarder toutes vers terre.
Ceus ne me murent onques guerre
Toutes à ma cordele tirent,
Et font si cum* lor pères firent. |* Ainsi que.
Li masles vet o* sa femele, |* Avec.
Ci a couple avenant et bele;
Tuit engendrent et vont ensemble
Toutes les fois que bon lor semble;
Ne jà nul marchié n'en feront,
Quant ensemble s'acorderont.
Ains plest à l'un por l'autre à faire,
Par cortoisie débonaire;
Et trestuit apaié* se tienent |* Satisfaits.
Des biens qui de par moi lor vienent.
Si* font mes beles verminetes, |* Ainsi.
Formis, papillons et moschetes.

@

(v. 19949) DE LA ROSE. 265

Vers, qui de porreture nessent,
De mes commans* garder ne cessent; |* Commandements.
Et mes serpens et mes coluevres,
Tout s'estudient à mes uevres.
Mès seus hons*, cui ge fais avoie |* L'homme seul. Trestous les biens que ge savoie;
Seus hons, cui ge fais et devis* |* Dis.
Haut vers le ciel porter le vis*; |* Visage.
Seus hons, que ge forme et fais naistre
En la propre forme son* maistre; |* De son.
Seus hons, por qui paine et labor*, |* Travaille.
C'est la fin de tout mon labor;
N'il n'a pas, se ge ne li done,
Quant à la corporel persone,
Ne de par cors ne de par membre,
Qui li vaille une pome d'ambre,
Ne quant à l'ame vraiement,
Fors* une chose solement: |* Si ce n'est.
Il tient de moi, qui sui sa dame,
Trois forces, que de cors*, que d'ame; |* Tant de corps.
Car bien puis dire sens mentir,
G'el fais ester*, vivre et sentir. |* Se tenir.
Moult a li chetis d'avantages,
Si vosist* estre preus et sages; |* S'il voulait.
De toutes les vertus habonde
Que Diex a mises en ce monde.
Compains* est à toutes les choses |* Compagnon.
Qui sunt en tout le monde encloses,
Et de lor bonté parçonières*: |* Participantes.
Il a son estre avec les pierres,
Et vit avec les herbes drues,
Et sent avec les bestes mues*; |* Muettes.
Encor puet-il trop plus, en tant
Qu'il avec les anges entant.
Que vous puis-ge plus recenser?
23
@

266 LE ROMAN (v. 19984)

Il a quanque* l'en puet penser. |* Ce que.
C'est uns petis mondes noviaus,
Cis me fait pis que uns lovians*. |* Louveteau.
Sens faille* de l'entendement, |* Faute.
Congnois-ge bien que voirement* |* Vraiment.
Celi ne li donai-ge mie:
Là ne s'estent pas ma baillie*. |* Autorité.
Ne sui pas sage*, ne poissant |* Savant.
De faire riens* si congnoissant. |* Chose.
Onques riens ne fis pardurable*, |* Eternel.
Quanque ge fais est corrumpable*. |* Corruptible.
Platons méismes le tesmoingne,
Quant il parle de ma besoingne,
Et des dieux qui de mort n'ont garde:
Lor creator, ce dist, les garde
Et soustient pardurablement
Par son voloir tant solement;
Et se cis* voloirs n'es tenist, |* Ce.
Trestous morir les convenist*. |* Il leur fallut.
Mi fait, ce dist, sunt tuit soluble,
Tant ai pooir povre et obnuble* |* Obscur.
Au regart* de la grant poissance. |* Au prix, en comparai-
Du Dieu qui voit en sa présence |son.
La triple temporalité
Souz un moment d'éternité.
C'est li rois, c'est li emperères
Qui dit as dieux qu'il est lor pères.
Ce sevent cil* qui Platon lisent, |* Ce savent ceux.
Car les paroles tex i gisent*; |* Telles s'y trouvent.
Au mains en est-ce la sentence,
Selonc le langaige de France:
Diex des dieux dont ge sui faisierres*, |* Faiseur.
Vostre père, vostre crierres*, |* Créateur.
Et vous estes mes créatures,
Et mes euvres et mes faitures*, |* De ma façon.

@

(v. 20019) DE LA ROSE. 267

Par nature estes corrumpables*, |* Corruptibles.
Par ma volenté pardurables*; |* Eternel.
Car jà n'iert* riens fait par Nature, |* Ne sera.
Combien qu'ele i mete grant cure*, |* Soin.
Qui ne faille en quelque saison;
Mès quanque*, par bone raison, |* Tout ce que.
Volt* Diex conjoindre et atremper**, |* Voulut. ** Accorder.
Fors et bons et sages sens per*, |* Sans pareil.
Jà ne voldra, ne n'a volu
Que ce soit jamès dissolu*. |* Dissous.
Jà n'i vendra* corrupcion. |* Jamais n'y viendra.
Dont ge fais tel conclusion:
Puisque vous commençastes estre
Par la volenté nostre maistre
Dont fait estes et engendré,
Par quoi ge vous tiens et tendré,
N'estes pas de mortalité
Ne de corrupcion quité* |* Quittes.
Du tout, que ge ne vous véisse
Morir, se ge ne vous tenisse.
Par nature morir porrés,
Mès par mon vueil* jà ne morrés: |* Vouloir.
Car mon voloir a seignorie
Sor les liens de vostre vie,
Qui les composicions tienent,
Dont pardurabletés* vous vienent. |* Eternités.
C'est la sentence de la letre
Que Platons volt* en livre metre, |* Voulut.
Qui miex de Dieu parler osa;
Plus le prisa, plus l'alosa*, |* Exalta.
C'onques ne fist nus terriens* |* Nul (être) terrestre.
Des philosophes anciens
Si n'en pot-il pas assés dire,
Car il ne péust pas soffire
A bien parfaitement entendre

@

268 LE ROMAN (v. 20054)

Ce qu'onques riens ne pot comprendre,
Fors* li ventres d'une pucele. |* Sinon.
Mès sens faille il est voirs* que cele |* Mais sans faute il est
A cui li ventres en tendi, |vrai.
Plus que Platons en entendi:
Car el sot* dès qu'el le portoit, |* Elle sut.
Dont au porter se confortoit,
Qu'il ert l'espère* merveillables |* Qu'il était la sphère.
Qui ne puet estre terminables,
Qui par tous leus son centre lance,
Ne l'en n'a la circonférance;
Qu'il est li merveilleus triangles.
Dont l'unité fait les trois angles,
Ne li trois tout entièrement
Ne font que l'un tant solement.
C'est li cercles trianguliers,
Et li triangles circuliers
Qui en la Virge s'ostela*: |* Se logea.
N'en sot pas Platons jusques-là;
Ne vit pas la trine unité
En ceste simple trinité,
Ne la Déité soveraine
Afublée de pel* humaine. |* Peau.
C'est Diex qui creator se nomme.
Cil fist l'entendement de l'omme,
Et en faisant le li dona;
Et cil si li guerredona* |* Récompensa.
Comme mauvès, au dire voir*, |* A dire vrai.
Qu'il cuida* puis Dieu décevoir, |* Car il crut.
Mès il-méismes se déçut,
Dont mes Sires* la mort reçut, |* Notre Seigneur.
Quant il sens moi prist char* humaine |* Chair.
Por le chetis oster de paine.
Sens moi! car ge ne sé comment,
Fors qu'il puet tout par son comment*, |* Commandement.

@

(v. 20089) DE LA ROSE. 269

Ains fui trop forment* esbahie, |* Mais je fus trop forte-
Quant il de la virge Marie |ment.
Fu por le chetif en char* nés, |* Chair.
Et puis pendus tous encharnés*: |* En chair.
Car par moi ne puet-ce pas estre
Que riens puisse de virge nestre;
Si fu jadis par maint prophète
Ceste incarnacion retraite*, |* Rapportée.
Et par juis et par paiens,
Que miex nos euers en apaiens*, |* Apaisions.
Et plus nous esforçons à croire
Que la prophècie soit voire.
Car ès' bucoliques Virgile |* Dans les.
Lisons ceste vois de Sebile,
Du Saint-Esperit enseignie:
Jà nous ert novele lignie
Du haut ciel çà-jus* envoiée, |* Ici-bas.
Por avoier* gent desvoiée, |* Mettre dans la route.
Dont li siècle de fer faudront*, |* Manqueront.
Et cil d'or ou monde saudront* (1). |* Dans le monde sortiront.
Albumasar néis* tesmoigne (2), |* Même.
Comment qu'il séust la besoigue,
Que dedens le virginal signe
Nestroit une pucele digne,
Qui sera, ce dist, virge et mère,
Et qui alètera son père,
Et ses maris lez* li sera |* Près d'elle.


(1) Jam nova progenies coelo demittitur alto. Tu modo nascenti puero, quo ferrea primum Desinet, ac toto surget gens aurea mundo, etc. (VIRGIL., Bucol., eclog. IV, V. 7.) (1) Albumasar ou Aboasar, arabe renommé par sa science, vivoit dans le neuvième siècle ou dans le dixième; son livre de la Révolution des années
l'a fait regarder comme un des grands astrologues de son temps.
(L. D. D.) 23.
@

270 LE ROMAN (v. 20116)

Qui jà point ne la touchera.
Ceste sentence puet savoir
Qui vuet Albumasar avoir
Qu'el gist ou livre* toute preste, |* Car elle est dans le livre.
Dont chascun an font une feste
Gent crestienes en septembre,
Qui tel nativité remembre*. |* Rappelle.
Mais tout quanque* j'ai dit dessus, |* Ce que. Ce set nostre sires Jhésus;
Ai-ge por homme laboré*, |* Travaillé.
Por le chetif ce laboré.
Il est la lin de toute m'euvre,
Cis seus contre mes rigles euvre*; |* Celui-là seul contre mes
Ne se tient de riens apoiés |règles travaille.
Li desloiaus, li renoiés*; |* Le renégat.
N'est riens qui li puisse sofire:
Que vaut que porroit-l'en plus dire?
Les honors que ge li ai faites
Ne porroient estre retraites*; |* Rapportées.
Et il me refait tant de hontes,
Que ce n'est mesure ne contes.
Biau douz prestre, biau chapelains,
Est-il donques drois que ge l'ains*, |* Aime.
Ne que plus li port révérence,
Quant il est de tel porveance*? |* Prévoyance.
Si m'aïst Diex li crucefis*, |* Que Dieu le crucifié
Moult me repens dont* homme fis. |m'aide. * De ce que.
Mès por la mort que cil soffri
Cui* Judas le baisier offri, |* A qui.
Et que Longis féri* de lance, |* Frappa.
Ce li conterai sa chéance* |* Chute.
Devant Dieu qui le me bailla,
Quant à s'image le tailla,
Puisqu'il me fait tant de contraire*. |* Contrariété.
Fame sui, si ne me puis taire,

@

(v. 20151) DE LA ROSE. 271

Ains voil dès jà* tout révéler; |* Mais je veux déjà.
Car fame ne puet riens céler,
N'onques ne fu miex lèdengiés*. |* Vilipendé.
Mar* s'est de moi tant estrangiés**; |* A tort. ** Eloigné.
Si* vice i seront récité, |* Ses.
Et dirai de tout vérité.
Orguilleus est, murdriers et lerres*, |* Voleur. Fel*, convoiteus, avers, trichierres, |* Cruel.
Désespérés, glous*, mesdisans, |* Glouton.
Et haïneus et despisans*, |* Méprisant.
Mescréans, envieus, mentierres*, |* Menteur.
Parjurs, faussaires, fox, vantierres,
Et inconstans et foloiables*, |* Disposé à la sottise.
Idolastres, desagréables,
Traïstres et faus ypocrites,
Et pareceus et sodomites.
Briefment tant est chetis et nives*, |* Simple.
Qu'il est sers* à trestous les vices, |* Serf, soumis.
Et trestous en soi les herberge.
Vez de quiex fers li las s'enferge: |* Voyez dans quels fers le
Va-il bien porchaçant* sa mort, |malheureux s'emprisonne. * Cher-
Quant à tex mauvestiés s'amort*? |chant. * S'attache.
Et puisque toutes choses doivent
Retorner là dont eus recoivent
Le commencement de lor estre,
Quant hons* vendra devant son mestre, |* Homme.
Que tous jors, tant cum il péust,
Servir et honorer déust,
Et soi de mauvestié garder,
Comment l'osera regarder?
Et cil qui juges en sera,
De quel oil le regardera,
Quant vers li s'est si mal provés,
Qu'il iert* en tel défaut trovés, |* Etait.
Li las* qui a le cuer tant lent, |* Le malheureux.

@

272 LE ROMAN (v. 20186)

Qu'il n'a de bien faire talent*? |* Désir.
Ains font au pis grant et menor
Qu'il pueent*, sauve lor enor**, |* Qu'ils peuvent. ** Hon-
Et l'ont ainsinc juré, ce semble, |neur.
Par un acort trestuit ensemble:
Si n'i est-ele pas sovent
A chascun sauve par convent*; |* Convention.
Ains en reçoivent maint grant paine,
Ou mort, ou grant honte mondaine.
Mès li las*! que puet-il penser, |* Le malheureux.
S'il vuet ses péchiés recenser,
Quant il vendra devant le juge
Qui toutes choses poise* et juge, |* Pèse.
Et tout à droit sens faire tort,
Ne riens n'i guenchist ne estort*? |* Détourne ni fausse.
Quel guerredon* puet-il atendre |* Récompense.
Fors la hart à li mener pendre
Au dolereus gibet d'enfer,
Où sera pris et mis en fer,
Rivés en aniaus pardurables*, |* Eternels.
Devant le prince des déables?
Ou sera bouillis en chaudières,
Ou rostis devant et derrières,
Ou sus charbons ou sur gréilles,
Ou tornoiés à grans chevilles
Comme Yxion à trenchans roes
Que maufé* tornent à lor poes**; |* Diables. ** Avec leurs
Ou morra de soif ès palus*, |pattes. * Marais.
Et de fain avec Tentalus
Qui tous jors en l'iaue se baingne;
Mès combien que soif le destraingne*, |* Tourmenté.
Jà n'aprochera de sa bouche
L'iaue qui au menton li touche.
Quant plus la sieut* et plus s'abesse, |* Suit.
Et fain si fort le recompresse*, |* Le presse à son tour.

@

(v. 20221) DE LA ROSE. 273

Qu'il n'en puet estre asoagiés*, |* Soulagé.
Ains muert* de fain tous erragiés; |* Mais meurt.
N'il ne repuet la pome prendre
Qu'il voit tous jors à son nez pendre:
Car quant plus à* son bec l'enchauce**, |* Avec. ** Poursuit.
Et la pome plus se rehauce;
Ou rolera la mole* à terre |* Meule.
De la roche, et puis l'ira querre*, |* Chercher.
Et derechief la rolera,
Ne jamès lors ne cessera,
Si cum tu fez, las* Sisifus, |* Malheureux.
Qui por ce faire mis i fus;
Ou le tonnel sens fons ira
Emplir, ne jà ne l'emplira,
Si cum font les Bélidienes* |* Danaïdes.
Por lor folies ancienes.
Si resavés*, biau Génius, |* Et vous savez encore.
Comment li juisier* Ticius |* Foie, entrailles.
S'esforcent ostoir* de mangier, |* Autours.
Ne riens n'es en puet estrangier*. |* Ne les en peut éloigner.
Moult r'a léens* d'autres granz paines, |* Là dedans.
Et félonesses* et vilaines, |* Cruelles.
Où sera mis espoir li hons* |* Peut-être l'homme.
Por soffrir tribulacions
A grant dolor, à grant hachie*, |* Souffrance.
Tant que g'en soie bien venchie*. |* Vengée.
Par foi, li juges devant dis,
Qui tout juge en fais et en dis,
S'il fust tant solement piteus*, |* Compatissant.
Bons fust, espoir, et déliteus* |* Délicieux.
Li prestéis* as usuriers; |* Prêt.
Mès il est tous jors droituriers*, |* Equitable.
Par quoi trop fait à redouter:
Mal se fait en péchié bouter.
Sens faille* de tous les péchiés |* Sans faute.
@

274 LE ROMAN (v. 20256)

Dont li chetis est entechiés*, |* Le malheureux est en-
A Dieu les lais, bien s'en chevisse*; |taché. * Acquitte.
Quant li plaira, si l'en punisse.
Mès de ceus dont Amors se plaint,
Car g'en ai bien oï le plaint*, |* La plainte.
Ge-méismes, tant cum ge puis,
M'en plaing et m'en doi plaindre, puis
Qu'il me renoient le tréu* |* Tribut.
Que trestuit homme m'ont déu,
Et tous jors doivent et devront,
Tant cum mes ostiz* recevront. |* Outils.

Cy est comme dame Nature Envoye à Amours par grain cure*, |* Soin. Génius pour le saluer, Et pour maints courages muer*. |* Changer maints carac- |tères.

Génius li bien emparlés*, |* Disert.
En l'ost* au dieu d'Amors alés, |* Armée.
Qui moult de moi servir se paine,
Et tant m'aime, g'en sui certaine,
Que par son franc cuer débonaire
Plus se vuet vers mes euvres traire* |* Tirer.
Que ne fait fer vers aïmant.
Dites-li que salus li niant* |* Mande, envoie.
Et à dame Vénus m'amie,
Puis à toute la baronie,
Fors solement à Faus-Semblant,
Por qu'il saut* jamès assemblant |* S'aille.
Avec les félons orguilleus,
Les ypocrites périlleus,
Desquex l'Escriture recète* |* Récite.
Que ce sunt li pseudo-prophète.
Si r'ai-ge moult soupeçoneuse* |* Et je soupçonne encore.
Astenance d'estre orguilleuse, |fort.
Et d'estre à Faus-Semblant semblable,

@

(v. 20286) DE LA ROSE. 275

Tout semble-ele* humble et charitable. |* Bien qu'elle semble.
Faus-Semblant, se plus est trovés
Avec tiex* traïstres provés, |* Tels.
Jà ne soit en ma saluance*, |* Qu'il ne soit pas de ceux
Ne li ne s'amie Astenance, |que je salue.
Trop sunt tex gens à redouter.
Bien les déust Amors bouter
Hors de son ost*, s'il li pléust, |* Armée.
Se certainement ne séust
Qu'il li fussent si nécessaire
Qu'il ne péust sens eus riens faire;
Mès s'il sont advocaz por eus
En la cause as fins arnoreus,
Dont lor mal soient alégié,
Cest Barat* lor pardone-gié. |* Tromperie.
Alés, amis, au dieu d'Amors
Porter mes plains et mes clamors*, |* Mes plaintes et mes ré-
Non pas por ce qu'il droit m'en face, |clamations.
Mès qu'il se conforte et solace* |* Réjouisse.
Quant il orra ceste novele
Qui moult li devra estre bele,
Et à nos amuis grevaine* |* Dure.
Et laist* ester, ne li soit paine, |* Laisse (subj.).
Le souci que mener l'en voi.
Dites-li que là vous envoi
Por tous ceus escomenier
Qui nous vuelent contrarier,
Et por assodre* les vaillans |* Absoudre.
Qui de bon cuer sunt travaillans
As rieules* droitement ensivre** |* Règles. ** Suivre.
Qui sunt escrites en mon livre,
Et forment* à ce s'estudient |* Fortement.
Que lor lignage monteplient*, |* Multiplient.
Et qui pensent de bien amer,
Car g'es doi* tous amis clamer** |* Je les dus. ** Appeler.

@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.