Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4 5 6 7 8 9

276 LE ROMAN (v. 20321)

Por lor ames metre en délices,
Mès* qu'il se gardent bien des vices |* Pourvu.
Que j'ai ci-devant racontés,
Et qu'il facent toutes bontés.
Pardon qui lor soit soffisans
Lor donés, non pas de dix ans:
N'el priseroient un denier;
Mès à tous jors pardon plenier
De trestout quanque* fait auront, |* Ce que.
Quant bien confessé se seront.
Et quant en l'ost serés venus
Où vous serés moult chier tenus,
Puis que salués les m'aurois
Si cum* saluer les saurois, |* Ainsi que.
Publiés-lor en audience
Cest pardon et ceste sentence
Que ge voil* que ci soit escrite. |* Que je veux.

L'Acteur.
Lors escrit cil, et cele dite*, |* Celui-ci, et celle-là dicte.
Puis la séelle, et la li baille,
Et li prie que tost s'en aille;
Mès qu'ele soit ainçois assoste* |* Absoute.
De ce que son penser li oste.
Sitost cum ot esté confesse Dame Nature la déesse,
Si cum la loi vuet et li us*, |* L'usage.
Li vaillans prestres Génius
Tantost l'assot*, et si li done |* Lui donna l'absolution.
Pénitence avenant et bone
Selonc la grandor du mesfait
Qu'il pensoit qu'ele éust forfait
Enjoint-li qu'ele demorast
Dedens sa forge et laborast*, |* Travaillât.

@

(v. 20353) DE LA ROSE. 277

Si cum ains* laborer soloit** |* Ainsi qu'auparavant.
Quant de néant ne se doloit*, |** Avait coutume. * Plaignait.
Et son servise adès* féist |* Toujours.
Tant qu'autre conseil i méist
Li Rois qui tout puet adrecier*, |* Corriger.
Et tout faire et tout dépecier.

Nature.
Sire, dist-ele, volentiers.

Génius.
Et ge m'en voi endementiers*, |* Pendant ce temps-là.
Dist Génius, plus que le cors*, |* Le pas de course.
Por faire as fins amans secors,
Mès que désafublés me soie
De ceste chasuble de soie,
De cest aube et de cest rochet.

L'Acteur.
Lors va tout pendre à un crochet,
Et vest sa robe séculière
Qui mains encombreuse li ère*, |* Etait.
Si cum il alast karoler*, |* Danser.
Et prent èles por tost voler.

Comment damoiselle Nature Se mise pour forgier à grant cure* |* Soin. En sa forge presentement; Car c'estoit son entendement.
Lors remaint Nature en sa forge,
Prent ses martiaus, et fiert* et forge |* Frappe.
Trestout ausinc comme devant*; |* Auparavant.
Et Génius plus tost que vent
24
@

278 LE ROMAN (v. 20375)

Ses èles bat, et plus n'atent,
En l'ost* s'en est venus atant**. |* L'armée. ** Alors.
Mès Faus-Semblant n'i trova pas,
Partis s'en iert* plus que le pas |* Etait.
Dès-lors que la Vielle fu prise,
Qui m'ovri l'uis de la porprise*, |* La porte du clos.
Et tant m'ot fait avant aler,
Qu'à Bel-Acueil me loit* parler. |* Fut permis.
Il n'i volt* onques plus atendre, |* Voulut.
Ains s'enfoï sens congié prendre.
Mès sens faille*, c'est chose atainte, |* Faute.
Il trueve Astenance-Contrainte,
Qui de tout son pooir s'apreste
De corre après à si grant beste*, |* Hâte.
Quant el voit le prestre venir,
Qu'envis* la péust-l'en tenir: |* Qu'à peine.
Car o* prestre ne se méist, |* Avec.
Por quoi nus* autres la véist, |* Nul.
Qui li donast quatre besans,
Se Faus-Semblans n'i fust présens.
Génius, sens plus de demore*, |* Retard. En icele méismes hore,
Si cum il dut, tous les salue;
Et l'achoison* de sa venue, |* L'occasion.
Sens riens metre en obli, lor conte.
Ge ne vous quier* jà faire conte |* Veux.
De la grant joie qu'il li firent,
Quant ces noveles entendirent;
Ains voil* ma parole abrégier |* Mais veux.
Por vos oreilles alégier*: |* Soulager.
Car maintes fois cis* qui préesche, |* Celui.
Quant briefment ne se despéesche,
En fait les auditeurs aler,
Par trop prolixement parler,
Tantost li diex d'Amors afuble
@

(v. 20410) DE LA ROSE. 279

A Génius une chasuble;
Anel li baille, et croce et mitre,
Plus clère que cristal ne vitre;
Ne quierent* autre parement, |* Veulent.
Tant ont grant entalentement* |* Désir.
D'oïr cele sentence lire.
Vénus, qui ne cessoit de rire,
Ne ne se pooit tenir coie,
Tant par estoit jolive* et gaie; |* Folâtre.
Por plus enforcier l'anatesme,
Quant il aura finé son tesme,
Li met ou poing un ardant cierge
Qui ne fu pas de cire vierge.
Génius, sens plus terme metre,
S'est lors, por miex lire la letre,
Selonc les faiz devant contés,
Sor un grant eschafaut montés;
Et li baron sistrent par terre,
N'i voldrent* autres sièges querre*; |* N'y voulurent. ** Cher-
Et cil sa chartre lor desploie, |cher.
Et sa main entor soi tornoie,
Et fait signe, et dist que se taisent;
Et cil cui* les paroles plaisent, |* Et ceux-là à qui.
S'entreguignent et s'entreboutent,
Atant* se taisent et escoutent; |* Alors.
Et par tex* paroles commence |* Telles.
La diffinitive sentence.

Comment presche par très-grant cure* |* Soin. Les commandemens de Nature Le vaillant prestre Génius, En l'ost* d'Amours, présent Vénus; |* En l'armée. Et leur fait à chascun entendre Tout ce que Nature veult tendre.
De l'autorité de Nature Qui de tout le monde a la cure,

@

280 LE ROMAN (v. 20439)

Comme vicaire et conestable
A l'emperéor pardurable*, |* Eternel.
Qui siet en la tor soveraine
De la noble cité mondaine
Dont il fist Nature menistre,
Qui tous les biens l'amenistre
Par l'influence des esteles*, |* Etoiles.
Car tout est ordené par eles
Selonc les droiz empériaus
Dont Nature est officiaus,
Qui toutes choses a fait nestre,
Puis que cis mondes vint en estre, |* Depuis que ce monde
Et lor dopa ternie ensement* |naquit. * Pareillement.
De grandor et d'acroisement;
N'onques ne fist riens por néant
Souz le ciel qui va tornoiant
Entor la terre sens demore*, |* Cesse.
Si haut dessouz comme desore*; |* Dessus.
Ne ne cesse ne nuit ne jor,
Mès tous jors tome sens séjor*: |* Repos.
Soient tuit escommenié
Li desloial, li renié*, |* Les renégats.
Et condampné sens nul respit,
Qui les euvres ont en despit,
Soit de grant gent, soit de menue,
Par qui Nature est sostenue;
Et cis* qui de toute sa force |* Et celui.
De Nature garder s'esforce,
Et qui de bien amer se paine
Sens nule pensée vilaine,
Mès que loiaument i travaille,
Floris* en paradis s'en aille, |* Vieux, chenu.
Mès qu'il se face bien confès:
G'en prens sor moi trestout le fès
De tel pooir cum ge puis prendre,

@

(v. 20474) DE LA ROSE. 281

Jà pardon n'en portera mendre |* Moindre.
Mal lor ait Nature doné As faus dont j'ai ci sermoné,
Grefes, tables, martiaus, enclumes,
Selonc les lois et les coustumes,
Et sos* à pointes bien aguës |* Socs.
A l'usage de ses charrues,
Et jachières, non pas perreuses,
Mès plentéives* et herbeuses, |* Plantureuses.
Qui d'arer et de cerfoïr* |* Qui d'être labourées et travaillées
Ont mestier*, qui en vuet joïr, |avec la serfouette. * Besoin.
Quant il n'en vuelent laborer* |* Travailler.
Por li servir et honorer;
Ains vuelent Nature destruire,
Quant ses enclumes vuelent fuire,
Et ses tables et ses jachières,
Qu'el fist précieuses et chières
Por ses choses continuer,
Que Mort ne les poïst* tuer. |* Puissent.
Bien déussent avoir grant honte
Cil* desloial dont ge vous conte, |* Ces.
Quant il ne daignent la main metre
Es* tables por escrire letre, |* Dans les.
Ne por faire emprainte qui père*; |* Paraisse.
Moult sunt d'entencion amère,
Qu'el devendront toutes mossues
S'el sunt en oidive* tenues, |* Oisiveté.
Quant sens cop de martel férir* |* Frapper.
Lessent les enclumes périr.
Or s'i puet la ruïlle embatre*, |* Enfoncer.
Sens oïr marteler ne batre:
Les jachières, qui n'i refiche
Le soc, redemorront en friche.
Vis* les puisse-l'en enfoïr, |* Vifs.
Quant les ostilz osent foïr |* Fuir.
24.
@

282 LE ROMAN (v. 20510)

Que Diex de sa main entailla*, |* Forma, sculpta.
Quant à ma dame les bailla,
Qui por ce les li volt* baillier, |* Voulut.
Qu'el séust autiex * entaillier, |* Pareils.
Por douer estres pardurables* |* Eternels.
As créatures corrumpables*. |* Corruptibles.
Moult euvrent mal, et bien le semble;
Car se trestuit li homme ensemble
Soixante ans foïr les voloient,
Jamès hommes n'engenderroient.
Et se ce plaist à Dieu sens faille*, |* Sans faute.
Dont vuet-il que le monde faille*, |* Manque.
Ou les terres demorront nues
A pueplier as bestes mues*, |* Muettes.
S'il noviaus hommes ne faisoit,
Se refaire les li plaisoit,
Ou ceus féist résusciter
Por la terre arriers habiter;
Et se cil virge se tenoient
Soixante ans, derechief faudroient,
Si que, se ce li devroit plaire,
Tous jors les auroit à refaire.
Et s'il ert* qui dire volsist** |* Et s'il était. ** Voulût.
Que Diex le voloir en tolsist* |* Enleva, dérobât.
A l'un par grâce, à l'autre non,
Por ce qu'il a si bon renon,
N'onques ne cessa de bien faire,
Dont li redevroit-il bien plaire,
Que chascuns autretel* féist, |* La pareille.
Si qu'autel* grâce en li méist: |* Pareille.
Si r'aurai ma conclusion
Que tout aille à perdicion.
Ge ne sai pas à ce respondre, Se Foi n'i vuet créance espondre*; |* Exposer.
Car Diex en lor commencement

@

(v. 20545) DE LA ROSE. 283

Les ame tous oniement*, |* Egalement.
Et done raisonables ames
Ausinc as hommes cum as fames.
Si croi qu'il voldroit de chacune,
Non pas tant seulement de l'une,
Que le meillor chemin tenist* |* Tint.
Par quoi plus tost à li venist.
S'il vuet donques que virge vive
Aucuns, por ce que miex le sive,
Des autres porquoi n'el vorra*? |* Ne le voudra.
Quele raison l'en destorra*? |* Détournera.
Donc semble-il qu'il ne li chausist*, |* Importât.
Se généracion fausist*. |* Manquât.
Qui voldra respondre, respoingne,
Ge ne sai plus de la besoingne:
Viengnent devin qui en devinent,
Qui de ce deviner ne finent*. |* Ne finissent.
Mès cil qui des grefes n'escrivent, Par qui li mortex* tous jors vivent, |* Les mortels.
Es* beles tables précieuses |* Dans les.
Que Nature, por estre oiseuses,
Ne lor avoit pas aprestées,
Ains lor avoit por ce prestées
Que tuit i fussent escrivans,
Cum tuit et toutes en vivans;
Cil qui les deus martiaus reçoivent,
Et n'en forgent si cum* il doivent |* Ainsi que.
Droitement* sus la droite enclume; |* Légitimement.
Cil que lor péchiés si enfume
Par lor orgoil qui les desroie*, |* Egare.
Qu'il despisent* la droite voie |* Méprisent.
Du champ bel et plentéureus,
Et vont comme maléureus
Arer* en la terre déserte, |* Labourer.
Où lor semence va à perte,

@

284 LE ROMAN (v. 20580)

Ne jà n'i tendront droite rue,
Ains vont bestornant* la charrue, |* Tournant mal.
Et conferment lor euvres males* |* Mauvaises.
Par excepcions anormales,
Quant Orphéus vuelent ensivre* |* Suivre.
Qui ne sot arer* ne escrivre, |* Labourer.
Ne forgier en la droite forge:
Pendus soit-il parmi la gorge!
Quant tex rieules* controva, |* Telles règles.
Vers Nature mal se prova.
Cil qui tel mestresse despisent*, |* Méprisent.
Quant à rebors ses letres lisent,
Et qui por le droit sens entendre,
Par le bon chief n'es* vuelent prendre, |* Bout ne les.
Ains pervertissent* l'escriture |* Tournent de travers.
Quant il vienent à la lecture,
Ont tout l'escommeniement* |* Excommunication.
Qui tous les met à dampnement*, |* Damnation.
Puis que là se vuelent aerdre*; |* Attacher.
Ains qu'il muirent*, puissent-il perdre |* Avant qu'ils meurent.
Et l'aumosnière et les estales* |* Parties qui font les éta-
Dont il ont signes d'estre mâles! |lons.
Perte lor viengne des pendans
A quoi l'aumosnière est pendans!
Les martiaus dedens atachiés
Puissent-il avoir errachiés!
Li grefe lor soient tolu,
Quant escrivre n'en ont volu
Dedens les précieuses tables
Qui lor estoient convenables!
Et des charrues et des sos*, |* Socs.
S'il n'en arent* à droit, les os |* Labourent.
Puissent-il avoir depeciés,
Sens jamès estre redreciés!
Tuit cil qui ceus voldront ensivre*, |* Suivre.

@

(v. 20614) DE LA ROSE. 285

A grant honte puissent-il vivre!
Li lor péchiés ors* et orribles |* Sale.
Lor soit dolereus et pénibles,
Qui par tous leus fuster* les face, |* Fustiger.
Si que l'en les voie en la face!
Por Dieu, seignor, vous qui vivés, Gardés que tex gens n'ensivés*; |* Telles gens ne suiviez.
Soiés ès euvres natureus* |* Dans les oeuvres natu-
Plus vistes que uns escureus, |relles.
Et plus légiers et plus movans
Que ne puet estre oisel ne vans.
Ne perdés pas cest bon pardon;
Trestous vos péchiés vous pardon*, |* Je vous pardonne.
Por tant* que bien i travailliés. |* Pourvu.
Remués-vous, tripés, sailliés*, |* Dansez, sautez.
Ne vous lessiés pas refroidir
Ne trop vos membres enroidir;
Metés tous vos ostiz en euvre:
Assés s'eschaufe qui bien euvre.

Ce fort excommumement Met Génius sur toute gent Qui ne se veullent remuer Pour l'espèce continuer.
Arés, por Dieu, barons, arés*, |* Maris, labourez.
Et vos lignages réparés:
Se ne pensés forment d'arer,
N'est riens qui les puist réparer.
Secorciés-vous* bien par devant |* Secouez-vous.
Aussinc cum por cuillir le vent;
Ou, s'il vous plaist, tout nu soiés,
Mès trop froit ne trop chaut n'aiés:
Levés à deus mains toutes nues
Les mancherons de vos charrues;
Forment as bras* les sostenés, |* Avec les bras.

@

286 LE ROMAN (v. 20644)

Et du soc bouter vous pénés
Roidement en la droite voie,
Por miex afonder en la roie*. |* Enfoncer dans la raie.
Et les chevaus devant alans,
Por Dieu ne les lessiés jà lans;
Asprement les esperonés,
Et les plus grans cops lor dopés
Que vous onques doner porrés,
Quant plus parfont arer vorrés*. |* Labourer voudrez.
Et les bués as testes cornues
Acoplés as jous des charrues,
Réveilliés-les as* aguillons, |* Avec les.
A nos bienfaiz vous acuillons;
Se bien les piqués et sovent,
Miex en arerés par convent*. |* De concert.
Et quant aré aurés assés, Tant que d'arer serés lassés,
Que la besoingne à ce vendra
Que reposer vous convendra*, |* Il vous faudra.
(Car chose sens reposement
Ne puet pas durer longement,)
Ne ne porrés recommencier
Tantost por l'uevre ravancier,
Du voloir ne soiés pas las.
Cadmus, au dit* dame Palas, |* Au dire de.
De terre ara plus d'un arpent,
Et sema les dens d'un serpent
Dont chevalier armé saillirent*, |* Sortirent.
Qui tant entr'eus se combatirent,
Que tuit en la place morurent,
Fors cinc qui si* compaignon furent, |* Ses.
Et li voldrent* secors doner, |* Et lui voulurent.
Quant il dut les murs maçoner
De Thèbes, dont il fu fondierres*. |* Fondateur.
Cist assistrent o li* les pierres, |* Ceux-là assirent avec lui.

@

(v. 20679) DE LA ROSE. 287

Et li pueplèrent sa cité,
Qui est de grant antiquité.
Moult fist Cadmus bone semence,
Qui le sien pueple ainsinc avance;
Se vous ausinc bien commenciés,
Vos lignaiges moult avanciés.
Si r'avés-vous deus avantaiges* |* Ainsi vous avez de votre
Moult grans à sauver vos lignaiges; |côté.
Se le tiers* estre ne volés, |* Si le troisième.
Moult avés les sens afolés*. |* Blessés.
Si n'avés c'un sol nuisement*, |* Qu'une seule chose nui-
Desfendés-vous proeusement*: |sible. * En preux.
D'une part iestes assailli,
Trois champions sunt moult failli,
Et bien ont déservi* à batre, |* Mérité.
S'il ne puéent le quart* abatre. |* Peuvent le quatrième.
Trois serors sunt, se n'el savés,
Dont les deus à secors avés:
La tierce* solement vous griève, |* La troisième.
Qui toutes les vies abriève*. |* Abrège.
Sachiés que moult vous réconforte
Eloto, qui la quenoille porte,
Et Lachesis qui les filz tire;
Mès Atropos ront et descire
Quanque* ces deus puéent filer. |* Ce que.
Atropos vous bée à guiler*. |* Aspire à vous tromper.
Ceste qui parfont ne forra,
Tous vos lignages enforra*, |* Enfouira.
Et vait espiaut vous-méismes:
Onc pire beste ne véismes,
N'avés nul anemi greignor*. |* Plus grand.
Seignor, merci, merci, seignor;
Souviengne-vous de vos bons pères
Et de vos ancienes mères;
Selonc lor fait les vos ligniés*, |* Conformez.

@

288 LE ROMAN (v. 20714)

Gardés que vous ne forligniés.
Qu'ont-il fait, prenés-vous-i garde?
S'il est qui lor proèce esgarde,
Il se sont si bien desfendu,
Qu'il vous ont cest estre rendu;
Se ne fust lor chevalerie,
Vous ne fussiés pas or* en vie. |* Maintenant.
Moult orent de vous grant pitié
Par amors et par amitié.
Pensés des autres qui vendront*, |* Viendront.
Qui vos lignages maintendront;
Ne vous lessiés pas desconfire:
Grefes avés, pensés d'escrire;
N'aiés pas les bras emmoflés*. |* Gantés.
Martelés, forgiés et soflés,
Aidiés Cloto et Lachesis,
Si que, se des filz cope sis
Atropos qui tant est vilaine,
Il en ressaille* une douzaine. |* Ressorte.
Pensés de vous monteplier:
Si porrés ainsinc conchier* |* Attraper.
La félonesse*, la revesche |* La cruelle.
Atropos, qui tout empéesche.
Ceste lasse, ceste chetive, Qui contre les vies estrive*, |* Lutte.
Et des mors a le cuer si baut*, |* Joyeux.
Norrist Cerbérus le ribaut
Qui tant désire lor morie*, |* Perte, dommage.
Qu'il en frit tout de lécherie*, |* Convoitise.
Et de fain erragié* morust, |* Enragé.
Se la garce n'el secorust.
Car s'el ne fust, il ne péust
Jamès trover qui le péust*. |* Le repût.
Ceste de li pestre ne cesse;
Et por ce que soef* le presse, |* Doucement.

@

(v. 20749) DE LA ROSE. 289

Cis mastins li pent as mameles
Qu'el a tribles, non pas jumeles.
Ses trois groins en son sain li muce*, |* Cache.
Et la groignoie et tire et suce.
N'onc ne fu, ne jà n'iert* sevrés, |* Ne sera.
Si ne quiert-il* estre abevrés |* Veut-il.
D'autre let, ne ne li demande
Estre péus d'autre viande*, |* Nourriture.
Fors solement de cors et d'ames;
Et el li giete hommes et fames
A monciaus en sa trible geule.
Ceste-là li pest toute seule,
Et tous jors emplir la li cuide*; |* Croit, pense.
Mès el la trueve tous jors vuide,
Combien que de l'emplir se paine.
De son relief* sunt en grant paine |* De le rassasier.
Les trois ribaudes félonesses,
Des félonies vengeresses,
Alecto et Thesiphoné,
Car de chascune le non é.
La tierce r'a* non Megera, |* La troisième a de son
Qui tous, s'el puet, vous mengera. |côté.
Ces trois en enfer vous atendent;
Ceus lient, batent, fustent*, pendent, |* Fustigent.
Hurtent, hersent*, escorchent, foulent, |* Torturent.
Noient, ardent, greillent et boulent*, |* Brûlent, grillent et
Devant les trois prévoz léans* |bouillent. * Là-dedans.
En plain consistoire séans,
Ceus qui firent les félonies
Quant il orent ès* cors les vies. |* Dans les.
Cil par lor tribulacions
Escortent* les confessions |* Découvrent.
De tous les maus qu'il onques firent
Dès icele ore* qu'il nasquirent. |* Heure.
Devant eus tous li pueples tremble.

ROMAN DE LA ROSE. - T. II. 25
@

290 LE ROMAN (v. 20784)

Si sui-ge trop coars, ce semble,
Se ces prévoz nomer ci n'os*: |* Je n'ose.
C'est Radamantus et Minos,
Et le tiers* Eacus, lor frère. |* Troisième.
Jupiter à ces trois fu père.
Cil trois, si cum l'en les renomme,
Furent au siècle* si prodomme, |* Dans le monde.
Et justice si bien maintindrent,
Que juges d'enfer en devindrent.
Tel guerredon* lor en rendi |* Récompense.
Pluto, qui tant les atendi,
Que les ames des cors partirent*, |* Séparèrent.
Où tel office déservirent*. |* Méritèrent.
Por Dieu, seignor, que* là n'ailliés, |* Pour que. Contre les vices batailliés,
Que Nature, nostre maistresse,
Me vint hui conter à ma messe.
Tous les me dist, onc puis ne sis.
Vous en troverés vingt et sis
Plus nuisans que vous ne cuidies*; |* Pensiez.
Et se vous estes bien vuidiés
De l'ordure de tous ces vices,
Vous n'enterrés jamais ès* lices |* Dans les.
Des trois garces devant nommées
Qui tant ont males* renommées, |* Mauvaises.
Ne ne craindrés les jugemens
Des prévos plains de dampnemens*. |* Damnations.
Ces vices conter vous voldroie,
Mès d'outrage m'entremetroie*; |* Je sortirais des bornes.
Assés briefment les vous expose
Li jolis Romans de la Rose:
S'il vous plaist, là les regardés,
Por ce que d'aus miex* vous gardés. |* D'eux mieux.
Pensés de mener bone vie, Aut* chascuns embracier s'amie, |* Aille.

@

(v. 20819) DE LA ROSE. 291

Et son ami chascune embrace,
Et baise et festoie et solace*; |* Réjouisse.
Et loiaument vous entr'amés,
Jà n'en devés estre blasmés;
Et quant assés aurés joé,
Si cum ge vous ai ci loé*, |* Conseillé.
Pensés de vous bien confessier
Por bien faire et por mal lessier,
Et réclamés le Roi célestre
Que Nature réclame à mestre.
Cil en la fin vous secorra,
Quant Atropos vous enforra*: |* Enfouira.
Cil est salus de cors et d'ame,
C'est li biaus miroers ma dame;
Jà ma dame riens ne séust,
Si ce bel miroer n'éust.
Cil la governe, cil la rieule*, |* Règle.
Ma dame n'a point d'autre rieule;
Quanqu'ele set*, il li aprist |* Tout ce qu'elle sait.
Quant à la chamberière la prist.
Or voil*, seignor, que ce sermon |* Maintenant je veux.
Mot à mot, si cum* vous sermon, |* Ainsi que je.
Et nia dame ainsinc le vous mande,
Que chascuns si bien i entende,
(Car l'en n'a pas tous jors son livre,
Si r'est* uns grans anuis d'escrivre,) |* Et c'est.
Que tout par cuer les retengniés,
Si qu'en quel leu que vous vengniés,
Par bors*, par chastiaus, par cités |* Bourgs.
Et par viles, les récités,
Et par iver et par esté,
A ceus qui ci n'ont pas esté.
Bon fait retenir la parole,
Quant ele vient de bone escole,
Et meillor la fait raconter;

@

292 LE ROMAN (v. 20854)

Moult en puet-l'en en pris* monter. |* Valeur.
Ma parole est moult vertueuse*, |* A beaucoup de vertus.
Ele est cent tans* plus précieuse |* Fois.
Que saphirs, rubis ne balai.
Biaus seignor, ma dame en sa lai* |* Loi.
A bien mestier* de preschéors |* Besoin.
Por chastier* les péchéors |* Enseigner.
Qui de ses rigles se desvoient*, |* S'éloignent.
Que tenir et garder devroient.
Et se vous ainsinc préeschiés,
Jà ne serés empéeschiés,
Selonc mon dit et mon acort,
Mès* que le fait au dit s'acort, |* Pourvu.
D'entrer ou parc du champ joli
Où ses brebis conduit o li*, |* Avec lui.
Saillant* devant par les herbis, |* Sautant.
Le fiz de la Virge berbis,
O toute* sa blanche toison, |* Avec.
En prez où, non pas à foison,
Mès à compaignie escherie*, |* En petit nombre.
Par l'estroite sente serie* |* Sentier agréable.
Qui toute est florie et herbue,
Tant est poi marchie et batue,
S'en vont les berbietes* blanches, |* Petites brebis.
Bestes débonaires et franches,
Qui l'erbete broutent et paissent
Et les floretes qui là naissent.
Mès sachiés qu'il ont là pasture
De si vertueuse nature*, |* De nature si bien douée.
Que les délitables* floretes |* Délectables.
Qui là naissent fresches et netes,
Que cuilent ou printens puceles,
Tant sunt fresches, tant sunt noveles,
Cum esteles* reflamboians |* Etoiles.
Par les herbetes verdoians

@

(v. 20889) DE LA ROSE. 293

Au matinet à la rousée,
Tant ont toute jor ajornée* |* Jour levé.
De lor propres biautés naïves,
Fines colors, fresches et vives,
N'i sunt pas au soir enviellies,
Ains i puéent* estre cueilles |* Mais y peuvent.
Itex* le soir comme le main**, |* Telles. ** Matin.
Qui au cuellir vuet metre main;
N'el ne sunt point, sachiés de certes, |* Certainement.
Ne trop closes ne trop overtes,
Ains flamboient par les herbages
El meillor point de lor aages:
Car li solaus léens* luisans, |* Le soleil là-dedans.
Qui ne lor est mie nuisans,
Ne ne degaste* les rousées |* Si ne gâte.
Dont el sunt toutes arousées,
Les tient adés* en biautés fines, |* Toujours.
Tant lor adoucist les racines.
Si vous di que les berbietes* |* Petites brebis. Ne des herbes ne des floretes
Jamès tant brouter ne porront,
Cum tous jors brouter les vorront*, |* Voudront.
Que tous jors n'es* voient renaistre, |* Ne les.
Tant les sachent brouter ne paistre.
Plus vous di, n'el tenés à fables,
Qu'el ne sunt mie corrumpables*, |* Corruptibles.
Combien que les brebis les broutent,
Cui* les pastures rien ne coustent; |* A qui.
Car lor piaus ne sunt pas vendues
Au darrenier, ne despendues* |* Dépensées, employées.
Lor toisons por faire dras langes*, |* De laine.
Ne covertoirs à gens estranges*. |* Etrangers.
Jà ne seront d'aus estrangies*, |* Eloignées.
Ne lor chars* en la fin mangies, |* Chairs.
Ne corrompues ne maumises*, |* Maltraitées.
25.
@

294 LE ROMAN (v. 20924)

Ne de maladies sorprises;
Mès sens faille*, quoi que ge die, |* Sans faute.
Du bon pastor ne di-ge mie
Qui devant soi paistre les maine,
Qu'il ne soit vestus de lor laine.
Si n'es* despoille-il ne ne plume, |* Il ne les.
Ne lor tolt* le pois d'une plume; |* Ni ne leur enlève.
Mès il li plest et bon li semble
Que sa robe la lor resemble.
Plus dirai, mès* ne vous anuit, |* Pourvu que. C'onques n'i virent nestre nuit.
Si n'ont-il qu'un jor solement;
Mès il n'a point d'avesprement*, |* Chute du jour.
Ne matin n'i puet commencier,
Tant se sache l'aube avancier:
Car li soirs au matin s'asemble,
Et li matins le soir resemble.
Autel* vous di de chascune hore; |* De même.
Tous jors en un moment demore
Cis jors qui ne puet anuitier*, |* Se changer en nuit.
Tant sache à li la nuit luitier.
N'il n'a pas temporel mesure
Cis jors tant biaus, qui tous jors dure
Et de clarté présente rit.
Il n'a futur ne prétérit
Car qui bien la vérité sent,
Tuit li trois tens i sunt présent,
Liquex* présent le jor compasse; |* Lequel.
Mès ce n'est pas présent qui passe
En partie por défenir*, |* Finir.
Ne dont soit partie à venir.
N'onc prétérit présent n'i fu,
Et si vous redi que li fuTurs
n'i aura jamès présence;
Tant est d'estable permanence;

@

(v. 20959) DE LA ROSE. 295

Car li solaus* resplendissans |* Le soleil.
Qui tous jors lor est parissans,
Fait le jor en un point estable,
Tel cum en printens pardurable*. |* Eternel.
Si bel ne vit, ne si pur nus*, |* Nul.
Néis* quant régnoit Saturnus |* Même.
Qui tenoit les dorés aages,
Cui* Jupiter fist tant d'outrages |* A qui.
Son filz, et tant le tormenta,
Que les c...... li sousplenta*. |* Enleva.
Mès certes, qui le voir* en conte, |* Le vrai. Moult fait à prodomme* grant honte |* Brave homme.
Et grant damage, qui l'escoille,
Car qui des c...... le despoille,
Jà soit ce néis que* ge taise |* Quoique même.
Sa grant honte et sa grant mésaise,
Au mains de ce ne dout-ge mie,
Li tolt-il* l'amor de s'amie, |* Lui ravit-il.
Jà si bien n'iert* à li liés; |* Quelque bien qu'il soit.
Ou s'il iert espoir* mariés, |* Etait peut-être.
Puis que si mal va ses affaires,
Pert-il, jà tant n'iert débonaires,
L'amor de sa loial moillier* (1). |* Sa lemme légitime.
Grans péchiés est d'omme escoillier,
Ensorquetout* cil qui l'escoille |* Surtout.


(1) Telle est la morale d'un fabliau (du Pescheor de Pont-seur-Saine) publié dans le recueil de Méon, t. III, p. 471-478. Le trouvère termine
ainsi:
Je di en la fin de mon conte Que s'une fame avoit un conte Le plus bel et le plus adroit Et le plus alosé* qui soit, |* Fameux. Et fust chevaliers de sa main Meillor c'onques ne fu Gavain, Por tant que il fust escoillié, Tost le voudroit avoir changié Au pior* de tout son ostel, etc. |* Contre le pire.
@

296 LE ROMAN (v. 20984)

Ne li tolt* pas sens plus la c..... (1), |* Enlève.
Ne s'amie que tant a chière,
Dont jamès n'aura bele chière*; |* Figure, mine.
Ne sa moillier, car c'est du mains;
Mès hardement et muers* humains |* Hardiesse et moeurs.
Qui doivent estre ès * vaillans hommes: |* Dans les.
Car escoilliés, certain en sommes,
Sunt coars, pervers et chenins*, |* De la nature des chiens.
Por ce qu'il ont muers fémenins.
Nus escoilliés certainement
N'a point en soi de hardement,
Se n'est espoir* en aucun vice, |* Si ce n'est peut-être.
Por faire aucune grant malice
Car à faire grans déablies* |* Diableries.
Sunt toutes fames trop hardies.
Escoillié en ce les resemblent,
Por ce que lor muers s'entresemblent;
Ensorquetout* li escoillières, |* Surtout.
Tout ne soit-il murtriers ne lierres*. |* Larron.


(1) Je n'ai trouvé ces vers que dans un manuscrit portant la date de 1330:
Si m'aïst* Diex et saint Yvurtre, |* Que m'aide. Je le prise poi mains de* murtre: |* Peu moins que. Car cis n'ocist qu'une persone D'un cop mortel, qui plus n'en done: Mès li fel* qui les c...... trenche, |* Le cruel. L'engendrement d'enfans estenche*, |* Arrête. Dont les ames sont si perdues Que ne puéent* estre rendues |* Peuvent. Ne par miracle ne par pene. Ceste perte est par trop vilene, Et est si vilainne l'injure, Que tant cum li escoilliés dure, Tous jors mès procurra haïne Au massecrier et ataïne*, |* Rancune. Ne ne puet de cuer pardoner, Ains désire gerredoner*: |* Récompenser, revaloir. Si l'estuet* en péchié morir, |* Et il lui faut. Et en enfer l'ame corir. (Méon.)
@

(v. 21003) DE LA ROSE. 297

Ne n'ait fait nul mortel péchié,
Au mains a-il de tant péchié,
Qu'il a fait grant tort à Nature
De li tolir s'engendréure*. |* De lui ravir sa faculté
Nus escuser ne l'en sauroit, |d'engendrer.
Jà si bien pensé n'i auroit,
Au mains ge*; car se g'i pensoie, |* Au moins moi.
Et la vérité recensoie,
Ains* porroie ma langue user, |* Auparavant.
Que l'escoilleor escuser
De tel péchié, de tel forfait,
Tant a vers Nature forfait.
Mès quelcunques péchiés ce soit,
Jupiter force n'i faisoit,
Mès* que, sens plus, à ce venist |* Sinon.
Que le règne* en sa main tenist. |* Royaume.
Et quant il fu rois devenus,
Et sires du monde tenus,
Si bailla ses commandemens,
Ses lois, ses establissemens;
Et fist tantost tout à délivre*, |* Tout de suite.
Por les gens enseignier à vivre,
Son ban crier en audience,
Dont ge vous dirai la sentence.

Comment Jupiter fist preschier Que chascun ce qu'avait plus chier Prenist, et en fist à son gré Du tout et à sa voulenté.
Jupiter, qui le monde règle,
Commande et establit pour règle,
Que chascuns pense d'estre aaise;
Et s'il set chose qui li plaise
Qu'il la face, s'il la puet faire,
Por solas* à son cuer atraire**. |* Joie. ** Attirer.

@

298 LE ROMAN (v. 21033)

Onc autrement ne sermona,
Communément abandona
Que chascuns endroit soi* féist |* Quant à lui.
Quanque délitable* véist. |* Ce que délectable.
Car déliz, si cum* il disoit, |* Plaisir, ainsi que.
Est la meillor chose qui soit,
Et li soverains biens en vie,
Dont chascuns doit avoir envie;
Et por ce que tuit l'ensivissent*, |* Le suivissent.
Et qu'il à ses euvres préissent
Exemple de vivre, faisoit
A son cors quanqu'il* li plaisoit |* Ce qu'il.
Dans* Jupiter li renvoisiés**, |* Seigneur. ** Réjoui.
Par qui délis iert tant proisiée*. |* Etait tant prisé.
Et si cum* dist en Géorgiques |* Et ainsi que.
Cil qui nous escrit Bucoliques,
(Car ès livres grégois* trova |* Dans les livres grecs.
Comment Jupiter se prova)
Avant que Jupiter venist*, |* Vint.
N'ert hons* qui charue tenist**; |* N'était homme. ** Tint.
Nus n'avoit onques champ aré*, |* Labouré.
Ne cerfoï* ne réparé. |* Remué avec la serfouet-
N'onques n'avoit assise bonne*. |te. * Borne.
La simple gent paisible et bonne
Communaument entr'eus quéroient
Les biens qui de lor gré venoient.
Cil commanda partir* la terre, |* Partager.
Dont nus* sa part ne savoit querre, |* Nul.
Et la devisa par arpens.
Cil mist ie venin ès* serpens; |* Dans les.
Cil aprist les leus* à ravir, |* Loups.
Tant fist malice en haut gravir;
Cil les fresnes miéleus* trencha, |* Qui portaient du miel.
Les ruissiaus vivens estancha;
Cil fist par tout le feu estaindre,

@

(v. 21068) DE LA ROSE. 299

(Tant semilla* por gens destraindre**!) |* Se remua. ** Tourmen-
Et le lor fist querir ès pierres, |ter.
Tant fu soutis* et baretierres**. |* Subtil. ** Trompeur.
Cist fist diverses ars noveles,
Cil mist nons et numbre ès esteles*; |* Aux étoiles.
Cil gluz et laz et rois* fist tendre |* Celui-là glus et lacs et
Por les sauvages bestes prendre, |rets.
Et lor huia* les chiens premiers, |* Siffla.
Dont nus n'iert avant* coustumiers. |* Nul n'était auparavant.
Cil donta les oisiaus de proie
Par malice qui gens asproie*; |* Tourmente.
Assaut mist, haïne et batailles
Entre esperviers, perdris et cailles,
Et fist tornoiement ès* nues |* Dans les.
D'ostoirs*, de faucons et de grues, |* D'autours.
Et les fist au loirre* venir; |* Leurre.
Et por lor grâce retenir,
Qu'il retornassent à sa main,
Les put-il au soir et au main*. |* Matin.
Ainsinc tant fist li damoisiaus,
Est hons sers* as félons oisiaus, |* Que l'homme est serf.
Et s'est en lor servage mis
Por ce qu'il ierent* anemis, |* Etaient.
Comme ravisséors orribles
As autres oisillons paisibles,
Qu'il ne puet par l'air aconsivre*; |* Atteindre.
Ne sens lor char* ne voloit vivre, |* Chair.
Ains en voloit estre mangierres,
Tant ert délicieus léchierres*, |* Gourmand.
Tant ot les volatiles chières.
Cil mist les forez ès* tenières, |* Dans les.
Et fist les connins* assaillir |* Lapins.
Por eus faire ès roisiaus saillir*. |* Dans les réseaux sauter.
Cil fist, tant par ot son cors chier*, |* Tant il eut son corps
Eschauder, rostir, escorchier, |cher.

@

300 LE ROMAN (v. 21103)

Les poissons de mer et de flueves,
Et fist les sauces toutes nueves
D'espices de diverses guises,
Où il a maintes herbes mises
Ainsinc sunt arz avant venues; Car toutes choses sunt veincues
Par travail, par povreté dure,
Par quoi les gens sunt en grant cures*: |* Soin, souci.
Car li mal* les engins esmuevent, |* Les maux.
Par les engoisses qu'il i truevent.
Ainsinc le dist Ovides, qui
Ot assés, tant cum il vesqui,
De bien, de mal, d'onor, de honte,
Si cum il-méismes raconte.
Briefment, Jupiter n'entendi,
Quant à terre tenir tendi,
Fors muer* l'estat de l'empire |* Si ce n'est changer.
De bien en mal, de mal en pire.
Moult ot en li mal* justicier: |* Mauvais.
Il fist printens apeticier*, |* Rapetisser.
Et mist l'an en quatre parties.
Si cum el sunt ores parties*, |* Maintenant partagées.
Esté, printens, autumpne, yvers,
Ce sunt li quatre tens divers
Que tous printens tenir soloit*; |* Avait coutume.
Mès Jupiter plus n'el voloit,
Qui, quant au règne s'adreça*, |* Parvint à la royauté.
Les aages d'or depeça,
Et fist les aages d'argent,
Qui puis furent d'arain; car gent
Ne finèrent puis d'empirier,
Tant se voldrent mal atirier*. |* Se voulurent mal com-
Or* sunt d'arain en fer changié, |porter. * Maintenant.
Tant ont lor estat estrangié*, |* Eloigné.
Dont moult sunt liez* li diex des sales |* Joyeux.

@

(v. 21138) DE LA ROSE. 301

Tous jors ténébreuses et sales,
Qui sor les hommes ont envie,
Tant cum il les voient en vie.
Cist r'ont en lor rais* atachies, |* Ceux-là ont à leur tour
Dont jamès n'ierent* relachies, |en leurs rets. * Ne seront.
Les noires berbis dolereuses,
Lasses, chetives, morineuses*, |* Malades.
Qui ne voldrent aler la sente* |* Le sentier.
Que li biaus aignelés présente,
Par quoi toutes fussent franchies,
Et lor noires toisons blanchies,
Quant le grant chemin ample tindrent,
Par quoi là herbergier se vindrent
A compaignie si planière,
Qu'el tenoit toute la charrière*. |* La route.
Mès jà beste qui léens* aille, |* Là dedans. N'i portera toison qui vaille,
Ne dont l'en puist néis* drap faire, |* On puisse même.
Se n'est aucune orrible haire
Qui plus est aguë et poignans*, |* Piquante.
Quant ele est as costes joignans,
Que ne seroit uns peliçons
De piaus de velus hériçons;
Mès qui voldroit charpir* la laine, |* Carder.
Tant est mole et soef* et plaine, |* Douce.
Por qu'il en éust tel foison
De faire dras de la toison
Qui seroit prinse ès* blanches bestes, |* Prise dans les.
Bien s'en vestiroient as festes
Emperéor ou roi, voire ange,
S'il se vestoient de dras lange*. |* De laine.
Por quoi, bien le poés savoir,
Qui tex* robes porroit avoir, |* Telles.
Moult seroit vestus noblement;
Et por ice méismement* |* Et pour cela de même.

@

302 LE ROMAN (v. 21173)

Les devroit-l'en tenir plus chières,
Car de tex* bestes n'i a guières; |* Telles.
Ne li pastors qui n'est pas vices*, |* Simple.
Que le bestail garde et les lices
En ce biau parc, c'est chose voire*, |* Vraie.
Ne lerroit* entrer beste noire |* Laisserait.
Por riens qu'en li séust prier,
Tant li plaist les blanches trier,
Qui bien congnoissent lor bergier
Por ce vont o li * herbergier, |* Avec lui.
Et bien sunt par li congnéues,
Par quoi mies en sunt recéues.
Si vous di que li plus piteus*, |* Compatissant. Li plus biaus, li plus déliteus* |* Délicieux.
De toutes les bestes vaillans,
C'est li blans aignelés saillans*, |* Sautant.
Qui les berbis ou parc amaine
Par son travail et par sa paine:
Car bien set, se nule en desvoie*, |* Sort de la voie.
Que li leus* solement la voie, |* Le loup.
Qui nule autre chose ne trace* |* Cherche.
Ne mès qu'ele isse* de la trace |* Si ce n'est qu'elle sorte.
A l'aignel qui mener les pense,
Qu'il l'emportera sens desfense,
Et la mengera toute vive;
Ne l'en puet garder riens qui vive.
Seignor, cis aigniaus vous atent.
Mès de li nous tairons atent*, |* Maintenant.
Fors* que nous prions Dieu le Père |* Si ce n'est.
Qu'il, par la requeste sa mère,
Li doint* si les berbis conduire, |* Lui donne.
Que li leus ne lor puisse nuire;
Et que par péchié ne failliés
Que joer en ce parc n'ailliés,
Qui tant est biaus et délitables*, |* Délectable.

@

(v. 21208) DE LA ROSE. 303

D'erbes, de flors tant bien flerables*, |* Odorant.
De violetes et de roses
Et de trestoutes bones choses.
Car qui du biau jardin quarré,
Clos au petit guichet barré
Où cil amant vit la karole*, |* Ronde, danse.
Où Déduit o* sa gent karole, |* Avec.
A cel biau parc que ge devise*, |* Décris.
Tant par est biaus à grant devise*, |* Souhait.
Faire voldroit comparaison,
Il feroit trop grant mesprison*, |* Faute.
S'il ne la fait tele ou semblable
Cum il feroit de voir* à fable: |* Vérité.
Car qui dedens ce parc seroit,
A séur jurer oseroit,
Ou méist, sens plus, l'ueil léans*, |* Là dedans.
Que li jardins seroit néans
Au regart* de ceste closture |* Au prix.
Qui n'est pas faite en quarréure,
Ains est si ronde et si soutille*, |* Subtile.
C'onques ne fu béril ne bille* |* Bâton.
De forme si bien arrondie.
Que volés-vous que ge vous die?
Parlons des choses qu'il vit lores
Et par dedens et par defores,
Et par briés moz* nous en passons, |* Brefs mots.
Por ce que trop ne vous lassons:
Il vit dix laides ymagetes
Hors du jardin, ce dit, portraites.
Mès qui defors ce parc querroit*, |* Chercherait. Tous figurés i troveroit
Enfer, et trestous les déables
Moult laiz et moult espoentables,
Et tous défauz et tous outrages*, |* Excès.
Qui font en enfer lor estages*, |* Séjours.

@

304 LE ROMAN (v. 21243)

Et Cerbérus qui tout enserre.
Si* troveroit toute la terre |* Et il.
0* ses richeces ancienes |* Avec.
Et toutes choses terrienes;
Et verroit proprement la mer,
Et tous poissons qui ont amer,
Et trestoutes choses marines,
Iaues douces, troubles et fines,
Et les choses grans et menues,
En iaues douces contenues;
Et l'air et tous les oisillons,
Et moschetes* et papillons, |* Petites mouches.
Et tout quanque* par l'air résone; |* Ce qui.
Et le feu qui tout avirone,
Les muances les tenemens* |* Changements, les pos-
De tous les autres élémens. |sessions.
Si verroit toutes les esteles*, |* Etoiles.
Clères et reluisans et beles,
Soient errans, soient fichies*, |* Fixes.
En lor espères estachies*. |* Sphères liées.
Qui là seroit, toutes ces choses
Verroit de ce biau parc encloses,
Ausinc apertement* portraites |* Ouvertement.
Cum proprement apèrent* faites. |* Apparaissent.
Or* au jardin nous en alons, |* Maintenant. Et des choses dedens parlons.
Il vit, ce dit, sor l'erbe fresche
Déduit qui demenoit sa tresche*, |* Ronde, danse.
Et ses gens o li karolans* |* Avec lui dansants.
Sor les floretes bien olans*; |* Sentant.
Et vit, ce dit li damoisiaus,
Herbes, arbres, bestes, oisiaus,
Et ruisselez et fonteneles
Bruire et frémir par les graveles*, |* Graviers.
Et la fontaine sous le pin.

@

(v. 21278) DE LA ROSE. 305

Et se vante que puis* Pépin |* Depuis.
Ne fut tex* pins; et la fontaine |* Tel.
R'estoit* de trop grant biauté plaine. |* Etait de son côté.
Por Dieu, seignor, prenés-i garde,
Qui bien la vérité regarde
Des choses ici contenues,
Ce sunt trufles et fanfelues*. |* Balivernes et fanfrelu-
Ci n'a chose qui soit estable, |ches.
Quanqu'il i vit est corrumpable*. |* Ce qu'il y vit est corrup-
Il vit karoles qui faillirent, |tible.
Et faudront tuit cil qui les firent;
Ausinc feront toutes les choses
Qu'il vit par tout léans* encloses:i |* Là dedans.
Car la norrice Cerbérus,
A cui ne puet riens embler nus* |* Enlever nul.
Humains, que tout ne face user,
Quant el velt* de sa force user, |* Veut.
Et sens lasser tous jors en use
Atropos, qui riens ne refuse,
Par derrier tous les espiot,
Fors les Dieux, se nus* en i ot: |* Si nul.
Car sens faille choses devines
Ne sunt mie à la mort enclines.
Mais or* parlons des beles choses |* Maintenant. Qui sunt en ce biau parc encloses.
Ge vous en di généraument,
Car taire m'en voit erraument*, |* Tout de suite.
Et qui voldroit à droit* aler, |* Régulièrement.
N'en sai-ge proprement parler;
Car nus cuers* ne porroit penser, |* Nul coeur.
Ne bouche d'omme recenser
Les grans biautés, les grans values
Des choses léans contenues;
Ne les biaus gens, ne les grans joies
Et pardurables et veroies* |* Eternelles et véritables.
26.
@

306 LE ROMAN (v. 21313)

Que li karoleor* demainent, |* Danseurs.
Qui dedens la porprise minent*. |* L'enclos restent.
Trestoutes choses délitables*, |* Délectables.
Et veroies et pardurables* |* Eternelles.
Ont cil qui léens* se déduisent, |* Là dedans.
Et bien est drois; car tous bien puisent
A méismes une fontaine
Qui tant est précieuse et saine,
Et bele et clere, et nete et pure,
Qui toute arrouse la closture,
De cui ruissel* les bestes boivent |* De qui le ruisseau.
Qui là vuelent entrer et doivent,
Quant des noires sunt désevrées*: |* Séparées.
Que puis qu'el en sunt abevrées,
Jamès soif avoir ne porront,
Et tant vivront comme eus vorront* |* Voudront.
Sens estre malades ne mortes.
De bone hore entrèrent ès* portes, |* Dans les.
De bone hore l'aignelet virent,
Que par l'estroit sentier sivirent
En la garde au sage bergier,
Qui les volt o li* herbergier; |* Voulut avec lui.
Ne jamès nus hons* ne morroit, |* Nul homme.
Qui boivre une fois en porroit.
Ce n'est pas cele desouz l'arbre,
Qu'il vit en la pierre de marbre;
L'en li devroit faire la moe,
Quant il cele fontaine loe.
C'est la fontaine périlleuse,
Tant amère et tant venimeuse,
Qu'el tua le bel Narcisus,
Quant il se miroit iqui sus*. |* Ici dessus.
Il-méismes n'a pas vergoigne
De recongnoistre, ains le tesmoigne,
Et sa cruelté pas ne cèle,

@

(v. 21348) DE LA ROSE. 307

Quant périlleus miroir l'apèle,
Et dit que quant il s'i mira,
Maintes fois puis en sospira,
Tant s'i trova grief* et pesant. |* Désagréable.
Vez* quel douçor en l'iaue sent! |* Voyez.
Diex! cum bone fontaine et sade*, |* Agréable.
Où li sain devienent malade,
Et cum il s'i fait bon virer
Por soi dedens l'iaue mirer!
Ele sourt, ce dit, à grans ondes
Par deus doiz* crueses et parfondes; |* Canaux.
Mès el n'a mie, bien le soi*, |* Le sais.
Ses doiz ne ses iaues de soi.
N'est nule chose qu'ele tiengne,
Que trestout d'aillors ne li viengne;
Puis si redit que c'est sens fin,
Qu'ele est plus clère qu'argent fin.
Vez de quex trufes* il vous plaide; |* Balivernes.
Ains est voir* si troble et si laide, |* Mais est vraiment.
Que chascuns qui sa teste i boute
Por soi mirer, il n'i voit goute.
Tuit s'i forsènent et s'angoissent*, |* Tous y perdent le sens et
Por ce que point ne s'i congnoissent. |se désolent.
Au fons, ce dist, a* cristaux doubles, |* Il y a.
Que li solaus*, qui n'est pas troubles, |* Le soleil.
Fait luire quant ses rais* i giete, |* Rayons.
Si cler que cis qui les aguiete* |* Celui qui les observe.
Voit tous jors la moitié des choses
Qui sunt en cel jardin encloses;
Et puet le remanant* véoir, |* Reste.
S'il se vuet d'autre part séoir:
Tant sunt clers, tant sunt vertueus*. |* Doués de tant de vertu.
Certes ains sunt troble et nueus*. |* Nuageux.
Por quoi ne font-il démonstranee,
Quant li solaus ses rais i lance,

@

308 LE ROMAN (v. 21383)

De toutes les choses ensemble?
Par foi, qu'il ne puéent*, ce semble, |* Car ils ne peuvent.
Por l'oscurté qui les obnuble*; |* Cache.
Qu'il* sunt si troble et si obnuble, |* Car ils.
Qu'il ne puéent par eus soffire
A celi qui léans* se mire, |* Là-dedans.
Quant lor clarté d'aillors aquièrent.
Se li rai du soleil n'i fièrent*, |* Frappent.
Si qu'il les puissent encontrer,
Il n'ont pooir de riens monstrer;
Mès cele que ge vous devise,
C'est fontaine bele à devise*. |* A souhait.
Or levés un poi les oreilles,
Si m'en orrés dire merveilles.
Cele fontaine que j'ai dite, Qui tant est bele et tant profite
Por garir, tant est savorée,
Trestoute beste enlatigorée*, |* En langueur.
Rent tous jors par trois doiz sotives* |* Par trois canaux minces.
Iaues douces, clères et vives.
Si sunt* si près à près chascune, |* Et elles sont.
Que toutes s'asemblent à une,
Si que quant toutes les verrés,
Et une et trois en troverés,
Se volés au conter esbatre,
Ne jà n'en i troverés quatre,
Mès tous jors trois et tous jors une;
C'est lor propriété commune.
N'onc tel fontaine ne véismes,
Car ele sourt* de soi-méismes. |* Coule.
Ce ne font mie autres fontaines
Qui sordent par estranges vaines.
Ceste tout par soi se conduit,
N'a mestier* d'estrange conduit, |* Besoin.
Et se tient en soi toute vive,

@

(v. 21418) DE LA ROSE. 309

Plus ferme que roche naïve*. |* Native, naturelle.
N'a mestier* de pierre de marbre, |* Besoin.
Ne d'avoir coverture d'arbre;
Car d'une sorce vient si haute
L'eve, qu'el ne puet faire faute,
Qu'arbre ne puet si haut ataindre,
Que sa hautece ne soit graindre*, |* Plus grande.
Fors que sens faille* en un pendant, |* Sinon que sans faute.
Si cum el* s'en vient descendant. |* Ainsi qu'elle.
Là trueve une olivete basse,
Souz qui toute l'iaue s'en passe;
Et quant l'olivete petite
Sent la fontaine que j'ai dite,
Qui li atrempe ses racines
Par ses iaues douces et fines,
Si en prent tel norrissement,
Qu'ele en reçoit acroissement,
Et de foille et de fruit s'encharge:
Si* devient si haute et si large, |* Et elle.
C'onques li pins qu'il vous conta,
Si haut de terre ne monta,
Ne ses rains* si bien n'estendi, |* Rameaux.
Ne si bel umbre ne rendi.
Ceste olive tout en estant*, |* Cet olivier debout.
Ses reins sor la fontaine estant.
Ainsinc la fontaine s'enumbre*, |* S'ombrage.
Et par le roisant* du bel umbre |* Attrait.
Les besteletes là se mucent* |* Cachent.
Qui les douces rousées sucent,
Que li dons ruissiaus fait espendre
Par les fors et par l'erbe tendre.
Si pendent à l'olive escrites
En un rolet letres petites
Qui dient à ceus qui les lisent,
Qui souz l'olive en l'ombre gisent:

@

310 LE ROMAN (v. 21453)

Ci cort la fontaine de vie
Par desouz l'olive foillie*, |* Feuillée.
Qui porte le fruit de salu.
Quiex* fu li pins qui l'a valu? |* Quel.
Si vous di qu'en cele fontaine, (Ce croiront foles gens à paine,
Et le tendront plusors à fables)
Luit uns charboucles* merveillables |* Une escarboucle.
Sor toutes merveilleuses pierres,
Trestous réons et à trois quierres*, |* Angles.
Et siet emmi* si hautement, |* Au milieu.
Que l'en le voit apertement* |* Ouvertement.
Par tout le parc reflamboier;
Ne ses rais ne puet desvoier* |* Ni ses rayons ne peut
Ne vens ne pluie ne nublece*, |égarer. * Nuage.
Tant est biaus et de grant noblece.
Et sachiés que chascune quierre,
(Tex est la vertu de la pierre,)
Vaut autant cum les autres deus:
Tex* sunt entr'eus les forces d'eus. |* Telles.
Ne les deus ne valent que cele,
Combien que chascune soit bele;
Ne nus* ne les puet deviser**, |* Si nul. ** Décrire.
Tant les sache bien aviser,
Ne si joindre par avisées,
Qu'il ne les truisse* devisées. |* Trouve (subj.).
Mès nus solaus* ne l'enlumine, |* Nul soleil.
Qu'il est d'une color si fine,
Si clers et si resplendissans,
Que li solaus esclarcissans
Eu l'autre iaue les cristaus doubles,
Lès li* seroit oscurs et troubles. |* Près de lui.
Briément, que vous en conteroie? Autres solaus léans ne roie* |* Rayonne.
Que cil charboucles flamboians;

@

(v. 21488) DE LA ROSE. 311

C'est li solaus qu'il ont léans,
Qui plus de resplendor habonde
Que nus solaus qui soit ou monde.
Cis la nuit en essil envoie,
Cis fait le jor que dit avoie
Qui dure pardurablernent* |* Eternellement.
Sens fin et sens commencement,
Et se tient en un point de gré,
Sens passer signe ne degré,
Ne minuit ne quelque partie
Par quoi puisse estre ore* partie. |* Maintenant.
Si r'a* si merveilleus pooir, |* Et il a encore.
Que cil qui là le vont véoir,
Si tost cum cele part se virent,
Et lor face en l'iaue remirent,
Tous jors de quelque part qu'il soient,
Toutes les choses du parc voient,
Et les congnoissent proprement,
Et eus-méismes ensement*; |* Pareillement.
Et puis* que là se sunt véu, |* Depuis.
Jamés ne seront décéu
De nule chose qui puist* estre, |* Puisse.
Tant i devienent sage mestre.
Autres merveilles vous dirai Que de cesti soleil li rai
Ne troublent pas, ne ne retardent
Les ieux de ceus qui les regardent,
Ne ne les font essaboïr*, |* Eblouir.
Mès enforcier et resjoïr,
Et ravigorer lor véue
Por la bele clarté véue
Plaine d'atrempée* chalor, |* De tempérée.
Qui par merveilleuse valor
Tout le parc d'odor replenist* |* Remplit.
Par la grant doçor qui en ist*. |* Sort.

@

312 LE ROMAN (v. 21523)

Et por ce que trop ne vous tiengne,
D'un brief mot voil* qu'il vous soviengne, |* Je veux.
Que qui la forme et la matire
Du parc verroit, bien porroit dire
C'onques en si bel paradis
Ne fu formés Adans jadis.
Por Dieu, seignor, donc que vous semble Du parc et du jardin ensemble?
Donés-en resnables* sentences |* Raisonnables.
Et d'accidens et de sustances:
Dites par vostre loiauté
Liquex est de grignor* biauté, |* Lequel est de plus gran-
Et regardés des deux fontaines |de.
Laquele rent iaues plus saines,
Plus vertueuses et plus pures,
Et des dois* jugiés les natures, |* Canaux.
Jugiés des pierres précieuses
Lesqueles sunt plus vertueuses;
Et puis du pin et de l'olive* |* L'olivier.
Qui cuevre la fontaine vive.
Je m'en tieng à vos jugemens,
Se vous, selonc les erremens
Que léus vous ai çà-arrière,
Donés sentence droiturière*: |* Equitable.
Car bien vous di sens flatterie,
Haut et bas ne m'i met-ge mie;
Car se tort i voliés faire,
Dire faus, ou vérité taire,
Tantost, jà vous n'el quier* celer, |* Je ne le vous veux.
Aillors en vodroie apeler.
Et por nous plus tost acorder,
Ge vous voil briefment recorder*, |* Rappeler, raconter.
Selonc ce que vous ai conté,
Lor grant vertu, lor grant bonté:
Cele les viz* de mort enivre; |* Vivants.

@

(v. 21558) DE LA ROSE. 313

Mès ceste fet de mort revivre.
Seignor, sachiés certainement Se vous vous menés sagement
Et fetes ce que vous devrés,
De ceste fontaine bevrés*. |* Boirez.
Et por tout mon enseignement
Retenir plus légièrement,
(Car leçon à briez moz* léue |* En peu de mots.
Plus est de légier retenue)
Ge vous voil ci briément* retraire |* Brièvement.
Trestout quanque* vous devés faire. |* Tout ce que.
Pensés de Nature honorer, Servés-la par bien laborer*. |* Travailler.
Mès comment que la chose aviengne,
De raison vueil* qu'il vous soviengne; |* Je veux.
Et se de l'autrui riens avés,
Rendez-le, se vous le savés;
Et se vous rendre ne poés |* Pouvez.
Les biens despendus* ou joés, |* Dépensés.
Aiés en bone volenté,
Quant des biens aurés à plenté*. |* En abondance.
D'occision nus* ne s'aprouche, |* De tuerie nul.
Netes aiés et mains et bouche;
Soiés loial, soiés piteus*: |* Compatissant.
Lors irés ou champ déliteus* |* Délicieux.
Par trace l'aignelet sivant
En pardurableté* vivant, |* Eternité.
Boivre de la bele fontaine
Qui tant est doce et clère et saine,
Que jamès mort ne recevrés,
Si tost cum de l'iaue bevrés;
Ains irés par joliveté* |* Gaîté.
Chantant en pardurableté
Motez, conduis* et chançonetes, |* Espèce de poésie.
Par l'erbe vert sor les floretes,
27
@

314 LE ROMAN (v. 21593)

Souz l'olivete karolant*. |* Dansant.
Que vous voi-ge ci flajolant?
Drois est que mon frestel estuie*, |* Mon flajolet (je) serre.
Car biaus chanter sovent ennuie;
Trop vous porroie huimès* tenir, |* Aujourd'hui, mainte-
Ci vous voit* mon sermon fenir: |nant. * Veux.
Or i perra* que vous ferés, |* Maintenant il paraîtra.
Quant en haut encroé* serés |* Pendu.
Por préeschier sus la bretesche*. |* Créneau.

L'Acteur.
Génius ainsinc lor préesche,
Et les resbaudist et solace*; |* Réjouit et récrée.
Lors gete le cierge en la place,
Dont la flame toute enfumée
Par tout le monde est alumée.
N'est dame qui s'en puist desfendre,
Tant la sot bien Vénus espandre;
Et la cuilli si haut li vens,
Que toutes les fames vivans,
Lor cors, lor cuers et lor pensées
Ont de cele odor encensées.
Amors de la chartre léue
A si la novele espandue,
Que jamès n'iert hons* de vaillance |* Ne sera homme.
Qui ne s'acort à la sentence.
Quant Génius ot tout léu, Li baron de joie esméu,
Car onc més, si cum il disoient,
Si bon sermon oï n'avoient,
N'onc puis qu'il furent concéu
Si grant pardon n'orent éu,
N'onques n'oïrent enserrent* |* Pareillement.
Si droit escommeniement*, |* Si juste excommunica-
|tion.

@

(v. 21625) DE LA ROSE. 315

Por ce que le pardon ne perdent,
Tuit à la sentence s'aerdent*, |* S'attachent.
Et respondent tost et vias*, |* Tout de suite.
Amen, amen, fias*, fias. |* Pour fiat (qu'il soit fait).
Si cum la chose ert* en ce point, |* Etait.
N'i ot puis de demore* point; |* Retard.
Chascuns qui le sermon amot*, |* Aimait.
Le note en son cuer mot à mot:
Car moult lor sembla saluable* |* Salutaire.
Por le bon pardon charitable,
Et moult l'ont volentiers oï.
Et Génius s'esvanoï,
Conques ne sorent qu'il devint.
Dont crient en l'ost plus de vint:
« Or* à l'assaut sens plus atendre |* Maintenant.
Qui bien set la sentence entendre!
Moult sunt nostre anerni grevé. »
Lors se sunt tuit en piez levé,
Près de continuer la guerre
Por tout prendre et metre par terre.

Vénus se recoursa* devant * Retroussa. Ainsi que por cuillir le vent, Et ala plus tost que 'e pas Au chastel, mais n'i entra pas,
Vénus, qui d'assaillir est preste, Premièrement lor amoneste
Qu'il se rendent; et cil que firent?
Honte et Paor li respondirent:

Honte et Paor à Vénus.
Certes, Vénus, ce est néans,
Jà ne metrés les piés céans;
Non voir*, s'il n'i avoit que moi, |* Vraiment.
Dist Honte, point ne m'en esmoi*. |* Emeus.

@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.