Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.
1 2 3 4 5 6 7 8 9

316 LE ROMAN (v. 21653)

L'Acteur.
Quant la déesse entendi Honte:

Vénus.
Vile orde* garce, à vous que monte**, |* Sale. ** Quel avantage
Dist-ele, de moi contrester*? |avez-vous. * Combattre.
Vous verrés jà tout tempester,
Se li chastiaus ne m'est rendus;
Par vous n'iert-il jà* desfendus. |* Ne sera-t-il pas.
Encontre nous le desfendrés!
Par la char* Dieu! vous le rendrés, |* Par la chair de.
Ou ge vous ardrai* toutes vives, |* Brûlerai.
Cum ordes ribaudes chetives.
Tout le porpris voil* embraser, |* Clos je ceux.
Tors et torneles arraser;
Ge vous eschaufferai les naches*; |* Fesses.
J'ardrai piliers, murs et estaches*; |* Etançons.
Vostre fossé seront empli,
Je ferai toutes metre en pli
Vos barbacanes là drecies,
Jà si haut n'es* aurés drecies |* Ne les.
Que n'es face par terre estendre;
A Bel-Acueil lerrai* tout prendre, |* Laisserai.
Boutons et roses à bandon,
Une hore en vente, autre hore en don;
Ne vous ne serés jà si fière
Que tous li mondes ne s'i fière*. |* N'y donne.
Tuit iront à procession,
Sens faire point d'excepcion,
Par les rosiers et par les roses,
Quant j'aurai les lices descloses.
Et por Jalousie bouler*, |* Tromper. Ferai-ge par tout défouler
Et les préiaus et les herbages,

@

(v. 21684) DE LA ROSE. 317

Tant eslargirai les passages.
Tuit i coilleront sens délai
Boutons et roses, clerc et lai:
Religieus et séculer,
N'est nus* qui s'en puist reculer; |* Nul.
Tuit i feront lor pénitence,
Mès ce n'iert* pas sens différence. |* Ne sera.
Li un vendront répostement*, |* En cachette.
Li autre trop apertement*; |* Ouvertement.
Mès li répostement venu* |* Mais ceux qui seront venus
Seront à prodome* tenu; |en cachette. * Pour gens de bien.
Li autre en seront disfamé,
Ribaut et bordelier clamé*; |* Appelés.
Tout n'i aient-il pas tel coupe* |* Faute.
Cum ont aucun que nus n'encoupe*. |* N'inculpe.
Si r'est voirs* qu'aucun mauvès home, |* Et d'un autre côté il est
(Que Diex et sains Peres de Rome |vrai.
Confonde et eus et lor affaire!)
Leront* les roses por pis faire, |* Laisseront.
Et lor donra* chapel d'ortie |* Donnera.
Déables qui si les ortie*: |* Excite.
Car Génius de par Nature,
Por lor vilté*, por lor ordure, |* Bassesse.
Les a tous en sentence mis
Avec nos autres anemis.
Honte, se ge ne vous engin*, |* Trompe.
Poi pris* mon art et mon engin, |* Peu je prise.
Qu'aillors jà ne m'en clamerai*. |* Car ailleurs je ne m'en
Certes, Honte, je n'amerai |plaindrai pas.
Ne vous ne Raison, vostre mère,
Qui tant est as amans amère.
Qui vostre mère et vous croiroit,
Jamès par amors n'ameroit.
27.
@

318 LE ROMAN (v. 21716)

L'Acteur.
Vénus à plus dire n'entent, Que bien li sofisoit atant*. |* Alors.
Lors s'est Vénus haut secorcie*, |* Troussée.
Bien sembla fame corrocie,
L'arc tent, et le boujon encoche*; |* Place la flèche dans la
Et quant el l'ot bien mise en coche, |coche.
Jusqu'à l'oreille l'arc entoise*, |* Bande.
Qui n'iert* pas plus lons d'une toise; |* Qui n'était.
Puis avise cum bone archière.
Par une petitete archière
Qu'ele vit en la tor reposte* |* Cachée.
Par devant, non pas par encoste*, |* Côté.
Que Nature ot par grant maistrise
Entre deus pilerés* assise. |* Petits piliers.
Cil dui pilers d'ivire* estoient, |* Ces deux piliers d'ivoire.
Moult gent, et d'argent sostenoient
Une ymagete en leu de chasse,
Qui n'iert* trop haute ne trop basse, |* Qui n'était.
Trop grosse, trop gresle non pas,
Mès toute taillie à compas,
De bras, d'espaules et de mains,
Qu'il n'i failloit ne plus ne mains.
Moult ierent gent li autre membre,
Et plus olans* que pomme d'embre. |* Odorants.
Dedens avoit* un saintuaire |* Il y avait.
Covert d'un précieus suaire,
Li plus gentil et li plus noble
Qui fust jusqu'en Constantinoble;
Tel ymage n'ot nus en tor*. |* N'eut nul en tour.
Plus avienent miracle entor
Qu'ains* n'avint entor Médusa; |* Qu'auparavant.
Mès ceste trop meillor us* a. |* Usage.
Vers Médusa riens ne duroit,

@

(v. 21749) DE LA ROSE. 319

Car en roche transfiguroit,
(Tant faisoit félonesses euvres)
Par ses félons crins de coleuvres,
Trestous ceus qui la regardoient.
Par nul engin* ne s'en gardoient, |* Invention.
Fors* Perséus, li filz Jovis, |* Excepté.
Qui par l'escu la vit ou vis*, |* Au visage.
Que sa suer Pallas li livra.
Par cel escu se délivra,
Par l'escu le chief li toli*, |* En leva.
Si l'emporta tous jors o li*. |* Avec lui.
Moult le tint chier, moult s'i fiot,
En maint estour mestier* li ot; |* En maint combat besoin.
Ses fors anemis en muoit*, |* Changeait.
Les autres à glaive tuoit.
Mès ne la vit que par l'escu,
Car il n'éust jà puis vescu.
Ses escus li ert* miroers, |* Son écu lui était.
Car tiex ert ou chief li poers*, |* Tel était à la tête le pou-
S'il la regardast face à face, |voir.
Roche devenist en la place.
Mès l'ymage dont ci vous conte,
Les vertus Médusa sormonte,
Qu'el* ne sert pas de gens tuer, |* Car elle.
Ne d'eus faire en roche muer*: |* Changer.
Ceste de roche les remue*, |* Les ôte.
En lor forme les continue,
Voire* en meillor c'onques ne furent, |* Même.
Ne c'onques mès avoir ne purent.
Cele nuist, et ceste profite,
Cele ocist, ceste résuscite;
Cele les eslevés moult griéve,
Et ceste les grevés reliéve:
Car qui de ceste s'aprochast,
Et tout véist et tout tochast,

@

320 LE ROMAN (v. 21784)

S'il fust ains en roche mué*, |* Auparavant en roche
Ou de son droit sens remué*, |changé. * Bon sens ôté.
Jà puis roche ne le tenist,
En son droit sens s'en revenist:
Si* fust-il à tous jors garis |* Ainsi.
De tous maus et de tous péris.
Si m'aïst Diex*, se ge poïsse, |* Dieu m'aide. Volentiers plus près la véisse;
Voire*, par Dieu, partout tochasse, |* Vraiment.
Se de si près en aprochasse;
Mès ele est digne et vertueuse,
Tant est de biauté précieuse.
Et se nus*, usant de raison, |* Et si nul.
Voloit faire comparaison
D'ymage à autre bien portraite,
Autel* en puet faire de ceste |* Pareille.
A l'ymage Pymalion,
Comme de souris à lion.

Cy commence la fiction De l'ymage Pygmalion.
Pymalions, uns entaillières*, |* Sculpteur.
Portraians en fust* et en pierres, |* En bois.
En métaus, en os et en cires,
Et en toutes autres matires
Qu'en puet eu tex * euvres trover, |* Telles.
Por son grant engin* esprover, |* Esprit. * Car jamais que lui hom-
(Car onc de li hons ne l'ot miendre*,) |me ne l'eut meilleur.
Ausinc cum por grans los aqieudre*, |* Grande gloire acquérir.
Se volt* à portraire déduire**. |* Se voulut. ** Amuser.
Si fist* une ymage d'ivuire; |* Et il fit.
Si fist et portret l'ymagete
Si bien compassée et si nete,
Et mist au faire tel entente*, |* Attention.
Qu'el fu si plésante* et si gente, |* Agréable.

@

(v. 21816) DE LA ROSE. 321

Qu'el sembloit estre autresi* vive |* Aussi.
Cum la plus bele riens* qui vive. |* Chose.
N'onques Hélaine ne Lavine (1)
Ne furent de color si fine,
Ne de si bele façon nées,
Tant fussent bien enfaçonnées,
Ne de biauté n'orent la disme*. |* La dixième partie.
Tout s'esbahit en soi-méisme
Pymalions, quant la regarde;
Es-vos* qu'il ne se done garde |* Voici.
Qu'Amors en ses résiaus l'enlace
Si fort qu'il ne set que il face.
A soi-méismes se complaint,
Mès ne puet estanchier son plaint*. |* Arrêter sa plainte.
« Las! que fai-ge, dist-il, dors-gié?
Maint ymage ai fait et forgié,
Dont nus n'assomeroit* le pris, |* Ne compterait.
N'onc d'eus amer ne fui sorpris:
Or sui par ceste mal-baillis*, |* Maltraité.
Par li m'est tous li sens faillis*. |* Perdu.
Las! dont me vient ceste pensée,
Comment fu cele amor pensée?
J'aime une vmage sorde et mue* |* Muette.
Qui ne se crosle* ne remue, |* S'ébranle.
Ne jà de moi merci n'aura:
Tel amor comment me navra*? |* Blessa.
Il n'est nus* qui parler en oie, |* Nul.
Qui trop esbahir ne s'en doie.
Or sui-ge li plus fox du sicle*. |* Fou du monde.
Que pui-ge faire en cest article?
Par foi, s'une roïne amasse*, |* Si j'aimais une reine.
Merci toutevois espérasse,
Por ce que c'est chose possible;


(1) Lavinie , femme d'Enée.
@

322 LE ROMAN (v. 21851)

Mès cest amor est si horrible.
Qu'el ne vient mie de Nature.
Trop mauvaisement m'i nature.
Nature en moi mauvès fil a;
Quant me fist, forment s'avila*: |* S'avilit.
Si ne l'en doi-ge pas blasmer,
Se ge voil* folement amer, |* Si je veux.
Ne m'en doi prendre s'à moi non*. |* Sinon à moi.
Puis que Pymalion oi non*, |* Depuis que Pygmalion
Et poi* sor mes deus piés aler, |j'eus nom. * Et pus.
N'oï de tel amor parler.
Si n'aim-ge pas trop folement:
Car, se l'escriture ne ment,
Maint ont plus folement amé.
N'aura jadis ou bois ramé*, |* Au bois touffu.
A la fontaine clère et pure,
Narcisus sa propre figure,
Quant cuida* sa soif estanchier? |* Crut.
N'onques ne s'en pot revanchier;
Puis en fu mors, ce dist l'istoire
Qui encor est de grant mémoire.
Dont sui-ge mains fox toutevois*: |* Fou toutefois.
Car, quant je voil*, à ceste vois**, |* Veux. ** Vais.
Et la prens et acole et baise,
S'en puis miex* soffrir ma mésaise; |* Et j'en puis mieux.
Mès cil ne pooit avoir cele
Qu'il véoit en la fontenele.
D'autre part, en maintes contrées
Ont maint maintes dames amées,
Et les servirent quanqu'il* porent, |* Tant qu'ils.
N'onques un sol baisier n'en orent,
Si s'en sunt-il forment pené:
Dont m'a miex Amors assené*. |* Partagé.
Non a: car à quelque doutance
Ont-il toutevois espérance

@

(v. 21886) DE LA ROSE. 323

Et du baisier et d'autre chose;
Mès l'espérance m'est forclose*, |* Fermée.
Quant au délit* que cil entendent |* Plaisir.
Qui les déduiz d'Amors atendent:
Car quant ge me voil aaisier* |* Je me veux soulager.
Et d'acoler et de baisier;
Ge truis* m'amie autresi** froide |* Trouve. ** Aussi.
Cum en un pez*, et ausi roide, |* Pieu, bâton.
Que quant ge, por baisier, i touche,
Toute me refroidist la bouche.
Ha! trop ai parlé rudement;
Merci, douce amie, en demant*, |* (J')en demande.
Et pri que l'amende en pregniés:
Car de tant cum vous me daingniés
Doucement regarder et rire,
Ce me doit bien, ce croi, soffire.
Car dous regarz et riz piteus* |* Compatissant.
Sunt as amans moult déliteus*. » |* Délicieux.

Comment Pygmalion demande Pardon, en présentant l'amande A son ymage, des paroles Qu'il dit d'elle, qui sont trop foles.
Pymalions lors s'agenoille,
Qui de lermes sa face moille,
Son gage tent, si li amende*; |* Lui fait amende hono-
Mais el n'a cure de s'amende, |rable.
Car el n'entent riens, ne ne sent,
Ne de li ne de son présent,
Si que cil crient* perdre sa paine, |* De sorte que celui-là
Qui de tel chose amer se paine. |craint de.
N'il n'en reset * son cuer avoir, |* N'en sait.
Qu'Amors li tolt* sens et savoir; |* Car amour lui ravit.
Si que trestout s'en desconforte.
Ne set s'ele est ou vive ou morte.

@

324 LE ROMAN (v. 21916)

Soef à* ses mains la détaste**, |* Doucement avec.
Et croit ausinc cum se fust paste, |** Tâte.
Que ce soit sa char* qui li fuie; |* Chair.
Mès c'est sa main qu'il i apuie.
Ainsinc Pymalions estrive*, |* Lutte, dispute. En son estrif n'a pez ne trive;
En un estat pas ne demore,
Or* aime, or het, or rit, or plore, |* Tantôt.
Or est liés*, or est à mésaise, |* Joyeux.
Or se tormente, or se rapaise.
Puis li revest en maintes guises
Robes faites par grans maistrises,
De biaus dras de soie ou de laine,
D'escarlate ou de tiretaine,
De vert, de pers* ou de brunete, |* De drap vert, bleu.
De color fresche, fine et nete,
Où moult a riches pennes* mises, |* Bordures de pelleteries.
Erminées, vaires (1) ou grises;
Puis les li oste, puis ressoie* |* Essaie après.


(1) Vair et vaire. C'étoit une fourrure blanche et bleue, dont les rois usoient en France; les présidents en mettoient sur leurs manteaux, et
les conseillers sur leurs robes: ce qui a eu lieu jusqu'au quinzième siècle.
Cette fourrure étoit faite de la peau d'une espèce d'écureuil que l'on appeloit
aussi vair, et en latin sciurus. Cette peau étoit blanche par dessous
et colombine par dessus. On la diversifioit en grands et en petits carreaux,
qu'on appelait grand vair, et petit ou menu vair. On lui avoit donné
le nom de penne ou panne, parce que ces fourrures étoient composées de
plusieurs pièces ou peaux cousues ensemble, comme les pans d'un habit.
Quelques auteurs ont prétendu que le vair n'étoit que la seconde fourrure, ou peau et penne, dont on doubloit les habits des grands seigneurs.
On l'appelle vair, a variis coloribus. L'hermine étoit la première des
fourrures.
Vair, en terme de blason, est une fourrure faite de plusieurs petites pièces d'argent et d'azur, à peu près comme une cloche de melon ou
comme un U. Cependant les armes de la maison de Bauffremont sont
vairées d'or et de gueule.
Le vair est ordinairement de quatre tires ou rangées, et le menu vair est de six. (L. D. D.)
@

(v. 21934) DE LA ROSE. 325

Cum li siet bien robe de soie,
Cendaus, molequins Arrabis,
Indes*, vermaus, aunes et bis, |* Vermeils.
Samis, diapres, camelos (1).
Por néant fust uns angelos*, |* Petit ange.
Tant est de contenance simple.
Autre fois li met une gimple,
Et par dessus un cuevrechief,
Qui cuevre la gimple et le chief*; |* Tête.
Ains ne cuevre par le visage,
Qu'il* ne vuet pas tenir l'usage |* Car il.
Des Sarrasin, qui d'estamines
Cuevrent les vis* as Sarrasines, |* Visages.
Quant eus trespassent* par la voie, |* Passent.
Que nus* trespassans ne les voie, |* Afin que nul.
Tant sunt plain de jalouse rage.
Autre fois li reprent corage* |* Envie.
D'oster tout, et de metre guindes* |* Atours de femme de qua-
Jaunes, vermeilles, vers et indes, |lité.
Et trecéors* gentiz et gresles, |* Ornements de tête.
De soie et d'or à menus pesles*; |* Perles.
Et dessus la crespine atache
Une moult précieuse atache,
Et par dessus la crespinete
Une corone d'or grelete,
Où moult ot* précieuses pierres, |* Il y eut.
Et biaus chastons à quatre quierres* |* Angles.
Et à quatre demi-compas,
Sens ce que ge ne vous cont pas
L'autre perrerie menue
Qui siet entor espesse et drue.
Et met à ses deus oreilletes


(1) Voyez, sur tous ces noms d'étoffes, nos Recherches sur le commerce, la fabrication et l'usage des étoffes de soie, etc., tom. II, à la table
des matières.

ROMAN DE LA ROSE. - T. II. 28
@

326 LE ROMAN (v. 21966)

Deus verges d'or pendans greletes;
Et por tenir la cheveçaille*, |* Coiffe, voile.
Deus fermaus* d'or au col li baille. |* Agrafes.
Enmi le pis* un en remet, |* Au milieu de la poitrine.
Et de li ceindre s'entremet;
Mès c'est d'un si très-riche ceint*, |* Ceinture.
C'onques pucele tel ne ceint.
Et pent au ceint une aumosnière,
Qui moult ert* précieuse et chière; |* Etait.
Et cinc pierres i met petites,
Du rivage de mer eslites*, |* Choisies.
Dont puceles as martiaus geuent*, |* Jouent.
Quant beles et rondes les treuent*. |* Trouvent.
Et par grant entente li chauce
En chascun pié soler et chauce
Entailliés* jolivetement |* Découpés.
A deus doie du pavement.
N'ert pas de hosiaus* estrenée, |* Bottines.
Car el n'ert pas de Paris née;
Trop par fust rude chaucemente* |* Chaussure.
A pucele de tel jovente*. |* Jeunesse.
D'une aguille bien afilée
D'or fin, de fil d'or enfilée,
Ele a, por miex estre vestues,
Ses deus manches estroit cosues.
Puis li baille flors noveletes,
Dont ces jolies puceletes
Font en printens lor chapelez*, |* Chapeaux.
Et pelotes et oiselez,
Et diverses choses noveles,
Délitables* as damoiseles. |* Agréables.
Et chapelés de flors li fait;
Mès n'en véistes nul si fait,
Car il i met s'entente* toute. |* Son attention.
Aurelez d'o ès dois* li boute, |* Aux doigts.

@

(v. 22001) DE LA ROSE. 327

Et dit cum fins loiaus espous:
« Bele douce, ci vous espous*, |* Ici je vous épouse.
Et deviens vostres, et vous moie*. |* Mienne.
Ymenéus et Juno m'oie;
Qu'il voillent à nos noces estre.
Ge n'i quier* plus ne clerc ne prestre, |* Je n'y veux.
Ne de prélaz mitres ne croces;
Car cil sunt li vrai diex des noces. »
Lors chante à haute voix série*, |* Douce. Tuit plain de grant renvoiserie*, |* Gaîté.
En leu de messe chançonetes
Des jolis secrés d'amoretes;
Et fait ses instrumens soner,
Qu'en* n'i oïst pas Dieu toner; |* Que l'on.
Qu'il* en a de trop de manières, |* Car il.
Et plus en a les mains manières* |* Habiles.
C'onques n'ot Amphions de Thèbes.
Harpes et gigues et rubebes,
Si r'a guiternes et léus* |* Il a encore guitares et
Por soi déporter esléus*; |luths. * Elus, choisis.
Et refait soner ses orloges
Par ses sales et par ses loges,
A roes trop sotivement* |* Subtilement.
De pardurable* movement. |* De perpétuel.
Orgues i r'a bien maniables,
A une sole main portables,
Où il-méismes soufle et touche,
Et chante avec à plaine bouche
Motés, ou treble ou tenéure.
Puis met en timbales sa cure*, |* Son soin.
Puis prent fretiaus et si fretele,
Puis chalemiaus et chalemele,
Et tabor et fléute et tymbre;
Si tabore et fléute et tymbre;
Citole prent, trompe et chievrete,

@

328 LE ROMAN (v. 22036)

Si citole, trompe* et chievrete; |* Sonne de la trompe.
Psaltérion prent et vièle,
Et puis psalterione et vièle;
Puis prent sa muse, et se travaille
As estives de Cornoaille (1);
Et espringue* et sautele et bale**, |* Saute. ** Danse.
Et fiert* du pié parmi la sale; |* Frappe.
Et la prent par la main, et dance;
Mès moult a au cuer grant pesante* |* Chagrin, souci.
Qu'el ne vuet* chanter ne respondre, |* De ce qu'elle ne veut.
Ne por prier ne por semondre*. |* Sommer.
Puis la r'embrace, et si* la couche |* Et il.
Entre ses bras dedens sa couche,
Et puis la baise et si l'acole;
Mès ce n'est pas de bone escole,
Quant deus persones s'entrebaisent,
Et li baisiers as deus ne plaisent.
Ainsinc s'ocist, ainsinc s'afole*, |* Se fait mal.
Sorprins de sa pensée fole,
Pymalions li décéus,
Por sa sorde ymage esméus;
Quanqu'il puet la pere* et aorne, |* Tant qu'il peut il la pare.
Car tous à li servir s'atorne*. |* S'arrange.
N'el n'apert* pas, quant ele est nue, |* Ni elle n'apparaît.
Mains bele que s'ele ert vestue.
Lors avint qu'en cele contrée Ot* une feste célébrée, |* Il y eut.
Où moult avenoit de merveilles.
Là vint tous li pueples as veilles
D'un temple que Vénus i ot.


(1) Voyez sur les instruments de musique nommés dans le Roman de la Rose, Remarks on some ancient musical instruments mentionned
in that old French Poem, by the Reverend John Bowle (Archaeologia,etc,
tom. VII, pag. 214-221); et de l'Etat de la poésie françoise dans les douzième
et treizième siècles, etc., par B. de Roquefort, pag. 104-131.

@

(v. 22066) DE LA ROSE. 329

Li valés*, qui moult s'i flot, |* Jeune homme.
Por soi de s'amor conseillier,
Vint à cele feste veillier.
Lors se plaint as dieux et démente* |* Lamente.
De l'amor qui si le tormente;
Car maintes fois les ot servis.
Li valés, qui moult iert soutis*, |* Etait subtil.
Qui moult iert bons ovriers et sages*, |* Savant.
Fait lor avoit mains bons ymages,
Et avoit trestout son aé* |* Vie.
Vescu en droite chastée*. |* Véritable chasteté.

Pygmalion.
Biau dieu, dist-il, qui tout poés*, |* Pouvez.
S'il vous plaist, ma requeste oés;
Et tu, qui dame es de ce temple,
Sainte Vénus, de grâce m'emple*, |* Remplis-moi.
Qu'ausinc es-tu moult corrocie,
Quant Chasteé est essaucie*, |* Honorée.
S'en ai grant peine déservie* |* Méritée.
De ce que ge l'ai tant servie.
Or m'en repens sens plus d'aloignes*, |* Retards, délais.
Et pri que tu le me pardoignes:
Si m'otroie par ta pitié,
Par ta douçor, par t'amitié,
Par convent que m'enfuie eschif*, |* Exilé, banni.
Se Chasteé dès or n'eschif*, |* Esquive, échappe.
Que la bele qui mon cuer emble |* Ravit.
Qui si bien yvuire resemble,
Deviengne ma loiale amie,
Et de fame ait cors, ame et vie;
Et se de ce faire te hastes,
Se je sui jamès trovés chastes,
J'otroi* que ge soie pendus, |* Je consens.
Ou à grans haches porfendus,
28.
@

330 LE ROMAN (v. 22099)

Ou que dedens sa goule trible
Tout vif me transgloutisse et trible*, |* Broie.
Ou me lie en corde ou en fer,
Cerbérus, li portiers d'enfer.

L'Amant.
Vénus, qui la requeste oï
Du valet*, forment s'esjoï, |* Jeune homme.
Por ce que Chasteé lessoit,
Et de li servir s'apressoit*, |* Se préparait à la servir.
Cum hons* de bone repentance, |* Comme homme.
Prest de faire sa pénitance
Tous nus entre les bras s'amie,
S'il la puet jà bailler* en vie. |* Posséder.
Por joïr et por faire chief* |* Fin.
Au valet de son grant meschief*, |* Malheur.
A l'ymage envoia lors ame:
Si devint si très-bele dame,
C'onques mès* en nule contrée |* Que jamais.
N'avoit l'en si bele encontrée.
N'est plus au temple séjornés,
A son ymage est retornés
Pymalions à moult grant heste,
Puis* qu'il ot faite sa requeste; |* Depuis.
Car plus ne se pooit* tarder |* Pouvait.
De li tenir et regarder.
A li s'en tort les saus menus*, |* A elle il accourt a pas
Tant qu'il est jusques-là venus. |précipités.
Du miracle riens ne savoit,
Mès ès* dieux grant fiance avoit; |* Dans les.
Et quant de plus près la regarde,
Plus art* son cuer, et frit et larde. |* Brûle.
Lors voit qu'ele ert* vive et charnue, |* Etait.
Si li débaille* la char nue, |* Et il lui découvre. Et voit ses biaus crins blondoians,

@

(v. 22132) DE LA ROSE. 331

Comme undes ensemble ondoians;
Et sent les os et sent les vaines,
Qui de sanc ierent* toutes plaines, |* Etaient.
Et le pouz débatre et movoir:
Ne set se c'est mençonge ou voir*; |* Vérité.
Arrier se trait*, ne set que faire, |* Tire.
Ne s'ose mès près de li traire,
Qu'il a paor* d'estre enchantés. |* Car il a peur.

Pygmalion.
Qu'est-ce? dit-il, sui-ge tentés?
Veillé-ge pas? Nennil; ains songe*, |* Au contraire je songe.
Mès onc ne vi si apert* songe. |* Clair.
Songe! par foi non fais, ains veille.
Dont vient donques cele merveille?
Est-ce fantosme ou anemis* |* Démon.
Qui s'est en mon ymage mis?

L'Amant.
Lors li respondi la pucele,
Qui tant iert* avenant et bele, |* Etait.
Et tant avoit blonde la cosme*: |* Chevelure.

L'Ymage à Pygmalion.
Ce n'est anemis ne fantosme,
Dous amis, ains sui vostre amie
Preste de vostre compaignie
Recevoir, et m'amor vous offre,
S'il vous plaist recevoir tel offre.

L'Amant.
Cil ot* que la chose est acertes, |* Celui-là entend.
Et voit les miracles apertes*; |* Clairs.

@

332 LE ROMAN (v. 22157)

Si se trait* près, et s'asséure; |* Il se tire.
Por ce que c'est chose séure,
A li s'otroie volentiers,
Cum cil qui ert* siens tous entiers. |* Comme celui qui était.
A ces paroles s'entr'alient,
De lor amors s'entremercient,
N'est joie qu'il ne s'entrefacent;
Par grant amor lors s'entr'embracent,
Cum deus colombiaus s'entrebaisent;
Moult s'entr'aiment, moult s'entreplaisent.
As dieux ambdui* grâces rendirent, |* Tous deux.
Qui tel cortoisie lor firent,
Espéciaument* à Vénus |* Spécialement.
Qui lor ot aidié miex que nus*. |* Mieux que nul.
Or est Pymalions aaise, Or n'est-il riens qui li desplaise,
Car riens qu'il voille ne refuse;
S'il oppose, el se rent concluse*; |* Elle s'arrête.
S'ele commande, il obéist:
Por riens ne la contredéist
D'acomplir-li tout son désir.
Or puet o s'amie gésir*, |* Maintenant il peut avec son
Qu'el n'en fait ne dangier* ne plainte. |amie coucher. * Difficulté.
Tant ont joé, qu'ele est ençainte
De Paphus, dont dit renomée
Que l'isle en fu Paphos nomée,
Dont li rois Cyniras nasqui.
Prodons fu*, fors en un cas, qui |* Homme de bien il fut.
Tous bons éurs éust éus,
S'il n'éust esté décéus
Par Mirra, sa fille, la blonde,
Que la vielle (que Diex confonde!)
Qui de péchié doutante* n'a, |* Crainte.
Par nuit en son lit li mena.
La roïne ert* à une feste, |* Etait.

@

(v. 22192) DE LA ROSE. 333

La pucele se sist en heste
Lez le roi*, sens que mot séust |* A côté du roi.
Qu'o* sa fille gesir déust. |* Qu'avec.
Ci ot* trop estrange semille**, |* Ici il y eut. ** Niche,
Le roi let gesir* o sa fille.tour. |tour. * Laisse coucher.
Quant les ot ensemble aünés*, |* Réunis.
Li biaus Adonis en fu nés;
Puis fu-ele en arbre muée*, |* Changée.
Car ses pères l'éust tuée,
Quant il aparçut le tripot*. |* L'intrigue.
Mais onques avenir n'i pot*, |* N'y put.
Quant ot fait aporter le cierge;
Car cele, qui n'ere mès* vierge, |* Qui n'était plus.
Eschapa par isnele* fuite, |* Rapide.
Qu'il* l'éust autrement destruite. |* Car il.
Mais c'est trop loing de ma matire:
Por ce est bien drois qu'arriers m'en tire.
Bien orrés que ce signifie,
Ains* que cel euvre soit fenie. |* Avant.
Ne vous voil or ci* plus tenir, |* Je ne vous veux main- A mon propos m'estuet* venir, |tenant ici. * Il me faut.
Qu'autre champ me convient arer*. |* Faut labourer.
Qui voldroit donques comparer
De ces deus ymages ensemble
Les biautés, si cum* il me semble, |* Ainsi que.
Tel similitude i puet prendre,
Qu'autant cum la soris est mendre* |* Moindre.
Que li lions, et mains cremue* |* Crainte.
De cors, de force et de value,
Autant, sachiés en loiauté,
Ot cele ymage mains biauté
Que n'a cele que tant ci pris*. |* Prise.
Bien avisa dame Cypris
Cele ymage que ge devise*, |* Décris.
Entre deus pilerez* assise, |* Petits piliers.

@

334 LE ROMAN (v. 22227)

Ens* en la tor droit ou mileu. |* Dedans.
Onques encores ne vi leu
Que si volentiers regardasse,
Voire à genoillons l'aorasse*: |* Vraiment à genoux l'a-
Et le saintuaire et l'archière |dorasse.
Jà ne lessasse por l'archière,
Ne por l'arc ne por le brandon,
Que ge n'i entrasse à bandon*. |* Complètement.
Mon pooir au mains en féisse,
A quelque chief* que g'en venisse, |* Fin.
Se trovasse qui le m'offrist,
Ou, sens plus, qui le me soffrist.
Si m'i sui-ge par Dieu voés
As reliques que vous oés*, |* Entendez.
Ou, se Dieu plaist, g'es requerrai,
Sitost cum tens et leu verrai,
D'escherpe et de bordon garnis.
Que Diex me gart d'estre escharnis* |* Bafoué.
Et destorbés* par nule chose, |* Empêché.
Que ne joïsse de la Rose!
Vénus n'i va plus atendant; Le brandon plain de feu ardant
Tout empené lesse voler
Por ceus du chastel afoler*; |* Blesser.
Mès sachiés qu'ains* nule ne nus |* Qu'auparavant.
Tant le trait sotilment* Vénus, |* Le tire subtilement Vé-
Ne l'orent pooir de choisir*, |nus. * Découvrir.
Tant i gardassent* par loisir. |* Prissent garde.

Comment ceulx du chastel yssirent |* Sortirent. Hors, aussitost comme ilz sentirent La chaleur du brandon Vénus, Dont aucuns joustèrent tous nudz.
Quant li brandons s'en fu volés, Es-vos* ceus dedens afolés**, |* Voici. ** Blessés.

@

(v. 22257) DE LA ROSE. 335

Li feus porprent tout le porpris*; |* Embrase tout le clos.
Bien se durent tenir por pris.
N'est nus qui le feu rescossist*, |* Combattit.
Et bien rescorre le vossist*. |* Secourir le voulût.
Tuit s'escrient: « Trahi! trahi!
Tuit somes mort! ahi, ahi!
Foïr nous estuet* du païs. » |* Faut.
Chascuns giete ses clefz laïs*. |* De côté.
Dangiers, li orribles maufés*, |* Démon.
Quant il se senti eschaufés,
S'enfui plus tost que cers* en lande. |* Cerf.
N'i a nul d'aus* qui l'autre atende; |* D'eux.
Chascuns les pans à la ceinture
Met au foïr toute sa cure*. |* Son soin.
Fuit-s'en Paor, Honte s'eslesse*, |* S'élance.
Tout embrasé le chastel lesse,
N'onc puis ne volt* riens metre à pris, |* Ne voulut.
Que Raison li éust apris.
Estes-vous* venir Cortoisie |* Voici.
La preus, la bele, la proisie*, |* Prisée.
Quant el vit la desconfiture,
Por son filz geter de l'ardure;
Avec li Pitié et Franchise
Saillirent dedens la porprise*, |* Clos.
N'onc por l'ardure ne lessièrent,
Jusqu'à Bel-Acueil ne cessièrent*. |* Ne cessèrent (de courir).
Cortoisie prent la parole, Premier* à Bel-Acueil parole, |* En premier.
Car de bien dire n'ert* pas lente: |* N'était.

Courtoisie à Bel-Acueil.
Biau filz, moult ai esté dolente*, |* Affligée.
Moult ai au cuer tristece éue
Dont tant avés prison tenue.

@

336 LE ROMAN (v. 22289)

Mal* feus et male flambe l'arde**, |* Mauvais. ** Brûle (subj.).
Qui vous avoit mis en tel garde!
Or estes, Dieu merci, délivres,
Car là fors, o* ses Normans yvres, |* Dehors, avec.
En ces fossés est mors gisans
Male-Bouche li mesdisans;
Véoir ne puet ne escouter.
Jalousie n'estuet douter*; |* Ne faut craindre.
L'en ne doit pas por Jalousie
Lessier à mener bone vie,
N'à solacier* méismement |* S'ébattre.
O* son ami privéement, |* Avec.
Quant à ce vient qu'el n'a pooir* |* Pouvoir.
De la chose oïr ne véoir;
N'il n'est qui dire la li puisse,
N'el n'a pooir que ci vous truisse*. |* Trouve (subj.).
Et li autre desconseillié
Foï s'en sunt tuit essillié*. |* Ruinés.
Li félon, li outrecuidié* |* Insolents.
Trestout ont le porpris* vuidié. |* L'enclos.
Biau très-douz filz, por Dieu merci, Ne vous lessiés pas brusler ci.
Nous vous prions par amitié,
Et ge* et Franchise et Pitié, |* Et moi.
Que vous à ce loial amant
Otroiés ce qu'il vous demant,
Qui por vous a lonc-tens mal trait*; |* Souffert.
N'onques ne vous fist un faus trait
Li frans qui onques ne guila*. |* Trompa.
Recevés-le et quanqu'il* a, |* Ce qu'il.
Voire l'ame néis* vous offre: |* Même.
Por Dieu, ne refusés tel offre,
Biau douz filz, ains le recevés,
Par la foi que vous me devés,
Et par amors qui s'en esforce,

@

(v. 22324) DE LA ROSE. 337

Qui moult i a mise grant force.
Biau filz, Amors vainc toutes choses,
Toutes sunt souz sa clef encloses.
Virgiles néis* le conferme |* Même.
Par sentence esprovée et ferme:
Quant Bucoliques cercherés,
Amors vainc tout, i troverés (1),
Et nous la devons recevoir.
Certes il dist bien de ce voir*; |* Vrai.
En un sol vers tout ce nous conte,
Ne péust conter meillor conte.
Biau filz, secorez cet amant,
Que Diex ambedeus vous amant*! |* Tous deux vous comble
Otroiés-li la Rose en don. |de faveurs!

Bel-Acueil.
Dame, ge la li abandon,
Fet Bel-Acueil, moult volentiers,
Coillir la puet endementiers* |* Pendant.
Que nous ne somes ci que dui*, |* Deux.
Pieça* que recevoir le dui**: |* Il y a longtemps. ** Dus.
Car bien voi qu'il aime sens guile*. |* Tromperie.

L'Amant.
Ge qui l'en rens mercis cent mile,
Tantost comme bons pélerins,
Hastis, fervens et enterins* |* Entier.
De cuer, comme fins amoreus,
Après cest otroi* savoreus, |* Permission.
Vers l'archière acueil* mon voiage |* Je commence.
Por fornir mon pèlerinage;


(1) Omnia vincit amor, et nos cedamus amori. (Virgil., eclog. IX, V. 69.) 29
@

338 LE ROMAN (v. 22351)

Et port o* moi par grant esfort |* Avec.
Escherpe et bordon grant et fort,
Tel qu'il n'a mestier* de ferrer |* Besoin.
Por jornoier* ne por errer. |* Voyager.
L'escherpe est de bone feture*, |* Façon.
D'une pel souple sens cousture;
Mès sachiés qu'ele n'ert pas vuide: |* N'était.
Deus martelez par grant estuide
Que mis i ot, si cum* moi semble, |* Ainsi que.
Diligemment trestout ensemble
Nature, qui la me bailla,
Dès lors que premiers la tailla,
Sotilment* forgiés li avoit, |* Subtilement.
Cum cele qui forgier savoit
Miex c'onques Dédalus ne sot*. |* Ne sut.
Si croi* que por ce fait les ot, |* Et je crois.
Qu'el pensoit que g'en ferreroie
Mes palefrois quant g'erreroie.
Si ferai-ge certainement,
Se g'en puis avoir l'aisement*; |* L'aise, la commodité.
Car, Dieu merci, bien forgier sai.
Si vous di bien que plus chier ai
Mes deus martelez et m'escherpe
Que ma citole* ne ma herpe. |* Espèce d'instrument de
Moult me fist grant honor Nature |musique.
Quant m'arma de tel arméure,
Et m'en enseigna si l'usage,
Qu'el m'en fist bon ovrier et sage*. |* Savant.
Ele-méismes le bordon
M'avoit apareillié* por don, |* Préparé.
Et volt* au doler la main metre, |* Voulut.
Ains que ge fusse mis à letre*. |* A l'école.
Mès du ferrer ne li chalut*, |* Ne se soucia.
N'onques por ce mains* n'en valut; |* Moins.
Et puis* que ge l'oi** recéu, |* Depuis. ** L'eus.

@

(v. 22386) DE LA ROSE. 339

Près de moi l'ai tous jors éu,
Si que n'el perdi onques puis*, |* Depuis.
Ne n'el perdrai jà* se ge puis: |* Jamais.
Car n'en voldroie estre délivres
Por cinc cens fois cent mile livres.
Biau don me fist, por ce le gart*; |* Je le garde.
Et moult sui liés* quant le regart, |* Joyeux.
Et la merci* de son présent |* Et je la remercie.
Liés et jolis*, quant ge le sent. |* Joyeux.
Maintes fois m'a puis conforté
En mainz leus où ge l'ai porté;
Bien me sert, et savés de quoi?
Quant sui en aucun leu requoi*, |* Retiré.
Et ge chemine, ge le boute
Es* fosses où ge ne voi goute, |* Dans les.
Ausinc cum* por les guez tenter; |* Ainsi que.
Si que ge me puis bien venter
Que n'i ai garde de naier,
Tant sai bien les gués essaier,
Et fier par rives et par fons.
Mès g'en retruis* de si parfons, |* Retrouve.
Et qui tant ont larges les rives,
Qu'il me greveroit mains deus lives* |* Lieues.
Sor la marine esbanoier*, |* Sur le bord de la mer se
Et le rivage costoier; |divertir.
Et mains m'i porroie lasser,
Que si périlleus gué passer.
Car trop grans les ai essaiés,
Et si n'i sui-ge pas naiés:
Car si tost cum ge les tentoie
Et d'entrer ens* m'entremetoie, |* Dedans.
Et tex* les avoie esprovés, |* Tels.
Que jamès fons n'i fust trovés
Par perche ne par aviron,
Je m'en aloie à l'environ,

@

340 LE ROMAN (v. 22421)

Et pres des rives me tenoie,
Tant que hors en la fin venoie;
Mès jamais issir* n'en péusse, |* Sortir.
Que Nature m'avoit donées.
Mès or lessons ces voies lées* |* Larges.
A ceus qui là vont volentiers;
Et nous les déduisans* sentiers, |* Agréables.
Non pas les chemins as charretes,
Mès les jolives senteletes*, |* Petits sentiers.
Jolif et renvoisié* tenons, |* Gai et joyeux.
Qui les jolivetés* menons. |* Gaîtés.
Si r'est* plus de gaaing rentiers, |* Et il est de son côté.
Viez* chemins que noviaus sentiers, |* Vieux.
Et plus i trueve-l'en* d'avoir |* Trouve-t-on.
Dont l'en puet grant profit avoir.
Juvénaus méismes afiche* |* Affirme.
Que qui se met o* vielle riche , |* Avec.
S'il vuet à grant estat venir,
Ne puet plus brief chemin tenir;
S'el prent son service de gré,
Tantost le boute en haut degré (1).
Ovides méismes aferme Par sentence esprovée et ferme,
Que qui se vuet à vielle prendre,
Moult en puet grant loier* atendre (2). |* Salaire, récompense.


(1) Quum te submoveant, qui testamenta merentur Noctibus, in coelum quos evehit optima summi Nunc via processus, vetulae vesica beatae? Unciolam Proculeius habet, sed Gillo deuncem, Partes quisque suas, ad mensuram inguinis heres. (D. JUVENAL., sat. I, y. 37.) (2) On chercherait vainement dans la collection des oeuvres d'Ovide le passage auquel Jean de Meung fait ici allusion; il appartient au livre II
d'un poëme faussement attribué au chantre des Métamorphoses et publié
sous le litre de Vetula, par Goldast, dans un volume intitulé: Ovidii

@

(v. 22450) DE LA ROSE. 341

Tantost est grant richece aquise
Por mener tel marchéandise;
Mès bien se gart* qui vielle prie, |* Se garde.
Se les arméures n'éusse
Qu'il ne face rien ne ne die
Qui jà puist aguet* resembler, |* Guet-à-pens.
Quant il li vuet s'amor embler*, |* Ravir.
Ou loiaument néis* aquerre, |* Même.
Quant amors en ses laz* l'enserre: |* Lacs.
Car les dures vielles chenues,
Qui de jonesce sunt venues
Où jadis ont esté flatées
Et sorprises et baratées*, |* Trompées.
Quant plus ont esté décéues,
Plus tost se sunt aparcéues
Des bareteresses faveles*, |* Trompeuses paroles.
Que ne font les tendres puceles
Qui des aguez pas ne se doutent,
Quant les fléutéors* escoutent; |* Flûteurs, cajoleurs.
Ains croient que barat et guile* |* Fraude et tromperie.
Soit ausinc voir* cum Evangile: |* Vrai.
Car onc n'en furent eschaudées.
Mès les dures vielles ridées,
Malicieuses et recuites,
Sunt en l'art de barat si duites*, |* De tromperie si habiles.
Dont eus ont toute la science
Par tens et par expérience,
Que quant li flajoléors* vienent, |* Cajoleurs.


Nasonis Pelignensis erotica et amatoria Opuscula, etc. Francofurti, typis
Wolffgangi Richteri... Anno M D C X, in-8°. Voyez liv. H, chap. XXXIXLI,
pag. 153-161. Le lecteur curieux de savoir à qui l'on peut attribuer
cette composition, dont il existe un manuscrit du douzième siècle à la
Bibliothèque de l'Ecole de médecine de Montpellier (fonds Bouhier, E.
56), trouvera tous les renseignements désirables dans la notice littéraire
sur Ovide, tom. VIII, pag. 380-382, des oeuvres complètes de ce poëte publiées
dans la collection Lemaire.
29.
@

342 LE ROMAN (v. 22485)

Qui par faveles* les détienent, |* Flatteries, cajoleries.
Et as oreilles lor taborent*. |* Battent le tambour.
Quant de lor grâce avoir laborent*, |* Travaillent.
Et soplientet s'umilient,
Joignent lor mains et merci crient,
Et s'enclinent et s'agenoillent,
Et plorent si que tuit se moillent,
Et devant eus se crucefient
Por ce que plus en eus se fient,
Et lor prometent par faintise
Cuer et cors, avoir et servise,
Et lor fiancent* et lor jurent |* Et s'engagent envers
Les sains qui sunt, seront et furent, |eux.
Et les vont ainsinc décevant
Par parole où il n'a que vent
Ainsinc cum fait li oiselierres
Qui tent à l'oisel comme lierres*, |* Larron.
Et l'apele par dous sonés*, |* Accords.
Muciés* entre les buissonés, |* Caché.
Por li faire à son brai* venir, |* Glu.
Tant que pris le puisse tenir.
Li fox* oisiaus de li s'aprisme**, |* Le sot. ** S'approche.
Qui ne set respondre au sophisme
Qui l'a mis en décepcion
Par figure de diccion;
Si cum fait li cailliers* la caille, |* Le chasseur de cailles.
Por ce que dedens la rois saille*; |* Le filet saute.
Et la caille le son escoute,
Si s'en apresse* et puis se boute |* Approche.
Sous la rois que cil* a tendue |* Celui-là.
Sor l'erbe en printens fresche et drue;
Se n'est aucune caille vielle,
Qui venir au caillier ne veille,
Tant est eschaudée et battue
Qu'ele a bien autre rois véue

@

(v. 22520) DE LA ROSE. 343

Dont el s'ert espoir* eschapée, |* Elle s'était peut-être.
Quant ele i dut estre hapée
Par entre les herbes petites.
Ainsinc les vielles devant dites,
Qui jadis ont esté requises,
Et des requeréors* sorprises |* Soupirants.
Par les paroles qu'eles oient,
Et les contenances que voient,
De loing lor aguez* aparçoivent, |* Pièges.
Par quoi plus envis* les reçoivent; |* Malgré eux.
Ou s'il le font néis acertes* |* Même certainement.
Por avoir d'amor les désertes*, |* Récompenses.
Comme cil qui sunt pris ès las* |* Dans les lacs.
Dont tant sunt plèsant li solas* |* Plaisirs.
Et li travail tant délitable*, |* Agréables.
Que riens ne lor est si gréable* |* A gré.
Cum est ceste espérance griève
Qui tant lor plest et tant lor griève,
Sunt-eles en grant sospeçon
D'estre prises à l'ameçon,
Et oreillent* et estuidient |* Dressent l'oreille.
Se cil voir*, ou fable lor dient, |* Vrai.
Et vont paroles sospesant,
Tant redotent barat* présant, |* Tromperie.
Por ceus qu'el ont jadis passés,
Dont il lor membre* encore assés. |* Souvient.
Tous jors cuide* chascune vielle |* Croit.
Que chascun décevoir la vuelle.
Et s'il vous plest à ce fléchir,
Vos cuers por plus tost enrichir,
Ou vous qui délit* i savés, |* Plaisir.
Se regart au délit avés,
Bien poés ce chemin tracier* |* Suivre.
Por vous déduire et solacier*. |* Amuser et divertir.
Et vous qui les jones volés,

@

344 LE ROMAN (v. 22555)

Que par moi ne soiés bolés*, |* Trompés.
Quéque mes mestres me commant,
(Si sunt moult bel tuit si commant*,) |* Ses commandements.
Bien vous redi por chose voire*, |* Vraie.
(Croie-m'en qui m'en voldra croire,)
Qu'il fait bon de tout essaier
Por soi miex ès* biens esgaier, |* Dans les.
Ausinc cum fait li bons léchierres* |* Gourmand.
Qui des morsiaus est congnoissierres* |* Connaisseur.
Et de plusors viandes* taste, |* Mets.
En pot, en rost, en soust*, en paste, |* Graisse.
En friture et en galentine,
Quant entrer puet en la cuisine;
Et set loer et set blasmer
Liquex* sunt dous, liquex amer, |* Lesquels.
Car de plusors en a goustés.
Ausinc sachiés, et n'en doutés,
Que qui mal essaié n'aura,
Jà du bien gaires ne saura;
Et qui ne set d'onor que monte*, |* De l'honneur ce qu'il
Jà ne saura congnoistre honte; |vaut.
N'onc nus ne sot* quel chose est aise, |* Nul ne sut.
S'il n'ot avant apris mésaise;
Ne n'est pas digne d'aise avoir,
Qui ne vuet mésaise savoir;
Et qui bien ne la set soffrir,
Nus* ne li devroit aise offrir. |* Nul.
Ainsinc va des contraires choses. Les unes sunt des autres gloses,
Et qui l'une en vuet défenir,
De l'autre li doit sovenir;
Ou jà par nule entencion
N'i metra diffinicion:
Car qui des deus n'a congnoissance,
Jà n'i congnoistra différence,

@

(v. 22590) DE LA ROSE. 345

Sens quoi ne puet venir en place
Diffinicion que l'en face.
Tout mon hernois tel que le port*, |* Je le porte.
Se porter le puis à bon port,
Voldrai as reliques touchier,
Se je l'en puis tant aprouchier.
Lors ai tant fait et tant erré
A tout* mon bordon desferré, |* Avec.
Qu'entre les deus biaus pilerés*, |* Petits piliers.
Cum viguereus et légerés,
M'agenoillai sens demorer*, |* Sans retard.
Car moult oi* grant fain d'aorer** |* J'eus. ** Adorer, prier.
Le biau saintuaire honorable
De cuer dévot et pitéable*: |* Pieux.
Car tout iert* jà tumbé à terre, |* Etait.
Qu'au eu ne puet riens tenir guerre,
Que tout par terre mis n'éust,
Sens ce que de riens m'i néust*. |* Nuisit.
Trais ensus un poi la cortine* |* Tirai en haut un peu le
Qui les reliques encortine |rideau.
De l'ymage lors m'apressai* |* M'approchai.
Que du saintuaire près sai;
Moult le baisai dévotement,
Et pour estuier* sainement, |* Serrer, mettre en étui.
Voil* mon bordon metre en l'archière |* Je veux.
Où l'escherpe pendoit derrière.
Bien le cuidai lancier debout;
Mès il resort, et ge rebout*, |* Repousse.
Mès riens n'i vaut, tous jors recule.
Entrer n'i pot por chose nule;
Car un palis* dedens trovoi, |* Une palissade.
Que ge bien sens, et pas n'el voi,
Dont l'archière iert dedens bordée*, |* Garnie.

@

346 LE ROMAN (v. 22625)

S'en iert* plus fort et plus séure. |* Et elle en était.
Forment m'i convint* assaillir, |* Fortement il m'y fallut.
Sovent hurter, sovent faillir.
Se behorder* m'i véissiés, |* Combattre.
Por quoi bien garde i préissiés,
D'Ercules vous péust membrer*, |* Vous rappeler.
Quant il volt* Cacus desmembrer. |* Voulut.
Trois fois a la porte assailli,
Trois fois hurta, trois fois failli,
Trois fois s'assist en la valée
Tout las, por avoir s'alenée*, |* Sa respiration.
Tant ot soffert paine et travail.
Et ge, qui ci tant me travail,
Que trestout en tressu* d'angoisse, |* Que tout j'en sue.
Quant cest palis tantost ne froisse,
Sui bien, ce cuit*, autant lassés |* Je crois cela.
Cum Hercules, et plus assés.
Tant ai hurté, que toutevoie
M'aparçui d'une estroite voie
Par où bien cuit* outre passer; |* Je pense.
Mès convint* le palis casser. |* Il fallut.
Par la sentele* que j'ai dite, |* Sentier. Qui tant iert* estroite et petite, |* Etait.
Par où le passage quis* ai, |* Cherché.
Le palis au bordon* brisai: |* Avec le bourdon.
S'ai moi* dedens l'archière mis; |* Et je me suis.
Mès ge n'i entrai pas demis.
Pesoit-moi* que plus n'i entroie, |* Cela me fâchait.
Mès outre pooir ne pooie*; |* Mais je ne pouvais au-
Mès por nule riens ne lessasse |delà de mes forces.
Que le bordon tout n'i passasse.
Outre le passai sens demore*; |* Retard.
Mès l'escherpe defors demore
O les martelez rebillans*, |* Avec les petits marteaux
Qui defors erent* pendillans. |frappeurs. * Qui dehors étaient.

@

(v. 22660) DE LA ROSE. 347

Et si m'en mis en grant destroit*, |* Tourment.
Tant trovai le passage estroit;
Car largement ne fu-ce pas
Que ge trespassasse le pas*; |* Passage.
Et se bien l'estre du passé,
Nus n'i avoit onques passé
Car g'i passai tout li premiers,
N'encor n'ierent* pas coustumiers |* N'étaient.
Li liex* de recevoir passage. |* Les lieux.
Ne sai s'il fist puis* avantage |* Depuis.
Autant as autres cum à moi;
Mès bien vous di que tant l'amoi,
Que ge ne le poi onques croire,
Néis* se ce fust chose voire**; |* Même. ** Vraie.
Car nus de légier* chose amée |* Nul légèrement.
Ne mescroit*, tant soit diffamée, |* Ne se refuse à croire.
Ne si ne le croi pas encores;
Mès au mains sai-ge bien que lores
N'iert-il ne froés* ne batus, |* Frayé.
Et por ce m'i sui embatus*, |* Enfoncé.
Que d'autre entrée n'i a point
Por le bouton cuillir à point.
Si saurés cum ge m'i contins,
Tant qu'à mon gré le bouton tins.
Le fait orrés* et la manière, |* Ouïrez.
Por ce que se mestier vous ière*, |* Si besoin vous était.
Quant la douce saison vendra,
Seignor valés, qu'il convendra* |* Jeunes gens, qu'il fau-
Que vous ailliés cuillir les roses, |dra.
Ou les ouvertes ou les closes,
Que si sagement i ailliés,
Que vous au cuillir ne failliés.
Faites si cum vous m'orrés* faire, |* Ainsi que vous m'enten-
Se miex n'en savés à chief traire*: |drez. * Venir à bout.
Car se vous plus largetement,

@

348 LE ROMAN (v. 22695)

Ou miex ou plus sotivement* |* Subtilement.
Poés le passage passer,
Sens vous destraindre* ne lasser, |* Tourmenter.
Si le passés à vostre guise.
Quant vous aurés la voie aprise,
Tant aurés au mains d'avantaige,
Que ge vous aprens mon usaige
Sens riens prendre de vostre avoir:
Si m'en devés bon gré savoir.
Quant g'iere ilec* si empressiés, |* J'étais là. Tant fui du rosier apressiés*, |* Approché.
Qu'à mon voloir poi* la main tendre |* Pus.
As rainsiaus* por le bouton prendre. |* Rameaux.
Bel-Acueil por Dieu me prioit
Que nul outrage fait n'i oit*; |* N'y eût.
Et ge li mis moult en convent*, |* Je lui promis fortement.
Por ce qu'il m'en prioit sovent,
Que jà nule riens* n'i feroie |* Chose.
Fors sa volenté et la moie*. |* Mienne.

La conclusion du Rommant Est que vous voyez cy l'Amant Qui prent la Rose à son plaisir, En qui estoit tout son désir.
Par les rains* saisi le rosier, |* Rameaux, branches.
Qui plus est frans que nul osier;
Et quant à deus mains m'i poi* joindre, |* M'y pus.
Trestout soavet sens moi poindre*, |* Tout doucement sans me
Le bouton pris à eslochier*, |piquer. * Secouer.
Qu'envis* l'éusse sens hochier. |* Avec peine.
Toutes en fis par estovoir* |* Force.
Les branches croler* et movoir, |* Remuer.
Sens jà nul des rains* dépecier, |* Rameaux, branches.
Car n'i voloie riens blécier; |* Et il m'en fallut par
Et si m'en convint-il à force* |force.

@

(v. 22725) DE LA ROSE. 349

Entamer un poi* de l'escorce, |* Un peu.
Qu'autrement* avoir ne savoie |* Car autrement.
Ce dont si grant désir avoie.
En la parfin* tant vous en di, |* A la fin.
Un poi* de graine i espandi, |* Un peu.
Quant j'oi le bouton eslochié*: |* Ebranlé.
Ce fu quant dedens l'oi* tochié |* L'eus.
Por les foilletes reverchier*; |* Examiner.
Car ge voloie tout cerchier
Jusques au fons du boutonet,
Si cum moi* semble que bon est. |* Ainsi qu'il me.
Et fis lors si* meller les graines, |* Et je fis alors tellement.
Que se desmellassent à paines,
Si que tout le boutonet tendre
En fis eslargir et estendre.
Vez ci tout quanque g'i forfis*; |* Voici tout le mal que j'y
Mès de tant fui-ge bien lors fis*: |fis. * Assuré.
Qui des amans les roses garde,
Moult en fait ores* bone garde. |* Maintenant.
Ains que d'ilec me remuasse*, |* Avant que de là m'éloi-
(A mon voil* encor demorasse) |gnasse. * Volonté.
Par grant joliveté* coilli |* Gaîté.
La flor du biau rosier foilli*: |* Feuillé.
Ainsinc oi* la Rose vermeille, |* Ainsi j'eus.
Atant* fu jor, et ge m'esveille (1). |* Alors.
Et puis que ge fui* esveillié |* Et depuis que je fus. Du songe qui m'a traveillié*, |* Fatigué.
Et moult i ai éu à faire
Ains* que ge péusse à chief traire** |* Avant. ** Venir à bout.
De ce que j'avoie entrepris;
Mès toutevois si ai-ge pris


(1) Le Roman de la Rose se terminant ici dans la presque totalité des manuscrits, on serait tenté de croire que les vingt-quatre vers suivants
ne sont pas du même auteur. (Méon.) 30
@

350 LE ROMAN (v. 22756)

Le bouton que tant désiroie,
Combien que traveillié* m'i soie, |* Employé.
Et tout le solas* de ma vie, |* Plaisir.
Maugré Dangier et Jalousie,
Et maugré Raison ensement* |* Pareillement.
Qui tant me lédengea forment*; |* Injuria fortement.
Mès Amors m'avoit bien promis,
Et ausinc me le dist amis,
Se ge servoie loiaument,
Que j'auroie prochainement
Ma volenté toute acomplie.
Folz est qui en Dieu ne se fie;
Et quiconques blasme les songes,
Et dist que ce sunt des mençonges,
De cestui* ne le di-ge mie, |* De celui-là.
Car ge tesmoingne et certefie
Que tout quanque* j'ai récité |* Ce que.
Est fine et pure vérité.
Explicit* li Rommans la Rose, |* Finit.
Où l'art d'Amours est toute enclose.
Nature rit, si com moi semble,
Quant hic et hec joingnent ensemble:
C'onques nul mal* gré ne m'en sot |* Mauvais.
Li dous, qui nul mal n'i pensot;
Ains me consent et sueffre à faire
Quanqu'il set* qui me doie** plaire. |* Tout ce qu'il sait.
Si m'apelle-il déconvenant*, |** Doive. * Désagréable, fâcheux.
Que li fais grant désavenant*, |* Honte.
Et sui trop outrageus, ce dit;
Si n'i met-il nul contredit,
Que ne prengne, débaille* et coille |* Découvre.
Rosiers et Rose, flors et foille.
Quant en si haut degré me vi, Que j'oi* si noblement chevi**, |* J'eus. ** Achevé.
Que mes procès n'ert mès dotable,

@

(v. 22791) DE LA ROSE. 351

Fors ce* que fins et agréable |* Si ce n'est.
Fusse vers tous mes bienfaitors,
Si cum doit faire bons détors* |* Débiteur.
(Car moult estoie à eus tenus,
Quant par eus iere* devenus |* J'étais.
Si riches, que por voir afiche*, |* Pour vrai j'affirme.
Richece n'estoit pas si riche),
Au dieu d'Amors et à Vénus
Qui m'orent aidié miex que nus*, |* Mieux que nul.
Puis à tous les barons de l'ost*, |* L'armée.
(Dont ge pri Dieu que jà n'es ost* |* Ne les ôte.
Des secors as fins amoreus)
Entre les baisiers savoreus,
Rendi graces dix fois ou vint;
Mès de Raison ne me sovint,
Qui tant en moi gasta* de paine, |* Prit.
Maugré Richece la vilaine,
Qui onques de pitié n'usa,
Quant l'entrée me refusa
Du senteret* qu'ele gardoit. |* Petit sentier.
De cesti pas* ne se gardoit |* De ce passage.
Par où ge sui céans venus
Répostement* les saus menus, |* En cachette.
Maugré mes mortex anemis
Qui tant m'orent arrière mis,
Espéciaument* Jalousie |* Spécialement.
O tout* son chapel de soussie (1). |* Avec.


(1) Allusion à l'habitude qu'avaient nos ancêtres de se couronner de fleurs, surtout de roses, dans toutes les occasions de joie et d'allégresse.
« Il n'y avoit point de cérémonie, dit Le Grand d'Aussy, point de noces,
point de festin, ou l'on ne portat un chapel ou chapeau de roses; ainsi
s'appelèrent les couronnes. Le Roman de Perceforest, décrivant une fête,
a soin de remarquer que « avoit chascun et chascune ung chapeau de
roses sur son chief. » Lorsque le connétable servait à table le roi, il avoit
à la main une verge blanche, et sur la tête une de ces couronnes. Les

@

352 LE ROMAN
religieuses, quand elles faisoient profession, les filles, quand elles se marioient,
en portoient une. Plusieurs des anciens coutumiers de nos provinces
règlent même que lorsqu'un père mariera sa fille, il pourra ne lui
donner que le chapeau de roses, c'est-à-dire, la restreindre pour toute dot
à la seule couronne de mariage. (Histoire de la vie privée des François,
tom. II, p. 245, 246. Voyez encore B. de Roquefort, de l'Etat de la poésie
française dans les douzième et treizième siècles, p. 94.)

@

FIN DU TOME SECOND.

@
@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfeseite Rückkehr. Flag Hjælp side Tilbage. Bandiera Guida Torna.